Navigation – Plan du site
Emmanuel Désveaux

Lévi-Strauss et les deux Amériques II- L’Amérique du Nord, ou l’adieu au primitivisme

[14/10/2009]

Résumés

Au début des années 1950, à la suite de la publication des Structures élémentaires de la parenté, Lévi-Strauss cherche à donner un second élan à sa recherche. Le corpus ethnographique consacré aux Indiens d’Amérique du Nord joue alors un rôle crucial dans cette phase de son histoire intellectuelle, lui permettant de définir la méthode d’analyse des mythes qu’il déploiera dans Les Mythologiques. Un nouveau degré de complexité ethnographique s’impose à lui ; elle aura pour conséquence le renoncement au paradigme primitiviste qui le hantait jusqu’alors

Haut de page

Notes de l’auteur

Texte dérivé d’une communication présentée au colloque Homenaje a Claude Lévi-Strauss / Miradas Lejanas, Bogota, Universidad Nacional de Colombia, 14-18 septembre 2009

Texte intégral

Le jour s’approche où la dernière des cultures que nous appelions primitives aura disparu de la surface de la terre, et où nous nous apercevrons, mais trop tard, que la connaissance de l’homme se trouve à jamais privée de ses bases expérimentales…

Claude Lévi-Strauss, Anthropologie Structurale II, p. 65

  • 1  On peut lire avec profit à ce sujet Claude Imbert, Le Passage du Nord-Ouest, Paris, Les Cahiers de (...)
  • 2  Emmanuel Désveaux, Spectres de l’Anthropologie, suite nord-américaine, Montreuil-sous-bois, Aux-Li (...)

1Il se pourrait qu’en définitive, le plus important dans le séjour new-yorkais de Lévi-Strauss durant la seconde guerre mondiale ne réside pas tant dans la rencontre avec Breton et, en sa compagnie, avec l’art de la côte nord-ouest à l’American Museum of Natural History — et accessoirement dans l’arrière-boutique de l’antiquaire Julius Carlebach —1, ni dans celle avec Boas et ses disciples, mais dans sa découverte de l’énorme littérature ethnographique consacrée aux Indiens d’Amérique du Nord. Dans les années 1940, l’école anthropologique culturaliste américaine était en effet encore très largement focalisée sur l’ethnographie nord-américaine. De surcroît, pratiquement tout le savoir qu’elle avait accumulé depuis plus d’un siècle procédait de cette région du monde. Car Franz Boas, ce sont les Kwakiutl et toute l’ethnographie de la Colombie britannique ; Robert Lowie, ce sont les Crow et plus généralement les Plaines ; Clyde Kluckhorn, les Navajos et le Sud-Ouest et Ruth Benedict une tentative de comparaison, sur la base d’une psychologie assez contestable, entre ces différentes aires culturelles nord-américaines. Seule, dans le cercle des Boasiens avec lequel Lévi-Strauss entre en contact à ce moment, Margaret Mead est purement océaniste. Ajoutons que plane encore sur ce cercle le souvenir — et les écrits — de Sapir, génial linguiste aux théories aussi séduisantes que controversées, qui avait travaillé à la fois sur l’Oregon — partie sud de la côte nord-ouest —, en Californie, chez les Yana, et chez les Pueblos Hopi. Cette masse documentaire était stratifiée, car sous celle des Boasiens, gisaient celle des collaborateurs de la Smithsonian Institution qui datait du dernier tiers du XIXe siècle — les Mooney sur les Sioux, les Kiowa et les Cherokee, les Hoffman, sur le Mide des Ojibwa, les Fewkes sur les Zuni, les Nelson sur les Yupik — et, en remontant encore plus dans le temps, celle constituée depuis la deuxième moitié du XVIIe siècle par les missionnaires de toutes obédiences. Dans ce dernier cas, nous avons affaire à des grammaires des langues tandis que les monographies publiées par la Smithsonian Institution sont pour l’essentiel composées de textes ; il s’agit de transcriptions de mythes et plus encore, peut-être, de paroles de nature rituelle. En bref, on pourrait dire qu’il s’agit de matériel brut, transformé en écrits mais non interprété. De fait, Boas, avec son respect de la philologie qui lui vient de sa formation allemande, s’inscrira à bien des égards dans cette tradition. On peut aussi dire l’inverse : la tradition américaine l’accueillera d’autant mieux qu’elle partage les mêmes valeurs que lui, privilégier avant tout le texte2.

2Pourtant ce n’est pas dans l’immédiat que Lévi-Strauss va exploiter cet énorme gisement documentaire qui, au milieu du XXe siècle, n’avait d’équivalent pour aucune autre zone du monde et surtout pas pour l’Amérique du Sud. Pour l’heure, il lui faut prouver la supériorité de l’esprit philosophique pour résoudre les questions anthropologiques : c’est donc, dans la lignée de Rousseau, de Durkheim et de Mauss, la rédaction des Structures élémentaires de la parenté, où — véritable paradoxe passé sous silence par la plupart des commentateurs français — l’Amérique est virtuellement absente. Toutes les démonstrations techniques de cet ouvrage portent en effet sur les pourtours de l’Océan Indien (Inde, Australie, péninsule indochinoise), à l’exception d’un chapitre, particulièrement filandreux au demeurant, consacré aux Miwok de Californie. Ce n’est donc que quelques années plus tard que l’énorme gisement nord-américain va faire surface aux yeux de Lévi-Strauss et ce, dans un contexte là encore quelque peu occulté par les biographies officielles du maître. Or, il s’agit à l’évidence d’un moment important du point de vue d’une épistémologie générale des sciences sociales sur lequel il convient de revenir.

  • 3  A l’occasion du centenaire de Lévi-Strauss, le site internet du Laboratoire d’anthropologie social (...)

3A la fin de la guerre, Lévi-Strauss revient en France où il occupe des fonctions importantes à l’UNESCO. Il ne coupe pas les ponts avec les milieux anthropologiques nord-américains, bien au contraire, d’autant que son ami Jakobson n’est, de son côté, jamais retourné en Europe (il obtient en 1949 une chaire à l’université d’Harvard). Après le coup magistral que représente Les Structures élémentaires de la parenté, il faut chercher à Lévi-Strauss une prolongation, un débouché à son ambition théorique. Nul doute qu’il tâtonne un peu avant qu’il ne trouve son second souffle, celui qui le conduisit à rédiger ce monument de la pensée que constituent les quatre volumes des Mythologiques, Le Cru et le cuit (1964), Du miel aux cendres (1966), L’origine des manières de table (1968)et L’Homme nu (1971), et ses annexes, La Voie des masques (1979), La potière jalouse (1985) et Histoire de Lynx (1991). En reconstituant, même sommairement, les étapes de ces errements qui s’échelonnent sur une très courte décennie, on se donne les moyens de mieux comprendre comment incube le projet de la tétralogie et de ses suites et quel rôle crucial y joue alors l’ethnographie nord-américaine3.

  • 4  Claude Lévi-Strauss, « Languages and the Analysis of Social Law », American Anthropologist, Vol. 5 (...)

4Dans un étonnant article, publié dans The American Anthropologist en 1951 et qui semble avoir été complètement oublié par les uns et les autres4, Lévi-Strauss formule un grand programme de mise en perspective de la langue et des lois sociales (social Law), et non pas de la culture ainsi que l’auraient alors dit les Boasiens orthodoxes, ou encore Sapir et Whorf.  Les lois sociales en question sont bien entendu celles qu’il avait mises au jour dans Les Structuresélémentaires de la parenté, à savoir les soi-disant structures de l’échange matrimonial. Lévi-Strauss prend pour point d’appui le fait que, dans l’échange matrimonial, les femmes sont à la fois des moyens (des médiateurs entre unités échangistes) et des valeurs en tant que personnes humaines, tout comme le sont les mots qui sont à la fois des moyens de communiquer mais aussi, selon les poètes, des valeurs en soi. On perçoit ici l’influence de Jakobson bien sûr. Il ne faudrait toutefois pas sous-estimer celle de Boas car, pour celui-ci, les éléments constitutifs d’une culture (dont fait partie intégrante la langue) existent en tant que tels — et finalement se résument presque à cela — en vertu de la valeur, de nature affective, qu’ils représentent pour les individus. La suite de l’article reprenait ensuite un découpage du monde en grandes aires culturelles et imaginait une mise en corrélation, pour chacune d’entre elles, des différents types de « structures matrimoniales » et des différents types de grammaires, autrement dit de structures linguistiques. Ici l’influence est bien entendu celle de l’école diffusionniste allemande.

  • 5  Emmanuel Désveaux, Quadratura americana, essai d’anthropologie lévi-straussienne, Genève, Georg, 2 (...)

5Le découpage proposé et les corrélations suggérées étaient les suivants : le domaine indo-européen se définit d’un point de vue sociologique par l’échange généralisé (équivalent à peu d’interdits), autrement dit il existerait une règle simple ouvrant la voie à de très nombreuses solutions en termes d’arrangement matrimonial tout comme les langues de cette famille possèdent des structures simples mais mobilisent de très nombreux éléments qui entrent éventuellement en compétition entre eux dans la composition même de la phrase. On s’aperçoit en parallèle que de très nombreux mariages dans nos sociétés répondent à des impératifs de compétition sociale. Le domaine sino-tibétain présente le caractère inverse : les structures sont complexes, bien que dérivées de l’échange restreint (échange des sœurs), mais elles mobilisent peu d’éléments (de groupes sociaux distincts). On retrouverait les mêmes stratégies de mobilisation des structures et des éléments au niveau des langues de cet ensemble. L’Afrique présente des structures intermédiaires entre les deux précédents domaines, aussi bien en termes de circulation des femmes, pour lesquelles est en général exigée une compensation matrimoniale, qu’en termes de grammaires, tandis que pour sa part l’Océanie se caractérise tant au regard de la langue qu’au regard de l’organisation sociale par des structures simples et la faiblesse numérique des éléments mobilisés. L’Amérique enfin possède en propre les nomenclatures de parenté dites Crow-Omaha, autrement dit des nomenclatures marquées par une asymétrie générationnelle tantôt du côté des paternels, tantôt du côté des maternels. Si ces nomenclatures reflètent, toujours selon Lévi-Strauss, un compromis entre échange restreint et échange généralisé, les formes linguistiques correspondantes présentent également les traits d’une asymétrie très marquée. Ce qui nous frappe personnellement ici, c’est que la corrélation avec la langue s’opère dans ce cas plus au niveau de la nomenclature de parenté elle-même qu’à celui des structures d’échange matrimonial proprement dites. Bien que nous ne connaissions pas cet article de Lévi-Strauss au moment de la rédaction de Quadratura americana5, nous y avions adopté une solution similaire pour traiter de la parenté amérindienne.

  • 6  Notons que l’Australie manque dans la géographie linguistico-culturelle proposée. Simple oubli, ac (...)
  • 7  Emmanuel Désveaux, « La parenté nouvelle  ou le retour de la substance », Journal de la Société de (...)

6La proposition de Lévi-Strauss6 était sans doute précipitée, les connaissances à l’époque — plus peut-être d’ailleurs des soi-disant structures matrimoniales de toutes les populations du monde que des langues elles-mêmes — étant insuffisantes pour conférer une base solide au programme énoncé. Nul doute que l’anthropologue français a essuyé de très nombreuses critiques, en particulier de ses collègues américains, ce qui a dû le conduire à renoncer à cet audacieux projet. Nous avons affaire ici à une sorte de fantôme épistémologique, au programme perdu d’une anthropologie linguistique culturaliste générale. Cela étant, c’est précisément ce programme, truffé à notre sens d’intuitions fortes, qu’il faudrait reprendre aujourd’hui, mais sur des bases totalement renouvelées, les structures de l’échange matrimonial ne pouvant lui servir de fondement dans la mesure où elles ne jouissent pas d’un caractère universel, comme Lévi-Strauss le pensait à l’époque7.

  • 8  Anthropologie structurale (1958), p. 243. L’article reflète l’activité du séminaire des années aca (...)
  • 9  Ils ont été tous les deux repris dans Anthroplogie structurale II (1973).

7Lévi-Strauss se trouve donc dans une impasse. Il tente une ouverture vers le folklore européen et la dimension diachronique des phénomènes culturels ainsi que l’atteste son long article Le Père Noël supplicié publié en 1952. Néanmoins, l’aspect trop labile des données européennes, du fait de leur excessive historicisation, le gêne manifestement. Il est en quête de matériel plus aisément formalisable. Parcourant le corpus ethnographique nord-américain, il tombe alors sur la mythologie des Indiens Pueblos dont s’impose à son esprit le caractère transformationnel, autrement dit, le fait que certains éléments des récits d’un groupe se retrouvent, mais sous forme inversée, dans les récits des groupes voisins et cela, de manière trop systématique pour être raisonnablement considéré comme le simple effet du hasard. Ces inversions régulées sont porteuses de sens. La signification véritable d’un récit dépend d’un ordre qui le dépasse, celui d’un groupe de transformations auquel il appartient. La découverte est considérable. Elle conduit à la rédaction de l’article programmatique La structure des mythes, déjà évoqué, qui se termine par l’énigmatique formule canonique des mythes. Le texte garde toutefois une ambition universaliste. Il s’ouvre ainsi sur une analyse du mythe d’Œdipe dans la Grèce antique qui s’attache à en embrasser toutes les variantes, allant jusqu’à suggérer que l’interprétation qu’en donne Freud ne constitue jamais qu’une nouvelle d’entre elles. Le propos est assurément caustique eu égard au succès que rencontre alors le freudisme dans les milieux intellectuels occidentaux. Par ailleurs l’argument conserve dans ses développements marginaux des références au folklore de l’Ancien Monde. Néanmoins, le noyau de la démonstration, sa section la plus rigoureuse, réside bien dans l’exploitation comparative du matériel mythologique pueblo — Zuni et Hopi —  complétée par des « sondages » effectués dans les mythologies voisines des Plaines8. Il est clair que Lévi-Strauss trouve désormais dans les données ethnographiques accumulées par l’anthropologie américaine les filons qui lui permettent d’avancer rapidement dans la mise au point de sa technique d’analyse des mythes. Deux articles attestent de ces progrès, dont la rédaction date à peu près de la même époque : « La geste d’Asdiwal » (1958-1959) et « Quatre mythes Winnebago » (paru en 19609, mais rédigé dès 1958). Les deux textes méritent quelques commentaires. Le premier traite de la mythologie tsimshian, laquelle relève — et ce n’est certes pas un hasard —, de l’aire culturelle kroebérienne de la côte nord-ouest. Voilà qui signale le premier retour de Lévi-Strauss dans cette région de l’Amérique depuis le moment de sa découverte de la caverne d’Ali-Baba-Julius Carlebach ; le second étant incontestablement la rédaction de L’Homme nu (à partir de là Lévi-strauss ne quittera plus guère la côte nord-ouest, qui lui inspire La Voix des Masques et qui occupe une place prépondérante dans Histoire de Lynx !). Cela étant, « La geste d’Asdiwal »  atteste d’une pensée en mouvement, mais encore tiraillée entre le pôle sociologique et le pôle mentaliste. D’un côté, Lévi-Strauss montre comment un mythe (ou un ensemble de récits) s’articule en faisant référence à plusieurs niveaux de la réalité, l’ordre géographique, l’ordre cosmologique, l’ordre sociologique, ce qui préfigure la notion de code telle qu’il la mettra en œuvre dans les Mythologiques. D’un autre côté, il reste englué par une double préoccupation dont il s’éloignera progressivement par la suite dans ses écrits, sans toutefois jamais y renoncer formellement. A savoir, d’une part, rapporter les règles de l’organisation sociale à des structures d’échange matrimonial — ce qui dans le cas des Tsimshian apparaît assez illusoire, compte tenu de leur complexité —, d’autre part, présenter le mythe comme un instrument de résolution logique, ne serait-ce que sur un plan purement fantasmagorique, de contradictions qui, elles, appartiennent à la réalité. Il songe en particulier à la contradiction inhérente à toute organisation sociale dès lors qu’elle met en présence des donneurs et des preneurs de femmes. Il s’agit là presque du dernier vestige dans l’œuvre de Lévi-Strauss de la problématique de l’échange matrimonial.

  • 10  E. Désveaux, Spectres de l’anthropologie, suite nord-américaine, op.cit.

8L’article consacré aux Winnebago reflète, à l’opposé de celui consacré à Asdiwal, une démarche plus apaisée en apparence. Si, d’un côté, il montre la supériorité d’une analyse synchronique sur la diachronie pour interpréter ce qui a pu apparaître à certains auteurs dans le mythe, comme l’expression d’archaïsmes — nous sommes dans le débat de l’époque où le structuralisme se donne pour mission de terrasser l’école historique —, il offre d’un autre côté une clé de lecture totalement nouvelle du mythe, montrant comment il est susceptible de renvoyer à une ontologie d’un extrême degré de raffinement. Ne nous leurrons pas cependant. L’intention se veut ici également conquérante, d’un point de vue théorique : l’analyse structurale se montre à la fois plus économe en moyens et tout aussi performante, sinon plus, qu’une approche herméneutique classique. Lévi-Strauss parvient ici en quelques pages à percer la conception que les Winnebago — qui sont des Indiens des Grands Lacs vouant une grande passion à la guerre — ont de la vie et de la mort, de la valeur du sacrifice de soi et de la perpétuation du groupe. Nous retournerions volontiers l’argument aujourd’hui. Si l’analyse structurale possède une haute rentabilité c’est qu’elle épouse au plus près les arcanes, ou encore les mécanismes profonds de la pensée amérindienne elle-même. Mais il s’agit là d’un autre débat qui n’a cessé d’animer nos propres travaux depuis des années10. De même, notons qu’avant de se lancer dans l’aventure un peu folle des Mythologiques — lesquelles in fine comptent plus de pages consacrées à l’Amérique du Nord qu’à l’Amérique du Sud — on sait que Lévi-Strauss écrira, comme dans l’urgence, le Totémisme aujourd’hui et La Pensée sauvage, deux ouvrages publiés dans la foulée l’un de l’autre, en 1962. Or, si les deux textes conservent une perspective universelle en mobilisant des exemples venant de tous les continents, il appert toutefois que l’écrasante majorité d’entre eux sont extraits, une fois encore, du gisement ethnographique nord-américain, qu’il s’agisse des Algonquins pour traiter de la question du totémisme ou encore des cultures des Plaines centrales et méridionales ou de la région adjacente du sud-est — Indiens Pawnee, Osage, Chickasaw ou encore Creek — pour illustrer la thématique des classifications.

  • 11  Lévi-Strauss insistera toujours sur ce point dans les différents entretiens qu’il accordera dans l (...)

9Somme toute, au-delà de l’immensité d’un gisement documentaire qui lui procurait une sorte de sécurité référentielle, l’Amérique du Nord a joué un rôle déterminant dans la réflexion lévi-straussienne car elle lui a offert une porte de sortie ­— un couloir plutôt car cette mutation prend quand même un certain temps chez lui — afin de renoncer aux mirages du primitivisme, afin de faire le deuil de ses chers Nambikwara. D’une certaine manière, la complexité intrinsèque des organisations sociales, des mythologies et des rites nord-américains, tels qu’ils sont donnés dans les textes eux-mêmes, et auquel il se confronte tout au long des années cinquante va le détacher presque insensiblement du sociologisme quasi-fonctionnaliste des Structures élémentaires de la parenté  pour le conduire à adopter dans les Mythologiques, serait-ce en partie à son corps défendant, une position qui se révèle synonyme d’un culturalisme étendu à l’échelle du Nouveau Monde. C’est ainsi dessillé qu’il pourra « retourner » en Amérique du Sud, pour entamer la rédaction des Mythologiques quiprogressivement en viendra à embrasser l’ensemble du continent. Remarquons qu’il commence son périple panaméricain par un retour chez les Bororo en faisant de leur version du dénicheur d’oiseaux le point de départ de sa nouvelle entreprise. Or les Bororo sont l’exemple même, au cœur du Brésil, de cette complexité ethnographique11 à laquelle le détour nord-américain lui a permis de se familiariser. Il s’agit alors bien de prendre en charge toute « l’épaisseur » d’une ethnographie donnée afin de la percer, si l’on peut dire, avec pour optique d’en révéler les structures sous-jacentes. La démarche est nouvelle en ce sens qu’elle en appelle directement, chez l’analyste, aux catégories de l’esprit d’inspiration kantienne. A l’opposé, les Nambikwara, censés incarner la limpidité même de l’institution d’origine grâce à la « primitivité » de leur ethnographie, se révèlent désormais être presque un leurre. Il sont dès lors définitivement perdus pour Lévi-Strauss, comme d’ailleurs le sont également les Caduveo trop acculturés au moment de leur rencontre pour que leur complexité intrinsèque fût significative. De sorte que, en l’espace de quelques années et au contact de la littérature ethnographique nord-américaniste, ces deux satellites majeurs de l’univers lévi-straussien ont fini par devenir des corps théoriques morts. Ce ne sont alors plus que de simples souvenirs, des lieux de pure nostalgie.  

Haut de page

Notes

1  On peut lire avec profit à ce sujet Claude Imbert, Le Passage du Nord-Ouest, Paris, Les Cahiers de L’Herne, 2008.

2  Emmanuel Désveaux, Spectres de l’Anthropologie, suite nord-américaine, Montreuil-sous-bois, Aux-Lieux d’Etre, 2007.

3  A l’occasion du centenaire de Lévi-Strauss, le site internet du Laboratoire d’anthropologie sociale a publié la bibliographie complète de son fondateur : http://las.ehess.fr/document.php?id=490.

4  Claude Lévi-Strauss, « Languages and the Analysis of Social Law », American Anthropologist, Vol. 53, No. 2, 1951, pp. 155-163. Il ne sera jamais repris dans aucun des livres de compilation de l’auteur.

5  Emmanuel Désveaux, Quadratura americana, essai d’anthropologie lévi-straussienne, Genève, Georg, 2001.

6  Notons que l’Australie manque dans la géographie linguistico-culturelle proposée. Simple oubli, acte manqué ? Lévi-Strauss entretient une relation particulière avec l’Australie qui est en partie due à sa propre relation avec Radcliffe-Brown, grand spécialiste du continent austral.

7  Emmanuel Désveaux, « La parenté nouvelle  ou le retour de la substance », Journal de la Société des Américanistes, 2009, 95-1, pp. 213-223.

8  Anthropologie structurale (1958), p. 243. L’article reflète l’activité du séminaire des années académiques 1952-53 et 1953-54. Un peu plus tard, durant les années 1961-62 et 1962-63, Lévi-Strauss chargera son disciple Lucien Sebag de reprendre l’ensemble du dossier relatif à la mythologie pueblo. La mort prématurée de ce dernier retardera d’une dizaine d’années encore la publication des résultats de cette recherche (Lucien Sebag, L’Invention du monde chez les Pueblos, Paris, Maspero, 1971, préface de Cl. Lévi-Strauss).

9  Ils ont été tous les deux repris dans Anthroplogie structurale II (1973).

10  E. Désveaux, Spectres de l’anthropologie, suite nord-américaine, op.cit.

11  Lévi-Strauss insistera toujours sur ce point dans les différents entretiens qu’il accordera dans les années 1980 et 1990 (voir le film Lévi-Strauss par lui-même, copproduction INA-ARTE, 2008).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Emmanuel Désveaux, « Lévi-Strauss et les deux Amériques II- L’Amérique du Nord, ou l’adieu au primitivisme », Nuevo Mundo Mundos Nuevos [En ligne], Matériaux de séminaires, 2009, mis en ligne le 14 octobre 2009, consulté le 30 mars 2017. URL : http://nuevomundo.revues.org/57293

Haut de page

Auteur

Emmanuel Désveaux

Directeur d'études à l'EHESS (Paris). Adjunct Professor, Indiana University (Bloomington)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Nuevo mundo mundos nuevos est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page