Navigation – Plan du site
Varia | 2005
A propos de l'année du Brésil en France
Frédérique Langue

Le zapping, les ethnologues, et leurs Indiens

A propos de : Brésil indien. Les arts des Amérindiens du Brésil. Galeries nationales du Grand Palais 23 mars-27 juin 2005
[29/06/2005]

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

1

1Comme toujours s'agissant des expositions mises en scène au Grand Palais, la présentation est parfaite, impeccable. La mise en valeur des objets venus aussi bien de musées brésiliens qu'européens, et les commentaires qui les accompagnent, orientent le visiteur dans un labyrinthe "exotique" de poteries et d'objets de plume, coupé de temps à autre de documentaires portant sur les rituels amérindiens, chants psalmodiques à l'appui. L'auditoire y semble comme vissé sur place, davantage d'ailleurs que devant les objets eux-mêmes.

2Une première section, archéologique et historique prend en compte l'art funéraire avec des statuettes et vases anthropomorphes qui constituent un ensemble exceptionnel (Marajaora, Santarém), les gravures et peintures rupestres, puis les "arts de la transformation", autrement dit, ces objets chamaniques collectés au XVIIIe siècle pour enrichir les collections des souverains européens (masques Jurupixuna ou têtes momifiées, trophées de guerre des Munduruku). Cette première section s'attache à "montrer l'héritage du passé" d'après le dossier de presse, dans les "cultures des Indiens du Brésil. Et ce, malgré les réelles difficultés de conservation à travers le temps des objets ici réunis.

3Une deuxième section, ethnologique, conduit le visiteur vers l'art au quotidien, notamment dans la région du haut Xingu, affluent de l'Amazone, ou encore du Rio Negro (Baniwa) : vie quotidiennes, décoration des corps, scènes de villages, rites, puis vers les vanneries et plumes porteuses se significations symboliques, la peinture corporelle ou sur céramique, les cérémonies. Les commentaires insistent sur l'"interaction entre les êtres du monde visible et invisible … dans des spectacles composés de musique, de danse, de représentations symboliques où les objets sont décorés et les acteurs parés. Ces célébrations permettent à une société d’avoir un autre point de vue sur elle-même et de faire revivre le passé mythique dans les événements du présent".

4Une dernière partie est consacrée au "père de l'école d'anthropologie brésilienne" : Claude Lévi-Strauss, dont on oublie un peu rapidement les apports à l'ensemble des sciences sociales. Le visiteur se consolera en admirant pour la première fois une partie des collections qu'il a réunie lors de ses missions, et qui est aujourd'hui partagée entre le Brésil et la France, ainsi que des photographies — que les lecteurs de Tristes Tropiques reconnaîtront aisément.

5Mais cette façade est presque trop impeccable, et je dirais, aseptisée. Entre la section "archéologique et historique" et la section "ethnologique", pas de "passage", aucune évocation du sort des Indiens brésiliens que maints historiens de ce pays ont pourtant su prendre en compte, sans compter les voyageurs étrangers. L'archéologique est devenu l'historique, et de l'"histoire" ainsi considérée au temps présent qui fournit les matériaux de l'ethnologue, le vide absolu. Comme s'il existait effectivement un "passé mythique" si ce n'est un éternel indien — je n'oserais dire un invariant … — dans la pensée occidentale des concepteurs de cette exposition. L'historien en ressort perplexe. Autre bizarrerie, que les Brésiliens du sud ne manqueront pas de relever : cette exposition, par ailleurs remarquable, semble être consacrée dans sa totalité aux Indiens d'Amazonie … Pas d'Indien en vue ailleurs, et surtout pas du côté du Rio Grande do Sul … situé sans doute beaucoup trop au sud dans l'imaginaire des concepteurs de cette exposition. Un autre titre se justifierait donc — les arts des Amérindiens d'Amazonie — malgré la réserve qui suit.

6Au malaise ressenti devant ce "zapping" a-historique s'ajoute en effet une impression de déjà vu, liée, certes, à mon itinéraire personnel : les Indiens amazoniens du Brésil partagent avec d'autres peuples voisins (Pérou, Venezuela, Colombie …) les pratiques et symboles ici exposés. Or, jamais il n'est dit qu'il suffit de passer une frontière dans la selva pour retrouver, derrière une ligne frontalière bien hypothétique en de tels lieux,  les Yanomamis vénézuéliens, et les mêmes vanneries, les mêmes paniers tissés des mêmes motifs. Aucun commentaire ou carte ne vient combler cette lacune. Le visiteur peu familier de l'Amérique latine passera à côté de réalités et de circulations sociales et culturelles pourtant bien actuelles. Les ethnies mentionnées ne seront pour lui que locales. Une carte aurait suffit à dissiper ce malentendu.

7L'exposition fascine cependant  — les visiteurs sont nombreux, comme happés en particulier par certains objets rituels ou les documentaires et leur lancinant fond sonore — et ne laisse pas de poser la question du pourquoi de cette fascination européenne pour l'Indien, peu différente apparemment de la vogue de l'"ethnique" dans la mondialisation vestimentaire ou musicale. Les enfants y auront sans doute trouvé leur compte, et leur part de rêve : "c'est beau tout ça!" s'exclamait une petite fille croisée devant une vitrine de parures de plumes.

8Pour revoir une partie de l'exposition et s'informer sur l'année du Brésil en France

9http://www.rmn.fr/​bresil/​

Haut de page

Notes

1 L’image qui accompagne ce texte fait partie des visuels de l’exposition disponible sur le site http://www.rmn.fr/bresil/05parcours/index.html
Haut de page

Table des illustrations

URL http://nuevomundo.revues.org/docannexe/image/1059/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 31k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Frédérique Langue, « Le zapping, les ethnologues, et leurs Indiens », Nuevo Mundo Mundos Nuevos [En ligne], Varia, 2005, mis en ligne le 29 juin 2005, consulté le 28 juin 2017. URL : http://nuevomundo.revues.org/1059

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Nuevo mundo mundos nuevos est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page