Navigation – Plan du site
Romy Sánchez

José A. Piqueras, Sociedad civil y poder en Cuba. Colonia y poscolonia, Madrid, Siglo XXI de España Editores, 2006, 393 p.

[13/10/2006]

Entrées d’index

Mots clés :

historiographie

Géographique :

Cuba

Chronologique :

XIXe siècle, XVIIIè siècle

Palabras claves :

historia social
Haut de page

Texte intégral

1L’histoire de Cuba manque d’ouvrages, de bibliographie. Toute une historiographie est à (re)construire. C’est pour cette raison qu’il faut débuter cette tâche à l’aide de thèmes fondateurs, avec des problématiques de base. L’historien Manuel Moreno Fraginals a certes posé les premières pierres de cet édifice1 ; et d’autres ont entrepris de s’engager dans la brèche ouverte par ses textes : c’est le cas aujourd’hui de Rafael Rojas, par exemple2. José Antonio Piqueras se situe sans nul doute dans cette optique d’étude qui serait celle d’une « autre histoire de Cuba ». Et son dernier livre montre qu’à bien des égards il reste beaucoup à défricher et à déchiffrer dans l’histoire politique et sociale de l’île, sans pour autant laisser de côté l’aspect culturel du passé cubain.

2Professeur d’histoire contemporaine de l’Universitat Jaume I de Castellón, Piqueras s’est centré dans ses derniers ouvrages sur la période dite « coloniale »: Cuba, emporio y colonia (FCE, Madrid, 2003) et les ouvrages collectifs Azúcar y esclavitud en el final del trabajo forzado (FCE, Madrid, 2002) ou Las Antillas en la era de las Luces y La Revolución (Siglo XXI, Madrid, 2005). Cette fois, dans Sociedad civil y poder en Cuba, il s’agit d’aborder une période plus large comme l’indique le sous-titre Colonia y poscolonia, de 1763 à 1906 environ : c’est de fait une véritable synthèse historique que propose l’auteur, une synthèse qui ne prétend pas simplement être un indispensable outil d’histoire sociopolitique, mais qui vise également à adopter un point de vue critique, un regard original et problématisé sur une trame historique trop souvent cantonnée à une « fabrique des héros » ou « marche à l’indépendance ». Le défi est d’autant plus considérable s’agissant du XIXe siècle insulaire : c’est paradoxalement le moment de l’histoire cubaine qui a été le plus étudié, disséqué, interprété. Mais c’est certainement celui qui serait le plus à même d’être historiquement reconsidéré, à l’aide de nouvelles approches, de nouvelles interrogations et à travers de nouvelles grilles de lecture. Le livre de José Antonio Piqueras propose, grâce à l’omniprésente et décisive notion de société civile (qu’il s’agisse de son absence, de sa croissance ou de son apparition), une nouvelle forme d’analyse qui inclut beaucoup plus de critères et d’acteurs : le résultat est véritablement prometteur et régénérant à l’échelle des études historiques cubaines.

3Piqueras annonce clairement son projet scientifique dans l’introduction de son livre : en s’attelant à l’étude des différentes formes de gouvernement espagnol à Cuba, l’historien entreprend un vrai défi chronologique ; il s’agit d’une synthèse détaillée dont l’axe structurant est cette société civile, trop souvent négligée dans le cas cubain, pour cause d’indépendance tardive. Or l’espace public est à juste titre considéré ici comme un acteur historique à part entière. Le principal atout de l’ouvrage réside en effet d’abord dans son aspect d’étude complète : le propos se centre sur la période 1878-1906, mais tout en exposant longuement les caractéristiques de la première moitié du XIXe siècle cubain ; il convient également de souligner une forme de spécialisation, voulue par l’auteur, concernant les questions sociales et les nuances de la formation, de l’articulation d’une société cubaine.

4Au-delà de la richesse de l’information, du caractère éminemment informé du travail de Piqueras, on remarque le parti pris résolu d’un renouvellement historiographique : pour l’auteur, la reconstruction historique doit laisser place à l’étude scientifique. Il signale, à juste titre, la surinterprétation dont a pu être victime le « récit historique cubain » : la « création d’une mémoire partagée », pour reprendre les termes de l’auteur, est selon ce dernier la cause d’un amalgame qui nuit indéniablement à l’historicité nationale. Pour illustrer cette tendance à la mythification exaltée, Piqueras rappelle la trilogie mise en évidence par Manuel Moreno Fraginals dans La Historia como arma : l’anti-hispanisme invétéré sur lequel se serait fondé le nationalisme cubain, laissant au second plan toutes les formes de luttes sociales au profit d’un affrontement dualiste entre Île et Péninsule, l’évident escamotage du problème noir, pourtant crucial, et l’attribution de la création de la nationalité cubaine aux classes dominantes. Cette base historiographique permet à l’historien de déclarer dès les premières lignes de son livre, qu’il convient de se débarrasser de cette fatalité historique, et de s’éloigner autant que possible de sentiers battus de cette histoire-récit du XIXe cubain trop et souvent mal, traitée.

5Ce sont de fait les outils d’analyse que sont « société civile » et « conscience collective » qui font d’emblée la différence, et permettent de prendre autant en compte les aspects politiques que les aspects culturels et sociaux. Le travail de Piqueras présente aussi l’avantage d’allier critique historiographique, richesse documentaire et hypothèses de travail solides : l’auteur fait de nombreux « apartés » en proposant des exemples précis, des études de cas sur certains acteurs de l’histoire de l’île : de Domingo del Monte et Heredia y Heredia à José Martí, abordé néanmoins après les acteurs sociaux de la quête nationaliste en tant que groupe. Quant aux appendices, ils fournissent à la fois des diagrammes d’explication des systèmes constitutionnels et des tableaux de regroupement socioprofessionnels.

6Le seule et unique critique qui pourrait être formulée à l’égard de ce travail n’en est pas une à proprement parler : on ne peut que regretter que l’étude, en balayant une telle période, ne puisse se découper en une multitude d’ouvrages plus précis, qui adopteraient la même méthodologie au profit d’un examen plus approfondi de chaque « moment historique » du XIXe siècle cubain. Piqueras semble avoir mis à jour, à travers la multiplicité des approches de cette synthèse, l’une des clés d’explication de la carence historique cubaine.

Haut de page

Notes

1 Voir surtout Manuel Moreno Fraginals, Cuba/España, España/Cuba. Historia Común, Barcelona, Critica, Biblioteca de bolsillo, 2002.
2 Rafael Rojas, Isla sin fin. Contribución a la critica del nacionalismo cubano, Miami, Universal, 1998.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Romy Sánchez, « José A. Piqueras, Sociedad civil y poder en Cuba. Colonia y poscolonia, Madrid, Siglo XXI de España Editores, 2006, 393 p. », Nuevo Mundo Mundos Nuevos [En ligne], Comptes rendus et essais historiographiques, mis en ligne le 13 octobre 2006, consulté le 23 novembre 2017. URL : http://nuevomundo.revues.org/2949

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Nuevo mundo mundos nuevos est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page