Navigation – Plan du site
Colloques | 2006
IIIe Journée d'histoire des sensibilités EHESS 10 mars 2006/IIIa Jornada de Estudios de Historia de las Sensibilidades – Coord. Frédérique Langue
Naoko Seriu

Le regret d’avoir déserté : une posture du soldat au XVIIIe siècle (France)

[16/03/2006]

Résumés

Pour lutter contre la désertion massive, l’armée française, à partir de 1775, accorde quelques « jours de regrets » pendant lesquels chacun peut effectuer un  « retour volontaire » sans être puni comme déserteur. En réponse à cette possibilité, les déserteurs peuvent se rendre à la maréchaussée, mais aussi revendiquer cette posture après l’échec d’une tentative de fuite, ou seulement après avoir été arrêté, lors de l’interrogatoire. Si chacun cherche  à tirer parti de ce dispositif, c’est une relation de connivence qu’il permet d’établir avec l’autorité. Ainsi, leurs  motifs de désertions déclarés se rapportent  souvent à un dérèglement intérieur tel « l’ivresse », « l’étourderie », ou « l’imagination »,  et non à l’injustice ou à la violence de l’institution dénoncées massivement par d’autres déserteurs. Dans le cadre de la psychologisation de la désertion, s’établit une relation de consentement entre l’individu et l’institution.

Haut de page

Texte intégral

1Comment un type de sentiment peut-il être suscité par l’autorité ? Comment l’individu va-t-il  répondre à cette incitation ? Les diverses expressions du  “regret” des déserteurs, rencontrées dans les archives permettent d’aborder ces questions qui concernent la relation entre le politique et l’émotion. Travailler sur ces traces amène également à réfléchir comment articuler le récit singulier avec des attitudes collectives, qu’un dispositif politique rend justement possibles1.

2Phénomène chronique de l’armée de l’Ancien Régime, la désertion, massive, fait l’objet de vifs débats au sein de l’armée dans la seconde moitié du XVIIIe siècle, donnant lieu à de nombreuses réformes2. Précurseur du mouvement béccarien, l’institution militaire abolira, en 1775, la peine de mort - prévue indistinctement pour tous les déserteurs-, laquelle sera substituée par les travaux forcés, à leur tour remplacés par le châtiment corporel des baguettes en 1786. En marge de cette grande évolution, se développe une autre politique moins connue mais non moins importante, qui consiste à accorder au déserteur la possibilité d’un retour volontaire. En 1775, « trois jours de regret » sont accordés aux déserteurs lesquels, s’ils reviennent dans ce laps de temps, ne sont punis que de « quinze jours de prison »3. La norme sera remodelée dès l’année suivante : d’une part, le temps du regret sera porté de trois à six jours ; d’autre part, cette mesure sera élargie aux déserteurs même arrêtés dans ces délais4. Enfin, en 1786, la possibilité du retour sera étendue à trois mois, à la condition de prolonger le service, mais la remise totale de sanction ne sera accordée qu’à ceux qui seront revenus sous trois jour5.

3Dans le cadre d’un précédent travail6, l’interrogation a été portée sur cette politique qui a pris corps dans le discours des officiers : leurs écrits ont été examinés notamment dans ce qu’ils renseignent sur l’intention du pouvoir monarchique qui développe une approche psychologique de la désertion. L’analyse du point de vue de l’autorité doit cependant être complétée par celle des soldats. Aussi, est-il nécessaire d’aborder la question de la réception, et d’examiner le discours des soldats, retrouvé dans les archives judiciaires. Les sources exploitées à cette fin émanent de la maréchaussée, police de grand chemin, qui arrête et interroge les déserteurs avant de les reconduire au régiment, et produit, donc, procès-verbaux de capture et interrogatoires7. Comment les déserteurs expriment-ils leurs regrets ? Lorsque les déserteurs sont requis de déclarer leurs motifs, comment cette posture de regret exerce-t-elle une influence sur leur énonciation ? Ces questions conduisent à chercher et à suivre les traces infimes de ce sentiment8, dont les expressions sont éminemment singulières, mais qui, mises les unes après les autres, indiquent une attitude partagée par un certain nombre de déserteurs. Si ceux-ci restent minoritaires dans l’ensemble de notre corpus, leur attitude révèle à la fois la logique et la cohérence de l’expression des regrets.

I. Comment exprimer les regrets ?

4A suivre les modalités explicitées dans l’ordonnance de 1786, le déserteur doit aller trouver  lui-même un représentant de l’autorité pour témoigner de son repentir. S’il est en effet des individus qui se rendent à la résidence de la maréchaussée, d’autres font apparaître une diversité de postures dont on peut décliner quelques exemples. Partons d’un procès-verbal d’arrestation daté du 30 août 1779 où un officier de la maréchaussée raconte ce qui s’est passé pendant qu’il chevauchait sur la  route : « (…) j’ai remarqué de loin, sur les huit heures du matin, un soldat assis sur le bord de la grande route, lequel aussitôt qu’il m’a appercu, s’est levé, et est venu à ma rancontre, et a déclaré avoir déserté le 25 dudit mois sur le soir du régiment de Savoye Carignan infanterie (…) qu’étant repentant de laditte désertion, il m’en faisoit sa déclaration, pour profiter de la grâce que le roi accorde par ses ordonnances aux soldats déserteurs repentants de leur désertion  (...) ». La scène décrite du point de vue de la police correspond  ici à la version du déserteur, Grenard Bernard Gal, qui explique lors de l’interrogatoire :  « Etant assis sur le bord du grand chemin de Vitré à Fougères, livré aux regrets d’avoir quitté son régiment, il apperçut peu après, agité par ses réflexions, un officier sans scavoir de quel corps il étoit ; alors il se leva sur le champ, va à sa rencontre et lui déclare qu’il est déserteur du régiment de Savoie Carignan (....)». Réactions fréquentes des déserteurs, la fuite et la peur cèdent la place à la réflexion :  l’heure n’est plus à la lutte entre celui qui veut capturer et celui qui veut se sauver, mais à leur rencontre9.

5Quoique finement décrits,  « les regrets » auxquels le déserteur se livre assis le long de la route ne se formulent pas pour autant  “librement” : le recueillement ne signifie pas ici l’abstraction ou le retrait du monde institutionnel. Ainsi, le déserteur se montre  attentif  au nombre de jours écoulés depuis la désertion. Tout en se référant aux « six jours de grâces que sa majesté accorde à tous soldats déserteurs », le soldat s’empresse de déclarer, selon l’officier de la maréchaussée, « qu’il étoit au cinquième jour ».  Loin d’être spontanée, la reddition est donc pensée, calculée, voire préméditée.

6Faire coïncider action et discours n’est pas la préoccupation de bien d’autres déserteurs peu soucieux de contradictions, qui se repèrent tout d’abord dans les procès-verbaux.  Ainsi, le soir du 4 août 1778, lorsqu’un cavalier aborde l’un d’entre eux, celui-ci commence par prétendre être un « pauvre voyageur ». Conduit à la résidence de la maréchaussée, et ayant été identifié comme déserteur « après un ample examen fait de sa personne », il finit par  déclarer « avoir eu le malheur de déserter le 19 du mois passé, en être repentant et qu’il ne demande pas mieux que de continuer son service ». Plus spectaculaire encore est l’attitude d’un déserteur, qui, en 1778, face au cavalier de la maréchaussée,  prétend être un soldat de recrue en train de regagner le régiment, montrant de faux papiers : un faux engagement, une fausse feuille de route, et enfin un pli cacheté, censément destiné à un officier de son prétendu régiment, et qui, ouvert par les cavaliers, s’avère être  une feuille blanche. Il reconnaît alors qu’il est déserteur et ne manque pas de déclarer « être bien Repentant de sa faute et ne Demande pas mieux que de continuer ses services ». Sa repentance, dont on ne peut que mettre en doute la sincérité, s’exprime dans l’imminence de l’arrestation. Le fait qu’il ait eu recours à une tentative de dissimulation, flagrante et sophistiquée, ne l’empêche pas d’afficher  son repentir.

7Le temps du regret s’étire encore au-delà. Ceux qui n’ont pas signalé leur repentir lors de l’arrestation, peuvent chercher à  rattraper dans leurs paroles ce retard au moment de l’interrogatoire. Les tentatives ne manquent pas alors pour revendiquer a posteriori une intention repentante : le fait d’être arrêté n’empêche pas le captif de dire qu’il allait justement se rendre, ou que c’est lui qui avait demandé à la maréchaussée de le reconduire au régiment. Citons Esprit Hyacinthe Hill, 21 ans, qui, ayant déserté avec un autre soldat, déclare en 1782 :  « Repentant de la faute qu’ils avoient commise et de l’imprudence qu’ils avoient eû, ils résolurent d’aller trouver le Monsieur le grand prévost de la maréchaussée (...), que comme ils se transportoient chez ce dernier, ils furent arrêtés ». Ainsi sans forcément déformer les faits, il tente de les brouiller comme s’ils s’étaient présentés d’eux-mêmes.

8Enfin, la repentance s’impose comme une attitude avantageuse à adopter à tel point que dans certains cas, la cohérence fait totalement défaut entre le procès-verbal et l’interrogatoire. En 1783, Charles Trefit, 33 ans, déclare « qu’il n’a point été arrêté (...) le 13 de ce mois il partit du régiment d’Aunis infanterie dont il est soldat, sans congé ni permission, par une vivacité dont il se repent bien qu’ayant eu regret d’avoir quitté ce régiment où il est depuis 17 ans, voulant profiter de la grâce que veut bien accorder sa Majesté à ceux des déserteurs qui reconnoissent leur faute, le cinquième jour de sa désertion, le dix sept de ce mois, il se rendit à la geôle des prisons de Montauban, envoya chercher un cavalier de Maréchaussée auquel il fit cette déclaration ». Un écart flagrant se creuse entre sa version et la plume des cavaliers relatant que le déserteur prétendait au prime abord être un garçon cordonnier originaire de Rennes.

9A première vue surprenante, l’attitude pragmatique de ces déserteurs n’est pas en contradiction avec la logique de l’élargissement de la « grâce du retour volontaire ». Selon ce qui est défini en 1776, l’institution peut destiner la même remise de peine à ceux qui sont revenus  et à ceux qui sont arrêtés dans les délais. La question de l’authenticité des regrets est alors radicalement suspendue : l’important c’est de récupérer le plus grand nombre de déserteurs au nom du regret,  sur la manifestation duquel l’autorité est prête à spéculer à la hausse. Plus que la qualité du sentiment, c’est son expression qui intéresse l’institution, disposée à accorder le bénéfice du doute y compris à ceux qui sont arrêtés.

10Dès lors, à quoi bon regretter la désertion, si on est dans les temps ? Et il est des hommes qui font usage de ce dispositif afin de s’accorder une marge de liberté. Intéressant à suivre à ce titre est l’itinéraire d’un soldat, qui, en 1778, pendant qu’il se déplace avec le régiment de Paramé à Brest, décide de faire un détour à Rennes où se trouve sa famille. Au camarade qui l’a accompagné tout en prétendant s’y être opposé, il aurait observé que « quelques jours de prison de plus ou de moins lui étaient assez indifférents pour la satisfaction de voir sa femme ». Arrêté et conduit devant le juge, il se réfère explicitement au dispositif du retour volontaire. Tout en soulignant son intention de rejoindre le régiment après avoir passé «  un couple de jours auprès de sa femme », il  explique :  «  d’un autre côté quand bien même il serait déserteur, ce qui n’est pas, il est dans le delay de Grâce, ayant été arrêté le quatrième jour d’après avoir quitté le régiment (…)». Ses mots illustrent sa parfaite connaissance des normes que l’individu peut s’approprier dans un but personnel, et cela sans rentrer dans le simulacre de repentance.

II. Comment présenter les motifs de désertion ?

11Passage central de l’interrogatoire, lorsque le déserteur repentant déclare son motif de désertion, un déplacement subtil s’observe. Les mots dessinent une configuration qui, tout en se superposant avec le discours des autres déserteurs, s’en démarque en même temps. Si la faible quantité de cas de déserteurs repentants ne permet pas d’appréhender le phénomène d’une manière quantitative, il est possible de chercher des traces qu’on peut rassembler pour tenter  de discerner les effets du pouvoir.

12Pour l’ensemble des déserteurs, rappelons d’emblée que l’abus lors de l’engagement, la violence hiérarchique et la  famille sont les trois principaux motifs déclarés10. En les expliquant, ils peuvent tout aussi bien souligner la légitimité de leur action que critiquer l’institution qui leur a fait subir de multiples formes d’injustice. Par rapport à ces topos majeurs, un recul évident se constate dans le discours de ceux qui mettent en avant leur repentance.  Les motifs concernant l’engagement, si nombreux, n’y trouvent tout simplement pas leur place. Le constat n’est pas si étonnant : à partir du moment où l’on conteste le fait même de l’engagement, il est difficile d’envisager le retour au service. Concernant la violence hiérarchique, si présente dans la vie militaire, la volonté de dénonciation s’estompe également. Les propos mettant en cause tel ou tel officier deviennent exceptionnels.  De même les détails de maltraitance semblent évités. Lorsqu’un déserteur repentant dit avoir déserté « croyant avoir encouru la disgrâce de son capitaine », il évite de rentrer dans la description de faits concrets.  Alors que chez bien d’autres, le mot « disgrâce » renvoie à une série d’excès détaillés – punitions injustifiées, mauvais traitements physiques et verbaux -, pour ce déserteur, il se ramène à une “croyance” sans réel fondement. Le souci de ne pas nommer la violence l’emporte dans la recherche d’un compromis.

13Quant aux motifs familiaux, ils présentent une compatibilité avec le thème du regret, bien que partielle. Pour analyser ces cas, j’ai distingué d’un côté ceux qui soulignent la nécessité matérielle, par exemple, celle d’aller porter secours à la famille, et de l’autre, ceux qui évoquent « l’envie »  de la retrouver. Si l’on s’en tient à cette classification – qu’il convient de mener à partir du langage des déserteurs - entre les motifs “matériels” et “sentimentaux”, ce sont ces derniers cas de figure qui peuvent être associés à la repentance. Citons encore Esprit Hyacinthe Hill qui explique en 1782 : « Ayant trouvé le nommé Pascal un de ses camarades, ils s’amusèrent tous les deux à boire ensemble, qu’ils s’en yvrèrent, que dans la conversation il fut question de leur famille, que dans cet état d’yvresse ils résolurent d’aller la voir et firent la démarche de déserter (...)». L’« envie » de retrouver la famille et l’ivresse vont de pair dans ce voyage où il est prêt à rebrousser chemin. Le sentiment familial n’est plus ici un fondement légitime pour agir contre l’autorité ni l’expression de la responsabilité ; le langage du désir laisse entrevoir cette dimension versatile de l’amour.

14Là où recule la parole décrivant la réalité institutionnelle, surgissent les mots qui présentent l’action illicite comme un déréglement intérieur, mais mineur et strictement individuel. Par exemple,  soulignant l’absence de raison de déserter ou encore parlant de l’ivresse qui  leur avait fait perdre « le sang froid », les déserteurs mettent en avant l’absurdité de leur comportement qu’ils ne peuvent ni expliquer ni assumer. Ce faisant, ils cherchent à instaurer une connivence entre les deux parties concernées, la disculpation étant assurée par leur langage : alors que la légitimité de l’institution n’est pas mise en cause, la responsabilité de l’acte est esquivée par le déserteur lui-même.  

15Evoquer un sentiment d’« ennui »  ou « un dégoût » revient également à  faire de la désertion un mouvement d’humeur. En 1785, un déserteur du régiment de Beauce, arrêté le 10 août, déclare « avoir déserté le sept de ce mois de la ville de Saint Servant parce qu’il s’ennuyoit au régiment mais qu’il étoit cependant dans l’intention d’y retourner quand il fut arrêté ». En jouant sur les mots, chacun peut suspendre la cohérence du comportement. Avec « l’étourderie »  ou « l’imagination », on insiste encore davantage sur l’irresponsabilité. Dans les paroles exprimant le regret d’avoir déserté, s’esquisse un contour de l’âme qui se construit  en rupture avec la réalité, avec la dureté du monde institutionnel.

16En aboutissement de la déresponsabilisation, la figure du camarade se détache d’une manière équivoque. Dans une situation de face-à-face avec la justice, certains les convoquent comme témoins mais aussi comme empêcheurs de regrets. Selon l’un d’entre eux, qui, en 1781, repentant « dès la capture », dit avoir demandé aux cavaliers de le reconduire au régiment, « il en a déserté le mercredi sept de ce mois sans aucun sujet, et ne le fist qu’à la suation des nommés Guyot de Dijon, Ballier & Milan qui désertèrent le même jour avec lui, qu’il ne pensait aucunement à le faire lorsqu’ils l’y engagèrent ». Entre l’intention et l’acte, la séparation est complète. Déserter sans le vouloir « aucunement » est un stade avancé du processus de déresponsabilisation : désigner d’autres comme initiateurs du projet illicite, revient ici à se décharger de toute culpabilité. La quête du compromis avec l’autorité, poussée à l’extrême, met en péril le lien entre pairs.

17Enfin, signalons une série d’autres motifs se rapportant aux relations de sociabilité qu’un soldat peut avoir en dehors de l’institution. Voir « les amis » ou « une maîtresse » constituent une explication qui apparaît dans les années 1770. Si avoir diverses relations hors de l’armée est une banalité pour un soldat, ces références  sont à mettre en relation avec le dispositif du retour.

18Lorsqu’un déserteur, arrêté en 1779, déclare qu’« il allait voir sa maîtresse aux fins d’une lettre qu’elle luy avait écrit », le statut de la femme qui ne s’inscrit pas dans le cadre légitime de la famille ne pose aucun problème : en somme il est bien normal d’avoir une maîtresse lorsqu’on est soldat. Au contraire, il peut insister sur l’absence de toute responsabilité ainsi que sur la force de cette passion furtive. Il affirme :  « Tout ce qui le guidait était de voir sa ditte maîtresse, et qu’il aurait tort de se plaindre, d’aucuns de ses supérieurs, même de tout son corps, et qu’il espère qu’à l’avenir ayant rejoint le corps, ils luy pardonneront sa faiblesse ». Ce dernier mot souligne la signification que le déserteur veut donner à son propre acte face à l’autorité. Evoquer la maîtresse est aussi une façon d’éviter la mise en cause de l’institution dont il n’a pas à se plaindre : alors que le déserteur est arrêté seulement le deuxième jour – comme il le précise - il a tout intérêt à se faire réintégrer.

19Ce souci de compter les jours depuis la désertion s’observe encore chez Joseph Censé qui met en avant  un petit voyage “amical” qu’il a voulu s’offrir. Dans son interrogatoire daté du 1er septembre 1779, il déclare « le 30 du mois dernier après l’appel qui se fait ordinairement à six heure du soir, il partit d’Evran pour venir à Rennes où il arriva environ les quatre heures à cinq heures du matin du jour d’hier, qu’il étoit venu à Rennes dans la seule intention de voir ses amis et qu’il comptoit, s’il n’avoit pas été arrêté, partir hier au soir pour rejoindre sa compagnie ce qu’il désire si on veut le mettre en liberté  ». S’appuyant sur la norme, le soldat peut non seulement organiser son évasion, mais aussi, une fois arrêté, moduler son discours. Y-a-t-il intention de déserter ou non ? Triviale, la cause amicale sert à effacer ce soupçon qui menacerait l’harmonie revendiquée  entre l’institution et l’individu.

Conclusion

20Au terme de ce bref voyage dans les mots des déserteurs, s’esquisse une diversité de réactions et de temporalités face à la possibilité que propose l’institution. Pourtant si chacun apparaît comme un acteur qui cherche à en tirer parti, on relève dans l’ensemble une reconfiguration de la relation avec l’autorité s’intéressant désormais aux aveux des déserteurs ; en répondant à cette incitation, les individus sont souvent conduits à se reconnaître comme fautifs, même s’il s’agit d’une pause adoptée provisoirement. L’analyse des motifs révèle également un changement du sens que chacun donne à sa propre action. S’éloignant d’une position critique à l’égard  de la hiérarchie militaire qui génère la violence,  les déserteurs reviennent sur leurs actes comme un moment où ils ont perdu la maîtrise de soi. Ce faisant, ils valident la version que la monarchie veut imposer selon laquelle la désertion est « presque toujours l’effet d’une inconstance »11. Dans le cadre de la dédramatisation de la désertion et sa psychologisation, s’établit désormais une relation de consentement entre l’individu et l’institution.

21Lorsqu’on travaille sur les archives judiciaires, on se trouve face à des expressions d’affects émanant d’individus : et quoi de plus singulier que les ressentis qu’un homme manifeste ? Pourtant, s’il est nécessaire de constater ces marques de sensibilité, il fallait s’interroger sur la condition de construction de ces sentiments. Contrairement à ce qu’on pourrait penser, les regrets des déserteurs ne surgissent pas spontanément, comme conséquence d’un mouvement de l’âme individuel et incontrôlable. Leur expression se forme sous l’impulsion du pouvoir monarchique. Ainsi, il m’a semblé nécessaire d’isoler ces éléments qui relèvent du politique, et de réfléchir sur leurs conséquences.

Haut de page

Notes

1 Sur l’importance de travailler sur les traces orales des affects, cf. Arlette Farge, Des lieux pour l’histoire, Seuil, 1997.
2 Jean Chagniot, Paris et l’armée au XVIIIe siècle, Paris, Economica, 1985, pp. 620-628.
3 Cf. l’ordonnance du 12 décembre 1775.
4 Cf. l’ordonnance du 25 mars 1776.
5 Cf. l’ordonnance du 1er juillet 1786.
6 Naoko SERIU« Fabriquer des sentiments : l’incitation au ‘regret’ par l’autorité ( armée française et désertion au XVIIIe siècle) », IIe journée d’Histoire des Sensibilités, organisée par le CERMA à l’EHESS (10 mars 2005), Actes publiés dans la revue électronique Nuevo Mundo Mundos Nuevos, numéro 5, 2005.
7 Dans notre thèse (Faire un soldat. Une histoire des hommes à l’épreuve de l’institution militaire(XVIIIe s.), sous la direction d’Arlette Farge, EHESS, 2005), ont été analysés près de neuf cents dossiers de déserteurs (1712-1790) arrêtés par la maréchaussée de Bretagne (conservés aux Archives Départementales d’Ille-et-Vilaine, série 8B). Les cas cités dans cet article proviennent de cette série.
8 Il s’agit bien de traces : une quinzaine de procès-verbaux relatent la démarche d’un déserteur qui « s’est présenté » aux cavaliers.  Par ailleurs, les expressions du regret se perçoivent également  au niveau des interrogatoires, qui sont plus nombreux.  
9 Comme le note, en 1780, Pierre François Adam et Jean Marjo, brigadier et cavalier : «  Route faisant nous avons apperçu un jeune homme qui est venu à nous, nous disans, “Messieurs, Je suis un pauvre déserteur sans aucune ressource et je me remets entre vos mains” ».
10 Cf. notre thèse. Ces trois motifs représentent 40 % des causes avancées de désertion.
11 Cf. l’ordonnance du 12 décembre 1775, article XIX.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Naoko Seriu, « Le regret d’avoir déserté : une posture du soldat au XVIIIe siècle (France) », Nuevo Mundo Mundos Nuevos [En ligne], Colloques, mis en ligne le 16 mars 2006, consulté le 26 juillet 2017. URL : http://nuevomundo.revues.org/2008 ; DOI : 10.4000/nuevomundo.2008

Haut de page

Auteur

Naoko Seriu

EHESS

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Nuevo mundo mundos nuevos est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page