Navigation – Plan du site
Romy Sánchez Villar

Blog « Generación Y », Yoani Sánchez, La Havane, Cuba

28/11/2009
blog-generacion-y-yoani-sanchez-la-havane-cuba

Le 19 novembre dernier, la bloggeuse cubaine Yoani Sánchez proposait à travers sa page Web sept questions adressées simultanément à Raúl Castro et à Barack Obama. Deux jours plus tard, le président des Etats-Unis lui répondait point par point. « Generación Y » était déjà incontournable avant cet événement ; cet atypique « post » présidentiel propulse le blog au premier rang de la scène politique internationale. 

Créé en 2007, le blog de Yoani Sánchez est sans nul doute l’une des fenêtres ouvertes sur l’île de Cuba les plus médiatisées de ces dernières années : le site a remporté de nombreux prix de journalisme numérique en Espagne et aux Etats-Unis, le dernier en date étant le prix Maria Moors Cabot de la Columbia University, octroyé à la bloggeuse cubaine en octobre 2009, mais que celle-ci n’a pu recevoir en personne à cause d’une restriction de ses déplacements à l’étranger par le gouvernement cubain. La jeune Havanaise a aussi figuré dans le classement des « 100 personnes les plus influentes du monde », publié par le magazine nord-américain Time en 2008. (Voir l’article d’Elizabeth Burgos http://nuevomundo.revues.org/index49612.html). Le blog s’avère rapidement être bien plus qu’un énième du genre : l’écriture fait la différence, le style s’impose, l’originalité fait le reste.    

La page consiste en posts qui relatent - aussi fréquemment que le permet la connexion Internet insulaire aléatoire - le quotidien cubain vu à travers le regard de cette diplômée de lettres devenue journaliste et « bloggeuse professionnelle ». Le titre, « Generación Y », est à lui seul un point de départ original pour appréhender l’univers à la fois foisonnant et méconnu de la réalité cubaine contemporaine : il fait référence à tous ces enfants nés pendant les « années URSS » de l’île ; leurs prénoms reflétaient l’hommage à cette nouvelle Mère Patrie dont Fidel Castro avait décrété l’adoration. Peu familiarisés avec la langue russe, et s’inspirant des figures les plus connues, (Yuri Gagarine, pour ne citer que lui), certains parents cubains inventaient ainsi un nom commençant par ce même « Y », à l’orthographe parfois fantaisiste et peu soviétique.  Souvent dépeints comme appartenant à une génération de la désillusion, ces Yadira, Yasniel, Yohan et autres Yaquima, sont ainsi les pairs de Yoani Sánchez, ceux qui seraient à même de se reconnaître dans ses écrits de la vie de tous les jours, dans une Havane qui est celle de ceux qui sont restés et celle de ceux qui ne veulent pas partir. Du moins pas encore.

Le site propose les « choses vues » de la bloggeuse, le détail de la vie quotidienne cubaine, ses codes, ses ambigüités, sa complexité, et se rapprocherait peut-être en cela d’une forme de  source ethnologique : une conversation avec un chauffeur de taxi, un avis sur une représentation de Fin de partie de Beckett à deux pas de la Place de la Révolution, un compte-rendu d’une réunion d’intellectuels lors d’un débat sur l’accès à Internet : tout est matière à commentaire, à dissection. Et l’humour fait office de signature : en évitant le misérabilisme et la complainte, Yoani Sánchez parvient précisément à faire du jour le jour un nouvel objet d’étude.

Le blog regroupe également toute une série de documents et de matériaux qui constituent une forme de bibliothèque virtuelle de la Cuba actuelle : des vidéos amateurs (parfois sous forme de liens Youtube), des affiches de films, d’événements culturels, des œuvres d’art : autant d’aperçus précieux d’une atmosphère que l’on a rarement l’occasion de voir autrement que dans les versions plus « officielles » de l’île ou sur les photos de vacances. On y découvre par exemple les images d’une manifestation pacifique dans le quartier du Vedado ou celles – filmées à la dérobée – d’une réunion d’intellectuels discutant des enjeux d’Internet pour l’avenir du pays. La liste des blogs que recense Yoani Sánchez est aussi une excellente base de données pour découvrir la blogosphère cubaniste, parallèlement à la teneur même des commentaires de l’auteure. C’est à ce titre que le blog « Generación Y » pourrait servir d’outil et de source documentaire pour qui entend aborder la Cuba d’aujourd’hui : le statut du blog en tant que matériau disponible pour le chercheur est – bien entendu – éminemment problématique : il s’agit bel et bien d’une opinion, d’un regard subjectif qui se veut, se déclare tel. Le fait qu’il s’agisse d’une écriture féminine ne fait qu’ajouter à l’exceptionnalité de la démarche.

Si une ébauche d’« histoire orale » peut être envisageable sur les médias, les moyens de communication ou même la presse durant les années 2000 de la Révolution castriste, il semble qu’elle doive prendre en compte l’immense banque d’informations que constituent les sites « officieux » en général et les blogs journalistiques en particulier. « Generación Y » met ainsi en place une sorte de plate-forme informative sérieuse et méticuleuse qui, loin de masquer ses critiques, les exploite pour prôner une meilleure visibilité du réseau « alternatif » de la toile, souvent condamné par les discours officiels. Dans un récent article de Cubaencuentro.com, l’écrivain cubain Antonio José Ponte rapporte certaines réticences énoncées à l’égard des écrits du site de Yoani Sánchez : trop cathartique et peu analytique, « Generación Y » ne serait pas un véritable lieu de débat pour l’actualité cubaine. Ponte considère au contraire que cette « critique formelle » masque mal le fait que ce type d’écriture serait bel et bien le seul à proposer un aperçu de la complexité politique insulaire.[http://www.cubaencuentro.com/es/opinion/articulos/blogs-y-debates-excluyentes-221254]

Il s’agit en tout cas d’une excellente « porte d’entrée » sur le monde fourmillant de la blogosphère cubaine : celle-ci est peut-être (et paradoxalement) le biais le moins polarisé et le moins restreint pour qui veut disposer de matériau émanant de l’île comme de l’exil. Le blog est traduit en dix-sept langues (dont le français, le portugais et l’anglais) et donne également accès à des sites de nature différente mais tout aussi importants, comme par exemple le journal électronique Portal Desdecuba (http://www.desdecuba.com/) ou le blog et la revue Voces cubanas (http://www.desdecuba.com/generaciony/wp-content/uploads/2009/10/vocescubanas2.pdf). Avec le site web de la revue Encuentro (voir lien annexe http://nuevomundo.revues.org/index3005.html), le blog de Yoani Sánchez semble s’ajouter à la (courte) liste des portails d’informations cubains proposant des textes sérieux, des informations précises qui, loin d’être délestés des querelles politiques et des opinions, (et c’est alors au chercheur de faire son propre tri), s’avèrent pourtant envisageables à intégrer dans une bibliographie, dans un travail de recherche. Dans ce même ordre d’idées, mais dans un tout autre style, le récent « Craig List » cubain baptisé « Revolico » (http://www.revolico.com/) pourrait lui aussi être envisagé comme objet d’étude de cette nouvelle Cuba numérique qui semble s’ouvrir lentement au reste de la toile mondiale. Ce site de petites annonces classées et organisées par « forums » dont la version originale états-unienne a été créée en 1995, a depuis 2007 un avatar cubain. Faut-il vraiment s’étonner du fait que dans l’un des derniers pays au monde où le réseau Internet est contrôlé, censuré et restreint, le renouveau semble venir du Web ?     

Haut de page