Navigation – Plan du site
María Eugenia Albornoz Vásquez

Mon ami Machuca

D’Andrés Wood, Chili, 2004, 2h
[14/02/2005]

Texte intégral

1L’échec brutal de l’amitié forcée de deux enfants qui « normalement ne se croiseraient jamais » peut s’avérer le résultat d’un projet utopique poussé par l’idéalisme plein de foi d’un prêtre excentrique… et l’échec d’une convivialité obligée peut aussi s’avérer la dure réalité d’une société remuée par des événements brutaux – dans leur succession et dans leur principes directeurs – tel que le Coup d’État du 11 Septembre de 1973 au Chili, instant de catastrophe évoqué par les avions de guerre dans le ciel mais ressenti à jamais dans les destins des personnages du film.

2Cette métaphore contourne les belles images, marque d’Andrés Wood, un jeune réalisateur qui sait se montrer naïf mais qui sait aussi très bien dire ce qu’il veut faire passer au public. Récupérer une expérience réelle, la présenter sous le regard d’un enfant qui se laisse emporter par des faits qui « paraissaient possibles » est un pari majeur qui provoqua une attente haletante des chiliens auprès des cinémas, en août dernier. Surtout ceux de Santiago qui avaient fait leurs études à ce collège, le Saint George, qui avaient connu ce prêtre si spéciale, et qui pouvaient témoigner d’avoir été un Gonzalo quiconque. La mise en contexte depuis l’histoire contemporaine oblige : ce fut à ce collège que suivirent leurs études la plupart des jeunes issus de familles aisées qui crurent possible un monde autre ; des jeunes qui restent encore, des nos jours de 2005 – événements comme l’exil, la torture et la prison mal ou bien vécus – des voix autorisées à l’heure de penser et de conduire le Chili «démocratique ».

3Ce film est le premier qui dévoile des faits lointains mais proches, déchirants et touchants, de la Unidad Popular, sans pour cela revêtir le caractère de documentaire. Fiction ancrée dans la vérité, vécu qui reste possible pour tous, il ne s’agit pas des grandes protagonistes ni des moments choisis parce que marquant des chronologies politiques. Diriger au seuil de la fantaisie et du réel, foncer dans la mémoire des enfants parce que l’on était enfant à cette époque-là semble une clé possible pour toucher du doigt la plaie que l’on s’efforce de fermer mais qui reste tout de même ouverte, trente et un ans après. Registre magistral des émotions, des sentiments et des multiples réactions que le projet du gouvernement socialiste de Salvador Allende a provoquées auprès des gens, à l’intérieur des maisons comme dans les rues, le film de Wood porte témoignage historique du vécu au niveau du quotidien. Les causes et les idéologies peuvent devenir étouffantes dans leur rigidité, les personnes « communes » cherchent à s’accommoder le mieux qu’elles ne le peuvent. Un bourgeois qui veut croire à l’utopie mais qui veut partir ailleurs juste au moment de vivre l’utopie, parce qu’elle reste tout de même insupportable ; une bourgeoise qui choisit de rester dans ces privilèges, coûte ce que coûte ; un père pauvre mais chaleureux qui porte en soi tous les drapeaux de tous les causes en exaltation, même celles qu’il ne partage pas, parce que les vendre à l’heure de manifester c’est la seule manière de survivre ; des enfants pleins de passion pour la vie qui découvrent l’amitié, l’amour et les aspects les plus douloureux aussi ; des éducateurs voulant rester dignes mais se voyant obligés d’obéir là où ils ne le souhaitent pas. Des réseaux fragiles à l’heure de l’imposition des militaires, ces « représentants de l’ordre » si perdus qu’arrogants, si humains dans leurs hésitations et dans la cruauté de leur toute récente autorité.

4L’apprentissage d’une autre manière « d’être en relation » semblait possible malgré tout. Mais les préjugés de l’ambiance pèsent et siégent même en soi à l’heure de disputer la propriété et les bénéfices d’une bicyclette – le cri plusieurs fois écouté « roto de mierda » est l’écho le plus exact et le plus bien placé, nous semble-t-il, de cette époque si brûlante encore dans la mémoire et dans le cœur de beaucoup de chiliens- ; et ces préjugés empêchent la viabilité du rêve. Partager des nuits et des jours, la nourriture et le sommeil, les livres, les peurs, découvrir les baisers, le rire et la solidarité, rien ne vaut la permanence des différents statuts sociaux, et l’effacement de ce qui « osa être » – l’audace des plus pauvres de croire à un profit et à un partage que le reste de la société refuse d’accorder – vient souligner, comme geste fatale, ce que semble être l’apprentissage le plus lourd à accepter pour nous les Chiliens : rêver d’une société des vrais égaux reste une expérience de laboratoire tant que les propriétés privées et les préjugés aient encore le pouvoir d’écraser les sentiments et les liens qui se tissent au-delà des idéologies. La mort sur place d’une fille révoltée d’amour pour son père vient frapper Gonzalo et les spectateurs, criant ainsi la survivance impossible d’une utopie vécue à contrario. Le terrain du bidonville complètement vide de maisons après le coup d’Etat montre la volonté de gommer du paysage et de la mémoire du pays toute trace d’une utopie sociale ressentie – par ceux qui ne se reconnaissaient pas en elle – comme une insolence.

Haut de page

Table des illustrations

URL http://nuevomundo.revues.org/docannexe/image/318/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 20k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

María Eugenia Albornoz Vásquez, « Mon ami Machuca », Nuevo Mundo Mundos Nuevos [En ligne], Images en mouvement, 2005, mis en ligne le 14 février 2005, consulté le 26 avril 2017. URL : http://nuevomundo.revues.org/318

Haut de page

Auteur

María Eugenia Albornoz Vásquez

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Nuevo mundo mundos nuevos est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page