Navigation – Plan du site
Nicolas Ellison

Sociétés et Economies Paysannes : Une sélection critique

[01/01/2003]

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

1Le lecteur trouvera d’abord un commentaire critique introduisant notre sélection de références à caractère théorique concernant les systèmes agraires et l’économie ainsi que la reproduction des sociétés paysannes. Suite à ces références générales, nous proposons une sélection sur les paysanneries mexicaines abordées à partir de leur relation à l’environnement.

Théories

2Avant tout une précision s’impose : si la majorité des références théoriques citées ci-dessous s’appuient sur des exemples européens pour la plupart, asiatiques et africains pour d’autres, tout en soulignant leur intérêt théorique, il convient bien évidemment de nous prémunir de toute transposition abusive de ces grilles de lectures au contexte des paysanneries latino-américaines contemporaines. Elles n’en restent pas moins des références obligées du débat théorique sur l’économie et la reproduction des sociétés paysannes, sans éluder pour autant la diversité des paysanneries.

Evolution des systèmes agraires

3L’Histoire des agricultures du monde de Marcel Mazoyer (1997) est l’ouvrage de synthèse sur la question de l’évolution des systèmes agraires (du néolithique à nos jours), synthèse historique qui considère cependant aussi les nécessaires interrogations théoriques.

4Un des points du débat sur les mécanismes du développement des systèmes agraires s’articule autour de la question du poids de la démographie sur ces transformations. Dans son "Evolution agraire et pression démographique", Ester Boserup (1970) propose une inversion de l'argumentation malthusienne (selon laquelle les famines seraient le principal facteur qui "règle" la croissance des "populations primitives"), en considérant la pression démographique comme force motrice de l'évolution des sociétés agraires. La croissance démographique pousserait donc au "développement technologique". Sans nier le rôle incitatif de la pression démographique vers la recherche de techniques d'intensification de la production agricole, nous devons cependant bien remarquer qu'au cours de l'histoire des différentes civilisations, ces nouvelles techniques et formes d'organisations sociales n'ont pas toujours été trouvées ou même cherchées.

5Ainsi, comme le souligne Georges Bertrand (1975), le "déterminisme naturel" imposé à la croissance d'une population vivant de l'exploitation d'un milieu donné est "relativisé" par les seuils agrotechniques du système agraire mis en œuvre par cette population. Le facteur "surpopulation" jouerait donc toujours seulement à l'intérieur d'une structure socio-économique (et bien sûr écologique) donnée.

6L'idée du lien entre croissance démographique, évolution des agrosystèmes et développement est abordée sous une autre forme par Clifford Geertz dans son "Agricultural Involution" (1963). Pour résumer la position de cet auteur on peut dire que, pour lui, l'évolution des systèmes agraires et le développement d'un pays dépend de "l'usage" fait de la main d'œuvre excédentaire des campagnes. Le Japon, en contraste à l'Indonésie aurait réussi à se développer car sa population rurale excédentaire a efficacement été canalisée vers l'industrialisation dans les villes. En Indonésie par contre, en raison des structures coloniales et de l'exportation vers l'Europe des surplus extraits du secteur agricole, qui auraient pu être investis dans une industrialisation, on observe une évolution de l'agriculture traditionnelle vers une intensification en force de travail ; C'est ce phénomène d' "expansion statique" par lequel le système social villageois "post-traditionnel" absorba environ 30 millions de paysans supplémentaires de 1870 à 1940, que Geertz appelle "involution agricole".

Economie paysanne et marché

7L'élaboration de la première théorie complète de l'économie paysanne nous est due au russe Alexander Tchayanov, dont l'œuvre, "l'organisation de l'économie paysanne" (1990, d’abord parue en 1926), est en général le point de départ, ou du moins une référence classique. Pour une discussion sur l’actualité du raisonnement marginaliste tchayanovien voir les articles de H. Akram-Lhodi (1995) et Rafael Domínguez Martínez (1992).

8La question du rapport entre l'économie paysanne et l'économie de marché s'inscrit dans le vaste débat sur la nature des faits économiques (dont la nature de l’économie paysanne est une dimension importante) entre "substantivistes" et "formalistes". La conception substantiviste, autour de Karl Polanyi à partir des thèses de La grande transformation (1944) se réfère à l’économie comme un ensemble de faits empiriques, d’institutions socialement et culturellement déterminées, tandis que l’approche formaliste aborde l’étude économique comme analyse des processus logiques de choix dans l’utilisation de moyens considérés comme rares. C’est donc la question de la « rationalité » économique qui est ici en cause (pour un dépassement partiel de ce débat en anthropologie économique, cf. Maurice Godelier, 1971).

9L'interprétation de l'économie paysanne comme se caractérisant par un " type d'équilibre stationnaire" se réfère à l'hypothèse du "paysan pauvre mais efficient" de Theodor Schultz. Cette interprétation s’inscrit clairement dans l’approche formaliste de l’économie paysanne et fait assez directement référence au concept de "l'équilibre de l'économie de circuit stationnaire" développé par Joseph Schumpeter dans sa "Theorie der wirtschaftlichen Entwicklung" ("Théorie du développement économique", 1912). Elle en est cependant un usage caricatural. Vision négative, économiciste et moderniste, que l’on retrouve dans The economic structure of backward agriculture d’Amit Bhaduri.

10Parmi les approches plus dynamiques du caractère reproductif de l’économie paysanne, l’article de Michael Lipton (1968) est une référence. D’après Lipton, l’économie paysanne aspire à la sécurité et tend à produire ni plus ni moins que le minimum nécessaire à la satisfaction de besoins limités (reprenant l’opposition déjà soulignée par Tchayanov entre recherche de valeurs d'usage par opposition à la recherche de profits de l'économie de marché), seuil minimum qui peut être dépassé à condition de l’absence de risque. C'est ce que Lipton, dans sa critique radicale des thèses de Schultz, définit comme le "principe de la sécurité d'abord" (security firs). Le Précis d’économie agricole d’Henri de France s’inscrit aussi dans ce courant d’idées, et constitue par ailleurs une bonne synthèse sur la question.

11En termes d’usage des ressources naturelles, ce principe est illustré dans les stratégies de dispersion des parcelles en fonction des micro-climats locaux (sur ce thème cf. l’article classique de John Murra pour les Andes et les travaux de Victor Manuel Toledo pour le Mexique).

12Concernant l’articulation entre économie paysanne et industrialisation, les historiens allemands auteurs de l'ouvrage "Industrialisierung vor der Industrialisierung" ("L'industrialisation avant l'industrialisation", 1977 aussi traduit en anglais) montrent comment, en Europe, la production artisanale destinée au marché s’est développée en complément de la production agricole au sein des familles paysannes sans terres ou pauvrement dotées en terres. Les auteurs, dans l'idée que la proto-industrialisation rurale a été l'antichambre de l'industrialisation urbaine, démontrent comment le capital marchand a initialement fondé son essor sur le mode de production familial de l'économie paysanne. Se pose donc la question de l'utilité du modèle de la proto-industrialisation pour la situation actuelle de telles régions périphériques - comme c'est le cas des régions rurales d’Amérique latine. Car si les auteurs de l'"Industrialisierung vor der Industrialisierung" considèrent que la proto-industrialisation équivaut à la "fin de la société paysanne", cela n'a pas pour autant été, même en Europe, la "fin des paysans" (Henri Mendras).

13C'est la problématique posée par Ronald Hubscher à partir du concept de "pluriactivité" (Garnier et Hubscher, 1988) qui mérite d’être développée et mise en contexte pour l’étude des paysanneries latino-américaine à propos desquelles on évoque si souvent l’idée d’une « Nueva Ruralidad » (Cf. Grammont, 1996). Une telle approche en termes de groupes domestiques est développée par Oliveira, Pépin-Lehalleur et al. (1989).

14Quant à la vaste littérature concernant plus spécifiquement les communautés paysannes mexicaines, outre quelques références classiques, nous proposons ci-dessous une sélection surtout orientée vers l’analyse des rapports société-environnement, afin de refléter la tendance « agro-écologique » de plus en plus présente dans les études récentes autant dans l’analyse historique que dans l’approche des groupes paysans contemporains.

Economie et reproduction des sociétés paysannes

15AKRAM-LHODI, Haroon, 1995, "M.H. Khan, A.V. Chayanov and the Family Farms of the North West Frontier Province" in: The Journal of Peasant Studies, Vol 22, No. 2, janvier 1995, pp.300-326.

16AUGUSTINS, Georges, 1979, Comment se perpétuer ? Devenir des lignées et destins des patrimoines dans les paysanneries européennes. Société d’ethnologie, Nanterre.

17BERTRAND, Georges, 1975, « Pour une histoire écologique de la France rurale, l'impossible tableau géographique », in : DUBY, Georges/ WALLON, Armand (dir.) 1975 Histoire de la France rurale, Tome 1. Seuil, Paris - 707 pages: pp. 8-118.

18BHADURI, Amit, 1983, The economic structure of backward agriculture. Academic Press, London – 145 pages.

19BOSERUP, Ester, 1970, Evolution agraire et pression démographique. Flamarion, Paris.

20BOURDIEU, Pierre, 1972, Esquisse d’une théorie de la pratique. Précédé de trois études d’ethnologie kabyle. Droz, Paris.

21DOMINGUEZ MARTIN, Rafael, 1992, « Campesinos, mercado y adaptación; Una propuesta de síntesis e interpretación desde una perspectiva interdisciplinar. »; in : Noticiario de Historia Agraria, No. 3, 1992 : pp. 91-129.

22FRANCE, Henri de, 2000, Précis d’économie agricole pour le développement. Le primat des logiques paysannes.Karthala, Paris.

23GEERTZ, Clifford, 1963, Agricultural Involution. The Process of Ecological Change in Indonesia. University of California Press, San Francisco.

24GARNIER, Gilbert et HUBSCHER, Ronald (dir.), 1988, Entre faucilles et marteaux. Presses Universitaires de Lyon et éditions de la MSH, Paris - 240.

25GODELIER, Maurice, 1971, Rationalité et irrationalité en économie, Maspero, Pairs.

26KRIEDTE, P. ; MEDICK, H. et SCHLUMBOHM, J., 1977, Industrialisierung vor der Industrialisierung. Gewerbliche Warenproduktion auf dem Land in der Formationsperiode des Kapitalismus. Vandenhoeck und Ruprecht, Göttingen.

27LIPTON, Michael, 1968, "The theory of the Optimising Peasant", Journal of Development Studies, 4 (3), pp. 327-351.

28MEILLASSOUX, Claude, 1992, Femmes, greniers et capitaux; L'Harmattan, Paris - 251p.

29MENDRAS, Henri, 1970, La fin des paysans. Changement et innovations dans les sociétés rurales françaises.A. Collin, Paris – 306 p.

30POLANYI, Karl, 1983, La grande transformation. Aux origines politiques et économiques de notre temps. Gallimard, Paris (1944).

31POLANYI, K. / ARENSBERG, C.M. / PEARSON, W., 1957, Trade and Markett in Early Empires.Columbia University Press.

32Id., 1975, Les systèmes économiques dans l’histoire et dans la théorie. Larousse, Paris.

33SAHLINS, Marshall, 1972, Stone Age Economics, Aldine, Atherton Inc. Chicago - 403 pages.

34SCHUMPETER, Joseph A., 1912, Theorie der wirtschaftlischen Entwicklung, Vienne.

35Id., 1961, Theory of Economic Development, Harvard University Press, Cambridge.

36SCOTT, James, 1975, The Moral Economy of the Peasant : Rebellion and Subsitence in South East Asia. Yale University Press, New Haven, London.

37MAZOYER, Marcel, 1997, Histoire des agricultures du monde. Seuil, Paris - 529 p.

38TCHAYANOV, Alexander, 1990, L’organisation de l’économie paysanne. Librairie du Regard, Paris (1926).

Economie et sociétés paysannes en Amérique latine et au Mexique

Amérique latine

39CHONCHOL, Jacques, 1986, Paysans à venir. Les sociétés rurales du Tiers Monde. Paris, 320 pages.

40Id., 1995, Systèmes agraires en Amérique latine. Des agricultures préhispaniques à la modernisation conservatrice, ed.de l’IHEAL, Paris, 1995 – 366 p.

41DUMONT, René, 1981, Le mal-développement en Amérique Latine. Seuil, Paris.

42GARAVAGLIA, Juan Carlos, 1992, "Las relaciones entre el medio ambiente y las sociedades humanas en su perspectiva histórica", in : Anuario del IEHS (Tandil), VII/92, pp. 41-57.

43HALPERIN, Rhoda et DOW, James (éds.), 1977, Peasant livelyhood : studies in economic anthropology and cultural ecology. St Martin’s Press, New York. – 332 p.

44MURRA, John, 1972, El "control vertical" de un maximo de pisos ecologicos en la economía de las sociedades andinas. Essai publié dans le tome II de la Visita de la provincia de Leon de Huanuco (1562); Universidad Hermilio Valdizan, Huanuco - Peru

45Le N°79 (décembre 2002) de la revue CARAVELLE de l’IPEALT Paysanneries latino-américaines : mythes et réalités porte sur les recompositions et les représentations de la paysannerie latino-américaine. Bien sûr, de nombreux articles se trouvent dans les revues spécialisées : Etudes Rurales (Collège de France), Journal of Peasant Studies (Londres), la revue Autrepart (de l’IRD), les Cahiers du CIERA (Centre Interdisciplinaire d’Etudes Rurales Appliquées, Université de Lyon II), Estudios rurales latinoamericanos (Bogotá) entre autres.

Mexique : sélection bibliographique pour une approche des relations société - environnement.

46BARTRA, Roger, 1972, “Campesinado y poder político en México: un modelo teórico” en Revista Mexicana de Sociología, Vol/Año XXXIV, número 3-4, Jul- Sep Oct- Dic., México. pp. 659-684.

47BOEGE, Eckart, 1996, « El desarrollo sustentable y la producción campesina e indígena : una aproximación agroecológica », in : MACKINLAY, H. / BOEGE, E. (1996), pp. 231- 260.

48CANCIAN, Franck, 1972, Change and Uncertainty in a Peasant Economy. The Maya Corn Farmers of Zinacatan. Stanford University Press, Stanford - 210 pages.

49DUMONT, René, 1969, Réforme Agraire et Modernisation de l'Agriculture au Mexique. PUF, Paris.

50FOSTER, George, 1966, A Primitive Mexican Economy. Seattle, University of Washington Press.

51GARAVAGLIA, Juan Carlos, 1995, "ATLIXCO : L'eau, les hommes et la terre dans une vallée mexicaine, XV° - XVII° siècle. ", ANNALES, Histoire et Sciences Sociales, Extraits n°6/95; pp. 1319-1349

52GONZALEZ PACHECO, Cuauhtemoc, 1992, El sector agropecuario mexicano frente al TLC, Universidad Autonóma de Chapingo, Juan Pablos éd. - 390 pages.

53GRAMMONT, H. et GAONA, H. (coord.), 1996, La nueva relación campo-cuidad y la pobreza rural, Plaza y Valdes, UNAM, INAH. México, D .F 333 p.

54LINCK, Thierry, 1988, El campesino desposeído, El colegio de Michoacán, Zamora Michoacán, México, 176 p.

55MACKINLAY, Horacio et BOEGE, Eckart, 1996, El acceso a los recursos naturales y el desarrollo sustentable. INAH / Plaza y Valdes, Mexico.

56MARTINEZ ALLIER, Juan, 1992, "Agricultura campesina, mercado y biodiversidad", in: Nueva Sociedad, n.° 132, 07/94: pp. 30-43.

57MELVILLE, Elinor, 1992, A plague of sheep : environmental consequences of the conquest of Mexico. Cambridge University Press, Cambridge, New York.

58Id. "Conquest landscapes: ecological consequences of pastoralism in the New World", in: GRUZINSKI, S. et NATHAN, W.: Le Nouveau Monde - Mondes nouveaux, MSH, Paris 1996: pp. 96-114.

59PARE, Luisa et SANCHEZ, Martha J. (coord.), 1996, El ropaje de la tierra. Naturaleza y cultura en cinco zonas rurales. UNAM / Plaza y Valdes, México (471 pages).

60OLIVEIRA, O, PEPIN LEHALLEUR, M, Y SALLES, V. (comp.), 1989, Grupos domésticos y reproducción cotidiana. El Colegio de México, Ed. Miguel Angel Porrúa, México. DF. pp. 256.

61QUESNEL, André, 1997 « Nouvelles dynamiques démographiques en milieu rural. Faits et approches à partir d'exemples mexicains et africains. », in: BLANC-PAMARD, Chantal: Dynamique des systèmes agraires, thème et variations. Nouvelles recherches rurales au Sud - ORSTOM, 1997 - Paris.

62ROJAS RABIELA, Teresa (dir.), 1994, Agricultura indígena : pasado y presente (colloque). SEP - CIESAS, 397 pages.

63TOLEDO, Victor Manuel, 1992, « Utopía y Naturaleza. EL nuevo movimiento ecológico de los campesinos e indígenas de America latina », in : Nueva Sociedad (Caracas), n° 122, pp. 73-85.

64TOLEDO, V.M.; CARABIAS, J.; MAPES, C. et TOLEDO, C., 1985, Ecología y autosuficiencia alimentaria. Hacia una opción basada en la diversidad biológica, ecológica y cultural de México. Siglo XXI, México.

65TORRES TORRES, Felipe, 1991, « La agricultura auto-sostentable en el marco de la integración comercial de América del Norte.» ; in : Problemas del Desarrollo, janvier-mars 1994, no. 96.

66TORTOLERO, Alejandro, 1995, « Historia agraria y medio ambiente en México: Estado de la cuestión », in: Noticiario de Historia Agraria, n.° 11 - 1996: pp. 151-178

67WARMAN, Arturo, 1976, Y venimos a contradecir. Los campesinos de Morelos y el Estado nacional. INAH, México.

68WOLF, Eric et PALERM, Angel, 1972, Agricultura y civilización en Mesoamérica. SepSetentas, Mexico - 215 p.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Nicolas Ellison, « Sociétés et Economies Paysannes : Une sélection critique », Nuevo Mundo Mundos Nuevos [En ligne], Bibliographies, mis en ligne le 01 janvier 2003, consulté le 19 octobre 2017. URL : http://nuevomundo.revues.org/478

Haut de page

Auteur

Nicolas Ellison

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Nuevo mundo mundos nuevos est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page