Navigation – Plan du site
Frédérique Langue

30e anniversaire du coup d’Etat militaire en Argentine

05/04/2006

Avec cet ensemble mis en ligne pour le 30e anniversaire du coup d’Etat militaire de 1976, la George Washington University persiste et signe pour ce qui est des documents « déclassifiés » concernant l’Amérique latine publiés sur le remarquable site du National Security Archive (mars en ce qui concerne ces nouveaux documents). Disponible en espagnol ou en anglais, cette série de documents essentiels pour l’histoire du temps présent retrace le rôle joué par les Etats-Unis dans l’établissement de la dictature et de la répression qui s’est poursuivie jusqu’au départ des militaires en 1983. Elle comprend de nombreux documents émanant d’agences d’intelligence de pays du Cône sud, des transcriptions, jusqu’alors tenues secrètes, des réunions du cabinet de Henry Kissinger, lequel apporta immédiatement son appui à la junte militaire, des documents provenant des départements d’Etat ou de la défense, sans compter — fait exceptionnel — des documents internes du Bataillon 601, unité d’intelligence militaire, ou encore de la DINA, la police secrète chilienne. Moins de deux ans et demi après le coup d’Etat, quelque 22 000 personnes avaient été assassinées ou portées disparues.

Privilégiant une perspective historique, cet ensemble met en valeur le contexte de ce coup d’Etat, et tout particulièrement la violence politique qui le précéda, avec comme protagonistes les escadrons de la mort (la triple A de sinistre mémoire), la police fédérale et les forces armées, mais aussi les guérillas de l’Ejército Révolucionario del Pueblo et des Montoneros. De la même façon, il dévoile les échanges d’informations qui eurent lieu la veille du coup d’Etat et dans les jours qui suivirent entre les militaires argentins et les diplomates américains. S’en trouve mise en exergue une interrogation fondamentale, celle des raisons qui motivèrent l’occultation d’une stratégie répressive dépassant très largement l’arsenal « légal » et s’exerçant par conséquent dans la clandestinité.

Haut de page