Navigation – Plan du site
Olivier Compagnon

Alessandro Stella, Histoires d'esclaves dans la péninsule Ibérique, Paris, Editions de l'Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales, 2000, 213 p.

[07/02/2005]

Entrées d’index

Géographique :

Espagne, Portugal

Chronologique :

XVIIe siècle, XVIIIè siècle
Haut de page

Texte intégral

1Historien et chercheur au CNRS, Alessandro Stella forme avec ce livre le projet de renouveler l'histoire de l'esclavage en Espagne et au Portugal, et ce à deux titres au moins : d'une part en privilégiant des sources dans lesquelles l'esclave n'est plus seulement l'objet d'interventions extérieures (actes de ventes ou d'affranchissements), mais vaut réellement pour sujet (actes de mariage, testaments, etc.) ; d'autre part en rompant avec une historiographie qui englobait volontiers les esclaves en un tout générique et statistique au mépris de l'originalité des parcours individuels. Cette démarche compassionnelle, très largement redevable à la micro storia italienne d'un point de vue méthodologique, aboutit à un ouvrage comme il en existe finalement peu, mêlant avec bonheur rigueur scientifique et sens de la narration.

2Un premier niveau de lecture offre une mise au point efficace sur le phénomène de l'esclavage dans la péninsule Ibérique, dont on ne peut que souligner l'importance quand on se souvient par exemple que 15% de la population de Cadix appartenait à cette catégorie à la charnière des XVIIe et XVIIIe siècles. En multipliant les angles d'approche, l'auteur ne laisse guère d'aspects inexplorés au terme de cet ouvrage : de la géographie de la traite à la mise en valeur de la force de travail que représentent les esclaves, des pratiques sociales d'êtres marginalisés toujours en quête de reconnaissance et d'intégration à leurs comportements démographiques, Alessandro Stella brosse un tableau d'autant plus convaincant qu'il intègre des histoires de vie parfois étonnantes. Citons ainsi le cas de Maria Rosa del Carmen, barbaresque née à Oran et réduite en esclavage avec sa mère à Malaga, affranchie au début du XVIIIe siècle, deux fois mariée avec de pauvres hères sans le sou, qui parvient pourtant à se faire une place dans le monde des affaires de Cadix… et finit par acheter une mulâtresse pour se décharger des tâches ingrates de la domesticité.

3A un second niveau de lecture, cet ouvrage participe à la réflexion sur les identités dans la péninsule Ibérique à l'époque moderne. La figure de l'esclave constitue en effet un prisme précieux au travers duquel on distingue les paradoxes de la société espagnole, qui se pense et aime à se dire pure bien qu'elle soit déjà en réalité le produit de métissages issus du Moyen-Age, et qui cherche coûte que coûte à préserver cette pureté sans en avoir réellement les moyens. L'Espagne moderne est finalement contrainte d'accepter avec les affranchissements et l'ascension sociale de certains anciens esclaves une nouvelle injection de métissage, sans que cela n'altère le discours de l'identité originelle, blanche et catholique, dont onperçoit au bout du compte la nature fictive et artificielle.

4A un troisième niveau de lecture enfin, ce livre contribue efficacement à la réflexion méthodologique sur les liens qu'entretiennent la démarche biographique d'une part et l'histoire sociale d'autre part. L'auteur évite en effet l'écueil d'une histoire prisonnière d'une définition a priori du groupe esclave, qui gommerait l'originalité et la diversité des trajectoires personnelles, sans pour autant verser dans la juxtaposition pure et simple d'histoires de vie, qui rendrait finalement impensable le groupe esclave. Autrement dit, ce n'est pas le moindre mérite d'Histoire d'esclaves dans la péninsule Ibérique que de donner à penser sur la manière d'aborder ensemble les notions d'individu et de groupe.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Olivier Compagnon, « Alessandro Stella, Histoires d'esclaves dans la péninsule Ibérique, Paris, Editions de l'Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales, 2000, 213 p. », Nuevo Mundo Mundos Nuevos [En ligne], Comptes rendus et essais historiographiques, mis en ligne le 07 février 2005, consulté le 17 octobre 2017. URL : http://nuevomundo.revues.org/370

Haut de page

Auteur

Olivier Compagnon

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Nuevo mundo mundos nuevos est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page