Navigation – Plan du site
Varia | 2005
A propos de l'année du Brésil en France
Alessandra Russo et Serge Gruzinski

Hédonismes et leurres d’un Brésil indien 

A propos de l’exposition présentée aux Galeries Nationales du Grand Palais, Paris, 23 mars - 27 juin 2005.
[30/06/2005]

Texte intégral

1Comment exposer aujourd’hui des objets "non-occidentaux" dans un parcours muséographique à la fois original et précis, conjurant les dangers du "politically correct" ? Sans doute, s’agit-il là de l’un des grands débats du XXIe siècle. A l’heure où les plus importants musées d’anthropologie du monde réaménagent leurs collections (Mexico, Vienne, Paris, Genève,…), l’exposition Brésil indien présentée au Grand Palais de Paris donne matière à réfléchir.

2 En invitant le public à "une approche des arts indigènes qui aiguise la curiosité du public à l’égard des très riches univers esthétiques des peuples amérindiens"1, le parcours propose une sélection d’images réussie et une scénographie qui soutient efficacement le propos envisagé. Transportés virtuellement au cœur de la forêt par les grands plans photographiques d’Arthur Omar dans la première salle, on est saisi par l’indiscutable beauté des urnes funéraires Maracá, des statuettes Santarém, des cache-sexe Marajoara, des étonnants masques Jurupiwuna, Mundurucu, des parures en plume Kayapo, Tapirapé, Urubu-Kaapor, Xikrin, et des autres objets tout aussi exceptionnels qui habitent les deux étages du Grand Palais.

3 Cependant, après l’éblouissement, perce une déception qui fait qu’on parcourt cette exposition de plus de 300 pièces en une petite demi-heure. La carence inquiétante d’indications qui pourraient guider le public à penser la singularité des objets exposés s’associe à la répétition de généralités qui visent à souligner le caractère typiquement "indien" des créations ("pour les Amérindiens du Brésil art et vie se confondent"). La visite se transforme ainsi en une expérience moins esthétique qu’hédoniste — le plaisir futile de découvrir un autre monde ? — où la jouissance visuelle initiale laisse vite la place à une certaine frustration. Et, de manière encore plus paradoxale, l’imprécision amène à rendre hommage aux "génies de la forêt"2 en escamotant toute profondeur historique. Des pièces collectées par les savants et les missionnaires il y a deux ou trois siècles sont présentées à côté d’objets acquis par les musées il y a deux ou trois ans, en oblitérant totalement le problème de l’"âge" de ces créations, datées pour la plupart dans les annexes du catalogue avec un marge de plusieurs lustres (400-1400 ; 600-1750…). On nous montre ici une construction esthétique qui manque de base et de cohérence, privée de tout soutien chronologique ou géographique (l’absence presque totale de cartes). A-t-on voulu nous offrir une esthétique sauvage? Les commissaires semblent pourtant avoir voulu "s’écarter d’une exposition d’"art primitif" telle qu’elle pouvait être conçue auparavant, où quelques pièces rares prédominaient en raison de leur exotisme"3.

4Les limites du projet d’exposition se répercutent par ailleurs dans la presse: il suffit de relire la chronique parue dans Libération  qui annonce "A Paris, le Grand Palais retrace, à travers objets et rituels, la vie indigène avant la colonisation"4. Cette formule aussi hasardeuse qu’erronée est significative du malentendu que suscite l’exposition, la question de la colonisation et du post-colonial étant en effet complètement éludée.

5On notera également le décalage entre la présentation "immaculée", pour ne pas dire "lessivée", des objets et leur vie réelle au cours des performances rituelles, montrées dans les vidéos qui accompagnent le parcours (un bon point pour le montage de Caio Cobra particulièrement remarquable). L’objet est soit-disant restitué "à son état esthétique pur" (avant  usage ?) et paradoxalement soustrait, au sein de l’exposition, à l’histoire de sa transformation, également esthétique, à venir. Par exemple, on n’arrive guère à saisir — au delà de la fascination — les rapports que les arts du Brésil indien entretiennent avec ce matériau extraordinaire qu’est la plume, avec les dizaines de différentes espèces ornithologiques, les centaines de couleurs et de combinaisons employées pour réaliser des images si différentes. Comment ces objets apparemment si fragiles ont-ils été conçus et réalisés? De quelle façon ont-ils acquis (techniquement, symboliquement) la résistance nécessaire pour être employés, démontés, gardés, voire réutilisés ? Enfin, quelle est l’histoire esthétique, au sens le plus rigoureux du terme, de ces chefs-d’oeuvre?

6Certes la part faite à l’œuvre de Claude Lévi-Strauss réintroduit une dimension historique : celle des années 30, celle des rapports entre l’ethnographie française de cette époque et les populations amérindiennes. Mais l’apport du grand savant permet mal d’évaluer les réajustements complexes et incessants que ces sociétés ont dû opérer  face aux agressions — les "choses", les valeurs, les idées — venues des milieux métis et "non indiens ". Dans une même salle les fameuses photos que l’anthropologue a prise des visages tatoués Kadiwéu sont ainsi exposées à côté des bijoux composés avec des monnaies de 20 reais et des pièces venues du Paraguay  — bijoux portés par ces mêmes corps féminins — sans que cela soit aucunement commenté. Quant à l’histoire récente, au présent et aux luttes des populations indigènes au sein d’une société qui les rejette ou les ignore, on en cherchera en vain les traces au Grand Palais. Tout est impeccable.

7On peut se demander, dans ces conditions, pourquoi le Brésil du président Lula, premier président de gauche élu en ce pays, nous envoie cette image parfaitement lisse et pourquoi elle répond si bien aux attentes du public parisien et européen qui fréquente habituellement les galeries du Grand Palais et peut s’offrir la dépense du catalogue? La réponse nous attend peut-être dans la boutique du Musée, tapissée de tous les lieux communs qui accompagnent le Brésil et une "indianité" générique. Voyez le choix des articles proposés à la vente ("attrape-rêve" confectionnés dans tout le continent américain), la sélection des livres en rayon (une dizaine de titres de Paulo Coelho), pour rien dire d’objets absolument hors contexte (berimbau d’origine africaine, tee-shirts jaunes avec le mot BRESIL), l’exposition restant le tout premier objet qu’acquiert le visiteur.

8Une dernière remarque s’impose à l’égard des événements proposés pendant l’Année du Brésil en France, cadre dans lequel s’est ouverte l’exposition du Grand Palais. Il suffit de lire le calendrier des rendez-vous5 pour se rendre compte combien prédomine une vision "de caste" de la société brésilienne d’aujourd’hui et d’autrefois: le Brésil indien au Grand Palais, le Brésil africain prochainement au musée Dapper6, Franz Post au Louvre7, l’art contemporain ailleurs (Varejâo à la Fondation Cartier8, Rosângela Rennô au Musée de la photographie, etc.)9. On ne peut manquer aujourd’hui de se souvenir, non sans une certaine saudade de l’exposition Brazil. Body and Soul, montée au Guggenheim de New York en 2001. Avec toutes les limites d’une présentation muséographique couvrant plusieurs siècles, le parcours du "grand escargot" avait néanmoins su orienter la réflexion sur les multiples esthétiques d’une société où le Baroque, le Brésil indien, l’héritage africain, et l’art contemporain ne peuvent que se penser ensemble. Malgré toutes les tensions et les lacunes que peut introduire pareil panorama, l’exposition du Guggenheim évitait de s’enliser dans l’hédonisme et la verroterie de bazar. Le Brésil mérite mieux, c’est une terre qui pense, qui écrit et pas seulement un fantasme New Age joliment présenté et vendu.

9Avril 2005

10
P.S.: Ayant visité de nouveau l’exposition la veille de sa clôture, un coup d’œil au Livre d’Or permet de saisir certaines réactions du public. Parmi de nombreux commentaires enthousiastes, des pages cependant laissent pointer quelques observations lucides: "Visuellement magnifique et passionnant ! Pédagogiquement frustrant et insuffisant. Un certain malaise sur le regard provoqué chez le visiteur, amené à être voyeur plutôt que partageur. Dommage".

Haut de page

Notes

1 Luís Donisete Benzi Grupioni, Regina Polo Müller, Cristiana Barreto "A propos d’une exposition sur les arts amérindiens du Brésil", dans Brésil Indiens. Les arts amérindiens du Brésil. Paris, RMN, 2005, p. 18. L’image qui accompagne ce texte fait partie des visuels de l’exposition disponible sur le site http://www.rmn.fr/bresil/05parcours/index.html
2 "Les génies de la forêt", article signé Yves Stavridès paru dans l’Express du 21/03/2005 http://www.lexpress.fr/info/monde/dossier/bresil/dossier.asp?ida=432268.
3 "A propos d’une exposition sur les arts amérindiens du Brésil", loc. cit.
4 Par Elisabeth Lebovici, Libération du 24 mars 2005.
9 Sur Varejâo et Rennó, voir l’exposition virtuelle "Deux parcours brésiliens" de Mariangela Orabona, dans la section OPTIKa de Nuevo Mundo Mundos Nuevos : http://nuevomundo.revues.org/optika/5/
Haut de page

Table des illustrations

URL http://nuevomundo.revues.org/docannexe/image/1074/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 35k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Alessandra Russo et Serge Gruzinski, « Hédonismes et leurres d’un Brésil indien  », Nuevo Mundo Mundos Nuevos [En ligne], Varia, 2005, mis en ligne le 30 juin 2005, consulté le 16 août 2017. URL : http://nuevomundo.revues.org/1074

Haut de page

Auteurs

Alessandra Russo

Articles du même auteur

Serge Gruzinski

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Nuevo mundo mundos nuevos est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page