Navigation – Plan du site
Les deux rives latines de mai 68 – Séminaire coord. par Capucine Boidin et Frédérique Langue, MAL, 2 juin 2008
Carmen Bernand

D’une rive à l’autre

[15/06/2008]

Entrées d’index

Mots clés :

Mai 68, université

Géographique :

Argentine, France, Francia, Argentina
Haut de page

Notes de la rédaction

Intervention présentée dans le cadre du séminaire « Histoire et anthropologie des sensibilités (Amérique latine-Europe) » (EHESS, coord. Capucine Boidin, Frédérique Langue), séminaire spécial « Les deux rives latines de mai 68, Maison de l’Amérique latine, avec la participation de Carmen Bernand, Olivier Compagnon, Michelle Zancarini-Fournel, 2 juin 2008.

Texte intégral

1Ils n’auraient pas aimé, les jeunes de 1968, cette commémoration qui, en quelque sorte, les statufie aujourd’hui et les transforme, eux qui se voulaient toujours jeunes, en aînés. Ils n’auraient pas apprécié les rituels commémoratifs même si beaucoup parmi eux sont devenus les narrateurs privilégiés de ces journées, au détriment souvent d’un regard distancé. Devons-nous cependant sacrifier au rite ? Sans doute, pour évoquer l’Amérique latine, si peu présente dans les médias, qui ont fait des journées de mai, pourtant placées sous le signe de l’internationale des jeunes, en un événement français, voire parisien. De ces journées qui nous paraissent aujourd’hui si lointaines, je n’ai été qu’un témoin ordinaire et c’est seulement à ce titre que j’interviens ici, en compagnie de deux historiens qui ont travaillé sur cette période, ce qui n’est pas vraiment mon cas. Au moment des journées connues sous la rubrique « mai 68 » j’étais ici en France et non pas là-bas, en Argentine. Ici donc, où je venais d’être nommée assistante à l’Université de Nanterre, en 1967, dans le département de Sociologie que je n’ai jamais quitté jusqu’en 2006, et ayant eu pour étudiant Dany Cohn-Bendit et bien d’autres devenus célèbres. Université moderne, où les sciences humaines boudées par la vieille Sorbonne, étaient enseignées par les meilleurs spécialistes français et étrangers – dont Fernando Henrique Cardoso. Ces remarques pour écarter d’emblée toute vision misérabiliste de cette institution où surgissait également un Département d’Ethnologie de grande qualité. J’avais quitté l’Argentine à la fin de 1964, après la découverte et la répression au mois de février d’un foyer de guérilla dans le nord-ouest de ce pays, à deux kilomètres d’une plantation de canne à sucre où je menais, avec d’autres camarades une enquête de terrain en vue de rédiger ma maîtrise en ethnologie. Cela pour situer mon propos et mon regard. En quittant Buenos Aires pour m’inscrire en thèse avec Claude Lévi-Strauss, je m’interrogeai sur les banderoles que les ouvriers portègnes avaient accroché aux arbres de la place de Mai et qui annonçaient la prochaine visite du président de la République française à Buenos Aires : « De Gaulle y Perón, un sólo corazón ». Cela encore pour faire entendre la « musique » tricontinentale et décolonisatrice de l’époque. Sur l’autre rive, De Gaulle n’était pas le vieux Président austère qui traitait les troublions de « chienlit » mais celui qui avait tenu tête aux Etats-Unis.

2Si je relis mes archives, c’est-à-dire les lettres que mes camarades argentins m’écrivaient à l’époque – on s’écrivait beaucoup, de longues lettres pleines de nouvelles de toutes sortes, dans ces temps où Internet n’existait pas – je m’aperçois que l’Université et son alliance fugace avec le mouvement ouvrier qui attire la curiosité de mes amis. Mais la différence est grande entre la France et l’Argentine. Ici le mouvement part d’un établissement progressiste,  Nanterre, pour toucher un lieu symbolique, la Sorbonne, connue de tous les étrangers. En Argentine, et par ricochet en Amérique latine, l’Université avait déjà fait sa révolution en 1918, 50 ans auparavant, non pas à Buenos Aires qui était à l’époque l’une des plus riches villes du monde, mais à Córdoba. En 1918, et les mois qui précédèrent la réforme universitaire, la Reforma, la jeune génération inspirée par l’ « arielismo » de Rodó s’attaquait à l’enseignement sclérosé académique et réclamait une université novatrice, dynamique et ouverte sur la vie professionnelle. Rappelons que deux ans auparavant, en 1916, et pour la première fois, un président radical Hipólito Yrigoyen fut élu au suffrage universel. Les classes moyennes triomphaient dans les urnes et inondaient aussi l’Université.

  • 1  Silvia Sigal, Le rôle politique des intellectuels en Amérique latine, Paris, L’Harmattan, 1996.

3Le mouvement étudiant de la Réforme universitaire surgit donc en 1918 avec trois références obligées : la révolution russe, la guerre européenne et le suffrage universel. Il faut dire que cette Reforma eut une influence sur presque toutes les Universités d’Amérique latine. En quoi consistait-elle ? Citons les éléments principaux : laïcité, autonomie universitaire , participation tripartite et paritaire au gouvernement de l’institution (professeurs, étudiants et diplômés), rénovation des chaires, chaires parallèles, ouverture sur la société civile. Comme le dit très bien la sociologue Silvia Sigal, l’Université ne chercha pas à coller à l’Etat mais à s’en séparer1. Les partis politiques universitaires qui se réclamaient de la Réforme restaient prudemment en dehors des partis politiques. Les opposants aux réformistes formaient le groupe « Humanista », subdivisé aussi en fractions. Les uns et les autres revendiquaient l’auto-gouvernement universitaire sans contester toutefois son rôle de service public.

4La Reforma eut une influence immense sur la société et ce qui se passait à l’Université, les déclarations des centres et des instances de son gouvernement concernait la population entière. Quand à la fin de 1968 Edgar Faure présenta au Parlement sa loi sur l’autonomie des Universités françaises, celles d’Amérique latine, et en l’occurrence de l’Argentine, avaient déjà un passé très important de lutte contre les dictatures, de dynamisme et d’innovation. Je fais partie de cette tradition, ayant fait mes études supérieures en Argentine. J’ajoute que la participation des étudiants à cette gestion ne prit pas la forme ludique et insolente de celle des étudiants nanterrois de 68. Université démocratique, anti-impérialiste, laïque et progressiste, contre le carcan de la religion (là-bas et à cette époque, l’Eglise catholique traditionnelle). Cette Université qui avait été la mienne disparut en 1966 sous l’effet d’un coup d’état militaire du général Onganía.

5Le général Ongania ne fut pas seulement le fossoyeur de l’Université et le censeur des partis politiques, suspendus et baillonnés. Ce militaire borné entreprit une lutte implacable contre toutes les formes d’immoralisme : les minijupes et les cheveux longs des garçons furent des cibles de choix, ainsi que les manifestations bruyantes (et jugées par ce général scandaleuses) des avant-gardes artistiques. Nous retrouvons dans le cas argentin  la composante « liberté de mœurs » typique du mouvement de 68 en France et des « sixties » en général. Cette campagne morale fut contre-productive car elle favorisa la radicalisation de la classe moyenne, qui était celle qui peuplait les Universités (et non pas les enfants des riches). A Montevideo , la police envahit l’Université un peu plus tard, en août 1968. Cette Université fonctionnait elle aussi selon les grandes orientations de la Reforma. Cette intervention suivit de trois mois les mouvements des lycéens, d’abord pour protester contre la hausse des prix des transports, puis, de façon plus radicale, en alliance avec la classe ouvrière.

6L’onde de choc libéré en France en mai 68 atteignit le Mexique quelques mois plus tard et l’Argentine un an après, en mai 1969, dans cette même ville de Córdoba qui avait fait naître la Reforma : ce fut l’insurrection connue sous le nom de Cordobazo, événement qui ne correspondait pas à des luttes préexistantes, mené par des dirigeants ouvriers marxistes. Le Cordobazo marqua le début des troubles pour le retour de Perón et fut suivi, en mai 1970 d’un Cordobazo bis, le Viborazo, qui chassa du pouvoir le détesté général Ongania mais ouvrit la porte aux guérillas urbaines, aux courants divers, qui seront impitoyablement broyées à partir de 1974.

  • 2  Pierre Goldman, Souvenirs obscurs d’un Juif polonais né en France, Paris, Points Actuel, 1975.
  • 3  La bibliographie sur ces révoltes est vaste. Il convient toutefois de souligner l’intérêt de l’ouv (...)

7Voici donc pour le rappel très rapide des faits. En France les tentatives de militariser la lutte restèrent à l’état d’ébauche – voir à ce propos le témoignage de Pierre Goldman2, qui proposait la radicalisation du combat. En Argentine en revanche, comme en Italie et en Allemagne3, et plus près d’elle, l’Uruguay, la guérilla urbaine fut la conséquence des tensions de 1969 et de la liquidation de la vieille garde syndicaliste péroniste, dans la personne de Vandor, ouvrier métallurgiste assassiné. Le retour de Perón en 1973, porté par les militants des jeunesses péronistes et la branche armée des Montoneros, suit de peu le suicide d’Allende. La suite est connue. Perón n’a aucune intention de s’appuyer sur la jeune garde ; à sa mort sa femme Isabel assume le pouvoir et déclenche la répression des guérilleros et des marxistes. La dictature militaire (el Proceso) parachève ce travail. Ce n’est qu’en 1983, grâce à la guerre des Malouines, que la junte militaire sera démise de ses fonctions et la démocratie restaurée.

8Mais revenons à une esquisse comparative forcément superficielle :

  • 4  Alain Schnapp et Pierre Vidal-Naquet, Journal de la commune étudiante. Textes et documents. Novem (...)
  • 5  In Sigal, p. 268.

9temporalités : elle sont de divers ordres. On y décèle tout d’abord la longue durée des représentations et des mythes. En France, la Révolution française, les barricades de 1848, la Commune, le Front populaire, la guerre d’Espagne, l’occupation (plus que la libération), la guerre d’Algérie, et, surtout, l’évolution du parti communiste. En Argentine les références sont moins anciennes, encore qu’il y ait eu l’évocation des « montoneras » insurgées contre le gouvernement central, qui donneront le nom au groupe armé Montoneros, et, en Uruguay, l’insurrection indigène de Tupac Amaru contre les Espagnols, d’où le groupe guérillero Tupamaro tire sa dénomination. Plus proches des événements, la contestation allemande menée par Rudi Dutschke contre la dictature du Chah d’Iran et celle, plus subtile, de la toute-puissante presse dont un des organes était Der Spiegel, intéresse en premier lieu les étudiants français, sans doute en raison des origines franco-allemandes de Cohn-Bendit. Rappelons, même si c’est une évidence, que la guerre froide se joue en Europe sur le front de Berlin, et que la contestation politique vise des pays et des frontières aujourd’hui disparus : la DDR, le mur de Berlin et l’URSS. Le Che Guevara fait partie des héros loués par la jeunesse contestataire sans doute par l’image non conformiste qu’il a donné de lui-même :  « Etre guévariste en France veut également dire combattre tous les aspects de l’oppression de classe, remettre en cause toutes les valeurs de la société bourgeoise »4 . L’iconographie christique guévariste contribue à l’idéalisation du guérillero, mort en Bolivie en 1967. Le Che est présent aussi en Argentine et son assassinat envahit le champ émotionnel de la mémoire. Cependant en Argentine, comme probablement ailleurs en Amérique latine, on retient surtout sa fermeté face à ses adversaires, ses condamnations à mort et le « paredón » - mur des fusillés – nécessaire et salutaire pour que  « l’homme nouveau » puisse émerger et s’épanouir. Cette idée d’homme nouveau rejoint la croyance fortement répandue dans les mouvements populistes de l’homme providentiel. Perón lui-même, dans son livre « La Hora de los Pueblos » (1968) énonçait les grands principes de la tricontinentale : « Mao est à la tête de l’Asie, Nasser de l’Afrique, De Gaulle de la vieille Europe et Castro de l’Amérique latine »5.  Alors qu’en France la contestation est placée sous le signe de l’internationalisme, en Argentine la récupération de la « patrie », « vendue » par les militaires et l’oligarchie, est mise  en avant par les insurgés. Inversement les forces de répression font également allusion à cette patrie bafouée par le marxisme (dans un sens très général qui englobe aussi des groupes armés qui ne se revendiquent pas du marxisme). En Argentine, plus qu’en France, Franz Fanon est une figure majeure. Alors que le mouvement des Noirs américains a une influence très grande sur les militants argentins, il est à peine mentionné dans la vaste documentation produite par A. Schnapp et Vidal-Naquet.

  • 6  Parmi les livres qui décrivent des aspects de cette culture de jeunes des années soixante, citons (...)

10Un autre aspect « temporel » est celui du contexte politique et culturel de l’époque. Outre la guerre froide, les menaces nucléaires et la décolonisation, il y a dans les années soixante l’apparition de la jeunesse comme acteur social. Les cultures jeunes, générationnelles, ayant leurs propres références, s’imposent partout, reliant le militantisme politique au refus, à la marginalité, à l’habillement et à une certaine musique6.  D’autre part, le temps intérieur des acteurs (jeunes ou vieux) est en soi porteur de vérité.

11• la dimension sacrificielle : apparaît assez marquée dans la génération de 68. En France, le texte hallucinant de Pierre Goldman, « Souvenirs obscurs d’un Juif polonais né en France », homme asocial, militant de l’Union des Etudiants communistes passé au petit gangstérisme, parle à juste titre, pour expliquer son engagement et celui de ses camarades, d’une « génération privée d’histoire », d’un « désir d’histoire ». En Amérique latine, le slogan  « Patria o muerte » traduit bien cet aspect. Contrairement à ce qui a été écrit souvent, l’hédonisme n’est jamais coupé du « sacrifice ».

12la fibre religieuse : dans le recueil documentaire de Schnapp et Vidal Naquet, il n’y a pour ainsi dire pas de références à l’Eglise catholique, mais il convient de citer deux documents, l’un d’un collectif de l’Université de Strasbourg, l’autre signé par des prêtres de la région parisienne dans l’optique  du courant animé par le Père Marty. Les clivages au sein de l’Eglise sont considérables. Les revues françaises Esprit  et Etudes en témoignent.  En Amérique Latine la Conférence de Medellin (1968) ouvre la voie aux courants les plus progressistes du clergé (dont un nombre non négligeable seront massacrés en Argentine par la junte militaire de 1976). Chez les révolutionnaires « marxistes » il y a aussi du « religieux » et de l’ « intégrisme », comme tous ceux qui ont vécu cette époque peuvent certifier.

13 iconographie : parmi les images qui ont marqué l’époque, citons le milicien espagnol blessé à mort et photographié par Robert Capa; la photo du Che avec son béret (1960) ; l’assassinat de Luther King (avril 1968) ; le geste narquois de Cohn-Bendit face au CRS ; les poings levés des militants noirs aux JO de Mexico en octobre, Tommy Smith, médaille d’or et John Carlos, argent. En Argentine les portraits de Peron et d’Evita et les drapeaux, dominent l’iconographie révolutionnaire.

14société de consommation en Europe / théorie de la dépendance en Amérique Latine Le mouvement de mai 68 est  né dans un pays très riche qui se récupère de la défaite de 1940 et de Vichy. Le travail ne manque pas et on peut se donner le luxe de défendre le droit à la paresse. Le cinéma de Jean-Luc Godard, le livre de Georges Pérec, Les Choses, entre autres, dénoncent l’ennui et la futilité du monde des objets. Dans le département de Sociologie de Nanterre, Jean Baudrillard  rédige une thèse sur le fétichisme des objets, qui deviendra « Le système des Objets », paru chez Gallimard en 1968. Ce livre préfigure la « post-modernité ».  Alors que le mouvement de mai fait peu de place aux questions ethniques, en 1971 paraît un ouvrage sur les Indiens de l’Amérique latine qui fera date, ici et là-bas : « La vision des vaincus » de Nathan Wachtel. La théorie de la dépendance et le colonialisme interne, deux thématiques fortes en Amérique latine, s’enrichissent, grâce à N. Wachtel, de la notion de « résistance ».

15En Amérique Latine, le film-culte est « La bataille d’Alger » de Pontecorvo, et il est inutile de dire que les populations ne sont pas écrasées par la sur-consommation...

Haut de page

Notes

1  Silvia Sigal, Le rôle politique des intellectuels en Amérique latine, Paris, L’Harmattan, 1996.

2  Pierre Goldman, Souvenirs obscurs d’un Juif polonais né en France, Paris, Points Actuel, 1975.

3  La bibliographie sur ces révoltes est vaste. Il convient toutefois de souligner l’intérêt de l’ouvrage d’Anne Steiner et Loïc Debray, La fraction armée rouge. Guérilla urbaine en Europe occidentale, Paris, Méridiens, Klincksieck, 1988, une étude fondée sur des interviews de première main.

4  Alain Schnapp et Pierre Vidal-Naquet, Journal de la commune étudiante. Textes et documents. Novembre 1967-juin 1968, Paris, Le Seuil, 1988, p. 391.

5  In Sigal, p. 268.

6  Parmi les livres qui décrivent des aspects de cette culture de jeunes des années soixante, citons Jean Monod, Les Barjots, Paris, Julliard, 1968  et le remarquable ouvrage collectif : Ragazzi senza tempo. Immagini, musica, conflitti delle culture giovanili, Genova, Ed. Costa & Nolan, 1993.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Carmen Bernand, « D’une rive à l’autre », Nuevo Mundo Mundos Nuevos [En ligne], Matériaux de séminaires, 2008, mis en ligne le 15 juin 2008, consulté le 21 décembre 2014. URL : http://nuevomundo.revues.org/35983 ; DOI : 10.4000/nuevomundo.35983

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page