Navigation – Plan du site
Boris Jeanne

No Country for Old Men

D’Ethan et Joel Coen, États-Unis, 2007, 2h02.
[13/03/2008]

Texte intégral

1L’acteur Tommy Lee Jones, révélé « sur le tard » au grand public, creuse un double sillon autour des thèmes de la traque (Le fugitif, Men In Black, Dans la vallée d’Elah) et de la vieillesse (Space Cowboys). Ces deux thèmes se réunissaient déjà dans son propre film en tant que réalisateur, Les trois enterrements de Melquiades Estrada. Il y mettait à nu la vacuité de ces immenses espaces frontaliers du Texas, où il a passé son enfance, où il réside désormais loin d’Hollywood, où dans le film un vieux vaquero tentait de redonner un peu de sens à sa fin de vie en ramenant le cadavre de son employé mexicain dans son hypothétique village natal du Chihuahua.

2Avec No Country for Old Men, on le retrouve à nouveau dans la réunion de ces thématiques de la traque et de la vieillesse à la frontière mexico-étatsunienne. C’est par ailleurs la première adaptation littéraire des frères Coen, revenant au registre dramatique après quelques farces sans intérêt (Intolérable cruauté, Ladykillers). Mais si la nouvelle de Cormac McCarthy développait un point de vue philosophique à travers les yeux du personnage de shérif bourru interprété par Tommy Lee Jones, l’adaptation cinématographique s’attache plutôt à faire vivre une double poursuite enchâssée – couronnée par un épilogue incompréhensible d’une dizaine de longues minutes.

3Revoir Tommy Lee Jones dans un espace aussi familier à peine deux ans après Trois enterrements produit un effet bien étonnant, comme si personne d’autre ne pouvait jouer ce rôle. Cet effet de casting pose problème : on n’est jamais déstabilisé par ce personnage, qui de plus a toujours un temps de retard sur l’autre poursuite. Car heureusement pour l’intérêt du film, l’autre casting ne manque pas d’inquiéter et de déranger le spectateur – et comme souvent dans le cinéma d’Hollywood, c’est un acteur étranger qui est engagé pour bousculer le déroulement du film, Javier Bardem. L’acteur majorquin protéiforme, vu chez Bigas Lunas, Almodóvar, Julian Schnabel, John Malkovich, Amenábar, Milos Forman et Mike Newell, est la véritable source d’inquiétude de ce film suivant un cours bien rectiligne. Ce personnage de tueur improbable armé d’une bombonne d’air très comprimé amène autant de décalage dans ce cadre filmique auquel on commence de s’habituer que Terence Stamp dans la famille bien tranquille de Théorème. La violence incontrôlée de Bardem compense la banalité du rôle de Jones, et la fadeur du troisième larron (Josh Brolin, éternel second rôle depuis ses débuts dans Les Goonies en 1985), pour bien montrer que dans ce monde hors du monde qu’est la frontière entre le Texas et le Mexique, s’est également infiltrée à son tour la brutalité du monde « réel », celui de la ville et des marchés financiers – tellement éloignés de la vie simple du vaquero.

4Ainsi, jusque dans son univers de prédilection, le personnage joué par Tommy Lee Jones finit par comprendre que ce pays n’est plus pour lui, que la violence galopante symbolique (néo-libéralisme marchand) ou physique (guerres des gangs, guerre en Irak) s’est installée partout et qu’elle ne déviera pas de son chemin vers le pire (Bardem, le bras cassé avec un os bien saillant, se relève et continue son chemin sans aller à l’hôpital). Sa seule échappatoire ne peut plus être que la mort. Une mort calme dans son fauteuil de grand-père – voilà une conclusion bien décevante pour ce film. Reste une galerie de personnages issus d’une version psychotique de Dallas, et des paysages toujours aussi cinégéniques (les horaires de tournage respectant ceux de la plus belle lumière du matin et soir) : les frères Coen, privés de leurs acteurs habituels, remontent doucement la pente d’un cinéma fait pour déranger mezzo voce, en espérant qu’ils suivent ce cap pour produire à nouveau des scènes d’une inventivité visuelle extraordinaire sur la base de scénarios scrupuleusement écrits – ainsi que le festival de Cannes les a distingués à de nombreuses reprises.

Haut de page

Table des illustrations

URL http://nuevomundo.revues.org/docannexe/image/26842/img-1.png
Fichier image/png, 27k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Boris Jeanne, « No Country for Old Men », Nuevo Mundo Mundos Nuevos [En ligne], Images en mouvement, 2008, mis en ligne le 13 mars 2008, consulté le 25 juin 2017. URL : http://nuevomundo.revues.org/26842

Haut de page

Auteur

Boris Jeanne

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Nuevo mundo mundos nuevos est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page