Navigation – Plan du site
Apocalypto
Boris Jeanne

Les Mayas à Hollywood.

Les raisons d’une double-invitation forcée et d’un télescopage historique inquiétant.
[07/02/2007]

Entrées d’index

Mots clés :

cinéma, maya
Haut de page

Texte intégral

1Les Mayas de nos jours ce sont surtout des grandes pyramides au milieu de la forêt à un jet d’avion de Cancún : pour nombre de touristes américains et européens, c’est une occasion de s’acoquiner avec la culture, la grande culture des civilisations perdues, en continuant de boire des piña coladas le soir au bord de la plage. Et puis au mois de décembre les Mayas ont débarqué en force dans le paysage culturel local des Américains et des Européens, dans leurs cinémas, au moyen de deux films invoquant des motifs de cette grande civilisation qui n’avait jamais eu les honneurs d’Hollywood.

2Grand illustrateur de l’addiction (Pi, Requiem for a dream), Daren Aronofsky a laissé tomber Superman V pour un projet plus personnel adapté d’un somptueux comic-book étalant sur trois époques la lutte d’un homme contre la mort de son aimée. Au XVIe siècle un conquistador descend jusque dans l’enfer maya de Xibalba pour y trouver la fontaine de jouvence (d’où le titre du film, The Fountain) ; au XXe siècle à New York un chercheur en médecine s’ingénie à sauver sa femme d’une tumeur au cerveau ; au XXXe ou XLe siècle, un homme parcourt l’espace avec un arbre et des visions d’une femme. C’est l’amour éternel qui est en jeu ici, et on comprend vite que les scènes du conquistador luttant contre les Mayas comme Indiana Jones contre des Jivaros sont issues de l’imagination de l’épouse mourante du médecin du XXe siècle. Aronofsky ne cherche pas une recréation vériste du XVIe siècle et de son « choc des cultures » : le mythe maya de la fontaine de jouvence n’est qu’un prétexte à une variation sur le thème déjà bien illustré de l’immortalité, du jardin d’Éden à la cryogénisation, en passant bien sûr par le Graal.

3Tel n’est absolument pas l’intention de Mel Gibson dans Apocalypto. Sa convocation de l’univers maya se fait entièrement au premier degré, avec une volonté de reconstruction historique précise qui va jusqu’à l’écriture des dialogues en yucatèque ancien, une des vingt langues parlées dans l’espace maya – et quand il manque des mots on incruste du yucatèque moderne pour combler. Les conseillers historiques ont bien travaillé à l’élaboration d’une grande cité type Copán, où sont amenés les captifs (héros du film) pour le sacrifice. Après, il est très étonnant de trouver cette cité typique de l’âge classique maya (VIIIe-IXe siècles) dans l’État de Vera Cruz au milieu d’une végétation qui n’a rien à voir avec celle du Yucatán. On y parvient après avoir rencontré sur la route des villages ravagés par la maladie (ce qui s’est effectivement produit, mais à l’ère postclassique des Xe-XVe siècles), et après la fuite on se retrouve près de la plage où des Espagnols s’apprêtent à débarquer (ce qui s’est effectivement produit, mais vers 1520). Autant de télescopages historiques que le cinéaste Mel Gibson a tout fait le droit de choisir, mais qui entrent manifestement en conflit avec sa volonté de coller à la réalité historique.

4La Passion présentait déjà ce jeu dangereux entre vérisme et idéologie : si Mel Gibson a tourné sa vision des Évangiles en araméen, c’est pour se rapprocher de « ce qui s’est vraiment passé à l’époque » – mais jamais les Évangiles ne seront un manuel d’histoire à prendre au premier degré sur l’air du « ça s’est vraiment passé comme ça ». Voilà le principal problème d’Apocalypto : ça ne s’est pas passé comme ça car ça ne pouvait pas, puisqu’il convoque au moins trois périodes historiques différentes et exclusives l’une à l’autre. Gibson accrédite ainsi dans la tête du spectateur que la réalité historique des Mayas est violente et déjà décliniste – bref, autant les coloniser pour qu’ils arrêtent de se taper dessus entre eux. Apocalypto ne donne aucune explication sur le pourquoi de cette violence présentée comme gratuite, pour le bon plaisir d’une aristocratie décadente (l’image du fils obèse assistant au massacre en haut de la pyramide sacrificielle renvoyant au couch-potatoe lambda de toute les familles américaines devant leur télé) – alors que jamais Aronofsky ne cherche à faire de The Fountain une illustration d’une vérité du passé, mais bien celle du fantasme d’une New-Yorkaise contemporaine vis-à-vis des Mayas et du Popol Vuh, dans ses connexions avec le mythe de l’amour éternel.

5Ce qu’Aronofsky traite comme une matrice onirique (on le retrouve bien dans la facture kitsch et baroque du film), Gibson se l’approprie pour prendre l’Histoire – et le spectateur ! – en otage d’une violence jamais contextualisée, et qui renvoie plus à la guerre en Irak qu’à la guerre fleurie méso-américaine (on le retrouve bien dans le formatage blockbuster très peu innovant du film). Inévitablement, Apocalypto donne la nausée et devient un film à fuir, alors que The Fountain donne l’envie de se plonger dans ces mythes mayas si loin si proches. L’honnêteté artistique ne paye pas cependant, et le box-office a tranché : Apocalypto a engrangé 50 millions de dollars en un mois d’exploitation aux seuls États-Unis, contre moins de 10 millions pour The Fountain.

Haut de page

Table des illustrations

URL http://nuevomundo.revues.org/docannexe/image/3551/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Boris Jeanne, « Les Mayas à Hollywood. », Nuevo Mundo Mundos Nuevos [En ligne], Images en mouvement, 2007, mis en ligne le 07 février 2007, consulté le 26 juillet 2017. URL : http://nuevomundo.revues.org/3551

Haut de page

Auteur

Boris Jeanne

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Nuevo mundo mundos nuevos est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page