Navigation – Plan du site
Luc Capdevila

Ignacio Telesca, Tras los Expulsos. Cambios demográficos y territoriales en el Paraguay después de la expulsión de los jesuitas, Asunción (Paraguay), Universidad Católica “Nuestra Señora de la Asunción”/Biblioteca de Estudios Paraguayos – Volumen 76, 2009, 439 p.

[22/10/2009]

Texte intégral

1Version publiée de sa thèse de doctorat, Ignacio Telesca étudie dans cet ouvrage l’impact, produit par l’expulsion des Jésuites du territoire espagnol en 1767/68, sur la formation de la société paraguayenne. Pour réaliser cette recherche l’auteur a dépouillé une masse d’archives : notamment les fonds de la Compagnie de Jésus conservés aux Archives nationales d’Asunción, aux Archives Générales de la Nation à Buenos Aires, ainsi qu’aux Archives Générales des Indes à Séville. Problématisée, très informée, efficacement structurée, c’est une vraie thèse qui est présentée, dont le texte est enrichi par une abondante publication de documents, de cartes et de tableaux, incorporés dans le développement ou renvoyés dans les annexes, ainsi que par une bibliographie fournie d’une quarantaine de pages.

2Le livre s’ouvre sur un tableau de la province du Paraguay au xviiie siècle. Province pauvre, très excentrée dans la vice-royauté du Pérou, la seule ressource disponible était la main-d’œuvre indigène. Ignacio Telesca insiste sur la composition multiculturelle de la population. Les Indiens issus de différentes ethnies formaient 70 % de la population totale, les esclaves d’origine africaine 10 %, les derniers 20 % réunissaient les Espagnols et des métis. La moitié de la population vivait dans les réductions jésuites, la compagnie de Jésus étant également propriétaire du quart des esclaves de la province. L’autre moitié habitait les villes d’Asunción et de Villa Rica, mais également des villages indiens qui dépendaient notamment des Franciscains. Le tiers de la population qui n’était pas du ressort des Jésuites formait le groupe des Indiens tributaires.

3Selon Ignacio Telesca, l’expulsion des Jésuites a entraîné la libération de la main-d’œuvre indigène et favorisé le développement des productions commerciales, notamment le tabac en plus de la yerba mate. Les marchands s’installèrent à Asunción et l’économie monétaire commença à se diffuser, tandis que la province du Paraguay passa sous le contrôle de la vice-royauté de la Plata en 1776. Il se fonde pour sa démonstration sur le dépouillement de sources narratives et comptables, et plus encore sur l’étude des recensements à partir desquels il analyse l’évolution des densités humaines, les changements de catégories des populations, et les transformations de la propriété.

  • 1  Notamment à la suite des travaux de Carlos Pastore, La lucha por la tierra en el Paraguay, Montevi (...)

4Ignacio Telesca met ainsi en évidence deux éléments fondamentaux qui participent des transformations profondes ayant affecté la société paraguayenne à la suite du démantèlement des établissements jésuites. Le premier consiste dans une relative homogénéisation socio-ethnique, de sorte que dans les nouveaux recensements la catégorie indienne disparait quasiment au profit de la catégorie espagnole, puis paraguayenne. Mais Ignacio Telesca y voit d’abord le « réflexe de survie » d’une population misérable, qui après avoir quitté les missions s’est installée dans les campagnes aux alentours d’Asunción, et est ainsi parvenue à échapper aux contraintes liées au statut d’indigène. En relation avec le déplacement des populations des missions, la pression sur la terre a entraîné par ailleurs une expansion territoriale de la province au nord et au sud, tandis que les régions correspondant aux anciennes réductions se sont dépeuplées. Le deuxième élément, dans le prolongement du précédent, consiste dans le développement de la très grande propriété qu’il observe dès la fin du xviiie siècle au bénéfice de l’élite asuncène. Ainsi, il conteste la thèse ancienne circulant toujours dans l’historiographie paraguayenne1, qui situe l’origine du système latifundiaire beaucoup plus tard, à la suite de la vente des terres publiques sur le marché londonien pour renflouer la république défaite au lendemain de la guerre de la Triple Alliance (1865-1870).

5Ignacio Telesca parvient ainsi de manière concluante à présenter la nouvelle organisation qui se met en place au Paraguay à la suite de l’expulsion des Jésuites, et à montrer en quoi elle provoqua une nouvelle répartition foncière, tout en favorisant l’émergence d’une construction identitaire. Dès lors, en conclusion, il insiste pour rappeler l’origine multiculturelle de la société paraguayenne, et observe que la profonde inégalité foncière caractéristique du Paraguay actuel n’est pas un événement tardif, mais qu’elle participe d’une organisation sociale inscrite dans la durée.

Haut de page

Notes

1  Notamment à la suite des travaux de Carlos Pastore, La lucha por la tierra en el Paraguay, Montevideo, Editorial Antequera, 1972.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Luc Capdevila, « Ignacio Telesca, Tras los Expulsos. Cambios demográficos y territoriales en el Paraguay después de la expulsión de los jesuitas, Asunción (Paraguay), Universidad Católica “Nuestra Señora de la Asunción”/Biblioteca de Estudios Paraguayos – Volumen 76, 2009, 439 p. », Nuevo Mundo Mundos Nuevos [En ligne], Comptes rendus et essais historiographiques, mis en ligne le 22 octobre 2009, consulté le 25 novembre 2014. URL : http://nuevomundo.revues.org/57310

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page