Navigation – Plan du site
Leonardo García

Charango para todos - El portal de Héctor Soto

28/03/2006

Le charango constitue de nos jours l'un des instruments emblématiques de ladite "Musique des Andes". Traditionnellement ce petit luth à cinq cordes doubles intègre les ensembles de musique andine urbaine à côté de la kena (flûte à encoche), du sikus (flûte de Pan), de la guitare et du tambour bombo. Ce type de groupe "classique" s'avère présent non seulement dans les pays andins mais aussi en Europe (dès les années 1960), en Amérique du Nord et actuellement dans des endroits aussi éloignés des Andes que peuvent l'être Doubaï ou Hongkong ... C'est vraisemblablement à travers cette diffusion planétaire que le charango peut se considérer désormais comme un instrument global, détaché de son contexte d'origine et ayant des adeptes un peu partout dans le monde.

C'est en considérant l'ouverture du charango sur le monde que le musicien chilien Héctor Soto à lancé le site web www.charango.cl . Tout en relevant ses origines historiques et sa diversité dans la tradition (ex. divers contextes de jeu et d'usage) l'auteur illustre les derniers développements musicaux de l'instrument dans les pays andins comme ailleurs.   

Le site entièrement dédié au charango, instrument auquel il a dédié sa vie en tant que soliste et compositeur, paraît au premier regard comme un espace dédié à la biographie et aux productions discographiques les plus importantes de son auteur. Nous trouvons ainsi une riche discographie, la plupart malheureusement introuvable en France, des photos, des partitions et des fichiers  mp3 résumant la carrière artistique de Héctor Soto.

Néanmoins, en arpentant les nombreuses icônes et links on se rend compte très vite que www.charango.cl dépasse largement nos attentes par rapport à un simple site personnel. Il s'agit également d'un travail de réflexion et de critique inusuels dans la plupart des sites web consacrés aux musiques "populaires" andines.  

Ainsi, Héctor Soto consacre une grande partie du site aux aspects historiques du charango; instrument métis par excellence, les cordophones étant inexistants dans les sociétés pré-hispaniques. Le site s'ouvre à une bibliographie intéressante et variée, dont nombreuses illustrations et textes. Il s'ouvre également aux links web parfois étonnants comme par exemple celui d'une page attribuant des origines mexicaines au charango!

Héctor Soto aborde également la présence du charango dans l'ensemble des régions andines comprises entre l’Equateur et l’axe austral formé par le Chili et l’Argentine. D'ailleurs l'auteur remarque avec honnêteté qu'au Chili, à la différence de la Bolivie, le charango n’est pas un instrument endémique; son adoption remontant à partir de la deuxième moitié du XXe siècle par l'influence de la mouvance du "Neo-floklore", et plus tard de la "Nueva Canción Chilena" (dans les années 1960).

Le site relève également l'aspect planétaire de l'instrument en mentionnant l'importance du rôle de l'Europe dans la diffusion et dans les échanges des musiques andines et latino-américaines à partir des années 1960. Ces échanges ayant été le fruit de la rencontre, particulièrement en France, de différents musiciens latino-américains avec des homologues locaux adeptes de ces nouvelles musiques.

L'auteur aborde également la question toujours sensible du nationalisme chilien. De cette manière il évoque la stigmatisation du charango déjà dans les années 1950 par les secteurs dominants de la société, considérant les instruments musicaux andins comme étrangers à une prétendue identité nationale.

Sur ce point l'auteur a la sensibilité et l'intelligence de traiter également la question des symboles sociaux et politiques attribués au charango; les instruments andins étant associés autant aux exclus qu'aux contestataires de gauche, ont simplement été interdits à partir de 1973 et lors des premières années de la dictature militaire.

Héctor Soto prouve également sa finesse à traiter le développement du charango dans les pays voisins et particulièrement en Bolivie, où l'instrument s'avère très joué. Le site expose de manière claire les différents types de charango selon leurs origines géographiques ainsi que selon les différents styles et contextes de jeu traditionnels.

Ce dernier aspect me paraît digne d'éloge car, sur Internet, la plupart des espaces dédiés aux "Musiques des Andes" se caractérisent souvent par une aura de chauvinisme sirupeux nuisant toute analyse détachée des engagements nationalistes.

En suivant sa démarche, Héctor Soto évoque également, dans une section consacrée aux meilleurs joueurs de charango, les carrières des virtuoses boliviens tels Ernesto Cavour ou William Centellas exposés à côté des meilleurs solistes chiliens comme Horacio Durán ou Freddy Torrealba.  

C'est aussi le même cas pour les facteurs de l'instrument. Boliviens, Chiliens et Argentins figurent amplement avec photo, coordonnés et détails de leurs productions sans qu'on puisse sentir une préférence particulière de l'auteur pour certains d'entre eux.   

D'un point de vue pédagogique le site propose également un bon départ pour tout néophyte voulant s'initier au charango. Ainsi, la vaste quantité de partitions, des démonstrations à travers  des fichiers audio mp3, des links vers une discographie essentielle et vers des méthodes plus approfondies apportent une aide pédagogique digne d'éloge.

Finalement, dans la rubrique "charangueros", l'auteur cherche comme dans tout site d'envergure, à établir le contact entre joueurs de charango à travers le monde. Cette rubrique offre la possibilité pour chacun d'exposer sa photo, ses enregistrements personnels et ses coordonnées.

Il est intéressant dans cette rubrique de constater la présence de musiciens de diverses nationalités et approches, ce qui prouve encore une fois l'expansion actuelle du charango au niveau global.

Haut de page