Navigation – Plan du site
Martine Amiot-Guigaz

Goa, une autre Inde

[24/01/2007]

Entrées d’index

Mots clés :

Goa, Inde, métissage

Géographique :

Inde

Chronologique :

XXè siècle
Haut de page

Texte intégral

Carte de l’Inde

1Goa. Le nom évoque les plages mythiques et les hippies qui, dans les années 70, en avaient fait leur Eden. Aujourd’hui la déferlante touristique, tant occidentale qu’indienne – les stars de Bollywood s’y retrouvent –, a envahi ce lieu paradisiaque tout comme les amateurs de raves techno.1

Sur plus d’une centaine de kilomètres du nord au sud se déroulent d’immenses plages au sable fin, bordées de cocotiers.

2Délimité à l'ouest par l’océan Indien et à l'est par la chaîne montagneuse des Ghâtes, le territoire de Goa fait partie de la région du Konkan, large bande fertile (environ 100 kilomètres de long sur 60 de large) au nord de la région du Kérala. Port sur la mer d'Oman, Goa fut de tout temps un point de contacts importants entre l’Extrême-Orient et l’Occident.  

3A la croisée de deux fleuves – Mandovi au nord et Zuari au sud – cet estuaire est peuplé d'îles. La plus importante, celle de Tiswadi, qui signifie les « trente villages » est celle de la première Goa portugaise, Velha Goa, conquise par Afonso de Albuquerque en 1510. Dans les terres, au nord se trouve la province de Bardès et au sud celle de Salcete, qui forment ce que les Portugais ont appelé les « anciennes conquêtes », celles du XVIe siècle pour les opposer aux « nouvelles conquêtes » qui élargiront le territoire au XVIIIe.

4Lorsque l’on arrive à Goa, on est immédiatement saisi par la vision qui s’offre à nous : ce petit territoire indien (le plus petit de l’Union indienne avec ses 3 700 km2) est couvert d’églises, d’une blancheur tout immaculée. Dans les villes, les villages, émergeant des forêts de cocotiers ou perdues au milieu des rizières, le spectacle est le même : des églises, plus ou moins imposantes, se dressent offrant au visiteur leurs frontons au décor foisonnant.

Eglise Santa Isabel de Portugal à Ucassaim (Bardez), 1621

Détail du fronton de l’église Nossa Senhora do Amparo à Mandur (Tiswadi), 1717

5Les routes qui traversent le territoire sont, elles, jalonnées de calvaires, couverts de guirlandes de fleurs, témoignages d’une foi chrétienne apparemment encore très vivace. Et le contraste est encore plus saisissant lorsqu’on arrive de l’un des deux territoires voisins, que ce soit le Maharashtra ou le Karnataka, essentiellement hindous où l’on ne croise que des temples aux couleurs vives.

Calvaire avec sa guirlande de fleurs que l’on rencontre très fréquemment le long des routes à Goa.

6De toute évidence, si à Goa nous sommes en Inde, il s’agit d’une autre Inde, celle que quatre siècles de présence portugaise ont profondément imprégnée en donnant sans conteste à ce bout de territoire une spécificité propre. La colonisation en mêlant les mondes portugais et indiens a produit une société à part, à jamais différente du reste de la Péninsule et marquée par un métissage manifeste à tous les niveaux : que ce soit dans l’art, la littérature, la langue konkani, la nourriture, la religion où le catholicisme n’a pas effacé la division en castes de la société indienne.

VELHA GOA

Gravure de Velha Goa à la fin du XVIe siècle (Jan Huyghen Van Linschoten, 1595) : on y voit la ville de Goa qui se déploie en demi-cercle devant le fleuve Mandovi.

Velha Goa. On distingue à travers les cocotiers à gauche, l’église Saint-François d’Assise et adossée à cette dernière, à droite, la Sé.

7L’ancienne capitale, Velha Goa, est aujourd’hui une ville fantôme où seul le sacré demeure – il n’y a plus aucune maison –, et les quelques églises encore debout frappent par leur gigantisme et témoignent par leur dimension impressionnante d’un passé que l’on ne peut envisager que grandiose. Pour évangéliser, les différents ordres religieux ont construit beaucoup et d'une manière tout à fait monumentale, ce qui vaudra à Goa d'être appelée au XVIe siècle la « Rome de l'Orient ». Le voyageur français Pyrard de Laval notait en 1608 que « le nombre des églises y est merveilleux, et il n'y a pas de place, rue et carrefour où il n'y en ait quelqu'une ».

8Mais il faut beaucoup d’imagination aujourd’hui pour se représenter la « ville dorée » décrite par les voyageurs aux XVIe et XVIIe siècles : l’une des villes les plus importantes de l’époque (qui devait compter environ 150 000 habitants), un grand marché grouillant d’une population cosmopolite et où s’échangeaient pierres précieuses, soies et épices venant des Moluques et de la lointaine Chine.

9Au XVIIIe siècle, Velha Goa sera pourtant abandonnée pour cause d’insalubrité – la malaria décimait la population – et transférée à quelques kilomètres plus loin à Panjim, qui deviendra Nova Goa.

Chapelle Sainte-Catherine (1510-1952)

10Si cette chapelle maintes fois reconstruite a perdu son intérêt architectural, elle conserve, cependant, un grand intérêt historique. C’est la première église construite à Goa et elle fut élevée à l’emplacement où Afonso de Albuquerque avait réussi à conquérir la ville. Elle commémore la victoire portugaise qui eut lieu le 25 novembre 1510, jour de la sainte Catherine, qui deviendra la patronne de Goa. Une bulle papale de 1534 l'élèvera au rang de cathédrale et elle sera l'église paroissiale de la ville. Reconstruite en 1550, elle sera élevée en 1557 au statut d'église métropolitaine archiépiscopale de l'Inde par une nouvelle bulle papale. Largement reconstruite en 1952 par le gouvernement portugais, elle n'a gardé du XVIe siècle que son plan.

L’Arc des Vice-rois (1597)

11C’est le vice-roi D. Francisco da Gama qui ordonna sa construction en 1597 en l'honneur de Vasco de Gama – dont la figure en pied domine l’ensemble. C’est par là qu’arrivaient les vice-rois fraîchement débarqués du Portugal et qui venaient prendre leurs fonctions à Goa, en général pour une durée de trois ans. C’est là aussi que le Senado (sorte de conseil municipal, l'une des grandes instances politiques de la ville) leur remettait les clés de la ville. Construit par l'architecte-ingénieur Julio Simão, c’est un modèle de l’art manuélin – le gothique final portugais – sur lequel on reconnaît la sphère armillaire, symbole des mondes découverts et qui fut offert par la papauté à la couronne portugaise après la découverte des Indes.

La Sé Patriarcale (1562-1650)

12Construite par les Dominicains, la Sé est le plus grand accomplissement des Portugais en Inde et sa construction dura si longtemps que les Goanais doutèrent qu’elle soit terminée un jour. Elle perdit l’une de ses tours au XVIIIe siècle (1766) à cause de la foudre. La façade est tout à fait maniériste : très sobre, sans décoration hormis les trois portails et les frontons triangulaires. A Goa, les tours deviendront assez caractéristiques de l'architecture religieuse et bon nombre d’églises en seront dotées.

13Les monuments goanais étaient construits en latérite, la pierre locale. Pour les ouvertures, on utilisait une pierre plus dure, une sorte de granit, qui provenait de Baçaim au Nord de Goa. A cause du climat et de la mousson, les églises sont régulièrement repeintes à la chaux, ce qui leur donne ce côté immaculé.

Le retable principal de la Sé

14Dédié à Sainte Catherine, patronne de Goa, ce retable d’une grande richesse présente sur deux registres superposés des scènes de la vie de la Sainte et de son martyre. C'est sans doute le plus grand des retables portugais sur lequel les peintures usuelles sont remplacées par des bas-reliefs sculptés en talha dourada, c’est-à-dire en bois sculpté doré, qui est une grande tradition portugaise.  

Eglise du Bom Jésus (1594-1605)

15La façade à trois étages n’a pas de tours ; mais elle comporte des ailerons rayonnants de chaque côté du fronton central, ailerons que l’on retrouvera souvent à Goa plus ou moins transformés.

Le retable principal du Bom Jésus

16Ce retable est dédié au fondateur de la Compagnie de Jésus, Ignace de Loyola, dont la figure en pied est figuré au centre de la composition. D’une grande richesse, on retrouve ici la grande tradition portugaise de la talha dourada.

17Si tous les ordres s'installent à Goa, les Jésuites auront un rôle tout à fait important sur le territoire. C’est à eux que revient le mérite d’avoir introduit l'imprimerie à Goa dès 1556 et fondé, en 1557, le Collège Saint-Paul, dans lequel une école de médecine fonctionna ; dès son ouverture, elle comptait déjà 133 élèves venus de tous les coins d'Asie.

Saint François Xavier (Eglise du Bom Jésus).

w

18Saint François Xavier (1506-1552) débarque à Goa le 6 mai 1542 et il deviendra l’Apôtre des Indes. Après plusieurs voyages aux Moluques et au Japon, il mourut en Chine, dans l’île de Sancian, durant sa campagne d’évangélisation et fut ramené à Goa, où il bénéficie d’une immense popularité.

19C'est à la demande de François Xavier que le roi D. João III du Portugal va instaurer en 1560 l’inquisition à Goa – qui fut l'un des tribunaux les plus redoutables du Portugal. Ce tribunal poursuivait non seulement les nouveaux-chrétiens judaisants, mais aussi les hindous et les musulmans convertis, qui continuaient à pratiquer leur religion.

Châsse de Saint-François Xavier dans le bras droit du transept du Bom Jésus (1636).

20Composé de deux parties distinctes, elle est le fruit d’un travail à la fois goanais et européen. Le sarcophage, tout en filigranne d’argent, renferme le corps momifié du saint. Quant au mausolée, il fut offert à la fin du XVIIe siècle par Cosme III de Médicis, Grand-Duc de Toscane ; il est composé de marbre d'Italie de pur style florentin et orné de reliefs en bronze illustrant des scènes de la vie de l'apôtre des Indes.

21Depuis toujours, l’église du Bom Jésus où repose le corps de saint mFrançois Xavier est un lieu de pèlerinage et quand les Portugais, à leur départ, voulurent emporter la châsse avec eux, les Goanais s’y opposèrent. Tous les dix ans, le corps du Saint est exposé au public et rassemble plusieurs milliers de personnes de toutes confessions, musulmans et hindous compris.

Détail des fresques du plafond du réfectoire du couvent de Sainte-Monique.

22Si l'église de Sainte Monique (1607-1627) est en mauvais état aujourd'hui, le couvent, qui était très important, est toujours actif et abrite des congrégations de religieuses.

Eglise de Saint-Gajétan (1656-1661)

23Construite par les pères Théatins, cette église est la copie de Saint-Pierre de Rome. Dans l'adoption du plan centré, dans la conception de la façade avec ses énormes pilastres corinthiens, c'est une réplique de l'église romaine. C'est là que commence le baroque à Goa. Néanmoins, cette église est unique et n'aura pas de descendance à Goa.

L’église de Saint-François d’Assise (1668)

24C'est la dernière des grandes églises construites à Velha Goa. Construite en 1668, sur l'ancienne église de 1521, elle est dans la lignée des façades à deux tours, mais ici les deux tours sont disproportionnées et insignifiantes par rapport au corps central, ce qui peut être interprété comme les premiers signes d'une certaine décadence. Les proportions mal comprises donnent à l'ensemble une allure inélégante.

25 L'intérêt de cette église est dû au très beau portail manuélin, qui provient de la première église de 1521 et qui fut réemployé sur l'église actuelle. On y retrouve tout le vocabulaire décoratif du manuélin : les colonnes fines et élégantes, la sphère armillaire, emblème du roi Manuel I.

L'intérieur, comme souvent dans les églises franciscaines, est très décoré. Une série de tableaux sur bois raconte la vie du Poveretto ; quant aux murs de la nef centrale, ils présentent un beau motif de fleurs stylisées.

Détail des peintures intérieures avec figuration d’anges dans les angles des arches. Si le sujet est européen, le traitement et la conception de l'ensemble présentent une touche orientale.

Eglise de Nossa Senhora do Amparo à Mandur (Tiswadi) (XVIIIe siècle)

26Le territoire est couvert d’églises d’un blanc immaculé. Elles sont généralement de taille un peu plus modeste que celles de Velha Goa et présentent certaines évolutions, notamment dans le décor : les façades sobres des premières églises vont peu à peu se charger d’un décor foisonnant qui envahit tout. Les éléments de décoration existants – pignons, ailerons… – se multiplient à l’infini et donnent à ces façades un aspect surchargé et exubérant.

PANJIM

27C’est là que les Portugais s’installèrent à la fin du XVIIIe siècle après avoir abandonné Velha Goa devenue trop insalubre. C’est en 1961, après 451 ans de souveraineté portugaise, que Goa sera rattachée à l’Union indienne, quand l’armée indienne s’en empara face aux Portugais qui n’opposèrent qu’une résistance symbolique.

28Capitale de l’Etat de Goa, Panjim est aujourd’hui une petite ville active, animée et bruyante d’environ 40 000 habitants sur la rive gauche du fleuve Mandovi.

29L’ancien quartier portugais – Fontainhas – a été récemment restauré ; Avec ses maisons colorées, ses azulejos, ses habitants qui parlent toujours le portugais, il règne dans ce quartier une atmosphère qui n’est pas sans rappeler la métropole.

Belle maison traditionnelle dans le quartier de Fontainhas donnant sur jardin et dont la façade est rythmée par une succession de balcons avec fenêtres à « carepas ».

30Une fenêtre constituée d’un assemblage de « carepas » : ce sont de petits carreaux de nacre, taillés dans des coquilles d’huîtres, et qui étaient destinés à remplacer les vitres des fenêtres. Typiques de Goa, ces « carepas » en plus d’offrir un bel effet esthétique, ont l’avantage de laisser filtrer la lumière et passer l’air.

La rue principale du quartier de Fontainhas avec ses maisons colorées, qui évoquent tout à fait les villes portugaises.

L’entrée d’une maison avec le banc en pierre et le petit auvent au-dessus de la porte, très portugais, l’ensemble étant placé sous la protection de saint Antoine.

La vie quotidienne dans le quartier.

31Une ancienne « quinta », grande maison de la noblesse portugaise aux XVIIIe et XIXe siècles, égayée par des buissons de bougainvillées. La façade d’une belle symétrie est ornée, au premier étage noble, d’un balcon à tribunes, que surmonte un fronton triangulaire au niveau du toit.

Le rickshaw, idéal pour aller partout et à faible coût, fait partie du décor à Goa.

A Goa, le métissage est partout, jusque dans l’habillement. Les femmes ont délaissé le sari et s’habillent généralement à l’occidental.

Comme au Portugal, les azulejos sont partout.

32Hors du quartier de Fontainhas, il reste encore quelques belles bâtisses portugaises, qui hébergent souvent aujourd’hui les organismes officiels.

Bâtiment d’origine portugaise qui abrite aujourd’hui l’Office du Tourisme.

Eglise de l’Immaculée Conception à Panjim (XVIIIe siècle)

33Cette église reprend le type déjà vu à Velha Goa de façade à deux tours. Sa particularité réside ici dans sa situation au sommet d’une volée d’escaliers croisés complexes, typique du baroque portugais ; Ce genre d’escadorio rappelle celui du Bom Jésus de Braga au Portugal ou encore celui de Congonhas do Campo au Brésil.

34Messe du dimanche dans l’église de l’Immaculée Conception à Panjim. Même si les églises sont pleines, l’hindouisme gagne du terrain et représente 60 % de la population à Goa contre 28 % de catholiques, 5 % de musulmans et 2 % de sikhs.

35Un sculpteur sur bois dans son atelier à Chimpel – village à quelques kilomètres de Panjim. La sculpture en ivoire étant maintenant interdite, les artisans se sont reconvertis et travaillent le bois, mais continuent à reproduire des sujets chrétiens comme cette vierge de l’Immaculée Conception, où l’influence indienne apparaît nettement dans le visage.

Vendeurs de bétel – le chewing-gum local – composé de feuilles de bétel, de tabac, de chaux vive et de noix d’arec.

36Lorsqu’on se promène dans Panjim, ce qui frappe également ce sont ces petits sanctuaires accrochés aux arbres ou sur les murs des maisons, dans lesquels on découvre côte à côte les dieux chrétiens, hindous et musulmans. Ganesha, Dieu-éléphant si populaire en Inde, côtoie la Vierge ou le Christ en croix : il semble qu’à Goa, les Dieux fassent « bon ménage ».

37Quant aux Goanais, ils ne rechignent pas à adorer un dieu qui n’est pas le leur. Ainsi, se retrouvent-ils à quelques kilomètres de la capitale, devant « la croix miraculeuse » de Bambolim où chrétiens, hindous et musulmans viennent prier avec la même foi pour demander aide et guérison de toutes sortes.

Haut de page

Notes

1 Voir aussi Martine Amiot-Guigaz, « Un panthéon métis en Inde portugaise » , dans Nuevo Mundo Mundos Nuevos, n. 7 (2007), section Optika : http://nuevomundo.revues.org/sommaire170.html
Haut de page

Table des illustrations

Légende Carte de l’Inde
URL http://nuevomundo.revues.org/docannexe/image/3406/img-1.png
Fichier image/png, 22k
URL http://nuevomundo.revues.org/docannexe/image/3406/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Légende Sur plus d’une centaine de kilomètres du nord au sud se déroulent d’immenses plages au sable fin, bordées de cocotiers.
URL http://nuevomundo.revues.org/docannexe/image/3406/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Légende Eglise Santa Isabel de Portugal à Ucassaim (Bardez), 1621
URL http://nuevomundo.revues.org/docannexe/image/3406/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Légende Détail du fronton de l’église Nossa Senhora do Amparo à Mandur (Tiswadi), 1717
URL http://nuevomundo.revues.org/docannexe/image/3406/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Légende Calvaire avec sa guirlande de fleurs que l’on rencontre très fréquemment le long des routes à Goa.
URL http://nuevomundo.revues.org/docannexe/image/3406/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Légende Gravure de Velha Goa à la fin du XVIe siècle (Jan Huyghen Van Linschoten, 1595) : on y voit la ville de Goa qui se déploie en demi-cercle devant le fleuve Mandovi.
URL http://nuevomundo.revues.org/docannexe/image/3406/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Légende Velha Goa. On distingue à travers les cocotiers à gauche, l’église Saint-François d’Assise et adossée à cette dernière, à droite, la Sé.
URL http://nuevomundo.revues.org/docannexe/image/3406/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Légende Chapelle Sainte-Catherine (1510-1952)
URL http://nuevomundo.revues.org/docannexe/image/3406/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Légende L’Arc des Vice-rois (1597)
URL http://nuevomundo.revues.org/docannexe/image/3406/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Légende La Sé Patriarcale (1562-1650)
URL http://nuevomundo.revues.org/docannexe/image/3406/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Légende Le retable principal de la Sé
URL http://nuevomundo.revues.org/docannexe/image/3406/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Légende Eglise du Bom Jésus (1594-1605)
URL http://nuevomundo.revues.org/docannexe/image/3406/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Légende Le retable principal du Bom Jésus
URL http://nuevomundo.revues.org/docannexe/image/3406/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Légende Saint François Xavier (Eglise du Bom Jésus).
URL http://nuevomundo.revues.org/docannexe/image/3406/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Légende Châsse de Saint-François Xavier dans le bras droit du transept du Bom Jésus (1636).
URL http://nuevomundo.revues.org/docannexe/image/3406/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Légende Détail des fresques du plafond du réfectoire du couvent de Sainte-Monique.
URL http://nuevomundo.revues.org/docannexe/image/3406/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Légende Eglise de Saint-Gajétan (1656-1661)
URL http://nuevomundo.revues.org/docannexe/image/3406/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Légende L’église de Saint-François d’Assise (1668)
URL http://nuevomundo.revues.org/docannexe/image/3406/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Légende L'intérieur, comme souvent dans les églises franciscaines, est très décoré. Une série de tableaux sur bois raconte la vie du Poveretto ; quant aux murs de la nef centrale, ils présentent un beau motif de fleurs stylisées.
URL http://nuevomundo.revues.org/docannexe/image/3406/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Légende Détail des peintures intérieures avec figuration d’anges dans les angles des arches. Si le sujet est européen, le traitement et la conception de l'ensemble présentent une touche orientale.
URL http://nuevomundo.revues.org/docannexe/image/3406/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Légende Eglise de Nossa Senhora do Amparo à Mandur (Tiswadi) (XVIIIe siècle)
URL http://nuevomundo.revues.org/docannexe/image/3406/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Légende Belle maison traditionnelle dans le quartier de Fontainhas donnant sur jardin et dont la façade est rythmée par une succession de balcons avec fenêtres à « carepas ».
URL http://nuevomundo.revues.org/docannexe/image/3406/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
URL http://nuevomundo.revues.org/docannexe/image/3406/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Légende La rue principale du quartier de Fontainhas avec ses maisons colorées, qui évoquent tout à fait les villes portugaises.
URL http://nuevomundo.revues.org/docannexe/image/3406/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Légende L’entrée d’une maison avec le banc en pierre et le petit auvent au-dessus de la porte, très portugais, l’ensemble étant placé sous la protection de saint Antoine.
URL http://nuevomundo.revues.org/docannexe/image/3406/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Légende La vie quotidienne dans le quartier.
URL http://nuevomundo.revues.org/docannexe/image/3406/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
URL http://nuevomundo.revues.org/docannexe/image/3406/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Légende Le rickshaw, idéal pour aller partout et à faible coût, fait partie du décor à Goa.
URL http://nuevomundo.revues.org/docannexe/image/3406/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Légende A Goa, le métissage est partout, jusque dans l’habillement. Les femmes ont délaissé le sari et s’habillent généralement à l’occidental.
URL http://nuevomundo.revues.org/docannexe/image/3406/img-30.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Légende Comme au Portugal, les azulejos sont partout.
URL http://nuevomundo.revues.org/docannexe/image/3406/img-31.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
URL http://nuevomundo.revues.org/docannexe/image/3406/img-32.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Légende Bâtiment d’origine portugaise qui abrite aujourd’hui l’Office du Tourisme.
URL http://nuevomundo.revues.org/docannexe/image/3406/img-33.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Légende Eglise de l’Immaculée Conception à Panjim (XVIIIe siècle)
URL http://nuevomundo.revues.org/docannexe/image/3406/img-34.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
URL http://nuevomundo.revues.org/docannexe/image/3406/img-35.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
URL http://nuevomundo.revues.org/docannexe/image/3406/img-36.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Légende Vendeurs de bétel – le chewing-gum local – composé de feuilles de bétel, de tabac, de chaux vive et de noix d’arec.
URL http://nuevomundo.revues.org/docannexe/image/3406/img-37.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
URL http://nuevomundo.revues.org/docannexe/image/3406/img-38.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
URL http://nuevomundo.revues.org/docannexe/image/3406/img-39.jpg
Fichier image/jpeg, 63k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Martine Amiot-Guigaz, « Goa, une autre Inde », Nuevo Mundo Mundos Nuevos [En ligne], Carnets de voyage, 2007, mis en ligne le 24 janvier 2007, consulté le 25 octobre 2014. URL : http://nuevomundo.revues.org/3406 ; DOI : 10.4000/nuevomundo.3406

Haut de page

Auteur

Martine Amiot-Guigaz

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page