Navigation – Plan du site
Varia | 2005
A propos de l'année du Brésil en France
Elizabeth Burgos

Brésil indien ou exportation d’exotisme?

Brésil indien. Les arts des Amérindiens du Brésil. Galeries nationales du Grand Palais 23 mars-27 juin 2005
[30/05/2005]

Entrées d’index

Géographique :

Brésil

Palabras claves :

élites
Haut de page

Texte intégral

1La charge emblématique de certains lieux accorde d’avance un statut particulier aux événements qui s’y produisent. Une exposition au Grand Palais est toujours un moment fort dans le panorama culturel parisien. Voué à accueillir les grands événements muséographiques  destinés à attirer le grand public, c’est aussi le cadre où se produisent ces expositions majeures qui résultent des accords de coopération  entre la France et des pays étrangers : sorte de rituel de passage pour signifier le début d’une nouvelle ère dans les relations entre la France et le pays invité d’honneur.

2Une exposition conçue dans ces termes, est donc le résultat de négociations au plus haut niveau de l’Etat entre experts des deux pays concernés. Autrement dit, il ne s’agit pas d’une décision improvisée ou prise à la légère. L’événement programmé au Grand Palais est souvent le moment fort d’une programmation plus ample, et c’est justement le cas de l’exposition  Brésil indien.  

3Le pays invité disposera donc pendant trois mois  d’une vitrine exceptionnelle qui lui permettra de montrer ce qu’il considère comme le plus représentatif et le plus prestigieux de son patrimoine culturel. En général, le choix porte sur ce qui flatte ou exalte  le sentiment  national. La dimension esthético-culturelle compte, certes, mais  élude rarement les objectifs politiques. Nombre de réunions se succèdent au cours des mois, voire des années, rassemblant les différentes commissions chargées de la programmation avant d’aboutir au projet définitif et de parvenir enfin au moment tant attendu :celui de l’inauguration en présence des représentants officiels de chacune des parties concernées. C’est le rite solennel qui  marquera symboliquement  le resserrement des liens entre les deux pays.

4Sachant  cela le visiteur est en droit de se demander :

  • Quelle est la démarche qui a conduit à vouloir montrer ces populations indiennes sous l´ aspect d’objets figés dans un passé mythique, sans repères de temporalité, et ce qui est encore plus réducteur ; sans donner á saisir à cette occasion la place que ces populations occupent dans la société brésilienne d’aujourd’hui ?

  • Mais aussi, quels sont les critères et les mécanismes qui ont  prévalu pour privilégier cette image identitaire du pays, au lieu de mettre en scène la profusion   de son métissage comme on aurait pu l’attendre et où le Brésil indien aurait eu certes aussi sa place, mais sans ce caractère d’exclusivité énigmatique ?  

5Cette double interrogation touche sans doute le même objet ; le même trouble y trouve son expression dans la dénégation.

6Un parcours muséographique exceptionnel et la qualité impeccable de la scénographie nous permettent d’admirer un riche patrimoine esthétique représenté par la singularité des poteries et les non moins singuliers objets de plume. Face à  ce plaisir de la vue, on est saisi par la perplexité : un sentiment de manque, d’incomplétude nous envahit. On a, certes, pu contempler des objets uniques, d’une beauté incontestable. Mais le manque de repères susceptibles de  nous donner un point de vue situant le contenu de ces belles vitrines dans l’épaisseur des siècles, fait cruellement défaut. Au terme du parcours, les Indiens du Brésil restent dans l’après-coup mnémonique comme des figurants censés jouer leur propre rôle, figés dans la posture depuis des siècles.

7Les visiteurs familiarisés avec l’histoire de ces populations éprouvent- là  un sentiment de déjà-vu, et, le parti pris d’éluder le contexte historique apparaît avec netteté : leur passé mythifié, et mystifié ; la colonisation est ignorée et  ses séquelles absentes, et la contemporanéité inexistante.  On n’est pas loin des représentations du bon sauvage tel qu’il est imaginé depuis le XVIe  siècle lorsque Montaigne se référait à « ces nations encore fort voisines de leur naïveté originelle. »

8De cette absence d’historicité découle du fait que l’on accorde à ces objets une fonction décorative moderne, sans doute étrangère au propos des concepteurs. L’idée de mettre  en relief cet aspect nous semble significative du désarroi des élites latino-américaines face au système de représentations qu’elles se font d’elles- mêmes et des populations amérindiennes.  

9On devine le terrible sentiment d’indécision qui a dû saisir les responsables brésiliens chargés de trouver un concept  susceptible de représenter  le Brésil contemporain  à Paris, — avec la charge d’imaginaire que cette ville comporte —  dans le contexte d’un gouvernement de gauche conduit par un président issu de la classe ouvrière.

10Il est aisé d’imaginer ce qu’un tel défi a dû mettre en branle dans le réservoir de fantasmes qui de ce côté-là de  l’Atlantique  alimente l’imaginaire d’élites, depuis des siècles à la recherche  du daimon,  ou de  l’ esprit d’une identité  à même de les personnifier.

11On peut lire ici le désir de complaire au goût pour  un indigénisme toujours de mise en  Europe avec son complément ; l’engouement pour l’ « altérité absolue »: une manière de s’adapter à l’air du temps afin d’attirer le grand public.

12Mais aussi, sans doute l’expression de ce rapport  spéculaire  que  les élites latino-américaines  entretiennent  avec l’Europe lorsqu’elles ont la complaisance  d’endosser la peau d’âne d’une imagerie  fantasmée  ailleurs  comme  pour en cautionner l’authenticité.  

13L’accent mis sur la qualité d’objets  compris  comme  décoratifs  du patrimoine esthétique  des populations amérindiennes en est une démonstration;  il relève subtilement de cet exercice de dévitalisation  auquel l’œil colonial se livre sur l’objet indigène qu’il assigne à résidence dans une définition générique.

14C´est ce désir d´être perçus comme identique auxquels les élites latino-américaines se livrent depuis le XIXe siècle, dans la représentation qu’elles veulentdonner d’elles-mêmes, selon qu’elles s’adressent à l’Europe, ou à leurs propres pays. Démarche d´une ambivalence voisine de l’ambiguïté parce que la requête d’être des Européens ici ne se départit pas  du souhait de conserver pour ce public l’aura d’un exotisme de bon ton, conforme donc aux fantasmes du Vieux Monde. Or, cette posture où le Brésilien trouve ici la ressource d’une valeur ajoutée á son caractère européen n’a pas cours au sein de la société brésilienne où c’est la dominance des traits européens qui est privilégiée et où le démarquage des origines ou des références indigènes est la règle et le critère d’assimilation des élites.    

15Brésil indien fournit donc l’occasion de réexaminer l’épineuse question de l’identité nationale et de l’appartenance communautaire aujourd’hui plus que jamais d’actualité en Amérique latine. Le plus grand mérite peut être de cette exposition, qui en comporte tant, est d’avoir contribué à montrer, par défaut, ou á la manière d’un symptôme, combien l’élucidation de la question du métissage constitue un enjeu de premier ordre.  

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Elizabeth Burgos, « Brésil indien ou exportation d’exotisme? », Nuevo Mundo Mundos Nuevos [En ligne], Varia, 2005, mis en ligne le 30 mai 2005, consulté le 26 mars 2017. URL : http://nuevomundo.revues.org/1106

Haut de page

Auteur

Elizabeth Burgos

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Nuevo mundo mundos nuevos est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page