Navigation – Plan du site
Les films post-11 septembre – Le regard du cinéma sur un changement d'époque
Boris Jeanne

Cloverfield

De Matt Reeves, États-Unis, 2008, 1h25.
[11/02/2008]

Texte intégral

1Quand John Carpenter met sur l’affiche de New York 1997 une statue de la Liberté décapitée dont la tête roule au sol, il est évident pour tout le monde qu’il s’agit d’une image de fiction. Après le 11 septembre 2001, rien n’est moins sûr et le statut de l’image a beaucoup évolué. La nouveauté d’un film comme Cloverfield n’est certainement pas dans les thèmes ni dans la facture, mais dans cette conscience de la véracité possible de l’image télévisuelle, quelle qu’en soit l’horreur et la terreur du contenu. Soit un groupe de New-Yorkais qui fait la fête dans un loft en plein Manhattan, jusqu’à ce que la party soit interrompue par d’énormes bruits d’explosion…

2Les sources de Cloverfield sont nettement identifiables. L’esthétique est directement empruntée de celle du Projet Blair Witch (1999) : caméscope à l’épaule, c’est le protagoniste qui cadre, agressé par une menace non-identifiée. Le thème principal est celui de l’attaque d’une ville par un gros monstre venu d’on ne sais où, fantasme post-apocalyptique cher à la culture asiatique depuis Godzilla (1954) jusqu’à The Host (2006) – mais pas complètement absent de l’imaginaire européen non plus (La guerre des mondes, King Kong, voire L’appel de Ctulhu d’H.P. Lovecraft).

3S’y ajoutent, puisque le producteur du film est un malin (J.J. Abrams, l’homme d’Alias, Lost et M:I 3), bon nombre de détails recyclant directement de gros succès du film de genre : Aliens et Predator pour le design des mini-monstres issus du plus gros, les films de zombies de Romero en ce qui concerne les cohortes de survivants marchant comme des morts-vivants dans rues de New York, et leur contamination par morsure. Le jeu vidéo est fortement présent également : les neiges de cendre et la sirène annonçant l’apocalypse viennent de Silent Hill. Cela permet de placer Cloverfield à la frontière entre le petit film bricolé et le blockbuster destiné à un public d’ados munis de pop-corn.

4Comme rien n’est radicalement nouveau dans tout cela, le film a l’honnêteté de ne pas durer trop longtemps, et de donner aussi peu d’explications que n’en proposait son excellente bande-annonce lançant la rumeur sur internet dès juillet 2007, et provoquant un buzz sans précédent par l’appui des sites de partage de vidéo (youtube, dailymotion) dont l’esthétique est la même.

5Car voilà la véritable originalité de Cloverfield : on a donné du crédit à cette bande-annonce, aussitôt, dans une totale confusion entre réalité et fiction, qui n’est permise que dans le contexte de l’après 11 septembre. Cet événement a définitivement imposé aux rétines du monde entier la possibilité qu’une image tout droit sortie d’un film-catastrophe peut effectivement être la réalité – et une réalité captée par des individus (et non des médias officiels), diffusée ensuite avec une rapidité inédite à l’échelle du monde entier (télévision, internet), ce que montrait déjà un film comme Babel (2006). Cloverfield profite à fond de ce contexte nouveau pour s’imposer comme un succès malgré le peu d’intérêt intrinsèque du film, et voilà bien un film qui serait sorti directement en DVD fort discrètement avant le 11 septembre 2001…

Haut de page

Table des illustrations

URL http://nuevomundo.revues.org/docannexe/image/24582/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 16k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Boris Jeanne, « Cloverfield », Nuevo Mundo Mundos Nuevos [En ligne], Images en mouvement, 2008, mis en ligne le 11 février 2008, consulté le 19 octobre 2017. URL : http://nuevomundo.revues.org/24582

Haut de page

Auteur

Boris Jeanne

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Nuevo mundo mundos nuevos est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page