Navigation – Plan du site
Varia | 2008
Aude Argouse

Congrès international Litterae XI, Madrid, 10-13 septembre 2008, « Los Escribanos en la Monarquía hispánica (siglos XVI-XVII)»  

[15/10/2008]

Texte intégral

1Les 10, 11 et 12 septembre 2008 était organisée à Madrid une rencontre sur les écrivains publics de la monarchie hispanique (XVIe-XVIIe siècles). Ce colloque était organisé par le séminaire Litterae de l’Université Carlos III, consacré à la recherche sur la culture écrite dans le monde hispanophone et fait partie du projet intitulé : « El oficio de escribano en Castilla en el Siglo de Oro : poder, memoria y cultura escrita. »

2Ce groupe de travail existe depuis près d’une dizaine d’années et a donné lieu à de multiples publications dont une partie fut issue de ce type de rencontre. Celle de ce mois de septembre devrait faire l’objet d’une parution dans le courant de l’année 2008. Madame Vanessa de Cruz, Messieurs David García Hernán, Miguel F. Gómez-Vozmediano, Fernando Negredo, Emilio Torné et Enrique Villalba Pérez (coordinateur principal) ont présenté le projet de recherche et l’organisation des journées, avant de laisser la parole aux intervenants.

3Les communications se sont succédé, alternant conférences et débats suivant une partition en cinq thèmes : antécédents et lignes de travail ; diversité d’un métier, pluralité de pratiques et de fonctions ; dimension et projection sociale du métier d’écrivain ; écrivain, pouvoir et influence ; contrôle de la mémoire et de l’écrit. Certaines communications n’ont pas pu avoir lieu mais elles figureront probablement dans la publication. Nous insistons ici en particulier sur des aspects développés tout au long des journées qui nous paraissent pouvoir constituer des axes fondamentaux pour la recherche hispanoaméricaniste portant sur l’écrit et la mémoire, aussi bien pour l’histoire des institutions que pour celle des individus.

4L’ouverture des séances est faite par Madame Maria Luisa Pardo, professeur de l’Université de Séville, qui effectue un très utile rappel de l’historiographie concernant les métiers de l’écriture publique. L’écrivain public, « prêtre et médecin de la paix sociale », se trouve à la charnière de la sphère privée et de la sphère publique. Cette historiographie reste très fortement marquée par le travail fondamental de José Bono sur le notariat espagnol, publié en 1979.

5Le statut de l’écrivain public, qui n’est pas assimilé à un fonctionnaire puisqu’il n’est pas payé par un salaire, a d’ailleurs été par la suite le sujet d’un vif débat portant sur la charge d’escribano de cabildo, que l’on pourrait traduire en français par « greffier du corps de ville ». A ce propos, il faut noter que le terme escribano est assez difficile à traduire en français car suivant les fonctions qu'ils exercent, il peut s'agir aussi bien d'un écrivain public, d'un notaire, d'un secrétaire ou d'un greffier. Il faudrait pouvoir le conserver tel quel.

6La focale se resserre et Monsieur Tomás Puñal, de l’université Rey Juan Carlos, présente le cas des notaires madrilènes au tournant des XVe et XVIe siècles tandis que Madame Maria Amparo Moreno Trujillo et Monsieur Juan María de la Obra Sierra de l’Université de Grenade, s’interrogent sur l’évolution de la profession dans la ville de Baza, suite à l’entrée en vigueur de la Práctica de Alcalá (1503) – protocolisation des écritures notariales et garantie par l’écrivain de l’identité entre l’original et sa copie – à partir d’un cahier de notes notariales de 1535.

7Ainsi, dès le premier thème, le ton des journées est donné, qui oscille entre approche globale et études de cas, permettant de saisir plus entièrement les enjeux historiographiques des métiers de l’écriture publique tout en mettant en valeur une approche très locale, pour arriver finalement jusqu’à une série d’interrogations concernant la matérialité de l’écrit, aspect qui est mis en valeur notamment par des interventions de conservateurs d’archives. Les communications se répondent ainsi les unes aux autres tout au long des séances et leur présentation ici tient compte seulement en partie de leur chronologie.

8Le deuxième thème, ouvert par la communication de Madame Alicia Marchant, de l’Université de Málaga, rebondit sur les aspects sociaux du métier d’écrivain et en particulier sur leur formation. L’acquisition de leurs compétences se faisait alternativement au moyen de la littérature consacrée à la profession, dont parlent aussi plusieurs intervenants, et par le contact direct avec les écritures des prédécesseurs, mentionné par Monsieur Fernando Negredo de l’Université Carlos III de Madrid. Se dessine alors la personnalité de l’écrivain public, ou de certains d’entre eux qui laissent parfois sur leurs papiers des traces très personnelles, telles des caricatures et des commentaires. La matérialité de l’écrit est spécifiquement abordée dans le dernier thème, sur le contrôle de la mémoire et de l’écriture, avec les interventions de Madame Reyes Rojas, de l’Archivo de Indias, de Monsieur Laureà Pagarolas, de l’Archivo histórico de Protocolos de Barcelone, de Monsieur Antonio Castillo, de l’Université de Alcalá.

9Ces questions sont également détaillées dans le point intitulé dimension et projection sociale du métier de l’écrivain, par les communications de Monsieur Francisco J. Crespo Muñoz, des archives générales de Simancas, Monsieur Ignacio Esquerra Revilla, de l’Université de Lisbonne et Eva Maria Mendoza Garcíá, de l’Université de Malaga.

10La quetion de la succession qui est abordée par Monsieur Fernando Negredo del Cerro, dans le cas des escribanos de cámara du Conseil de Castille au XVIIe siècle, par Carmen Losa Contreras, de l’Université Complutense, sur les écrivains du Conseil de Madrid et par Leonor Zozaya sur la perte de titre, permet de souligner la nécessité de comprendre comment s’est opérée la patrimonialisation de l’office par la transmission.

11Plus précisément sur les compétences des écrivains publics, Madame Amalia García Pedraza et Monsieur Juan María de la Obra Sierra, respectivement de l’Archivo Histórico de Protocolos et de l’Université de Grenade, présentent un projet très prometteur sur la foi publique, garantie par l’écrivain, à partir d’un document. Celui-ci concerne un accord entre escribanos del número et escribanos del cabildo passé en 1595 portant sur un partage de compétences entre les deux offices. Cela amène les concepteurs du projet à placer l’étude des compétences des notaires dans celle des outils de contrôle politique et de construction de la sécurité publique, dont l’objectif est le bien commun. Dans la même verve,Madame Maria José Osorio Pérez, également de l’Université de Grenade, présente un état de la recherche portant sur les notaires grenadins au XVe siècle et leur rapports aux institutions. A ces communications répondent d’une part, celle de Monsieur Olivier Caporossi, de l’Université de Pau, sur les escribanos de corte et le contrôle social à Madrid au XVIIe siècle, développant plus amplement les stratégies individuelles des notaires et, d’autre part, celle de Monsieur Alfonso Sanchez Mairena sur la juridiction des escribanías públicas du Conseil de Marbella, du XVe au XVIIIe siècles.

12Le troisième thème est ouvert par la communication de Monsieur Pedro Rueda Ramírez, historien du livre de l’Université de Barcelone sur un ouvrage conçu à l’usage des écrivains publics par l’un d’entre eux, Tomás de Palinares en 1645. Se positionnant dans l’axe des recherches de Roger Chartier sur l’histoire du livre et de l’imprimé, tout comme Monsieur Enrique Villalba de l’Université Carlos III à travers l’étude de traités (tratadística) au Siècle d’or, Pedro Rueda propose de pister les différentes phases d’élaboration et de circulation de l’œuvre de Tomás de Palinares, jusqu’à la retrouver au Mexique, dans les mains d’un cacique qui s’en inspire pour prendre une décision et mettre un terme à un conflit. Pedro Rueda donne ainsi une orientation transatlantique à l’étude des écrivains publics, en lançant un regard sur la profession et ses impacts en Amériques.

13A cette question fait écho l’intervention de Madame Tamar Herzog, de l’Université de Stanford, sur les escribanos en Amérique et sur la nécessité d’étudier le métier d’écrivain dans le contexte hispano-colonial car il est non seulement garant de la foi publique mais aussi chargé d’enregistrer la mémoire de ceux pour qui il travaille. Partant, il est primordial, dans le contexte américain, de comprendre comment les Espagnols « enregistraient le passé et ordonnaient le présent et le futur pour comprendre comment le faisaient les populations qui se trouvaient sous leur domination. » Le rôle de l’écrivain public dans le contexte d’une conquête puis dans celui d’une domination politique inscrit son étude dans les travaux portant sur la pénétration du savoir juridique au sein de populations a priori non éduquées dans une culture légaliste. En outre, le fait que le métier d’écrivain fût exercé par des Indiens, dans les cabildos de Indios au sein des localités qui leur étaient réservées, permet de les percevoir comme des personnages charnières entre les communautés. C’est une facette de leur rôle qui a aussi été mise en avant de façon tout à fait remarquable par l’intervention de Madame Ana Zabalza Seguín sur les écrivains royaux de Navarre, dernier royaume péninsulaire incorporé à la couronne de Castille. Les problématiques d’interprétariat présentes dans le contexte navarrais, comparable en ce sens à celui de l’Amérique hispanique, font de l’escribano le truchement indispensable aussi bien au contrôle social et à la garantie du bien commun qu’aux réponses individuelles, puisque l’écrivain public met par écrit les volontés des testateurs, des cocontractants et des époux et que celles-ci, par la foi accordée à l’écriture publique, produisent des effets juridiques.

14Ainsi, l’ensemble de ces communications permet de se rendre compte de l’existence d’une spécialisation bien établie, au sein des études historiques dans le monde espagnol, sur les escribanos. Cette spécialisation fait écho aux travaux d’histoire du notariat dans d’autres pays, développés notamment en France par Jean-Paul Poisson ou encore, plus récemment, par Claire Dolan.

15Les escribanos de la Monarchie hispanique sont ainsi objet d’étude principal, que ce soit selon une approche prosopographie ou davantage institutionnelle. Cette spécialisation s’inscrit aussi dans les travaux consacrés à l’histoire du livre et à la matérialité de l’écrit et s’articule par conséquent avec les compétences des archivistes et le monde de la conservation de la mémoire collective.

16Les communications ont aussi montré, à travers une contextualisation du rôle essentiellement performatif de l’écrivain public sous la monarchie espagnole, que si l’écrivain public était un objet de réflexion individuel, il est aussi véhicule d’un savoir qui déborde largement la compétence judiciaire et fait référence à un ensemble culturel, linguistique et juridique. Ce personnage discret informé de toutes les affaires de la cité, et dont Balzac dressa un portrait pathétique et hilarant, est à la fois une figure et un miroir dans lesquels se lisent et se reflètent ses contemporains.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Aude Argouse, « Congrès international Litterae XI, Madrid, 10-13 septembre 2008, « Los Escribanos en la Monarquía hispánica (siglos XVI-XVII)»   », Nuevo Mundo Mundos Nuevos [En ligne], Varia, 2008, mis en ligne le 15 octobre 2008, consulté le 27 avril 2017. URL : http://nuevomundo.revues.org/43583

Haut de page

Auteur

Aude Argouse

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Nuevo mundo mundos nuevos est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page