Navigation – Plan du site
Débats | 2010
Etudes nord-américaines en France – Coord. Paul Schor
Markus Bodler

Les historiens français et les États-Unis dans les années 1950 et 1960

Los historiadores franceses y los Estados Unidos en los años ’50 y ‘60
French historians and the United States in the 1950's and 60's
[29/01/2010]

Résumés

Pourquoi l’histoire américaine comme discipline académique n’a-t-elle été introduite en France qu’en 1967 ? Les tractations idéologiques pendant la guerre froide y sont-elles pour quelque chose ? L’article analyse ce que quelques-uns des historiens français ont pensé des États-Unis au courant des années 1950 et 1960, dont Jean-Baptiste Duroselle, Claude Fohlen, Lucien Febvre et Fernand Braudel. Il entend démontrer que ceux qui se considéraient comme pro-américains favorisaient l’instauration des études américaines en France, tandis que ceux qui se voulaient anti-américains n’y ont vu aucun intérêt.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1À l’époque de la guerre froide, les relations avec les États-Unis étaient une pomme de discorde entre les militants politiques et les intellectuels français. Les historiens ne faisaient pas exception. Des années de l’après-guerre aux années 1960, il y avait un écart au sein de la communauté des historiens : les uns, minoritaires, se rangeant du côté des États-Unis ; les autres faisant partie du pôle opposé. Certes, les nuances étaient nombreuses mais on était ou proaméricain ou antiaméricain : une position moins idéologique, une attitude plus raisonnée était impossible, voire impensable.

  • 1  Gros (Guillaume), Philippe Ariès,Un traditionaliste non-conformiste : de l’Action française à l’Éc (...)
  • 2  Dickès (Christophe), Jacques Bainville : les lois de la politique étrangère, Paris, 2008.

2Tout cela est loin des préoccupations actuelles de l’historiographie française qui analyse la professionnalisation des historiens, le changement des paradigmes scientifiques ou le rôle social de l’histoire. Il y a cependant des exceptions : ainsi, deux biographies récemment publiées cherchent à mettre en relation l`histoire et la politique, l’une sur Philippe Ariès1, l’autre sur Jaques Bainville2. Néanmoins, la culture politique et l’idéologie des historiens français ne soulève guère l’enthousiasme.

  • 3  Jalabert (Laurent), Le Grand Débat. Les universitaires français - historiens et géographes - et le (...)

3Laurent Jalabert, dans son livre Le Grand Débat, souligne avec succès l’influence idéologique de l’Union soviétique sur certains historiens et géographes, notamment Jean Bruhat et Pierre George3. On tentera de décrire, dans cette modeste contrepartie de la thèse de Jalabert, le clivage qui se dessinait, pour les mêmes années, entre historiens français au sujet des États-Unis. On se bornera à poser deux questions : qu’ont pensé ces historiens des États-Unis et qu’ont-ils fait pour ériger l’histoire américaine en une discipline académique ?

4On consacrera la première partie à Jean-Baptiste Duroselle et à Claude Fohlen, précurseurs de l’histoire américaine et la seconde aux historiens qui étaient hostiles aux États-Unis, parmi lesquels nombre d’historiens de l’école des Annales, avant tout Fernand Braudel, qui était en train de devenir, après la mort de Lucien Febvre, en 1956, le chef incontesté de la VIe section.

Les historiens proaméricains

5À une époque où les Français passaient leurs vacances en France et où les historiens se passionnaient avant tout pour l’histoire de leur propre pays, Duroselle fit de nombreux voyages aux États-Unis et y enseigna à plusieurs reprises, d’abord à l’Université catholique de Notre Dame, ensuite à Brandeis et à Harvard.

  • 4  Duroselle (Jean-Baptiste), « L’Étude des relations internationales. Objet – méthodes – perspective (...)

6Lors de son premier séjour à Notre Dame, en 1951, Duroselle découvrit une documentation sur les relations internationales, et en particulier sur la théorie des relations internationales. Il cherchait à importer cette nouveauté et jouait un rôle non négligeable dans la fondation de la nouvelle discipline des relations internationales en France 4.

  • 5  Archives privées, Jean-Baptiste Duroselle, Institut für Zeitgeschichte (Munich), Jacques Moreau à (...)
  • 6  Duroselle (Jean-Baptiste), Compte rendu de H. Ausubel (Ed.), The Making of Modern Europe t. 1. The (...)
  • 7  Lanson (Gustave), Trois mois d’enseignement aux États-Unis. Notes et impressions d’un Professeur f (...)

7Pourtant, on ne peut pas dire que Duroselle s’était réellement senti à l’aise à Notre Dame. Il lui manquait le bon vin français, particulièrement le dimanche, le jour où l’alcool était interdit en Indiana. Il se plaignait aussi de la nourriture, qui n’était pas au niveau français 5. En outre, il reprochait aux étudiants américains de trop pratiquer le sport, tandis que pendant les cours ils manquaient d’esprit critique 6. C’étaient les mêmes reproches que Gustave Lanson adressait à ses étudiants quand il enseignait aux États-Unis, en 19137.

  • 8 Duroselle (Jean-Baptiste), La Politique extérieure des États-Unis, Fascicule I-III, Université de P (...)
  • 9  Duroselle (Jean-Baptiste), La Politique extérieure des États-Unis, Fascicule III, op.cit., p. 303.

8En dépit des ces réticences, Duroselle appréciait les États-Unis et les Américains. Il admirait la démocratie américaine capable d’être victorieuse de deux guerres mondiales.8 Ce qui le rapprochait des États-Unis, c’était son sens de la démocratie. L’idéal pour lui, comme chrétien-démocrate, était une démocratie assez forte pour résister aux totalitarismes de droite comme de gauche. Il croyait aussi à la solidarité entre démocraties, songeant sans doute à celle manifestée par les Américains dans les deux dernières guerres mais aussi à celle des années 1950 et 1960 9. Pour lui, le symbole de cette solidarité était l’OTAN. Bien que farouchement combattue par les communistes et par les neutralistes, l’alliance atlantique représentait, à ses yeux, une garantie de paix et de sécurité.

  • 10 ibid., p. 85.
  • 11  Duroselle (Jean-Baptiste), « L’Organisation du monde » in Le Deuxième conflit mondial, t. 2, Éditi (...)

9Néanmoins, Duroselle avait aussi des moments d’émotion patriotique intense qui l’éloignaient des États-Unis. Il était très vigilant quand les États-Unis semblaient menacer d’user de leur prépondérance pour imposer leurs vues à la France 10. Un scénario d’autant plus vraisemblable qu’il tenait pour chimérique l’idée que la politique extérieure américaine était exclusivement idéaliste, ce pays ayant, comme tous les autres, des intérêts propres ; et son histoire en donnait une preuve éclatante lors de son expansion aux Philippines 11.

10Mais en toutes circonstances, Duroselle aurait opté pour Wilson de préférence à Lénine. Les désaccords entre la France et les États-Unis ne comptaient pas au regard de la solidarité affirmée des deux démocraties. L’attachement et la préférence de Duroselle pour ce pays de détresse alcoolique et culinaire l’avait poussé à apprendre l’anglais qu’il finit par parler couramment, quoiqu’avec un accent fort. En revanche, il n’arriva jamais à prononcer plus que quelques mots d’allemand, bien qu’il ait occupé, de 1950 à 1957, une chaire en Sarre, dans une ville allemande.

  • 12  Fohlen (Claude), « Les Débuts de l’histoire américaine en France » in Revue française d’études amé (...)

11À cette époque, les études américaines étaient orphelines12. André Siegfried, géographe et politologue, s’était retiré et avait abandonné son cours à Sciences Po sur les États-Unis. C’était en 1954, un temps où ni la Sorbonne, ni le Collège de France, ni la VIe section ne disposaient d’une chaire ou d’un enseignement d’histoire américaine. Duroselle, devenu expert, reprit le cours de Siegfried : il était quasiment le seul à avoir l’histoire des relations extérieures américaines pour préoccupation. À partir de 1958, il codirigea, avec Serge Hurtig, la section États-Unis du Centre d’études des relations internationales (C.E.R.I.), un centre attaché à la Fondation nationale des Sciences politiques et largement financé par la fondation Ford.

  • 13  Braudel (Fernand), Labrousse (Ernest), Renouvin (Pierre), « Les Orientations de la recherche histo (...)

12En histoire, par contre, l’affaire n’était pas aussi avancée, tout au contraire, l’histoire américaine restait le parent pauvre. En Sorbonne, seul Pierre Renouvin s’efforçait de retourner la situation, lui, le spécialiste de la Grande Guerre, qui s’était ultérieurement mué en historien des relations internationales. Renouvin, incontestablement, voulait promouvoir la recherche sur les États-Unis. Il s’en est expliqué dans un article de 1959, écrit en collaboration avec Ernest Labrousse et Fernand Braudel. Les trois grands patrons de l’époque se voyaient alors amenés à chercher une entente au sein du C.N.R.S. C’est Renouvin qui demande que l’on s’occupe de ce champ délaissé qu’est alors l’histoire des États-Unis13. Dans une lettre à Duroselle, il résume sa position :

  • 14  Archives privées, Jean-Baptiste Duroselle, Institut für Zeitgeschichte (Munich), Carton Lettres Ar (...)

13« Nos collègues américains, écrit-il, ont tout à fait raison de penser que nous ne préparons pas assez d’historiens orientés vers l’histoire des États-Unis. (A vrai dire, nous avons moins encore de spécialistes “en formation” que pour l’histoire russe !). J’ai souvent regretté cette situation et tenté d’y remédier. La difficulté principale est la langue : trop peu de jeunes historiens (jeunes agrégés) parlent l’anglais suffisamment. Aux Sciences Po, vous recruterez plus aisément des gens aptes à parler. Mais seront-ils historiens ? » 14

  • 15  Renouvin (Pierre), Les États-Unis depuis la guerre de sécession, d’après des notes au Cours de M. (...)
  • 16  Charle (Christophe), Les Professeurs de la Faculté des Lettres de Paris. Dictionnaire biographique (...)

14Renouvin lui-même n’était pas un spécialiste d’histoire américaine. Mais il s’y intéressait au point de donner, à la Sorbonne, plusieurs cours sur l’histoire américaine, tous – comme il était d’usage – dans le programme obligatoire15. Jugeant d’après ses convictions politiques, on peut affirmer que Renouvin avait choisi le camp de l’Ouest. Anticommuniste et antimatérialiste aussi bien que patriote et catholique, il était de tempérament conservateur et certainement non progressiste16.

  • 17  « Duroselle (Jean-Baptiste), Pierre Renouvin (1893-1974) » in Revue d’histoire moderne et contempo (...)
  • 18  Bourdieu (Pierre), Homo academicus, Paris, 1984, p. 115 et p. 122.

15À partir de 1957, Renouvin chercha à créer une chaire d’histoire américaine à Paris. Le but était de faire venir Duroselle à la Sorbonne. Mais, en 1958, cette tentative se solda par un échec cinglant, d’autant plus surprenant que Renouvin, longtemps doyen et directeur des études d’histoire de la Sorbonne17, y détenait une position privilégiée18. Un document peut éclairer, au moins partiellement, les circonstances de cet échec. Il s’agit d’une lettre datant de l’été 1958, écrite par Victor-Lucien Tapié, professeur d’histoire moderne à la Sorbonne, à son ami Duroselle. Tapié y mentionne André Aymard, professeur d’histoire ancienne et, cette même année, successeur de Renouvin comme doyen :

  • 19  Archives privées, Jean-Baptiste Duroselle, loc. cit., Victor-Lucien Tapié à Duroselle, 8.6.1958.

« Il est vrai que M.A. [Monsieur Aymard, M.B.], écrit-il, ne vous est pas favorable […] – que peut-être encore, il pressent la tendance du Doyen [Pierre Renouvin, M.B.] et la mienne à vous faire proposer une chaire d’histoire des USA et cherche à écarter ce projet. Mais il n’y a point là autre chose qu’une réserve et une prudence ; aucune antipathie et aucune résolution. Il ne vous connaît pas. Tout le mal est là. »19

  • 20  Gros (Guillaume), Philippe Ariès (2002), op.cit., p. 402 (Tapié à Ariès, 17.4.1954).
  • 21  Duroselle (Jean-Baptiste), Notice sur les travaux de Victor-L. Tapié (1900-1974), Institut de Fran (...)

16Apparemment, André Aymard barrait donc la route à Duroselle. Et Tapié, s’efforçait de le défendre contre un Duroselle furieux, comme on peut l’imaginer. Pour le reste, le rôle de Tapié s’est limité à donner des conseils de carrière à Duroselle. On peut penser que lui, un nostalgique de la monarchie20, s’était senti un peu déplacé lorsqu’il avait participé avec Duroselle, en 1956, à un colloque sur les relations franco-américaines (à Arden House, près de New York) 21.

  • 22  Braudel (Fernand), Les Écrits de Fernand Braudel t. 3. L’histoire au quotidien, éd. par R. de Ayal (...)
  • 23  Braudel (Fernand), « Une leçon d’histoire de Fernand Braudel, Journées Fernand Braudel, 18, 19 et (...)
  • 24  Aymard (André), « L’évolution des méthodes de la recherche historique » in id., Études d’histoire (...)
  • 25  Voir, pour l’antiaméricanisme de gauche, Mathy (Jean-Philippe), Extrême Occident. French Intellect (...)
  • 26  Pour cela, il faudrait, par exemple, dépouiller la correspondance entre Fernand Braudel et son ami (...)

17Mais pourquoi donc Aymard, le nouvel homme fort de la Sorbonne, ne voulait-il pas de cette chaire supplémentaire ? Par animosité, contre Duroselle ? Difficile à démontrer. En revanche, sachant qu’André Aymard avait été l’ami de jeunesse de Fernand Braudel22, on pourrait supposer qu’il voulait plaire à Braudel qui se considérait lui-même, et de longue date, comme l’ennemi intime de Renouvin 23. Une autre explication semble plus probable. Tout en acceptant les innovations de l’école des Annales Aymard avait une conception assez rigide de la méthode historique, très proche de la philologie.24 Duroselle, par contre, se proposait d’introduire en France les théories des relations internationales, celles de Hans Morgenthau et d’Arnold Wolfers par exemple, lesquelles n’ont pas la moindre parenté avec la critique scrupuleuse des textes pratiquée par un historien de l’Antiquité. Ainsi peut-on avancer l’idée qu’Aymard n’a pas eu l’intention d’empêcher la création d’une chaire d’histoire nord-américaine, mais seulement celle de freiner l’ascension d’un historien dont les travaux ne lui donnaient pas l’impression de satisfaire aux règles de la profession. Certes, Aymard aurait aussi pu avoir une méfiance tranchée à l’encontre des États-Unis. C’est une hypothèse difficile à exclure pour un intellectuel de gauche comme lui 25 ; mais elle est à vérifier 26.

  • 27  « Fohlen (Claude), Jean-Baptiste Duroselle et l’histoire américaine » in Relations internationales(...)

18Au lieu de créer une chaire on chercha à pallier le manque de professeurs par des recrutements aux États-Unis. C’est ainsi qu’en 1961, l’historien Daniel J. Boorstin vint en France pour enseigner l’histoire américaine à la Sorbonne. Mais très rapidement, la chose fut entendue qu’il ne resterait pas. Se croyant mal accueilli, ne parlant pas le français, Boorstin avait du mal à se faire comprendre de ses étudiants et à se faire accepter par ses collègues, lesquels ne parlaient guère l’anglais 27.

19En 1962, une nouvelle possibilité s’entrouvrit donc pour Duroselle Une proposition assez ingénieuse lui fut faite : Duroselle pourrait prendre une chaire des États-Unis pour une période de deux ans, avant de succéder, en 1964, à Renouvin. Un nouveau candidat, Claude Fohlen, qui, en 1962, travaillait encore dur pour être reconnu comme spécialiste d’histoire américaine, prendrait alors le poste créé pour Duroselle. Voilà ce que Duroselle rapporte à Tapié au début de 1962

  • 28  Archives privées, Geneviève de Cambourg, Saint-Aubin-des-Châteaux, Jean-Baptiste Duroselle à Victo (...)

« M. Renouvin me dit qu’il n’est pas absolument exclu qu’au lieu de reprendre un Américain, on crée une chaire d’histoire des États-Unis et qu’on me la propose, pour le temps qui reste avant sa retraite, avec alors la possibilité d’être muté à sa chaire. Cette solution me plairait. Fohlen aura, dans deux ans, achevé un ouvrage sur les États-Unis et pourrait reprendre cette chaire. J’attends, sans impatience, ce qui résultera des délibérations actuelles. » 28

20Mais Duroselle doit finalement renoncer à cette chaire si convoitée qui tarde encore cette année là à se concrétiser. Il sera, cependant, abondamment comblé par son élection à la chaire de Pierre Renouvin.

  • 29  Duroselle (Jean-Baptiste), De Wilson à Roosevelt. Politique extérieure des Etats-Unis, op.cit.
  • 30  Fohlen (Claude), L’Amérique anglo-saxonne de 1815 à nos jours, Paris, 1965.
  • 31  Pour ce qui est du Centre américain de Bologne, Grosser (Alfred), « Le centre de Bologna : un témo (...)
  • 32  Berenson (Edward) et Green (Nancy L.), “The Society for French Historical Studies : The Early Year (...)

21Au milieu des années 1960, on compte deux historiens de haut niveau spécialisés dans l’histoire américaine : Jean-Baptiste Duroselle et Claude Fohlen. L’un avait publié, en 1960, une histoire de la politique extérieure américaine de Wilson à Roosevelt29, l’autre achevait, en 1965, un ouvrage sur les États-Unis pour l’importante collection « Nouvelle Clio »30. Tous les deux avaient en commun d’être enseignants au Centre américain de Bologne, en Italie, fondé en 1955 par l’Américain Grove Haines. Pour y être accepté comme professeur, il fallait être capable d’enseigner en anglais, condition que ne remplissaient alors que fort peu d’historiens français. Désormais, Duroselle et Fohlen firent la navette entre Bologne, Sarrebruck et Paris et entre Bologne et Besançon. Leurs efforts furent royalement rémunérés 31. En plus, ils purent nouer de multiples contacts avec des Américains présents à Bologne. Fohlen, quant à lui, avait déjà fait connaissance, en 1951, avec le milieu libéral transatlantique au séminaire de Salzbourg. Il avait pu faire un séjour à Yale entre 1957 et 1958. Tous les deux ont aussi contribué, en 1960, à une conférence franco-américaine, ainsi d’ailleurs que leurs collègues Jacques Godechot et René Rémond 32. Grâce à ses relations, Duroselle obtenait, en 1963, le poste de président de la Commission Fulbright à Paris, fonction prestigieuse et beaucoup plus confortable que celle de Bologne, qui nécessitait de longs voyages en train.

  • 33  Quant à Duroselle et André Aymard, les deux historiens se sont réconciliés lors de l’arrivée du pr (...)
  • 34  Entretien de l’auteur avec Claude Fohlen, 5.6.2000.

22Après la mort d’André Aymard en 1964 33 d’autres professeurs se sont opposés à une chaire d’histoire des États-Unis, comme, par exemple, le dix-neuviémiste Louis Girard.34 Cette nouvelle chaire avait sans doute l’air d’une petite révolution, partageant l’histoire, non plus en fonction du temps, mais en fonction de critères géographiques… et certains professeurs de la Sorbonne craignaient sans doute de perdre une partie de leurs attributions, géographiquement parlant.

  • 35  Archives privées, Jean-Baptiste Duroselle, loc. cit., Claude Fohlen à Jean-Baptiste Duroselle, 22. (...)
  • 36  Archives privées, Jean-Baptiste Duroselle, loc. cit., Claude Fohlen à Duroselle, 14.1.1967.

23Ainsi, en 1966, la création d’une chaire d’histoire de l’Amérique du Nord échoua de nouveau, au grand dam de Duroselle qui, une fois entré dans la Sorbonne, avait persisté dans ses efforts pour faire venir Claude Fohlen. Mais l’assemblée de la Faculté avait voté contre le projet 35. En ce qui concerne Fohlen, c’était son deuxième échec, le premier étant sa vaine candidature à la succession d’Ernest Labrousse en 1965. Il s’était donc résigné à s’installer plus durablement à Besançon et à entamer des travaux locaux 36.

  • 37  Entretien de l’auteur avec Claude Fohlen, 9.6.2000. « Fohlen (Claude), Jean-Baptiste Duroselle et (...)
  • 38  Archives privées, Jean-Baptiste Duroselle, loc. cit., Claude Fohlen à Duroselle, 22.4.1967 et 25.5 (...)
  • 39  Pour plus d’informations sur les tractations autour de la chaire d’histoire de l’Amérique du Nord, (...)

24Mais, en 1967, la situation va s’améliorer. Gordon Wright, historien américain de Stanford, spécialiste de la France et ami de Duroselle, devient conseiller culturel à l’ambassade américaine de Paris. Apparemment, Wright travaille pour encourager les responsables français à faire aboutir le projet de chaire. Il semble même, d’après le témoignage de Claude Fohlen, que l’ambassade américaine ait contribué, par le don d’une somme d’argent permettant l’achat de livres et l’invitation de professeurs étrangers 37. En tout cas, au printemps 1967, la chaire est finalement créée. Fohlen se retrouve seul candidat, son éventuel concurrent, Maurice Lévy-Leboyer, spécialiste de la France économique du xixe siècle, s’étant retiré après une brève délibération 38. L’histoire américaine, au bout d’un long combat, existe donc comme discipline académique avec Claude Fohlen comme parrain 39.

Les historiens antiaméricains

25L’image que Duroselle ou d’autres historiens proaméricains s’étaient faite des États-Unis est bienveillante et positive. Celle des historiens antiaméricains avait une tout autre orientation, partagée avec la grande majorité des intellectuels. Ce climat de guerre froide est bien décrit par Michel Winock, dans son livre de souvenirs sur la IVe République :

  • 40  Winock (Michel), La République se meurt , 2 éd. augmentée, Paris, 1985, p. 94 et sq.

« Au début des années cinquante — commence-t-il ses explications — les intellectuels français détestaient sincèrement les États-Unis. La corde des lyncheurs de nègres, la chaise électrique des Rosenberg, les plantations de bananes guatémaltèques que la United Fruit donnait à défendre aux marines, la sale gueule de MacCarthy, c’étaient des images qui s’imposaient plus durablement que les comédies musicales de Minnelli 40. »

  • 41 Ibid., p. 95.

« En gros, l’intellectuel moyen de ce pays faisait à peu près ce raisonnement. Il y a deux blocs et, quelles que soient les critiques à faire à l’URSS et aux démocraties populaires, ce sont elles qui incarnent les forces de progrès, le socialisme, la paix, bref, l’avenir. 41 »

  • 42  Winock (Michel), Le Siècle des intellectuels, 2. éd. revue et augmentée, Paris 1999 (1ère éd. 1997 (...)

26Michel Winock, qui était à l’époque un jeune historien, avoue avoir été un de ces intellectuels moyens de gauche. C’est donc sa propre attitude qu’il décrit, celle aussi d’un catholique de gauche. Certes, il n’est pas dupe de l’URSS, mais il a fait un choix de gauche. Les historiens d’alors étaient-ils aussi, dans une certaine mesure, des intellectuels ? Force est bien de constater que communisme et philocommunisme — ou mieux encore, anti-anticommunisme, comme le nomme Winock 42 —, et neutralisme étaient des phénomènes courants dans ces années 1950 et même 1960, parmi les intellectuels aussi bien que parmi les historiens.

  • 43  Le Roy Ladurie (Emmanuel), « Paris-Montpellier, P.C.-P.S.U., 1945-1963 », Paris, 1982, p. 64.
  • 44 Ibid., p. 185.

27Les États-Unis n’avaient pas bonne presse dans la gauche française, et de même parmi les historiens de gauche. Emmanuel Le Roy Ladurie, par exemple, autre jeune historien et à l’époque communiste convaincu, méprisait les États-Unis. Il les considérait comme le giron du capitalisme et comme germe d’un nouveau fascisme. Il a donc manifesté contre le président Eisenhower sur un trottoir des Champs-Elysées 43. Son verdict sur la société américaine se résume dans son opinion sans équivoque sur la « Série noire » qu’il jugeait « représentative du mode de vie corrompu et violent des États-Unis 44. »

  • 45  Duroselle, La Politique extérieure des États-Unis, Fascicule II, op. cit., p. 78.

28Duroselle avait, à la même époque, des idées tout à fait différentes. Toute sa vie, et dès les années 1950, il fut un fervent lecteur et aussi un collectionneur de ladite « Série noire ». Il la lisait sans aucun préjugé et avec la curiosité d’un historien. Dans les Detective Stories américaines Duroselle croyait retrouver, outre le repos et le suspens, l’image qu’il avait des États-Unis : un monde où se côtoient le bon Américain, philanthrope et libéral, et des personnages antipathiques et brutaux 45. Pour lui, les États-Unis semblaient donc un mélange de générosité et d’égoïsme.

  • 46  Un autre article récent insère l’école des Annales dans la culture coloniale et raciale de l’époqu (...)
  • 47  Raulff (Ulrich), „Der streitbare Prälat. Lucien Febvre (1878-1956)“ in Febvre (Lucien), Das Gewiss (...)

29Emmanuel Le Roy Ladurie allait devenir, quelques décennies plus tard, une figure de proue de l’école des Annales. La grande majorité de son école se rangeait aux côtés des adversaires des États-Unis. Par communisme, comme c’était alors le cas pour Le Roy Ladurie. Mais aussi par neutralisme, comme dans le cas de Lucien Febvre, un des chefs historiques des Annales.46 Par tradition, il était socialiste et dreyfusard, de tendance antiautoritaire, et préférait au matériel le culturel et le mental ou, pour mieux dire, le spirituel 47.

30Devenu membre de la délégation française à l’UNESCO, Febvre avait fait quelques expériences néfastes avec les représentants américains : il s’en est expliqué auprès du sociologue Raymond Aron en 1948 :

  • 48  Aron (Raymond), Mémoires. 50 ans de réflexion politique, Paris, 1983, p. 289 (Lucien Febvre à Raym (...)

« Voilà trois ans, écrit-il, que dans toutes les réunions internationales qu’organise l’Unesco, nous sommes contraints de nous opposer, nous Français, aux volontés brutales de “nos amis américains” dans le domaine de la science, de la culture et de l’éducation. Voilà trois ans que nous nous heurtons à la politique la plus suivie et la plus systématique d’écrasement de notre langue et de nos idées. […] Je reste convaincu, hélas, que ce n’est pas sur un seul, mais sur deux fronts que nous devons lutter pour sauver dans le monde un peu de liberté spirituelle et d’intelligence critique, s’il en est encore temps. 48 »

  • 49  Voir aussi, pour ce qui est des années 30, Wessel (Marleen), “The Politics of Scholarship. Lucien (...)

31Febvre s’en prenait ici à l’indulgence proaméricaine de son correspondant. Contrairement à lui, il voulait se battre à l’Est comme à l’Ouest ; il réprouvait le caractère autoritaire de l’URSS 49 autant qu’il pestait contre les États-Unis pour leur impérialisme culturel. Au fond, il était un socialiste qui prisait la liberté d’esprit, sur le plan culturel notamment. L’avenir, pour lui, ne se jouait ni dans les faits politiques ni dans les jeux stériles de la stratégie ou de la guerre. Beaucoup plus important était à son sens le combat contre les avances de la technocratie et du capitalisme. Ainsi a-t-il lancé, lors d’un congrès international de sociologie, ce cri d’alarme :

  • 50  Febvre (Lucien), Introduction in Industrialisation et technocratie, Gurvitch (Georges) (Ed.), Pari (...)

« L’humanité — s’est-t-il exclamé — telle que nous l’aimons, telle que nous la connaissons, va-t-elle être asservie, et privée de son âme, réduite à l’état de rouage par quelques dizaines d’orgueilleux manieurs de capitaux et de machines […]. Ou bien, résistant à cet affreux péril, va-t-elle sauver son âme […]. 50 »

32Il implorait ses auditeurs de sauver l’esprit français, mais aussi européen, contre l’assaut américain. Mais, sans doute, le spectre soviétique n’était-il pas loin.

33En comparant ce patriotisme culturel avec celui, beaucoup plus politique, d’un Duroselle, on peut constater une certaine similitude : le désir de garantir à la France son indépendance. Dans le cas de Febvre, le patriotisme l’amène à tourner le dos aux États-Unis. Febvre tient pour absolument nécessaire de résister, et avec ténacité, à l’impérialisme américain, car ce dont il a horreur avant tout est bel et bien la prépondérance de cette culture matérialiste dont les États-Unis lui semblent le fer de lance. Il écrit, en 1952, à son très vieil ami Henri Berr :

  • 51  Febvre (Lucien), « De la Revue de synthèse aux Annales. Lettres à Henri Berr, 1911-1954 », ed. par (...)

« Il s’agit de savoir si nous laisserons la France se faire écraser par l’Amérique, par la bêtise américaine, bouffée de dollars – que je trouve devant moi depuis dix ans dans les congrès internationaux […]. Toujours au même point. 51 »

34Il est évident que Febvre, en tant que socialiste spirituel, de tradition proudhonienne, faisait exclusivement confiance à l’esprit français et européen, mais pas aux puissances matérialistes, qu’il s’agisse de l’Union soviétique ou des États-Unis. Febvre avait-il vraiment forgé ses opinions en travaillant auprès de l’Unesco ou s’agissait-il d’opinions préconçues et antérieures aux années de la guerre froide ?

  • 52  Mazon (Brigitte), Aux origines de l’École des hautes études en sciences sociales. Le rôle du mécén (...)
  • 53  Digeon (Claude), La Crise allemande de la pensée française (1870-1914), Paris, 1959, p. 376 et sqq
  • 54  Braudel (Fernand), « La Longue durée. Histoire et sciences sociales » in Annales. Economies - Soci (...)
  • 55  Duroselle (Jean-Baptiste), « Les « Area Studies » : problème de méthode » in Bulletin internationa (...)

35Dans ces années 1950, il n’y avait pas beaucoup d’historiens qui traversaient l’Atlantique pour aller enseigner ou pour faire des recherches aux États-Unis. Fernand Braudel, longtemps l’élève préféré de Febvre, a fait, lui, un voyage d’études aux États-Unis, d’octobre à novembre 1955. Ce voyage, financé par la fondation Rockefeller, avait pour objectif d’étudier les différents centres de recherches qui étaient spécialisés dans les Area studies, les aires culturelles. Or, Braudel revint insatisfait, et au retour il exprime son mécontentement dans un rapport à Henri Longchambon, président du Conseil supérieur de la recherche scientifique. Trop de contemporain, y observait-il, et pis encore, méconnaissance de l’histoire et de la géographie. Et il concluait que les Français sauraient faire mieux que les Américains 52. Voilà encore une fois ce patriotisme caractéristique de tant d’historiens français revenant de l’étranger, une tradition initiée par Charles Seignobos53 et quelques autres, et maintenue par Jean-Baptiste Duroselle, Lucien Febvre et Fernand Braudel. Ce dernier récusait tout ce qu’il avait vu au cours de son voyage et refusait, par ailleurs, d’en faire usage en France. Il privilégiait évidemment la méthode braudélienne, la longue durée (une expression qu’il n’allait inventer qu’en 1958) et la géohistoire 54. Duroselle, en revanche, avait bien accueilli les aires culturelles, même s’il pensait aussi qu’il pouvait, en tant que Français, faire mieux 55.

  • 56  Il est bien compréhensible que, dans une réédition de 1987, intitulée « Grammaire des civilisation (...)

36Cette différence entre les deux historiens est capitale. Elle s’explique non seulement par la conception historique déjà bien établie de Braudel, mais aussi par le fait que chez lui, au refus scientifique s’est joint un rejet politique très net qui se révèle dans le manuel scolaire qu’il publie en 1963, avec quelques collègues : Le monde actuel. Histoire et civilisations ; le mot civilisation correspond aux plans scolaires de 1957. Ce manuel contient des passages qui donnent une bonne idée de ce que Braudel pensait des civilisations américaine et soviétique 56. Aux États-Unis, il voyait le rôle du capitalisme comme prédéterminant :

  • 57  Braudel (Fernand), « Jadis, hier et aujourd’hui, les grandes civilisations du monde actuel. Gramma (...)

« Il est évident — explique-t-il — que ce capitalisme développé, freiné ou dévié, en voie d’évolution, reste l’animateur de la vie matérielle et, au delà, de la politique et de la civilisation d’Amérique. En se transformant, il les a transformées. Là est, en partie, l’origine de la crise actuelle et permanente de la civilisation américaine. »57

37Un peu plus loin, Braudel cherche à lier la littérature américaine au sort fatal de sa civilisation :

  • 58 Ibid., p. 439.

« On s’attardera, pour finir, écrit-il, au témoignage admirable et multiple du roman américain ; il offre une conclusion valable sur la civilisation qu’il interprète. »58

38Et cette conclusion, il la donne en citant un critique littéraire français qui jugeait assez sévèrement la littérature américaine, notamment les romans policiers :

  • 59 Ibid., p. 440.

« Littérature façonnée par et pour le cinéma, […] par l’habitude des hot news et du roman policier…, littérature brutale, ardente, fiévreuse et frénétique, sans une once de raffinement, littérature en coup de poing, elle plaît malgré ou à cause de cela, selon les tempéraments 59. »

39Il considérait la littérature américaine, et le roman policier en particulier, comme le reflet de sa base matérielle, foncièrement mauvaise. D’autant plus que les États-Unis se trouvaient, selon lui, dans une crise persistante attisée continuellement par leur propre structure économique et sociale. À nouveau un jugement sur les États-Unis se cristallise dans une interprétation sans appel du roman policier.

  • 60 Ibid., p. 471.
  • 61 ibid., p. 467.

40À l’inverse, Braudel produit un verdict beaucoup plus ouvert à l’égard de l’Union soviétique. Il prédit pour elle des « réussites fantastiques dans le domaine matériel 60. » il s’attend à ce que les superstructures disparaissent en même temps que le sous-développement 61. Pour Braudel, l’évolution future d’un pays dépend donc de l’organisation de son économie ou de ses structures économiques et sociales, et à son avis, en URSS, elles sont bonnes.

  • 62  Grémion (Pierre), Intelligence de l’anticommunisme. Le Congrès pour la liberté de la culture à Par (...)

41Dans ce texte de 1963, on peut constater un anti-anticommunisme selon la formule de Winock, mais aussi un certain philo-communisme. Certes, d’autres prédisaient à l’URSS un avenir rose Alfred Sauvy par exemple, statisticien et commentateur de L’Express62 . Aussi Braudel n’était-il ni marxiste ni communiste puisqu’il ne croyait ni en une dialectique matérielle ni en une révolution politique. Mais il tendait à voir dans l’Union soviétique l’avenir de l’humanité. Et quoique de gauche comme son mentor Febvre, par cette attitude, il s’en distinguait nettement.

  • 63  Mandrou (Robert), « Les Annales en Pologne » in Annales. Economies – Sociétés – Civilisations, vol (...)
  • 64  Peters (Jan), „Das Angebot der "Annales" und das Beispiel Le Roy Ladurie. Nachdenkenswertes über f (...)
  • 65  Le Goff (Jacques), Avec Hanka, Paris, 2008 et id., « L’appétit de l’histoire » in Nora (Pierre) (E (...)

42Tous les deux, cependant, partageaient une aversion à l’encontre des États-Unis. Il n’est donc pas surprenant que ni Febvre ni Braudel n’aient songé à introduire des études d’histoire américaine en France. Tout au contraire, l’école des Annales, dans son ensemble, s’était plutôt orientée vers l’Est. Ainsi, à la fin des années 1950, elle avait réussi à établir des liens durables avec les historiens de l’Est 63. Ces contacts ne s’étendaient pourtant pas jusqu’aux historiens de la RDA 64 ni à ceux de l’URSS. Mais les Annales bénéficiaient d’échanges amicaux avec les historiens tchèques et surtout polonais. Et en Pologne, le médiéviste Jacques Le Goff trouva le bonheur conjugal 65.

  • 66  Cette histoire est admirablement décrite dans la thèse de Brigitte Mazon, Aux origines de l’École (...)
  • 67  Hobsbawm (Eric), Interesting Times. A Twentieth-Century Life, London 2003, 1ère éd. 2002), p. 327. (...)
  • 68  Dosse (François), L’histoire en miettes. Des « Annales » à la « nouvelle histoire » (2e éd. revue (...)
  • 69  Berghahn (Volker R.), America and the Intellectual Cold Wars in Europe. Shepard Stone between Phil (...)

43Paradoxalement, pendant ce temps, la VIe section, sous l’égide de Febvre et de Braudel, obtenait des sommes d’argent considérables de fondations américaines 66. L’homme qui a tout mis en œuvre, du côté français, était Clemens Heller, un « impresario intellectuel » (selon le portrait que l’historien britannique Eric Hobsbawm fait de son ami 67). Ce globe-trotter cosmopolite qui savait nouer des contacts était une vraie aubaine pour la VIe section. De plus, Braudel avait aussi un réel talent d’organisateur et un tempérament de « bâtisseur d’empires » 68, comme François Dosse l’a décrit dans son livre sur les Annales. Du côté américain, on croyait que toutes sortes de travaux empiriques dans les sciences sociales seraient en mesure de renforcer la démocratie ou, plus exactement, de combattre le communisme. Aux États-Unis, les sciences sociales étaient considérées comme une sorte de remède universel, au moins par les fondations et leurs responsables. C’était, pourrait-on dire, « un plan Marshall intellectuel » dans une guerre froide culturelle 69. Et c’est cela dont a aussi bénéficié la VIe section, au prix de quelques frictions avec la fondation Ford.

  • 70  On pourrait également se demander, comme l’a fait l’historien américain David Pinkney, pourquoi l’ (...)
  • 71  Brun-Rovet (Jeanine), « Les États-Unis et la "nouvelle histoire" » in Revue française d’études amé (...)

44Il semble donc évident que les historiens de l’école des Annales se sont tenus éloignés des études américaines pour des raisons idéologiques et politiques. C’est en tout cas notre thèse.70 Pourtant, dans deux articles sur l’état de l’histoire américaine en France, l’historienne Jeanine Brun-Rovet met en avant de toutes autres raisons 71. En effet, d’après elle, l’image des États-Unis n’y serait pour rien. Elle fait prévaloir, au contraire, la jeunesse de l’État américain, qui n’aurait pas permis à ses historiens de pratiquer la longue durée. Mais avant tout, elle invoque l’incompatibilité des sciences sociales françaises et américaines. Et comme Brun-Rovet croit les Annales étroitement attachées à la culture nationale des sciences sociales, elle postule cette incompatibilité aussi pour les historiens. Elle entend par là que l’obstacle d’une tradition nationale spécifique en sciences sociales a ainsi entravé, au sein des Annales, la reconnaissance de l’histoire américaine.

  • 72  Béraud (Céline), Coulmont (Baptiste), Les Courants contemporains de la sociologie, Paris, 2008.
  • 73  Febvre (Lucien), Introduction in Industrialisation et technocratie, op. cit., p. IX et sq. et Brau (...)
  • 74  Stoetzel (Jean), « Jean Stoetzel, l’homme par qui les sondages sont arrivés » (interview avec Jean (...)

45Ce raisonnement n’est pas convaincant. Les États-Unis n’étaient pas, à l’époque, si jeunes que toute recherche historique de longue durée soit interdite d’avance. Il aurait été tout à fait possible pour un historien d’englober dans ses études plusieurs siècles, à condition qu’il soit disposé à inclure les origines de la république américaine. Ensuite, les sciences sociales françaises n’étaient certainement pas unes et indivisibles. Dans la sociologie française, par exemple, il y avait plusieurs courants 72 qui se sont montrés plus ou moins ouverts aux influences des sciences sociales américaines. Certes, il était d’usage en France de condamner la sociologie américaine en bloc, parce qu’elle attachait trop de valeur à l’individu et pas assez aux groupes, aux classes et à la société. Sans surprise, Febvre a été de cet avis et Braudel s’est attelé à défendre la tradition durkheimienne de la sociologie française 73. Mais il y avait en France également une sociologie antidurkheimienne représentée en particulier par Jean Stoetzel. Ce sociologue, quant à lui, appréciait les États-Unis et leur système politique et il était un importateur considérable des concepts sociologiques américains 74.

  • 75  Chapoulie (Jean-Michel), « La seconde fondation de la sociologie française, les Etats-Unis et la c (...)

46Dans les années 1950 et 1960, les sociologues français étaient, à la différence des historiens, pratiquement tous intéressés par les États-Unis, et particulièrement par les nouvelles techniques empiriques que l’on y pratiquait. Si bien que, pour leur apprentissage, beaucoup d’entre eux faisaient un voyage outre-Atlantique. Un sociologue comme Georges Friedmann, marqué par le communisme, y est allé et conseillait aux autres d’y aller. Mais au fond, il faut bien dire que la grande majorité des chercheurs considéraient les Américains seulement comme des pourvoyeurs de nouvelles techniques sociologiques. Ces nouveautés qui paraissaient à l’époque comme un impératif pour la sociologie comme discipline, mettaient nombre de sociologues de gauche dans l’embarras et dans un état ambivalent 75. En histoire, on peut le constater, une telle ambivalence à l’égard des États-Unis était de toute évidence chose inconnue.

  • 76  Debouzy (Marianne), “American History in France” in Reviews in American History, vol. 14, 1986, p. (...)

47Ce qui était vrai pour les États-Unis des années 1950 et 1960 ne l’est plus dans les années 1970. L’image des États-Unis avait fini par changer, au moins partiellement, et cela se traduisait en effet par un nouvel intérêt. Ainsi, les États-Unis devenaient, au fil des années, un objet de recherche qui éveillait des vocations, même d’une intellectuelle de gauche radicale comme Marianne Debouzy. Elle nous semble un cas caractéristique pour ce milieu resté si longtemps foncièrement hostile aux États-Unis. Mais pour elle, ce pays pouvait dorénavant se revendiquer d’une société non-conformiste, d’une culture dissidente et de groupes minoritaires et radicaux, spécialement des femmes et des Noirs 76. En même temps, vers le milieu des années 1970, Pierre Nora et quelques autres tâchaient, au sein de l’école des Annales, de renouveler l’intérêt pour l’histoire américaine. L’écart idéologique s’était donc rétréci, et l’image des États-Unis était rehaussée. Apparemment, l’ère de la guerre froide culturelle s’apprêtait à prendre fin.

Conclusion

48Assurément, en présentant l’histoire de l’histoire américaine comme une sorte d’histoire intellectuelle de la guerre froide, un monde scindé en deux camps opposés, on simplifie trop, et de la sorte on manque de nuance. Sans doute, existait-il, dans chaque camp, des historiens qui faisaient cavalier seul ou qui portaient la contradiction. Cela étant, pour l’histoire américaine, il y avait bel et bien une sorte de « grand débat », évoqué dans le titre de la thèse de Laurent Jalabert. Et par conséquent, la création d’une nouvelle discipline, tout au moins dans le domaine de l’histoire, se faisait au forceps.

49Reste à répondre aux deux questions que nous avons posées dans l’introduction. Qu’ont pensé les historiens français des États-Unis ? Et qu’ont-ils fait pour établir une nouvelle discipline, l’histoire américaine ? On a pu observer qu’il y avait une corrélation directe entre ces deux questions. Car si l’on apprécie les États-Unis, n’est-on pas plus à même et plus ouvert à l’instauration des études américaines en France ? Et si l’on se méfie des États-Unis, n’est-on pas plutôt amené à ne rien faire ou même, le cas échéant, à empêcher l’avènement de la nouvelle discipline ?

50Duroselle avait certes des motifs de carrière. Créer une chaire d’histoire américaine, cela signifiait pour lui une promotion certaine, puisqu’il était le seul, à l’époque, à avoir les titres nécessaires. Duroselle avait aussi un intérêt réel pour les États-Unis. Non pas tant pour la vie américaine, mais avant tout pour la démocratie à l’américaine, pour leur façon de faire participer le peuple et pour leur efficacité dans la guerre. Et à coup sûr, ce penchant pour l’Amérique du Nord était aussi celui de Claude Fohlen.

51Un Braudel, par contre, était beaucoup plus réticent. A ses yeux, les États-Unis souffraient d’une structure économique et sociale inadéquate. Le capitalisme, pensait-il, engendrait inéluctablement une crise de la société. C’est pourquoi il s’était détourné des États-Unis. Politiquement, dans ces années, il regardait plutôt vers l’Est. Là, croyait-il, serait l’avenir, grâce à une structure économique et sociale saine et solide.

  • 77  Carr (Edward H.), “What is History?” (George Macaulay Trevelyan Lectures, 1961), Basingstoke 2001, (...)

52L’historien britannique Edward Hallet Carr qui était, contrairement à Braudel, un marxiste, croyait savoir ce que l’avenir apporterait. Il croyait connaître les facteurs qui déterminent l’histoire 77. Peu ou prou, cela est aussi vrai pour Braudel et Duroselle. Eux aussi croyaient savoir dans quelle direction se dirigeait l’histoire, mais avec une différence non négligeable : l’un regardait vers l’Est, l’autre vers l’Ouest.

53Il est toujours crucial pour un historien de choisir les facteurs qui déterminent la marche de l’histoire. Cette décision semble avoir été prise, en l’occurrence, dans une large mesure sur une base de critères idéologiques et politiques. Braudel, et la majorité de ses collègues à la VIe section, étaient antiaméricains. Cela nous semble, en fin de compte, la raison principale pour laquelle l’école des Annales n’avait pas intérêt à promouvoir l’histoire américaine en France. Duroselle, Fohlen et quelques autres, par contre, étaient proaméricains, de sorte qu’ils étaient satisfaits de pouvoir combler une lacune et d’explorer une discipline qui leur tenait à cœur.

Haut de page

Notes

1  Gros (Guillaume), Philippe Ariès,Un traditionaliste non-conformiste : de l’Action française à l’École des hautes études en sciences sociales, 1914-1984, Villeneuve d’Ascq, 2008.

2  Dickès (Christophe), Jacques Bainville : les lois de la politique étrangère, Paris, 2008.

3  Jalabert (Laurent), Le Grand Débat. Les universitaires français - historiens et géographes - et les pays communistes de 1945 à 1991, Toulouse, 2001.

4  Duroselle (Jean-Baptiste), « L’Étude des relations internationales. Objet – méthodes – perspectives » in Revue française de science politique, vol. 2, 1952, p. 676-701. Sur Duroselle, on sera plus long dans une biographie à paraître en allemand : À la recherche de Dieu. L’historien Jean-Baptiste Duroselle.

5  Archives privées, Jean-Baptiste Duroselle, Institut für Zeitgeschichte (Munich), Jacques Moreau à Duroselle, 2.10.1953 et Duroselle (Jean-Baptiste), « L’idéal européen à la lumière de l’histoire contemporaine » (Leçon inaugurale) in Institut universitaire d’études européennes de Turin, Annuaire 1955, Turin, 1955, p. 6.

6  Duroselle (Jean-Baptiste), Compte rendu de H. Ausubel (Ed.), The Making of Modern Europe t. 1. The Middle Ages to Waterloo, t. 2. Waterloo to Atomic Age in Revue française de science politique, vol. 1, 1951, p. 602 et id., Histoire. Les civilisations du monde contemporain (en collaboration), Paris, 1962, p. 114.

7  Lanson (Gustave), Trois mois d’enseignement aux États-Unis. Notes et impressions d’un Professeur français, Paris 1914 (1ère édition : 1912), p. VII, p. 86 et sqq. et p. 130 et sqq. Duroselle (Jean-Baptiste), La France et les États-Unis. Des origines à nos jours, Paris, 1976, p. 81.

8 Duroselle (Jean-Baptiste), La Politique extérieure des États-Unis, Fascicule I-III, Université de Paris, Institut d’études politiques, année 1954-1955 et id., De Wilson à Roosevelt. Politique extérieure des Etats-Unis, 1913-1945, Paris, 1960.

9  Duroselle (Jean-Baptiste), La Politique extérieure des États-Unis, Fascicule III, op.cit., p. 303.

10 ibid., p. 85.

11  Duroselle (Jean-Baptiste), « L’Organisation du monde » in Le Deuxième conflit mondial, t. 2, Éditions G. P., Paris, 1947, p. 554 et sq. ainsi que p. 580 et sq. et id., La Politique extérieure des États-Unis, Fascicule II, op. cit., p. 82.

12  Fohlen (Claude), « Les Débuts de l’histoire américaine en France » in Revue française d’études américaines, n° 13, février 1982, p. 29 et sqq. ainsi que p. 34 et sqq. Cf. aussi, pour ce qui concerne André Siegfried, Favre (Pierre), Naissances de la science politique en France, 1870-1914, Paris 1989, p. 290 et sqq.

13  Braudel (Fernand), Labrousse (Ernest), Renouvin (Pierre), « Les Orientations de la recherche historique. Les recherches d’histoire moderne et contemporaine ». Enquête du C.N.R.S. in Revue historique, vol. 222, 1959, p. 45 (l’auteur ici est Renouvin). Voir aussi Renouvin (Pierre), « Les thèses de doctorat » in La recherche historique en France de 1940 à 1965, Comité français des sciences historiques, Paris, 1965, p. 156.

14  Archives privées, Jean-Baptiste Duroselle, Institut für Zeitgeschichte (Munich), Carton Lettres Arch. Renouvin, Tapié, Pouthas, Pierre Renouvin à Duroselle, 9.9.1958.

15  Renouvin (Pierre), Les États-Unis depuis la guerre de sécession, d’après des notes au Cours de M. P. Renouvin recueillis et rédigés par M. Jacquet/M. Serryn, Les cours de Sorbonne, 1941 et id.,Les Etats-Unis de 1914 à 1929, Les cours de Sorbonne, Agrégation d’histoire, Centre de documentation universitaire, 1951 et id., Les États-Unis de 1860 à 1919, Les cours de Sorbonne, Agrégation d’histoire, Centre de documentation universitaire, 1960.

16  Charle (Christophe), Les Professeurs de la Faculté des Lettres de Paris. Dictionnaire biographique 1909-1939, t. 2, Paris 1986, p. 183. – Renouvin était un personnage dont un des traits de caractère les plus importants était sa retenue. Il s’imposait le silence sur ses convictions politiques et religieuses. Tout de même, elles transpercent ça et là dans ses écrits historiques.

17  « Duroselle (Jean-Baptiste), Pierre Renouvin (1893-1974) » in Revue d’histoire moderne et contemporaine, vol. 22, 1975, p. 499 et sq. et p. 506.

18  Bourdieu (Pierre), Homo academicus, Paris, 1984, p. 115 et p. 122.

19  Archives privées, Jean-Baptiste Duroselle, loc. cit., Victor-Lucien Tapié à Duroselle, 8.6.1958.

20  Gros (Guillaume), Philippe Ariès (2002), op.cit., p. 402 (Tapié à Ariès, 17.4.1954).

21  Duroselle (Jean-Baptiste), Notice sur les travaux de Victor-L. Tapié (1900-1974), Institut de France, Académie des sciences morales et politiques, Paris, 1976, p. 12.

22  Braudel (Fernand), Les Écrits de Fernand Braudel t. 3. L’histoire au quotidien, éd. par R. de Ayala et P. Braudel, Paris, 2001, p. 295. id., « André Aymard » in Annales. Economies - Sociétés – Civilisations, vol. 20, 1965, p. 642.

23  Braudel (Fernand), « Une leçon d’histoire de Fernand Braudel, Journées Fernand Braudel, 18, 19 et 20 octobre 1985 », Châteauvallon, éd. par M. Pacquet, Paris 1986, p. 216 ainsi que Chaunu (Pierre), L’Instant éclaté. Entretiens avec François Dosse, Paris, 1994, p. 85 u. p. 137. Daix (Pierre), « Braudel », Paris, 1995, p. 221 et sqq.

24  Aymard (André), « L’évolution des méthodes de la recherche historique » in id., Études d’histoire ancienne, Paris, 1967, p. 609 et sq. (voir aussi L’Encyclopédie française Bd. 20, Le Monde en devenir, Paris 1959, voir p. 20.20.6.).

25  Voir, pour l’antiaméricanisme de gauche, Mathy (Jean-Philippe), Extrême Occident. French Intellectuals and America, Chicago/London, 1993, p. 11 et sq. – Sur le thème de l’antiaméricanisme de nombreux articles donnant un bref aperçu ont récemment paru, par exemple Golsan (Richard J.), “From French Anti-Americanism and Americanization to the "American Enemy” in The Americanization of Europe, Culture, Diplomacy, and Anti-Americanism after 1945, Alexander Stephan (Ed.), New York/Oxford, 2006, p. 44-68 ou Nettlebeck (Colin), Anti-Americanism in France in Anti-Americanism. History, Causes, and Themes, t. 3, Comparative Perspectives, Brendon O’Connor (Ed.), Oxford/Westport, Conn. 2007, p. 131-154. L’ouvrage de référence est toujours : Roger (Philippe), L’Ennemi américain. Généalogie de l’antiaméricanisme français, Paris, 2002.

26  Pour cela, il faudrait, par exemple, dépouiller la correspondance entre Fernand Braudel et son ami André Aymard, conservée dans les archives de l’Institut de France, et accessible avec la permission de la veuve de Fernand Braudel, Paule Braudel.

27  « Fohlen (Claude), Jean-Baptiste Duroselle et l’histoire américaine » in Relations internationales, n° 83, automne 1995, Jean-Baptiste Duroselle et l’histoire des relations internationales, p. 369 et Entretien de l’auteur avec Claude Fohlen, 9.6.2000.

28  Archives privées, Geneviève de Cambourg, Saint-Aubin-des-Châteaux, Jean-Baptiste Duroselle à Victor-Lucien Tapié, 13.3.1962. Voir aussi Archives privées, Jean-Baptiste Duroselle, loc. cit., Victor-Lucien à Jean-Baptiste Duroselle, 11.3.1962.

29  Duroselle (Jean-Baptiste), De Wilson à Roosevelt. Politique extérieure des Etats-Unis, op.cit.

30  Fohlen (Claude), L’Amérique anglo-saxonne de 1815 à nos jours, Paris, 1965.

31  Pour ce qui est du Centre américain de Bologne, Grosser (Alfred), « Le centre de Bologna : un témoignage », in Festschrift in Honor of C. Grove Haines, E. Krippendorff (Ed.), s. l., 1971, p. 592 et sq. et aussi id., Une vie de Français. Mémoires, Paris, 1997, p. 92 et sq.

32  Berenson (Edward) et Green (Nancy L.), “The Society for French Historical Studies : The Early Years” in French Historical Studies, vol. 28, 2005, p. 598 et sq.

33  Quant à Duroselle et André Aymard, les deux historiens se sont réconciliés lors de l’arrivée du premier à la Sorbonne et seulement quelque temps avant la mort du dernier. Archives privées, Jean-Baptiste Duroselle, loc. cit., Carton Souvenirs +Personnalités, André Aymard à Jean-Baptiste Duroselle, 27.7.[1964] (Il s’agit d’une transcription de la main de Duroselle, l’original est en possession de Maurice Aymard).

34  Entretien de l’auteur avec Claude Fohlen, 5.6.2000.

35  Archives privées, Jean-Baptiste Duroselle, loc. cit., Claude Fohlen à Jean-Baptiste Duroselle, 22.1.1966 et 14.1.1967 ainsi que Pierre Renouvin à Jean-Baptiste Duroselle, 14.1.1966.

36  Archives privées, Jean-Baptiste Duroselle, loc. cit., Claude Fohlen à Duroselle, 14.1.1967.

37  Entretien de l’auteur avec Claude Fohlen, 9.6.2000. « Fohlen (Claude), Jean-Baptiste Duroselle et l’histoire américaine », art. cité, p. 369.

38  Archives privées, Jean-Baptiste Duroselle, loc. cit., Claude Fohlen à Duroselle, 22.4.1967 et 25.5.1967.

39  Pour plus d’informations sur les tractations autour de la chaire d’histoire de l’Amérique du Nord, qui s’étendaient de 1957 à 1967, il aurait été nécessaire de se référer au service des archives du Rectorat de l’Académie de Paris. Mais puisqu’il s’agit ici d’un article dont le seul but est de défricher le sujet, on pensait pouvoir y renoncer.

40  Winock (Michel), La République se meurt , 2 éd. augmentée, Paris, 1985, p. 94 et sq.

41 Ibid., p. 95.

42  Winock (Michel), Le Siècle des intellectuels, 2. éd. revue et augmentée, Paris 1999 (1ère éd. 1997), p. 543.

43  Le Roy Ladurie (Emmanuel), « Paris-Montpellier, P.C.-P.S.U., 1945-1963 », Paris, 1982, p. 64.

44 Ibid., p. 185.

45  Duroselle, La Politique extérieure des États-Unis, Fascicule II, op. cit., p. 78.

46  Un autre article récent insère l’école des Annales dans la culture coloniale et raciale de l’époque. Reynaud Paligot (Carole), « Les Annales de Lucien Febvre à Fernand Braudel : Entre épopée coloniale et opposition Orient/Occident » in French Historical Studies, vol. 32, 2009, p. 121-144. Vu cette coïncidence ; il est peut-être opportun de souligner que nous n’avons pas du tout l’intention de déprécier l’apport scientifique des historiens de l’école des Annales.

47  Raulff (Ulrich), „Der streitbare Prälat. Lucien Febvre (1878-1956)“ in Febvre (Lucien), Das Gewissen des Historikers, ed. par Ulrich Raulff, Berlin, 1988, p. 236.

48  Aron (Raymond), Mémoires. 50 ans de réflexion politique, Paris, 1983, p. 289 (Lucien Febvre à Raymond Aron, 27.7.1948). Baverez (Nicolas), Raymond Aron. Un moraliste au temps des idéologies, Paris, 1995, Flammarion, 1ère éd. 1993, p. 249.

49  Voir aussi, pour ce qui est des années 30, Wessel (Marleen), “The Politics of Scholarship. Lucien Febvre between Seignobos and Marx”, in Rivista di storia della storiografia moderna, n° 8, 1987, p. 80 et p. 84 et sqq.

50  Febvre (Lucien), Introduction in Industrialisation et technocratie, Gurvitch (Georges) (Ed.), Paris 1949, p .XII.

51  Febvre (Lucien), « De la Revue de synthèse aux Annales. Lettres à Henri Berr, 1911-1954 », ed. par G. Candar/J. Pluet-Despatin, Paris 1997, p. 612 (Lucien Febvre à Henri Berr, 16.5.1952).

52  Mazon (Brigitte), Aux origines de l’École des hautes études en sciences sociales. Le rôle du mécénat américain (1920-1960), Paris, 1988, p. 123 et sqq.

53  Digeon (Claude), La Crise allemande de la pensée française (1870-1914), Paris, 1959, p. 376 et sqq.

54  Braudel (Fernand), « La Longue durée. Histoire et sciences sociales » in Annales. Economies - Sociétés – Civilisations, vol. 13, 1958, p. 725-753 et id., La Méditerranée et le monde méditerranéen à l’époque de Philippe II, Paris, 1949, p. 296.

55  Duroselle (Jean-Baptiste), « Les « Area Studies » : problème de méthode » in Bulletin international des sciences sociales (Unesco), vol. 4, 1952, p. 674-684 et id., « L’étude des relations internationale »s, art. cité, p. 701.

56  Il est bien compréhensible que, dans une réédition de 1987, intitulée « Grammaire des civilisations », son éditeur, Maurice Aymard, ait décidé de rayer quelques passages compromettants. Pourtant, il aurait été souhaitable qu’il indique ces retouches. Mais dans sa préface, il assure le lecteur d’avoir gardé le texte de la première édition dans son intégralité. Aymard (Maurice), « Braudel enseigne l’histoire » in Braudel (Fernand), Grammaire des civilisations, Paris 1987, p. 6.

57  Braudel (Fernand), « Jadis, hier et aujourd’hui, les grandes civilisations du monde actuel. Grammaire des civilisations » in Baille (Suzanne), Braudel (Fernand), Philippe (Robert), Le Monde actuel, Histoire et civilisations, Paris, 1963, p. 431.

58 Ibid., p. 439.

59 Ibid., p. 440.

60 Ibid., p. 471.

61 ibid., p. 467.

62  Grémion (Pierre), Intelligence de l’anticommunisme. Le Congrès pour la liberté de la culture à Paris, 1950-1975, Paris 1995, p. 164 et sq.

63  Mandrou (Robert), « Les Annales en Pologne » in Annales. Economies – Sociétés – Civilisations, vol. 15, 1960, p. 329 et Mazon (Brigitte), « Les archives de Robert Mandrou. « Une totalité vivante par la multiplicité ordonnée des plans et des abords », dans : Cahiers du Centre de recherches historiques, n° 18/19, avril-octobre 1997, p. 18. Que Mandrou ait fait traduire et éditer un livre de l’historien soviétique Boris Porchnev, et en plus un ouvrage de référence, ne nous semble pas pour autant être un indice de son ouverture vers l’Est, comme le pense Brigitte Mazon.

64  Peters (Jan), „Das Angebot der "Annales" und das Beispiel Le Roy Ladurie. Nachdenkenswertes über französische Sozialgeschichtsschreibung“ in Jahrbuch für Wirtschaftsgeschichte, vol. 30, 1989, p. 159.

65  Le Goff (Jacques), Avec Hanka, Paris, 2008 et id., « L’appétit de l’histoire » in Nora (Pierre) (Ed.), Essais d’ego-histoire, Paris, 1987, p. 217. et sq. et id., Une vie pour l’histoire. Entretiens avec Marc Heurgon, Paris, 1996, p. 158 et sqq. Voir, en outre, Duby (Georges), Geremek (Boris), Passions communes. Entretiens avec Philippe Sainteny, Paris, 1992, notamment p. 52 et sqq.

66  Cette histoire est admirablement décrite dans la thèse de Brigitte Mazon, Aux origines de l’École des hautes études en sciences sociales, op.cit.

67  Hobsbawm (Eric), Interesting Times. A Twentieth-Century Life, London 2003, 1ère éd. 2002), p. 327. (C’est nous qui traduisons, M.B.)

68  Dosse (François), L’histoire en miettes. Des « Annales » à la « nouvelle histoire » (2e éd. revue et corrigée), Paris, 1997 (1ère éd. 1987), p. 118.

69  Berghahn (Volker R.), America and the Intellectual Cold Wars in Europe. Shepard Stone between Philanthropy, Academy, and Diplomacy, Princeton/Oxford, 2001.

70  On pourrait également se demander, comme l’a fait l’historien américain David Pinkney, pourquoi l’accueil fait en France à la production américaine sur l’histoire française a été, somme toute, plus que mitigé. Sa conclusion est que cela aurait été dû aux prestations plutôt médiocres des historiens américains. D’après lui, les conditions matérielles du travail, notamment les difficultés d’accéder aux archives dans un pays lointain, auraient empêché de meilleurs résultats. (Voir Pinkney (David H.), “The Dilemma of the Historian of Modern France”, French Historical Studies, vol. 1, 1958, p. 13 et p. 15). Mais Pinkney évoque tout de même, pour ces années 50 et jusqu’au milieu des années 70, plusieurs cas d’un refus idéologique des travaux américains, un refus qui est d’ailleurs particulièrement flagrant dans le cas des « Annales historiques de la Révolution française ». (Voir ibid., p. 22 et sq. et id., „The Dilemma of the Historian of Modern France Reconsidered“, French Historical Studies, vol. 9, 1975, p. 176 et p. 180). D’autres explications nous semblent également vraisemblable, comme celles, citées par Pinkney, de Guillaume de Bertier de Sauvigny qui soupçonne que les historiens français étaient simplement dans l’incapacité de lire l’anglais, ou de Claude Fohlen qui suppose que la communauté universitaire française s’est généralement méfiée de l’intrusion des étrangers (id., “Time to Bury the Pinkney Thesis ?”, French Historical Studies, vol. 17, 1991, p. 22).

71  Brun-Rovet (Jeanine), « Les États-Unis et la "nouvelle histoire" » in Revue française d’études américaines, n° 13, 1982, p. 66 et sq. et p. 68 et sq. Ces thèses sont répétées dans un article rédigé pour le public américain, et qui contient malheureusement, cette fois-ci, quelques erreurs factuelles : Brun-Rovet (Jeanine), “Teaching and Research on United States History in France” in Guide to the Study of United States History outside the U.S., 1945-1980, t. 2. Essays and Reports : Colombia through India, Hanke (Lewis) (ed.), New York, 1985, p. 173, p. 184 et sq. et p. 191 et sq. Voir aussi Fohlen (Claude), « Les débuts de l’histoire américaine en France », op.cit., p. 35.

72  Béraud (Céline), Coulmont (Baptiste), Les Courants contemporains de la sociologie, Paris, 2008.

73  Febvre (Lucien), Introduction in Industrialisation et technocratie, op. cit., p. IX et sq. et Braudel (Fernand), Les Écrits de Fernand Braudel, vol. 3. L’Histoire au quotidien, ed. par Ayala (Roselyne de)/Braudel (Paule), Paris 2001, p. 422 et 423 et sqq. (Georges Gurvitch ou la discontinuité du social, 1953).

74  Stoetzel (Jean), « Jean Stoetzel, l’homme par qui les sondages sont arrivés » (interview avec Jean Stoetzel) in L’Express vom 16.12.1983. Voir, en outre, Blondiaux (Loïc), La Fabrique de l’opinion. Une histoire sociale des sondages, Paris, 1998. Contrairement à Jean-Christophe Marcel, nous ne croyons pas qu’il y avait, en France et à l’encontre des Etats-Unis, unanimité sur la tradition durkheimienne. Marcel (Jean-Christophe), « Une réception de la sociologie américaine en France (1945-1960) » in Revue d’histoire des sciences humaines, n° 11, 2004, p .47 et sq.

75  Chapoulie (Jean-Michel), « La seconde fondation de la sociologie française, les Etats-Unis et la classe ouvrière » in Revue française de sociologie, vol. 32, 1991, p. 337 et p. 348 et sqq.

76  Debouzy (Marianne), “American History in France” in Reviews in American History, vol. 14, 1986, p. 545 et sqq. et id., “From American Studies to American History : A French Point of View” in The Journal of American History, vol. 79, 1992, p. 496.

77  Carr (Edward H.), “What is History?” (George Macaulay Trevelyan Lectures, 1961), Basingstoke 2001, p. 117 et sq. Voir également ibid., p. 97.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Markus Bodler, « Les historiens français et les États-Unis dans les années 1950 et 1960 », Nuevo Mundo Mundos Nuevos [En ligne], Débats, mis en ligne le 29 janvier 2010, consulté le 19 octobre 2017. URL : http://nuevomundo.revues.org/58811

Haut de page

Auteur

Markus Bodler

Chargé d’enseignement à l’Université de Potsdam (Allemagne) markus.bodler@uni-potsdam.de

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Nuevo mundo mundos nuevos est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page