Navigation – Plan du site
Colloques | 2006
Le Paraguay à l'ombre de ses guerres. Paris MAL-EHESS-IEP 17-19 novembre 2005
Capucine Boidin, Luc Capdevila et Nicolas Richard

Présentation

[21/05/2006]

Résumé

Le Paraguay a été le théâtre des deux guerres les plus importantes et meurtrières de l’Amérique post-coloniale. La Guerre de la Triple Alliance (1864-1870 : Brésil, Argentine, Uruguay/Paraguay) et la Guerre du Chaco (1932-1935 : Bolivie/Paraguay). Ces deux guerres constituent des clés de lecture incontournables pour comprendre les dynamiques en cours dans les pays de la région. Elles ne peuvent être cernées dans toute leurs densité et complexité qu’à la condition de les réinscrire dans une dynamique régionale de longue durée, en tant que dénouement historique des tensions, des fractures et des forces qui assaillent et traversent cet espace tout le long de son histoire pré-coloniale, coloniale et indépendante. Le Colloque International convoque des savoirs divers — anthropologie, littérature, histoire — et multiplie les angles d’analyse : nations indigènes et guerres étatiques, imaginaires et littératures sur le front de bataille, intégration régionale et mémoire des guerres, constructions nationales et guerres dans le cône sud, les langues dans la guerre, histoire connectée des guerres.

Haut de page

Image1

Lors du Colloque International « Le Paraguay à l’ombre de ses guerres. Acteurs, pouvoirs et représentations » qui s’est tenu à Paris (MAL, EHESS, IEP) du 17 au 19 novembre  2005, nous avions annoncé en conclusion la mise en ligne des communications dans leurs versions préliminaires. Nous sommes heureux d’initier cette parution avec le lancement du numéro 6 de Nuevo Mundo Mundos Nuevos. Grâce à la réactivité et interactivité d’internet, ces pré-actes vont nous permettre de renforcer les liens transnationaux et transatlantiques que nous avons noués au cours du colloque et de progresser mutuellement dans la compréhension de la Guerre de la Triple Aliance et de la Guerre du Chaco. Les textes restants (39 communications au total sont appelées à figurer dans cette section) seront ajoutés au fur et à mesure de leur réception lors des éditions mensuelles suivantes de la revue. Pendant ce temps, nos travaux sont en cours de correction, amélioration, traduction et sélection pour une édition française (L’Harmattan) en premier lieu, puis paraguayenne et enfin brésilienne. Chacun(e) est invité(e) à nous envoyer ses commentaires et corrections afin de faire évoluer les textes.

En las conclusiones del congreso internacional « El Paraguay en la encrucijada de sus guerras. Actores, poderes y representaciones », que tuvo lugar en París (MAL, EHESS, IEP) del 17 al 19 de noviembre del 2005, habíamos anunciado la publicación electrónica de los borradores de las comunicaciones en internet. Nos sentimos felices concretar el compromiso con el número 6 de la revista Nuevo Mundo Mundos Nuevos. La interactividad y reactividad de internet nos permitira fortalecer los vínculos transnacionales y transatlánticos generados por nuestro encuentro para profundizar nuestra comprensión mútua de estas dos guerras del Cono sur, la de la Triple Alianza (1864-1870) y la del Chaco (1932-1935). Los demás textos (son 39 en total) se irán añadiendo en las próximas actualizaciones mensuales de la revista. Mientras tanto, nuestros trabajos se están revisando y traduciendo para su publicación en Francia en primer lugar y despuès en Paraguay y Brasil. No duden en enviarnos sus comentarios y en señalarnos cualquier error, para añadirlos y hacer las correcciones correspondientes.

Argument

Le Paraguay a été le théâtre des deux guerres les plus importantes et meurtrières de l’Amérique post-coloniale. La Guerre de la Triple Alliance (1864-1870 : Brésil, Argentine, Uruguay/Paraguay) a impliqué une importante transformation de la géographie politique du Rio de la Plata : un nouvel équilibre entre les puissances régionales émerge des cendres de l’ancienne frontière des empires coloniaux espagnol et portugais. Les enjeux diplomatiques, militaires et économiques de la géopolitique du bassin de la Plata ont une longue histoire qui plonge ses racines à l’époque coloniale et se prolonge de nos jours dans le processus d’intégration régionale du MERCOSUR. La « Guerre du Paraguay » fut un événement militaire, social et culturel majeur du cône sud, dont les conséquences furent particulièrement dramatiques pour le Paraguay. Véritable hécatombe, les pertes démographiques s’élevèrent aux trois cinquièmes de la population, passant de 500 000 à 200 000 habitants en cinq ans. Les esclaves, les mulâtres et les ex-Indiens des Réductions jésuites furent particulièrement touchés tout en étant par là même effacés de la mémoire collective. Toute la population masculine – de 12 à 60 ans- fut mobilisée et 80% y trouva la mort. À la fin de la guerre, le Paraguay fut nommé « le pays des femmes » avec un sexe ratio adulte d’un homme pour quatre femmes. Ce pays qui faillit être rayé des cartes et qui ne dû sa survie qu’aux mésententes de ses deux puissants voisins vit sa politique intérieure durablement confisquée, son territoire significativement réduit et son appareil productif, anéanti.

La Guerre du Chaco (1932-1935 : Bolivie/Paraguay) permit au Paraguay d’affirmer sa souveraineté sur le Chaco septentrional et renforça l’isolement de la Bolivie, qui après avoir perdu sa côte Pacifique, ne pouvait plus se tourner vers le bassin de la Plata. Pour le Paraguay, les conséquences de cette guerre furent tout aussi cruciales. L’occupation définitive du Chaco septentrional mettait fin à la dynamique frontalière qui articula, quatre siècles durant, la relation entre le pays et les nations indigènes du Chaco. À l’aube de la guerre, en dehors de quelques exploitations qui s’y étaient installé vers la fin du XIXº siècle, le Chaco restait une région habitée par une multiplicité de populations indigènes qui évoluaient en dehors des dispositifs étatiques paraguayen et bolivien. Or, pendant la guerre, le Chaco devint le théâtre fondamental des opérations militaires : lorsqu’elles ne furent pas directement engagées dans l’armée paraguayenne, les populations locales ont servi en tant que guides et patrouilles d’exploration d’un terrain qu’elles maîtrisaient mieux que les officiers paraguayens. En même temps, l’afflux massif des troupes boliviennes venues de l’Altiplano et des troupes paraguayennes venues de la région orientale du pays, entraîna un métissage très poussé de la population et une crise épidémiologique qui modifia drastiquement les structures démographiques des sociétés indigènes du Chaco. Ainsi, les alliances que l’armée établit avec les ethnies locales, les déplacements et les regroupements massifs auxquels des dernières furent soumises, les transformations sociales, économiques et démographiques qui s’en suivirent décidèrent définitivement de l’inscription étatique de ces populations. Ces transformations ont marqué profondément la nouvelle dynamique sociale, culturelle et économique du Paraguay, mais aussi de la Bolivie.

Ainsi, les deux guerres constituent des clés de lecture incontournables pour comprendre les dynamiques et les processus en cours dans le Paraguay post-colonial. À soixante ans de distance et situées sur les deux espaces culturels et économiques qui constituent le Paraguay, elles auront des effets déterminants et structurels sur sa composition démographique, sur l’étendue de son territoire, sur ses dynamiques politiques, sur sa structure économique et sur sa composition et organisation culturelle. Mais en même temps, elles ne peuvent être cernées dans toute leurs densité et complexité qu’à la condition de les réinscrire dans une dynamique régionale de longue durée, en tant que dénouement historique des tensions, des fractures et des forces qui assaillent et traversent le Paraguay tout le long de son histoire pré-coloniale, coloniale et indépendante. Au Paraguay, ces deux guerres ont été largement écrites et décrites par une historiographie encore prédominante qui a voulu en faire le centre d’un récit épique et d’une conscience nationaliste. En termes généraux, cette lecture s’est fondée sur trois axes interprétatifs : a) L’histoire de la guerre serait militaire : un sujet historiographique au masculin, des discours et des esthétiques militaires, un récit belliciste des faits d’armes et des témoignages de soldats et d’anciens combattants monopolisent une scène qui ne peut se dire que sous le signe d’une épopée agonistique et téléologique ; b) L’histoire de la guerre serait nationale : le sujet historique concerné serait en tout état de cause un sujet national univoque qui s’exprime, se sacrifie ou s’affirme face aux forces qui le menacent depuis l’extérieur, la nation étant toujours le lieu d’une intériorité pure et indivisible ; c) L’histoire de la guerre serait étatique : sa dynamique est pensée comme la résultante de l’action cohérente des Etats et des appareils militaires et diplomatiques qu’ils déploient, comme le problème de leurs territoires et de leurs souverainetés menacées, ou alors, comme le lieu de réalisation historique de leur vocation transcendantale et nationale. Or, comme toute historiographie qui se donne pour tâche de parler au nom de la nation, de son histoire ou de sa vocation, cette historiographie n’a pu écrire l’histoire de ses guerres qu’au prix d’une imposture : celle qui ferait de la nation le sujet qui préside à sa propre formation, ou alors, celle qui lui permettrait d’affirmer l’existence d’une volonté nationale avant même l’histoire : avant même l’histoire de sa formation. Une historiographie qui aurait donc passé sous silence la multiplicité des acteurs culturels et sociaux impliqués dans ces guerres, la multiplicité des mémoires et des esthétiques qui les racontent, la multiplicité et la fragilité des pactes, des circulations et des alliances qui les sous-tendent.

Ce colloque se propose d’entamer une lecture critique des guerres du Paraguay en ouvrant le champ d’analyse à des acteurs, des dynamiques et des sujets sociaux jusqu’ici mal connus de l’historiographie traditionnelle. Pour ce faire, il nous faudra nécessairement déborder le champ strictement historiographique et convoquer les savoirs de l’anthropologie, des arts plastiques et littéraires et de la sociologie. La dispersion et le manque de communication entre les études paraguayennes en France et en Europe permettront aussi à ce colloque de se constituer en un espace nécessaire de discussion, d’échange et de confrontation des travaux en la matière. Il s’agirait donc de mettre en discussion et en circulation les matériaux, les disciplines et les hypothèses nécessaires à une déconstruction de la lecture militaire, nationale et étatique, qui a dirigé jusqu’ici les approches du problème.

Argumento

El Paraguay ha sido el escenario de las dos guerras más devastadoras e importantes que haya conocido la América post-colonial. La guerra de la Triple Alianza (1864-1870) que opuso, en la segunda mitad del siglo XIX, al Paraguay y a la coalición formada por Brasil, Argentina y Uruguay modificó sustantiva y durablemente la geografía política de la cuenca de la Plata y tuvo para el Paraguay consecuencias decisivas: cerca de tres quintos de la población paraguaya fue diezmada, su política interior se vio durablemente confiscada, su territorio significativamente reducido y su aparato productivo, devastado. La Guerra del Chaco (1932-1935), sesenta años más tarde, enfrentaba, en torno al antiguo expediente del control territorial del Chaco septentrional, a los estados Paraguayo y Boliviano: Bolivia, que había perdido en el siglo anterior su salida sobre el Pacífico, se veía ahora impedida de volverse hacia la cuenca del Plata; el Paraguay, en cambio, podía ahora por primera vez ejercer una soberanía efectiva sobre el Chaco, poniendo fin a la dinámica de fronteras que articuló, durante cuatro siglos, su relación con las naciones indígenas de la región.

Ambas guerras constituyen claves de lectura inevitables para comprender las dinámicas sociales que estructurarán y marcarán la historia moderna del Paraguay. Pero al mismo tiempo, ambas guerras sellarán el destino de un conjunto de poblaciones heterogéneas cuya historia –y cuya historicidad- sería necesario restituir: milicias de pardos y milicias indígenas, esclavos libertos, colonos y emigrantes, naciones indígenas del Chaco y del Mato Groso, población indígena del mundo reduccional, mujeres y campesinado, etc. Historias e historicidades que nos obligan a abrir el análisis sobre un conjunto diverso e irregular de memorias y de experiencias, de estéticas y de sentidos, de recorridos y territorios. Historias e historicidades heteróclitas que nos fuerzan a romper el relato unitario de una Historia Nacional para multiplicar las líneas de sentido y de lectura, y que nos obligan, en este sentido, a fecundar el análisis historiográfico a partir de los recursos de la antropología y de la estética, de la sociología y de los saberes locales.

Así, el presente coloquio pretende convocar un conjunto de textos cuyo encuentro sería de otro modo improbable: desde el análisis de las relaciones que establecieron las naciones chaqueñas con la tropa paraguaya y boliviana, al estudio de la producción artística y estética en los frentes de batalla; desde el problema de los archivos de guerra y de las memorias que autorizan o desautorizan, al problema de la participación de las poblaciones afro-americanas en las dinámicas de la guerra; desde el expediente de la historiografía militar de los conflictos, hasta aquel otro, silenciado, de las memorias civiles, de mujeres y de niños. A título indicativo, sobre el conjunto de poblaciones y espacios implicados en las guerras, proponemos tres líneas temáticas de trabajo que quisiéramos privilegiar:

Sujetos, actores y poblaciones en la guerra

Identificar y distinguir las distintas poblaciones, los distintos sujetos, las distintas territorialidades que, en cada caso, estuvieron en juego. Afirmar la especificidad cultural e histórica de dichas poblaciones y de dichos actores. Distinguir las dinámicas históricas y sociales que marcan su implicación en la guerra: poblaciones indígenas; poblaciones afroamericanas; colonos y emigrantes (rusos, menonitas, franceses, alemanes, etc.); mujeres; situación de las poblaciones de frontera; de la población indígena del Paraguay oriental; etc.

Memorias, archivos y estéticas de la guerra

Para esas poblaciones y sujetos, ¿qué archivos y qué soportes de memoria? ¿Qué estéticas y que narrativas organizan esa memoria, la trabajan, la elaboran? ¿Cuál es el estatuto de esas memorias? ¿Cómo restituir los pactos, las alianzas y las traiciones? ¿Cómo organizar una historia de las sensibilidades en juego? ¿Qué registros expresivos, qué campo estético, qué juegos significantes se abren sobre la experiencia de la guerra? ¿Cuál es, en este sentido, la productividad de esa experiencia? ¿Qué memorias indígenas? ¿Qué memorias negras? ¿Qué memorias civiles?

Instituciones, sujeciones y poderes

Problema de las diversas instituciones y de los diversos tejidos institucionales (ejército, milicias, estructuras de autoridad indígenas, iglesia(s)) que organizan y median la movilización y la implicación de las poblaciones concernidas en la experiencia social de la guerra. Segundo problema: el de las estructuras, de las relaciones y de las instituciones que resultan y se afirman a partir de la experiencia social de la guerra: nueva situación de las poblaciones indígenas, nuevo rol y nueva organización del Estado, nueva situación de la Iglesia, etc. Estructuras y estructuraciones sociales que median y articulan la experiencia de la guerra; estructuras y estructuraciones que resultan o se instituyen a partir de la guerra.

Liste des communications

Histoires connectées des guerres

Coordonné par Erwan Dianteil (EHESS)

Thomas Whigham (Université de Georgie / EUA)
Essai sur le développement du nationalisme en Amérique du Sud

Francisco Doratioto (Université Catholique de Brasilia / Brésil)
La politique paraguayenne de l’Empire du Brésil (1864-1872)

Rene Arze (Université de San Andrés / Bolivie)
Les sources orales de la guerre du Chaco en Bolivie

Laurent Henninger (CEHD)
La guerre du Chaco selon l’attaché militaire français en Bolivie et au Paraguay

Daniel Palmieri (CICR-Genève)
Le CICR et la guerre du Chaco

Mémoires des guerres (1)

Coordonné par Juan Carlos Garavaglia (EHESS)

Liliana Brezzo (CONICET / Argentine)
La guerre de la Triple Alliance à travers la mémoire de ses acteurs

Adelina Pusineri (Musée Andrés Barbero / Paraguay)
Etat des sources publiques et privées au Paraguay

Luc Capdevila (Université Rennes2)
Les vétérans paraguayens de la guerre de la Triple alliance (1870-1910) 

Capucine Boidin (Université de Lille3)
Archéologie des mémoires de la guerre de la Triple Alliance

Mémoires des guerres (2)

Coordonné par Renée Frégosi (IHEAL)

Guido Rodríguez Alcalá (Ecrivain / Paraguay)
Représentations du passé et système politique

M. Mar Langa Pizarro (Université de Alicante / Espagne)
La Guerre de la Triple Alliance dans la littérature paraguayenne

Maria Laura Reali (UDELAR – EHESS)
Le révisionnisme autour de la Guerre du Paraguay en Uruguay  

Les nations indigènes dans la guerre

Coordonné par Gilles Rivière (EHESS)

Maria de Fátima Costa (Université Fédérale du Mato Grosso / Brésil)
Les Guaikuru et la guerre de la Triple Alliance

Javier Rodríguez Mir (Université Autonome de Madrid / Espagne)
Le Chaco comme région frontière

Jürgen Riester (APCOB / Bolivie)
Iyambae, les Indiens de l’Orient Bolivien dans la Guerre du Chaco

Volker von Bremen (Anthropologue / Allemagne)
L’impact de la guerre du Chaco sur la territorialité Ayorea

Nicolas Richard (CEIFR – EHESS)
Des guerres à la guerre: l’implication des Ishir dans la Guerre du Chaco

Rodrigo Villagra (Tierra Viva / Paraguay)
Les Angaité et les Sanapaná dans la Guerre du Chaco

Barbara Schuchard (Université de Bonn / Allemagne)
Ethnies et Etats Nationaux pendant la Guerre du Chaco

Ernesto Paredes (Université de La Rochelle)
Les Mennonites et la guerre du Chaco : des colons entre deux feux

José Zanardini (CEADUC - Université Catholique d’Asunción / Paraguay)
Les indigènes et l’Etat paraguayen dans l’après-guerre du Chaco

Les guerres dans la littérature

Coordonné par Erich Fisbach (Univ. d’Angers)

Carla Fernandes (Université de Toulouse Le Mirail)
Deux guerres fondatrices de la littérature nationale 

Delicia Villagra Batoux (Ministère de l’Education / Paraguay)
A propos de l’œuvre guarani de Martinez Gamba, 'Ñorairo ñemombe’u

Maria Gabriella Dionisi (Université de Tuscia /Italie)
La figure d’Elisa Lynch dans la littérature paraguayenne

Lourdes Espínola (Ecrivaine / Paraguay)
Le Chaco comme territoire littéraire

Christine Pic Gilard (Université de Saint-Denis de La Réunion)
Les rôles du guarani dans les guerres du Paraguay

French Jennifer (Williams College / Grande Bretagne)
La Guerre du Paraguay dans l’oeuvre de Lucio V. Mansilla

Acteurs et sujets dans la guerre

Coordonné par Frédérique Langue (CNRS)

Jorge Rubiani (Abc / Paraguay)
Indigènes et esclaves dans la Guerre du Paraguay (1864-1870)

André Toral  (Fondation Amando Álvares Penteado / Brésil)
Les esclaves noirs dans la guerre du Paraguay (1864-1870)

Barbara Potthast (Université de Cologne / Allemagne)
Plus que des héroïnes. Les femmes dans la Guerre de la Triple Alliance

Milda Rivarola (Académie d’Histoire / Paraguay)
La Grande Guerre: ardeur guerrière et résistance

Gérard Gómez (Université d’Aix en Provence)
Le Paraguay à la veille de la guerre du Chaco

Salvatore D’Onofrio (Université de Palerme / Italie)
Guerres et systèmes de parenté

Écrire l’histoire des guerres du Mercosur

Débat coordonné par Denis Rolland (IEP de Strasbourg - IUF)

Introduit par Capucine Boidin, Luc Capdevila, Nicolas Richard. Avec Francisco Doratioto, Liliana Brezzo, Maria Laura Reali, Cristina Scheibe Wolff et Guido Rodríguez Alcalá.

Images et imaginaires au front

Coordonné par Carmen Bernand (Paris X – IUF)

Margarita Durán Estragó (Université Catholique d’Asunción / Paraguay)
Le catéchisme du gouvernement suprême

Herib Caballero Campos et Cayetano Ferreira Segovia (Université Nationale d’Asunción /Paraguay)
La Presse paraguayenne durant la Guerre contre la Triple Alliance 1864-1870 

André Toral (Fondation Amando Álvares Penteado / Brésil)
Les images de la Guerre de la Triple Alliance

Ticio Escobar (Museo del Barro / Paraguay)
Xilogravure sur le front de la guerre (1864-1870)

Wolf Lustig (Université de Mainz / Allemagne)
Le guaraní - langue de guerriers ?

Gérard Borras (Université Rennes2)
La musique populaire bolivienne pendant la guerre du Chaco

Organisation

Colloque organisé par :
UMR 8034 – Centre d’Etudes Interdisciplinaires des Faits Religieux
UMR 8565 – Centre de Recherches sur les Mondes Américains
FRE 2786 – Centre de Recherches sur les Sociétés et les Cultures de l’Ouest Européen

Avec le soutien de :
CNRS
Ministère des Relations Internationales du Paraguay
MAE
ITAIPU
CECIEC
Ambassade du Paraguay en France
Ambassade de France au Paraguay
Ministère de l’Éducation et de la Culture du Paraguay
Maison de l’Amérique Latine
EHESS
Université de ParisX - Nanterre

Lieux :
Maison de l’Amérique Latine, auditorium : 217 bd Saint-Germain – 75007 Paris
EHESS, amphithéâtre : 105 bd Raspail – 75006 Paris
Institut d’Etudes Politiques de Paris : 56 rue Jacob – 75006 Paris
Cinéma « Le Lucernaire » : 53 rue Notre-Dame des Champs – 75006 Paris
Ambassade du Paraguay : 1 rue Saint Dominique, 75007 Paris.

Activités autour du Colloque.

Film documentaire : « Cándido Lopez, los campos de batalla »

De José Luis García (Argentine), Argentine/Paraguay, 2004. 102 min, Couleur, Vidéo, V.O. espagnole, STF

Cándido Lopez, soldat argentin pendant la guerre contre le Paraguay, produit sur le front de bataille des dizaines d’esquisses en crayon. De retour à Buenos Aires, ayant perdu sa main droite dans les combats, il travaille de sa main gauche pour faire de ses ébauches un ensemble de peintures devant servir de « témoignage historique ». Mal connus du publique –car il ne s’agit ni de héros ni d’armées victorieuses-, ses peintures sont plus influencées par la photographie que par les peintres de l’époque. Guidé par l’œuvre de Lopez et par un surprenant personnage paraguayen –don Cirilio Batalla Hermosa- le documentaire remonte la géographie de cette guerre peuplée de fantômes et de mythes. Cette guerre qui, selon le président Sarmiento, ne put finir que lorsque « tous les Paraguayens de plus de dix ans furent tués ».  

Film documentaire: « Iyambae. Ser libre, La Guerra del Chaco 1932-1935 »

De Jürgen Riester (Allemagne), Bolivie, 2005, DVD, VO espagnole

La Guerre du Chaco (1932-1935), une des plus cruelles dans l’histoire moderne de l’Amérique du Sud, opposa les armées du Paraguay et la Bolivie sur le théâtre du Grand Chaco. Plus de 100.000 personnes y périrent. Le grand Chaco était alors habité par une multiplicité de peuples indigènes pour qui les frontières et les symboles nationaux étaient dépourvus de sens. Le conflit bouleversa profondément la vie de ces peuples, en déterminant leur sort et en laissant des traces profondes dans leurs mémoires. Le documentaire ne discute pas les stratégies géopolitiques des deux pays, mais il montre, en s’appuyant sur les témoignages indiens, l’expérience indigène de cette guerre en redonnant la parole à ceux, longtemps oubliés, qui la subirent sans la comprendre. Les enregistrements furent réalisés en Bolivie et au Paraguay. Ils constituent un document de première importance pour relire, en l’excentrant, l’histoire de cette guerre.

Exposition : « Cabichui, l’art de la guerre au Paraguay »

Exposition de Xylogravures de la Guerre de la Triple Alliance (Museo del Barro du Paraguay)

Le haut degré d’alphabétisme des troupes paraguayennes fut intelligemment utilisé par le Maréchal Francisco Solano Lopez, président du Paraguay lors de la guerre contre la Triple Alliance (Argentine, Brésil et Uruguay). Plusieurs journaux furent alors publiés :  « El centinela », « El Cacique Lambaré » et, plus tard, « La Estrella » servirent à des fins de propagande et de moralisation de la population. Parmi eux, « El Cabichui » (« la guêpe » en guaraní) représente un cas exceptionnel dans l’histoire de la production graphique régionale. Si le texte de ses articles est soumis aux exigences de la propagande officielle, les images, elles, seront appropriées par une culture populaire riche et de longue tradition. Gravées en bois sur le front même du champ de bataille, les xylogravures du Cabichui constituent le point le plus saillant de l’art graphique paraguayen du XIXème siècle et l’un des cas les plus particuliers dans l’art graphique latino américain de l’époque.

Cette exposition, organisée par le Museo del Barro de Asunción, est à Paris grâce à l’initiative et aux soins de l’ambassade du Paraguay en France.