Navigation – Plan du site
Nathalie Ragot

Danièle Dehouve, Anne-Marie Vie-Wohrer, Le monde des Aztèques, Paris, Riveneuve, 2008, 336 p.

[10/07/2009]

Entrées d’index

Mots clés :

Aztèques, écriture, rituel

Keywords :

Aztecas, ritual, writing

Géographique :

Mexico, Mexique

Chronologique :

période préhispanique

Palabras claves :

Aztecas, escritura, ritual
Haut de page

Texte intégral

  • 1  Jacques Soustelle, La vie quotidienne des Aztèques à la veille de la Conquête Espagnole, Paris, Ha (...)

1Les Aztèques dominaient le Mexique central à l’arrivée des Conquistadores espagnols. Leur brillante civilisation, détruite dans le choc de la Conquête, éveille depuis longtemps l’intérêt des chercheurs. Ce livre, Le Monde des Aztèques, écrit à quatre mains, celles de Danièle Dehouve et d’Anne-Marie Vié-Wohrer, a pour objectif de dresser un état des connaissances sur ce peuple qui intègre les avancées scientifiques et les nombreuses découvertes, en particulier archéologiques avec les fouilles du Grand Temple de Mexico, réalisées ces cinquante dernières années depuis la publication de l’ouvrage de référence que lui avait consacré Jacques Soustelle 1.

2Dès qu’on feuillette Le Monde des Aztèques, on ne peut qu’être séduit par son esthétisme. De très nombreuses reproductions de planches de manuscrits indigènes, ou códices, nous plongent dans l’univers du monde précolombien. Ces illustrations sont assorties de commentaires explicatifs détaillés, bien souvent insérés dans le texte (surtout dans la seconde moitié) et venant ainsi véritablement l’illustrer et prolonger la démonstration.

  • 2  Danièle Dehouve a consacré un précédent livre au thème : Essai sur la royauté sacrée en République (...)
  • 3  Comme le remarque l’auteur (p.41), l’analyse du récit d’origine en ces termes s’accorde avec la le (...)

3Le livre est divisé en deux parties d’égale importance. La première, rédigée par Danièle Dehouve, est consacrée à l’organisation de la société aztèque, à ses systèmes calendaires et à ses rituels. Commençant par présenter la « courte histoire des Aztèques » l’auteur revient sur la question longtemps débattue des origines de ce peuple. Etaient-ils vraiment, comme ils le revendiquaient dans leurs récits d’origine, des chasseurs nomades chichimèques arrivés tardivement dans le bassin de Mexico pour y fonder Tenochtitlan sur un îlot désert et inhospitalier, ou bien un groupe méso-américain, parmi d’autres ayant réussi à imposer sa suprématie dans une zone déjà peuplée depuis longtemps ? Danièle Dehouve apporte un nouvel éclairage à ce débat en s’appuyant sur le fait que la société aztèque est une royauté sacrée2, c’est-à-dire que toutes les fonctions se déploient dans la personne royale. Une des caractéristiques des royautés sacrées de par le monde est que le pouvoir vient d’ailleurs. Ce qui conduit l’auteur à proposer que la royauté sacrée aztèque serait basée sur l’union des contraires que forment le guerrier chichimèque, chasseur nomade venu du nord et la « princesse toltèque » qui renverrait à l’image du toltèque de Tula, agriculteur, artisan et peintre raffiné. C’est ce qu’elle nomme la « dualité constitutive de la royauté aztèque » (p. 38)3.

4Par la suite, (chapitre 2) Danièle Dehouve revient plus longuement sur le système de la royauté sacrée aztèque en détaillant les fonctions et les charges du tlahtoani, le roi aztèque. Le roi était un microcosme de l’univers dont il incarnait le soleil et la terre, et également un microcosme de la société dont il cumulait toutes les fonctions (guerrier, juge, prêtre, pénitent et sacrificateur …). Il était responsable de la prospérité et de l’adversité, le sacrifiant par excellence et le garant de l’ordre cosmique. Il déléguait ses fonctions à des représentants et autour de lui s’épanouissait une société hiérarchisée composée de seigneurs, de guerriers, de juges, de prêtres, de commerçants et artisans, et enfin d’agriculteurs.

  • 4  C’est une position qui, comme l’auteur le revendique, suit celle de ses prédécesseurs Paul Kirchho (...)

5Les trois chapitres suivants (3, 4, 5) sont consacrés aux computs du temps et à la perception de l’espace-temps chez les Aztèques. Deux principaux calendriers étaient en usage chez les Aztèques : le calendrier annuel de 365 jours appelé xiuhpohualli, composé de dix-huit mois de vingt jours (plus cinq jours), et le calendrier des jours ou calendrier divinatoire de 260 jours nommé tonalpohualli. Danièle Dehouve insiste sur l’importance du calendrier qui se trouve au cœur de l’organisation sociale et culturelle, structurant la vie cérémonielle, influençant l’orientation des cités. Pour notre auteur la seule façon de comprendre la signification des complexes fêtes des dix-huit vingtaines du calendrier solaire aztèque est de les situer sur un « calendrier » d’horizon, c’est-à-dire l’observation du lever et du coucher du soleil sur l’horizon à partir d’un point fixe. Cette approche lui permet d’organiser les dix-huit vingtaines autour des équinoxes de printemps et d’automne et des solstices d’hiver et d’été. Quant au sens des cérémonies de chaque vingtaine, il est fonction de sa position dans le calendrier puisque celui-ci avait pour but « de mettre la succession des fêtes en correspondance avec les cycles naturels du soleil, de la pluie et du maïs, et de régir les rituels publics et la perception des tributs »4. Cela suppose bien sûr qu’il y avait des ajustements du calendrier pour qu’il reste accordés aux phénomènes naturels qu’il mettait en scène.

  • 5  Mythes et rituels du Mexique ancien préhispanique, Bruxelles, Académie Royale de Belgique, 1987. (...)

6On peut regretter que dans son interprétation des fêtes Danièle Dehouve n’ait pas fait de comparaison avec d’autres approches. Nous pensons en particulier aux travaux de Michel Graulich qui propose une intéressante lecture des rituels des vingtaines à travers les récits mythiques et une conception du monde, de l’histoire et de la pensée mythique basée sur le modèle du jour qu’il applique également au calendrier rituel5. Même si sont mentionnées, dans le chapitre consacré aux rituels sanglants, des interprétations mythologiques de certaines fêtes, une comparaison détaillée des apports et des divergences des deux approches aurait pu être très instructive.

7Pour clore cette première partie l’auteur s’attaque à un thème de choix chez les Aztèques, celui des rituels sanglants, cherchant à « comprendre la place occupée par le sacrifice dans le rituel et le rituel dans l’organisation sociale » (p. 150). Les rituels aztèques sont d’une grande variété, allant de la pénitence sous diverses formes (balayage jeûne, abstinence) à l’auto-sacrifice de toutes les parties du corps en passant par les offrandes de nourriture, la danse, le culte aux ossements etc. Danièle Dehouve propose diverses clefs pour déchiffrer les rituels aztèques : la réciprocité (les dieux étant les donneurs, les hommes devaient payer leur dette en sang, sang de l’auto-sacrifice et sang et cœur de la victime sacrificielle) ; l’identification (lors de rituel de théophagie était consommé le corps du sacrifié incarnant la divinité ou sa représentation en pâte d’amarante) ; l’expulsion (rites expiatoires) ; la représentation des mythes. Néanmoins ces clefs, aussi utiles soient-elles, ne peuvent pas ouvrir toutes les portes secrètes des complexes rituels aztèques et Danièle Dehouve reconnaît qu’il « est difficile de déchiffrer une cérémonie aztèque précisément parce qu’elle peut être lue simultanément de plusieurs manières et délivre plusieurs messages conjoints ». C’est justement le caractère polysémique de ces rituels qui fait l’intérêt de leur étude.

8La seconde partie de l’ouvrage est rédigée par Anne-Marie Vié-Wohrer et se concentre sur « la vision du monde et l’écriture ». L’auteur nous plonge d’emblé dans l’univers divin en dressant le portrait des principales figures du panthéon aztèque (Chapitre 7). Ce panthéon, vaste et complexe, réunis des composantes héritées de traditions culturelles diverses dont la plus récente est celle des Aztèques. On y trouve ainsi réunis les dieux tribaux des Aztèques (Huitzilopochtli), des divinités astrales typiques des traditions de chasseurs nomades auxquels se targuaient d’appartenir les Aztèques (Tonatiuh, Mixcoatlm, Tlahuizcalpantecuhtli) et des divinités caractéristiques des populations autochtones sédentaires et agricoles (Tlaloc, Xiuhtecuhtli). Pour chaque dieu est recensé ses différents noms, ses sphères d’activité, ses fonctions calendaires, les rituels célébrés en son honneur, les épisodes mythiques le concernant, ses caractéristiques iconographiques dominantes en se basant sur de belles illustrations longuement commentées. Le catalogue est riche d’information, néanmoins on regrette que les fonctions mythiques de ces divinités n’aient pas été plus exploitées pour donner un autre éclairage à certains aspects des rituels pratiqués en leur honneur.

9Dans la continuité de cette présentation du monde divin, le chapitre suivant (Chapitre 8) nous éclaire sur la façon dont les Aztèques concevaient leur univers. Sont ainsi narrés, suivant à la lettre une sélection de sources, les mythes de création des cinq Soleils ; le mythe de la création du Soleil et de la Lune ; les conceptions relatives à la structure verticale du monde avec l’étagement céleste en treize niveaux et neuf niveaux infraterrestres suivant les indications du seul Codex Vaticano A et enfin la structure horizontale du monde d’après la première page du Codex Fejerváry-Mayer. Quittant le monde divin, l’auteur dépeint la vie et le destin de l’homme dans le monde terrestre (Chapitre 9), des rituels qui entourent sa naissance et son mariage à ses rituels funéraires et sa destination finale dans l’un des au-delàs.

10Les deux derniers chapitres de l’ouvrage sont consacrés aux manuscrits pictographiques (chapitre 10) et au système d’écriture (chapitre 11). Pour commencer, Anne-Marie Vié-Wohrer nous raconte la passionnante histoire de l’écrit en Méso-Amérique et nous éclaire sur les différents types manuscrits pré et post hispaniques qui enrichissent les bibliothèques à travers le monde. Suivent les questionnements sur le statut à accorder aux « images » consignées dans les témoignages indigènes. S’agit-il d’une écriture ou d’un quelconque autre système de consignation de l’information ? Après une courte histoire du déchiffrement, l’auteur qui se présente elle-même comme appartenant au courant de pensée développé par Joaquim Galarza, expose les conceptions contemporaines inspirées par cette école. Les images, ou pictographies, peuvent transcrire soit des mots (logogrammes), soit des concepts (idéogrammes), soit des sons (phonogrammes) appartenant à une langue vernaculaire donnée. Le déchiffrement d’un texte, suivant cette méthode, passe par l’identification de chaque pictographie et son attribution à un son ou un sens. Il faut ensuite retrouver la logique d’agencement des pictographies pour donner un sens au texte.

11Très bien illustré, agréable à lire et à feuilleter, Le Monde des Aztèques est un ouvrage qui permet, à un large public, de découvrir ou de redécouvrir cette exceptionnelle civilisation.

Haut de page

Notes

1  Jacques Soustelle, La vie quotidienne des Aztèques à la veille de la Conquête Espagnole, Paris, Hachette, 1955.

2  Danièle Dehouve a consacré un précédent livre au thème : Essai sur la royauté sacrée en République mexicaine, Paris, CNRS Editions, 2006. Voir aussi Michel Graulich, « La royauté sacrée chez les Aztèques de Mexico » in Revista Española de Antropología Americana 28, 1998, p. 99-117.

3  Comme le remarque l’auteur (p.41), l’analyse du récit d’origine en ces termes s’accorde avec la lecture mythologique des mêmes récits fondateurs proposée par Michel Graulich, où le jeune guerrier nouveau-venu, cadet, nomade, conquérant et solaire s’oppose à des sédentaires, autochtones, chtoniens, féminins et lunaires (Mythes et rituels du Mexique ancien préhispanique, Bruxelles, Académie Royale de Belgique, 1987 ; Codex Azcatitlan, Introduction et commentaires du texte de Robert Barlow par Michel Graulich, Paris, Bnf-Société des Américanistes, 1995, p. 25).

4  C’est une position qui, comme l’auteur le revendique, suit celle de ses prédécesseurs Paul Kirchhoff, Pedro Carrasco et Johanna Broda.

5  Mythes et rituels du Mexique ancien préhispanique, Bruxelles, Académie Royale de Belgique, 1987.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Nathalie Ragot, « Danièle Dehouve, Anne-Marie Vie-Wohrer, Le monde des Aztèques, Paris, Riveneuve, 2008, 336 p. », Nuevo Mundo Mundos Nuevos [En ligne], Comptes rendus et essais historiographiques, mis en ligne le 10 juillet 2009, consulté le 17 avril 2014. URL : http://nuevomundo.revues.org/56806

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page