Navigation – Plan du site
Autour de The Wire : regards croisés sur un objet en voie de légitimation
Antoine Maillet

The Wire: une série TV comme terrain d’étude

[24/03/2009]

Texte intégral

Introduction

1La série The Wire, diffusée entre 2002 et 2008 sur HBO, laisse rarement indifférent. Les adeptes deviennent rapidement fanatiques, alors que les autres, désarçonnés par la complexité et le rythme particulier de cette production à part dans le paysage audiovisuel nord-américain, abandonnent rapidement. Disons le franchement : pour celui ou celle qui se laisse séduire, The Wire est proprement exceptionnel. L’originalité du propos, la virtuosité de la narration, la qualité de l’interprétation, la sobriété de la réalisation et l’ambition de l’ensemble en font un divertissement passionnant. Au fil du récit, l’empathie avec les personnages grandit. L’attente entre les épisodes devient difficilement supportable.

2Après cet hommage rendu en tant que « fan », je me propose d’explorer cet objet dans la perspective des sciences sociales. Mon propos est de montrer de quelle manière elle peut être, plus qu’un simple objet d’étude, un véritable terrain pour le chercheur en sciences sociales. Cette perspective soulève de nombreuses questions que je souhaite esquisser ici, à la manière d’un programme de recherche sur les représentations des processus de politique publique dans les œuvres de fiction. J’aborderai dans un premier temps les questions liées à l’approche de l’objet audiovisuel en tant que terrain, puis dans un second temps certaines applications possibles dans le domaine de l’analyse des politiques publiques. Enfin, j’exposerai les bénéfices qu’il y aurait à intégrer cette étude dans une perspective comparatiste.

Un terrain atypique ?

3The Wire a gagné une réputation tardive de « meilleure série du moment », qui s’est construite à travers des articles de bloggeurs mais surtout d’institutions dominantes dans le champ de la critique1. Conscients et fiers de leur réussite, les auteurs de The Wire alimentent leur propre mythologie, en présentant leur création comme un objet résolument à contre-courant du reste de l’industrie audiovisuelle. Ainsi, l’un des co-scénaristes, Dennis Lehane, affirme-t-il : « The Wire est la série la plus anti-TV qui existe »2. Cependant, dans la mesure où cinq saisons ont pu être produites, on peut relativiser cette prétention à la différence. D’une manière ou d’une autre, peut-être plus en terme de prestige que de rentabilité immédiate pure, la série est utile pour HBO, l’entreprise qui la produit et la diffuse. Il y a bien un effet de « marque » pour cette chaîne de télévision payante qui a bâti son succès sur la qualité et l’ambition de ses productions. Quoi qu’il en soit, le statut de « culte » qu’est en train d’acquérir la série crée un voile qui constitue un premier obstacle pour le chercheur qui souhaite avancer sur ce terrain. Il faut donc s’efforcer de prendre ses distances tant par rapport aux émotions générées par la série qu’en relation aux discours des méta-acteurs que sont les créateurs.

4Se dessinent donc les difficultés qui se présentent à tout chercheur travaillant à partir de méthodes qualitatives, telles que l’entretien ou surtout dans ce cas précis l’observation. Certains pourraient toutefois juger abusif l’usage de ce terme, impliquant une transposition des méthodes de l’observation d’une configuration réelle, qui implique généralement une relation directe, à celle d’un objet de fiction. Cependant, il me semble que soumettre la série à une enquête, pour laquelle il faudrait envisager plusieurs visions successives, le carnet en main, prenant des notes sur les comportements des personnages et les relations qui se nouent, ne diffère guère dans l’esprit du travail d’observation participante. Même si un tel dispositif aurait nécessairement un caractère et un statut hybrides, on resterait bien plus proche d’un terrain traditionnel, les interactions avec les sujets enquêtés en moins, que de l’étude des objets cinématographiques ou de la sociologie du visuel, dans la mesure notamment où l’on prêterait une plus grande attention à la narration elle-même qu’au style et à la mise en scène.

5Si l’on prend au sérieux cette idée de travailler sur la série comme un terrain en soi, terrain que l’on ne pourrait interroger justement que sur la base d’observations, il convient de réaliser certaines opérations préalables. De la même manière qu’un chercheur doit rester vigilant face à l’empathie que peuvent lui inspirer les enquêtés, il faut chercher à contrôler les biais induits par la relation qu’on entretient avec l’objet.

6Ce travail de mise à distance revêt différents aspects. Par exemple, par rapport à la prétention de réalisme sur laquelle se construit la réputation de la série, il apparait que les auteurs jouent implicitement sur la propension à l’autosatisfaction du spectateur. En effet, si je considère comme réaliste ce que je vois, je me considère alors comme détenteur d’un certain savoir sur les phénomènes sociaux, mêmes lorsqu’ils prennent place à la marge de mon expérience. Se mélangent ici probablement le goût du chercheur en sciences sociales pour les objets complexes et des lectures de sociologie urbaine, ainsi qu’une certaine familiarité, mais nécessairement lointaine. En effet, quelle connaissance réelle ai-je de la vie dans les quartiers en déshérence de Baltimore, des rouages du trafic de drogue ou du fonctionnement d’un service de police, pour pouvoir juger de l’authenticité de la représentation ? La question s’applique à tous les commentateurs qui mettent en exergue l’exactitude de la description.

7Pourtant, il ne s’agit pas de récuser, après l’avoir évoquée, une certaine authenticité dans la description. Le but de ce processus est de s’affranchir des jugements de valeur, pour pouvoir entrer sur le terrain avec un regard frais, et s’y positionner en tant qu’observateur et non comme militant, en l’occurrence d’une plus grande diffusion de cette série. Comme dans toute recherche, le processus d’objectivation n’a pas pour but de nier la possibilité de construction d’une certaine connaissance, mais bien d’amener à réfléchir à certaines précautions nécessaires, que je tenterai de mettre en œuvre dans mon analyse de la représentation des processus politiques dans la série.

Politiques publiques et urbaines dans The Wire : un condensé de ville américaine

  • 3  On pourrait aussi considérer, entre autres, un état des lieux de la progression des thématiques cl (...)

8Les opérations décrites auparavant comme nécessaires dans la démarche sont autant de précautions au service de l’objectif d’aborder la série comme un véritable terrain, de l’observation duquel on peut retirer des éléments intéressants pour différents domaines, dont on ne peut dresser une liste exhaustive3… Je me consacrerai ici aux éléments ayant trait la politique urbaine et plus généralement des politiques publiques dans l’Amérique du Nord-Est.

  • 4 The Wire, saison IV, épisode 5, « Alliances »

9Différents concepts canoniques de la science politique (spécialement nord-américaine) s’incarnent dans The Wire. Ce phénomène s’accentue à partir de la deuxième saison, quand la série élargit son champ de vision bien au-delà des intrigues policières. On peut ainsi voir l’importance des acteurs intermédiaires dans la politique locale, notamment les représentants des communautés, souvent proches de la hiérarchie religieuse. C’est toute la trame des réseaux de politique locale qui nous est révélée à travers la description de la trajectoire ascendante d’un conseiller municipal blanc tiraillé entre son idéalisme et une ambition débordante. La description de la campagne électorale, avec la multiplication des cérémonies d’allégeance des candidats aux autorités de la communauté noire, illustre cette situation4.

  • 5 The Wire, saison V, épisode 7, « Took »

10Un autre trait caractéristique de la politique locale est l’accent mis sur ce que la science politique nord-américaine appelle le constituency service, c'est-à-dire la relation directe entre l’élu et ses électeurs, qui passe souvent par des échanges matériels, donnant parfois prise à des accusations de clientélisme. On en trouve une incarnation dans un des personnages-clé de l’intrigue politique de la série, homme politique noir impliqué dans de nombreuses manigances toujours à la lisière de l’illégalité. Accusé de détournement de fonds, il parvient à convaincre le jury de son innocence dans cette affaire en mettant en avant son rôle dans la vie quotidienne de ses électeurs, qui consiste notamment à assumer certaines dépenses de première nécessité5.

  • 6 The Wire , saison V, episode 6, « The Dickensian aspect »

11Les principaux enseignements de la série résident probablement dans la mise en forme de la discussion traditionnelle qui oppose politics et policies. Sur ce sujet, The Wire articule assez clairement un parti pris selon lequel le personnel politique ne se meut que sur des considérations de politique, et non de politiques publiques. Les revirements du maire démocrate élu lors de la quatrième saison en sont la principale illustration. Ambitieux et réformateur avant sa victoire électorale, il est ensuite happé par la multiplication des problèmes quotidiens et surtout guidé par son ambition supérieure, avouée à peine installé dans le fauteuil de maire : déloger le gouverneur républicain de l’Etat du Maryland. Toutes ses décisions, qui affectent les politiques publiques notamment dans les secteurs de l’éducation et de la police, sont prises en fonction de cette variable. Dans ce même domaine des politiques publiques, on peut ainsi voir que, selon les auteurs de la série, le processus de mise sur agenda (agenda-setting) est soumis aux changements de la conjoncture, et loin de relever d’une vision stratégique. La priorité soudainement donnée à la question des sans-abris durant la deuxième année du mandat du maire illustre bien cet opportunisme6.  

12Au-delà de l’apparente, jusqu’à preuve du contraire, authenticité de la description, il y a donc bien un véritable discours critique articulé par les auteurs de la série. Au-delà du divertissement, les auteurs argumentent autour d’une thèse, qui est celle du cynisme et de l’inefficacité de la politique, alimentée par les ambitions personnelles et la vision à court terme de la classe politique. Cette argumentation est subtile, appuyée par de nombreux exemples, et certainement assez convaincante. Il convient de la resituer dans son contexte, comme un récit possible d’une réalité nécessairement multiple.

Perspectives comparées

  • 7  Voir par exemple les travaux du sociologue Sudhir Venkatesh. Pour une introduction, http://www.lav (...)

13La meilleure manière de contextualiser The Wire est de l’intégrer à un dispositif comparatif. Travailler sur la série comme un terrain permet par exemple de la constituer comme un nouveau cas, à intégrer dans le corpus d’une recherche. Le recours à la méthode comparative est aussi un moyen de mesurer le degré de réalisme, en établissant des possibilités de contrôler les informations contenues dans la série à la lumière de travaux respectant les critères des sciences sociales7.

14Une alternative intéressante serait de la comparer avec d’autres objets de fiction. On trouverait là des ponts avec l’univers créé par une génération d’auteurs de polar qui de fait participent à la série en tant que scénaristes : George Pelecanos, Denis Lehane, Richard Price. Il est intéressant de constater que les deux premiers sont d’ailleurs des auteurs dont l’œuvre est identifiée à une ville, où la grande majorité de leur oeuvre est située (Washington pour Pelecanos, Boston pour Lehane). Ces auteurs partageant avec la série une vision critique de l’état de la mégalopole urbaine, on pourrait donc lire, à travers The Wire, le portrait des villes de l’Amérique du Nord-Est. Cependant, cette comparaison fait aussi apparaitre certaines différences dans le dispositif entre les romans et la série qui font ressortir l’ambigüité du discours de The Wire.

  • 8  Voir notamment : Pelecanos, George, Soul Circus, Editions de l'Olivier ; Lehane, Dennis, Un dernie (...)

15En effet, les romans s’inscrivent plus traditionnellement dans les canons du genre « policier », le lecteur suivant les péripéties d’une enquête, généralement menée par des détectives privés8. Le point de vue exprimé est donc clairement identifiable à celui de ces personnages, qui sont confrontés directement aux problèmes d’une société décrite en situation de crise. Dans The Wire, la multiplicité des angles sur une même histoire, qui pourrait s’apparenter à un narrateur omniscient, vient d’une certaine manière dissimuler le caractère subjectif du propos, sans pour autant l’effacer. Les effets en termes de diffusion des représentations et de pénétration de la thèse des auteurs, analysés précédemment, s’en trouvent renforcés.

16La comparaison peut aussi s’étendre au-delà de ce premier cercle. Comme le suggère Antoine Faure, le contraste avec 24 heures Chrono est particulièrement éclairant en relation aux politiques de sécurité post-11/09. Dans le cadre d’une recherche sur les représentations des politiques publiques dans des objets de fiction, on pourrait aussi penser à des séries (West Wing) ou des films explicitement politiques… mais aussi à des œuvres qui assument entièrement leur caractère de fiction : quelle comparaison pourrait-on tracer entre Baltimore et Gotham City ? Enfin, une comparaison internationale pourrait se révéler intéressante. A ce titre, on pourrait étudier la série française La Commune, diffusée sur Canal + en 2007, qui utilise aussi les cadres du polar pour aborder des sujets plus sociaux, et réalise des incursions dans la politique locale, sans toujours échapper à la caricature. C’est tout un champ des possibles qui s’ouvre avec l’amorce d’une analyse des représentations des processus de politiques publiques véhiculées par les objets de fiction.

Conclusion

17On le voit, transformer la série en terrain est un excellent prétexte pour se poser à nouveau certaines questions inhérentes à la réflexion méthodologique en sciences sociales. Au-delà de l’enthousiasme initial, il est important de maintenir une certaine distance par rapport à la prétention réaliste des auteurs. Cependant, une fois ces précautions prises, les possibilités ouvertes par la richesse et la précision de la série en font un terrain très stimulant.

18Mais l’utilité que peut avoir The Wire pour les sociologues et politistes déborde de cette question du terrain. La série pourrait ainsi être un excellent support pédagogique, tant sur les problématiques déjà évoqués, que pour une réflexion d’ordre plus général sur les sciences sociales. En effet, comme les sciences sociales, la série souhaite aller au-delà des apparences, et fait le pari de la complexité, ce qui la confine à une audience réduite. On est ici très proches de considérations sur la mise en forme de la recherche et la déclinaison d’un même travail en différents formats.

19Une autre problématique que partagent la discipline et la série sont les interrogations sur les effets de ce discours alternatif au discours dominant, en particulier la difficulté à les mesurer à court ou long terme : constatera-t-on dans les années à venir un tournant The Wire dans la production audiovisuelle ? Rien n’est moins sûr. Quant à envisager des effets hors du champ culturel, dans celui de l’action publique par exemple, ce serait aller beaucoup trop loin.  Toutefois, le fait que cette série ait pu se construire, puis se poursuivre, pour aujourd’hui essaimer, constitue en soi un phénomène dont il faut se réjouir.

Haut de page

Notes

1  Voir notamment les articles de Slate : « The Wire on Fire », septembre 2006, http://www.slate.com/id/2149566/ ;  et de The Newyorker : « Stealing Life », octobre 2007, http://www.newyorker.com/reporting/2007/10/22/071022fa_fact_talbot

2  Traduction de l’auteur : "The Wire is the most anti-TV show out there". http://www.sptimes.com/2006/10/01/Floridian/For_Lehane__it_s_not_.shtml

3  On pourrait aussi considérer, entre autres, un état des lieux de la progression des thématiques classiques des minorités et mouvements sociaux, ou même plus généralement une réflexion sur la société contemporaine et les processus de bureaucratisation.

4 The Wire, saison IV, épisode 5, « Alliances »

5 The Wire, saison V, épisode 7, « Took »

6 The Wire , saison V, episode 6, « The Dickensian aspect »

7  Voir par exemple les travaux du sociologue Sudhir Venkatesh. Pour une introduction, http://www.laviedesidees.fr/Plongee-dans-le-ghetto-noir.html

8  Voir notamment : Pelecanos, George, Soul Circus, Editions de l'Olivier ; Lehane, Dennis, Un dernier verre avant la guerre, Rivages / Thriller, 1999

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Antoine Maillet, « The Wire: une série TV comme terrain d’étude », Nuevo Mundo Mundos Nuevos [En ligne], Images en mouvement, 2009, mis en ligne le 24 mars 2009, consulté le 29 juillet 2016. URL : http://nuevomundo.revues.org/55673

Haut de page

Auteur

Antoine Maillet

Antoine Maillet est doctorant en cotutelle à l’Université Catholique du Chili et l’IEP de Paris

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Nuevo mundo mundos nuevos est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page