Navigation – Plan du site
Capucine Boidin

Ara, un journal paraguayen en guarani

16/10/2006

Paru pour la première fois en avril 2006, le journal en est à son quatrième numéro. Il n’est pas lisible en tant que tel sur leur site, mais il est possible de le commander par internet.

Il manifeste le « boom » des publications en guarani qui accompagne la consolidation de l’éducation bilingue guarani/espagnol. L’officialisation du guarani lors de la nouvelle constitution de 1992, avait été suivie en 1994 par la mise en place d’un programme d’éducation bilingue destiné à couvrir l’ensemble du pays. Cas unique en Amérique latine, une langue amérindienne est officielle sur tout un territoire national. 90% environ de la population parle guarani, alors même que 2% seulement se revendique indigène. Langue de métis et de créoles, le guarani est un symbole d’identité nationale, particulièrement visible au moment de ses deux grandes guerres (La guerre de la Triple Alliance (1864-1870) qui opposa le Paraguay à l’Argentine, au Brésil et à l’Uruguay, ainsi que la Guerre du Chaco (1932-1935) contre la Bolivie). Ce journal se positionne directement en référence à ces journaux guarani de la fin du XIXème siècle1 :

« Apareció en el mes de abril de 2006, ÁRA, un nuevo periódico en lengua guaraní. En el Paraguay, durante la Guerra de la Triple Alianza hubo tres periódicos que se publicaban El Centinela, Kavichu’i y el Cacique Lambare, este último estaba escrito totalmente en idioma guaraní. Después de 136 años de ausencia de periódicos en guaraní, aparece ÁRA. (...) ¿Para qué un periódico en guaraní? 1. Porque la Constitución de la República del Paraguay en su Artículo 140 declara al guaraní, lengua oficial del país junto con el castellano. 2. Para apoyar al proceso educativo bilingüe de la República del Paraguay. 3. Para satisfacer a los más de 400 mil lectores en lengua Guaraní, -profesores, alumnos, y otros- que no cuentan con un periódico para informarse y/o cultivarse en dicha lengua. 4. Para satisfacer a los extranjeros que al llegar al Paraguay preguntan si hay algún periódico en lengua guaraní. 5. Para dar mayor estatus al periodismo paraguayo ante la comunidad internacional. »

L’hétérogénéité de son argumentation (guerres nationales, constitution, réforme éducative, constitution d’un public de lecteurs, prestige international) traduit bien les différents courants idéologiques qui portent les revendications linguistiques autour du guarani (nationalistes et multiculturalistes en particulier).

Que trouve-t-on dans le journal ? Une grande place est réservée à la recension des différents lieux d’enseignement du guarani : Instituto Superior de Lenguas, Ateneo de Lengua y Cultura Guarani, IDELGUAP (Instituto de Lingüistica Guarani del Paraguay). Les cours donnés à l’INALCO, en Allemagne, à Buenos Aires et en Bolivie font l’objet d’un traitement particulier. Les radios, la télévision, les livres en guarani sont répertoriés de manière systématique. Les personnalités littéraires et enseignantes liées au guarani apparaissent en première page. La pétition demandant l’officialisation du guarani dans le Mercosur -partie de l’Organisation pour le Multilinguisme située à Barcelone- fait écho à un autre article sur... l’existence du catalan et du multilinguisme en Espagne. Trois articles sur les guerres nationales ne surprennent pas les habitués. Mais on trouvera aussi de nombreux articles sur l’actualité sportive : le foot bien sûr (Zinedine Zidane omba’apo porã...), le parachutisme (Boogie guarani), le taekwondo et le tennis... des jeux, des recettes de cuisine, un article sur Brad Pitt, ou un autre sur la poubelle de l’espace et ses vieux satellites...

C’est finalement l’absence de controverse sur l’alphabet guarani choisi et le choix des néologismes (des petits lexiques sont ajoutés à la fin de certains articles), qui étonne le plus. Signe que ces difficultés ne freinent plus les publications totalement en guarani. Il reste à savoir si le journal parviendra à se maintenir.

Notes

1 Pour plus d’information sur la Guerre de la Triple Alliance voir http://nuevomundo.revues.org/document1760.html
Haut de page
Haut de page