Navigation – Plan du site
Apocalypto
Boris Jeanne

Mel Gibson contre le boulevard Raspail

Apocalypto à l’épreuve d’un séminaire américaniste
[16/03/2007]

Entrées d’index

Mots clés :

cinéma, mayas, Gibson, Apocalypto

Palabras claves :

americanismo
Haut de page

Texte intégral

1Que peuvent faire les historiens et les anthropologues spécialistes de l’Amérique face à la puissance médiatique et commerciale d’Apocalypto, le dernier film de Mel Gibson, produit par Buena Vista (c'est-à-dire Disney) et ayant déjà engrangé plus de 50 millions de dollars de recette avant même sa sortie en France ? Le cinéma est un art du présent, et quelle que soit l’exactitude de la reconstitution historique qu’il prétend parfois présenter, il demeure un puissant vecteur d’analyse de la société contemporaine. Mais ses images construites présentement font souvent écho à des images construites dans le passé, et c’est pourquoi le séminaire de Serge Gruzinski sur les sociétés coloniales américaines aux XVIe-XVIIe siècles s’ouvrent très souvent, à 9h tous les mercredis matin au 105 boulevard Raspail, sur un ou des films dont les procédés sont comparables aux sources traitées par le séminaire. Surtout quand un film a autant trait aux cultures méso-américaines qu’Apocalypto

2Dans la communauté scientifique internationale, deux réactions ont dominé les débats. Ce qui choque évidemment en premier lieu les spécialistes, c’est la superposition entre l’âge classique maya (celui des cités-États) et le post-classique maya (celui du dépeuplement) voire aztèque (pour le millénarisme), rendue d’autant plus voyante que le film se termine par l’arrivée des Espagnols… Ensuite, on a voulu rappeler que les Mayas n’étaient pas si violents, et si violence il y a eu c’était au cœur d’un contexte cosmologique que le film ne prend jamais le temps de préciser. Cependant, le film suscite aussi un intérêt inédit pour une culture très peu montrée en dehors des dépliants des tour-operators – qui se bornent eux-mêmes à ne montrer que les pyramides mayas – et outre-Atlantique on parle même de ce film comme d’un moyen pour enseigner l’histoire de la Méso-Amérique, voire d’appuyer les demandes de justice sociale des peuples natifs.

3En France, un journal du soir a voulu y voir un divertissement efficace et une dénonciation de l’Amérique « ingérente » de Bush. On oublie de pointer que le film tombe dans un plaidoyer pour le repli communautariste et familial, comme dans Le Patriote, un précédent film de Mel Gibson. Quant à l’efficacité du divertissement, le film est effectivement calibré comme n’importe quel blockbuster : 20 minutes d’action puis 20 minutes de transition, dans un enchaînement linéaire de 2h20 ramenant au point de départ (le piège qui neutralise l’ennemi final du héros est celui utilisé pour prendre le tapir dans la séquence d’introduction).

4Surtout, on ne peut pas analyser ce blockbuster sur le seul mode de l’entertainment, puisque dès le titre (apocalypto est un mot grec signifiant révélation) on sait qu’il s’agit de montrer quelque chose de caché : il y a une intention, qui n’est pas seulement de divertir. Petit think-tank bigarré bien conscient de la chose, le séminaire de Serge Gruzinski s’est dont attaché à saisir cette intention pendant l’introduction des trois premières séances de janvier 2007. À aucun moment la liberté de création du cinéaste n’est limitée par une docte assemblée croyant détenir la vérité historique – mais l’historien n’a pas non plus à être gêné de donner son avis sur le cinéma alors que le cinéaste donne son avis sur l’histoire !

5La force d’un séminaire américaniste soumettant un film à son analyse est d’abord la précision dans l’appréhension des distances entre ce que montre le film et la réalité qu’il prétend décrire, du moins telle que les sources nous permettent de l’atteindre.

6La juxtaposition de plusieurs époques de la civilisation maya est évidente, mais il faut lui donner sens. Les captifs d’Apocalypto croisent une petite fille qui a « le Mal » dans leur transfert vers le centre cérémoniel où ils seront sacrifiés, ce qui s’est effectivement produit, mais pas à l’époque classique (VIe-IXe siècles) que montrent les grandes constructions urbaines du film. La référence au dieu Kukulkan va en ce sens : Gibson filme plutôt les Mayas post-classiques (ceux de Chichen Itza, après le Xe siècle), voire des Lacandons de la forêt (héritiers des grandes civilisations qui ont périclité), mais les place dans un contexte de domination en décalage de plusieurs siècles. Cela rend pourtant moins absurde l’anachronisme des Espagnols apparaissant à la toute fin du film (années 1510)...

7Concernant l’urbanisme maya, critère de civilisation généralement mis en avant, une scène s’avère plutôt réussie : la construction de la ville par des esclaves – ainsi que toute la conduite des captifs attachés entre eux. Mais derrière l’espace sacrificiel, les charniers aux consonances nazies n’étaient sans doute pas nécessaires. Par ailleurs, les responsables de cette politique de mort, le clergé maya manipulateur et sacrificateur, ressortent d’un cliché des chroniqueurs de l’époque de la conquête. Et Apocalypto lorgne plutôt du côté des Aztèques que des Mayas sur ce point, dans une confusion que produisait déjà un long métrage d’animation produit par Disney (La route d’El Dorado, 2000) – ce qui au final, ajouté au fait que le tournage a eu lieu à Vera Cruz, donne un côté fortement « mexicanisé » au film, dans un sens nationaliste.

8Le choix de la langue « maya », quelle qu’elle soit (une vingtaine de dialectes avaient cours dans l’aire maya, Gibson a choisi le yucatèque ancien, renforcé de yucatèque moderne au besoin), donne cependant une ambiance au film, que n’aurait sans doute pas permis l’usage de l’anglais. Pour autant, il demeure étonnant que tous ces hommes se comprennent sans problème : Gibson imagine cette langue maya comme une koiné comparable à la langue anglaise de sa propre époque.

9Mais dans ce séminaire, on n’a pas voulu s’en tenir au relevé des détails historiques défectueux d’Apocalypto – l’analyse a été poussée vers le danger social que constitue la dérive de l’histoire comme discipline scientifique. Le problème n’est pas que Gibson présente une version de l’Histoire imparfaite et reconstruite en fonction de ces marottes (le repli sur la famille face à l’ingérence cruelle des étrangers, le déclin inévitable des empires), mais bien que ce type de vision complètement dépassée dans la recherche puisse perdurer auprès du grand public. Il s’agit de pointer la faiblesse des historiens à s’imposer non pas à Mel Gibson, mais à l’ensemble de la société – car l’histoire sert justement à dissiper ce type de malentendu.

10Ainsi, aucune contextualisation de la violence présentée par le film n’est proposée : l’imagerie maya d’Apocalypto sert une vision traditionaliste de la civilisation maya, qui était celle des Espagnols de la conquête, une vision chrétienne qui justifie l’asservissement de ces peuples bâtisseurs mais primitifs et décadents, un discours réducteur et raciste. Au contraire, La Passion, précédent film de Mel Gibson tourné en araméen, était certes un spectacle sado-masochiste (renvoyant d’ailleurs au dolorisme de la piété espagnole), mais disposait tout de même d’un arrière-plan connu du public occidental (les Évangiles), ce dont les Mayas d’Apocalypto ne bénéficient jamais. Les références de ce public ne sont pas celles de la guerre fleurie, mais plutôt la seconde guerre mondiale et l’holocauste, voire l’actuelle guerre en Irak. Et le film est dédié à… Abel : la violence est donc au cœur de l’être humain pour Mel Gibson, que l’on soit Maya ou autre.

11On pourrait alors se demander à l’aide de ce film ce qu’est la violence dans une société, mais là où Las Casas écrivait sur le sacrifice humain que c’est tout de même le meilleur moyen d’honorer Dieu, Mel Gibson se contente de montrer un acte gratuit dont le héros n’est sauvé que grâce à une éclipse directement empruntée à Tintin et le temple du soleil, référence pour le moins européocentrée ! Les Espagnols ne sont pas vus comme des sauveurs non plus : leur apparition spectrale, crucifix et missionnaire à la proue de la chaloupe, montre aussi que Gibson, fondamentaliste catholique opposé à Vatican II, ne se reconnaît pas dans l’Église de Rome. Son héros leur tourne le dos et s’enfonce dans la forêt…

12Malgré le choix d’un sujet montrant des natifs américains, Apocalypto n’est donc à aucun moment un film New Age. C’est un film évolutionniste, où les chasseurs-cueilleurs sont mangés par les guerriers, dans une vision très linéaire de l’Histoire, consacrant la défaite de la discipline historique à faire évoluer ce schéma vers la nuance. L’histoire maya est restée celle des chroniqueurs de la conquête, malgré la production scientifique des historiens mexicains, ou même celle des grands centres universitaires des États-Unis – le conseiller historique de Mel Gibson est Richard Hansen, de l’Idaho State University.

13Pour autant, la discussion a rebondi non pas sur l’exigence de véracité historique dans la fiction, mais plutôt sur la fiction utilisable comme une ressource inévitable de l’histoire. L’historien doit savoir éviter, pour son propre travail, la lourdeur retrouvée dans le film historique façon Si Versailles m’était compté : il faut parfois faire appel à l’imagination pour passer outre les lacunes documentaires. On peut imaginer pour donner à voir le vrai historique, pas toujours atteignable au moyen des seules archives, mais alors sans donner dans la projection de problèmes contemporains sur le passé comme le fait Sofia Coppola transformant Marie-Antoinette en personnage de The Virgin Suicides

14Ainsi Apocalypto, par défaut d’imagination et en raison de choix idéologiques, est déjà daté, alors que des fictions utilisant l’histoire comme cadre narratif pour mettre des intrigues en situation peuvent être d’une étonnante pertinence. Dans la série télévisée Rome, coproduite par HBO et la BBC, sexualité (non chrétienne), violence (nette), et religion (très individuelle) tiennent les rênes d’une intrigue mêlant des personnages du commun à la très grande histoire (l’affrontement César contre Pompée dans la saison 1). Une autre série télévisée, Deadwood, produit ce même effort en montrant une conquête de l’Ouest américain particulièrement dénuée de valeurs morales autres que celle de la réussite individuelle. Il n’est sans doute pas inutile de rappeler au public américain, principal exportateur actuel de civilisation et de démocratie, que sa base historique n’est pas aussi vertueuse que ce que nombre de westerns ont voulu montrer, en installant dans les esprits américains une dynamique fondamentalement expansionniste : c’était aussi ce que voulait critiquer Apocalypto, mais au prix d’une condamnation générale des civilisations dont les Mayas ont incidemment fait les frais.

Haut de page

Table des illustrations

URL http://nuevomundo.revues.org/docannexe/image/3808/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Boris Jeanne, « Mel Gibson contre le boulevard Raspail », Nuevo Mundo Mundos Nuevos [En ligne], Images en mouvement, 2007, mis en ligne le 16 mars 2007, consulté le 19 octobre 2017. URL : http://nuevomundo.revues.org/3808

Haut de page

Auteur

Boris Jeanne

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Nuevo mundo mundos nuevos est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page