Navigation – Plan du site
Frédérique Langue

El Caracazo

De Román Chalbaud, Venezuela, 2005, 110 mn.
[07/09/2006]

Entrées d’index

Mots clés :

révoltes populaires

Géographique :

Caracas

Chronologique :

XXe siècle, 1989

Palabras claves :

caracazo
Haut de page

Texte intégral

1« Avant, je ne pensais pas à la politique », indique Mara, l’une des protagonistes du film.  « Avant », c’est avant ce 27 février 1989 qui signe l’explosion sociale à Caracas et dans ses banlieues. Une révolte populaire motivée en tout premier lieu par l’augmentation des tarifs des transports mais résultant tout autant d’une prise de conscience face aux orientations libérales du gouvernement de « CAP » (Carlos Andrés Pérez). Passée à la postérité mémorielle et historiographique par le biais de l’expression « Cuando bajaron los cerros »1, cette révolte populaire est présentée d’emblée comme le réveil des classes laborieuses devant « l’ignominie du gouvernement de CAP», rendu responsable de la situation. Deux phases s’entrecroisent dans cette fiction documentaire fondée sur le témoignage : une réflexion en demi-teinte, presque en noir et blanc, et les faits, en couleur, crus, violents, insoutenables, avec le contrepoint d’images « historiques », ainsi l’investiture de CAP au début de son deuxième mandat.

2Román Chalbaud est un cinéaste peu connu en Europe, malgré la diffusion de ses longs-métrages lors de plusieurs rétrospectives (« Caín adolescente », « Carmen, la que contaba dieciséis años », « El pez que fuma », « «La oveja negra »)2. Privilégiant l’aspect social de la trame narrative, il réédite ici cette option en y joignant un engagement politique. Dans les circonstances actuelles, celles d’une polarisation des opinions publiques à l’endroit de la Révolution bolivarienne et de son leader charismatique, le président Hugo Chávez, El Caracazo était un film difficilement réalisable sans prendre parti. D’autant que cet épisode historique, encore méconnu dans ses ultimes implications (le nombre total de disparus et de blessés n’est pas connu ;  quant aux responsables de la répression, ils n’ont pas fait l’objet de condamnations, malgré la recommandation de la Cour Interaméricaine en 2002 ) a été l’un des catalyseurs d’une prise de conscience : celle des jeunes officiers, qui, quelques années auparavant, s’étaient réunis pour prêter serment sous le saman de Güere afin d’envisager un autre avenir pour leur pays, posant les bases du mouvement bolivarien. Parmi eux, Hugo Chávez. Le film comporte ainsi de nombreuses références très précises ou en revanche suggérées car partie prenante d’une réalité nationale connue, à l’histoire récente du pays. L’ombre de l’un des compagnons de H. Chávez (Acosta Carles), tué lors de ces événements, plane ainsi sur certains passages. Pour cette raison, il sera sans doute difficile à ce film de « faire carrière » hors des frontières nationales, sauf introduction historique préalable. Sans compter le fait que, à la différence d’œuvres mineures du cinéma documentaire « révolutionnaire », il n’égrène pas les certitudes idéologiques si prisées des esprits orphelins de croyances diverses et méconnaissant les réalités latino-américaines, surtout de ce côté-ci de l’Atlantique.

3Dés sa sortie fin 2005, les critiques n’ont cependant pas manqué, du côté d’une opposition dénonçant une opération de propagande et la justification a posteriori du gouvernement de Hugo Chávez3. D’autant que El Caracazo a participé au Festival international du nouveau cinéma latinoaméricain à La Havane, recevant le prix Glauber Rocha. Quant à la Agencia Bolivariana de Noticias, elle a présenté l’événement à l’origine du scénario comme « la semilla del proceso venezolano actual » (novembre 2005), suivant en cela le président Chávez.

4Construit sur une série de témoignages et se voulant témoignage, El Caracazo a comme acteur principal le peuple, dont il décrit les espoirs (y compris à travers le personnage plus alambiqué de Gregorio) ou les vicissitudes au quotidien dans les « ranchos », les débordements aussi, lors des pillages (saqueos) qui accompagnèrent cette journée du 27 février  — « No es saqueo, están tomando lo que no pueden comprar » — la brutalité de la répression, l’aveuglement des politiques et l’illusion du « gouvernement démocratique » (« estos políticos revientan al pueblo y se asustan cuando se alza ») et ce message, certes très présent : il est de « bons militaires », message qui va d’ailleurs clore le film … « Los miserables estamos haciendo historia. Ahora nos toca a nosotros », dit l’un des protagonistes. Pour un autre, « mi espíritu está en la calle, con la gente, con el pueblo ». Malgré des affirmations et des scènes « faciles » mais pas moins inspirées de la réalité, et que l’on transposerait d’ailleurs sans difficulté aucune dans les années qui ont suivi, y compris et surtout pendant les affrontements qui ont marqué l’année 2002,et cette insistance troublante sur les « bons militaires », El Caracazo a valeur non seulement de fiction historique, mais aussi de témoignage factuel. Ce n’est pas seulement un « film pour militants », comme le stigmatisait une critique. L’engagement de son réalisateur est certes manifeste mais pose tout aussi bien la question de savoir pendant combien de temps encore les approches manichéennes de Révolution bolivarienne et de ses « antécédents » prévaudront, aussi bien dans les productions artistiques et intellectuelles sur le sujet — quelle qu’en soit l’orientation — que dans les critiques, tout aussi dépourvues de nuances, qui en sont faites habituellement.

Haut de page

Notes

1 Voir publication du même titre par El Nacional, 1989, recueil d’images plus que de commentaires.
2 Interview du cinéaste sur Encontrarte, juin 2006 (site alternatif). Voir également Cine: Encuentro con Tres Grandes del Cine Latinoamericano (avril 2006).
3Un aperçu avec la critique de Osvaldo Machado 30 de noviembre de 2005 ou de Manuel Isidro Molina, Venezuela Analítica, 8 de enero de 2006.
Haut de page

Table des illustrations

URL http://nuevomundo.revues.org/docannexe/image/2700/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 20k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Frédérique Langue, « El Caracazo », Nuevo Mundo Mundos Nuevos [En ligne], Images en mouvement, 2006, mis en ligne le 07 septembre 2006, consulté le 30 mars 2017. URL : http://nuevomundo.revues.org/2700

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Nuevo mundo mundos nuevos est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page