Navigation – Plan du site
Colloques | 2009
Journée d’Étude - Séminaire « Usages politiques du passé » IEP-Master HRI / IDA-Rennes / EHESS-Mascipo- (VIe Journée d’Histoire des sensibilités) / Programme ANR Indiens dans la Guerre du Chaco – Rennes, IEP, 28 mai 2009
Christophe Giudicelli

Calchaquí ou le syndrome de Ferdinandea

[25/11/2009]

Résumés

El presente trabajo presenta un caso de desdoblamiento toponómico y taxonómico : el de la categoría calchaquí. Nacido al calor del violento alzamiento de 1562 cuyo liderazgo fue atribuido por los españoles al cacique Juan Calchaquí, este nombre pasó a designar a los indios diaguitas rebeldes de los valles interandinos del Tucumán. Con el tiempo, pasó a designar más específicamente la porción insumisa de esa región andina –el Valle de Calchaquí– y sus habitantes, generalmente clasificados como calchaquíes. En las primeras décadas del siglo XVII fue aplicado por los colonos de Santa Fe a varios grupos indígenas con los que mantenían relaciones de franca hostilidad. El lugar de procedencia de esos enemigos recibió también el nombre de Valle de Calchaquí. Se trata en este artículo de demostrar que al aplicar el mismo nombre a dos grupos distintos, los españoles no necesariamente quisieron subrayar una identidad cultural compartida. Las vicisitudes del grupo calchaquí santafesino, que desapareció a principios del siglo XVIII tan repentinamente como había aparecido, indican al contrario que en el proceso colonial de identificación la funcionalidad privaba sobre la clasificación cultural. Los calchaquíes desaparecen porque los grupos pacificados dejaron de ser calificados así y también porque fueron sustituidos en el papel de enemigos paradigmáticos por abipones y mocovíes. Así mismo, el Valle de Calchaquí desaparece de los mapas, literalmente submergido por el desbordamiento del Chaco, nuevo espacio refractario.

Haut de page

Notes de l’auteur

Ce travail reprend et poursuit la réflexion entamée dans deux études plus détaillées en cours de publication : « Calchaquí ou l’ennemi intérieur. Souveraineté et enclaves rebelles (Tucumán, Santa Fe, XVIIe siècle) » in Louise Bénat-Tachot (ed.) Marges et liminalité dans le monde ibérique, Paris, l’Harmattan (sous presse) et « identidades rebeldes. Soberanía colonial y poder de clasificación: sobre la categoría calchaquí (Tucumán, Santa Fe, siglos XVI-XVII) », in Alejandra Araya y Jaime Valenzuela (eds.), Denominaciones, clasificaciones e identidades en America colonial, Santiago, Pontificia Universidad Catolica de Chile, Instituto de Historia / Universidad de Chile, Facultad de Filosofía y Humanidades / RIL Editores, 2010.

Texte intégral

1Les pages qui suivent sont est en quelque sorte un résultat d’étape : c’est l’état actuel d’une réflexion (d’une perplexité) sur un cas de double transfert, à la fois taxinomique et géographique. Nous nous proposons de suivre le dédoublement de la catégorie calchaquí. Ce nom est apparu dans les sources espagnoles dans les premières années de la conquête du Tucumán (fin des années 1550) pour désigner certains Indiens diaguitas des hautes vallées andines, et plus précisément ceux qui donnaient le plus de fil à retordre aux colons. Or cet ensemble calchaquí semble en quelque sorte ouvrir une « succursale » au nord de la province de Santa Fe à partir des premières années du XVIIe siècle.

2Il s’agit très manifestement là d’un transfert : de même que dans les hautes vallées du Tucumán, les Indiens appelés calchaquíes par les colons de Santa Fe sont réputés habiter un espace nommé Valle de Calchaquí, situé au nord du site primitif de Santa Fe, sur la rive droite du Paraná, entre les ríos Bermejo et Salado.

  • 1  Guillermo Furlong, Cartografía jesuítica del Río de la Plata, Buenos Aires, Talleres J. Pauser, 19 (...)

Luís Ernot, Carte du Paraguay (détail), 16321. Les parties en grisé désignent les deux Valle de Calchaquí. Au nord-ouest, il s’agit du Valle de Calchaquí « original », tandis que le second ensemble, situé sur la rive droite du Paraná, désigne la « provincia de los Calchaquís », très vite connue également sous le nom de Valle de Calchaquí

3La question de l’ « identité » de ces Indiens avec ceux du Valle de Calchaquí original –la maison-mère– semble réglée depuis longtemps : plus personne ne soutient sérieusement la thèse d’une invasion tardive de diaguitas dans la région. Les descriptions de ces Indiens confirment d’ailleurs qu’ils n’avaient sans doute rien à voir les uns avec les autres (d’autant qu’à Santa Fe l’étiquette calchaquí englobe des Indiens très différents entre eux).

4Autre sujet de perplexité : ces Calchaquís de Santa Fe apparaissent tardivement, sont réputés avoir une activité intense (et néfaste) durant les trois quarts du XVIIe avant de disparaître corps et biens au début du siècle suivant, de même que leur Valle de Calchaquí, littéralement rayé de la carte. Tout ce qui reste d’eux, c’est une petite ville de l’actuelle province argentine de Santa Fe, Calchaquí, dernier vestige, sans doute, d’un village de « réduction » établi au début du XVIIIe siècle.

  • 2  Ferdinandea est le nom italien du sommet du volcan sous-marin Empédocle, situé dans le canal de Si (...)

5Nous travaillons donc sur une hypothèse que nous avons baptisée l’« hypothèse de Ferdinandea », du nom de cette île volcanique du sud de la Sicile, qui apparaît à la surface de la mer en période d’activité sismique intense avant de replonger dans les profondeurs lorsque cette activité décroît2. Notre principe heuristique est que l’enquête ne doit pas tant porter sur l’« identité » de ces Indiens que sur la fonctionnalité de la catégorie calchaquí dans l’économie du discours colonial. Il s’agit donc d’abord de comprendre le rôle attaché à cette catégorie. Notre hypothèse est que le transfert géographique et sémantique de calchaquí se fait par analogie fonctionnelle : cette étiquette définit le rôle, le comportement des Indiens qu’elle désigne, au regard de la norme de contrôle de la société coloniale. En l’occurrence, il s’agit du réemploi de la désignation générique d’un groupe réfractaire (calchaquí) et d’un espace d’insoumission –le Valle de Calchaquí. Enfin, l’ubiquité coloniale de cet ensemble calchaquí nous incite à la prudence lorsqu’il s’agit de tirer des conclusions sur l’identité ethnique des Indiens désignés sous cette appellation. Il est en effet difficile dans ces conditions de soutenir que la (ou les) « nation » calchaquí regroupe(nt) un quelconque « groupe ethnique ».

Calchaquí. Aux origines d’un nom

  • 3  Nous développons ces analyses en détail dans un autre travail : Christophe Giudicelli, « Encasilla (...)

6Pour bien comprendre les tenants et les aboutissants de cette enquête, il faut avoir présente à l’esprit la généalogie de la catégorie calchaquí3. Il faut surtout se rappeler qu’il s’agit d’une catégorie coloniale dont l’apparition dans la documentation est parfaitement datable, d’une appellation hétéronome dès sa création. Aucun groupe indien ne s’est jamais reconnu sous le nom de calchaquí : c’est une étiquette (ou plus exactement un nom de « nation ») généralisé par les Espagnols à partir de 1562 pour désigner certains Indiens des hautes vallées andines du Tucumán. Jusque-là, tous ces Indiens étaient appelés Diaguitas –le nom complet de la province explorée dès 1543 par Diego de Rojas est d’ailleurs « Provincia de Tucumán, Juríes y diaguitas ». On reconnaissait à ces Indiens un certain nombre de traits culturels et politiques communs : ils parlent tous la même langue (le kakan) et entretiennent en permanence des relations politiques d’alliance ou de guerre.

7Le contexte d’émergence de la catégorie calchaquí a une grande importance : 1562 est une date dramatique pour la jeune province du Tucumán, perdue au sud-est de la vice-royauté du Pérou. A l’exception de Santiago del Estero, toutes les villes qui y avaient été fondées sont détruites par un soulèvement extrêmement violent et parfaitement coordonné : Londres, Cañete et surtout Córdoba de Calchaquí, fondée en plein cœur des Valles Calchaquíes actuels, à proximité de l’actuel San Carlos, sont anéanties. Les habitations sont rasées et, dans le cas de Córdoba, la quasi-totalité de leurs habitants sont exterminés ou fait prisonniers. La responsabilité de ce soulèvement est immédiatement imputée au cacique de Tolombón, un important village situé précisément à côté de la ville de Córdoba. Ce cacique s’appelait Juan Calchaquí. Par extension, les Indiens censés obéir à cet individu seront appelés calchaquíes. De même, le territoire où ils habitent sera connu comme Valle de Calchaquí pour la même raison, puisqu’il est censé être sous la coupe de cet ennemi public numéro 1.

8La fin du XVIe siècle voit un renforcement de la colonisation effective de la région par les Espagnols. Le sud et le nord des vallées inter andines finissent notamment par être à peu près contrôlés, grâce à la fondation et la consolidation de villes telles que Salta (1582-88) pour le nord et La Rioja pour le sud (1591). La ville de Londres est de même refondée en 1607. La conséquence pour le sujet qui nous occupe est que le Valle de Calchaquí et l’ensemble Calchaquí voient leurs frontières sensiblement modifiées et ses caractéristiques durcies. Au sud, les Indiens diaguitas ne sont plus reconnus comme calchaquíes, mais comme diaguitas ; au nord, les Indiens pulares sont également retranchés de l’ensemble calchaquí en raison de leur intégration dans l’orbite de la ville de Salta. Dans les deux cas, la raison de cette décalchaquisation est à chercher dans l’intégration de ces Indiens dans les dispositifs coloniaux. Ils se soumettent en effet désormais aux exigences de leurs encomenderos, contrairement à leurs voisins qui eux ont conservé l’appellation calchaquí ; certains d’entre eux ont même considérablement modifié leur mode de vie : les Pulares, notamment, vivent dans des villages de réduction et adoptent l’apparence physique des Indiens du Pérou, pour reprendre une caractérisation générique propre aux administrateurs coloniaux : pantalon de coton blanc, cheveux plus courts, etc.… Autant de détails qui marquent désormais leur extériorité vis-à-vis de l’espace rebelle calchaquí, peuplé, à en croire les documents de la même époque, de sauvages chevelus et réfractaires à la mode coloniale. La transformation microphysique de ces Indiens donne une réalité plus tangible aux pseudo frontières censées délimiter le Valle de Calchaquí : il s’agit très manifestement d’une frontière politique. À l’aube du XVIIe s., le Valle de Calchaquí a donc atteint en quelque sorte sa maturité historiographique :

9–il a une délimitation précise et relativement fixe pendant près d’un siècle dans les sources –une trentaine de lieues

  • 4  C’est l’assassinat d’un de leurs encomenderos, un certain Juan Ortiz de Urbina, en 1631, qui décle (...)
  • 5  Pour un aperçu en français de cette question, voir Christophe Giudicelli, « Entre Utopie et projet (...)

10–Ses habitants présentent des caractéristiques très particulières : ils sont réfractaires aux bienfaits de la colonisation. Ils refusent obstinément toute implantation espagnole sur leurs terres, comme en témoignent les échecs successifs essuyés par les autorités locales en 1562, 1577, 1631 et 1658. Ils refusent de remplir leurs obligations coloniales, n’observent pas leurs tours de mita, ne servent que très occasionnellement leur encomendero, et vont jusqu’à se débarrasser physiquement de lui lorsque la pression se fait sentir avec trop d’acuité4. Enfin,   ils mettent en échec les diverses tentatives d’implantation de missions de la Compagnie de Jésus. Les jésuites, qui en ont pourtant vu d’autres, se voient contraints de renoncer à deux reprises, une première fois entre 1622 et 1643et, cette fois définitivement, en 1658, après leur expulsion manu militari lors du soulèvement provoqué par Pedro Bohórquez, le fameux « Inca du Tucumán » dont ils avaient pourtant largement favorisé l’installation5.

  • 6  Dès 1582, Pedro Sotelo Narváez, Relación geográfica del Tucumán affirmle qu hay oro y plata en el (...)

11–Plus généralement, ce Valle de Calchaquí pose un problème sérieux aux colons de la province : il s’agit donc d’une poche d’insoumission, d’une enclave qui accueille toutes sortes d’individus fuyant les établissements coloniaux. Ses habitants représentent une concurrence mal vécue pour l’accès aux ressources naturelles : la zone est réputées fertile, propice à l’élevage et, selon des rumeurs aussi insistantes que mal fondées elle est censée abriter de riches gisements miniers6. Enfin, naturellement, ils ne manquent jamais de se défendre les armes à la main. Le XVIIe siècle présente d’ailleurs le tableau d’une succession quasi ininterrompue de conflits armés qui ne s’achève qu’avec les déportations massives des années 1660.

12Bref : ce qui définit Calchaquí c’est sa mauvaise réputation. Calchaquí est une catégorie suspecte, elle délimite un ennemi intérieur et un territoire à soumettre. Mais jusque-là, il ne s’agissait que d’une affaire interne à la province du Tucumán, et cela ne concernait que certains Indiens diaguitas précisément localisés dans la partie des vallées inter andines de cette province. Tout se complique avec l’apparition d’un second ensemble également appelé calchaquí sur les terres beaucoup plus planes de ce qui ne s’appelle pas encore le Chaco santafesino, et pour désigner des Indiens qui n’ont vraisemblablement rien à voir avec les Diaguitas censés répondre à Juan Calchaquí.

Santa fe et la « succursale calchaquí »

  • 7  « Carta del padre Alonso de Barçana al P. Juan Sebastián, provincial », 08-09-1594, Monumenta Peru (...)

13La première mention de calchaquíes associés à la région du bassin du Paraná et de ses affluents (singulièrement le río Salado et le Bermejo) est relativement tardive : elle date de 1594, et apparaît sans plus de détail au milieu d’une liste des Indiens du Río de la Plata dressée par le jésuite Alonso de Barzana7. Par la suite, on a bien quelques apparitions de calchaquíes dans la documentation relative à Santa Fe, mais, jusque vers les années 1630, il s’agit de mentions ponctuelles, sans réelle importance et surtout extrêmement délimitées. Une carte dessinée selon toute vraisemblance par Ruy Díaz de Guzmán aux alentours de l’année 1600 mentionne effectivement une présence calchaquí au nord de Santa Fe, mais celle-ci se limite à un modeste campement.

  • 8  Pedro Torres Lanzas, Relación descriptiva de mapas, planos, etc. del virreinato de Buenos Aires ex (...)

Mapa del Río de la Plata attribué à Ruy Díaz De Guzmán (détail). La mention calchaquís est visible au-dessus du second affluent du Paraná au nord de Santa Fe8

  • 9  AGSF, Actas Capitulares, 05-02-1625, T. 1, F.196-196v: castigo a los naturales del Valle Calchaquí (...)
  • 10  En 1648-1649 ; une nouvelle campagne d’envergure contre eux est lancée en 1653 puis en1657-1658.

14La situation change du tout au tout à partir de la seconde moitié des années 1620, et surtout des années 1630, après la destruction de la ville de Concepción del Bermejo, fondée dans l’intérieur du Chaco. À partir de ce moment-là, des calchaquíes sont rendus responsables de la plus grande partie des maux dont souffrent les colons de cette province9. Leurs « invasions » donnent lieu à plusieurs campagnes militaires (entradas) contre eux depuis Santa Fe mais également Corrientes et, dans une moindre mesure, Santiago del Estero ; on leur impute la responsabilité d’une situation de guerre permanente dans les années 1640-165010. L’hostilité incessante de ces calchaquíes aurait même forcé la décision prise en 1651 par le cabildo de transférer la ville plus au sud, dans un endroit plus sûr, en tout cas moins exposé à leurs attaques, transfert définitivement réalisé en 1661.

15Ces Calchaquíes s’imposent donc peu à peu comme le problème principal des colons de Santa Fe. Si l’on observe la provenance de leurs attaques, on notera avec intérêt qu’elles trouvent leur origine dans un espace assez vague et peu délimité appelé également Valle de Calchaquí. Mais il y a plus : si l’on se penche sur les enjeux représentés par ce Valle de Calchaquí et ses habitants, certains éléments nous seront familiers.

16–Il s’agit également d’une enclave insoumise où bon nombre de fuyards des établissements coloniaux vont trouver refuge. Cette zone grise prive donc les colons d’une main d’œuvre vitale et suscite naturellement de nombreuses malocas pour se réapprovisionner en piezas, en esclaves et/ou pour récupérer les Indiens de leurs encomiendas qui y auraient trouvé refuge afin d’échapper aux menues tâches qui leur étaient imposées… En 1655, le procurador general de Santa Fe dénombrait pas moins de vingt-quatre raids officiels en l’espace d’une trentaine d’années depuis Santa Fe, ce qui donne une idée de la nature des relations entretenues entre les habitants de Santa Fe et les Indiens du Valle de Calchaquí.

  • 11 AGI, Escribanía de Cámara-Buenos Aires, pleitos. Legajos 876 (1662-1663) « Autos fechos sobre la en (...)

en [...]  treinta años de continuas guerras caussadas por dichos yndios la ciudad de Santa Fe mi parte a hecho venticuatro jornadas, en diferentes tiempos11.

17–Il s’agit d’une zone de concurrence pour l’accès aux ressources naturelles : en l’occurrence à l’énorme quantité de bétail sauvage qui y prolifère. Les autorités de Santa Fe vitupèrent à plusieurs reprises l’insupportable prétention de ces Indiens, qui vont jusqu’à vouloir contrôler ce commerce pour leur propre compte. L’un des hommes forts de Santa Fe, Juan Arias de Saavedra, qui avait mené une expédition punitive dans le Valle de Calchaquí en 1656 dénonce par exemple avec la plus grande vigueur des criminels, coupables selon lui de vouloir

  • 12 AGI 119, 8, F 339 vta « Castigo y victorias contra los Calchaquís »

[alzarse] con este valle entero de Calchaquí por cuya causa han sido damnificado aquellos vecinos [de Santa Fe] en grande suma de dinero, costo y muertes de muchos españoles e yndios amigos, dexándose de aprovechar quarenta años ha de su patrimonio deste valle y del ganado vacuno del con tal desvergüenza que tal vez lo vendían como suyo[…]12.

18–Bien entendu, tous les Indiens qui proviennent de cette enclave sont dépeints sous les traits d’ennemis, d’Indiens de guerre et de danger pour la province.

19On a donc une ressemblance fonctionnelle presque parfaite entre les deux Valle de Calchaquí. Mais pour le reste, rien n’est comparable avec la situation qui prévalait pour le Tucumán.

  • 13 el capitán Diego de Alderete […] se topó con unos 40 indios calchaquíes, « Proceso levantado en 2 d (...)
  • 14 Actas del Cabildo / AGI 119, 8, F. 330fte-330 Vta.« Victoria contra los guaycurus y castigo grande  (...)

20Si l’emploi du qualificatif calchaquí est systématique et massif à Santa Fe, on remarquera cependant qu’il est légèrement différent de celui qui a cours au Tucumán au même moment. Il semblerait en effet qu’on ait à Santa Fe un usage quasi-exclusivement générique de cette appellation, réservée qui plus est à un contexte bien précis. L’apparition d’Indiens désignés sous cette étiquette est en effet limitée aux documents  qui évoquent leurs attaques ou consignent  le résultat des expéditions punitives lancées contre eux. En d’autres termes, les calchaquíes n’apparaissent que dans des  documents qui les désignent globalement comme ennemis et objectifs militaires. En 1659, par exemple, un rapport de campagne peut mentionner légitimement que  el capitán Diego de Alderete […] se topó con unos cuarenta indios calchaquíes, lors d’une incursion dans le Valle de Calchaquí destiné à châtier les Indiens qui venaient de mettre à mort plusieurs habitants de Santa Fe venus braconner sans permission sur ces terres peu sûres13. Il s’agit en l’occurrence d’une désignation très claire de l’ennemi, de l’Indien de guerre susceptible d’être pris « en juste guerre » et réduit en esclavage selon une pratique courante et systématique dans la plupart de ces provinces de confins. Le second exemple de l’emploi spécialisé du qualificatif calchaquí est d’ailleurs une conséquence directe de cette pratique : lors d’une précédente campagne, le même Juan Arias de Saavedra informait qu’il avait remis à un de ses lieutenants guaranis venus des missions jésuites d’Uruguay (ce qui ne manque pas d’ailleurs d’intérêt) don Francisco, de nación calchaquí y don Fernando su hijo y otros tres yndios de la propia nación. Le destin de ces prisonniers ne fait aucun doute : […]van desterrados perpetuamente a aquellas partes para que sirvan en lo que convenga […] 14.

21Si la mention d’Indiens de nación calchaquí est extrêmement rare, la documentation regorge en revanche d’ « indios del Valle Calchaquí », ou d’indios naturalizados en el Valle de Calchaquí. Ces dernières dénominations privilégient la localisation de ces Indiens dans leur identification et indiquent par ailleurs que cet endroit était un endroit de passage, un espace de transition.

  • 15  « Petición del procurador de Santa Fe, Antonio de Vera Mújica, 19 de septiembre de 1648 », cité pa (...)
  • 16  Santa Fe, Departamento de Estudios Etnográficos y Coloniales (dorénavant DEEC), Escrituras Pública (...)
  • 17  AGI 119, 8, F. 342 Vta
  • 18 On retrouve en efet des calchines y mocoretás, colastinés, tocagües, mepenes, chanás, querandíes, v (...)
  • 19  Ibid, F. 343 Fte ; « Carta del Rey al virrey del río de la Plata, 15-05-1679 », AGI Charcas 24.
  • 20  « Proceso levantado en 2 de junio de 1659 por el teniente Juan Arias de Saavedra contra vecinos po (...)
  • 21 Testimonio de Francisco Galiano,  ibid., p. 231.

22Surtout, et c’est là le cœur de notre interrogation, lorsque ces Indiens sont sortis de cet espace calchaquí, on constate qu’ils perdent leur appellation générique calchaquí au profit d’un nom de nation spécifique. Lorsqu’ils apparaissent dans un autre contexte, de signature de traité de paix, de réduction ou de litiges entre encomenderos, ces calchaquíes sont en quelques sortes déclassés, décalchaquisés. Ils reçoivent (ou retrouvent) un nom particulier. Deux sortes d’Indiens peuvent être isolés. On retrouve ainsi en premier lieu des tocagües15 , vilos16, Colastinés y Lules17, c’est-à-dire  des Indiens dont la présence est attestée depuis les premiers temps de la conquête : le fondateur de Santa Fe, Juan de Garay avait distribué des encomiendas de Tocagües et de Colastinés lors de la première fondation de Santa Fe en 157318.Mais aux côtés de ces premières « nations », on retrouve d’autres Indiens aux traits franchement chaqueños comme ces hometes, chaguayasques, ahonastes y dagabastes, que les Espagnols eux-mêmes placent au voisinage des Indiens du Chaco, puisqu’ils seraient  naciones fronteras de los Guaycurús19. Certaines descriptions physiques ne laissent d’ailleurs que peu de doute sur la parenté culturelle de ces Indiens avec, pour aller très vite, les Indiens que les Espagnols englobaient sous l’appellation de Frentones –en raison de leur façon de se raser le crâne– puis de Guaycurúes. On sait par exemple que les Chaguayasques, réputés naturalizados en el Valle de Calchaquí avaient le crâne rasé : un rapport concernant la malheureuse histoire de braconnage déjà évoquée consigne le témoignage d’un des survivants, qui décrit les Chaguayasques responsables de la mort de ses camarades trasquilados y sin cabello20, alors qu’un autre témoin leur prête un armement typique des Indiens du Chaco : armados con garrotes y lanzas21.

  • 22  AGI Charcas, 24, « El presidente de la Audiencia de Charcas, Bartolomé González de Poveda al rey, (...)
  • 23  « Proceso levantado en 2 de junio de 1659 por el teniente Juan Arias de Saavedra contra vecinos po (...)

23Les autorités de Santa Fe connaissaient et explicitaient à l’occasion la condition d’étrangers de récente apparition dans la région, des Chaguayasques22. Or on constate que malgré une différence culturelle manifeste et explicitement pointée, et en dépit de la reconnaissance de leur irruption récente depuis l’intérieur du Chaco, ces Indiens restent durablement déterminés dans le corpus colonial par leur inclusion dans l’espace réfractaire « calchaquí » : les mêmes documents qui soulignent cette double condition d’étrangers et de guaycurúes au crâne rasé les incluent sans sourciller  au nombre des indios enemigos del dicho valle23 ou, plus clairement encore, los chaguahastates [ y] otras naciones del Valle de Calchaquí […] los indios enemigos chaguahasques que poblavan las tierras del Valle de Calchaquí ·.

24Il semble donc évident que cette catégorie n’a strictement rien à voir avec une quelconque volonté d’identification d’un groupe précis. Calchaquí est pour les colons de Santa Fe une catégorie fonctionnelle qui vise avant tout à désigner un ennemi, une masse indienne à soumettre et un territoire à contrôler.

Épilogue : la disparition.

25La disparition brutale des calchaquíes de la chronique des scandales de Santa Fe au début du XVIIIe siècle semble confirmer a posteriori cette dernière hypothèse. La fin du XVIIe siècle et les premières années du suivant voient la présence autrefois massive des Calchaquís s’estomper, puis disparaître corps et biens des chroniques, de la cartographie et, plus généralement, du nombre des ennemis redoutés par les auteurs de ce genre de documents.

  • 24  Sur l’abandon par les jésuites de leurs établissements du Salado Grande, voir Luís MaríaCalvo, La (...)

26On fait généralement coïncider cette disparition brutale avec la destruction des établissements jésuites et franciscains de la région dans lesquels ils avaient été installés : l’estancia de San Antonio et la réduction de La Capilla établies par la Compagnie de Jésus sur le Salado Grande, Nuestra Señora del Rosario de Calchaquí contrôlé par les franciscains non loin de l’ancien port de Sancti Spiritus établi par Sebastián Cabot lors de son exploration de 1528-1530. Selon cette hypothèse, les Indiens, déjà affaiblis par une épidémie, auraient été balayés par la vague d’attaques  menées par des Abipones dans la première moitié des années 171024. L’historiographie fait donc disparaître brutalement les redoutables ennemis qui avaient mené la vie impossible aux colons de Santa Fe durant près d’un siècle. Le principal responsable de cette disparition est sans doute le grand chroniqueur Pedro Lozano, dont les écrits firent autorité durant très longtemps. Lozano affirma que

  • 25  Pedro Lozano (S.J.), Descripción corográfica del Gran Chaco Gualamba, Tucumán, Instituto de Antrop (...)

[…] el año 1718, en la peste general que abrasó estas provincias, se consumió la mayor parte de esta nación, de que sólo quedaron nueve o diez familias25.

  • 26  AGI, Charcas 229, « Autos sobre la nueva reducción de yndios de nación calchaquí »

27La simplicité de cette disparition est néanmoins trop alléchante pour être sérieusement envisageable. En tout premier lieu il est impensable de limiter une catégorie dont nous venons de voir la capacité englobante aux seuls Indiens établis dans ces établissements coloniaux comme le fait Lozano – en toute logique, puisqu’il se place du point de vue missionnaire qui fait très souvent coïncider nation et population de mission. En outre, plusieurs éléments militent contre cette l’hypothèse. Le premier de ces éléments est tout simplement d’ordre factuel : les « calchaquíes » réputés disparus réapparaissent dans la documentation une trentaine d’années plus tard. Entre 1735 et 1740, en effet les négociations entre les autorités de Santa Fe et don Tomás de Lenzinas, cacique indio de nazión Calchaquí aboutissent à la réinstallation de sa parcialidad au Fort du Carcarañal, également appelé Paso del Carcarañal26.

28Les déclarations qui accompagnent la formation de cette nouvelle « réduction » présentent plusieurs intérêts. En premier lieu elles confirment que ces calchaquíes sont bel et bien des Indiens familiers des colons de Santa Fe, puisqu’ils sont identifiés –fait suffisamment rare pour êtres soulignés– à la fois comme tocagües et calchaquíes. Mais surtout, par ce double emploi, ces déclarations donnent la mesure de la mutation géographique, sémantique et fonctionnelle subie par la catégorie calchaquí. Il était impensable par le passé pour les autorités de signer un accord avec des Indiens calchaquíes ; ainsi que nous l’avons vu, tous les Indiens pacifiés apparaissaient sous leur nom d’encomienda (tocagües, vilos, colastinés, chaguayasques…) et jamais en tant que calchaquíes, puisque ce nom était indissociablement lié à l’espace d’insoumission auquel ils venaient d’être soustraits. Cette double qualification est donc particulièrement intéressante : elle pose on ne peut plus clairement que les Indiens réinstallés au Paso del Carcarañal sous l’égide des autorités locales ne correspondent plus en rien aux anciennes caractéristiques associées au nom qu’on continue néanmoins de leur donner, bien au contraire. Les calchaquíes  apparaissent désormais comme d’efficaces auxiliaires contre la nouvelle menace qui recouvre, entre autres, l’ancien Valle de Calchaquí : le Chaco dans son ensemble et les Indiens du Chaco, en l’occurrence abipones. La redécouverte de ces tocagües-calchaquíes amigos est intéressante dans la mesure où ces documents les présentent désormais comme des alliés, voir des alliés idéaux contre leurs anciens alliés abipones :

  • 27  Ibid, F. 17 vta

[…]es público y notorio que dichos indios son terror de los enemigos y que una vez que salgan a campaña los guaicurus abipones y mocobíes se ponen en fuga no con poco recelo de su alcance mediante lo experto y baquiano de los calchaquies con todos los escondrijos pasos de los ríos y caminos[…] 27.

29Deux remarques s’imposent donc. Premièrement, la disparition de la catégorie Calchaquí est concomitante avec l’apparition d’une menace qui recouvre (au sens propre et au sens figuré) l’ancienne province des calchaquíes (le Valle de Calchaquí) : le Chaco, et l’apparition en masse de nouveaux ennemis : Abipones et Mocovíes. Deuxièmement, l’usage de cette catégorie est beaucoup plus restreint. Il se limite désormais à la désignation des anciens ennemis domestiques réduits et enrôlés comme auxiliaires dans les forces de défense de la province. Si les Calchaquíes et le Valle de Calchaquí disparaissent quasiment du corpus, ce n’est pas parce que les membres d’une nation ont été décimés par une épidémie. C’est parce que la catégorie et le toponyme qui lui était attaché ont perdu de leur force symbolique : ils sont désormais concurrencés par un espace d’insoumission beaucoup plus inquiétant et en pleine expansion, le Chaco, et de nouveaux assaillants, Abipones et Mocobíes, qui font oublier assez rapidement l’ancienne menace calchaquí.

Descripción de las provincias del Chaco y confinantes, según las relaciones modernas y noticias adquiridas por diversas entradas de los Misioneros de la Compañía de Jesús que se han hecho en este siglo de 1700. Sur cette carte qui aurait été composée au milieu du XVIIIe siècle, on constate que toute mention des calchaquíes a disparu. En lieu et place du Valle de Calchaquí, on trouve une présence massive des Abipones.

  • 28 « Carta del gobernador Alonso de Mercado y Villacorta, Buenos Aires, 05-05-1661 », in Antonio Larro (...)
  • 29 Ana María Lorandi, y Sara Sosa Miatello.: « El precio de la libertad. Desnaturalización y traslado (...)
  • 30  Pour une étude plus précise, voir Christophe Giudicelli, « Una milicia de vencidos : los calchaquí (...)

30Même s’il sera sans doute impossible d’établir une relation de cause à effet entre les deux, il n’est pas absurde de mettre en relation cette mutation sémantique et fonctionnelle avec la situation de l’ensemble Calchaquí « original ». Dans la province de Tucumán, les campagnes de déportation systématiques du gouverneur Mercado y Villacorta de 1659-1667 qui avaient mis un point final au soulèvement causé par Bohórquez avaient abouti à la suppression radicale de la menace calchaquí. Selon le gouverneur lui-même, cette campagne aurait abouti au déplacement de plus de 12 000 Indiens28, réinstallés aux quatre coins de la province, mais également à Santa Fe et à Buenos Aires (le cas particulier bien connu des Quilmes et des Acalianes29). Élément intéressant, : les parcialidades calchaquíes qui n’avaient pas été atomisées furent réinstallées le long de ce qui s’imposait peu à peu dans sous la dénomination de « frontière »: sur les contreforts orientaux de la province. Cette réduction des anciens ennemis « pacifiés » dans cette région avait un double objectif. Il s’agissait bien sûr, en tout premier lieu, de les éloigner de leur forteresse andine.  Mais cette réinstallation avait un également un sens stratégique : les groupes calchaquíes déportés servirent désormais de forces d’interposition contre les Indiens du Chaco, dont les incursions se faisaient de plus en plus pressantes dès les années 1660. C’est ainsi que les Tolombones, Colalaos et Paciocas, qui occupaient naguère le centre du Valle de Calchaquí furent déployés dans le Valle de Choromoros et utilisés comme troupe de choc contre les Mocovíes, de plus en plus actifs entre Esteco et San Miguel de Tucumán. Pour leur part, les Indiens de Taquigasta et de Luracatao furent réinstallés près de Jujuy, afin de faire rempart contre les raids des Tobas30.

31En d’autres termes, dans le Tucumán comme à Santa Fe, les anciens ennemis Calchaquíes sont devenus d’efficaces auxiliaires militaires, un dispositif essentiel de protection contre une nouvelle menace. La perte de la charge symbolique négative calchaquí permit donc paradoxalement le réemploi en positif de la catégorie pour désigner de nouveaux alliés face aux attaques des Abipones, Mocovíes et Tobas.

Conclusions (provisoires)

32L’explication de ce dédoublement toponymique et taxinomique doit donc être cherchée non pas du côté d’une identité politique et culturelle des deux Valle de Calchaquí, mais bien dans la même attitude de résistance à la sphère de souveraineté en cours d’installation dans ces deux provinces périphériques de l’empire.

33Tout semble indiquer qu’il n’y a jamais eu aucun lien politique et culturel entre les deux ensembles de population considérés, ce qui rend d’autant plus significatif le réemploi de la catégorie calchaquí en dehors de son aire de création. Il s’agit clairement du transfert analogique du nom de l’ennemi intérieur. C’est la mauvaise réputation du Valle Calchaquí original qui lui donne cette capacité à s’exporter et à créer des succursales d’une enclave à l’autre.

  • 31  Michel Foucault, « Les corps dociles », Surveiller et punir, Paris, Gallimard « Tel », 1975, p.168 (...)
  • 32  Sobre este punto véase Guillaume Boccara: « El poder creador: tipos de poder y estrategias de suje (...)

34L’« identité rebelle » que recouvre le vocable calchaquí –identité factice– subsume manifestement l’ensemble des groupes Indiens qui rôdent y trafiquent du bétail dans le Valle Calchaquí Santa Fe. Il s’agit là d’une excellente illustration de ce que Michel Foucault appelait l’espace disciplinaire31: la segmentation en ordre des populations indiennes est tout à la fois l’expression y la matérialisation du pouvoir32. Les instances coloniales ne cherchaient pas à rendre compte de la diversité humaine de ces frontières ; ils s’appliquaient à adapter cette diversité à leurs propres nécessités et aux impératifs immédiats de la souveraineté. En l’occurrence, il s’agissait d’abord d’identifier et de délimiter un ensemble vaste –les calchaquíes, le Valle de Calchaquí– pour pouvoir ensuite réduire ses éléments en une série d’unités contrôlées –les multiples nations réduites en dehors du Valle Calchaquí (tocagües, vilos, chaguayasques, colastinés, etc.…).

35L’estompement puis la disparition des Calchaquíes et du Valle de Calchaquí de Santa Fe doit donc se comprendre par l’effet conjoint de la pacification des groupes locaux réfugiés dans le Valle de Calchaquí, et qui perdent par là-même leur « qualité » Calchaquí et de l’inquiétude croissante des colons face à la nouvelle menace que constitue la pression Indiens du Chaco. La Ferdinandea calchaquí se perd donc dans les profondeurs du bassin du Paraná dès lors que son activité agonistique a cessé.

Haut de page

Bibliographie

Fonds d’archives consultés

AGI : Archivo General de Indias, Séville

AGSF : Archivo General de Santa Fe (Santa Fe, Argentine)

AHPC : Archivo Histórico de la Provincia de Córdoba (Córdoba, Argentine)

BN-BA, Fondo García Viñas : Biblioteca Nacional argentina, Fondo García Viñas (Buenos Aires)

DEEC : Departamento de Estudios Etnográficos y Coloniales (Santa Fe, Argentine)

Ouvrages consultés

Actas del cabildo colonial, T.I, Santa Fe, Imp. De la provincia de Santa Fe, 1934, pp. 317-318

Alemán, Bernardo –« Los Calchaquíes de Santa Fe ». América, 3, 1985, pp. 67-97. Santa Fe, Centro de Estudios Hispano-americanos de la Universidad Nacional del Litoral

Santa Fe y sus aborígenes, Santa Fe, Junta Provincial de Estudios Históricos, 1994

Areces, Nidia López, Silvana Regis, Élida y Tarragó, Griselda « La ciudad y los indios » in Areces, Nidia (ed.) Poder y Sociedad. Santa Fe la Vieja, 1573-1660, Prohistoria & Manuel Suárez editor, Rosario 1999

Barriera, Darío :–« La encomienda, los encomenderos y el trabajo indígena », in Darío Barriera, Nueva Historia de Santa Fe, t. III, Economía y sociedad, Rosario, Prohistoria-La Capital, 2006, pp. 55-79.

Conquérants, familles et rapports de pouvoirs dans une ville aux confins de l’empire espagnol, Lille, ART, 2002, p. 267

Barriera, Darío (ed) Nueva Historia de Santa Fe, t. II, Conquista y colonización de Santa Fe la Vieja (1573-1660), Rosario, Prohistoria-La Capital, 2006

Boccara, Guillaume –« El poder creador: tipos de poder y estrategias de sujecion en la frontera sur de Chile en la época colonial », Anuario de Estudios Americanos LVI1, 1999, pp. 65-94, disponible sur : http://nuevomundo.revues.org/document597.html).

–Guerre et ethnogenese mapuche dans le Chili colonial, Paris, L’Harmattan, 1999

Calvo, Luís María, La Compañía de Jesús en Santa Fe, Santa Fe, Ediciones Culturales santafesinas, 1993

Cartas Anuas de la provincia jesuitica del Paraguay, 1632-1634, Buenos Aires, Academia Nacional de la Historia, 1990

Cartas Anuas de la Provincia jesuítica del Paraguay , 1641 a 1643, Instituto de Geohistoria Regional n°11, Conicet, Resistencia, Chaco 1996

Cartas Anuas de la Provincia jesuítica del Paraguay , 1644, Instituto de Geohistoria Regional n°13, Conicet, Resistencia, Chaco 2000

Cartas de Indias, Madrid, Ministerio de Fomento, 1877

Cervera, Manuel Historia de la ciudad y provincia de Santa Fe, 1573-1853, Santa Fe, 1979 [1909],

De Angelis, Pedro, Colección de documentos relativos a la historia antigua y moderna de las provincias del Río de la Plata, Buenos Aires, Imprenta del Estado, 1836

Documentos para la historia de Argentina, Buenos Aires: Facultad de Filosofía y Letras. Instituto de Investigaciones Históricas, 1927-1929, T. XIX-XX

Foucault, Michel, Surveiller et punir, Paris, Gallimard, 1975

Sécurité, territoire, population, Gallimard-Seuil 2004

Furlong, Guillermo Cartografía jesuítica del Río de la Plata, Buenos Aires, Talleres J. Pauser, 1936

Giudicelli, Christophe, « Encasillar la frontera. Clasificaciones coloniales y disciplinamiento del espacio en el área diaguito-calchaquí (S. XVI-XVII) », Tandil, Anuario IEHS n°22, 2007, pp.161-212

–« Una milicia de vencidos : los calchaquíes frente a las primeras" invasiones mocovíes". (final del S. XVII-principios del XVIII). Los pródromos de la guerra en la frontera chaqueña del Tucumán » in Bernard Lavallé y Juan Marchena (ed.), El primer siglo XVIII hispanoamericano, problemas y perspectivas (1700-1750), (sous presse).

–« Calchaquí ou l’ennemi intérieur. Souveraineté et enclaves rebelles (Tucumán, Santa Fe, XVIIe siècle) » in Louise Bénat-Tachot (ed) Marges et liminalité dans le monde ibérique, Paris, l’Harmattan (sous presse)

–« identidades rebeldes. Soberanía colonial y poder de clasificación: sobre la categoría calchaquí (Tucumán, Santa Fe, siglos XVI-XVII) », in Alejandra Araya y Jaime Valenzuela (eds.), Denominaciones, clasificaciones e identidades en América colonial, Santiago, Pontificia Universidad Catolica de Chile, Instituto de Historia / Universidad de Chile, Facultad de Filosofía y Humanidades / RIL Editores, 2010.

Jaimes Freyre, Ricardo El Tucumán colonial, Buenos Aires, Coni hermanos, 1915, vol. 1

Larrouy,Antonio Documentos del Archivo de Indias para la historia del Tucumán, Santuario de Señora del Valle, Buenos Aires, 1923

Levillier, Roberto :

Nueva crónica de la conquista del Tucumán, Madrid, Sucesores de Rivadeneyra, 1926

Audiencia de Charcas, Correspondencia de presidentes y oidores, Madrid, Juan Pueyo, 1922

Papeles de los gobernadores en el siglo XVI,Madrid, Juan Pueyo, 1920

–probanzas de méritos y servicios de los conquistadores, Madrid, Sucesores de Rivadeneyra, 1920, 2 vol.

–Papeles eclesiásticos del Tucumán, Madrid, ed. De Juan Pueyo, 1926 vol.1

–Lizondo Borda, Manuel, Documentos coloniales relativos a San Miguel de Tucumán y a la gobernación de Tucumán, 6 vol.,Tucumán, Junta conservadora del Archivo Histórico de Tucumán, 1941-44.

Lorandi, Ana María(comp.) El Tucumán colonial y Charcas, Buenos Aires, UBA, FdFyL, 1997, 2 vol.

Lorandi, Ana María y Roxana Boixados, « Etnohistoria de los Valle Calchaquis », Runa n°XVII-XVIII, 1987-1988

Lorandi, Ana María y Sosa Miatello, Sara,« El precio de la libertad. Desnaturalización y traslado de indios rebeldes en el siglo XVII ». En: Memoria Americana, n°1. ICA, Facultad de Filosofía y Letras, UBA, Buenos Aires, 1991

Lozano, Pedro :

Descripción corográfica del gran Chaco Gualamba, Tucumán, Universidad Nacional, Instituto de Antropología, 1941 [1733]

Historia de la conquista del Paraguay, Río de la Plata y Tucumán,Buenos Aires,1874 [1743] [Fernando Asunçao (comp), Clásicos para la historia del Uruguay, CD-Rom, Clásicos Tavera, Serie I, 19, 1999].

Montes, Aníbal :

–« El gran alzamiento diaguita », Revista del Instituto de Antropología n°1, Rosario, Universidad del Litoral, 1961, pp. 81-159]

Encomiendas de indios diaguitas documentadas en el archivo histórico de Córdoba, Córdoba, 1986 ( 29 p)

Monumenta Peruana, Rome, Institutum Historicum Societatis Iesu, Vol. V, 1961

Morales Padrón, Francisco Teoría y leyes de la Conquista, Madrid, Editora Nacional, 1979.

Moyano Aliaga, Alejandro La Rioja. Revelaciones documentales acerca de su fundación, Junta Provincial de historia de Córdoba, 1991

Ortelli, Sara « Los circuitos del ganado. Robo e intercambio en el noroeste de Nueva España, siglo XVIII », Anuario IEHS, 21, 2006, pp. 197-215

Ovalle, Alonso de Histórica Relación del Reyno de Chile, Editorial Universitaria, Santiago de Chile, 1993 [1646]

Palermo, Miguel Angel, Documentos del Archivo General de Indias en el Museo Etnográfico, Buenos Aires, UBA, FfyL, Museo Etnográfico Juan B. Ambrosetti, 1992.

Pastells, Pablo Historia de la Compañía de Jesús en las provincias del Paraguay, Madrid, librería general de Mariano Suárez, 2 vol., 1912.

Schaposchnik, Ana Aliados y parientes. Los diaguitas rebeldes de Catamarca durante el gran alzamiento in A.M. Lorandi (ed), El Tucumán Colonial y Charcas, Buenos Aires, FF y L, UBA, T. I, pp. 309-340

Techo, Nicolas del Historia de la provincia del Paraguay de la Compañía de Jesús, 1673 (disponible en la Biblioteca Virtual del Paraguay : http://www.bvp.org.py/biblio_htm/techo1/indice.htm)

Torreblanca, Hernando de Relación histórica de Calchaquí, Buenos Aires, AGN, 1999 [1696]

Torres Lanzas, Pedro, Relación descriptiva de mapas, planos, etc. del virreinato de Buenos Aires existentes en el Archivo General de Indias, Buenos Aires, Casa Jacobo Peuser, 1921

Trelles, Manuel R., Registro estadístico del Estado de Buenos Aires, Buenos Aires, imp. Bernthem, 1857-1871.

Haut de page

Notes

1  Guillermo Furlong, Cartografía jesuítica del Río de la Plata, Buenos Aires, Talleres J. Pauser, 1936, carte n°2

2  Ferdinandea est le nom italien du sommet du volcan sous-marin Empédocle, situé dans le canal de Sicile, entre la Sicile et la Tunisie. Egalement appelé Julia par les Français et Graham par les Anglais, il donné lieu à une dispute diplomatique intense en 1831, lorsqu’une éruption d’Empédocle fit émerger cette nouvelle île où chacune des puissances en présence vint planter son drapeau. http://www.ct.ingv.it/Ufvg/CanaleDiSicilia/Ferdinandea.htm

3  Nous développons ces analyses en détail dans un autre travail : Christophe Giudicelli, « Encasillar la frontera. Clasificaciones coloniales y disciplinamiento del espacio en el área diaguito-calchaquí (S. XVI-XVII) », Tandil (Argentine), Anuario IEHS n°22, 2007, p.161-212

4  C’est l’assassinat d’un de leurs encomenderos, un certain Juan Ortiz de Urbina, en 1631, qui déclencha ce que l’on a coutume d’appeler el gran alzamiento, une période de guerre ouverte presque continue qui dura près de quinze ans. « Carta del gobernador Felipe de Albornoz, 29-04-1631 », Roberto Levillier, Nueva crónica de la conquista del Tucumán, Varsovia-Buenos Aires 1926-1930, III, p. 411-417

5  Pour un aperçu en français de cette question, voir Christophe Giudicelli, « Entre Utopie et projet colonial : la conquête du Valle de Calchaquí (XVIe-XVIIe siècle) », in Nejma Kermele et Bernard Lavallé, L’Amérique en projet. Utopies, controverses et réformes dans l’empire espagnol (XVIe-XVIIIe siècle), pp. 193-213.

6  Dès 1582, Pedro Sotelo Narváez, Relación geográfica del Tucumán affirmle qu hay oro y plata en el valle y sirvense los indios   de ello, in Roberto Levillier, Nueva crónica de la conquista del Tucumán, op cit,  III, p.324-332 ; « Carta a S.M. del gobernador Juan Ramírez de Velasco 09-01-1592 » ibid., p.343-344 ; un demi-siècle plus tard, Pedro Bohórquez ne manqua d’ailleurs pas de s’appuyer sur ces rumeurs dans ses négociations avec les autorités espagnoles : voir par exemple « Carta de don Pedro Bohórquez al gobernador don Alonso de Mercado y Villacorta », 21-04-1657, AGI, Charcas, 58, « primer cuaderno de los autos de don Pedro Bohórques », F. 4, « Carta del padre Juan de León al capitán Hernando de Pedraza », 24-06-1657, AGI, Charcas 122.

7  « Carta del padre Alonso de Barçana al P. Juan Sebastián, provincial », 08-09-1594, Monumenta Peruana, Rome, Institutum Historicum Societatis Iesu,Vol.V, 1961, pp.568-580 et sqs.

8  Pedro Torres Lanzas, Relación descriptiva de mapas, planos, etc. del virreinato de Buenos Aires existentes en el Archivo General de Indias, Buenos Aires, Casa Jacobo Peuser, 1921, lámina 1.

9  AGSF, Actas Capitulares, 05-02-1625, T. 1, F.196-196v: castigo a los naturales del Valle Calchaquí por los numerosos robos y excesso que cometen ; Darío Barriera, Nueva Historia de Santa Fe, t. II, Conquista y colonización de Santa Fe la Vieja (1573-1660), Rosario, Prohistoria-La Capital, 2006. Voir également, du même auteur,Conquérants, familles et rapports de pouvoirs dans une ville aux confins de l’empire espagnol, Lille, ART, 2002, p. 267

10  En 1648-1649 ; une nouvelle campagne d’envergure contre eux est lancée en 1653 puis en1657-1658.

11 AGI, Escribanía de Cámara-Buenos Aires, pleitos. Legajos 876 (1662-1663) « Autos fechos sobre la encomienda de los yndios del pueblo de San Pedro de Colastinés. Cuyo encomendero es el capitán Antonio de Vera y Múgica, vezino de Santa Fe », F. 17v.

12 AGI 119, 8, F 339 vta « Castigo y victorias contra los Calchaquís »

13 el capitán Diego de Alderete […] se topó con unos 40 indios calchaquíes, « Proceso levantado en 2 de junio de 1659 porel teniente Juan Arias de Saavedra contra vecinos por invadir el Valle de Calchaquí y hacer matanza de ciervos », en Manuel Cervera (ed.), Actas del Cabildo colonial, Santa Fe, imp. De la Provincia de Santa Fe, 1924, p. 237.

14 Actas del Cabildo / AGI 119, 8, F. 330fte-330 Vta.« Victoria contra los guaycurus y castigo grande », AGI 119, 8, F. 340 fte « Castigo y victoria contra los calchaquíes », 342 Fte : « Castigo y victoria del Valle de Calchaquí » 20-04-1656.

15  « Petición del procurador de Santa Fe, Antonio de Vera Mújica, 19 de septiembre de 1648 », cité par Manuel Cervera, op.cit., T. I, p. 372. Por ejemplo estos […] indios sujetos al cacique don Pedro, de nación tocagüe que vinieron del Valle Calchaquí al amparo de los españoles en 1648

16  Santa Fe, Departamento de Estudios Etnográficos y Coloniales (dorénavant DEEC), Escrituras Públicas, T.1, « Capitulaciones y condiciones de paz con los indios tocagües y vilos », 13-12-1662, FF 771-772.

17  AGI 119, 8, F. 342 Vta

18 On retrouve en efet des calchines y mocoretás, colastinés, tocagües, mepenes, chanás, querandíes, vilelas, quiloazas, timbúes, carcaráes, yaros, mais point de calchaquíesî. Darío Barriera, , « La encomienda, los encomenderos y el trabajo indígena », in Darío Barriera, Nueva Historia de Santa Fe, op. cit., t. III, Economía y sociedad, Rosario, Prohistoria-La Capital, 2006, p. 68.

19  Ibid, F. 343 Fte ; « Carta del Rey al virrey del río de la Plata, 15-05-1679 », AGI Charcas 24.

20  « Proceso levantado en 2 de junio de 1659 por el teniente Juan Arias de Saavedra contra vecinos por invadir el Valle de Calchaquí y hacer matanza de ciervos », en Manuel Cervera (ed.), Actas del Cabildo colonial, Santa Fe, imp. De la Provincia de Santa Fe, 1924, testimonio de Juan Morales, p. 233

21 Testimonio de Francisco Galiano,  ibid., p. 231.

22  AGI Charcas, 24, « El presidente de la Audiencia de Charcas, Bartolomé González de Poveda al rey, 15-05-1679 »

23  « Proceso levantado en 2 de junio de 1659 por el teniente Juan Arias de Saavedra contra vecinos por invadir el Valle de Calchaquí y hacer matanza de ciervos » , loc. cit., p. 231.

24  Sur l’abandon par les jésuites de leurs établissements du Salado Grande, voir Luís MaríaCalvo, La Compañía de Jesús en Santa Fe, Santa Fe, Ediciones Culturales santafesinas, 1993, p. 59-65.

25  Pedro Lozano (S.J.), Descripción corográfica del Gran Chaco Gualamba, Tucumán, Instituto de Antropología, 1941 [1733], p. 97.

26  AGI, Charcas 229, « Autos sobre la nueva reducción de yndios de nación calchaquí »

27  Ibid, F. 17 vta

28 « Carta del gobernador Alonso de Mercado y Villacorta, Buenos Aires, 05-05-1661 », in Antonio Larrouy Documentos del Archivo de Indias para la historia del Tucumán, Santuario de Señora del Valle, Buenos Aires, 1923, pp. 237-238

29 Ana María Lorandi, y Sara Sosa Miatello.: « El precio de la libertad. Desnaturalización y traslado de indios rebeldes en el siglo XVII ». En: Memoria Americana, n°1. ICA, Facultad de Filosofía y Letras, UBA: Buenos Aires, 1991; véase también los padrones de la reducción de Santa Cruz de los Quilmes en Buenos Aires, publicados por Manuel R. Trelles, Registro estadístico del Estado de Buenos Aires, 1857, T. 1, pp. 79-88, et 1859 T. I, pp. 69-88, Buenos Aires, imp. Bernthem, 1857-1871.

30  Pour une étude plus précise, voir Christophe Giudicelli, « Una milicia de vencidos : los calchaquíes frente a las primeras" invasiones mocovíes". (final del S. XVII-principios del XVIII). Los pródromos de la guerra en la frontera chaqueña del Tucumán » in Bernard Lavallé y Juan Marchena (ed.), El primer siglo XVIII hispanoamericano, problemas y perspectivas (1700-1750), (sous presse).

31  Michel Foucault, « Les corps dociles », Surveiller et punir, Paris, Gallimard « Tel », 1975, p.168 et sqs.

32  Sobre este punto véase Guillaume Boccara: « El poder creador: tipos de poder y estrategias de sujecion en la frontera sur de Chile en la época colonial(De la guerra a la pacificacion en Araucania) » in Anuario de Estudios Americanos LVI1, 1999, p. 65-94 [Nuevo mundo mundos nuevos, BAC, http://nuevomundo.revues.org/document/597.html.]

Haut de page

Table des illustrations

Légende Luís Ernot, Carte du Paraguay (détail), 16321. Les parties en grisé désignent les deux Valle de Calchaquí. Au nord-ouest, il s’agit du Valle de Calchaquí « original », tandis que le second ensemble, situé sur la rive droite du Paraná, désigne la « provincia de los Calchaquís », très vite connue également sous le nom de Valle de Calchaquí
URL http://nuevomundo.revues.org/docannexe/image/57650/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,4M
Légende Mapa del Río de la Plata attribué à Ruy Díaz De Guzmán (détail). La mention calchaquís est visible au-dessus du second affluent du Paraná au nord de Santa Fe8
URL http://nuevomundo.revues.org/docannexe/image/57650/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 528k
Légende Descripción de las provincias del Chaco y confinantes, según las relaciones modernas y noticias adquiridas por diversas entradas de los Misioneros de la Compañía de Jesús que se han hecho en este siglo de 1700. Sur cette carte qui aurait été composée au milieu du XVIIIe siècle, on constate que toute mention des calchaquíes a disparu. En lieu et place du Valle de Calchaquí, on trouve une présence massive des Abipones.
URL http://nuevomundo.revues.org/docannexe/image/57650/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 394k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Christophe Giudicelli, « Calchaquí ou le syndrome de Ferdinandea », Nuevo Mundo Mundos Nuevos [En ligne], Colloques, mis en ligne le 25 novembre 2009, consulté le 25 novembre 2017. URL : http://nuevomundo.revues.org/57650 ; DOI : 10.4000/nuevomundo.57650

Haut de page

Auteur

Christophe Giudicelli

Université Paris III-CRAEC / CERMA-MASCIPO

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Nuevo mundo mundos nuevos est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page