Navigation – Plan du site
Colloques | 2009
Des catégories et de leurs usages dans la construction sociale d’un groupe de référence : "race", "ethnie" et "communauté" aux Amériques (Mascipo) – Paris, EHESS, 13-15 décembre 2006
Roberto Araújo

De la “Communauté” aux “populations traditionnelles”

aspects de la modernité amazonienne
[06/07/2009]

Résumés

Au Brésil, le terme « communauté » a initialement été utilisé par la sociologie pour décrire une forme singulière d’organisation sociale, issue d’élaborations culturelles successives de l’héritage colonial. Investi par les théologiens de la Libération, il est ensuite politisé à l’extrême en se transformant en Communauté Ecclésiale de Base (CEB), à la fois groupe local et groupe de mobilisation politique. Dans une première partie, l’article entend montrer à quel point la « communauté » semble être redevable, au Brésil, d’une perception dichotomique du processus d’expansion territoriale. Dans un second moment, il souligne que le champ sémantique qui s’est ainsi constitué a offert un terrain fertile à l’éclosion – dès les années 1990 – de la notion de « population traditionnelle » comme pivot des politiques modernes d’aménagement territorial et de distribution foncière.

Haut de page

Texte intégral

I - Introduction

1Depuis les premières interprétations sociologiques modernes sur l’Amazonie rurale non-indienne, le terme de “communauté” a été utilisé pour décrire une forme singulière d’organisation sociale, issue d’élaborations culturelles successives de l’héritage colonial, selon néanmoins des logiques propres à des systèmes domestiques de production. Cet archétype spatialisé des relations sociales – la communauté - est une constante dans maintes études sur les populations rurales réalisées dans la première moitié du siècle.

2A partir des années 1960, l’Église catholique s’approprie le terme, dans un moment de réorganisation de ses structures, pour incarner une présence missionnaire plus effective dans différentes réalités locales qui coexistaient à l’intérieur d’immenses territoires paroissiaux, en lui donnant des significations nouvelles par le biais d’une association entre communauté et ecclesia.

3L’usage du terme s’était entre-temps répandu, pour désigner de façon générique des isolats de population ou des conglomérats qui ne jouissent pas du statut de vila (l’agglomération-siège du District, celui-ci étant la plus petite unité politique territoriale, sous-division du município), et qui se constituent en fonction des mouvements migratoires.

4Pendant le régime militaire, entre les années 1970-80, on assiste à une extraordinaire politisation de la communauté qui – sous l’optique de la pédagogie militante des théologiens de la Libération – se transforme en Communauté Ecclésiale de Base (CEB), à la fois un groupe local (de voisinage, où se tissent des rapports de parenté...) et un groupe de mobilisation et de formation politique, prélude à de nouvelles formes de participation des laissés pour compte du développement aux mécanismes de prise de décision.

5Cette nouvelle forme de participation serait orientée par des valeurs de solidarité en quelque sorte inhérentes aux pratiques populaires, traduction – sur le plan politique - d’une éthique “communautaire” radicalement opposée à l’égoïsme et aux logiques du “capitalisme sauvage”.

6Le rôle joué par cette Église militante dans l’émergence d’un nouveau syndicalisme agraire et dans l’organisation des mouvements sociaux en Amazonie Orientale pendant la dictature militaire fut abordé a maintes reprises (cf. Par ex. Leroy, Petit etc.). Il n’en sera pas question ici. Il faut en revanche le signaler, car il s’agit là d’un moment charnière dans une transition entre l’interprétation sociologique et la construction de la communauté comme fondement de la participation politique. Le champ sémantique ainsi constitué offre un terrain fertile à l’éclosion – dès les années 1990 – de la notion de « population traditionnelle » comme pivot des modernes politiques d’aménagement territorial et de distribution foncière, ce qui n’est pas toujours sans poser des problèmes. On y reviendra dans une seconde partie de ce texte. Mais il faudrait auparavant essayer de montrer à quel point la « communauté » - indépendamment même des questions méthodologiques propres à l’étude des folk societies de la tradition sociologique – semble être redevable, au Brésil, d’une perception dichotomique du processus d’expansion territoriale.

II - Aux sources de la « Communauté » : une vision dichotomique de la société nationale ?

7Dans des monographies sur une ville amazonienne, Gurupá (“Itá”), Wagley et Galvão décrivent ainsi les caboclos – habitants des peuplades riveraines de l’état du Pará, en Amazonie Orientale, à la fin des années 1940:

“Comme il a été dit, la plupart de la population amazonienne se distribue tout le long des fleuve et de leurs affluents, oú il se constitue de la sorte des petites communautés rurales. Ces communautés se composent de petits bourgs (povoados), “sítios”ou freguesias selon l'appellation locale, dont l'économie se fonde sur la collecte du caoutchouc, de la noix-du-Brésil, ou sur la petite agriculture vivrière. Les freguesias sont composées d'un nombre réduit de familles, [...] et excèdent rarement 150 individus. L'entrepôt du seringalista, ou patron de la freguesia, locataire ou propriétaire des terres, est le centre de la freguesia. [...] Le patron n'est jamais un fazendeiro ou un agriculteur. Il est un commerçant. Ses “clients” (fregueses) se dédient à la récolte du latex ou à la culture de petites plantations de manioc. [...] Dans les freguesias où l'agriculture est la principale activité économique, les caboclos tendent à se rassembler dans un bourg (povoado), tandis que dans celles des seringais, [les populations] sont considérablement plus dispersées. [...] Des confréries, institutions aux buts essentiellement religieux [surtout l'organisation de la fête du saint-patron], ont acquis [dans les freguesias] une fonction sociale extrêmement importante, offrant au groupe local une structure formelle. Elles constituent le “gouvernement” (sic) du bourg (povoado), la position des associés selon leur fonction devenant le reflet de leur prestige dans la vie sociale du groupe» (Galvao, 1976:14;112-113;124. C'est moi qui souligne).

8Wagley semble utiliser de manière quelque peu différente de celle de Galvão le terme de communauté:

« Une aire restreinte située autour de la ville [de Gurupá] occupe un cinquième du territoire du município, et considère la ville comme le centre de sa vie économique et sociale. [...] Ceux qui habitent sur les bords des rivières [proches de la ville] constituent un bairro [lit:quartier], ou une sous-unité pour ainsi dire, d'une unité plus grande qu'est la communauté. Sur l'une de ces rives il y a quelques quinze ou vingt maisons situées les unes par rapport aux autres à des intervalles de deux cents, trois cents voire même cinq cents mètres. On y trouve parfois des maisons groupées où habitent divers membres d'une même famille. Dans l'un de ces lieux, trois maisons, séparées par une centaine de mètres les unes des autres, abritaient les familles d'un homme et de ses deux fils mariés; ailleurs, dans six maisons éparpillées tout le long de trois kilomètres d'un affluent, habitaient ses cousins. Un patriarche et ses gendres, ainsi qu'une veuve avec ses trois filles et leurs maris formaient deux autres groupes». [...] Dans ces bairros, les hommes échangent des jours de travail les uns avec les autres et organisent des groupes de travail coopératif pour l'agriculture. Au-delà du cercle familial, le bairro est la scène où se déroule le quotidien de la zone rurale. »

« La dévotion à un saint particulier [outre les deux saints-patrons fêtés à Itá] est une forme du lien existant entre les habitants d’un bairro donné. Dans chaque affluent, il y a une confrérie religieuse dédiée à un saint [...]. Tous les ans, le jour du saint est commémoré sur place » (WAGLEY, 1977:46-48. C'est moi qui souligne).

9Ce que Wagley appelle bairro (sous-unité du territoire urbain d'Ita, dotée d'un saint-patron distinct de ceux de la ville) est, à peu de choses près, ce que Galvao appelle freguesia. Celle-ci est composée d'un bourg et/ou d'un entrepôt marchand servant de centre de rassemblement à des populations éparpillées, qui vénèrent localement un même saint-patron. Les deux descriptions sont en effet parfaitement complémentaires, si l'on est prêt à admettre que le bairro de Wagley n'est autre chose qu'une freguesia qui, proche d'un conglomérat plus dense, participe davantage au rayonnement des activités urbaines, sans doute au prix d'un transfert à la ville de certaines fonctions remplies habituellement par le bourg, ou par l'entrepôt “central”, des freguesias les plus éloignées. On aurait ainsi caractérisé, dans la synchronie, une logique d'emboîtements successifs entre des groupes de voisinage riverains, la freguesia, et la ville.

10Dans son ouvrage Os parceiros do Rio Bonito, sur les sociétés caipiras du Sudeste, Candido semblerait presque reprendre à son compte les observations faites par ses contemporains Wagley et Galvao sur la communauté amazonienne. Constatant l'éparpillement des populations dans certaines régions du hinterland de São Paulo, il note que:

“Rare est le cas d’un [agriculteur, pour isolé qu’il soit] totalement indifférent à l’attrait des noyaux plus denses de population. [...] L’habitant de la fazenda, do sítio, ou du taudis éloigné, c’est celui-là même qui se dirige périodiquement vers le bourg (povoado) proche [pour échanger sa production].(...) Les rapports de voisinage constituent néanmoins, entre la famille et le bourg, une structure intermédiaire, (...) univers immédiat de la vie caipira, en fonction de laquelle se tissent ses relations sociales fondamentales» (1982:58).

11Cette “structure intermédiaire” le groupe de voisinage, c'est le bairro rural, formé autour de “noyaux familiaux” [blocos familiares]:

“[Le bairro] est la structure fondamentale de la société caipira, et consiste dans le regroupement de quelques familles, parfois nombreuses, plus ou moins liées par le sentiment de localité, par la vie commune, par les pratiques d’aide mutuelle, par les activités ludico-religieuses. Les habitations peuvent être proches les unes des autres, suggérant parfois l'esquisse d'un bourg; ou alors elles se trouvent à tel point éloignées les unes des autres que l'observateur est incapable de discerner, dans la maison isolée qu'il rencontre à certains intervalles, l'unité qui les rassemble” (Cândido, 1982:62).

12A l'intérieur de ces frontières plus ou moins définies spatialement sont aussi recrutés les participants des confréries qui honorent un même saint-patron. Certains quartiers, n'ayant pas érigé de chapelle pour un saint de leur dévotion, s'associent à d'autres à l'occasion des fêtes. Cândido n'hésite pas à envisager le “quartier rural” dans une perspective diachronique, le situant à l'origine des noyaux territoriaux:

“Le groupe, aussi éloigné, cohérent et autosuffisant qu’il fût, était toujours lié aux centres oú l’on trouvait le sel, les représentants de l’administration temporelle et le ministère religieux [...]. Ces considérations deviennent plus claires quand on se place du point de vue de l'évolution des villes de São Paulo. Au début, il n'est que des habitants marginaux. Ensuite, une chapelle était érigée, sur une donation en terres [d'un fazendeiro ou d'un agriculteur plus prospère qui, en paiement d'une promesse, construisait une maison rituelle dotée d'une image du saint de son choix], rassemblant aussitôt des comptoirs de marchandises et quelques maisons autour” (1982:75. C'est moi qui souligne).

13Un arraial naissait alors, qui pouvait devenir le siège d'une freguesia administrativement dépendante d'une vila. Le lent accroissement de la densité démographique autour d'une de ces freguesias lui valait ensuite d'accéder à la catégorie de vila, unité dont passaient à dépendre d'autres freguesias existantes, ou en passe de formation grâce à de nouvelles migrations:

“Dans les documents anciens [...], le bairro apparaît presque toujours comme une division administrative de la freguesia, celle-ci étant à son tour une division administrative de la vila. La vila était le siège de la Chambre et de la Paroisse, se trouvant à la tête d'un territoire presque toujours très vaste; la freguesia supposait l'existence d'un noyau compact d'habitations et d'une église pourvue d'un curé, généralement coadjuteur du vicaire de la paroisse; le quartier (bairro) était une division qui comprenait les habitants éparpillés, possédant fréquemment une petite chapelle et parfois un cimetière. Le territoire des vilas a constitué [plus tard] celui des districts.” (Candido, 1982:63. C'est moi qui souligne).

14L'étymologie ainsi qu'une acception courante du mot freguês, d'où dérive celui de freguesia, semblent admirablement cristalliser les sens de ce processus au terme duquel un conglomérat de maisons rassemblées sur le terrain d'un grand propriétaire terrien, ou autour d'entrepôts de commerce, devient sous les pieux auspices d'un individu prospère le siège d'une division politico-administrative. Venant en effet de fili eclesiae, freguês est “l’enfant de l’Eglise” en même temps que le client habituel d'un fournisseur marchand.

15Dans quelle mesure peut-on envisager ces liens appréhendés dans le cadre des réseaux commerciaux selon la théorie de l'"intégration verticale" au capitalisme, à la manière de Chayanov? Car pour ce faire, il faut admettre que les unités domestiques considérées au moment de leur "intégration" à un ensemble économique plus vaste ont pu disposer, en tant que telles, des moyens d'un contrôle collectif de leurs conditions d'existence et de reproduction, indépendamment du dispositif marchand lui-même.

16La supposition doit être mentionnée au passage, car elle sous-tend l'argument de nombreux auteurs et semble être souvent à l'origine d'une perception "dualiste" des sociétés rurales au Brésil, mais aussi ailleurs en Amérique Latine. Tout en considérant par exemple la genèse coloniale des formes de peuplement du hinterland sous le signe d'une confrontation entre la réalité de l'esclavage et le désir d'indépendance sociale des métis d'africains et d'amérindiens, Cândido peut-il affirmer:

« Le point de départ [pour comprendre la société caipira] doit être recherché dans la nature du peuplement de São Paulo, conditionnée dès le début par les activités nomades et prédatrices des Bandeiras. [Celles-ci constituent] un type donné de sociabilité, avec ses manières d'occuper le sol et de déterminer les relations intra et inter-groupes. La résultante du processus a été déterminée par l'ajustement du groupe au milieu, fusionnant l'héritage portugais et celui des premiers habitants de la terre. [Ceci peut, seul] permettre de définir et de comprendre l'économie semi-nomade [...] du paulista»

« Ce chasseur [métis] sous-alimenté, maître de son destin grâce à l’indépendance précaire de la misère, refusa l’encadrement du salaire et du patron tels qu’ils lui ont été présentés, associés au travail servile (trabalho servil); dépossédé de sa propriété dont les titres (juridiques) n'existaient pas, par des voleurs de terres [grileiros] et des tueurs à gage, il restait sur place comme agregado [lit. « Ceux que le seigneur a rassemblé autour de lui »] ou partait à la recherche d'un sertao novo, pour tout recommencer » (1982:36;82. C'est moi qui souligne).

17Une dichotomie, perçue comme inhérente aux formations sociales issues de la conquête, est parfois redevable d'une vision "naturalisante", que la lecture de textes plus anciens contribue à mettre en évidence. Euclides da Cunha mentionne, par exemple, l'importance de l'esclavage dans la constitution des sociétés métisses du sertao du Nordeste, dans une introduction historique à l'épisode de Canudos. Formé au positivisme de l'Ecole Supérieure de Guerre et sensible au débat sur la question raciale qui a dominé tout le XIXème siècle brésilien, il évoque les “dispositions de caractère” des métis pour expliquer la réussite d'une société originale:

“Les premiers sertanistas [blancs à la tête d’expéditions de chasse à l’indien, ici le bandeirante] supplantaient entièrement l’indien, et après l’avoir dominé ont fait de l’indien un esclave, [...] profitant des dispositions de son caractère dans les activités qu'ils projetaient de développer. [Progressivement isolée, cette société] s'est développée en marge de l'influence d'éléments [extérieurs]. Livrés à une vie pastorale [en accord avec] les penchants de leur caractère, caribocas [métis de blanc] et cafuzos [métis de noir et d'indien] à la peau mâte, ancêtres directs des vachers actuels, entièrement éloignés (...) de l'intense colonisation du littoral, ont évolué jusqu'à acquérir une physionomie originale. Comme s'ils avaient grandi dans un autre pays» (1967:89;94).

18Cunha semblait croire que, éloignés des centres névralgiques de l'économie et de l'administration coloniale, les populations de l'intérieur des terres échappent par la migration à l'emprise d'un système fondé sur la soumission des populations noires et indiennes, pour retrouver face aux seules contraintes d'un environnement auquel elles s'adaptent une sorte d'économie ou de société “naturelles”. N'est-ce pas là un point de vue que Cândido aussi semblerait intimement adopter? Car il semble curieux, sinon, qu'il puisse parler de “démocratie initiale” en étudiant les “différentiations économiques et (...) les formes de participation culturelle dans une société née de l'esclavage:

« Le fazendeiro prospère, le petit agriculteur, le posseiro, ont parfois une même origine familiale, et leurs ancêtres ont partagé des conditions de vie identiques. Car même les sítios da roça étaient territorialement très étendus au départ, ne permettant pas de faire la distinction, devenue très nette ensuite, entre la petite et la grande propriété. On comprend donc que les rapports de voisinage aient eu une grande extension et une grande capacité d'inclusion, à la faveur d'une certaine démocratie initiale. »

19Mais en même temps:

“[...] La possibilité d'employer de la main d'oeuvre esclave a créé, depuis les phases initiales de la traite (apresamento), un ferment de différenciation qui ne cessera pas de s'accentuer [...] ce qui permet de comprendre la diffusion du type social du fazendeiro, propriétaire des terres labourées par l'indigène, et plus tard par le noir, ayant sous son commandement une certaine quantité d'agregados dépendants de ses faveurs” (1982:80. C'est moi qui souligne).

20La dichotomie reste présente dans le raisonnement, comme si elle était indispensable à l'analyse d'une réalité essentiellement discontinue, sous la forme d'une opposition entre deux configurations sociales distinctes:

21-L'une d'entre elles est fondée sur l'échange de choses équivalentes entre des hommes libres et un patron, propriétaire et/ou commerçant, qui pourvoit en biens une population d'agregados et/ou de fregueses dont il s'approprie le travail, notamment pour produire des denrées régionales recherchées par un marché national (bétail, riz) et international (canne-à-sucre, cacao, café, caoutchouc etc.).

22-L'autre est fondée sur des liens de parenté et de voisinage tissés entre des familles de métis libres qui, fuyant la domination, organisent dans des conditions précaires la production directe de leurs moyens d'existence autour d'un échange de choses identiques, et instituent ce faisant une vie communautaire au sein du "quartier rural".

23Pourtant, dans le contexte colonial, la mise en place d'une économie de subsistance est avant tout destinée à satisfaire les besoins internes d'unités productives, elles-mêmes tournées vers la production mercantile. Comme le souligne Carvalho Franco:

« La production et la consommation directes trouvent leur raison d'être comme un moyen nécessaire à l'entreprise mercantile, au même titre que l'extension des terres appropriées, les techniques rudimentaires, l'esclavage. Cela étant, il ne suffit pas de constater que la production de subsistance et la production pour le marché s'organisent au sein d'une structure et sont inter-dépendantes. Malgré cela, on risque de parvenir à une vision dissociative des composantes du latifundium pour affirmer la combinaison de formations socio-économiques distinctes (...). Pour respecter leur intégrité, il faut considérer ces deux modalités de produire comme des pratiques qui sont constituantes l'une de l'autre. » (10-11. C’est moi qui souligne).

24La mise en garde de Carvalho Franco n’a pas été entendue par les auteurs des années 1980. La dichotomie de José de Souza Martins entre « front d’expansion » (constitué d’un paysannat en fuite devant le capital) et « front pionnier » (constitué par des grands entrepreneurs capitalistes qui expropriaient les premiers arrivants) va donner le ton des premiers débats académiques sur la colonisation moderne de l’Amazonie. (cf. Otávio Velho X Moacyr Palmeira ; Leonarda Musumeci etc.). Le terrain était ainsi préparé pour l’émergence du “traditionnel” comme catégorie politique.

III - Du Paysan anti-capitaliste à l’extracteur écologique : destins politiques d’une sociologie imaginaire

25Après l’étatisme autoritaire des décennies 1970-1980, on assiste dans les années 1990 en Amazonie à l’émergence d’une “configuration développementiste” aux traits originaux. Cette nouvelle conception du développement prônait la participation des populations locales aux processus de prise de décision en tant que condition nécessaire à l’amélioration de leur qualité de vie et de leurs revenus. Un tournant décisif de ce nouveau modèle – le “modèle socio-environnemental” – réside dans la transition entre les mots d’ordre de “réforme agraire” et de la petite production agricole vers les thématiques écologiques.

26Il est possible de documenter cette transition dans plusieurs régions d’Amazonie, au fur et à mesure d’une importante transformation de la conjoncture (nationale et internationale), de plus en plus sensible aux critiques écologiques et aux propositions à caractère environnementaliste depuis au moins la Nouvelle République. Sans aller plus loin, on peut mentionner le “Programa Nossa Natureza” (Notre Nature) adopté par le gouvernement Sarney, la création de l’IBAMA (Institut Fédéral de l’Environnement -1989), la réunion à Houston du Groupe des Sept Pays (1990), qui donna lieu au PP G-7 (Programme pour la Protection des Forêts Tropicales), outre le succès obtenu par le mouvement des collecteurs de caoutchouc de l’État de l’Acre.

27La transition apparaît clairement dans les “considérations préliminaires” du document de synthèse de la Deuxième Rencontre des Collecteurs de Noix-du-Brésil et Première Rencontre des Collecteurs de Caoutchouc de la Région du Jari (AP), réalisé entre le 29/06 e le 01/07/1990 dans le village de Santo Antonio da Cachoeira:

“Lors du Premier congrès des travailleurs ruraux de l’Amapá, 158 producteurs de la région ont participé et soulevé des problemes pertinents à ce groupe de population revendiquant principalement la réforme agraire dans l’Amapá. À travers la lutte des seringueiros de l’Acre le 30 de juillet 1987, a été créé, par le Ministère de la Reforme et du Développement agraire le document (portaria) no. 627-INCRA, formalisant la modalité du Projet de l’établissement (assentament) extrativista, pour implanter la reforme agraire dans des aires dotées de richesses d’extraction, à travers des activités économiquement productives et durables du point de vue écologique ”.

28Il ne s’agissait pas seulement ici de faire appel à un argument écologique pour justifier l’implantation d’une politique publique – la réforme agraire dans une région de l’Amapá. Il s’agissait de revendiquer pour soi les bénéfices escomptés d’une politique publique (en l’occurrence l’accès à la terre et aux ressources naturelles), en vertu de son identification à un sujet dont les caractéristiques désigneraient d’emblée en tant que bénéficiaire de cette modalité spécifique de réforme agraire, à savoir : les collecteurs de produits forestiers (extrativistas).

29Dès le départ, le modèle socio-environnemental est lié à une sorte de recomposition discursive de l’identité de certaines populations. Ce processus de recomposition identitaire – qui comporte plusieurs dimensions – a été rendu possible par un regain d’intérêt envers des formes « traditionnelles » d’utilisation voire d’aménagement des milieux naturels, à partir de l’idée que la clef d’un développement alternatif en Amazonie se trouverait à l’état virtuel dans les connaissances ou les pratiques des populations et sociétés régionales.

30Quelques unes des vertus de certains systèmes de production utilisés par les sociétés amazoniennes n’étaient certes pas inconnues des scientifiques. D’autre part, une inévitable « tragédie écologique » ne cessait d’être annoncée par la communauté académique, comme résultat des méga-projets hydro-électriques, de l’ouverture des routes et de l’attribution de généreux financements étatiques à l’expansion des pâturages. A en croire Foucher (1977) - écrivant en 1975 - l’argument écologique fonctionnait surtout comme prétexte à l’exercice des prérogatives parlementaires sous le régime militaire: “Faute de pouvoir affronter directement le gouvernement sur sa politique économique, les députés de l’opposition tolérée amorcent une critique fondée sur les conséquences écologiques de l’implantation des grandes fazendas d’élevage. La critique écologique, garantie par le caractère scientifique des observations, permet ensuite de mettre en cause le système économique global, en tant que, par exemple, soumis aux intérêts étrangers”.

31A ce titre, l’argument écologique paraît indissociable des tentatives de reprise en main par la société civile des références nationales que le gouvernement militaire avait entrepris de monopoliser. En permettant de contester l’efficacité économique du modèle de développement, et de renforcer ipso facto une opposition de principe aux choix opérés par celui-ci, l’écologie est incorporée de différentes manières à la critique des conséquences sociales des politiques officielles. En refusant d’emblée certaines populations ou catégories sociales comme partenaires du développement - notamment les régionaux, pourtant depuis longtemps aux prises avec les contraintes du milieu et passibles à ce titre de fournir de précieuses indications aux politiques officielles - l’action de l’État était non seulement moralement et politiquement inacceptable: son refus déterminait en partie son échec. L’une des contributions majeures de la critique écologique consiste ainsi, dans un premier moment, à restituer des populations considérées comme un obstacle au développement (indigènes, caboclos, seringueiros, ribeirinhos voire même des agriculteurs migrants pauvres), puisqu’elles étaient censément dépourvues des “capacités de décision et d’investissement » caractéristiques d’un « esprit d’entreprise » indispensable au décollage des zones rurales du Nord du pays.

32En 1987, année où la déforestation détectée par des images satellite a battu des records, prenait corps la proposition de création d’unités de conservation qui, à la différence des parcs nationaux et des réserves biologiques, seraient associées à des modalités déterminés d’occupation et d’usage par les populations locales. La création officielle de “projets d’établissements extractivistes” par le MIRAD (Ministère de la Réforme et du Développement Agraire) – et par la suite, des Réserves d’Extraction Forestière (RESEX) - peut apparaître dans ce contexte comme une victoire à la fois du mouvement des seringueiros et de certains courants intellectuels qui, tout en héritant de cette critique humaniste du modèle “civilisateur”, en viennent à structurer l’argumentation autour de thèmes écologiques. Ces courants, représentés dans des associations engagées aux côtés des “peuples de la forêt” (sic) dans l’Acre - i.e, seringueiros et “indiens-seringueiros” comme certains groupes Kaxinawa - se révèlent capables par là de mobiliser le soutien d’organismes comme le Programme des Nations Unies pour l’Environnement et de diverses associations non- gouvernementales comme l’Union Internationale pour la Conservation de la Nature et de ses Ressources. Expression à leur tour de courants d’opinion qui, depuis la fin des années 60, réagissent à l’encontre des valeurs de la “société de consommation”, affirmant progressivement la nécessité de protéger l’environnement des pollutions industrielles mais aussi, dans une perspective planétaire, de la dégradation des équilibres écologiques provoquées par un mauvais développement, ces associations renforcent dans un premier moment la position des seringueiros dans les négociations avec l’État et les banques finançant des projets de développement, comme la BID et la Banque Mondiale.

33Une analyse détaillée des circonstances qui ont présidé à cet embargo montrerait sûrement l’importance de la mobilisation d’une “opinion publique internationale” autour de la question écologique en tant que facteur capable d’expliquer dans une large mesure l’extraordinaire pouvoir de pression dont les seringueiros ont soudainement fait preuve. La question environnementale avait en effet pris les dimensions d’un « problème d’image », y compris et surtout à l’occasion pour les grandes banques internationales. En 1986, le vice-président des relations extérieures de la BIRD déclarait “les questions environnementales (constituaient) le plus important problème d’image de la banque, face à des critiques croissantes de l’opinion publique sur ses politiques et opérations (les cibles préférées de ces critiques étant le projet d’élevage au Botswana, le Pôle Nord-ouest au Brasil, les projets de déplacements de populations en Indonésie et le barrage de Narmada en Inde)” (apud George & Sabelli, 1994: 188).

34Cette conjonction de facteurs a contribué aussi à l’adoption, par l’état brésilien, de politiques publiques originales.. La création des “projets d’établissements extractivistes” (PAEs) et des Réserves d’extraction Forestière (RESEX) introduisaient une nouveauté par rapport aux projets de distribution foncière antérieurs: il s’agissait non plus de partager des lots entre des familles d’agriculteurs qui, de ce fait, accéderaient individuellement à la propriété, mais d’établir un bail pour un ensemble de familles, dont chacune exploiterait un différent emplacement (colocação) d’une terre publique et inaliénable, en respectant dans la mesure du possible des limites coutumières. Les familles acquerraient, en tant qu’associées d’un concessionnaire responsable du paiement d’une rente annuelle à l’État, des droits sur les produits de l’extraction forestière. L’aire serait destinée exclusivement et obligatoirement aux activités extractivistes, encore que des “activités complémentaires ayant pour but la subsistance des associés et de leurs familles” soient tolérées.

35Définis de cette manière, les PAEs et les RESEX permettaient de concilier en droit un certain type d’occupation humaine à une “unité de préservation de l’environnement” à l’instar des parcs nationaux, où l’exploitation des ressources naturelles était pourtant soumise à des restrictions qui rendaient impossible, à l’occasion, tout établissement humain. Différemment des Réserves indiennes, habitat de groupes revendiquant un lien de continuité, reconnu par la société environnante, avec les premiers occupants du pays, le projet d’établissement extractiviste se définissait par rapport au type d’activité économique des populations bénéficiaires. Cette formulation originale semblait exprimer la caution légale à une des propositions des seringueiros - la création de réserves extractivistes - adoptée au terme d’un débat où les avantages et inconvénients de différentes formes de propriété ont été envisagés.

36L’enjeu principal était ici pour les seringueiros la sauvegarde de l’intégrité des “emplacements” (colocações), unité d’exploitation à la surface variable (300 à 500 ha, trois à cinq fois supérieure à la surface distribuée dans les projets de colonisation officiels), aire de dispersion des arbres d’hévéa saignées par une même unité domestique et cadre physique où se déroule l’ensemble de ses activités économiques. Le principe d’inaliénabilité des terres contenu dans la solution adoptée devait fonctionner comme un mécanisme empêchant la vente d’”emplacements” individuels, l’encerclement le cas échéant des autres unités par des pâturages, et les pressions à la vente venant des spéculateurs et/ou grands propriétaires.

37A ce stade de la réflexion, on peut tout au plus constater qu’une catégorie sociale - celle des seringueiros de l’Acre - a pu maintenir leurs moyens d’existence face à une conjoncture extrêmement adverse, en vertu aussi du fait que les conditions de ce maintien constituaient l’objet d’un intérêt dans une large mesure étranger à leurs propres préoccupations (le trou dans la couche d’ozone, le rôle de la forêt comme puits de carbone, etc.) pour d’autres groupes ou forces politiques en présence.

38Curieusement, cependant, aucune distance ne paraît exister entre les revendications des indiens et des seringueiros vis-à-vis de la société nationale et les principes d’un modèle de développement fondé sur le besoin de préservation de l’environnement dans le texte suivant. Il s’agit d’une dissertation de 1987, engagée dans la création de RESEXs comme proposition de développement pour l’Amazonie, qui a eu une considérable répercussion dans les milieux académiques et politico-institutionnels:

“Nombre de conflits apparus (en Amazonie) dans la dernière décennie dérivent de la confrontation entre deux modèles d’occupation: l’un, basé sur les activités agro-pastorales et sur la colonisation; l’autre, prenant racine dans le passé de la région, se fonde sur l’exploitation des ressources forestières. Quoique méconnus de la population brésilienne, les travailleurs extractivistes bien comme les indiens cherchent à se manifester sur l’avenir de la région (...) Pour les indiens, développement signifie garantie du territoire; autonomie dans l’utilisation de ses ressources parmi lesquels les gisements de minerais; droit au maintien de leur identité ethnique; insertion économique et sociale à conditions égales dans la société régionale et nationale; et liberté d’expression culturelle et religieuse. C’est cela le modèle indigène de développement de l’Amazonie. Les buts des extractivistes, notamment ceux des seringueiros, sont en grande partie semblables: garantie de la possession des zones qu’ils occupent pour l’exploitation de l’hévéa (...), sans les transformer en lots individuels comme dans les projets de colonisation; accès à l’ensemble des ressources naturelles existant dans ces zones; accès à la technologie et aux moyens modernes d’augmentation de la productivité dans les activités extractivistes et agricoles; accès à l’éducation et respect de leur culture; assistance médicale pour tous ceux qui habitent la forêt. Cet ensemble de propositions - continue le texte - designe un modèle de développement de la région amazonienne qui utilise de forme rationnelle les ressources forestières” (Allegretti, 1987, IEA mimeo, Curitiba-PR : 9-10).

39Ce texte explicite l’amalgame tenace établi dans l’idéaire socio-environnemental entre un “développement durable” et certaines populations, aussitôt considérées comme « traditionnelles ». Car si l’auteur peut affirmer que les revendications de certains groupes ou catégories sociales (en l’occurrence une meilleure intégration économique et technologique au marché et à la société environnante) “désignent” un modèle de développement « environnementalement correct », c’est en vertu de croire que l’existence de ces groupes témoigne en elle-même d’un mode singulier de production, c’est-à-dire, d’une forme d’organisation des activités productives dont la reproduction constituerait l’objet et la raison d’être d’institutions locales. Identifiables en tant que telles – et livrées à elles-mêmes – ces institutions seraient capables de présider à la distribution foncière et à une gestion de l’appropriation du produit social – et de l’utilisation des ressources naturelles – selon des critères écologiques. Il s’agirait, en somme, de sociétés pourvues d’un ethos particulier, résultat d’une disposition collectivement endossée à la protection des ressources forestières.

40Formulé de façon aussi tranché, l’énoncé serait sans doute désavoué par beaucoup. Mais il est repris dans ces termes par le sens commun et s’enracine dans l’imaginaire politique, institué en 1992 par la création du Centre National de Développement Durable des Populations Traditionnelles, associé à l’Institut Brésilien de l’Environnement (IBAMA). Sous l’égide de grands programmes de coopération internationale, comme le PPG-7 (Programme pour la Protection des Forêts Tropicales du Groupe des Sept Pays), on assiste à la mise en place de “projets de démonstration” et « expériences-pilote » joignant des recherches sur l’environnement à une ingénierie sociale dont le but consiste à engager des populations locales dans un effort de préservation des ressources naturelles.

41Un paradoxe majeur de cette ingénierie semble évident: justifier le but d’organiser l’utilisation rationnelle des ressources naturelles en s’appuyant sur des populations dont la praxis antérieure prédisposait déjà à ce faire (voire l’avait accompli en grande partie). Cette identité d’objectifs écriée entre agents d’intervention et populations locales bénéficiaires de projets est une construction négociée à plusieurs niveaux du champ socio-environnemental. Elle donna lieu à une diversification importante des sphères de médiation entre acteurs locaux et pouvoirs politiques, en introduisant aussi de façon plus systématique la présence de ces nouveaux intervenants que sont les ONGs. La croyance en des formules comme « aménagement communautaire des ressources”, offrant un large éventail pour de nouvelles stratégies politiques, n’a cependant jamais laissé de place pour une interrogation fondamentale: de quelle façon cette entité locale, identifiée comme la « communauté », la « population traditionnelle » etc., acquérait et maintenait des dispositions collectives, et quel rôle y jouait l’ingénierie sociale des projets ?

42Trop imprécise ici, la notion de population traditionnelle fait converger des réalités différentes. Elle a moins de rigueur sociologique que de valeur politique. Conscients de ces difficultés, certains auteurs ont choisi une solution classificatoire, non sans auparavant reconnaître que l’usage récurrent du terme dans le champ social avait été l’un des éléments précipitant l’exigence d’une définition :

“Le concept de durabilité écologique donne une nouvelle base pour classifier la diversité sociale de l’Amazonie. Si le critère de rationalité économique capitaliste ordonnait les segments sociaux selon leur degré de développement et d’intégration au marché, l’emploi de critères de durabilité écologique attribue a des segments sociaux auparavant infériorisés, une valorisation écologique positive. Ces mêmes segments sociaux, comme les populations indiennes, les seringueiros et ribeirinhos, récemment appelées “populations traditionnelles”, incorporent la marque écologique à leurs identités politiques comme une stratégies pour légitimer de nouvelles et anciennes revendications sociales. En d’autres termes, le critère de valorisation écologique confère de nouvelles bases pour une valorisation politique des segments sociaux et engendre un nouveau cadre pour ordonner la diversité sociale de Amazonie” (Lima & Pozzobon).

43En fait, il semble bien y avoir une filiation du personnage de “l’extracteur écologique” au “paysan anti-capitaliste” (cf. à propos de ce dernier « mythe » la critique faite par Musumeci dans O Mito da Terra Liberta) du point de vue d’une histoire des idées sociologiques au Brésil. Quoiqu’il en soit, dans un cas comme dans l’autre il s’agit de garantir le rôle d’interlocuteur politique à part entière pour des segments sociaux donnés, par le biais de la valorisation d’une spécificité sociologique ou identitaire qui, jusque là, avait plutôt contribué à leur marginalisation dans la perspective de puissants intérêts économiques disposant d’une grande capacité d’articulation dans la sphère de l’Etat. Aux intellectuels engagés, reviendrait dans ce contexte la tâche de systématiser des éléments latents au sein des pratiques de ces populations, en leur fournissant une traduction pour ainsi dire sur le plan des institutions, y compris juridiques.

44C’est le cas de l’argumentation juridique en faveur d’une forme d’“appropriation agro-écologique” (posse agroecológica), récemment proposée en tant que contribution à l’impératif de la reconnaissance légale – et du fonctionnement sur le plan du droit étatique - de régimes de propriété différents en Amazonie (Benatti, 2003). Construite autour de l’idée que la propriété remplit une “fonction socio-environnementale”, et prenant appui sur l’exigence légale, déjà en vigueur, de distinguer des “Aires de Préservation Permanente”, des “Réserves Légales” et des “Zones d’Utilisation Intensive” dans les propriétés rurales, l’“appropriation agro-écologique » se serait inspirée de systèmes de pratiques locales fondés sur des modalités d’appropriation foncière et d’utilisation des ressources opposées aux caractéristiques du droit étatique de la propriété privée:

“Pour ce segment du paysannat – [ribeirinhos] – affirmait ainsi l’auteur dans ses premières formulations – la terre n’a pas un caractère mercantile, et ne constitue l’objet d’échanges marchands pas plus qu’elle n’est vue comme un bien soumis à l’appropriation individuelle, étant uniquement soumise à l’appropriation familiale ou collective. Cette modalité collective d’appropriation des ressources, l’existence de pratiques de travail commun basées sur l’agro-extractivisme sont caractéristiques d’une appropriation foncière alternative” (Benatti, 1994:554).

45Or, il est vrai que l’occupation de l’Amazonie ne s’est pas fondée sur le système de plantation et sur la grande propriété foncière, comme dans le Nordeste sucrier ou les champs de café du Sudeste. Divers auteurs (cf. par exemple Santos (1981) et Wagley (1976) ont déjà mis l’accent sur le caractère singulier de la relation de propriété dans le contexte foncier régional. La propriété de la terre ne semblait pas être ici “un institut défini exactement à l’image de la catégorie occidentale de propriété. (Historiquement, il y eut toujours) une certaine flexibilité dans l’exercice de la propriété, qui comportait des occupations par un tiers sans paiement de rente, résidence gratuite, utilisation sans fiscalisation etc. ; elle comportait aussi l’ignorance, par le propriétaire, des dimensions réelles de l’immeuble” (Santos, op. cit.). Aussi, à propos des sociétés nées de l’exploitation du caoutchouc : “les titres de propriété sont le plus souvent embrouillés et précaires. (...) Quoiqu’il en soit, c’est le contrôle sur la terre, et non pas les documents légaux, ce qui détermine dans la pratique la « propriété » de la terre (Wagley, op.cit.:92).

  • 1  Cf. sobre uma forma de dominação baseada no controle do acesso ao mercado Geffray, C.; Léna, P.; A (...)

46Cette “reconnaissance pratique” de la propriété caractérisait en réalité une société où les formes de domination étaient plutôt fondées sur le contrôle de l’accès au marché1 par des patrons-commerçants (économie très peu monétarisée et marché foncier pratiquement inexistant) que sur la propriété de la terre stricto sensu. De cette façon, malgré le fait que la Loi des Terres de 1850 eût établi les règles et les conditions (excluant largement les populations pauvres) pour la constitution de patrimoines privés, très peu de titres ont été expédiés. A quelques (remarquables) exceptions près, l’appropriation foncière ne faisait pas l’objet d’un traitement juridique par les populations régionales, pouvant en revanche constituer à l’occasion l’objet d’arrangements divers qui permettaient l’utilisation en alternance d’aires de jachère (capoeiras) voire aussi d’autres espaces d’exploitation des ressources naturelles (zones de pêche, de chasse etc.).

IV - « Populations Traditionnelles » et Politiques Publiques : le retour de la réalité

47Mais dans quelle mesure et sous quelles conditions peut-on parler d’un “droit coutumier” ou d’“institutions communautaires” dans ce contexte ? La question, en fait, ne se pose (déjà) plus comme ça. Les débats juridiques sur la propriété en Amazonie émergent en conséquence directe de l’accroissement des conflits pour l’appropriation de vastes étendues de terre et des ressources naturelles, depuis les années 1970. L’exploitation effrénée de ressources comme le bois ou la pêche, la transformation en l’espace de 15 ans des forêts de communes presque entières en pâturages (comme à São Félix du Xingu), ainsi que l’appropriation – au besoin par des moyens violents - et la vente illicite de terres publiques, sont reconnus dans le discours politique comme un « problème institutionnel ». On critique l’ «absence d’État ». Certains efforts de modélisation des impacts sur la couverture forestière du respect - ou non - des dispositifs légaux de protection environnementale opposent deux scénarios – celui de la « gouvernance » et celui de l’ingouvernabilité. Ce dernier possède des effets nettement plus délétères pour la forêt.

48Quelle est l’utilité, dans ce cadre, de supposer une identité axiologique entre les valeurs de la protection écologique et une formation sociale empiriquement fondée, observable dans la nature ? Et quelles sont les limites de cette identification en tant que stratégie politique ? La réflexion sur un cas de figure peut donner quelques indications. Confronté ainsi au problème de l’exode rural engendré par la lente agonie de l’économie du caoutchouc dans l’Acre, qui entraîna une chute du nombre de familles employées à l’extraction forestière (de 15.000 à 4.000 entre 1984 et 1989), le gouvernement de l’État en 2002 prit inspiration dans le modèle socio-environnemental et dans la solution des RESEX, pour série de mesures de soutien à la production de caoutchouc: des prix subventionnés pour les associations et coopératives de producteurs; des chambres spéciales de médiation entre producteurs et acheteurs pour la négociation des prix et des contrats ; importantes déductions fiscales pour les entrepreneurs disposés à fournir – en association avec les organismes étatiques - des fonds de roulement pour les usines de transformation du caoutchouc. A tout ceci, il fallait encore ajouter de nouvelles modalités de crédit destinées par le gouvernement fédéral à l’extractivisme – comme le PRODEX (Programa de Desenvolvimento do Extrativismo).

49Par le biais de ces mesures, on aurait réussi à encourager un “retour aux unités d’extraction” (retorno aos seringais) de nombreuses familles, et endigué dans une large mesure l’exode rural. Ces nouvelles politiques montreraient par là qu’il était possible de concilier une exploitation non-prédatrice de la forêt avec la mise en place d’un exutoire pour les nouveaux déshérités périurbains, en conformité avec la notion de “forênneté” (sic – florestania; forêt + citoyenneté) chère au projet politique du gouvernement de l’Etat.

50Quoique rétif quand il s’agissait de parler chiffres étant donné l’absence de recensements fiables, le Secrétaire des Forêts et de l’Extractivisme (SEFE) estimait qu’un millier de familles environ seraient “retournées” à de nouveaux ou à d’anciens emplacements caoutchoutiers en forêt (colocações) entre 1999 et 2002, grâce aux politiques officielles dont les principaux bénéficiaires seraient, le plus souvent, des populations récemment arrivées en ville mais gardant des liens étroits avec les zones rurales comme partie de leur stratégie de survie économique. Un cas exemplaire – nous informa-t-il alors – était celui de ces 15 familles de la périphérie de la ville de Sena Madureira qui avaient décidé de migrer ensemble vers un emplacement forestier, à la recherche d’une amélioration de leurs conditions de vie.

51Le lendemain, nous partîmes à Sena Madureira louer un bateau pour visiter cet emplacement forestier et interviewer les protagonistes de ce qui paraissait être – d’après les descriptions du secrétaire – une migration familiale autour d’un projet commun. Sena Madureira est l’une des principales villes de l’État de l’Acre. Sur les rives du fleuve Purus, elle est coupée par la route BR-364 et avait environ 30.000 habitants en 2002. A l’entrée de la ville il y avait une usine de transformation de caoutchouc, administrée par une coopérative locale. Nous y sommes arrivés à point nommé pour rencontrer Mateus, le président de l’Association des Familles “Retournées” au Seringal qui venait à son tour d’accomplir le voyage depuis l’emplacement forestier jusqu’à la ville, et qui nous a raconté une histoire quelque peu différente de celle à laquelle nous nous attendions.

52D’emblée il nous a dissuadé d’entamer le long trajet fluvial jusqu’à l’emplacement en forêt, puisqu’il n’y restait plus aucun des compagnons de l’Association, à l’exception de son fils. L’expérience avait peu duré et, pour ainsi dire, semblait avoir échoué avant même de commencer. Tout s’était passé entre mai et novembre 2002. La création de l’Association et l’idée du “retour vers la forêt”, d’après les dires de Mateus, avaient été son initiative:

“Mon garçon voulait retourner en forêt. Alors je suis venu parler avec Mazinho (directeur-exécutif de la Coopérative des Producteurs Extractivistes de Sena Madureira), car je savais qu’il y avait un appui du gouvernement pour le seringueiro désireux de repartir vivre en forêt. Alors là, Mazinho m’a dit : “je peux pas aider votre garçon, car le gouvernement ne donne plus de financement comme ça. Mais je réussirais peut-être, si vous trouviez vingt personnes de plus pour y aller aussi. Dans ce cas, je vais parler avec le gouvernement et avec la sénatrice [Marina Silva, ex-sénatrice de l’Acre, aujourd’hui Ministre de l’Environnement]. Quand vous aurez réussi à réunir toutes ces personnes, ramenez-les-moi pour une réunion. Et là je vais amener aussi les hommes du gouvernement. S’il [le gouverneur] ne vient pas, il enverra quelques-uns de ses secrétaires”.

53Plusieurs familles ont été ainsi mobilisées, parmi des voisins et des connaissances de Mateus, des gens « qui avaient abandonné les emplacements forestiers depuis longtemps. (...) C’étaient pas des associés de la coopérative, mais plutôt des personnes qui venaient nous voir dans l’espoir de recevoir des bénéfices du gouvernement ». Les hommes venaient avec leurs épouses “pour compléter le quorum éxigé pour la création de l’Association”, qui a été fondée le 15 mai 2002. « Une fois que tout était prêt, les gens ont commencé à se désister ». Tant et si bien que seulement 12 chefs de famille (et non pas la vingtaine escomptée au départ) ont pris la route des emplacements caoutchoutiers. Dans les mois qui ont suivi, ils sont retournés en ville les uns après les autres, prétextant que « le caoutchouc ne marche pas, les arbres (productifs) sont trop dispersés. Ils n’ont presque pas ouvert de sentier, et n’ont bâti que deux maisons. Pendant tout ce temps, on n’a récolté que 300 kg de sève ».

54Face à cette débâcle, Mateus s’inquiétait de la destination des biens et des équipements acquis par la SEFE et dont l’Association était dépositaire: trois générateurs à diesel, un bateau à moteur, des réchauds en tôle épaisse pour la fabrication de farine de manïoc, et dix ânes de bât achetés à Rio Branco – la capitale – et envoyés à l’Association mais « qui étaient restés dans la propriété [proche de la route] d’un représentant local de la SEFE ». D’après Mateus, il était urgent de prendre une décision sur la destination des biens, car “il y avait déjà des gens qui voulaient les transporter vers un (autre) emplacement dans la rivière Iaco”, alors que, pour sa part, il pensait que les biens devaient rester sur place à l’usage de son fils et d’une autre association de seringueiros proche de l’emplacement du projet.

55Un fonctionnaire du Secrétariat qui nous accompagnait lui rétorqua que la question était délicate, puisque la SEFE n’avait pas encore effectué le transfert de ce patrimoine à l’Association, ce qu’il semblait impossible de faire maintenant car les termes du contrat avec le gouvernement (la permanence dans l’emplacement) n’avaient pas été respectés, et l’Association avait cessé d’exister. « C’était un projet-pilote – affirmait le fonctionnaire. Si ça avait marché, on aurait procédé au transfert des biens. Mais comme ça, ça va pas aller du tout”. Visiblement contrarié, Mateus prit alors un ton de mauvais augure: “L’IMAC (Institut de l’Environnement de l’Acre) annonce que chacun va avoir son bateau à moteur. Mais si le gouvernement donne et après veut reprendre ce qu’il a donné, il ne nous reste plus qu’à quitter nos bleds et brûler la forêt”.

56Il ne s’agit évidemment pas ici de procéder à l’évaluation d’une politique publique en fonction d’un cas particulier, surtout quand il s’agit (comme ce semble être ici le cas) d’un seringal nécessitant d’un effort de récupération de la capacité productive. Il n’en reste pas moins, cependant, que les mésaventures de cette Association de caoutchoutiers sont loin de constituer un exemple isolé en ce qui concerne les réelles conditions d’existence des populations “traditionnelles”. A la faveur des transformations régionales on assista, en effet, à un éclatement de l’univers extractiviste, avec une grande diversification des trajectoires des individus liés par l’expérience personnelle à l’économie d’extraction de produits forestiers.

57On y trouve par exemple des groupes de personnes ayant vécu dans un isolément relatif par rapport aux axes routiers jusqu’à l’arrivée des compagnies forestières (exploitation de bois). La création d’une Association – et la transformation de leur territoire en « Réserve d’Extraction » - pût assurer leur permanence. Mais on y trouve aussi des chefs de famille qui adhèrent à des associations d’extracteurs après avoir exercé des métiers dans le petit artisanat ou dans le commerce informel urbain. Quant aux formes d’exploitation du milieu, il n’est pas rare de découvrir une expansion de l’aire utilisée pour des activités agricoles commerciales, voire même une extension des pâturages, y compris là où le petit élevage n’était pas présent auparavant, comme l’étaient les buffles sur les várzeas (rives inondables) du Bas-Amazone. A tout ceci, il faut encore ajouter un fait très significatif : la cooptation fréquente de segments de ces populations locales par des exploitants de bois et/ou par des grands propriétaires. Cela peut aboutir à la création d’associations concurrentes à l’intérieur d’une même « Réserve d’Extraction » qui – chacune se revendiquant une représentativité en vertu de l’autochtonie de ses affiliés – défendent des propositions différentes sur le statut foncier, la destination économique et l’aire des réserves, d’aucuns visant nettement le seul bénéfice d’entrepreneurs et hommes politiques locaux.

58Ces situations, par ailleurs, ne sont pas nécessairement exclusives les unes des autres, et on pourrait sans doute les considérer à l’occasion comme des étapes d’un processus. La complexité des rapports sociaux et politiques concernés par la création de « réserves extractivistes » et d’autres unités foncières destinées à l’utilisation directe par des populations locales semblerait ainsi souvent infirmer la simple dichotomie entre une population « traditionnelle » (dont les intérêts s’orientent vers la seule conservation des ressources naturelles) versus l’action de prédateurs capitalistes. Ce retour de la réalité par la porte fait tomber des nues ceux qui ont cru pouvoir évincer par la fenêtre la centralité des rapports de patronage et le clientélisme politique. Ceux-ci ont toujours constitué des aspects structurels des « sociétés traditionnelles » en Amazonie, au même titre que certaines pratiques perçues comme « communautaires ».

59Au premier chef il y a peut-être les biologistes, écologistes et techniciens de l’environnement, dont le rôle dans la définition et la mise en place des politiques publiques s’est accru en fonction des exigences légales d’évaluer les ressources et d’en planifier l’usage avant de destiner des crédits aux associations. Moins familiers que le sociologue des procédés de déconstruction des catégories du discours, ils auront pris à la lettre l’inconditionnalité d’une alliance avec les « populations traditionnelles » qui – le cas échéant – leur aurait permis de faire l’économie d’une analyse des conditions d’implantation et du suivi des organisations locales. Leur désenchantement peut aboutir à se satisfaire d’une science dépolitisée, comme par exemple la simple description quantitative des corrélations entre phénomènes (à l’instar de l’impact de l’ouverture des routes sur les transformations du paysage et la destruction de la couverture forestière etc.), sans égard pour les problèmes que posent les dynamiques sociopolitiques et historiques concernées. Ou encore, encourager un retour au radicalisme d’une opposition entre besoin de préservation et occupation humaine, qui évacuerait les conditions actuelles de la négociation politique.

60A l’opposé, le gouvernement fédéral semble céder à des pressions politiques pour la relance d’économies qui – comme l’exploitation forestière – ont été récemment la cible de tentatives de réglementation entraînant une diminution des rendements et des postes d’emploi. Depuis mars 2006, une loi instaure ainsi des « concessions forestières », ainsi qu’une nouvelle administration – le Service Forestier Brésilien – responsable des contrats de concession de licences d’exploitation forestière à des compagnies choisies par appel d’offre. Cette loi prévoit aussi la participation des associations de populations résidant dans les Unités de Conservation d’Utilisation Directe (les « populations traditionnelles ») qui – elles – pourront aussi participer directement à l’exploitation forestière sur leurs propres territoires.

61On peut douter néanmoins que les conditions d’organisation de ces populations assure en définitif non seulement leur participation selon des critères démocratiques à l’exploitation du bois, mais aussi les conditions nécessaires au développement d’une économie des produits forestiers autres. Au lieu de parler ici de « tradition », on devrait cependant utiliser la définition donnée par Almeida et Carneiro da Cunha, qui introduit la notion moderne de contrat, et le besoin de mettre en place des formes de participation capables de mettre en échec la dépendance sociale. Dans ce sens, l’idée d’Almeida et de Carneiro da Cunha, selon laquelle l’expression sociétés traditionnelles pourrait exprimer un pacte (que nous pourrions peut-être appeler socio-environnemental) où ces populations se limiteraient à un type d’usage déterminé des ressources naturelles en échange de certains bénéfices (selon des mécanismes de compensation environnementaux, de la reconnaissance de labels, patentes ou droits de propriété intellectuelle, etc.) me semble très intéressante.

62«Cela – disent les auteurs - dans la mesure où elles se sont constituées en tant que populations traditionnelles au sens de s’engager à être ce qu’on attend d’elles, comme partie d’un pacte (…) Ce ne sont pas des critères essentialistes qui définissent ce que sont les nouvelles ‘populations traditionnelles’. (...) Les groupes appelés ainsi ne sont pas traditionnels – ils deviennent ‘populations traditionnelles’ en embarquant dans la catégorie-autobus qui leur donne accès à des droits territoriaux et à d’autres droits, en échange d’un coût, qui sont les obligations. Celles-ci incluent des pratiques de développement durable, et de formes démocratiques et égalitaires de vie politique et sociale. Mais elles peuvent inclure encore la protection de la biodiversité, tant des espèces que des paysages. En somme, participer de la catégorie ‘populations traditionnelles’ signifie avoir une organisation locale et des leaderships, s’associer à des traditions d’usage durable des ressources naturelles dans le passé, et adhérer (pour un territoire spécifique) à l’usage de techniques de bas impact environnemental dans le futur. Concrètement, c’est ce qui se vérifie, par exemple, lors de la création d’une réserve extractiviste, à travers d’étapes que sont la revendication de l’unité de la part d’une association ou d’un syndicat, la réalisation de rapports attestant de l’état de l’environnement et l’existence de formes d’usages durables, et finalement l’élaboration de plans d’usage et de concession d’usage » (Populações Tradicionais e Conservação. Seminário de Consulta, Macapá, 1999)

Haut de page

Bibliographie

Allegretti M.H. Reservas Extrativistas : uma proposta de desenvolvimento da floresta amazônica mimeo. IEA, Curitiba, 1987.

Araújo, R. “Populações tradicionais e Zoneamento Econômico-Ecológico: uma contribuição ao debate” in Programa Zoneamento Ecológico-Econômico: cd-rom, SDS-MMA, Brasília, 2001.

Benatti, José Heder. Direito de Propriedade e Proteção Ambiental no Brasil: Apropriação e o Uso dos Recursos Naturais no Imóvel Rural. Tese. Núcleo de Altos Estudos Amazônicos/ Universidade Federal do Pará. Belém, 2003.

BenattiI, José; Araújo, Roberto; Penna, Socorro: A Grilagem de Terras Públicas na Amazônia Brasileira Brasília, MMA/AMA/PPG-7 - IPAM, 2006.

Candido, A. Os Parceiros do Rio Bonito, São Paulo, Duas Cidades, 1982.

Carvalho Franco M.S., Homens livres na ordem escravocrata, Sao Paulo, Kairos, 1983.

Cunha E. Um paraiso perdido: ensaios, estudos e pronunciamentos sobre a Amazônia, Rio de Janeiro, José Olympio, Governo do Estado do Acre, 1986.

Da Cunha, M.; Almaida, M. “Populações Tradicionais e Conservação” in Seminário Avaliação e Identificação de Ações Prioritárias para a Conservação, Utilização Sustentável e Repartição dos Benefícios da Biodiversidade da Amazônia Brasileira, Macapá, 1999.

Foucher, Michel (1977), « La Sudam et l’Etat brésilien organisateurs de l’Amazonie : les fonctions idéologiques, administratives et économique de l’Etat fédéral », in C. Bataillon (dir.), Etat, pouvoir et espace dans le Tiers Monde, IEDES, PUF, 1977, pp. 247-264.

Galvão, E. Santos e Visagens: um estudo da vida religiosa em Itá, Baixo-Amazonas. São Paulo: Cia. Editora Nacional. 1975.

George, S. Sabelli, F. Crédits sans frontières : la religion seculière de la Banque Mondiale, Editions La découverte, Paris, 1994.

Lima, D.; Pozzobon, J. “Amazônia Sócioambiental: Sustentabilidade Ecológica e. Diversidade Social”. IN: Vieira, I. C. G.; Silva, J. M. C.; Oren, D. C.; DIncao, M. A. Diversidade Biológica e Cultural da Amazônia. Belém: MPEG, 2001.

Santos, Roberto: História Econômica da Amazônia (1800-1920) São Paulo, T.A Queiroz, 1980.

Wagley, Charles: Amazon Town: a Study of Man in the TropicsLondon, Oxford N.York Oxford University Press, 1976.

Haut de page

Notes

1  Cf. sobre uma forma de dominação baseada no controle do acesso ao mercado Geffray, C.; Léna, P.; Araújo, R. La domination paternaliste au Brésil número spécial de Lusotopie

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Roberto Araújo, « De la “Communauté” aux “populations traditionnelles” », Nuevo Mundo Mundos Nuevos [En ligne], Colloques, mis en ligne le 06 juillet 2009, consulté le 25 septembre 2017. URL : http://nuevomundo.revues.org/56593 ; DOI : 10.4000/nuevomundo.56593

Haut de page

Auteur

Roberto Araújo

MPEG-MCT
raos4@terra.com.br

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Nuevo mundo mundos nuevos est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page