Navigation – Plan du site
Batallas en el cielo
Martine Amiot-Guigaz

Règlement de compte à Mexico

[28/01/2006]

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

1Mexico, un fait divers qui tourne mal. Marcos, chauffeur d’un général, kidnappe avec sa femme un enfant contre rançon ; mais l’enfant meurt accidentellement. Cette intrigue – somme toute assez banale – va servir de fil conducteur pour nous entraîner dans un monde noir et cru.

2Si l’on ne connaît pas le pays, on ne peut qu’être frappé par la vision que le cinéaste nous révèle d’une société mexicaine où ne règnent que corruption et dépravation. Qu’il s’agisse de métis ou de blancs, Carlos Reygadas nous les montre sans aucune concession. Pour explorer ces vies sans joie, le cinéaste a choisi la provocation et il ne fait pas dans la demi-mesure, au moyen de gros plans et plans-séquences sur corps difformes et sexe glauque. Le choc à la fois visuel et esthétique nous saisit dès les premières images et nous tient tout au long du film. Les  métis, obèses et hagards, caricatures d’un tableau de Botero, enlèvent non pas un enfant de riches comme on pourrait l’imaginer, mais celui de gens comme eux. En plus d’être laids, ils sont veules.

3Quant au monde aisé, Reygadas ne joue pas là sur l’apparence physique – la fille du général est plutôt jolie –, mais sur sa dégradation morale. Ana se prostitue par plaisir. Ni révolte, ni culpabilité chez elle. Les codes sociaux et moraux volent en éclats mais d’une manière toute naturelle. Marcos au contraire, dès l’annonce de la mort de l’enfant, paraît perturbé et même déboussolé. Le remords qui l’envahit peu à peu jusqu’à sa descente aux enfers plonge le spectateur dans une violence sourde qui est d’autant plus étouffante qu’elle n’éclate jamais vraiment. Le dénouement conduira Marcos jusqu’à la rédemption divine en l’église de Nuestra Señora de Guadalupe, Mexique oblige.

4Des métis dégénérés, des blancs qui ne le sont pas moins : le cinéaste n’a aucune indulgence pour cette société mexicaine. Par sa façon très particulière de filmer – notamment les gros plans sur les corps – il nous plonge dans une promiscuité  physique avec ses personnages qui nous mène jusqu’au malaise.

5Ne cherchez pas une bouffée d’air du côté de la ville non plus. Même enfermement. De l’immense métropole mexicaine, on ne voit rien. Et ce ne sont pas les quelques touches qui l’évoquent qui donneront une image de la ville à ceux qui ne la connaissent pas. Le métro, avec son lot d’éclopés (le vieillard qui se promène avec sa perfusion), les entrelacs d’autoroutes que l’on peut voir dans n’importe quelle grande ville. On est bien loin des grands espaces aérés et sublimes de Japón, premier film de Carlos Reygadas. Dans Batalla en el cielo, les lieux sont clos et étouffants.

6Avec cette œuvre à part et forte, Carlos Reygadas nous plonge dans une réalité mexicaine noire sans repères moraux, mais où les barrières sociales sont bien présentes et où les mondes, même s’ils se côtoient, ne se mélangent pas. De cette atmosphère lourde et toute de violence contenue, on sort un peu groggy à l’image des personnages du film. Et on peut se demander quels comptes Reygadas cherche à régler avec son pays pour nous le dépeindre d’une manière si désespérée.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Martine Amiot-Guigaz, « Règlement de compte à Mexico », Nuevo Mundo Mundos Nuevos [En ligne], Images en mouvement, 2006, mis en ligne le 28 janvier 2006, consulté le 26 juillet 2017. URL : http://nuevomundo.revues.org/1564

Haut de page

Auteur

Martine Amiot-Guigaz

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Nuevo mundo mundos nuevos est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page