Navigation – Plan du site
Les deux rives latines de mai 68 – Séminaire coord. par Capucine Boidin et Frédérique Langue, MAL, 2 juin 2008
Michelle Zancarini-Fournel

1968, deux rives atlantiques revisitées en 2008

[11/09/2008]

Notes de la rédaction

Intervention présentée dans le cadre du séminaire « Histoire et anthropologie des sensibilités (Amérique latine-Europe) » (EHESS, coord. Capucine Boidin, Frédérique Langue), séminaire spécial « Les deux rives latines de mai 68, Maison de l’Amérique latine, avec la participation de Carmen Bernand, Olivier Compagnon, Michelle Zancarini-Fournel, 2 juin 2008.

Texte intégral

1Dans le cadre de ce séminaire sur l’histoire et l’anthropologie des sensibilités, je me suis efforcée de réfléchir à la manière dont la discipline historique avait abordé la question des sensibilités. En 1953, Lucien Febvre écrivait que le rapport entre le sensible et l’histoire était un sujet neuf. Plus d’un demi-siècle plus tard, nous pouvons nous demander comment la réflexion historienne a progressé : en 1987, un recueil d’articles sur La sensibilité dans l’histoire (Brionne, Gérard Monfort éditeur) regroupait en fait des textes relativement anciens de Lucien Febvre, ainsi que des textes des historiens des mentalités, dont le concept commençait à être mis en cause. Georges Duby qui, en 1974, ne trouve pas le mot de mentalités très satisfaisant – mais il l’emploie cependant pour définir des “mentalités de groupe”- note dans Aujourd’hui l’histoire qu’il faut s’intéresser aux signes, aux images, aux emblèmes, aux rituels, aux modèles culturels qui se transmettent entre générations, aux systèmes de valeurs et on perçoit ici l’influence de l’anthropologie. Lucien Febvre, en 1953, faisait le lien entre sensibilité, vie affective et émotions - en particulier les “émotions contagieuses” c’est-à-dire des réactions collectives à un événement ; il oppose également les activités émotionnelles aux activités intellectuelles. La question des émotions a été développée en histoire politique dans différentes périodes historiques, comme en science politique. Alain Corbin a développé quant à lui, une histoire des sens et du corps. Aujourd’hui, la problématique des sensibilités se développe autour de l’histoire de l’intime, de l’histoire du corps, à partir en particulier des formes diverses de “l’écriture de soi. L’histoire des sensibilités dessine donc les contours de l’espace privé et de l’espace public.

2Ces questionnements se retrouvent dans l’histoire telle que nous l’avons construite avec Philippe Artières dans le livre collectif 68 une histoire collective, que nous avons dirigé (La Découverte, 2008). En m’interrogeant sur les points qui pourraient être communs aux deux rives latines de 68, objet aujourd’hui de ce séminaire, j’ai choisi de privilégier plusieurs questions appuyées sur les différentes contributions : celle des émotions collectives et du rapport avec l’opinion publique ; celle de la libération des corps : libération sexuelle ou déplacement des normes ? La question de la violence des différents acteurs et actrices (l’Etat, les forces de l’ordre mais aussi les manifestants et les membres d’organisations politiques) ouvre le problème de l’avenir de la violence sur le plan individuel (les suicides de militants à la fin des années 68). Enfin la question du silence et de l’incommunicabilité de l’expérience et de la transmission intergénérationnelle sera abordée.

La question des émotions collectives et le rapport avec l’opinion publique

  • 1  Marie-Françoise Lévy et Michelle Zancarini-Fournel, “La légende de l’écran noir : les événements d (...)

3En mai-juin 1968, les vecteurs de la circulation des émotions collectives et de la construction des événements sont les radios “nationales” et les radios dites “périphériques” comme Radio Luxembourg et Europe1, la télévision (qui n’a jamais été muette, contrairement à une idée reçue récurrente) et la presse (les quotidiens nationaux, la presse quotidienne régionale)1. Au-delà d’une mosaïque contestataire très diversifiée sur le territoire, est posée la question de la nationalisation de l’événement et de ses effets ultérieurs, en retour, sur les scènes locales et régionales. Au fil des années, les témoignages, les images et les commémorations successives, ont fait des combats des étudiants contre la police au Quartier latin l’essentiel de l’histoire de Mai.

Premier moment d’émotion nationale : du 3 au 11 mai

  • 2  Maurice Grimaud, En mai fais ce qu’il te plaît, 1977,p. 85, était persuadé - à tort - que l’annonc (...)
  • 3  AN 870589 article 11 : il s’agit, après le journal du 11 mai du plus fort taux d’écoute du mois po (...)
  • 4  AD Loir et Cher, 1269W243, rapport du sous préfet au préfet 13 mai 1968.

4De fait, les événements du 3 mai (l’occupation de la Sorbonne par la police et les premières manifestations violentes) font le lendemain même, la une de toute la presse2, y compris de la presse régionale et des JT de la télévision, très suivis ce jour-là3. Dès le lendemain donc, l’ensemble des médias contribue à construire l’événement comme un phénomène important de la vie politique française. Dans la première phase de la crise jusqu’au 11 mai, les médias ont donc contribué à promouvoir la centralité de la révolte étudiante dans l’opinion publique en soulignant les tergiversations et l’impuissance du gouvernement. Enfin les reportages ininterrompus des radios dans la nuit du 10 au 11 mai – “la nuit des barricades” – ont conduit à la formation d’une émotion nationale faisant sortir la contestation du ghetto étudiant. Dans le processus de mobilisation en réaction aux événements parisiens la question de l’information est primordiale : par exemple, la carte nationale des manifestations lycéennes déborde largement celle des villes universitaires. Les lycéens, informés par les radios et la télévision4, se mobilisent spontanément ou parfois avec l’aide d’adultes, étudiants, surveillants ou jeunes professeurs. Leur présence dans l’espace public les premiers jours de mai, y compris dans de petites villes, contribue à nationaliser la contestation, l’acclimate jusqu’au coeur des familles sur tout le territoire et lui donne une figure proche, plus amène que celle des affrontements du Quartier latin. Elle contribue aussi dans un premier temps à la bienveillance de l’opinion publique.

Deuxième moment d’émotion nationale : du 24 au 30 mai

5Ouverte le 24 mai par la recrudescence de la violence manifestante dans la rue (après l’interdiction de séjour signifiée à Daniel Cohn Bendit), une violence qui dégénère en “émeutes” à Paris et dans certaines villes de province ; Ouverte également et contradictoirement, par l’annonce de négociations syndicales et patronales sous la houlette du Premier ministre, rue de Grenelle (25-27 mai), la crise politique se clôt le 30 mai avec l’intervention du Président de la République dont l’éclipse, la veille, avait créé surprise et désarroi. L’annonce à la radio (médium gaulliste de prédilection depuis l’Appel du 18 juin 1940) de la dissolution de l’Assemblée nationale et de la tenue de nouvelles élections, ouvre la voie au compromis républicain. Dans le courant du mois de mai, l’opinion publique devient un instrument de légitimation politique, autour des notions de majorité et de minorité.

  • 5  Yannick Guin, La commune de Nantes, Maspéro, 1969. Ouest unité, (mensuel d’information du PS) “en (...)

6Le jeudi 23 mai, l’utilisation des fréquences attribuées aux radios permettant aux reporters d’assurer le suivi en direct des manifestations est suspendue. Le différé permettait le contrôle de l’information par des coupures éventuelles et changeait le caractère du reportage, modifiant les intonations, le débit, les voix des journalistes. La journée du 24 mai est cruciale à Paris, comme dans les villes de province. A Nantes, le 24 mai, paysans, étudiants, et ouvriers se rejoignent dans un cortège précédé symboliquement par un tracteur surmonté de l’inscription “Place au peuple”. Les photographies largement diffusées contribueront à forger le mythe nantais – toute une ville, devenue “La Commune de Nantes” unie contre le pouvoir5. Des violences se produisent toute la nuit dans la ville. Le lendemain, les dirigeants du syndicalisme agricole se désolidarisent de ces actes et désavouent les dégâts commis la veille.

  • 6  Dont celles du préfet de région : sa fermeté est appréciée au ministère de l’Intérieur puisque son (...)

7A Lyon la situation est bien différente du point de vue des alliances et aussi de la conduite et des conséquences de la manifestation. L’hostilité de la CGT impose aux autres syndicats et partis de gauche de renoncer à toute initiative commune avec les étudiants. Les policiers sont pris en tenaille entre deux groupes de manifestants près du pont Lafayette. C’est dans ces circonstances qu’un commissaire est renversé par un camion chargé de pierres, venu des rangs des manifestants. Premier mort de mai, et du côté des forces de l’ordre. Cette mort est encore aujourd’hui l’objet d’une vive controverse et de récits contradictoires. Des violences se déroulent, de part et d’autre, jusqu’à trois heures du matin : vitrines brisées de magasins parfois mis à sac, incendies et chocs (et bruits) des grenades, mais aussi “ratonnades” (terme employé alors, et venu de la Guerre d’Algérie) et descentes policières dans les “meublés nord-africains” du centre ville. Le lendemain, la ville est sous le choc. L’ambiance est pesante, accentuée par l’absence de nouvelles en raison de la grève des quotidiens régionaux. Perquisitions, arrestations et déclarations alarmantes se multiplient6 et provoquent l’affolement de la population, que traduisent des réflexes d’angoisse, de peur de la pénurie et du rationnement. La CFDT parle de “psychose de guerre civile”.

  • 7 Le Monde, 14-15 juillet 1968.

8Interdite par le ministère de l’Intérieur, la manifestation appelée à Paris par l’UNEF et le Mouvement du 22 mars, éclate en plusieurs groupes, (l’un d’entre eux tente de mettre le feu à la Bourse, symbole du capitalisme) qui se regroupent en fin de soirée au Quartier latin où se produisent des affrontements violents avec construction de barricades, voitures brûlées, magasins saccagés et commissariats attaqués. Dans la nuit, un jeune homme est tué par un éclat de grenade dans la région du coeur - l’enquête le révèle (très discrètement) en juillet7- mais le décès est annoncé sur le champ comme provenant d’un coup de couteau des manifestants. La dénonciation de “la pègre” est alors présente aussi bien au ministère de l’Intérieur que dans les colonnes de L’Humanité-Dimanche le 25 mai. On voit là une volonté très nette de dramatisation des événements qui se noue autour du corps des deux morts, attribués aux manifestants et qui occulte les violences policières de tous ordres. L’énonciation du qualificatif “guerre civile” par le Premier ministre pour caractériser la situation dans la rue, vise à faire basculer l’opinion publique en démontrant que la violence a changé de camp. Après les émeutes du 24 mai et l’échec du protocole de Grenelle, le discours du général de Gaulle et la manifestation de soutien qui suit le 30 mai, est l’acmé de la nationalisation de l’événement. L’appellation Mai 68 clôt en apparence la séquence et le mois de juin est souvent absent des récits et des commémorations diverses.

Violences sur des scènes locales (et ouvrières) en juin 68

  • 8 Paris Normandie, 7 juin 1968.
  • 9  Grimaud, En mai fais ce qu’il te plaît, 1977, p.305.

9En juin, la poursuite des grèves, due à la difficulté de négocier dans certaines entreprises, donnent lieu à des violences tardives autour des usines d’automobiles qui font plusieurs morts. Les violences politiques du mois de juin ne font cependant pas événement sur la scène nationale. A l’usine de Renault-Flins dans les Yvelines, dans la nuit du 6 au 7 juin, un millier de CRS entourent l'usine8. Des affrontements dans les communes et dans les champs qui entourent l'usine ont lieu avec des ouvriers de l'entreprise et des étudiants venus en renfort. Des lycéens ont été poussés à se jeter à l'eau à la suite de l'intervention soudaine des gendarmes : Gilles Tautin, 17 ans, élève au lycée Mallarmé à Paris, est mort noyé. Ce qui provoque de violentes manifestations de jeunes à Paris et dans plusieurs villes de France9. Mais l’annonce de cette mort et le récit des manifestations sont recouverts par les nouvelles de la campagne électorale qui a débuté le 10 juin.

  • 10  Sur Peugeot-Sochaux, voir la maîtrise de Nicolas Hatzfeld, université de Paris 8 1985. Archives BD (...)

10Comme à Flins, les violences policières à Peugeot-Sochaux, provoquent non seulement la reprise du mouvement localement, mais aussi deux morts et de nombreux blessés10. Le lundi 10 juin, tout dérape à ce moment-là avec l'intervention des CRS et des gardes mobiles au milieu de la nuit du 10 au 11 juin. Un des CRS, isolé, tire au pistolet mitrailleur sur un ouvrier de 24 ans, Pierre Beylot. A la fin de la journée, un autre ouvrier, déséquilibré par une grenade offensive, tombe d'une murette et meurt d'une fracture du crâne. Symboliquement, plusieurs centaines de personnes prennent alors d'assaut le Cercle Hôtel, bâtiment de prestige de la direction de l'entreprise et pillent ou cassent bouteilles d'apéritifs et de vins fins. Aux deux morts, s'ajoutent quatre-vingt blessés dont plusieurs amputés à cause des grenades. L'usine ne fonctionnera de nouveau que le 21 juin, après 31 jours d'arrêt du travail. A Flins comme à Sochaux, l'intervention policière avait pour but de casser le mouvement et d'imposer la reprise du travail dans ces deux bastions symboliques de l'automobile.

11Mais à la différence de ce qui s’est passé au début du mois de mai, ces émotions qui provoquent localement l’adhésion de la population ne font pas événement sur le plan national où c’est la campagne électorale qui domine les esprits (il en est de même lors de l’assassinat d’un colleur d’affiches du PCF, Marc Lanvin, à Arras à la veille du second tour des législatives. Il en est aussi de même du jeune qui est abattu dans sa voiture d’une balle dans la nuque à proximité d’un émetteur de télévision dans le Calvados le 30 mai, mort totalement oublié). Au total donc sept morts (cinq directes ou indirectes du fait des forces de l’ordre, une des opposants des CDR et une (la première chronologiquement) du côté des forces de l’ordre et attribuée aux manifestants le 24 mai à Lyon.

12L’oubli de ces cycles d’émotions en mai-juin fait perdurer la légende qu’il n’y a pas eu de violences ni de morts en 1968. La comparaison est souvent faite avec Mexico. Pour ne pas parler de l’opinion publique après le coup d’Etat de 1973 au Chili.

13L’explication des événements de 1968 par un mouvement hédoniste, individualiste et libéral-libertaire a été avancée dès 1978 par Régis Debray et confirmé par Lipovetski en 1983 et par Renaut et Ferry en 1985. Points de vue déconstruits systématiquement récemment par Serge Audier dans La pensée anti-68 (2008).

La question de la violence des différents acteurs et actrices du moment 68

14Nous avons déjà évoqué ci-dessus la violence policière en mai-juin 1968 (étudiée également par Fabien Jobard dans notre livre dans la catégorie “objets”, les emblèmes des forces de l’ordre de cette période : le bouclier et la matraque). Je voudrais revenir sur la violence politique de l’extrême gauche dans le post-68 pour déconstruire partiellement les thèses qui comparent la France, l’Italie et l’Allemagne.

  • 11  AN 890466 article 12, fiche de synthèse des CRS sur le terrorisme , premier semestre 1976.

15Dans les années post-68, la France, comme d’autres pays européens, mais à un degré moindre, connaît des violences politiques qui se traduisent par des manifestations dures, des attentats, des enlèvements. En 1976, l’usage du mot terrorisme s’est banalisé pour caractériser les violences politiques et on introduit des distinctions entre terrorisme international (réseau Carlos), terrorisme à base nationale (Palestiniens, Espagnols, Basques), terrorisme autonomiste (corse ou breton), terrorisme corporatif (commerçants, viticulteurs) et actions de type terroriste d’individus isolés en révolte contre la société11.

16Or, si des violences politiques sont attestées en France, n’eût pas lieu le processus qui aurait amené un groupe ou des individus à s’affronter de plus en plus durement à l’appareil d’Etat, comme ce fut le cas en Argentine et au Chili. Peut-on parler, alors, du non-passage au “terrorisme” comme étant une “exception française” ?

17Or certains des membres du groupe Action Directe — qui ont tué en 1985 un haut fonctionnaire de la Défense nationale et en 1986 le PDG de Renault - se rattachent à la mouvance contestataire des années 1968 ; se pose alors la question de savoir si l’on se trouve confronté à l’existence d’une option terroriste antérieure à 1981, ou à la radicalisation d’individus isolés. En outre, la violence politique ne se limite pas aux groupes d’extrême gauche : des groupessociaux comme les viticulteurs ou les commerçants, des mouvements régionalistes s’en sont également emparés. Au départ pacifiste, le mouvement écologiste et antinucléaire se trouve lui aussi confronté brutalement à la violence d’Etat en 1977 à Creys-Malville (un mort et plusieurs blessés graves).

  • 12  Hamon et Rotman, 1988.
  • 13  AN 940111 article 2, rapport confidentiel anonyme de mars 1971 “Étude sur les aspects militaires d (...)
  • 14  AN 850561 article 39, compte-rendu manuscrit de la réunion des chefs de service sous la présidence (...)
  • 15  AN 860581 article 38 , Direction centrale de la police judiciaire note du 30 mai 1973.
  • 16  Hamon, Rotman, Génération, 1988, p.494-495 le suggère à propos d’écoutes des fréquences radios de (...)
  • 17  AN 77027 article 6.
  • 18  Hamon et Rotman, Génération, tome 2 “les années de poudre ”, 1988, p. 514. Recanati est profondéme (...)

18De 1968 à 1974, le nombre d'“attentats” augmente, du fait d’actions attribuées à l’extrême gauche. Une partie de ces actions est relatée, sous la forme d'une geste militante héroïque, dans le tome 2 de Génération12. Après un reflux en 1971 et 1972, il y a de nouveau un regain en 1974 avec l’action des GARI (Groupes d’action révolutionnaire internationaliste) de tendance libertaire. A partir de 1975, on note à la fois une diminution du nombre de ces manifestations et une forme de radicalisation. Tous les groupes d’extrême gauche ne sont pas impliqués de la même manière dans l’usage de la violence politique. Les groupes trotskistes et marxistes-léninistes, qui se donnent pour but de construire un parti révolutionnaire, condamnent la violence minoritaire. Cependant, par deux fois, en mars 1971 et en juin 1973, La Ligue communiste, dirigée par Alain Krivine, met en oeuvre une violence organisée au cours de manifestations dirigées contre l’organisation d’extrême droite, Ordre Nouveau. Le 9 mars 1971 devant le Palais des sports où cette organisation tient meeting, des affrontements extrêmement violents ont lieu avec la police13.Il en est de même le 21 juin 1973 : les manifestants armés de barres de fer et d’engins incendiaires livrent un véritable combat avec les policiers. Les effectifs, à mobilité réduite, auraient été prévus en nombre insuffisant14. Ce jour-là, La Ligue communiste a pris seule l’initiative de la manifestation, même si des militants d’autres groupes d’extrême gauche y participent ; le lendemain, le gouvernement procède à la dissolution d’Ordre Nouveau et de la Ligue communiste. Deux éléments inquiétaient alors les services du ministère de l’Intérieur : la part prise par cette organisation dans la campagne antimilitariste et son rôle dans les manifestations lycéennes du printemps15. On peut dès lors se poser la question de l’instrumentalisation de la manifestation du 21 juin 1973 (avec des effectifs policiers insuffisants et l’emploi de provocateurs) pour dissoudre la Ligue communiste16. Parallèlement une campagne en direction de l’opinion publique est menée par le ministre lui-même qui retrouve les accents de juin 196817. L’ensemble de la gauche et de l’extrême gauche se ressoude sur cette question. Le déroulement de la manifestation et son organisateur, Michel Recanati, ont été très critiqués, sur le moment même18. Recanati, dont Philippe Artières a fait le portrait dans notre livre est un de ces militants qui se sont suicidés à la fin de la décennie contestataire.

19Il est admis dans l’historiographie que la France n'a pas connu le terrorisme, essentiellement parce que le gauchisme français était responsable et ses chefs pénétrés de morale et d'humanisme. Cette problématique s'est précisée en 1985 avec Terrorisme et démocratie, livre publié par François Furet ; ce dernier opère une distinction théorique entre le terrorisme des Basques, Bretons et Corses qui réclament une nation – ce qui permet de ne pas le prendre en compte dans l'analyse, et de l'éliminer ainsi de l'histoire –, et le terrorisme marxiste qui remet en question la démocratie. Olivier Rolin, responsable du groupe militaire de la Gauche prolétarienne analyse les raisons pour lesquelles le groupe auquel il appartenait n’est pas passé au terrorisme. Selon lui, c'est la doctrine explicite de son organisation et la culture de ses dirigeants (sens moral, rapport au savoir, antifascisme) voire le caractère fortement oligarchique de la direction du groupe, qui expliqueraient le phénomène. Il y aurait ainsi un "modèle français" différent des modèles italien et allemand ; Rolin (sous le pseudonyme de Liniers) note bien la relative modération de la répression en France, mais il ne l’évoque que comme une circonstance, car les vraies raisons seraient internes au gauchisme, et particulièrement à la Gauche prolétarienne. L'extrême gauche française aurait donc été, intrinsèquement, incapable de donner naissance au terrorisme.

20Mais la mise à l'écart du terrorisme régionaliste, limite aussi fortement le champ d'analyse des violences politiques en France dans les années 1970. Certes certaines actions se situent sur le plan du symbolique, tels le vol et la redistribution de milliers de tickets de métro ou de produits de luxe de l’épicerie Fauchon. D’autres sont plus “au bord de la falaise” (plasticage des locaux du journal d’extrême droite Minute ou enlèvement deux jours d’un cadre de Renault en 1972. Il faut noter qu’à cette date, n’avaient pas eu lieu d’assassinats politiques ni en Italie, ni en Allemagne. Pourtant, aucune mesure d’exception n’est prise par le gouvernement. Aux arrestations massives et aux interdictions professionnelles (RFA), aux provocations et aux crimes des services secrets comme aux attentats d’extrême droite (Italie), la police française a préféré l’infiltration par des informateurs et la récolte de renseignements permettant de prendre sur le fait les auteurs d’attentats. L’exception française réside donc tout autant dans l’attitude, somme toute légaliste, de l’Etat que dans la pratique, somme toute modérée, des groupes d’extrême gauche. La barrière du sang versé, le seuil symbolique de la mort donnée volontairement, n’a pas été franchi avant 1974.

  • 19 Libération, 30 juin 1976, article de Pierre Benoît.

21Le bilan des personnes tuées ou grièvement blessées pour des motifs politiques s’alourdit ensuite. Le meurtre de l’attaché militaire à l’ambassade d’Uruguay le 19 décembre 1974 est revendiqué par “la brigade internationale Raoul Sendic” (fondateur du mouvement uruguayen des Tupamaros) ; l’attaché militaire de l’ambassade d’Espagne est grièvement blessé le 8 octobre 1975 ; l’ambassadeur de Bolivie est tué le 11 mai 1976 ; l’ambassadeur de Mauritanie est grièvement blessé le 7 juillet 1977 (pour venger la mort d’un révolutionnaire du Polisario). Ces attentats ont été effectués par des militants français, qui récusent la parenté avec le terrorisme international et proclament leur filiation avec les premiers résistants19. Le 23 mars 1977, les NAPAP (Noyaux armés pour l’autonomie populaire), abattent Antoine Tramoni, l’assassin de Pierre Overney : l’appel à la vengeance, symboliquement lancé lors du meurtre de Pierre Overney en février 1972, a été pris au mot. Si le refus de la violence “terroriste” paraît probable dans les intentions et dans les explications des dirigeants d’extrême gauche, il n’en faut pas moins tenir compte des effets ultérieurs des proclamations et des actes symboliques sur des individus et des groupes qui ont pris au mot la violence du discours.

  • 20  AN 860581 article 39, dossier GARI. De février à novembre 1974, se succèdent plasticages de voies (...)

22D’autres organisations, pratiquant la violence politique, se constituent dans la mouvance libertaire, dans le sud-ouest de la France, en lien avec le renouveau du mouvement antifranquiste : les GARI (Groupes d’action révolutionnaire internationalistes) se manifestent au cours de l’année 1974. Leur existence est éphémère - un an à peine - mais leur activité débordante20. Elle reflète la diversité du groupe : des anarchistes espagnols sont mêlés à des étudiants issus du mouvement toulousain de 1968. Ils continuent jusqu’en décembre 1974, date à laquelle une grande partie des membres des GARI est arrêtée.

23Les violences politiques n’ont jamais eu en France la même ampleur et les mêmes conséquences qu’en Italie et en Allemagne (voir dans notre livre sur ce point les contributions de Pierre Girard sur les BR italiennes et Dominique Linhart sur la Fraction armée Rouge allemande). Les meurtres programmés entre 1974 et 1977 n’ont pas été constitués en événement, peut-être parce que la plupart concernaient des étrangers, mais aussi parce qu’ils n’ont pas été relayés publiquement, ni par les organes d’information, ni dans des réseaux militants : ce qui a empêché la constitution, sauf en Corse, d’une option terroriste dans la frange radicalisée de la jeunesse. L’État n’a jamais été pris pour cible directement. Inversement, les procédures judiciaires ont été respectées. Le gouvernement a parfois changé la loi dans un sens plus répressif - par exemple avec l’adoption de la loi anti-casseurs en 1970 - non sans réaction hostile des partis de gauche – mais il a par ailleurs respecté les lois et les procédures judiciaires. En l’absence de preuves formelles fournies à la justice, des non-lieux ont été prononcés, même si la police était convaincue de la culpabilité des prévenus. Des mesures d’amnistie liées aux élections présidentielles ont régulièrement élargi des condamnés pour attentats (en 1969 et 1974 des militants du Front de Libération de la Bretagne et en 1981, ceux d’Action directe) organisant ainsi l’oubli et la pacification nationale. Cet oubli et la pacification nationale me semblent avoir pris beaucoup plus de temps en Argentine et au Chili, mais la gravité des événements et des morts ne souffrent pas la comparaison.

La question de la libération des corps : libération sexuelle ou déplacement des normes ?

24Depuis le milieu des années 1960, des étudiants réclament la libre circulation dans les résidences universitaires des filles comme des garçons. Avant la faculté de Nanterre devenue célèbre, la résidence d’Antony avait connu dès 1965 déclarations et manifestations contre la construction d’une loge de concierge pour surveiller les allées et venues des étudiantes.

  • 21  A paraître fin 2008 à Toulouse aux Presses universitaires du Mirail dans la collection Le Temps du (...)

25La crise de mai-juin porte sur le devant de la scène des questionnements au sujet de l'amour et de la sexualité, qui étaient en fermentation depuis les années 1960 : le tabou de la virginité féminine, les liens entre l'amour et la sexualité, la quête du plaisir sexuel sans risque de maternité. Elle inaugure la période qu’Anne-Claire Rebreyend a appelé “l'intime exhibé” : dans sa thèse réalisée à partir de récits autobiographiques et de journaux intimes inédits (tirés du fonds de l’Association pour l'autobiographie et le patrimoine autobiographique) qui relatent les expériences des jeunes (étudiants ou lycéens, parisiens ou provinciaux) et des adultes (en particulier des femmes mariées et mères) autour de 1968 durant laquelle les attentes sexuelles des individus sont déclarées et apparaissent au grand jour21.
Ils permettent de comprendre comment les individus ont vécu Mai ’68 et en quoi les événements ont transformé leur vie intime.
 Certains jeunes découvrent en même temps la politique et la sexualité, d'autres vivent les événements de 1968 dans un mélange de peur et d'enthousiasme, d'autres enfin y assistent de loin. Mais ils en attendent beaucoup : le droit à une éducation sexuelle, à une contraception efficace, à une vie sexuelle pour les jeunes filles. Durant cette période, les jeunes n’hésitent pas à présenter leurs problèmes sexuels, passagers ou durables (dans l’émission de radio de Ménie Grégoire par exemple). 
Mai 68 transforme aussi la vie intime des adultes, en particulier de certaines femmes mariées qui éprouvent un mal être dans leur couple. Elles se posent des questions : certaines s’autorisent à prendre un amant, d’autres quittent leur époux, d’autres enfin réaménagent leur vie conjugale. Pour ces femmes adultes, 1968 constitue le prélude d’une vie intime nouvelle, d’une “libération sexuelle”. Les “récits de soi” étudiés par Anne-Claire Rebreyend permettent de réfléchir aux notions de “révolution sexuelle” et de “libération sexuelle” et de les réévaluer en fonction du genre, de l'âge, de la religion, du lieu de vie. Cette notion de “libération sexuelle” est aujourd’hui contestée par certains sociologues – dont Michel Bozon - qui parlent plutôt d’un déplacement et d’une intériorisation des normes de la sexualité.

26Pour Florence Rochefort qui a étudié dans notre livre ce qu’elle appelle “l’insurrection féministe” la question de la politisation des corps est aussi fondamentale. Elle est étroitement liée à la quête d’une sexualité plus libérée, dissociée de la procréation, du mariage et de la famille. Les normes de genre qui assignent à chaque sexe des frontières rigides d’identification sont-elles pour autant bouleversées ? Plusieurs modèles coexistent. Aux militants de Mai, plus proches du modèle militariste de combattant de l’ordre établi, viennent se mêler dès 1970 des figures plus adoucies inspirées des jeunes hippies américains pacifistes mobilisés contre la guerre du Vietnam et porteurs du slogan “Peace and Love”. Ainsi, les codes traditionnels de masculinité se confrontent à une autre forme de contestation politique dans les milieux homosexuels engagés dans le FAHR d’où émergent une contestation de l’ordre patriarcal et un certain refus du machisme. Ce qui ne sera plus guère à l’ordre du jour dans le militantisme gay de la décennie suivante ; comme dans la revendication d’une autre approche du sport, portée notamment par Jean-Marie Brohm et d’autres encore.

27Les féministes ont, quant à elle, un projet radical de remise en cause des normes de genre. Leurs projets de réappropriation du corps par les femmes elles-mêmes puisent au cœur du vécu corporel la critique des mécanismes du pouvoir masculin. La politisation du privé incite à une analyse des rapports hommes/femmes en termes de domination, d’aliénation, d’oppression. Les féministes des années 1970 innovent ainsi par la centralité qu’elles accordent au corps et à la sexualité dans leur démarche critique qui tend à déconstruire le modelage du corps féminin par le patriarcat. La déconstruction s’articule à un réinvestissement du corps par les multiples “paroles de femme”. Ces recherches autour d’un langage du corps inspirent nombre de créations littéraires, plastiques, esthétiques. La libération des modèles oppressifs et des contraintes de genre s’accompagne de réinterprétations souvent antagoniques du féminin, mais la dénonciation de la violence et la revendication du droit à l’avortement font l’unanimité et engagent un processus de profondes réformes dans la politique des corps.

La question de l’incommunicabilité de l’expérience et de la transmission intergénérationnelle dans les récits familiaux ou publics

28L’incommunicabilité de l’expérience et les souffrances de l’éloignement du militantisme et des utopies a provoqué à la fin des “années 68” une vague de suicides ou d’accidents : en étudiant de près les parcours biographiques de militants de base de la Ligue communiste recencés par Jean-Paul Salles, on se rend compte du nombre élevé de suicides ou d’accidents de la route qui se sont produits entre 1975 et 1981 chez ces militants. Il en est de même dans d’autres mouvances politiques d’extrême gauche et une comptabilité exhaustive de ces morts violentes reste à faire. Et ce n’est pas seulement en milieu étudiant ou lycéen : le portrait de Georgette Vacher que Philippe Artières a fait dans notre livre est emblématique du désespoir d’une femme, ancienne responsable femme du syndicat des métaux du Rhône CGT qui n’ayant pas réussi à soulever la chape de plomb du machisme ambiant au syndicat se suicide la veille du congrés régional des métaux à Lyon en 1981.

  • 22  Dominique Lecourt, Les piètres penseurs, Paris, Flammarion, 1999, p. 13.
  • 23  Jean Birnbaum, Leur jeunesse et la nôtre. L’espérance révolutionnaire au fil des générations,Paris (...)
  • 24 Jean-Pierre Le Goff, Mai 68, l’héritage impossible, Paris, La Découverte, 1998.
  • 25 Les Inrokuptibles, 27 mai-2 juin 1998, n°153

29Sur le même registre de l’incompréhension et l’incommunicabilité, une approche récente dans l’historiographie, a mis en valeur l’expérience des “enfants de la génération 68” qui se posent des questions sur la filiation et la transmission. Certains se disent privés de mémoire par le refus de leurs ascendants d’effectuer un passage du témoin, alors même que, paradoxalement, se sont multipliés témoignages et autobiographies d’acteurs-vedettes, souvent les mêmes. Des étudiants interpellent leur enseignant à l’université : “Qu’avez-vous fait de vous depuis trente ans ? m’ont-ils demandé avec insistance. Qu’avez-vous fait pour nous ?”22. Certains enfin s’interrogent sur les effets des “événements de 1968” sur les générations suivantes. Poser la question des héritages de 68 consiste aussi à analyser l'impact d'un tel événement sur les descendants de celles et ceux qui en furent les acteurs. Car il y a héritage de fait, déni ou pas. A contrario, les affirmations et les publications se multiplient sur l’héritage manquant (“le désert en héritage” pour Jean Birnbaum en 200523), impossible (Jean-Pierre Le Goff, en 199824), refoulé, dénié, ou refusé. Lors de la commémoration décennale de 1998 – une commémoration de papier, de clichés et de sons, le point de vue des plus jeunes, “fils et filles de soixante-huitards” a été exposé dans La Croix dans un dossier spécial le 29 mai 1998 dont le titre peut surprendre “Parents et Enfants. La famille a gardé le meilleur de Mai 68”. “Nous qui n’avons pas connu Mai 68” proclame également le numéro spécial des Inrokuptibles revendiquant à la fois le droit d’inventaire du passé et les raisons qui les poussent à agir dans le présent de 199825.

30Il me semble que le film de Carmen Castillo, compagne de Miguel Enriquez, chef du MIR assassiné dans le Chili de Pinochet, Calle Santa Fe, sorti en France en décembre 2007 est tout à fait emblématique de ces questionnements qui sont avec les récits autobiographiques d’individus ordinaires, les plus porteurs de clés nouvelles d’interprétation dans l’avenir, mais ce sera la tâche des historien-ne-s à venir.

Haut de page

Notes

1  Marie-Françoise Lévy et Michelle Zancarini-Fournel, “La légende de l’écran noir : les événements de mai-juin 1968 à la télévision”, Réseaux, 1998.

2  Maurice Grimaud, En mai fais ce qu’il te plaît, 1977,p. 85, était persuadé - à tort - que l’annonce de la tenue de la conférence de la paix sur le Vietnam à Paris ferait la une des quotidiens.

3  AN 870589 article 11 : il s’agit, après le journal du 11 mai du plus fort taux d’écoute du mois pour Télé midi, mais avec un taux de satisfaction des téléspectateurs très médiocre (un des plus bas du mois).

4  AD Loir et Cher, 1269W243, rapport du sous préfet au préfet 13 mai 1968.

5  Yannick Guin, La commune de Nantes, Maspéro, 1969. Ouest unité, (mensuel d’information du PS) “en photos mai 68 à Nantes” ,N°19, mai-juin 1978 ; Tribune socialiste, “La commune de Nantes”, N° 787, juin 1978 ; Rouge, “ La commune de Nantes”, n° hors série, 1988.

6  Dont celles du préfet de région : sa fermeté est appréciée au ministère de l’Intérieur puisque son nom est avancé un temps pour remplacer le préfet de police de Paris à la fin du mois de mai, selon Grimaud, 1977, p.274.

7 Le Monde, 14-15 juillet 1968.

8 Paris Normandie, 7 juin 1968.

9  Grimaud, En mai fais ce qu’il te plaît, 1977, p.305.

10  Sur Peugeot-Sochaux, voir la maîtrise de Nicolas Hatzfeld, université de Paris 8 1985. Archives BDIC, Mémoires de 68, DELTA Res. 576/4.3.10, recueil de témoignages sur la journée du 11 juin.

11  AN 890466 article 12, fiche de synthèse des CRS sur le terrorisme , premier semestre 1976.

12  Hamon et Rotman, 1988.

13  AN 940111 article 2, rapport confidentiel anonyme de mars 1971 “Étude sur les aspects militaires des actions gauchistes à l’occasion du meeting d’Ordre nouveau. Enseignements pour les manifestations futures”.

14  AN 850561 article 39, compte-rendu manuscrit de la réunion des chefs de service sous la présidence de Raymond Marcellin au ministère de l’Intérieur le 23 juin 1973 à 11h.

15  AN 860581 article 38 , Direction centrale de la police judiciaire note du 30 mai 1973.

16  Hamon, Rotman, Génération, 1988, p.494-495 le suggère à propos d’écoutes des fréquences radios de la police.

17  AN 77027 article 6.

18  Hamon et Rotman, Génération, tome 2 “les années de poudre ”, 1988, p. 514. Recanati est profondément déstabilisé par ces critiques ; voir le film de Raymond Goupil , Mourir à trente ans.

19 Libération, 30 juin 1976, article de Pierre Benoît.

20  AN 860581 article 39, dossier GARI. De février à novembre 1974, se succèdent plasticages de voies ferrées, attaques de banques, voitures piégées, bombes (12 blessées à Toulouse, devant le consulat d’Espagne le 27 juillet), séquestration du 3 au 22 mai du directeur de la Banque de Bilbao et “ mutilation ” du mannequin de cire du Prince Juan Carlos au musée Grévin…

21  A paraître fin 2008 à Toulouse aux Presses universitaires du Mirail dans la collection Le Temps du genre.

22  Dominique Lecourt, Les piètres penseurs, Paris, Flammarion, 1999, p. 13.

23  Jean Birnbaum, Leur jeunesse et la nôtre. L’espérance révolutionnaire au fil des générations,Paris,Stock, 2005. Voir en particulier l’introduction intitulée “le désert en héritage”.

24 Jean-Pierre Le Goff, Mai 68, l’héritage impossible, Paris, La Découverte, 1998.

25 Les Inrokuptibles, 27 mai-2 juin 1998, n°153

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Michelle Zancarini-Fournel, « 1968, deux rives atlantiques revisitées en 2008 », Nuevo Mundo Mundos Nuevos [En ligne], Matériaux de séminaires, 2008, mis en ligne le 11 septembre 2008, consulté le 26 juillet 2017. URL : http://nuevomundo.revues.org/40793

Haut de page

Auteur

Michelle Zancarini-Fournel

Professeur d’histoire contemporaine à l’IUFM de Lyon. Co-directrice de CLIO Histoire, Femmes et Sociétés, elle vient d'éditer Le moment 68. Une histoire contestée, Paris, Seuil, coll. l'Univers historique, 2008 et en collaboration avec Philippe Artières: 68, une histoire collective, 1962-1981. Paris, La Découverte, 2008, 847 pages. Il poursuit un travail entamé avec Geneviève Dreyfus-Armand, Robert Frank, Marie-Françoise Lévy, Michelle Zancarini-Fournel (dir.), Les Années 68. Le temps de la contestation, Paris/Bruxelles, IHTP-CNRS/Complexe, coll. « Histoire du temps présent », 2000, 525 p.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Nuevo mundo mundos nuevos est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page