Navigation – Plan du site
Nicolas Ellison

Les Totonaques aujourd’hui, entre crise du développement et nouvelles revendications

[16/02/2007]

Entrées d’index

Géographique :

Mexique, Veracruz

Chronologique :

XXe siècle
Haut de page

Notes de la rédaction

Ce texte est issu de l’exposition « Mexique, le grand Voyage sur l’émigration française dans la région totonaque du sud-Veracruz » organisée par le Musée Départemental des Arts & Traditions Populaires de Champlitte (Catalogue de l’exposition Mexique, le grand Voyage, Champlitte : Musée Départemental des Arts & Traditions Populaires, 2006).

Texte intégral

1La population de langue totonaque, qui compte aujourd’hui un peu plus de 400,000 locuteurs, se concentre principalement dans le nord-est de l’Etat de Puebla et le centre-nord de l’Etat de Veracruz. C’est la région du Totonacapan, le « pays totonaque ».

2La langue totonaque constitue avec le tepehua un groupe isolé, mais on sait que les Totonaques ont participé à la construction des fameuses pyramides de Teotihuacan (au nord de Mexico) avant de s’installer sur le pourtour du Golfe du Mexique, il y a un peu plus d’un millénaire. Les Totonaques contemporains considèrent le site de El Tajin (près de Papantla dans l’Etat de Veracruz) comme le berceau de leur culture.

3C’est dans la région limitrophe entre le Veracruz et l’Etat de Puebla, dans les montagnes de la Sierra, que la culture totonaque est aujourd’hui la plus florissante. On  connaît désormais un peu partout dans le monde la fameuse Danza de los Voladores (Kgosnin), au cours de laquelle quatre hommes attachés par des cordes se lancent du haut d’un mât autour duquel ils tournoient « comme des aigles », ou « comme des anges », selon les interprétations locales. Dans les municipalités les plus touristiques comme Papantla et Cuetzalan, cette danse est devenu un acte artistique réalisé à l’attention des touristes. Les danseurs sont d’ailleurs organisés au sein d’un syndicat et signent des contrats en Europe ou aux Etats-Unis. Dans d’autres communautés la danse, liée au culte de la fertilité, conserve son sens religieux fondé sur un certain syncrétisme avec le catholicisme.

4Le sud du Totonacapan, notamment la région de Misantla près de Jalapa, a connu un processus d’acculturation beaucoup plus prononcé. La langue n’y est plus parlée que par les plus âgés.

L’économie du Totonacapan

5La situation économique des communautés paysannes totonaques est marquée par la concurrence entre l’agriculture et l’élevage autour de l’accès à la terre. Les éleveurs non indiens, d’abord Espagnols puis Métis, ont souvent empiétés sur les terres totonaques. Un autre facteur de spoliation et de destruction écologique est lié à l’exploitation pétrolière, notamment dans la région de Poza Rica. On estime à 90% la proportion de forêt tropicale détruite au cours du XXème siècle.

6La région totonaque a longtemps été marquée par la production et le commerce de la vanille, orchidée originaire du Totonacapan, cultivée à l’ombre de la forêt secondaire en alternance avec le maïs. La concurrence des substituts industriels provoqua le déclin de cette production dans les années 1930-40, mais elle connaît aujourd’hui un certain renouveau, notamment depuis que l’usine Coca-Cola installée à Papantla s’approvisionne en vanille naturelle pour l’une de ses boissons gazeuses.

7A côté des cultures vivrières de maïs et de haricots et une riche diversité de plantes sylvestres comestibles, le café est aujourd’hui le principal produit de l’agriculture commerciale dans les hautes terres et les agrumes dans les basses terres. Depuis le retrait de l’Etat, ce secteur connaît néanmoins des crises récurrentes seulement palliées dans les communautés où les organisations locales de petits producteurs ont réussi à s’insérer dans les réseaux de commerce équitable ou de certification « café biologique ».

8Ainsi, les populations totonaques sont depuis longtemps entièrement intégrées à l’économie nationale et internationale, aujourd’hui notamment autour de ces productions commerciales et des migrations salariales vers les villes du centre du Mexique. Les plus jeunes y travaillent soit dans des usines, soit comme employés de commerces, alors que leurs pères sont encore majoritairement embauchés dans le secteur du bâtiment.

9Il existe aussi un phénomène de migrations saisonnières agricoles. Les Totonaques de la Sierra de Puebla travaillent régulièrement dans les basses terres du Veracruz que ce soit auprès des éleveurs de bétail pour l’entretien des pâturages, ou dans les plantations d’agrumes autour de Martinez de la Torre ou de bananes à San Rafael.

L’émergence des mouvements indiens

10Comme dans bien d’autres régions indiennes du Mexique, les communautés totonaques se mobilisent de plus en plus autour de différentes organisations locales ou régionales, parfois en coordination avec d’autres groupes indiens, comme c’est le cas par exemple des Nahuas au sein de l’Unidad Indígena Totonaca y Nahua (UNITONA) dans la Sierra. Ces mouvements sont souvent liés au processus de démocratisation de la vie politique régionale et parfois à la volonté de défendre une certaine autonomie des communautés dans la gestion du développement local et de la justice selon les « us et coutumes », conformément à la Convention 169 de l’OIT sur les droits des populations indiennes. Dans bien des cas, ils s’appuient aussi sur des revendications culturelles et écologiques face à la dégradation de l’environnement provoquée par le « mal-développement ». Cependant, bien des communautés connaissent de vives tensions dues aux divisions entre différents partis politiques dont la logique est contraire à une certaine conception du travail en communauté, divisions parfois accrues par les conversions à de nouvelles religions (diverses mouvances protestantes, évangélistes, mais aussi orthodoxes voire même, plus récemment, musulmanes).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Nicolas Ellison, « Les Totonaques aujourd’hui, entre crise du développement et nouvelles revendications », Nuevo Mundo Mundos Nuevos [En ligne], Bibliothèque des Auteurs du Centre, Ellison, Nicolas, mis en ligne le 16 février 2007, consulté le 23 octobre 2014. URL : http://nuevomundo.revues.org/3287 ; DOI : 10.4000/nuevomundo.3287

Haut de page

Auteur

Nicolas Ellison

Anthropologue. FYSSEN/Université d’Aberdeen et chercheur associé du Cerma/EHESS.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page