Navigation – Plan du site
Adeline Joffres

Pour une analyse du concept de populisme

[27/02/2007]

Texte intégral

1Cette bibliographie est en partie issue d’une partie du travail que j’ai effectué pour mon mémoire de recherche de fin de Master2. Celui-ci traitait du lien existant entre un élément de politique interne (ou du moins identifié et étudié comme tel en science politique), le populisme, et la politique étrangère mise en œuvre par un Etat. Ma recherche m’a alors conduite à reconsidérer les théories des Relations Internationales –principalement anglo-saxonnes- dans l’optique d’une politique étrangère non plus isolée et guidée par les « grands intérêts » de ce monde –le fameux « intérêt national » si cher au réaliste Morgenthau- mais soumise à des influences diverses. Ces influences émanent non seulement de groupes proches ou éloignés du pouvoir décisionnel –lobbies, partis politiques, organisations-, de normes –institutions, traités…-, mais également des individus –électeurs, militants…- et, plus précisément, des dirigeants, des leaders politiques, en dernier lieux maîtres de la décision. La définition de la politique étrangère comme instrument permettant aux Etats de façonner leur environnement extérieur serait donc dépassée. Un des axes privilégiés pour mon travail de recherche a ainsi été d’examiner les va-et-vient entre politique interne et politique étrangère, et de tenter de mesurer l’influence d’une forme particulière de leadership : le “populisme”. L’exemple du Venezuela de Hugo Chávez Frías m’a naturellement amenée vers cette problématique.

2Mais traiter de cette relation, par l’intermédiaire de l’analyse du pouvoir d’influence d’un individu sur les institutions, sur les relations de pouvoir au sein d’un Etat n’allait pas de soi avec l’exemple d’un leadership populiste. Pourquoi ? Parce que d’une part, le concept même de populisme n’a pas de définition scientifique précise et que, d’autre part, l’adjectif « populiste », s’est vulgarisé et banalisé aussi bien dans le langage profane que journalistique, voire même scientifique et enfin, que cette épithète est connoté négativement et contient une dimension affective indéniable. Une réflexion épistémologique préalable, la plupart du temps absente des analyses portant sur le « populisme », était donc nécessaire. La première section de la bibliographie regroupe les ouvrages ou articles qui se sont attachés à démontrer l’utilité de cette démarche. La seconde en revanche met l’accent sur la perspective intéressante et éclairante de la psychologie politique pour appréhender le problème de l’émotion en politique et des diverses formes et intensités de mobilisation de l’affect.

3Par la suite, il convient d’ajouter que les tentatives de définir le populisme, variables dans le temps et l’espace, ont bien souvent été liées au contexte politique et social dans lequel étaient immergés les auteurs et analystes. Depuis les années 1950, les analyses, majoritairement sociologiques, ont ainsi tenté trouver l’essence du populisme, dans jamais y parvenir. Viennent se greffer à ces démarches des problématiques « intraconceptuelles » telle que la question du caractère démocratique ou non du populisme essentiellement traitée par Yves Mény et Yves Surel, ou encore celle de l’existence d’un « néo-populisme » clairement identifié.

4Les travaux récents, représentés dans les dernières sections de cette bibliographie, alimentent donc encore cette « quête » menée pour guérir le « complexe de Cendrillon » dont souffre le populisme. Ainsi, au gré de débats centrés autour de la de la question d’un/de populisme(s) européen(s) –essentiellement « menaçant » pour la démocratie…- et celle de la particularité d’un populisme latino-américain –l’Amérique Latine étant souvent analysée comme la terre l’élection d’un populisme à caractère … « culturel »-, le populisme s’enrichit « quantitativement », et accroît sa portée polémique et médiatique en même temps qu’il s’appauvrit conceptuellement.

5Il n’en reste pas moins que ce constat doit motiver les chercheurs à se pencher sur les questions épistémologiques qui doivent précéder toute réflexion sur le « phénomène populiste ». Si la voie en ce sens est ouverte avec de nouveaux auteurs comme Weyland ou Dorna, elle doit être approfondie.

Réflexions épistémologiques sur l’utilisation des catégories 

6Berthelot, Jean-Michel (dir.), Epistémologie des sciences sociales, Paris, PUF, 593 p.

7Bourdieu, Pierre, La distinction. Critique sociale du jugement, Paris, Editions de Minuit, 1979

8Bourdieu, Pierre ; Chamboredon, Jean-Claude ; Passeron, Jean-Claude, Le métier de sociologue : préalables épistémologiques, Berlin, New York, Paris : Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales, 2005, 357 p.

9Collovald, Annie, Le « populisme du FN » un dangereux contresens, Ed. Du Croquant, Broissieux, sept. 2004, 253 p.

10Collovald, Annie, « Le ‘national populisme’ ou le fascisme disparu. Les historiens du ‘temps présent’ et la question du déloyalisme politique contemporain », Dobry, Michel (dir.), Le mythe de l’allergie française au fascisme, Albin Michel, 2003, pp. 279-321.

11Deze, Alexandre, « Le populisme ou l’introuvable Cendrillon. Autour de quelques ouvrages récents », Revue française de science politique, 2004, n°54 (1), pp.179-190.

12Passeron, Jean-Claude, Le raisonnement sociologique: l'espace non poppérien du raisonnement naturel, Paris, Nathan, 1991, 408 p.

13Weyland, Kurt, “Clarifying a contested concept: populism in the study of Latin American politics”, Comparatives politics, 2001 (34), pp.1-22.

Psychologie politique

14Braud, Philippe, L’émotion en politique: problèmes d’analyse, Paris, Presses de Sciences Po, Collection Références Inédites, 1996, 256 p.

15Dorna, Alexandre, De l’âme et de la cité, Crise, populisme, charisme et machiavélisme, Paris, L’Harmattan, 2004, 277 p. Collection psychologie politique.

16Dorna, Alexandre, Le leader charismatique, Paris, Desclée de Brouwer, 1998, 128 p.

17Enriquez, Eugène, Les figures du maître, Paris, Eds. Arcantères, Collection Histoires et émancipations, 1991, 289 p.

Populisme 

18Canovan, Margaret, Populism, New York, Harcourt Brace Jovanovich, 1981, 351p.

19Dorna, Alexandre, Le populisme, Paris, PUF, Collection Que sais-je ?, 1999, 126 p.

20Dorna, Alexandre, « Faut-il avoir peur du populisme ? », Le Monde Diplomatique, novembre 2003.

21Ionescu, Ghita et Gellner, Ernest, Populism, Its Meanings and National Charasteristics, Londres, Weidenfeld and Nicolson, 1969, 263 p.

22Germani, Gino, Authoritarianism, fascism, and national populism, New Brunswick, N.J, 1978, 292 p.

23Germani, Gino, Politique, société et modernisation, Gembloux, Eds. Duculot, 1972, 205 p.

24Hermet, Guy, Les populismes dans le monde, Une histoire sociologique, XIXe-XXe siècle, Paris, Fayard, 2001, 479 p.

25Laclau, Ernesto, La razón populista, Buenos Aires, Fondo de Cultura Económica, 2005, 312 p.

26Laclau, Ernesto, Politics and ideology in Marxist theory: capitalism, fascism, populism, Londres, LNB, 1977, 203 p.

27Meny, Yves et Surel, Yves, Par le peuple, pour le peuple, Le populisme et les démocraties, Paris, Fayard, 2000, 326 p., Collection « L’espace du politique ».

28Meny, Yves, et Surel, Yves, “The constitutive ambiguity of populism”, in Yves Meny et Yves Surel, Democracies and the Populist Challenge, Londres, Palgrave, 2002, pp. 1-21.

29Taggart, Paul, Populism, Buckingham and Philadelphia, Open University Press, 2000, 132 p.

30Taguieff, Pierre-André, « Le populisme et la science politique : du mirage conceptuel aux vrais problèmes », Vingtième Siècle, n°56, octobre/novembre 1997, pp. 4-33.

31Taguieff, Pierre-André (dir.), Le retour du populisme, Un défi pour les démocraties européennes, Encyclopædia Universalis France S.A, Manchecourt, mars 2004, 196 p.

32Taguieff, Pierre-André, L’illusion populiste, De l’archaïque au médiatique, Paris, Ed. Berg International, 2002, 182 p.

Populismes européens 

33Betz, Hans-Georg, La droite populiste en Europe : extrême et démocrate? Paris, Ed. Autrement, Collection CEVIPOF/ Autrement, 2004, 252 p.

34Ihl, Olivier (dir.), La tentative populiste au cœur de l’Europe, Paris, Ed. La Découverte, Collection Recherches, 2003, 313 p., Collection Partage du savoir.

35Leconte Cécile, L’Europe face au défi populiste, Paris, PUF, 2005, 250 p.

36Saussez Thierry, Tapie-Le Pen : les jumeaux du populisme, Paris, Editions n°1, 1992, 255 p.

37Wievioka, Michel, La démocratie à l’épreuve : nationalisme, populisme, ethnicité, Paris, La Découverte, 1993, 173 p.

Néo-populismes 

38Lecoeur, Erwan, Un néo-populisme à la française : trente ans de Front National, Paris, Ed. La Découverte, Collection Cahiers Libres, 2003, 282 p.

39Mazzoleni, Gianpietro, Stewart, Julianne et Horsfield, Bruce, The media and neo-populism: a contemporary comparative analysis, Westport, Connecticut, Praeger, 2003, 253 p.

40Weyland, Kurt, “Latin America neo-populism”, Third World Quaterly, (24, n°6), 2003, pp.1095-1178.

Populismes latino-américains 

41Cardoso, Fernando Henrique et Faletto, Enzo, Dependencia y desarrollo en América latina : ensayo de interpretación sociológica, Santiago, Instituto latinoaméricano de planificación económica, 1967, 173 p.

42De Ipola, Emilio, Peronismo y populismo. Una nueva propuesta de interpretación, Barcelona, ICPS, 1991, 26 p.

43Di Tella, Torcuato, Latin American Politics: A Theoretical Approach, Austin, University of Texas Press, 2001, 239 p.

44Di Tella, Torcuato, “Populism and Reform in Latin America”, in Veliz, Carlos (dir.), Obstacles to change in Latin America, Oxford University Press, 1965, pp. 47-74.

45Galasso, Norberto, De Perón a Menem. El peronismo en la encrucijada. Buenos Aires, Eds. del pensamiento nacional, 1990, 160 p.

46Germani, Gino, Di Tella, Torcuato et Ianni, Octavio (dir.), Populismo y contradicciones de clases en Latinoamérica, México, Era, 1973, 150 p.

47Gilly, Adolfo ; Hirata Helena ; Vilas, Carlos M., Le populisme en Amérique Latine, Montreuil, Cahiers d’étude et de recherche n°6, 1987.

48Jaguaribe, Hêlio, Economic & political development : a theoretical approach & a Brazilian case study (Problemas do desenvolvimento latinoamericano), Cambridge, Harvard University Press, 1968, 202 p.

49Gambini, Hugo, Historia del Perónismo, T. I et II, Buenos Aires, Planeta, 2001.

50Murmis, Miguel et Portantiero, Juan Carlos, Estudios sobre los orígenes del Peronismo, Buenos Aires, Siglo Veintiuno Argentina, 1971, 130 p.

51Périès, Gabriel, « Du Conductor et du Pueblo dans Conducción política du général Perón (1952) : aux origines du national populisme argentin », Mots, à paraître.

52Rozitchner, Leon, Perón : entre la sangre y el tiempo, lo inconciente y la política, T. I et T. II, Buenos Aires, Catálogos, 2000.

53Taylor, Julie M., Eva Perón, the myths of a woman, Chicago, University of Chicago, 1979, 175 p.

54Vilas, Carlos María, “Latin American populism: a structural approach”, Science and Society, n°56 (4), Hiver 1992-1993, pp. 389-420.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Adeline Joffres, « Pour une analyse du concept de populisme », Nuevo Mundo Mundos Nuevos [En ligne], Bibliographies, mis en ligne le 27 février 2007, consulté le 26 juin 2017. URL : http://nuevomundo.revues.org/3594 ; DOI : 10.4000/nuevomundo.3594

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Nuevo mundo mundos nuevos est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page