Navigation – Plan du site
Véronique Boyer

Le mouvement des sages-femmes traditionnelles dans l’Amapá : Une mobilisation féminine exemplaire et les limites du développement local.

[17/03/2006]

Résumés

Un vaste réseau d’associations destinées aux femmes ou fondées par elles se forme dans les différents états de l’Amazonie brésilienne. l’un des meilleurs exemples d’une mobilisation populaire féminine réussie semble être le Réseau des sages-femmes traditionnelles de l’Amapá (Reparta), une organisation qui a reçu les honneurs de diverses fondations nationales et internationales. Un examen attentif montre cependant la fragilité des acquis du mouvement. La double inscription des présidentes d’association, qui ont pour la plupart exercé à l’hôpital, leur permet en effet d’établir des passerelles entre l’espace officiel de la médecine et l’exercice plus informel des accouchements à domicile. Mais elle est aussi à l’origine de leur autorité sur les associées et de la confiance que leur accorde le gouvernement. On soulignera alors quelques uns des effets sociaux et politiques locaux des actions entreprises ainsi que certains paradoxes et limites du mouvement.

Haut de page

Notes de la rédaction

Je tiens à exprimer mes chaleureux remerciements à Frédéric Bourdier pour ses remarques encourageantes et ses commentaires judicieux sur une première version de ce texte. Les interprétations proposées n’engagent bien entendu que ma seule responsabilité.

Texte intégral

1Cantonné au milieu académique brésilien dans les années soixante-dix avec le développement des études féminines, puis des gender studies (Heilborn & Sorj, 1999 : 187), l’intérêt pour les mouvements de femmes est aujourd’hui à la mesure de l’impulsion donnée au cours de la décennie suivante par les agences internationales de financement pour élaborer des programmes à l’intention des femmes, mais aussi des luttes de ces dernières pour s’imposer dans les partis politiques et les syndicats (Castro, 1995 ; Thayer, 2001). Les années quatre-vingt-dix ont été celles d’un essor remarquable du mouvement et ici et là se sont constituées  de nombreuses structures féminines : associations, forums ou encore Ongs, certaines visant à l’insertion des femmes dans le marché du travail ou d’autres se proposant d’être un lieu d’échange et de discussion.

2L’importante bibliographie sur les mouvements de femmes en Amérique latine reflète cette effervescence. Les études, essentiellement en sciences politiques1, traitent un large éventail de thèmes, de l’histoire du féminisme2 à la définition de politiques publiques pour les droits reproductifs et contre la violence conjugale3, de leurs formes d’organisation et d’action4 et de l’implication des femmes pour la protection de l’environnement5.

3Pour le Brésil amazonien, le Réseau National des Sages-femmes Traditionnelles apparaît comme l’exemple réussi d’une mobilisation populaire féminine. Formé à sa base d’associations locales qui regroupent les sages-femmes opérant dans une municipalité, il s’organise à l’échelle des états, pour l’instant essentiellement ceux des régions Nord et Nordeste, puis au niveau de l’Union en un réseau qui cherche à couvrir l’ensemble du pays.

4L’idée est née en 1990 dans une ONG nordestine (Cais do parto - Centro Ativo de Integração do Ser Olinda/Pernambuco). L’une des trois fondatrices est une infirmière déçue par la « relation froide et mécanique entre médecins et patients »6 qui décide de mener une enquête sur les accouchements à domicile. Séduite par les méthodes de ses informatrices, Suely Carvalho devient elle-même une sage-femme dite traditionnelle par opposition à celles qui exercent en milieu hospitalier. Elle lance alors un projet expérimental7 à Caruaru (Pernambuco) pour former ses nouvelles collègues aux notions d’asepsie de la médecine moderne mais aussi pour systématiser leurs connaissances en matière de plantes médicinales. Ce projet est suivi d’un programme à l’échelle nationale qui reçoit l’appui de l’Unicef8.

5Suely Carvalho9 estime à 60.000 les sages-femmes qui pratiquent les accouchements à domicile10, 75% d’entre elles exerçant dans un milieu rural où l’accès aux soins médicaux et les transports sont plus que problématiques. Coordinatrice nationale du Réseau depuis sa fondation, elle entend faire reconnaître par les autorités politiques et médicales l’importance du rôle des accoucheuses dans la prise en charge des naissances et leur contribution à la réduction du taux de mortalité des femmes et des nouveaux-nés. Pour lutter contre les préjugés des médecins et pouvoir assurer un relais sans heurt entre les services de santé de proximité offerts par les sages-femmes traditionnelles et une prise en charge hospitalière parfois nécessaire, il convient, soutiennent les dirigeantes du mouvement, de leur donner le statut d’une catégorie socioprofessionnelle dont l’exercice réglementé serait rémunéré par l’état.

6Les sages-femmes, disent leurs porte-parole, ne se contentent pas de demander des formations leur permettant de mieux maîtriser les aspects techniques de la naissance. Elles plaident aussi pour une conception différente de celle des médecins qui effectuent à l’excès des césariennes. Elles font l’éloge d’un accouchement dit humanisé, c’est-à-dire par voie basse et suivi de l’allaitement au sein, prenant en compte le désir des femmes quant à leur position et respectueux des dimensions religieuses et culturelles qui entourent la naissance. La coordinatrice nationale du Réseau11, ne tarissant pas de louanges, les tient pour les représentantes des cultures indigènes et noires et n’hésite pas à les qualifier de « leaders naturelles de leurs communautés ». Suely Carvalho conclut d’ailleurs que la défense de leurs pratiques dites traditionnelles contribue à préserver la culture nationale brésilienne. Les sages-femmes du Réseau se voient ainsi promues gardiennes d’une identité et maîtresses d’un savoir ancestral.

7Dans la région Nord, le mouvement des sages-femmes est particulièrement bien implanté dans l’Amapá, un petit état au nord-est de l’Amazonie brésilienne. Le bilan du projet « réseau des sages-femmes traditionnelles de l’Amapá - ‘Mère Luiza’12 » (Reparta), qui commence en 1995, a largement dépassé les attentes. Plusieurs nominations et distinctions attestent de la réussite de la Reparta. En 1998, elle a par exemple été finalistes du programme Gestion Publique et Citoyenneté13 fondé par la Fondation Getúlio Vargas, la Fondation Ford et la BNDES (Banque Nationale de Développement économique et social), qui récompense des initiatives novatrices de coopération entre gouvernement et société civile14. Les statistiques de diverses institutions nationales et internationales témoignent de l’extrême bon comportement de l’Amapá en matière de santé périnatale. Le Ministère de la santé le place en quatrième position pour la surveillance prénatale. L’IBGE (Institut Brésilien de Géographie et de Statistiques) le situe au sixième rang pour la mortalité maternelle et sous la moyenne nationale pour la mortalité infantile. De son côté, l’OMS lui reconnaît le plus faible indice de césariennes (14%), sous la barre du taux annuel considéré acceptable (15%), dans un pays où le taux national est de plus de 37%15. Le succès de la Reparta semble coïncider avec l’efficacité des politiques de santé publique mises en œuvre par l’état en matière d’accouchement.

8Le mouvement des sages-femmes de l’Amapá se veut résolument à l’avant-garde des mobilisations populaires. Une responsable de l’Agemp (Agence de Promotion de la citoyenneté), un organisme du gouvernement de l’état coordonnant des programmes destinés entre autres aux femmes, soulignait d’ailleurs que l’Amapá est l’état du Nord où le mouvement est « le plus organisé et celui où il est le plus fort du Brésil. » La Reparta se pose donc comme un modèle pour les sages-femmes des autres états, y compris des états industrialisés du sud du pays, car elle a obtenu que les autorités institutionnelles les aident à organiser des réunions d’information sur les techniques utilisées en milieu hospitalier, sans que soient pour autant dévalorisées leurs pratiques. Par ailleurs, au plan régional, elle s’affiche comme un exemple pour les nombreuses associations de femmes qui se sont constituées dans l’Amapá. C’est à ce double titre, celui d’une satisfaction affichée par les dirigeantes et d’une renommée indiscutable parmi les mouvements de femmes, que le réseau m’intéresse ici.

9Un bref historique du mouvement dans l’état de l’Amapá me permettra de présenter les principales demandes des sages-femmes, c’est-à-dire l’officialisation de leur statut, la formation, le matériel et le salaire qu’elles reçoivent. J’examinerai ensuite deux expressions couramment utilisées par les dirigeantes de la Reparta et que l’on trouve également dans les textes officiels : « l’union du savoir scientifique et du savoir populaire » qui semble résumer l’idée que les sages-femmes se font du devenir de leur profession, et « l’accouchement humanisé » qu’elles défendraient. J’examinerai pour finir le cas d’un autre symbole fort du succès du mouvement des sages-femmes pour tenter de saisir quelques uns des effets de l’action gouvernementale : la maison de l’accouchement.

10Je ne prétends pas faire une expertise du mouvement mais plutôt explorer le discours et les pratiques de ces femmes en relevant quelques paradoxes qui établissent les limites de leurs conquêtes. Il faudra noter que l’évidence de certaines contradictions n’entame cependant jamais la réputation d’acquis solides et constructifs allant dans le sens du développement durable dont l’Amapá prétend être une vitrine.

La constitution du réseau des sages-femmes dans l’Amapá

11Des entretiens réalisés dans l’Amapá avec des sages-femmes en juin et novembre 2002 et des documents officiels du gouvernement me serviront de base pour retracer les débuts du mouvement dans les mois précédant la première élection de João Alberto Capiberibe au poste de gouverneur de l’état, à la fin 1994. Au cours de la campagne, son épouse, à l’époque députée de l’état, s’est rendue dans la petite ville d’Oyapoque, au nord de l’Amapá, pour rencontrer les militants du PSB (Parti Socialiste Brésilien) soutenant sa candidature et celle du futur gouverneur. Parmi ceux-là, se trouve Teresa Bordallo, une aide-soignante qui se montre sensible à l’intérêt de Janete Capiberibe pour les sages-femmes et à sa promesse de valoriser leur travail. Il est vrai qu’accouchant les femmes aussi bien à l’hôpital qu’à leur domicile, Teresa est sans conteste une interlocutrice privilégiée pour connaître les différences entre les pratiques hospitalières et domiciliaires et une médiatrice parfaite pour établir le contact avec les accoucheuses non reconnues.

12Après les élections, Teresa ainsi qu’une autre sage-femme et un infirmier d’Oyapoque sont invités à se rendre au palais. La première dame de l’état leur expose un projet s’inscrivant dans la ligne du programme de développement durable de l’Amapá (PDSA) que le gouverneur João Capiberibe cherche à mettre en place. Le principe, à la fois simple et ambitieux, est de profiter de compétences déjà existantes mais qui ne sont pas comptabilisées par l’état pour améliorer le système de santé. L’objectif du projet est donc de « récupérer » et de « sauver » (resgatar) la « tradition culturelle centenaire » des sages-femmes exerçant à l’écart des hôpitaux. Convaincus par les arguments de Janete, Teresa et les autres s’engagent à convaincre le plus grand nombre de sages-femmes possible de se rendre à Macapá pour participer d’une réunion en octobre 1995.

13L’organisation de cette nouvelle rencontre n’est pas facile. Le problème du transport de femmes venant des quatre coins de l’état doit être résolu. Il faut aussi assurer aux sages-femmes, pour la plupart analphabètes et sans expérience de la capitale, qu’elles n’ont pas à redouter le contact avec l’univers urbain. La principale difficulté, si l’on en croit les dirigeantes du mouvement, a cependant été de les persuader que le nouveau gouvernement ne partage pas les préjugés habituels à leur égard et qu’elles ne risquent pas de finir en prison pour exercice illégal de la médecine.

14Si les présidentes d’associations évoquent régulièrement la discrimination dont souffriraient les sages-femmes, elles n’en identifient jamais clairement l’origine, ni les circonstances. En milieu rural, les sages-femmes sont connues de tous et n’opèrent pas dans la clandestinité : la nécessité peut contraindre une femme d’accoucher la voisine ou la parente qui l’a aidée et décider de vocations. Elles sont moins en évidence en ville où la distance sociale, la spécialisation des rôles et des lieux sont beaucoup plus marquées. D’une façon générale, tant qu’elles exercent leur office dans l’intérieur ou à la périphérie des villes en se maintenant à l’écart des structures hospitalières, l’effet discriminant des épithètes de chouettes, sorcières ou curieuses est limité. L’organisation du mouvement avec l’appui des autorités les propulsent en revanche sur le devant de la scène et les met en concurrence avec les seuls agents de santé jusque-là officiels. Dès lors que les sages-femmes cessent d’être des individus isolés pour se constituer en un groupe professionnel, leurs relations avec les médecins de l’hôpital deviendraient davantage problématiques, d’autant que certaines des dirigeantes du mouvement se révèleront être déjà présentes parmi le personnel.

15Soixante-deux femmes venant des seize municipalités que compte l’état se retrouvent autour de Janete dans la bibliothèque publique du Palais. Lors de cette rencontre, il est décidé d’organiser dès l’année suivante un cours de formation pour introduire les connaissances de la médecine moderne auprès des accoucheuses16. Dans le même temps, elles conviennent de la nécessité de se regrouper, dans chaque municipalité, au sein d’associations qui seront officiellement chapeautées par la Reparta en 2001. Selon Teresa Bordallo qui cumule les fonctions de présidente de la Reparta et de l’Amparto (Association des sages-femmes traditionnelles de la municipalité d’Oyapoque), plus de 1.700 sages-femmes se sont fait connaître des associations de l’Amapá jusqu’en 2002, et un grand nombre est encore attendu.

16Une exposition photographique17, un film et un livre, regroupant des témoignages sur les expériences des accoucheuses, rendent déjà hommage au travail des sages-femmes. Le titre de ce dernier (en accouchant un monde nouveau : Janete Capiberibe et les sages-femmes de l’Amapá18) a le mérite de souligner fort à propos le rôle fondamental joué par la première dame19 : le mouvement des sages-femmes est un large mouvement populaire issu d’une action gouvernementale.

17Selon les présidentes d’associations, les accoucheuses formulent leurs trois principales revendications dès les premières réunions. Elles posent au premier plan le droit d’exercer librement et de se faire connaître en tant que sages-femmes traditionnelles auprès du personnel hospitalier. La carte nominative établie par les associations est un premier pas en ce sens puisqu’elle porte la mention sage-femme traditionnelle. Elle est cependant encore insuffisante pour certaines qui voudraient y voir apposer un cachet officiel, attestant que leur statut est ratifié par l’état.

18Elles demandent ensuite à recevoir la trousse que l’Unicef de Belém (Pará) s’engagera à remettre à chacune d’entre elles à l’issue des stages de recyclage organisés par l’état. Cette trousse, appelée « kit sages-femmes », contient le matériel indispensable pour appliquer les normes d’hygiène apprises pendant les cours et des objets destinés à rendre leurs déplacements moins pénibles20. La distribution de ces instruments s’est accompagnée de l’autorisation d’aller les stériliser dans les étuves de l’hôpital après chaque utilisation. le budget consacré à la constitution de ces kits n’a toutefois pas été suffisant pour répondre à la demande et les 1.223 sages-femmes qui, jusqu’en 2002, avaient suivi la formation n’en ont pas toutes été dotées.

19Enfin, les accoucheuses veulent obtenir une rétribution pour les services qu’elles rendent. L’inclusion de l’accouchement à domicile dans la liste des actes considérés par le Système Unique de Santé (SUS)21 leur a permis d’espérer qu’elles seraient rapidement exaucées. Le succès a néanmoins été plus politique qu’économique car, comme le déplore Suely Carvalho, l’argent renfloue les caisses des secrétariats municipaux de la santé au lieu de parvenir directement aux sages-femmes. La présidente de la Reparta expliquait pour sa part qu’aucun salaire ne peut leur être versé en raison de l’absence d’une loi travailliste régulant la profession et lui donnant le statut d’une catégorie juridiquement définie.

20Depuis 1998 selon les dirigeantes du mouvement (depuis janvier 2000 selon les documents officiels du gouvernement), cet obstacle a été contourné par le gouvernement de l’Amapá en portant les sages-femmes au nombre des catégories de populations qui bénéficient du programme « bourse famille citoyenne » mis en place en 199622. En 2002, 1.042 accoucheuses membres des associations percevaient donc une allocation que toutes persistent à nommer salaire. Très lucidement, Teresa bordallo soulignait pourtant la fragilité de cet avantage, leur permanence sur les listes dépendant du bon vouloir du gouverneur.

21L’attribution de la bourse famille citoyenne aux sages-femmes a sans aucun doute renforcé l’ampleur du mouvement. La perspective de recevoir des espèces numéraires dans des régions où les populations n’y ont guère accès a de fait un fort pouvoir attractif, même si le montant de l’allocation n’est que d’un demi salaire minimum (un peu plus de 35 €) et que son paiement souffre de nombreux retards.

22La présidente de l’association du Mazagão et la représentante du mouvement dans l’archipel du Bailique observent toutes deux à partir de là une augmentation sensible du nombre de femmes venant s’inscrire sur les listes. Elles notent également que des hommes, ayant porté assistance à une épouse ou à une sœur, commencent à les solliciter en tant qu’accoucheurs. La tolérance que les dirigeantes affichent pour l’instant à leur égard est, me semble-t-il, lié à leur nombre encore restreint qui n’affecte pas l’image implicitement accolée aux sages-femmes : celle de femmes exerçant un rôle essentiel dans une expérience exclusivement féminine. Car il est évident pour tous qu’une femme n’accepterait d’être secondée par un homme, fut-il parent, qu’en dernier recours. Une réaction est déjà perceptible dans la modification des normes d’inscription qui profitera sans aucun doute aux femmes. Il serait maintenant exigé une pratique de dix accouchements, et non plus de trois, pour que soit délivrée par les associations la carte portant la mention « sage-femme traditionnelle ».

l’accouchement humanisé : entre savoir médical et savoir populaire ?

23Les directives officielles, reprises mot pour mot par la présidente de la Reparta, stipulent que l’objectif du projet sages-femmes traditionnelles est « d’allier le savoir scientifique et le savoir populaire. » les stages de formation auxquels ont accès les accoucheuses à travers les associations devraient leur permettre de compléter leurs connaissances empiriques sans remettre en cause leur savoir-faire. L’approche du gouvernement se veut ainsi respectueuse de la valeur de l’expérience des sages-femmes traditionnelles et efficace pour leur donner la confiance en elles-mêmes dont elles manqueraient cruellement23.

24Une certaine assurance semble avoir été prise au moins par les dirigeantes d’association. La comparaison qu’elles aiment à reprendre se contente pas d’indiquer la complémentarité entre le savoir médical et savoir populaire. Elle suggère la supériorité de l’apprentissage informel sur des connaissances absorbées patiemment, voire passivement, sur le banc d’une université : « Pour avoir un doctorat, on s’assied sur le banc d’une école des années et des années pour finir. Et pour être sage-femme il faut le vouloir, aimer, avoir le don de Dieu et y croire ».

25Les sages-femmes déclarent qu’elles ont découvert seules, dans l’urgence et la nécessité, l’art et la manière d’aider une femme à mettre au monde son enfant. Leur habileté et la qualité de leur toucher seraient la manifestation d’un don inaliénable accordé par Dieu. L’idée d’une transmission de savoir entre femmes est d’ailleurs très rarement évoquée. Ce qu’elles admettent avoir appris d’une autre sage-femme se limite aux infusions prescrites aux jeunes mères et aux prières parfois récitées pour faciliter la délivrance ou conjurer d’éventuelles complications.

26De la même façon que les accoucheuses minimisent les enseignements reçus d’une ancienne, les dirigeantes d’association tendent à minorer les conséquences de l’intervention des médecins envoyés par le Ministère fédéral de la santé et des assistantes sociales du gouvernement de l’état. De leur point de vue, l’intérêt des cours se borne à familiariser les accoucheuses avec les nouveaux instruments qu’elles sont amenées à manipuler. Il ne s’agit là pourtant que l’un des thèmes abordés lors des formations : l’anatomie féminine, les techniques d’accouchement, les méthodes pour éviter la contamination, la nécessité de la surveillance prénatale et les soins à porter au nouveau-né font également partie des sujets traités.

27Or, interrogées sur ce qu’elles ont appris pendant les stages, les sages-femmes dressent une longue liste des changements que cet ensemble de connaissances a introduit dans leurs pratiques. Elles signalent tout d’abord l’abandon de nombreux gestes pendant l’accouchement, gestes qu’elles disent avoir été « presque interdits » par les médecins. Les puxações, qui pouvaient provoquer un décollement du placenta, ont fait place à des palpations pour connaître la position du bébé et à des massages doux. Afin d’éviter de recevoir un liquide amniotique éventuellement contaminé, elles ont aussi cessé de faire face à la femme pour se mettre sur le côté. Elles ne lavent plus tout de suite le nouveau-né pour le mettre au sein d’une autre femme mais le placent à présent sur le ventre de la mère pour qu’il tête. À l’exclusion de tout autre objet tranchant (machette, rasoir ou morceau de bambou), ce sont désormais des ciseaux, stérilisés à l’hôpital entre deux accouchements, qui sont utilisés pour couper le cordon ombilical après l’expulsion du placenta. Enfin, l’alcool a remplacé les diverses substances (tabac, huile d’andiroba24, etc.) placées précédemment sur le nombril du nourrisson. Le vocabulaire des sages-femmes également s’est enfin trouvé enrichi de nombreux termes médicaux25.

28Les présidentes d’association indiquent que la politique de l’état a eu des conséquences à la fois sur les aspects techniques de l’accouchement et sur la manière dont les sages-femmes appréhendent leur rôle. Selon elles, l’assurance d’avoir un revenu minimum les a en effet incité à consacrer davantage de temps à chaque femme enceinte pour les suivre tout au long de leur grossesse. Certaines sages-femmes auraient même pris conscience de la nécessité « d’avoir plus de tendresse, plus d’amour en faisant les accouchements. » Ce nouveau regard sur la parturiente aurait modifié leur opinion sur deux points fondamentaux : la posture de la mère et la place du père. Libérant la femme de la moustiquaire qui la recouvrait jusque là, elles feraient preuve de compréhension en ne lui imposant plus d’être allongée pour donner naissance à l’enfant. Quant au père, qui devait auparavant se tenir à l’écart par respect, il serait maintenant encouragé à participer pour que sa compagne se sente soutenue. Les sages-femmes l’aideraient aussi à surmonter ses craintes parce qu’elles attribuent une valeur pédagogique à l’expérience : elles estiment qu’en prenant la mesure de la douleur de la femme, il renoncera à vouloir lui faire d’autres enfants. Ces déclarations sont bien sûr à considérer avec précaution sans une enquête approfondie pour connaître leurs pratiques effectives et pour évaluer dans quelle mesure l’univers symbolique a été affecté par les innovations évoquées. Car les propos de sages-femmes de « base » suggèrent que les recommandations des médecins et des assistantes sociales ne sont peut-être pas suivies en tous points, et qu’elles ne démontrent pas toujours autant de compassion envers leurs patientes.

29On peut d’ores et déjà reconnaître sous quelques uns des traits censés définir « l’accouchement naturel et humanisé » des gestes que les sages-femmes disent avoir progressivement adoptés après l’intervention des médecins et de l’état, c’est-à-dire à partir de 1997-1998. Il est alors possible de soutenir que cette représentation de l’accouchement ne correspond pas à une pratique distinctive et usuelle des sages-femmes dites traditionnelles26, comme le prétendent les dirigeantes du mouvement en reprenant les textes officiels.  

30Que dire alors du souhait initial des autorités de l’état d’unir le savoir scientifique et le savoir populaire, sans évoquer une grande naïveté ou une éventuelle démagogie ? Remarquons tout d’abord que les femmes habiles de l’intérieur ont été appelées sages-femmes traditionnelles à partir du moment où leur rapport avec l’état est devenu plus étroit, c’est-à-dire au fil des réunions au palais, puis des formations successives. Selon la doyenne du Mazagão, elles étaient auparavant désignées comme celles qui connaissent l’art de « prendre les enfants » (pegar em crianças). Pour comptabiliser les compétences existantes, mais invisibles des autorités, il fallait en effet pouvoir identifier, dans le groupe des parentes et voisines, des spécialistes de l’accouchement. Il était tout aussi nécessaire de distinguer celles-ci des femmes exerçant une fonction semblable dans le cadre de l’hôpital, double tâche dont s’est chargé le réseau associatif en constituant le registre. Les accoucheuses soulignent les avancées du mouvement, c’est-à-dire l’accès aux hôpitaux et une formation qui les rend plus compétentes, sans toujours percevoir que la professionnalisation des sages-femmes introduit des ruptures fondamentales avec les anciennes pratiques.

en guise de conclusion: la maison de l’accouchement

31Selon les dirigeantes, la nécessité d’un lieu indépendant de l’hôpital où les sages-femmes puissent se rendre avec les femmes qu’elles suivent s’est très rapidement fait sentir. Un projet élaboré par la présidente de la Reparta a été soumis aux autorités de l’état en 1998 qui ont aussitôt donné leur accord. Construite par le secrétariat aux infrastructures et équipée par le secrétariat de la santé de l’Amapá, la première maison de l’accouchement de la région nord du pays a été inaugurée en novembre 2001 par João Capiberibe à Oyapoque, une petite ville à la frontière de la Guyane française dont l’association locale est dirigée par Teresa Bordallo. Cette structure, pour l’instant unique en son genre en Amazonie, a retenu l’attention de certains maires et même éveillé l’intérêt du nouveau gouverneur, Antonio Waldez, qui envisage d’en bâtir une semblable dans l’archipel du Bailique. Les sages-femmes se déclarent très fières de ce bâtiment qui témoigne de leur visibilité et du soutien des autorités, et qui constitue une évidence de la vitalité de la Reparta et de sa capacité à capter des ressources.

32En dépit de l’excellent état des installations, aucune femme n’y avait pourtant accouché au moment de l’enquête en novembre 2002. Sa mise en activité se heurterait, affirme Teresa Bordallo, aux normes imposées par les lois fédérales. La structure d’accueil remplit bien l’une des exigences en jouxtant l’hôpital de la ville où seront évacuées les femmes en cas de complication mais elle ne dispose encore d’aucune infirmière obstétricienne sous la responsabilité de laquelle les accoucheuses pourraient travailler. Obtenir une autorisation de fonctionnement du ministère de la santé en bonne et due forme, ajoute Teresa Bordallo, est l’objet d’une nouvelle lutte que Janete Capiberibe, à présent députée fédérale, mène en leur nom à Brasilia.

33La conformité à la loi est d’autant plus impérative, poursuit la présidente, que les accoucheuses exerceront dans un cadre où leurs relations avec la famille de la femme changeront radicalement. En cas de drame, les proches pourraient, dit-elle, se retourner contre la maison et demander réparation devant un tribunal plutôt que de l’imputer, comme ils le font habituellement, aux conditions de vie difficiles de l’intérieur. Il leur faudrait donc maintenant penser à se protéger d’éventuels procès –bien qu’on puisse lui objecter qu’un recours en justice de la part d’une famille pauvre rurale est d’une probabilité infime. Les nouveaux obstacles et les nouveaux défis surgissent ainsi du processus d’institutionnalisation du mouvement lui-même et de l’encadrement des sages-femmes.

34La demande d’un lieu de travail27 centralisé et urbain est d’ailleurs pour le moins surprenante de la part d’un mouvement qui a fait de l’accouchement à domicile une pratique emblématique et de sa reconnaissance par les institutions le moteur de la mobilisation. On peut aussi s’étonner de la décision gouvernementale de construire une maison de l’accouchement accolée à un hôpital qui possède déjà une maternité. Il est enfin à craindre que la diffusion du modèle de la maison de l’accouchement dans les différentes communes ait un résultat bien éloigné du projet initial : au lieu de voir s’améliorer les conditions de prise en en charge les femmes enceintes à leur domicile, les sages-femmes seront encouragées à les amener dans les maisons de l’accouchement situées dans les centres urbains. D’autres éléments, comme l’obligation de travailler sous le contrôle d’un cadre de l’hôpital et le règlement d’une bourse à la place d’un salaire, révèlent aussi la faiblesse de la revendication d’un exercice autonome de leurs activités.

35Le mouvement des sages-femmes de l’Amapá s’est constitué dans l’interaction avec un gouvernement qui se déclarait attentif aux besoins des populations, respectueux de leurs usages et tenant compte des caractéristiques de l’environnement. Cependant, le modèle élaboré, dont la traduction la plus concrète est la maison de l’accouchement, semble être, comme l’avance Frédéric Bourdier28, une pâle réplique du système de soins moderne, centralisé, urbanisé et hiérarchisé.

36Signalons que la plupart des présidentes d’associations ont suivi des études d’aide-soignante et exercent – ou ont exercé- à l’hôpital. Cette double inscription, qui les désigne comme des médiateurs presque naturels, leur permet de construire avantageusement des passerelles entre l’espace officiel de la médecine et l’exercice plus informel des accouchements à domicile. Peut-on avancer alors que la maîtrise de connaissances médicales plus approfondies que celles des accoucheuses de « base » est à la source de la confiance que leur accordent les représentants de l’état mais aussi de leur ascendant sur les associées. Ces dernières ne cachent pas leur fascination pour les signes habituellement associés à l’autorité médicale : elles citent volontiers tous les éléments du kit parteira (des gants aux lunettes qu’elles n’ont pas encore) au titre de ce qui a principalement attiré leur attention pendant les formations29.

37Il conviendrait alors de s’interroger sur la nature des rapports qui se nouent entre les femmes déjà introduites dans le monde hospitalier et le reste des membres des associations30. Car le ton souvent paternaliste avec lequel les dirigeantes d’associations parlent des sages-femmes qu’elles organisent, et s’adressent à elles, tout comme leur façon d’attendre l’intervention des professionnels de la politique, incite à penser que la reparta n’a pas évité l’écueil de « stratégies de cooptation politique […] par l’état » (Fuiza, 2001 :108). L’expérience des dirigeantes du mouvement leur confère sans nul doute une grande facilité à manipuler deux registres de langage : celui de la bienveillance des autorités à leur égard aux accoucheuses rurales, celui d’une alliance heureuse entre modernité et tradition que les autorités veulent entendre.

38Si les sages-femmes de l’intérieur sont dites traditionnelles, ce n’est pas parce qu’elles reproduisent des pratiques transmises de génération en génération. Le modèle d’accouchement prôné par les porte-parole du mouvement et encouragé par les autorités de l’état est bien différent des pratiques habituelles des accoucheuses. Le recours à la tradition vient ici apporter une certaine légitimité à la promotion d’un modèle qui n’est pas sans évoquer celui de courants alternatifs des classes moyennes urbaines. Reste à savoir si l’emploi de ce terme d’une haute portée symbolique ne masque pas non plus les conditions implicites de l’insertion des sages-femmes dans le système de santé, c’est-à-dire la position subordonnée qui leur est réservée ?

Haut de page

Bibliographie

Des DOI (Digital Object Identifier) sont automatiquement ajoutés aux références par Bilbo, l'outil d'annotation bibliographique d'OpenEdition.
Les utilisateurs des institutions abonnées à l'un des programmes freemium d'OpenEdition peuvent télécharger les références bibliographiques pour lesquelles Bilbo a trouvé un DOI.
Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Alvarez, S. E., 1990, Engendering democracy in Brazil: women’s movements in politics, New Jersey, Princeton University Press.

1999, Advocating Feminism: The Latin American NGO ‘Boom’, http: www.antenna.nl/-waterman/alvarez2,

Alvarez, S. E., Dagnino, E. & Escobar, A. orgs, 2000, Cultura e política nos movimentos sociais latino-americanos, Belo Horizonte, Editora UFMG.

Avelar, Lúcia, 2002, Ativismo político e Ativismo a distância: Para onde vão as identidades coletivas?, paper apresentado no GT 22, Anpocs 2002.

BOYER, Pascal, 1986, «Tradition et vérité», Anthropologie: état des lieux, L'Homme, Paris, 97-98, pp.347-372.

Bruschini, C & Unbenhaum, S. G. orgs, 2002, Gênero, democracia e sociedade brasileira, São Paulo, Editora 34.

Castro, Mary Garcia, 1995, “Gênero e poder no espaço sindical”, Estudos feministas, IFCS/UFRJ-PPCIS/UERJ, vol3, n°1.

Castro, Mary Garcia & Abramovay, Miriam, 1997, gênero e Meio ambiente, São Paulo: Cortez; Brasília, DF:UNESCO:UNICEF.

Ferreira, álvares & Santos orgs, 2001, Os poderes e os saberes das mulheres : a construção do gênero, São Luís: EDUFMA/Núcleo Interdisciplinar de Estudos e Pesquisas Mulher, Cidadania e Relações de Gênero; Salvador, REDOR.

Fuíza, Ana Louise de Carvalho, 2001, “mulheres nas políticas de desenvolvimento sustentável”, in Tempos e lugares de gênero, Bruschini, C. & Pinto, C. R. orgs, Fundação Carlos Chagas, editora 34, São Paulo, pp. 87-118.

Heilborn, Maria Luiza & Sorj, Bila, 1999, “Estudos de gênero no Brasil”, In: MICELI, Sergio. (Org.) O que ler na ciência social brasileira (1970-1995) Sociologia, v. II. São Paulo: Ed. Sumaré, ANPOCS, Brasília, DF: CAPES, pp. 183-221

Lebon, Nathalie, 1997, “Volunteer and Professionalized Activism in the São Paulo Women’s Movement”, Prepared for delivery at the 1997 meeting of the Latin American Studies Association, Continental Plaza Hotel, Guadalajara, Mexico, April 17-19.

Nicholson, Linda, 2000, “interpretando gênero”, Estudos feministas, Florianópolis, vol 8, n°2, pp. 9-41.

Pouillon, Jean, 1975, «Tradition: transmission ou reconstruction?», Fétiches sans fétichisme, Paris, Maspéro, pp.155-173.

Shild, Veronica, 2000, “Novos sujeitos de direitos? Os movimentos de mulheres e a construção de cidadania nas ‘novas democracias’”, in Cultura e política nos movimentos sociais latino-americanos, Alvarez, S. E. & Escobar orgs, pp.149-183.

Simonian, Ligia, 2001,mulheres da floresta, Belém, NAEA/UFPA.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Thayer, Millie, 2001, “feminismo transnacional: re-lendo Joan Scott no sertão”, Estudos feministas, Florianópolis, CPHH/CCE/UFSC, vol 9, n°1, pp. 103129
DOI : 10.1590/S0104-026X2001000100006

Torres, Iraildes Caldas, 2002, as primeiras-damas e a assistência social: relações de gênero e poder, São Paulo, Cortez Editora. 2h.

Haut de page

Notes

1 Voir entre autres les ouvrages de Sonia Alvarez (1990, 1999).
2 Par exemple, Bruschini, C & Unbenhaum, S. G. (2002), Alvarez, S. E. & Escobar (2000).
3 Nicholson, Linda (2000), Ferreira, álvares & Santos orgs, (2001)
4 Lebon, Nathalie (1997), Avelar, Lúcia (2002)
5 Simonian, Ligia (2001), Abramovay, Miriam & Castro, Mary Garcia (1997).
7 Le projet sera financé par l’Ong Ashoka.
8 Voir le reportage dans la revue Isto é du 19.08.1998.
10 D’autres estimatives situent autour de 40.000 leur nombre.
11 voir note 9.
12 Du nom de la plus ancienne sage-femme connue de l’état, décédée en 1954.
13 Famille citoyenne, un autre programme de l’Amapá sera récompensé par le même prix en 2001.
14 On peut également citer le prix Paulo Freire décerné conjointement par le Ministère du Travail, la Fondation Roberto Marinho et la Confédération Nationale de l’Industrie en 1998. le projet sera également cité pour le prix Rodrigo Melo Franco attribué par l’IPHAN (Institut du Patrimoine Historique et Artístique National) en 2001.
15 Estado de São Paulo, 29 juin 2002.
16 Selon une sage-femme de Maracá, petite ville à quelques heures de route de la capitale, il semblerait qu’une initiative analogue avait été prise par Jorge Nova da Costa (Juillet 1985-Mai 1990), premier gouverneur civil de l’Amapá, qui transformera le territoire fédéral en un état indépendant.
17 Buchudas: As Parteira do Amapá de Giuseppe Bizarri.
18 Parindo um mundo novo: Janete Capiberibe e as parteiras do Amapá, org. de Nilson Moulin & Luiza Jucá. São Paulo, Cortez, 2002.
19 Pour l’analyse du rôle des premières dames dans un autre état amazonien, voir Torres  (2002).
20 Cette trousse de la sage-femme comprend des gants, de la gaze, de l’alcool, un stéthoscope, une brosse, des ciseaux, une bassine, une balance, un mètre, une lampe de poche, un parapluie…
21 il est prévu que chaque accouchement soit payé 16 reais (un peu moins de 5 €).
22 Ce programme prévoit d’accorder des bourses à 744 familles en « situation de vulnérabilité sociale » et à 1.200 familles dont les enfants vont à l’école (voir le site du gouvernement pour une présentation du programme : http://www.amapa.gov.br/equidade-social.htm).
23 Une image de soi peu valorisée (baixa auto estima) semble être depuis quelques années désignée par les militants à la fois comme un facteur expliquant les difficultés de mobilisation et l’un des objectifs des luttes engagées par différents groupes : les femmes, les Noirs, etc…
24 Cette huile est extraite d’un arbre de la famille des méliacées.
25 Quelques exemples de mots dont l’emploi est récent : parturiente pour grávida, gestante ou buchuda, utérus pour « mère du corps » (mãe do corpo), rompre la poche des eaux pour « rompre l’avant » (romper a dianteira) ou encore palpation ou massage pour  puxação et accoucher (parir) pour « donner à la lumière » (dar à luz).
26 Le cas des sages-femmes illustre bien les travaux de J. Pouillon (1975) et P. Boyer (1986) qui observent, pour le premier que la tradition est « l’oeuvre du présent qui se cherche une caution dans le passé » (1975 :158) et, pour le second, qu’elle « se renouvelle perpétuellement par l’accumulation des vérités (1986 :370).
27 Cette structure n’est pas destinée à être un espace de rencontre pour les sages-femmes, ni le siège de l’association mais bel et bien un local de travail.
28 Communication personnelle.
29 Il est par exemple significatif que les sages-femmes revendiquent l’inclusion dans leur équipement de lunettes semblables à celles portées par les médecins en milieu hospitalier.
30 Le fait que certaines présidentes se réfèrent à leurs sages-femmes et leur demandent de voter pour le candidat qu’elles appuient localement (souvent un membre de leur famille), laisse présumer que le clientélisme n’est jamais très loin. Pour un exemple argentin de clientélisme dans les mouvements de femmes, voir Shild (2000 : 170).
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Véronique Boyer, « Le mouvement des sages-femmes traditionnelles dans l’Amapá : Une mobilisation féminine exemplaire et les limites du développement local. », Nuevo Mundo Mundos Nuevos [En ligne], Bibliothèque des Auteurs du Centre, Boyer, Véronique, mis en ligne le 17 mars 2006, consulté le 17 septembre 2014. URL : http://nuevomundo.revues.org/1965 ; DOI : 10.4000/nuevomundo.1965

Haut de page

Auteur

Véronique Boyer

CNRS/IRD

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page