Navigation – Plan du site
Colloques | 2006
IIIe Journée d'histoire des sensibilités EHESS 10 mars 2006/IIIa Jornada de Estudios de Historia de las Sensibilidades – Coord. Frédérique Langue
Frédérique Langue

L’histoire des sensibilités. Non-dit, mal dire ou envers de l’histoire? Regards croisés France-Amérique latine

[17/03/2006]

Résumés

Cette étude s’attache à redéfinir l’histoire des sensibilités en partant, non plus seulement de ce que l’on peut considérer comme ses postulats initiaux — à savoir une anthopologie sensorielle — mais en considérant la “réception de l’événement” dans ses temporalités diverses, dans le cas de l’histoire de l’Amérique latine, aussi bien “coloniale” que plus contemporaine. Le passé “révolu” comme l’histoire beaucoup plus récente voire immédiate deviennent dès lors des objets d’analyse qui font une part essentielle à ces thèmes oubliés de l’histoire que sont les affects et les émotions, à des échelles diverses, ainsi qu’à des acteurs sociaux oubliés des histoires “officielles” et à d’autres “traces mémorielles” particulièrement signifiantes dans le long terme.

Haut de page

Entrées d’index

Mots clés :

Venezuela
Haut de page

Texte intégral

“La plupart des gens ne vivent pas dans l’Histoire, dans l’actualité : au vrai, ils vivent leur vie. Telle est l’histoire anonyme, celle des gens ordinaires”

Marc Ferro1

1L’histoire récente, et, tout particulièrement, l’histoire immédiate, permettent plus que tout objet des précoccupations historiennes, de prendre la mesure de l’impact des événements, quelle que soit leur échelle, et aussi bien au niveau global, collectif que particulier voire individuel. Dans la mesure où je me situe désormais très fréquemment au confluent de ces deux orientations ou manières d’écrire l’histoire (sensibilités?), à savoir l’histoire des sensibilités et représentations, et l’histoire récente/immédiate, j’ai été confrontée à la fois à la question de la réception de l’événement dans sa diversité (qui inclut la manipulation des faits, de l’information) et au surgissement d’un passé que l’on pensait révolu, mais qui, au-delà des échos qu’il suscite dans les mémoires (aussi bien collectives que particulières) et au niveau des affects, est un instrument indispensable de compréhension du temps présent.

2Le débat récent, et non clos, sur les “lois mémorielles”, constitue à cet égard une occasion exceptionnelle de revenir sur les modalités et conditions de l’écriture de l’histoire, sur le statut de l’historien confronté à d’autres acteurs de cette écriture voire à des intromissions (le politique), et bien évidemment, au rôle des sensibilités dans cette affaire. Il ne faudrait pas oublier par ailleurs, ce que Paul Ricœur a souligné à maintes reprises, y compris dans son ouvrage La mémoire, l’histoire, l’oubli : que l'histoire relève d'une épistémologie mixte, d'un entrelacement d'objectivité et de subjectivité. Elle s’inscrit dans une double processus d'explication et de compréhension  en une dialectique  du même et de l'autre éloigné dans le temps. Elle est confrontation entre le langage contemporain et une situation (en principe) révolue : « Le langage historique est nécessairement équivoque » et se situe en tension entre l'objectivité nécessaire de son objet et sa subjectivité propre. L'histoire procède également par rectifications et implique tout  à la fois une position d'extériorité par rapport  à l’objet considéré —  distance temporelle, abolie en partie dans le cas du très contemporain —  et en situation d'intériorité par l'implication de son intentionnalité de connaissance2.

3C’est dire que l’histoire des sensibilités couvre en définitive tous les domaines ou presque, de l’histoire et notamment de l’histoire sociale, et des interrogations qui lui sont associées. La relecture des documents donne la parole aux oubliés de l’histoire, individus, groupes ou affects. La catégorisation est liée en fait à l’exercice de la mémoire, contre l’oubli volontaire (voir l’usage de certaines catégories : classes dominantes, historiographies officielles) ou non. Est-ce pour autant une histoire anonyme ou des anonymes dans certains cas, même si les individus rencontrés dans les archives ou les phénomènes analysés peuvent tout aussi bien être identifiés par l’historien familier des archives ? La question mérite d’être posée, dans la mesure où les paroles restituées renvoient à une configuration sociale précise, à des situations de tension où “les mots forment cassure dans un espace social déterminé en déclinant, le plus souvent craintivement, l’ensemble des contraintes et des déchirements subis à l’occasion d’incidents quotidiens”3.  

4L’histoire des sensibilités consiste parfois à lire entre les lignes, confrontant les paroles aux représentations cohérentes que leurs auteurs ont d’eux-mêmes. S’agissant d’un passé lointain — la Colonia, la période coloniale s’agissant de l’Amérique latine— , les conflits et procés, tous documents conservés dans les archives judiciaires, jouent un rôle de catalyseurs et de révélateurs à la fois : certains acteurs, et problématiques, liées notamment à la vie quotidienne — apparaît ici la question de l’échelle —  n’émergent en effet qu’en ces occasions bien précises qui constituent autant de ruptures dans la sphère du quotidien, dans ce qu’Arlette Farge appelerait “le cours ordinaire des choses”, et par conséquent accèdent au statut d’événements4. “Dans la texture des dires et des événements, un hors-lieu fait tenir ensemble la voix singulière et la condition commune” (A. Farge). D’autant que ces acteurs de l’histoire, bien souvent perçue au quotidien, que nous faisons ressurgir ou plutôt émerger à cette occasion, vivent une histoire “subie”, de tragédies et de contraintes, dans laquelle ils sont immergés, l’envers d’événements beaucoup plus globaux (en termes d’histoire économique et sociale) leur vie plutôt que l’Histoire ou l’actualité. “Telle est l’histoire anonyme, celle des gens ordinaires; après coup, pour certains, seule une part de leur propre histoire subsiste, “congelée” en quelque corte, mais omniprésente”. Le passé tel qu’il ressurgit au détour de la mémoire des individus, ces expériences vécues,  ces attitudes et comportements en réponse à différentes situations ou crises, ne présentent par toujours de points de convergence avec celui, fondé sur un proposde connaissance et d’intelligibilité, de l’historien. “Or, combien d’histoires singulières ne se sont-elles pas nouées entre les événements qui ont surgi et la vie de chacun  ? …” en des “miniatures de l’Histoire” (M. Ferro)5.

5Cette présentation est le fruit de la réflexion effectuée dans le cadre de l’enquête quadriennale, une enquête elle-même fondée  — si on en fait l’archéologie — sur l’histoire des représentations et modèles culturels (les élites aristocratiques dont les comportements se déclinent et sont revendiqués et recréés tout au long de l’échelle sociale, suivant des voies plus ou moins exemplaires, voir le cas des métis(ses) vénézuéliens), l’exercice du pouvoir, les syncrétismes propres au monde américain (Amérique espagnole)6. C’est par conséquent, et bien évidemment, la résultante d’un itinéraire à la fois personnel et collectif. Un itinéraire qui couvre diverses périodes de l’histoire de l’Amérique latine, divers espaces, diverses temporalités, et comporte divers enjeux aussi puisque je me suis intéressée dans les dernières années à ce qu’il est convenu d’appeler l’histoire du très contemporain, qui ne l’est d’ailleurs pas tellement dans sa version française initiale (Deuxième guerre mondiale, Résistance et collaboration, ou la décolonisation française)7, aux tabous de l’histoire, réinterprétés récemment par Marc Ferro, ou, si l’on a recours à d’autres dénominations, à l’histoire récente, voire à l’histoire immédiate. Celle-ci constitue un genre dérangeant par excellence, car remettant en cause les certitudes historiennes, celles qui découlent de l’analyse d’un passé révolu (les siècles passés, selon l’expression consacrée, confortable tour d’ivoire), et ne prennent pas en compte des faits éveillant des échos dans le présent, ou s’y déroulant (thématique de l’historien contemporain des faits qu’il analyse), celles qui découlent enfin d’une évidence déterministe : on connaît la fin de l’histoire, alors que l’événement est précisément ce qui ne se répète pas nécessairement et fait irruption8.

La définition par les sources : une mémoire autre et nécessairement plurielle, et l’”historicisation des traces mémorielles (F. Dosse)”

6Une constatation s’impose en effet, concernant l’Amérique latine, et, pour revenir à l’appréhension, à la réception de l’événement : l’histoire des sensibilités est encore, très souvent, fondée sur une histoire des (défuntes) mentalités. La progressivité de la réflexion, passée aux “représentations” n’y est pas toujours perceptible. Cette sorte de mea culpa, ou de déploration, met en évidence un refus, une crainte de reconnaître l’existence de certains faits ou sentiments et de leur restituer leur contexte. Dans certaines études, et je crois que c’est là l’un des principaux écueils de l’historiographie américaniste, c’est en fait une histoire des élites qui domine, définition souvent considérée comme évidente mais oubliée dans les avant-propos méthodologiques des études concernant les détenteurs d’un pouvoir économique, social, politique et culturel. Les sources manuscrites en témoignent aisément : pour la période coloniale, seuls accèdent aux escribanos/scribes les représentants de ces “classes dominantes de la société indiana9. L’histoire de l’émpire espagnol est avant tout et en premier lieu, une histoire de l’administration espagnole (voir l’ampleur des sources conservées à l’Archivo General de Indias, le rôle joué initialement par le Consejo de Indias dans cette conservation des documents, celui des copies locales) et des élites politiques ou sociales de l’empire espagnol.

7Les sources, judiciaires, religieuses notamment, permettent certes de contourner/dépasser cette limitation, et plus particulièrement pour le XVIIIe siècle : le monde métis y apparaît notamment dans toute sa complexité, celle d’une “classe montante” de certaines sociétés locales, ainsi celle des “pardos” (gens de couleur, parfois très claire) qui veulent être nobles et reprennent à leur compte non seulement l’argumentation nobiliaire, le discours généalogique de ces “médiateurs culturels” que sont les aristocrates créoles, les mots des Blancs créoles mais également les pratiques exclusivistes véhiculées par ces mêmes mots, en se les appropriant (en détournant à leur profit les Leyes de Gracias al Sacar de 1795, au Venezuela, afin de défendre leur “honneur”). D’où les conflits de préséances voire les procés intentés aux autorités locales elles-mêmes par cette sorte d’”aristocratie métisse”, la “pardocratie” d’ailleurs évoquée par Bolívar en personne. Tel est également le cas, dans un autre registre, des grands propriétaires terriens de Zacatecas combinant sensibilité nobiliaire et défense d’un modèle culturel aristocratique hispanique, fondé sur un code de l’honneur très restrictif, et modernité très pragmatique. Je n’insisterai pas sur ces exemples certes atypiques mais développés en d’autres circonstances10. L’iconographie ouvre tout aussi bien d’autres perspectives, même si elles renvoient en toute première instance à une catégorie plus codifiée d’élites culturelles (voir les peintres indiens de Serge Gruzinski)11. Cette démarche ne conduit pas pour autant à une impasse : elle va en effet de pair avec une lecture autre (de tous les types de sources disponibles), et fondamentalement complémentaire (retour à des sources oubliées, ou plus difficiles à exploiter, pour ne mentionner que les archives judiciaires). Les XIXe-XXe siècles modifient la donne : les sources hémérographiques entrent en jeu, renvoyant là aussi, à une autre forme (médiatisée au sens premier du terme) de l’exercice de la transmission de l’information/ du pouvoir voir le distinguo de R. Debray, sur informer et transmettre).

8Le XXe siècle multiplie les sources, parfois jusqu’à l’excés si l’on considère les usages désormais dévolus à Internet, et dans l’instant) et plus encore dans un contexte de globalisation qui modifie dans l’instant les contours, la réception d’un événement, fût-il local, lui confère de la “publicité” au sens premier du terme, et, bien entendu, multiplie à l’extrême les interprétations. Le monde actuel, le “très contemporain” me semble d’ailleurs, pour cette seule raison liée aux sources, beaucoup plus propice à la mise en œuvre de cette histoire que les périodes précédentes. Jamais en effet on ne pourra restituer les odeurs ou les sons du passé dans leur complétude (la première occurrence des sensibilités : l’anthropologie sensorielle d’Alain Corbin) et les témoins n’existent que par la médiation de l’écrit, ou d’images mettant en scène des élites culturelles. D’où la pertinence de la question posée par l’un des ouvrages qui est à l’origine de la réflexion que nous menos cette année, Quel bruit ferons-nous?12

9Le recours à des disciplines annexes autorisent l’histoire à augmenter son champ d’action (c’est la question des emprunts constants aux autres disciplines). L’écueil est ici, bien plutôt, la question  de la sélection, du choix des sources, afin de ne pas tomber dans l’anecdote qui, très souvent, fait le bonheur des autres auteurs de l’histoire (qu’on le veuille ou non), les médias. Cette sélection qui ne peut s’opérer qu’en se fondant sur une connaissance exhaustive du passé, et dans le long terme. D’où la seconde acception que j’ai privilégiée jusqu’à présent : celle de la réception des événements, fussent-ils infimes, de “faible intensité” selon la formule consacrée, ou plus connus, et les passions/sentiments/affects déclenchés à cette occasion. Ces dérivations dans l’ordre émotionnel ne sont que très rarement prises en compte dans les travaux d’histoire sociale, et limités par une sorte de téléologie découlant des principes de révolte et de résistance (voire de resilience) :  en ce sens, l’histoire des sensiblités n’est pas une simple histoire sociale, ce qui ne revient d’ailleurs pas à retirer ses lettres de … noblesse à celle-ci, bien au contraire. Elle se veut une combinaison d’approches. Son relativisme, certes difficile à mettre en œuvre, est l’un de ses atouts majeurs. Elle renvoie par conséquent aux circonstances de l’écriture de l’histoire et au rôle dévolu à l’historien, de faire connaître ou de restituer la connaissance d’un passé révolu ou disparu à travers ses acteurs. “L’historien a pour  tâche de donner une connaissance appropriée, contrôlée, de cette "population des morts" personnages, mentalités, prix qui est son objet. Abandonner cette prétention, peut-être démesurée mais fondatrice, serait laisser le champ libre à toutes les falsifications, à tous les faussaires »13.

10Il faudrait tout aussi bien, au nombre de ces événements déclencheurs, catalyseurs de passions parfois inédites et inattendues, inclure les mots. Bien des batailles, réelles ou figurés  — ainsi dans l’ordre politique oui idéologique — , sont d’abord ou avant tout des batailles de mots et d’idées. Le Venezuela actuel en est un exemple accompli, au-delà même de ses frontières nationales, si l’on considère aussi bien les relations avec d’autres Etats que la réception de l’événement « Révolution bolivarienne » dans des contextes de vide idéologique (ainsi en Europe, après la chute du Mur de Berlin). Il est par ailleurs des contextes dans lesquels le langage ambiant est «lénifiant », en vient à confisquer les mots et s’oppose à un langage de l’urgence et de la prise de conscience si l’on considère notamment les autobiographies de la période (cf L’aventure incertaine de Claude Bourdet) tel qu’il a été pratiqué par la Résistance  (« résister »): « Ainsi, à l’époque de la Résistance, les mots ont représenté une brisure, une fracture avec la période précédente, si bien que l’on peut parler d’un langage qui fait événement »14 Réducteurs, « plieurs de sens », résultante en première instance d’une construction culturelle, les mots peuvent inversement manipuler dans le contexte d’une histoire officielle, en d’autres termes d’un régime politique de type autoritaire, non démocratique, ou tout simplement d’un « certain libéralisme de maintenant » (« incontournable »). C’est en ce sens que l’historien, par sa connaissance du passé, est mieux à même de scruter le présent et d’y déceler au travers des mots les dénis du passé ou les ruptures.

11Prenons un autre exemple de contextualisation plus centré sur les perceptions immédiates et que les tenants de l’analyse scientiste considèreraient comme futile : l’histoire météorologique de la Commune. Selon A. Corbin, pendant la “semaine tragique” de la Révolution française, les fumées allant vers Versailles furent interprétées comme favorables à telle partie en présence. Les phénomènes électriques, en particulier les orages (Arago), suscitent des interprétations similaires mais aussi une science qui se constitue qui en tension avec des recettes de méteorologie populaire, celles des “prophètes du temps”, un peu décalé15 par rapport à cette science qui se constitue. On trouverait des exemples comparables de sensibilités alternées et du rôle joué par le contexte et l’environnement tout à la fois pour une période beaucoup plus récente, celle des années 1970, avec les chaînes et radio de “prophètes du temps”, et selon d’autres critères. Même George Sand, qui tenait un agenda quotidien dans lequel le temps (son jardin …) acquérait une place essentielle, atteste de cette conversion à la “météo des sensibilités”. Autre exemple de la constitution et de l’évolution des sensibilités, en liaison avec d’autres phénomènes sociaux ou politiques : le moment d’émergence du “désir de rivage” (A. Corbin) …

12Autre exemple également, d’un événement passé à la postérité historiographique, et qui permet de saisir par ailleurs la connexion véritable entre histoire et mémoire, au-delà de cette anthropologie sensorielle qu’est l’histoire des sensibilités dans ses premières acceptions : Bouvines. Dans ce cas précis, l’opposition rappelée récemment entre mémoire et histoire (la mémoire relèverait du champ du politique, et l’histoire de celui de la culture/connaissance) n’apparaît en effet pas véritablement pertinente. “Cette mise en question de la séparation radicale et du recouvrement (très d’actualité …) des deux domaines, pratiquée par l’Etat national/le politique, a pour effet un déplacement du regard historique, initié par Georges Duby dans son étude de la bataille de Bouvines. D’après François Dosse, « il ne se limite pas à restituer ce qui s’est réellement passé, c’est à dire pas grand chose, en cet illustre dimanche 27 juillet 1214, mais montre que ce qui constitue cette journée comme événement importe surtout par les traces affleurant dans les mémoires : « En dehors d’elles, l’événement n’est rien» . » F. Dosse poursuit : « Le souvenir si lointain de Bouvines n’a pu être conservé qu’à partir du moment où il a été entretenu, encadré dans la conscience collective.

13Les métamorphoses de cette mémoire deviennent donc objet d’histoire au même titre que l’effectivité de l’événement dans ses étroites limites temporelles. L’étude des jeux de la mémoire et de l’oubli des traces dévoile comment « la perception du fait vécu se propage en ondes successives ».  A travers une investigation systématique de la mémoire collective, un autre auteur, Philippe Joutard, prend en considération les fondements de la rancoeur persistante qui opposait les deux communautés cévenoles. Il constate que ce clivage ne date en fait que de la deuxième moitié du XIXe siècle, la réprobation quant à la révolte camisarde dominant dans la période précédente. L’historiographie n’est donc pas parvenue à « effacer les plaies et à ressouder la communauté régionale ». P. Joutard formule alors l'hypothèse, qu'il teste auprès des paysans cévenols, d'une mémoire orale souterraine, et entreprend la première véritable enquête historico-ethnographique à partir de 1967. Il établit de la sorte l'existence d'une tradition orale autour de l'événement traumatique de la révolte camisarde et de sa répression, mémoire refoulée mais enracinée : « Cette étude espère avoir montré qu'une recherche historiographique ne peut être séparée d'un examen des mentalités collectives  » 16. Ce déplacement du regard historien correspondrait tout à fait, au tournant historiographique actuel selon lequel « la tradition ne vaut que comme traditionnalité, en tant qu’elle affecte le présent ». La distance temporelle n’est plus alors un obstacle mais un atout pour une appropriation des diverses stratifications de sens d’événements passés devenus événements « sursignifiés »17.

Un recentrage sur l’événement et les processus, contre l’événementiel, l’anecdote ou le silence. Fuir le déterminisme, quelle qu’en soit l’origine … idéologique

14Or l’histoire des sensibilités n’est pas et ne doit pas être un fourre-tout. Elle ne consiste pas seulement à faire l’inventaire de passions oubliées, à mettre en exergue des événements extraordinaires (au sens de : sortir de l’ordinaire, survenir, faire irruption)  dans la vie du petit peuple ou d’autres acteurs sociaux parfois oubliés ou passés sous silence, à faire ressurgir des situations signifiantes tels que des conflits notamment  — comme nous l’avons vu lors des précédentes éditions de cette journée, et notamment l’année dernière — et, enjeu majeur, de permettre une réécriture de l’histoire officielle, une autre manière d’écrire  l’histoire (dans le cas de l’Amérique latine), dans un contexte d’histoires désormais “connectées” par l’actuelle  mondialisation. Mais l'histoire est avant tout événementialité en tant qu'inscription dans un espace et dans un présent qui lui confère une actualité renouvelée, celle de l’événement proprement dit et des échos qu’il suscite, du sens qui lui est conféré et de son interprétation (voire sa « fabrication » sociale) elle-même située dans une configuration singulière et aucunement neutre car située dans le « champ des émotions ». Et par la prise en compte de la dimension individuelle de cette réception, l’analyse de l’événement retrouve véritablement l’expérience des acteurs et mettre l’accent sur la temporalité revient à centrer la réflexion sur le sujet individuel18.

15Ce déplacement de regard qui, sans la nécessité d’une approche méthodique et critique, fonde l’interprétation de l’histoire.Caractérisant le « moment historiographique actuel » Pierre Nora indiquait il y a quelques années déjà :  « La voie est ouverte à une tout autre histoire : non plus les déterminants, mais leurs effets ; non plus les actions mémorisées ni même commémorées, mais la trace de ces actions et le jeu de ces commémorations ; pas les événements pour eux-mêmes, mais leur construction dans le temps, l’effacement et la résurgence de leurs significations ; non le passé tel qu’il s’est passé, mais ses réemplois successifs ; pas la tradition, mais la manière dont elle s’est constituée et transmise  19.

16L’histoire des sensibilités, en tant que regard ouvert à l’événement dont le “retour” avait déjà invoqué par Pierre Nora (et non à l’événementiel) et  à sa dimension affective ou passionnelle (il ne s’agit pas non plus de psychologie historique, cf Lucien Febvre) ne peut davantage faire l’économie de la réactivité de son auteur aux événements considérés, des échos ou résonances perceptibles y compris dans le long terme, d’autant plus significatifs qu’ils s’inscrivent dans une mémoire nationale, plus ou moins reconnue, acceptée, ou plus ou moins biaisée. C’est le thème des histoires officielles, des hagiographies nationales, de l’oubli ou de l’anamnèse soulignée par Paul Ricœur, mais également du statut de l’historien. Peut-on demeurer indifférent? Au passé, aux échos de celui-ci dans le présent, à l’actualité au sens de ce qui survient? Quelle que soit la période considérée, seule l’étude du contexte, et  l’identification des sources, sont susceptibles de conduire à une histoire plus complète/totale?, à même de prendre en compte les différentes interprétations d’un événement, officielles, politiques, collectives, particulières, individuelles, partisanes etc. En sachant que le lecteur (el curioso lector) est invité à faire le tri, voire des choix : il est bien connu qu’une fois sorti, un livre n’appartient plus que très partiellement à son auteur, il est ce qu’en fera, à tort ou à raison, une opinion plus ou moins publique, plus ou moins éclairée, plus ou moins intéressée dans les deux sens du terme, plus ou moins médiatisée. Les événements ne sont décelables qu'à partir de leurs traces, discursives ou non. Sans réduire le réel historique à sa dimension langagière (ce que Roland Barthes avait fait par le biais de formules provocatrices), la fixation de l'événement, sa cristallisation s'effectue à partir du moment où il est évoqué, voire nommé et caractérisé par ses exégètes 20.

17Il est des événements qui suscitent le silence ou l’occultation, pour des raisons diverses : horreur, sentiment de culpabilité (ou d’impuissance), ou par choix (d’une certaine version de l’histoire : par exemple, officielle, ou répondant à des injonctions/verrous idéologiques, étatiques ou partisans (groupes de pression), partis politiques ou associations d’origines diverses). Ce phénomène va fréquemment de pair avec une difficulté voire une impossibilité d’accéder à des sources fiables, et les “mots pour le dire” requièrent dans cette perspective une attention toute particulière21. Dans les mondes européens, certains thèmes sont perçus comme subversifs, et relèvent du tabou. Les cas européens ont été mis en exergue par Marc Ferrro à travers ce que l’on n’ose dire en certaines circonstances et encore moins énoncer, ces “silences-là qui ne sont ni des oublis ni des interdits”. Or, repérer les tabous nous permet de saisir le non-dit des société sà travers le mode de production du récit historique, en d’autres termes la manière dont leur histoire est racontée. Les tabous d’origine chrétiennne, monarchique, républicaine ou  soviétique, ou concernant toute autre communauté (les Juifs ne voulant pas se remémorer l’antisémitisme, ou l’historiographie noire des Caraïbes anglophones : dire que les Noirs ont été les principales victimes de la traite y est perçu comme humiliant), évitent de se poser les questions qui troublent, contribuant à exorciser en quelque sorte le passé ou à en exalter d’autres moments, privilégiant de fait la mythologie (républicaine) à la mémoire (également républicaine). La polémique récente quant au “rôle positif” de la colonisation française va en ce sens. Plus récemment, et en inversant en quelque sorte les “valeurs” communément admises, et en liaison avec la constitution d’une histoire officielle et d’un nouveau credo révolutionnaire (indépendamment du “culte à Bolivar”, culte héroïque extrêmement mobilisateur, pour et par le peuple, utilisé par la plupart des gouvernants vénézuéliens), la nouvelle histoire du Venezuela — vue par son Président — fait de Bolívar non plus un aristocrate blanc (mantuano) mais un métis, plus précisément un zambo. La Révolution rédemptrice, déjà grande utilisatrice de références historiques choisies (depuis les origines mêmes du Mouvement bolivarien, dans les années 1980 : voir l’“arbre aux trois racines” : Simón Bolívar, Simón Rodríguez et Ezequiel Zamora),  implique une révision en conséquence des symboles nationaux (símbolos patrios). Les indigènes y sont officialisés, avec un arc et une flèche dans un kayak, et le cheval de l’écusson, autrefois “non vénézuélien” et “cheval de l’empire” (espagnol), selon les termes du président Chávez lors de son émission dominicale Aló Presidente, regarde désormais vers la gauche. D’où la polémique surgie à la fin de l’année 2005, et qui vit la “convocation” et mobilisation expresse des historiens des deux bords, Académie nationale de l’histoire comprise, en faveur de la cohésion nationale22

18Ces événements passés sous silence sont parfois connus (avant d’accéder  au “partage de la mémoire”, à la commémoration et à une visibilité médiatisée, voir le cas de la Shoah, soixante ans après l’événement lui-même) par d’autres canaux que celui de l’écrit à caractère historique : la littérature (qui précède parfois l’historiographie sur son terrain) la mémoire des contemporains des faits, et toute autre forme de transmission orale (musique, légendes), voire des images. “Raconter, c'est déjà expliquer », avait rappelé Paul Ricœur. Et la rumeur, dans un délai/registre plus immédiat23. La mémoire orale joue un rôle particulièrement important dans les contextes d’analphabétisme ou de non pratique régulière de l’écrit. Dans certains contextes (d’où l’importance de la mise en contexte), elle compense les silences de l’historiographie, si l’on considère l’exemple des guerres paraguayennes et plus particulièrement de la guerre du Chaco, selon le côté dont l’événement est perçu (Paraguay, Bolivie, Brésil). Cet événement est d’ailleurs caractéristique de la manière dont fonctionnent les tabous dans l’historiographie latino-américaine  — et non pas seulement (latino) américaniste, celle-ci englobant les regards extérieurs au pays considéré.

19En Bolivie, la guerre du Chaco (opposant la Bolivie au Paraguay, 1932-1935) apparaît non seulement comme un thème tabou, mais également comme un thème subversif, d’après l’historien René Arze, un thème “oublié délibérément”, typique d’une société qui fonctionne sur le mode de l’exclusion (bien que déguisée) vis-à-vis du métissage interne qui la caractérise. La cécité de l’historien trouvant parfois un exutoire paradoxal, un révélateur, à tout le moins un stimulus dans d’autres conjonctures politiques de tension (dictature, dans ce cas précis, le régime de García Mesa), le thème de la guerre en général en vint à se lier avec celui des conflits sociaux. Davantage : il est celui de la guerre extérieure, mais aussi intérieure, en l’occurrence, celui des communautés indigènes qui, en pleine guerre du Chaco, tirèrent parti de la situation pour récupérer leur terres, provoquant la confusion dans les forces armées déjà divisées sur plusieurs terrains d’opérations. Le thème de la guerre est aussi celui des femmes dans la guerre, des sources oubliés (orales), du métissage voire des nationalismes à l’œuvre dans le moyen terme, ou encore de la mémoire recueillie par la musique. Mais cette mémoire est éminemment fragile, car vulnérable et sélective : il peut y avoir oubli de la part de l’individu concerné, ou interférence avec d’autres sources (radio, voisinage) sur la remémoration des faits, l’idéologie peut de même, intervenir. Ce sont en première instance les “mémoires d’une vie”24.

20Entrent ici en jeu aussi bien les sensibilités propres à l’historien, sa “vision du monde”, pour reprendre une expression en d’autres temps fort utilisée, sa réaction individuelle à l’événement — celui du passé, celui du présent — , que les représentations sociales mises en tension par le biais de ces événements, et les attitudes collectives qui en résultent, orientant de la sorte une mémoire cependant fugace (celle de certains protagonistes), car non consignée d’office, et exclue tout aussi clairement des histoires officielles. Comme l’indique Luc Capdevila, “quel que soit l’angle d’observation — ou même son échelle — adopté pour l’étudier, le souvenir du passé guerrier du XXe siècle apparaît douloureux, émotionnel, passionnel tant pour les individus, les groupes, les collectivités nationales”25.

21La parole singulière se fait événement, plus ou moins perceptible selon le contexte considéré. L’expérience de guerre se même à l’inacceptable sous divers aspects, alors même qu’elle devient pour certaines générations une réalité étrangère, présente à travers des pratiques mémorielles et des “constructions sociales” (se pose alors la question de la transmission, par qui et avec quelle visée, et malgré quels brouillages si l’on considère la “réception” des deux guerres mondiales en France), et non plus un horizon possible. L’un des grands enseignement que P. Ricoeur avait d’ailleurs tiré de la pratique analytique est le caractère blessé de la mémoire dont les mécanismes complexes visent à « faire avec » et par conséquent à refouler les traumatismes subis et les souvenirs trop douloureux.

22Comme l’indiquait en ce sens Tzvetan Todorov, « la mémoire ne s’oppose nullement à l’oubli. Les deux termes qui forment contraste sont l’effacement (l’oubli) et la conservation ; la mémoire est, toujours et nécessairement, une interaction des deux. La mémoire pluralisée, fragmentée déborde aujourd'hui de toutes parts le « territoire de l'historien ». Outil majeur du lien social, de l'identité individuelle et collective, elle se trouve au coeur d'un réel enjeu et attend souvent de l'historien qu'il en donne, dans l'après-coup, le sens, à la manière du psychanalyste. Longtemps instrument de manipulation, elle peut être réinvestie dans une perspective interprétative ouverte vers le futur, source de réappropriation collective et non simple muséographie coupée du présent26.

23En proie à la mondialisation des informations, à l'accélération de leur rythme, le monde contemporain connaît une « extraordinaire dilatation de l'histoire, une poussée d'un sentiment historique de fond» Cette présentification a eu pour effet une expérimentation moderne de l'historicité. Elle impliquait une redéfinition de l'événementialité comme approche d'une multiplicité de possibles, de situations virtuelles, potentielles, et non plus comme l'accompli dans sa fixité. Le mouvement s'est emparé du temps présent jusqu'à modifier le rapport moderne  au passé. La lecture historique de l'événement n'est plus réductible à l'événement étudié, mais envisagée dans sa trace, située dans une chaîne événementielle. Tout discours sur un événement véhicule, connote une série d'événements antérieurs, ce qui donne toute son importance à la trame discursive qui les relie dans une mise en intrigue. Comme on peut le mesurer l'histoire du temps présent n'engage pas seulement l'ouverture d'une période nouvelle, le très proche s'ouvrant au regard de l'historien. Elle est aussi une histoire différente, participant aux orientations nouvelles d'un paradigme qui se cherche dans la rupture avec le temps unique et linéaire, et pluralisant les modes de rationalité27.

Restaurer les histoires singulières sans pour autant éluder le “collectif”. Le rapport sensibilités/émotions

24On ne peut évoquer le terme d’histoire officielle sans avoir en mémoire le débat récent, et d’ailleurs non clos, à propos de la “liberté de l’histoire”. Cet exemple d’ “emballement” de l’histoire et de ses interprétations permet à cet égard de revenir à la fois sur la délimitation du territoire des histoires singulières, sans pour autant en éluder la dimension collective (communautaire ?). Cet épisode constitue également une excellente occasion de confronter sensibilités, et émotions, de percevoir que les premières ont, dans ce cas précis, produit les secondes, qui contribuent elles-mêmes à forger les premières et à  en déterminer certaines tendances. Les “émotions”, au sens large les “sentiments” — résultantes d’un événement, quelle que soit son “échelle” —  ne peuvent être dissociées d’un contexte, politique, social, économique, culturel,  ainsi que d’un ensemble de “représentations” qui fondent précisément ces “sensibilités”. Il s’agit en l’occurrence de revenir sur les protestations déclenchées par  l’article 4 de la loi du 24 février 2005, qui a entraîné une première pétition en mars 2005 (19 historiens signataires à l’origine), puis, à la suite de cette loi, nombre de controverses portant sur le rôle positif de la colonisation : Gérard Noiriel28 évoque à cet égard l’effet effet boule de neige de loi Gayssot (1990), dont Madeleine Rébérioux avait déjà dit qu’elle constituait une limite à l’espace de liberté des historiens, et la confusion créée à propos d’autres dispositions, ainsi sur le génocide arménien, ou encore la loi Taubira (2001), et enfin ce grand débat sur la place des historiens dans la cité29.

25La loi du 24 février déclenche l’effervescence historienne : pour la première fois, une loi énonçait en effet un jugement sur l’histoire, à l’encontre de la distinction préconisée entre histoire et mémoire par M. Bloch : faire comprendre le passé diffère en effet de l’appel à la mémoire, construite sur un jugement portant sur ce passé. L’intrusion de la mémoire dans l’histoire devient manifeste. Deuxième étape en novembre 2005, et élargissement de la problématique : les rapports entre les historiens et les usages publics du passé sont mis en exergue. Or ils constituent un champ de la recherche désormais extrêmement pertinent, car induisant deux niveaux : celui de la réflexion proprement dite, et celui de la défense de l’autonomie de la réflexion mise en œuvre par les chercheurs. Intervient ici le rapport au politique, ainsi que le rôle joué par les médias. “Liberté pour l’histoire” (3 décembre 2005), puisque tel est le nom de cette pétition précise ainsi que la “gestion mémorielle” est en cause. Il ne s’agit pas pas seulement d’obtenir l’abrogation d’une loi mais d’éviter que l’histoire ne soit instrumentalisée et les historiens pris au piège d’enjeux politico-partisans. O. Pétré Grenouilleau a en effet été assigné en justice par des organisations politiques antillaises et guyanaises pour son ouvrage. La défense de cet historien est à l’origine de cette réaction : pourquoi cette intrusion du judiciaire et du politique dans une affaire d’historiens (le Journal du dimanche qui incitait à ne pas confondre génocide et crime contre l’humanité pour la question de l’esclavage, fut attaqué à la suite de cette interview)? Au dire de plusieurs commentateurs, un climat délétère semble s’être créé avec cet arsenal de lois, et seule la France se préoccupe de dire l’histoire à un moment ou à un autre, de mettre en avant bons sentiments ou instrumentalisation des historiens. Les lois évoquées concernent l’ensemble des acteurs de l’écriture de l’histoire, d’ou l’intérêt des sensibilités pour interpréter et expliquer ce déferlement des passions, à tout le moins d’émotions et de réactions contradictoires à une série d’événements. On évoque également la nécessité dans la loi d’enseigner ceci ou cela, au mépris de la liberté pédagogique mais également de la formation reçue par les principaux transmetteurs de l’histoire, les enseignants du secondaire, confrontés directement à ces “lois mémorielles” (cf. la question arménienne, l’Ukraine avant la Deuxième guerre mondiale). Or il existe déjà des obligations mémorielles régulières spécifiées dans le BO de l’Education nationale : ainsi rappeler aux élèves l’importance de tel événement, par exemple la mémoire de Pierre Mendés France lors de sa disparition. Il existe parallèlement à ce cadre une demande de la communauté, qui met en exergue les sensibilités exacerbées dans l’ordre collectif ou individuel. L’un des intervenants à cette émission évoquait ainsi les revendications exprimées par des parents à propos de la guerre d’Algérie : “vous avez intérêt à parler des crimes du FLN …”.

26Le débat passionné ouvert à cet occasion — et nous reprenons ici les grandes lignes de ce débat disponible en ligne — n’exclut donc pas un certain “amalgame” entre un article de loi à abroger (février 2005) et trois lois qui reconnaissent des génocides, luttent contre le déni et préservent la dignité de victimes. La Shoah est un fait avéré mais utilisé par des historiens négationnistes, et il existe sur ce point des équivalents de la loi Gayssot en Europe (Allemagne, Autriche, Belgique). L’enjeu concerne dès lors les parlementaires et les usagers, et influe de manière décisive sur la manière de faire de l’histoire sur le terrain. Quand le Parlement vote la loi sur génocide arménien, il n’est en effet pas fait mention de la Turquie … La loi Taubira (21 mai 2001) fait  en ce sens obligation : le juge va arbitrer, d’où la mobilisation des historiens contre cette instrumentalisation manifeste de l’histoire par les magistrats ou les politiques A la suite de la déclaration du président de la République, émerge cette évidence qui se transforme en affaire politique : “ce n’est pas à la loi de faire l’histoire”. Et une question annexe : qu’appelle-t-on historiens? La pétition des 19 est en effet signée par des universitaires, mais également par des journalistes, aux positions divergentes, mais qui différent tout autant des problèmes abordés par les enseignants. La mobilisation des passions, la multiplicité des sensibilités en présence tient aussi au fait que les historiens ne sont plus considérés comme les seuls experts du passé sur les diverses questions qui ont motivé ce débat. Comme l’a souligné J.P. Azéma à cette occasion, c’est la transmission de l’histoire qui importe et il est essentiel de laisser aux historiens un regard critique sur l’histoire. Il a été indiqué d’autre part que la loi Taubira (l’esclavage crime contre l’humanité) comprend ainsi nombre d’erreurs car elle n’est pas passée par le filtre du Conseil d’Etat, ce qui n’excuse pas la dérive politique commise dans le cas de O. Pétré-Grenouilleau. La connaissance scientifique de l’histoire et l’évaluation politique du passé sont, comme le rappelait également Gérard Noiriel, des démarches distinctes et il y a tout lieu d’éviter cette confusion/assimilation entre histoire et mémoire.

27Une autre émission poursuit le débat peu de temps après, prolongeant cette illustration féconde des rapports entre l’histoire des sensibilités, l’histoire du très contemporain et l’écriture de l’histoire: “La rumeur du monde” (24/12/2005). La juriste Françoise Chandernagor évoque alors le fait que les historiens délaissent certains champs minés (je dirais que c’est un peu le cas de l’histoire du très contemporain et de l’histoire immédiate, la frilosité intellectuelle dominant sur ces champs, et les abandonnant aux médias, fût-ce au “journalisme d’investigation”). Il est rappelé également que d’autres démocraties ne disposent pas de textes comparables, ces lois ne s’avérant pas nécessaires, l’arsenal pénal existant étant suffisant. Prolongeant cette approche, P. Nora estimait que ces lois créaient un engrenage sans fin, tout groupe “brimé” par l’histoire pouvant alors demander la sanctuarisation de sa mémoire, et réparation au juge : les Arméniens, les Noirs, etc… en résumé, les descendants des victimes de l’histoire et d’un passé “désormais sans fin”.

28La confusion est notable entre la mémoire parfaitement légitime des souffrances passées et qui peut d’ailleurs demander une forme de réparation, en hommage à une collectivité, ou une parole de compréhension (mais pas au législatif) et l’écriture de l’histoire. Fait plus inédit, et moins connu du grand public et des historiens eux-mêmes, les lois françaises se sont en effet préoccupées des crimes des autres … Ainsi en ce qui concerne le génocide arménien, un historien américain, du Moyen Orient, Bernard Lewis, a déclaré que le dossier arménien était un immense massacre mais ne relevait pas du génocide. Cet historien est persona non grata en France, et a fait l’objet d’une condamnation par des juges français. La question du génocide arménien témoigne à cet égard de l’amplification des sensibilités dans l’espace public/sociétaire: le but d’annonce visé par les politiques est manifeste, mais la judiciarisation de la société tout autant. Le point de départ de cette introduction de l’histoire dans les lois fut la volonté, légitime certes du législateur de constituer un barrage contre des dérives racistes (loi Gayssot) et de casser le mouvement révisionniste (Faurisson et émules) : le législateur serait donc entré donc dans ce champ qui s’est trop étendu, créant un problème de libertés publiques inconcevable dans d’autres pays, et allant dans une certaine mesure à l’encontre de la Constitution d’après les historiens consultés (Déclaration universelle des droits de l’homme). Aux faits incontestables s’oppose désormais des interprétations soumises à évaluation par l’opinion publique, si l’on considère la mésaventure survenue à O. Pétré Grenouilleau : l’esclavage est présenté par les historiens comme un crime contre l’humanité mais pas comme un comme génocide puisque le but des marchands d’esclaves et des planteurs n’était pas d’exterminer leur main d’œuvre (dans le cas vénézuélien, on relève même des achats de médicaments ou des soins destinés aux esclaves employés sur les haciendas de cacao … ).

29Tout détail doit venir conforter une position de mémoire, à la différence des interprétations toujours relatives proposées par l’histoire. Face à ce qui n’est en définitive qu’une position fondée sur la croyance, l’écart peut être assimilé au sacrilège et entraîner condamnation, penser d’une certaine façon devient alors une obligation. La mémoire est toujours sacrée, et reste dans l’émotion toujours, or le législateur doit rester froid. Quel sens revêt en effet le fait de désigner un crime dans le passé? Nuremberg est déjà rétroactif, et maintenant la loi Taubira remonte bel et bien au XVe siècle. Dans cette perspective, il faudrait se pencher également sur le sort des esclaves de Platon, et se préoccuper de demander réparation à l’Italie pour la colonisation de la Gaule, comme l’ont signalé certains participants au débat. Les lois mémorielles se fondent sur le sentiment présent, or le travail de l’historien est de ne pas projeter sur le passé des grilles d’interprétation qui ne sont valables que pour le présent. Relativiser en essayant de comprendre ce qui s’est passé autrefois, avec autre mentalité, est l’un des enjeux de l’écriture de l’histoire. Le travail pacificateur de l’historien s’oppose en ce sens à celui du législateur .

30Ce débat conduit à un point clef du moment que nous vivons : si les mémoires entrent en conflit, une communauté nationale, quelque part, se défait, alors que l’opinion d’aujourd’hui s’est radicalisée sur certains points. La solution ne peut émerger d’oukases législatifs mais d’une forme d’autorité, non violente, et d’ordre scientifique, d’une parole symbolique et effective empreinte de vérité historique et d’humanité selon les historiens et juristes ayant participé à ces émissions. Les lois mémorielles n’apaisent pas car les mémoires sont conflictuelles, même aujourd’hui une loi sur la Vendée réveillerait des antagonismes. Il convient par conséquent de ne pas traiter par la loi ces problèmes. En témoigne la publication récente d’une Histoire de l’empire britannique en plusieurs volumes, avec la collaboration d’historiens britanniques, pakistanais, indiens, malais. La confrontation des points de vue se fait réalité. Or, une telle somme n’existe pas pour l’Algérie, et d’autres pays privilégient une forme d’histoire officielle (URSS, USA), histoire d’Etat à la soviétique ou dérive de groupes de pression “politiquement corrects”. Dans la même veine, en France, le Musée de l’armée n’a pu obtenir l’autorisation d’organiser une exposition sur Austerlitz — alors que Trafalgar est célébré en Grande-Bretagne et la France invitée à cette occasion. En ce sens, l’émergence de ces sensibilités en conflit au travers de la question mémorielle met en évidence les difficultés de certains pays à assumer leur passé. Le lien est certes nécessaire entre histoire et mémoire comme l’ont établi aussi bien P. Ricœur que M. de Certeau, mais doit donc éviter tout autant l’écueil du recouvrement, susceptible de déclencher les passions et émotions évoquées, que celui de la séparation radicale, qui enfermerait l’historien dans une tout d’ivoire30.

31Un fait indiscutable a été souligné à cette occasion par les historiens en présence : le caractère éminemment conflictuel de ces mémoires parallèles parfois dans un même pays, alors même que l’histoire unit, par définition, et que la mémoire ne cessant en revanche de diviser. Un événement particulièrement significatif de cette distinction mais relativement passé sous silence dans les media contribue à illustrer ce processus dans sa version européenne : celui de la restitution d’une partie des archives de la Catalogne (transférées en Espagne lors de la Guerre Civile, à la fin de l’année 1939) des archives les abritant, celles des Archives générales de la guerre civile, conservées à Salamanque, à la Generalitat de Catalogne. La question de ce transfert affectant des archives nationales dont certaines ne concernaient pas seulement la Generalitat ou le gouvernement catalan (voir le fonds concernant l’histoire de la franc-maçonnerie et sa répression sous le franquisme), a été posée dès 1995, sous le gouvernement socialiste de Felipe González. Sur le site de la mairie de Salamanque, un seul mot d’ordre émerge d’une longue chronologie des passions qui a vu s’affronter pendant plus d’un quart de siècle des régions (des “autonomies”) et des adversaires politiques (rappelant singulièrement les “deux Espagne” de la période incriminée), ou se diviser des partis (PSOE/PP): “Por la unidad, para que nada se pierda”. A la suite du transfert, effectué sur décision des magistrats de la Audiencia Nacional, la mairie vient d’ailleurs de changer le nom de la rue où se trouvaient ces archives, de “rue des archives” à la “rue de la spoliation” (calle del Archivo, calle del Expolio)31.

L’histoire hors du musée

32L’ensemble de ces considérations montre ainsi que le passé n’est pas clos, n’est pas chose morte à muséographier, mais, bien au contraire peut se voir conférer constamment de nouveaux  sens. Le régime des temporalités successives apparaît ainsi comme une mise en exergue  des acteurs sociaux oubliés de l’histoire officielle et de leurs représentations. Cet aparté ne concerne certes pas toujours l’histoire de l’Amérique latine ou des Caraïbes. Il est cependant hautement représentatif des problématiques créées, des réticences relevées au niveau officiel, et surtout, de l’intrusion du politique dans l’histoire.

33Le thème des “histoires officielles” est, à cet égard, bien connu en Amérique latine (on ne peut à cet égard que renvoyer au splendide film argentin “La historia oficial”, Luis Puenzo, 1985) et seule une lecture en-deçà des événements concernés et l’appréhension des sensibilités impliquées à divers titres, permet à cet égard d’en fournir une appréciation globale, à même d’éclairer un processus historique en cours et ses enjeux sur le plan idéologique. Ainsi, au Venezuela, au-delà de la véritable “guerre des images” qui s’y déroule (médias, et cinéma), l’appropriation de symboles nationaux voire de mythes continentaux par le président Chavez s’ajoute à la fréquence des commémorations d’inspiration historique mais fondamentalement manichéenne: Santa Inés (bataille du XIXe siècle gagnée par le “général du peuple souverain”, Ezequiel Zamora, l’une des principales références historiques de Hugo Chávez) lors de la bataille électorale pour le référendum (2004), Jour de la Résistance Indigène (le 12 octobre : 500 ans après l’arrivée de Christophe Colomb, cette célébration rebaptisée s’accompagna d’ailleurs de la destruction de la statue de Colomb à Caracas), la création d’un commando Maisanta (caudillo rebelle, aïeul du président) afin de mener la campagne électorale et médiatique (toujours en 2004).

34La relique peut-être la plus prisée de la Révolution bolivarienne et de la mythologie officielle serait cependant l’épée de Bolívar, à la fois symbole — depuis l’Indépendance — de l’identité nationale et régionale dans l’imaginaire politique et dans l’idéologie du Mouvement bolivarien révolutionnaire, mais tout aussi bien revendiquée par certain mouvement de guérilla colombien depuis les années 1970 (et enlevée d’un musée de Bogotá). Ce “fétiche républicain” invoqué par un leader à la fois charismatique et populiste s’inscrit dans un ensemble de références et un imaginaire révolutionnaires qui dépassent les frontières nationales puisque les ambitions du “processus” — la Révolution bolivarienne — s’étendent au continent dans son ensemble (voir le projet ALBA, Alternative Bolivarienne pour les Amériques, pour ne mentionner que cet exemple à opposer à l’“impérialisme” américain dans sa version économique). L’épée de Bolivar, libératrice des Amériques, est donc devenu l’un des mots d’ordre de ses partisans sur le continent et notamment des mouvements “altermondialistes”, découvrant une autre facette du culte a Bolívar analysé par G. Carrera Damas, et que le même historien n’hésite guère à qualifier de “bolivarianisme-militarisme”32.

35Mais ce même exemple du Venezuela montre que, quand bien même un parti ou un gouvernant en vient à s’approprier symboles, lieux, idées, personnages historiques du passé (plus que du présent même si cette démarche n’est pas inconcevable) voire des légendes et mythes divers, en aucun cas les acteurs de la nouvelle histoire officielle ne peuvent s’approprier les sensibilités, seulement les relayer en partie, converger, ou s’y opposer. Ces “réactions épidermiques” que l’on enregistre dans l’opinion publique vénézuélienne d’aujourd’hui ne sont peut-être pas autre chose qu’une réponse à une série d’événements qui s’inscrivent certes dans une mémoire collective sur le long terme, mais aussi dans un vécu plus restreint sur le plan relationnel (communauté, parti, relations personnelles et familiales, individuel) et plus encore lorsqu’un leader charismatique (néo-populiste) joue à ce point sur le registre de l’affectivité comme le fait Hugo Chávez. En ce sens, l’histoire récente de ce pays constitue un véritable laboratoire pour l’historien, aussi bien à l’échelle du pays, que du continent, ailleurs, bien que la déconnexion des réalités locales soit dans ce cas manifeste, et que les intérêts (et la malhonnnêteté intellectuelle) remplacent ici trop souvent les sensibilités initiales dans leur diversité33.

36Cette histoire récente voire immédiate aura contribué à cet égard et plus que toute autre périodisation de l’histoire à renverser le rapport histoire/mémoire, et à prendre en compte les non-dits de l’histoire. L'opposition traditionnelle entre une histoire critique située du côté de la science et une mémoire relevant de sources contestables ou fondée sur des « émotions » n’a ici plus lieu d’être Alors que l'histoire acquiert d’autres outils et méthodes suivant en cela une propension mise en évidence là aussi au cours de ces dernières années, la problématisation de la mémoire conduit à accorder une part critique à l'approche même de la notion de mémoire et à considérer des « envers » de l’histoire, des silences ou des oublis, en un mot des sensibilités en présence (y compris celle de l’historien, si l’on considère l’aspect critique de la démarche, notamment en ce qui concerne les sources utilisées). La part des sources orales ou autres (hémérographiques, Internet) dans l'écriture du temps présent rend possible l’élaboration même d’une histoire de la mémoire et par là même un autre type d’écriture de l’histoire, ouvert notamment à d’autres acteurs.

37L'histoire du temps présent, et la part considérable réservée aux « sensibilités » en retour par rapport à un événement donné, modifie donc et relativise le rapport au passé, sa vision et son étude. C’est en effet une « donnée d’échelle » qui pose là aussi la question de la « sensibilités à la réception de l’événement », ce qui est événement (par définition, médiatique) pour un individu ou une génération, une population ne l’étant pas nécessairement pour une autre. Or, l'historien du temps présent inscrit l'opération historiographique dans le long terme. Il ne limite pas son objet à l'instant. Et ce sont les croisements des histoires de vies et des destins collectifs qui contribuent à orienter le sens conféré à l’événement et tout particulièrement son « ajustement culturel » (les appréhensions et images sociales qui en dérivent). Il privilégie une pratique consciente d'elle-même, naturellement confrontée à une révision critique, en d’autres termes une « écriture en tension avec des pratiques », d’une particulière vigilance par rapport à l’instrumentalisation de l’histoire, à de « danger multiforme de réutilisation symbolique » qui guette les écrits historiens, les distorsions récupératrices inhérentes à un usage abusif de l’histoire34.

Haut de page

Notes

1 Marc Ferro, Les individus face aux crises du XXe siècle. L’histoire anonyme, Paris, Ed. Odile Jacob-Histoire, 2005.
2 Paru au Seuil, 2000. Paul Ricœur, "Objectivité et subjectivité en histoire", (déc. 1952), repris dans Histoire et Vérité, Paris, Le Seuil, 1955, p. 30. Frédérique Langue, "Quand la rue s'embrase sous le regard de l'université. L'histoire immédiate au Venezuela, méthodes et questionnements", Cahier d'histoire immédiate, n°25, Printemps 2004, pp. 123-158 ; et Militares y poder en Venezuela. Ensayos históricos relacionados con  las relaciones civiles y militares venezolanas (coord. D. Irwin, F. Langue), Caracas, UCAB-UPEL, 2005, pp. 15-28 : "El acontecer histórico en la historia reciente de Venezuela: algunas reflexiones en torno a una fábrica de emociones para el tiempo presente", pp. 15-28
3 Arlette Farge, Le cours ordinaire des choses dans la cité du XVIIIe siècle, Paris, Seuil, 1994, p. 9.
4 Sur ce point, nous ne pouvons que renvoyer à la stimulante réflexion initiée il y a quelques années déjà et sous l’influence de la “micro-histoire” avec l’ouvrage collectif Jeux d’échelles. La micro-analyse à l’expérience (sous la direction de Jacques Revel), Paris, Hautes Etudes/Gallimard/Le Seuil, 1996.
5 A. Farge, Idem, p. 19.. M. Ferro, Idem, préface.
6 http://www.ehess.fr/cerma : le texte du programme de recherche 2005-2009 figure dans la rubrique “enquêtes :Histoire et anthropologie des sensibilités”.
7 Pour ne citer que l’un de ces ouvrages au titre particulièrement évocateur : Henry Rousso, Vichy, un passé qui ne passe pas , Fayard, 1994, rééd. coll. « Folio-Histoire », Gallimard, 1996. et l’ensemble des travaux de Pierre Laborie, en particulier Les Français des années troubles, Paris, Desclée de Brouwer, 2001.
8 Frédérique Langue, Hugo Chávez et le Venezuela. Une action politique au pays de Bolívar, Paris, L'Harmattan, 2002, 239 pp. prologue de Elizabeth Burgos.
9 Frédérique Langue, "¿Estrategas o patriarcas? La aristocracia empresarial zacatecana a fines del siglo XVIII-principios del XIX", dans B. Schröter, C. Büschges (eds), Beneméritos, aristócratas y empresarios. Identidades y estructuras sociales de las capas altas urbanas en América hispánica, Madrid-Frankfurt, Vervuert-Iberoamericana, 1999, pp. 277-295. Disponible dans Nuevo Mundo Mundos Nuevos, http://nuevomundo.revues.org/document630.html
10 Frédérique Langue, “ Brigands et hidalgos dans le Mexique du XVIIIe siècle ”, in Justice, lois et coutumes (XVIIIe-XIXe siècles), coord. J.C. Garavaglia-J.F. Schaub, Editions de l'EHESS, 2005, pp. 113-135. “ Le passeur malgré lui ; “ El indiano de la comedia era moreno. De la multitude servile à l’aristocratie blanche au Venezuela (XVIe-XVIIIe siècles) ”, dans Transgressions et stratégies du métissage en Amérique espagnole coloniale, Presses de l'Université de Paris III , 1999, pp. 223-248 ; L’aristocratie mantuana comme médiateur culturel (Venezuela XVIIIe siècle) ” in Passeurs culturels. Mécanismes de métissage (sous la direction de Louise Bénat-Tachot et Serge Gruzinski), Paris, Presses universitaires de Marne-la-Vallée/Editions de la Maison des sciences de l'homme, 2001, pp. 69-90.
11 Serge Gruzinski, La pensée métisse, Paris, Fayard, 1999. Du même auteur, L’Aigle et la Sibyllle, Fresques indiennes des couvents du Mexique, Paris, L’Imprimerie Nationale, 1994.
12 Arlette Farge, Quel bruit ferons-nous? Entretiens avec Jean-Christophe Marti, Paris, Les Prairies Ordinaires, 2005.
13 Roger Chartier, Le Monde, 18 mars 1993. Frédérique Langue, " O murmullo do tempo. Aproximações à uma história cruzada das sensibilidades Brazil-França ", História e sentimentos, coord . Marina Ertzogue, São Paulo, ed. Ana Blume, sous presse.
14  Arlette Farge, Michel Chaumont, Les mots pour résister. Voyage de notre vocabulaire politique de la Résistance à nos jours, Paris, Bayard, 2005, p. 11.
15 Emission France Culture, Les Lundis de l’histoire, 19/12/2005, A propos de : 25 ans d’amours adultères,  correspondance sentimentale d’Adèle Schunck et Aimé Guyet de Fernex, 1824-1945, de Paula Cossart, Ed. Fayard, 2005, et  de Le ciel et la mer, de Alain Corbin, Ed. Bayard, 2005. http://www.radiofrance.fr/chaines/france-culture/sommaire/
16 Georges Duby, Le Dimanche de Bouvines, Paris, Gallimard, 1973. François Dosse, « Paul Ricœur, Michel de Certeau et l’Histoire : entre le dire et le faire », Conférences de l’Ecole des Chartes n°6, 22 avril 2003  http://elec.enc.sorbonne.fr/document8.html#ftn79 Philippe Joutard, La légende des camisards,une sensibilité au passé, Gallimard, Paris, 1977, p. 356. Du même auteur : "L'histoire orale entre science et conscience", Vingtième siècle . Revue d'histoire, n 25, janvier-mars 1990.
17 Paul Ricoeur, « Evénement et sens », Raisons Pratiques, n° 2, 1991, p. 55. F. Dosse, Idem.
18 Voir Terrain n°38-mars 2002, “Qu’est-ce qu’un événement?”, et notamment les articles d’Alban Bensa et Eric Fassin, “Les sciences sociales face à l’événement” (p. 5- ) et Arlette Farge, “Penser et définir l’événement en histoire” (p. 69-78).
19 Voir le courant des “connected histories”. Serge Gruzinski, Les quatre parties du monde, Paris, Ed. La Martinière, 2004 (pour une mondialisation plus précoce que l’on ne le dit et surtout qu’on ne le croit). Pierre Nora, « Comment on écrit l’histoire de France ? », Les lieux de mémoire, tome 3, Vol. 1, Paris, Gallimard, 1993, p. 24 .
20 Pierre Nora, “Le retour de l’événement”, dans Pierre Nora, Jacques Le Goff (dir;), Faire de l’histoire. Nouveaux problèmes, Paris, Gallimard, 1974, pp. 210-228.
21 Voir, pour le domaine chinois, Jean-Philippe Béja, A la recherche d’une ombre chinoise. Le mouvement pour la démocratie en Chine 1919-2004, Paris, Seuil, 2004, coll. L’Histoire immédiate ; et surtout, Michel Bonnin, Génération perdue. Le mouvement d’envoi des jeunes instruits à la campagne en Chine 1968-1980, Paris, Editions de l’EHESS, 2004.
22 Marc Ferro, Les tabous de l’histoire, Paris, Nil Editions, 2002, en particulier pp. 33-34. Dimitri Nicolaïdis, Oublier nos crimes. L’amnésie nationale : une spécificité française, Paris, Autrement, 2002, coll. Mémoires. Elías Pino Iturrieta, "La historia oficial", El Universal, lunes 27 de octubre, 2003. El Universal et El Nuevo Herald, 8/3/2006, sur l’approbation de modifications des symboles nationaux par l’Assemblée nationale vénézuélienne. El Universal 28/11/2005. Germán Carrera Damas, El culto a Bolívar, Caracas, Grijalbo, 1989 ; du même auteur, Alternativas ideológicas en América Latina contemporánea (El caso de Venezuela: el bolivarianismo-militarismo), Gainesville, University of Florida-Universidad Central de Venezuela, 2001. Sur le projet historiciste de la Révolution bolivarienne et les positions historiennes avant même cet épisode, voir Alejandro Gómez, “El papel de los intelectuales en la Venezuela de Hugo Chávez: los historiadores a la palestra pública”, L’Ordinaire Latino-Américain, dossier Venezuela “Hugo Chávez, un stratège pour quelle révolution ?” (coord. Frédérique Langue), n°202, octobre-décembre 2005, “pp. 83-94. Jorge Rueda, “Chávez impulsa cambios de símbolos patrios”, El Nuevo Herald, 20/1/2006. Gerardo Blyde, “Batalla de símbolos”, El Universal, 23/6/2004 et “Bolívar, mantuano Libertador”, El Universal, 10/3/2006. Frédérique Langue, "Métissage et rédemption au Venezuela. Des milices coloniales à la révolution bolivarienne", Actes du Colloque international (org. Carmen Bernand et Alessandro Stella), "D'esclave à soldat. Miliciens et soldats d'origine servile XIIIe-XXe siècle", EHESS-Paris X, mai 2004. A paraître ; et Hugo Chávez …, op. cit, chap. IV : “Symboles et imaginaire du Chavisme”. Voir le site de la Academia Nacional de la Historia, communiqués des 23/2/2006 et 3/3/2006 : http://www.anhvenezuela.org/doctrina.php?id=11
23  Nicole Gauthier, “Commémoration. Shoah : soixante ans après, la mémoire partagée”, Libération, 21/1/2005. Paul Ricoeur, Temps et Récit, tome 1, Paris, Le Seuil, 1985, rééd. Points-Seuil, 1991, p. 251. Frédérique Langue, “Ecos do pasado e historiadores do presente” en Frédérique Langue, Sandra Pesavento org., Sensibilidades na história: memórias singulares e identidades sociais, Porto Alegre, Ed. Da Universidade/UFRGS, sous presse.
24 Séminaire de René Arze dans le cadre du séminaire de Gilles Rivière, EHESS, 23/11/2005. Arze Aguirre, René Danilo, Guerra y conflictos sociales: el caso rural boliviano durante la campaña del Chaco, La Paz, Centro de Estudios de la Realidad Económica y Social, 1987. Voir Luc Capdevila pour les femmes dans la guerre, cette fois du côté paraguayen.
25 Sur le cas paraguayen, nous renvoyons aux communications présentées lors du colloque international “Le Paraguay à l’ombre de ses guerres” (novembre 2005), publiées dans Nuevo Mundo Mundos Nuevos n°6-2006 (ou le seront tout au long de l’année): http://nuevomundo.revues.org
26 Luc Capdevila, “Mémoire de guerre”, Le temps des savoirs, n°6, 2003, p. 70. Du même auteur, “Les temporalités de l’événement en histoire”, Que se passe-t-il? Evénements, sciences humaines et littérature (sous la direction de D. Alexcandre, M. Frédéric, Sabrina Parent at alt.), Rennes, PUR, 2004, pp. 79-89. François Dosse, Idem. Tzvetan Todorov, Les abus de la mémoire, Paris, Arléa, 1995, p. 14.
27 Reinhart Koselleck, Le futur passé. Contribution à la sémantique des temps historiques, EHESS, 1990. Pierre Nora, « De l’histoire contemporaine au présent historique », Ecrire l’histoire du temps présent, IHTP, 1993, p. 45. Sophie Wahnich, « Trois musées de guerre du XXe siècle », in Musées de guerre et mémoriaux, sous la direction de Jean-Yves Bourdier, Paris, Editions de la MSH, 2005, pp. 65-81.
28 France Culture, La fabrique de l’histoire, 23/12/2005 (Gérard Noiriel, Pierre Azéma) http://www.radiofrance.fr/chaines/france-culture/sommaire/
29 Antoine de Baecque, “Un historien assigné en justice”, & “Les historiens font feu de toute loi”, Libération, 21/12/2005 et “Quand la loi édicte une vérité officielle, nous disons “non””, Libération, 21/12/2005. “Pierre Nora : “La mémoire est de plus en plus tyrannique”, Le Figaro Littéraire, 22/12/2005. Editorial du Monde, “loi et mémoire”, 24/12/2005.
30 Sur les traites négrières et l’esclavage, voir le très complet dossier du Monde : “Peut-on comparer les traites? L’”affaire” Pétré-Grenouilleau”, 9/1/2006; “Traites négrières, esclavage : les faits historiques” (par Jérôme Gautheret), 9/1/2006 et le chat du même jour sur le thème “Esclavage, quelle place dans la mémoire collective?” avec Christiane Taubira. Cité par François Dosse, Idem. Olivier Pétré-Grenouilleau, Les traites négrières. Essai d’histoire globale, Paris, Gallimard, 2005, Bibliothèque des histoires.
31 Chronologie des faits sur le site de la mairie de Salamanque : http://web.aytosalamanca.es/archivo/index.html Voir également le dossier de El Mundo, “Los “papeles de Salamanca”: del franquismo a la actualidad”, (actualisation du 31/1/2006), http://ariadna.elmundo.es El País, 26/1/2006 (http://www.elpais.es/ ). Libération, “Espagne : la guerre civile mine las archives” (31/12/2004), “Guerre des archives en Espagne” (28/1/2006)
32 Alejandro Gómez, “La reliquia más preciada de la Revolución bolivariana”, en Domingo Irwin G., Frédérique Langue (coord.), Militares y poder en Venezuela. Ensayos históricos vinculados con las relaciones civiles y militares venezolanas, Caracas, UPEL-UCAB, 2005, pp. 179-203. G. Carrera Damas, Idem. Voir également l’excellente synthèse de María Elena González Deluca, “Historia, usos, mitos, demonios y magia revolucionaria”, Revista Venezolana de Economía y Ciencias Sociales, 2005, vol. 11, n°2 (mayo-agosto), pp 159-186.  http://revele.com.ve//pdf/revista_venezolana_de_economia_y_ciencias_sociales/vol11-n2/pag159.pdf
33 Manuel Caballero, “La nueva historia de Venezuela”, El Universal 12/12/2004 ; Germán Carrera Damas, “En defenssa de las bases históricas de la conciencia nacional”, El Nacional, 24/2/2005 ; Elías Pino Iturrieta, El divino Bolívar. Ensayo sobre una religión republicana, Madrid, Catarata, 2003 ; et du même auteur, "La historia oficial", El Universal, 27 de octubre, 2003. Frédérique Langue, "Métissage et rédemption au Venezuela. Des milices coloniales à la révolution bolivarienne", Actes du Colloque international (org. Carmen Bernand et Alessandro Stella), "D'esclave à soldat. Miliciens et soldats d'origine servile XIIIe-XXe siècle", EHESS-Paris X, mai 2004, Idem.
34 F. Dosse, Idem ; Michel de Certeau, Michel de Certeau, L’écriture de l’histoire, Gallimard, 1975, p. 61. Caroline de Oteyza, « Memoria, medios y NTIC : Archivos periodísticos venezolanos en línea » (ponencia 2001, www.ucab.edu.ve/ucabnuevo/SVI/recursos/si_mmntci.pdf ), Arlette Farge, Quel bruit ferons-nous ? Op. cit, pp. 23 ss. Luc Capdevila, « Les temporalités en histoire », op. cit. François Bédarida, « Les usages de l’histoire et la responsabilité de l’historien », Congrès mondial d’histoire Oslo 2000, http://www.oslo2000.oio.no (toujours en ligne au 10/3/2006).
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Frédérique Langue, « L’histoire des sensibilités. Non-dit, mal dire ou envers de l’histoire? Regards croisés France-Amérique latine », Nuevo Mundo Mundos Nuevos [En ligne], Colloques, mis en ligne le 17 mars 2006, consulté le 25 juin 2017. URL : http://nuevomundo.revues.org/2031 ; DOI : 10.4000/nuevomundo.2031

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Nuevo mundo mundos nuevos est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page