Navigation – Plan du site
Colloques | 2008
« Les Amériques possibles à la lumière des indépendances » – Maison de l'Amérique latine, février 2008
Carlos Pérez López

La possibilité d’une Amérique

[07/07/2008]

Résumés

Sous une certaine homogénéisation historique qui constituerait le processus continu des Indépendances, on trouve, dans cette histoire, une série de mouvements interrompus, des réalisations du politique fort hétérogènes, recouvertes finalement par les grandes formations nationales du continent. Ces mouvements étaient ceux d’Amériques qui fluctuaient entre le possible et l’impossible, entre la contingence et la nécessité, donnant forme ou déformant la carte politique du continent en fonction de la réussite ou de l’échec des projets divers, certains très ambitieux (l’Amérique Bolivarienne) et d’autres microscopiques. Des Amériques qui n’ont donc guère vues la lumière, des essais manqués. La constante des Indépendances ne serait-elle pas précisément la répétition chaque fois différente d’une folie fondatrice dont les traces que nous cherchons à explorer se retrouvent dans leurs échecs ?

Haut de page

Entrées d’index

Géographique :

Amériques

Chronologique :

XIXème siècle
Haut de page

Texte intégral

1Comment interroger les processus des indépendances américaines au regard de la question des Amériques possibles ? Quelle est l’idée qui s’oppose à la possibilité générale d’une Amérique ? Et qu’est-ce que cela veut dire une Amérique possible à la lumière des Indépendances Américaines ?  Le présent texte entend proposer une ouverture à ces possibilités qui passent souvent dissimulées dans les grandes lignes des formations historiques et politiques. Il nous a paru judicieux de l’inclure dans cette publication, étant donné que ces questions ont fourni la base de notre discussion pour l’organisation de ce colloque, afin d’en fixer les lignes discursives et réflexives sur lesquelles orienter cette manifestation.

  • 1  Agamben, G.,  Homo Sacer III. Ce qui reste d’Auschwitz : l’archive te le temoin. Paris, Rivage, 19 (...)

2Je voudrais commencer par une parenthèse philosophique pour ouvrir une perspective à cette question : dans une lecture de Foucault sur les catégories de la Biopolitique, Giorgio Agamben les opérateurs ontologiques qui concernent l’apparition d’un sujet : possibilité, contingence, impossibilité et nécessité1. S’il nous est permis ici de transposer ces catégories pour une relecture des processus historiques de subjectivation, notamment ceux des Indépendances Américaines, il s’agirait de se placer dans les deux premières, possibilité (ce qui peut être) et contingence (ce qui peut ne pas être), car l’impossibilité (ce qui ne peut pas être) et la nécessité (ce qui ne peut pas ne pas être) répondraient plutôt aux figures de désubjectivation. L’opération de subjectivation  définit une tension entre un monde qui peut venir à l’existence (même dans des conditions qui bloquent ce passage) et les points par lesquels cela touche (contingit) le réel face à l’éventualité de ne pas être, de quitter l’être d’un moment à l’autre. L’opération contraire, de désubjectivation, se montre dans l’opacité d’un monde qui élimine la possibilité subjective et qui rend effectifs les dispositifs qui barrent son passage au réel. Le sujet, et pour nous le sujet historique, n’est pas celui qui peut décider de cette opération, mais le champ de bataille qui supporte et conduit ces tensions.

3Ainsi, revenant à notre question, dans les interstices des grands mouvements indépendantistes dont il est question ici, se trouveraient les traces d’agencements subjectifs, possibles ou contingents, qui ont bien connu une émergence et une évolution réelles, mais dont la cristallisation politique s’est faite absorber par les catégories dominantes de l’impossible et du nécessaire, par la conduite d’un devoir-être historique. Pour les processus des indépendances américaines, les points critiques qui séparent les Amériques possibles de l’Amérique nécessaire seraient contenus dans la ligne historique marquée par la situation d’impasse de la couronne espagnole, puis par les essais manqués des unités politiques et enfin par la position de l’état-nation dans le continent.

4Analysons cette ligne historique : dans les premières années du XIXème siècle, l’abdication du Roi (Ferdinand VII) suite à l’entrée de l’armée napoléonienne en Espagne déclencha tout une série des mouvements mettant en péril la cohésion des différents règnes qui composaient l’Espagne à l’époque. La réaction immédiate espagnole à cette abdication du roi pris forme dans la création des « Juntas » (Assemblées de Gouvernement), autant dans l’Espagne européenne (Junta Central à Sevilla) que dans l’Espagne d’outre-mer ou Indes Occidentales (Juntas de Gobierno). Il est ici question de l’organisation de la résistance proprement espagnole contre l’occupation française en Europe, cela a été souligné par des historiens par le terme « Guerre d’Indépendance Espagnole ».

5Mais un conflit interne à l’Espagne surgit de cette nouvelle configuration entre les règnes « peninsulares » (Europe) et des Indes Occidentales (Amérique), car les premières comptaient prendre la garde tutélaire des colonies qui devaient obéir à leurs ordres en tant qu’organisateurs directes de la riposte contre l’occupation française. Il s’agirait donc d’un conflit entre des espagnols, entre des égaux, une sorte de retour à l’état de nature au niveau des règnes, entrainant un fort potentiel de « Guerre Civile ».

6Cependant la réalité des Indes Occidentales n’a pas suivi la même cadence. Ces « Juntas de Gobierno » dans les villes capitales (Quito, La Paz, Buenos Aires), qui inaugurèrent dans certains pays le processus désigné aussi sous le nom d’« Indépendance », ont pris une autre direction. Le fait que la rupture du pacte avec le roi fît revenir la souveraineté aux villes capitales des Indes Occidentales et que cela ne fût pas bien vu par la « Junta Central » en Espagne (qui comptait sur la domination des territoires coloniales), ne suffit pas à assurer le lien entre ce conflit et le mouvement qui se constitua ultérieurement comme vocation fondatrice des différentes nations américaines. Sur ce point il faudrait penser à la forme singulière, résultat d’un effet de « domino » (démarrant avec l’abdication du roi Ferdinand VII), où il serait question du coup d’envoi qui fît dériver la souveraineté vers tous ceux qui se sentaient capables de la prendre en charge. Autrement dit, si suite à l’abdication du roi la souveraineté revient aux villes capitales, pourquoi ne reviendrait-elle pas plutôt à chaque ville, à chaque village, ou même à chaque maison ? On sait que la création de Juntas de Gobiernos s’est faite en réaction à l’abdication du roi. Mais en Amérique cela a été un phénomène beaucoup plus étendu, et l’on pourrait même dire qu’il a fourni la mesure de l’indépendance, à partir du moment où il y a eu des Juntas littéralement partout. Ce mouvement proprement multiple et réfractaire s’est donné alors à différentes échelles. Dans des conditions sociales et politiques essentiellement hétérogènes, une pluralité de forces et d’alliances (divisions administratives locales et différences sociales séparant populations indigènes, mestizos, criollos, espagnoles) qui existaient en état embryonnaire ont trouvé l’occasion de passer au réel.

7Une distinction s’impose ici : d’un côté on peut considérer ce qu’on appelle Indépendances Américaines comme un processus à grands traits homogène, une sorte de majorité d’âge des peuples qui prennent en charge leur liberté et se donnent pour la première fois leurs propres cartes constitutionnelles ; mais ceci recouvrirait d’une certaine façon un autre type de mouvements, plutôt complexes, qui partageraient les mêmes conditions initiales : vocation constitutionnelle et fondatrice, grande influence des idées et modèles révolutionnaires, entrée en scène à l’occasion de la chute du roi (manifestées dans plusieurs modalités antagonistes : réalistes, patriotes, anarchistes, etc.). C’est à partir de ces conditions-là que les plus diverses projets politiques se sont donnés rendez-vous dans toute la région, des plus ambitieux (l’Amérique Bolivarienne) au plus microscopiques (des tas des bandits, les Pincheira, qui fondèrent un petit morceau de terrain inexpugnable au sud du Chili ; ou la confédération Pérou-Bolivienne, un état qui disparaît peu de temps après sa fondation), et même des cas très rares (l’isolement du Paraguay de toute influence étrangère pendant 24 ans).

8On serait donc dans le noyau des Amériques possibles : des républiques qui n’ont duré pas plus de deux ans, les traces d’un moment de folie fondatrice, les formations et déformations de la carte politique du continent et les essais manqués comme constante de l’époque des Indépendances.

9Peu importe l’échelle du mouvement, ce qui reste crucial dans cet enjeu ce sont les points critiques : la chute du roi d’Espagne est significative pour un concept de souveraineté, car celle-ci s’indéfinit dans son rapport à la représentation pour ouvrir la route à l’occasion, au « kairos » de l’apparition d’une sujet politique. C’est sur ce point, où les catégories de l’impossible et du nécessaire perdent leur consistance en faveur de la contingence (la chute du roi, suspension du régime de représentation et état d’exception, qui dévient « occasion ») et finalement de la possibilité des différentes Amériques, que se définit le caractère spécifique de l’époque comme historique. Les essais manqués seraient donc la signature de ce moment d’instabilité politique dans la région. D’un point de vue critique ils répondraient à l’idée de la répétition, si par répétition on comprend la différence et la discontinuité entre l’un et l’autre mouvement. La constante alors de cette époque est la prolifération des Amériques possibles partout dans le continent. L’arrivée de l’état-nation marque la clôture, jamais définitive, d’une époque créative du point de vue révolutionnaire, et la position nouvelle d’un régime de représentation, c’est-à-dire une nouvelle législation du présent sur le temps historique.

10Les Amériques possibles restent pour nous un temps riche en idées, situations et aussi en échecs, dans le sens où il n’est pas question pour une possibilité d’avoir un but, une victoire, ou de se cristalliser définitivement en une entité politique, mais de cultiver un terrain fertile qui maintient toujours en vie l’existence de sa puissance créative.

Haut de page

Notes

1  Agamben, G.,  Homo Sacer III. Ce qui reste d’Auschwitz : l’archive te le temoin. Paris, Rivage, 1999

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Carlos Pérez López, « La possibilité d’une Amérique », Nuevo Mundo Mundos Nuevos [En ligne], Colloques, mis en ligne le 07 juillet 2008, consulté le 17 octobre 2017. URL : http://nuevomundo.revues.org/35763 ; DOI : 10.4000/nuevomundo.35763

Haut de page

Auteur

Carlos Pérez López

Université de Paris 8, Equipe Dialogues Philosophiques

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Nuevo mundo mundos nuevos est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page