Navigation – Plan du site
Marta Mariasole Raimondi

Artaud et les Tarahumaras

Film vidéo, NB et couleur, 52 minutes,16 mm, 1996.
[20/01/2008]

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

1Ce film propose des scènes de vie des Tarahumaras, une ethnie originaire du Mexique installée dans le territoire de l'Etat de Chiuahua, dans un milieu montagneux très sauvage. La caméra reprend les danses et les rites de ces mangeurs de peyotl d'un regard rapide et saccadé primant des cadrages de détail où prédominent les pieds, pour nous montrer ces corps d'homme et de femme en mouvement, courant, dansant, bondissant au milieu des leurs éléments naturels : rocailles, rivières, rochers, sans oublier le ciel1.

2Le paysage acquiert ainsi une importance fondamentale, étant filmé de façon à nous montrer l'immensité de sa grandeur en mettant en exergue ses montagnes peuplées d'effigies naturelles et ces rochers gravés de symboles magiques.

3Ce défilé de corps en mouvement sur ce fond majestueux est accompagné d'un bout à l'autre par une musique envoûtante et omniprésente, produite par des instruments à arc ou des percussions dont le rythme endiablé ne cesse d'augmenter.

4Le film est le résultat d'un montage où sont rassemblées des scènes tirées de plusieurs autres tournages que la réalisatrice Raymonde Carasco avait déjà effectués sur les Tarahumaras et leurs activités rituelles2. Au cours de ces voyages, elle reprend le chemin qu'Antonin Artaud avait emprunté des décennies auparavant et dont il nous reste des témoignages écrits par lui-même3. Ce film, en effet, se veut une sorte de rencontre entre la réalisatrice et Antonin Artaud (interprété avec beaucoup d'intensité par Philippe Clévenot) dont la parole accompagne les images en voix-off.

5Raymonde Carasco utilise des techniques cinématographiques qui relèvent d'une nouvelle manière de poser le regard de la caméra sur une culture autre afin de la faire revivre dans un documentaire. La primauté de l'image sur les dialogues a pour fonction de s'approcher de manière plus directe de l'univers des Tarahumaras. En effet, à la différence des méthodes de l'anthropologie visuelle classique (utilisant une narration de type descriptif, basée sur la continuité du récit), cette conception du documentaire anthropologique cherche à faire directement transpirer les sensations qui émanent de cet autre monde, en faisant appel aux formes poétiques où se concrétise sa culture. A cet égard, Corinne Maury, dans son article Formes poétiques dans le cinéma anthropologique4, commente ainsi l'œuvre de cette cinéaste : «Raymonde Carasco filme le rite comme un peintre en mouvement et développe une véritable écriture poétique des corps. (…) Carasco filme le corps en rituel comme une figure sensible et originelle qui dessine à l'écran les rapports de forces primordiaux entre les hommes, la terre, le ciel».

6D'après Artaud, dont la réalisatrice s'inspire fortement en filmant les Tarahumaras, c'est à partir de la reconnaissance du pouvoir qu'ont ces forces que leur pensée philosophique se constitue. Artaud regarde les Tarahumaras comme un peuple fier et intègre, pratiquant des rituels n'ayant rien de commun avec la religion chrétienne et fondant leurs croyances sur l'équilibre entre corps et cosmos. Les cérémonials d'ordre mystique et religieux qu'ils traduisent par leurs danses lui ont permis de recueillir un témoignage précieux duquel il s'inspire dans ses réflexions sur la vraie essence du théâtre. Le Théâtre de la Cruauté, c'est ainsi qu'il le nomme, a pour but de restituer au théâtre sa réelle dimension alchimique liée à l'utilisation de symboles vivants. Il vise ainsi à le rendre capable de déclencher chez les spectateurs des émotions enfouies et des conflits ancestraux, afin de les réveiller à la dimension pulsionnelle de la vie.

7Par le biais de ces images de corps en mouvement regardés comme une corporalité ritualisé, à travers ces paysages chargés de symboles, soulignés par la voix du comédien qui interprète et fait vivre sur scène Antonin Artaud, la réalisatrice cherche non seulement à représenter ce peuple, mais aussi à rendre hommage à Artaud, en s'essayant à faire passer les émotions qui se dégagent de l'expérience intense, violente et bouleversante de cette manière de concevoir la mise en scène.

Haut de page

Notes

1  Il convient de souligner le lien qui existe entre la prédominance des images consacrées aux pieds et le nom que les Tarahumaras se donnent eux-mêmes : raràmuri, mot qui signifie coureurs à pieds. Ce peuple, en effet, conçoit la course d'endurance comme un moyen de communication, le seul possible, d'ailleurs, sur un terrain si accidenté.
2  La majorité des images proviennent de deux groupes de films : l'un constituant une chronique des rites Tarahumaras et comprenant des films tournés entre 1978 et 1985 (Tarahumaras 79, Tutuguri, Los Pintos, Fumari, Los Pascoleros), l'autre illustrant les étapes des rites d'initiation et comprenant des films tournés entre 1987 et 2001 (Ciguri 96, Ciguri 98, La Danse du Peyotl, Ciguri 99, Le dernier Chaman et Tarahumaras 2003, La fêlure du temps).
3  Ses livres à ce sujet vont de Voyage au pays de Tarahumaras, écrit en 1936, à Tutuguri, écrit en 1948.
4  C. Maury, Formes poétiques dans le cinéma anthropologique.

Source : www.comite-film-ethno.net/colloque/pdf/dis-positifs-imagetiques/maury.pdf

Haut de page

Table des illustrations

URL http://nuevomundo.revues.org/docannexe/image/19233/img-1.png
Fichier image/png, 41k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marta Mariasole Raimondi, « Artaud et les Tarahumaras », Nuevo Mundo Mundos Nuevos [En ligne], Images en mouvement, 2008, mis en ligne le 20 janvier 2008, consulté le 22 septembre 2017. URL : http://nuevomundo.revues.org/19233

Haut de page

Auteur

Marta Mariasole Raimondi

Master 2 Ethnologie et Anthropologie Sociale

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Nuevo mundo mundos nuevos est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page