Navigation – Plan du site
Boris Jeanne

Bielinsky, hommage en deux temps

Retour sur la disparition d’un cinéaste argentin qui s’était imposé internationalement en deux films.
[25/01/2007]

Texte intégral

1Un homme allongé par terre devant un distributeur de billet – victime d’un braquage ? On ne le saura même pas, il se relève, il vient d’avoir une crise d’épilepsie. Ce premier plan d’El Aura (2006), second et dernier film de Fabián Bielinsky, donne le ton d’une filmographie à jamais cantonnée à deux longs-métrages : Bielinsky meurt en juin 2006 d’un infarctus, à 47 ans, après 15 ans de travail dans l’ombre et un succès tardif, mais rapide et international.

2Las Nueve Reinas a beau sortir en 2000 avant la grande crise argentine de l’été 2001, difficile pour le spectateur européen qui l’a vu après cette date de ne pas y vois une anticipation de la méga-arnaque dont fut victime le pays… À travers l’histoire de petits escrocs porteños montant le coup du siècle autour d’une planche de timbres, Bielinsky produit la description métaphorique d’un pays qui s’est fait avoir, mais qui est capable de se relever. Par le cinéma notamment, avec une jeune garde de cinéastes cinéphiles exportables qui filment pour ne pas mourir, pour échapper à l’oisiveté forcée des ces années de crise. Las Nueve Reinas est un film plaisant, très bien joué, et qui démontre d’autant plus la qualité de son auteur que le genre du « film d’arnaque » est toujours un périlleux exercice de style : berner le spectateur jusqu’à la fin (s’il découvre le pot-aux-roses avant le plan final, il peut quitter la salle), sans qu’il se sente flouer par un dénouement tombé des nues (il faut semer des indices discrets tout au long du métrage). Bielinsky, au début des années 2000, réussissait un nouveau modèle du genre, après le mètre-étalon des années 1990 qu’était Usual Suspects. C’est sans doute ce qui a poussé les studios hollywoodiens, en l’occurrence des hommes de la bande à Steven Soderbergh, toujours très attentif aux cinématographies extérieures à Hollywood, à en produire une version nord-américaine (Criminal, 2004, avec le Mexicain Diego Luna dans un des rôles principaux). Bielinsky partait de loin : réalisateur de spots publicitaires, assistant-réalisateur ou réalisateur de seconde équipe, celui qui avait emprunté la filière cinéma du lycée public de Buenos Aires et s’était fait remarqué par des courts-métrages adaptant Cortazar puis Borgés, ce cinéphile passionné, enseignant, a dû attendre de gagner un prix du scénario pour pouvoir monter son propre projet – aussitôt couronné par 7 récompenses critiques en Argentine.

3Son second film nous éclaire encore davantage quant à l’univers cinématographique alors en construction chez Bielinsky. Il refuse la facilité de refaire un film de genre grand public, pour donner une autre version du film de braquage, très intimiste, composé d’un tissu de métaphores qui n’altère en rien l’extrême fluidité du récit. El Aura commence donc devant le distributeur de billets d’une banque, le protagoniste (joué par Ricardo Darín, arnaqueur arnaqué des Nueve Reinas, apparaissant aussi dans le film Kamchatka) est allongé par terre car il vient d’avoir une crise d’épilepsie. Là encore l’analogie à la situation de crise en Argentine est transparente, car chaque Argentin a failli faire une crise devant la fermeture des banques et les patrons-voyous partis avec la caisse. L’acteur charismatique Darín, plus connu pour ses rôles dans des soap-operas, interprète un taxidermiste solitaire, touché par on ne sait quel drame personnel, travaillant pour un musée de sciences naturelles qui tombe en loques – comme le pays en crise, tout est en toc, vidé de sa substance. Le personnage rêve du casse du siècle, comme tant d’autres avant lui, mais ne passe jamais à l’action, handicapé par sa maladie, et pas une mélancolie sourde. Jusqu’à une invitation à une partie de chasse patagonienne, un accident qui le met sur le coup du braquage d’un casino, la possibilité manifeste de réussir, pour une fois, le vol parfait. Bien sûr rien ne se passe comme on l’avait prévu, la crise et son délicieux moment annonciateur (el aura) arrive et fait dérailler le projet – Hitchcock nous l’avait déjà montré, la perfection n’est pas de ce monde et celle du crime encore moins.

4De ces deux grands films si dissemblables, Bielinsky traçait les voies d’une cinéphilie exigeante à la facture soignée, refusant la standardisation hollywoodienne des plans et accédant ainsi à l’estime des critiques européennes – par un cinéma allant de l’avant, quoique perclu d’indices de l’état de l’Argentine actuelle. Braquer les banques ou faire du cinéma, Bielinsky avait choisi, mais fut lui-aussi victime d’une violente aura, celle-là définitive.

Haut de page

Table des illustrations

URL http://nuevomundo.revues.org/docannexe/image/3441/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 50k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Boris Jeanne, « Bielinsky, hommage en deux temps », Nuevo Mundo Mundos Nuevos [En ligne], Images en mouvement, 2007, mis en ligne le 25 janvier 2007, consulté le 24 novembre 2017. URL : http://nuevomundo.revues.org/3441

Haut de page

Auteur

Boris Jeanne

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Nuevo mundo mundos nuevos est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page