Navigation – Plan du site
Paula López Caballero

La Révolution mexicaine racontée par Alan Knight

19/05/2008

En profitant de la plus libre circulation d’information qu’offre Internet comme support, Ryan Gingeras Maître de conférence (assitant professor) au département d’Histoire de l’Université de Long Island (Etats Unis) propose sa page Web comme « une alternative au monopole des médias diffusant des idées conventionnelles au sein de la discipline historique aux Etats-Unis ». Dans ce but, l’originalité de l’initiative du webmestre de History 33 1/3 consiste à mettre en ligne des enregistrements, que l’on peut écouter, de lectures d’ouvrages et des entretiens qu’il a réalisé avec des auteurs « lus et appréciés par moi, Ryan G. ».

Ainsi, le premier critère pour rassembler des thèmes aussi variés que le conflit israélo-palestinien, le postcolonialisme indien ou la révolution mexicaine répond aux seuls goûts de l’auteur. Ce côté personnel renforce la vocation grand public du site en proposant des dialogues avec des experts, mais « traduits » pour les néophytes en histoire.Bien que Ryan Gingeras soit spécialiste de la formation de l’État-nation en Turquie, il s’intéresse aux études comparatives entre l’évolution de la République turque et l’émergence de l’État mexicain au XIXe siècle. C’est donc cette perspective comparatiste qui l’a conduit à approfondir ses connaissances sur le Mexique et, enfin, à mettre en ligne un entretien avec Alan Knight, historien anglais spécialiste de la révolution mexicaine, dont l’œuvre reste incontournable pour tous ceux qui s’intéressent à cette période.L’entretien se déroule sur presque une heure, au cours de laquelle A. Knight revient sur tous les sujets qui lui sont chers.

Il commence par un rapide regard sur sa trajectoire pour expliquer comment il est arrivé à étudier le Mexique. Nous apprenons alors le rôle que la situation internationale (tout particulièrement la Révolution cubaine) a joué pour les bourses et financements octroyés à l’université britannique quand il faisait ses études. On entre ensuite dans le vif du sujet avec un passage en revue des principaux thèmes liés au mouvement initié en 1910 : le régime de P. Díaz, le projet de F. I. Madero, les héros mythifiés de la guerre (F. Villa et E. Zapata. L’historien anglais développe tout particulièrement son approche de la notion de « région » et l’importance, pour l’analyse historique, de maintenir un va et vient entre le panorama national (et la politique de l’État fédéral) et les conditions sociales, géographiques et politiques de chaque région. Il fait également ressortir les spécificités de la Révolution mexicaine par rapport aux autres pays de l’Amérique latine et par rapport aux autres révolutions du XXe siècle (URSS et Chine). Enfin, analysant le soulèvement zapatiste de 1911,

Alan Knight aborde aussi la « question indienne », et détaille la difficulté qu'il y a de définir ce qu’était une « communauté indienne » au XIXe et au début du XXe siècle, Ainsi, le leader E. Zapata et ses troupes ne se seraient pas identifiés comme « indiens », alors que ce label leur était cependant assigné par leurs ennemis, notamment ceux de la capitale.Pour conclure, Alan Knight annonce rapidement son travail en cours sur les années 1930 au Mexique, tout particulièrement l’étude historique du gouvernement de Lázaro Cárdenas, présenté ici comme la dernière période radicale de la Révolution. Ce qui le conduit finalement à établir une nouvelle chronologie de cet événement majeur de l’histoire mexicaine : « la Révolution, dit Knight, aurait pris fin en 1940 ».Cet entretien a donc le mérite de mettre à la portée de tous les principaux éléments, causes et conséquences de cet épisode de l’histoire du Mexique ; plus encore, c’est un plaisir d’entendre un des plus grands spécialistes du sujet nous « faire le récit » de la Révolution. Il est toutefois important de tenir compte de cet objectif de vulgarisation car les personnes travaillant sur ce sujet ou familiarisées avec la période pourront regretter que les propositions de l’historien anglais ne soient discutées plus en profondeur. Dans quelles mesures son approche de l’histoire régionale de la Révolution mexicaine a façonné un paradigme analytique ? Considérer le gouvernement de L. Cárdenas (1940) comme la fin de la période révolutionnaire entraîne quelles conséquences historiographiques? En considérant donc la vocation grand public de ces entretiens, il ne reste qu’à saluer l’initiative de R. Gingeras et à attendre ses nouvelles « livraisons ».

Haut de page