Navigation – Plan du site
Batallas en el cielo
Boris Jeanne

Extension du domaine de la lutte

[03/02/2006]

Entrées d’index

Mots clés :

Mexique, cinéma, Mexico, Reygadas
Haut de page

Texte intégral

1Avant d’être un événement mexicain, Batalla en el cielo fut un événement cannois, et cela pour une raison qui se banalise (The Brown Bunny l’année précédente) : le métrage est jalonné de scènes de sexe explicite. Et si on a beaucoup parlé de la fellation initiale reprise en clôture du film, on pouvait également faire mention des corps nus de métis en surcharge pondérale qui se font l’amour comme on se frappe dans la moiteur d’une nuit chilanga.

2L’objectif de ce texte n’est pas de réduire l’œuvre complexe du réalisateur de Japón à la monstration de chairs – mais bien de souligner combien le contraste entre ces chairs est un des fondements du propos politique.

3Il est aisé de voir que ce film est une bataille au septième ciel, une transposition de la lutte des classes dans le domaine de la lutte des corps, car là où les pesanteurs sociales sont trop lourdes (irrémédiable distance entre le monde de Marcos le chauffeur, et celui d’Ana la fille du général), il est encore une transgression possible, celle de l’acte sexuel. Le thème du dévoiement d’une gosse de riche par un homme plus pauvre n’est pas neuf, mais d’ordinaire le gigolo est classieux, possède une sensualité intrigante (Bel-Ami, Mr. Ripley, J’irais cracher sur vos tombes, etc.) et se trouve en position d’imposture. Ce n’est absolument pas le cas de Marcos, gros, moche, bigleux, sale et/ou à la peau sombre – tous ces qualificatifs sont aussi un des problèmes du film, car Reygadas ne cache pas son mépris de classe pour ces populations.

4Mais il faut montrer cette distance sociale, puisque nous sommes au cinéma, la rendre absolument évidente, et ne pas permettre au spectateur de détourner son regard de cette prolongation de la lutte des classes. Filmer de longues scènes de sexe explicite (où l’érection n’est pas feinte au moyen d’une prothèse, où la pénétration n’est pas esquivée par un pot de fleurs en plein champ) sert à cela : compter sur le voyeurisme du spectateur pour lui forcer à voir la différence entre Ana la blanche et Marcos le métis, entre la petite privilégiée et le portier amené à enlever le bébé de sa voisine pour la rançonner.

5Reygadas filme au plus proche ce choc de la rencontre entre une peau plus blanche que blanche (la grande bourgeoisie mexicaine, militaire au surplus), et une peau basanée, rugueuse, adipeuse. Le spectateur ne peut alors pas éviter de voir ce contraste entre les deux mondes décrits par le film.

6Et à l’opposé de ce contraste, il filme tout aussi explicitement la violence de l’amour entre Marcos et sa femme, dans la sueur et les coups, la laideur également. Car la violence est à l’intérieur de ce monde défavorisé, et non plus tournée contre les riches : c’est bien l’enfant d’une personne de même catégorie sociale qui est kidnappée, et pas la fille du général ou l’une de ses amies. L’âpreté des relations au sein même des classes laborieuses (que malheureusement Reygadas filme également comme des classes dangereuses) est immédiatement perceptible dans cette façon explicite de filmer ce couple dans sa réalité la plus intime.

7Jouant du contraste des peaux comme des différences de pratiques sexuelles, Batalla en el cielo propose un filmage en étroite adéquation avec son propos politique, montrant très explicitement que la lutte des classes s’est étendue au domaine du sexe. En aucun cas ces scènes-chocs ne sont gratuites, et le malaise qu’elles provoquent est bienvenu in fine – ne pas réagir devant un tel malaise social serait le pire des abandons.

Haut de page

Table des illustrations

URL http://nuevomundo.revues.org/docannexe/image/1771/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 106k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Boris Jeanne, « Extension du domaine de la lutte », Nuevo Mundo Mundos Nuevos [En ligne], Images en mouvement, 2006, mis en ligne le 03 février 2006, consulté le 18 octobre 2017. URL : http://nuevomundo.revues.org/1771

Haut de page

Auteur

Boris Jeanne

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Nuevo mundo mundos nuevos est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page