Navigation – Plan du site
Boris Jeanne

Grand singe et méchants sauvages

À propos du King Kong de Peter Jackson
[03/02/2006]

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

1Il est quasiment impossible de répondre à la bêtise crasse d’un film comme King Kong, tant il bénéficie d’une surexposition médiatique constante, et tant son côté « grand spectacle » amenuise toute tentative de critique. On peut tout de même essayer.

2Fait incriminé : quand l’équipe de tournage censée filmer la Bête arrive sur cette fameuse île du Pacifique, elle est immédiatement attaquée par un groupe d’autochtones sales et sombres aux dents taillées en pointe. Heureusement l’homme blanc dispose des armes à feu pour disperser ces indigènes cruels équipés d’arrêtes de poisson aiguisées. Cette scène dure une demi-heure et installe un profond malaise, qui interdit d’apprécier tout le reste du « spectacle » : en 2005, la rencontre entre les Occidentaux et les habitants des îles du Pacifique est encore filmée comme un choc de civilisation face à des sauvages anthropophages. Ce qui n’est pas sans alarmer la conscience de l’américaniste.

3Développement : King Kong est un remake du célèbre film de 1933, mais qui n’a de cesse de remployer les matériaux de nombreux autres films. Peter Jackson est un cinéphile passionné par son support – voir son Forgotten Silver où il forgeait une origine du cinéma antérieure au frères Lumières, et néo-zélandaise. Ainsi il récupère le logiciel à dinosaures de Jurassic Park pour mettre vélociraptors et tyrannosaures face au grand singe,  il repique une double scène de confession face-caméra du réalisateur ayant perdu un membre de son équipe à l’identique du C’est arrivé près de chez vous de Rémy Belvaux et Benoît Poelvoorde, et ainsi de suite dans les plus divers domaines du cinéma de genre. Bien sûr ce type de remploi n’est pas condamnable, Quentin Tarantino en a tiré une somptueuse filmographie. Le problème est que pour illustrer ces populations autochtones du Pacifique, Peter Jackson s’est inspiré de… Ghosts of Mars, film de John Carpenter où des morts-vivants attaquent un fourgon de police. Filmer les indigènes comme des morts-vivants belliqueux, voilà ce que propose King Kong au monde entier, avec les moyens de diffusion de masse que sont ceux d’Hollywood.

4Conclusion : le sauvage reste un sauvage. Cela est d’autant moins pardonnable que Peter Jackson est Néo-zélandais, donc issu d’une nation colonisatrice du Pacifique, en contact avec ces populations maoris ou samoanes à lire en filigrane derrière cette scène de King Kong. Et ce racisme apeurant s’affiche tranquillement dans un film proposé à un très large public, dont l’absence de propos supposée (King Kong ne démontre rien) devrait être compensée par la qualité graphique du traitement (on en prend plein les yeux). Il n’en est rien, puisque si le grand singe est sauvé (tombant amoureux de la civilisation – la femme blonde), les sauvages n’ont pas cette chance.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Boris Jeanne, « Grand singe et méchants sauvages », Nuevo Mundo Mundos Nuevos [En ligne], Images en mouvement, 2006, mis en ligne le 03 février 2006, consulté le 30 mars 2017. URL : http://nuevomundo.revues.org/1772

Haut de page

Auteur

Boris Jeanne

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Nuevo mundo mundos nuevos est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page