Navigation – Plan du site
Frédérique Langue

Report Documents 18 Years of « Dirty War » in Mexico

28/03/2006

Autre mise en ligne récente (février 2006) de la George Washington University, cet ensemble de documents « déclassifiés » viennent enrichir le site déjà conséquent pour l’Amérique latine du National Security Archive. Disponible en espagnol ou en anglais, ce panorama documentaire de la « guerre sale » au Mexique, de la fin des années soixante au début des années 1980, met en évidence la manière dont l’Etat mexicain a organisé la répression des mouvements populaires, des mobilisations estudiantines ou de la guérilla. Cet ensemble consacré à la contrainsurgencia dans sa version militaire (armée, forces spéciales de sécurité) comprend notamment un rapport sur la "guerra sucia", rapport sans précédent élaboré par le gouvernement mexicain afin d’éclaircir le contexte de ces disparitions et assassinats qui ont touché aussi bien des rebelles armés que des civils.

A l’origine de ce travail réalisé par une équipe de 27 chercheurs, un organisme créé par le président Vicente Fox afin d’élucider les crimes contre l’humanité commis sous les administrations de Gustavo Díaz Ordaz (1964-1970), Luis Echeverría Álvarez (1970-1976) et  José López Portillo (1976-1982). Le rapport final de la Fiscalía Especial est publié ici dans sa version préliminaire, la version intégrale — pour l’instant divulguée à quelques personnalités seulement — devant également être publiée par le National Security Archive. Ce n’est en effet qu’aujourd’hui que l’Etat mexicain reconnaît à la fois le droit à l’information de ses citoyens sur ce sujet et sa responsabilité dans ces faits de violence politique avérée.

Plusieurs chapitres composent ce rapport, notamment ceux consacrés au mouvement estudiantin de 1968, au 10 juin 1971 et aux débuts de la dissidence étudiante, les débuts de la « guérilla moderne » au Mexique, la « Guerre sale » dans l’Etat de Guerrero, les crimes contre l’humanité et crimes de guerres, les modalités de la persécution politique et le rôle de la justice mexicaine,  et des listes de disparus.

Des extraits ou articles de presse ayant accompagné l’événement que constitue cette divulgation (New York Times, Associated Press, El Universal, La Jornada …) accompagnent ce dossier fondamental pour la compréhension de l’histoire récente de l’Amérique latine. De même qu’un certain nombre de liens  vers des sites complémentaires, dont le projet Mexique du NSA, The National Security Archive's Mexico Project Page, dirigé par Kate Doyle, ou encore des documents  américains « déclassifiés »  et concernant le massacre de Tlatelolco  (1968).

Haut de page