Navegação – Mapa do site
Jean-Pierre Lavaud

Xénophobie et  intolérance en Bolivie : Orient versus Occident

Xenophobia and Intolerance in Bolivia : East versus West
[12/03/2010]

Resumos

Des enquêtes récentes relatives à la question du racisme en Bolivie viennent confirmer le cliché selon lequel les habitants du département et de la ville de Santa Cruz sont les plus racistes du pays. Cependant, lorsque les questions posées portent, non plus sur une appréciation générale des attitudes d’ensembles de population, mais sur la manière dont sont ressenties les discriminations subies par les personnes interrogées, la tendance s’inverse. Alors Santa Cruz apparaît comme une région relativement moins xénophobe et plus ouverte que d’autres, notamment La Paz.

Topo da página

Entradas no índice

Géographique :

Bolivie

Chronologique :

XXe siècle

Palabras claves :

Bolivia, indio, racismo, Santa Cruz
Topo da página

Texto integral

1S’il est une idée bien ancrée en Bolivie, et largement diffusée hors du pays, c’est que les habitants de Santa Cruz (les cruceños) sont racistes. Parmi les devinettes rituelles que l’on pose au nouvel arrivant dans la ville de Santa Cruz de la Sierra, il y a celle-ci : Sais-tu ce que dit le christ statufié à l’entrée ouest de la ville, et tourné vers les Andes ? Réponse : « Basta de collas ». Ce que l’on peut traduire par : « On ne veut plus de collas», ou « dehors les collas !» – c'est-à-dire les Indiens des hauteurs, ceux de l’ancien collasuyu, un des quartiers de l’empire Inca. Les soi-disant Blancs de Santa Cruz seraient donc particulièrement méprisants et agressifs à l’égard des populations venant des vallées et du haut plateau andin.

2En 2001, la naissance du groupe Movimiento  Nación Camba  de Liberación  (MNC-L) a encore contribué à accentuer le stéréotype raciste en lui donnant un fondement. Ce groupe  n’aspirait-il pas, en effet, à faire de la Bolivie un Etat fédéral  dans lequel  la nation camba contrôlerait la migration et recruterait une police composée de sujets « hispano guarani » de culture « chaco-amazónica » nés dans le département ? Son projet était construit en opposition à ce qu’il nommait  « une espèce de Tibet Sud Américain, conformée pour majorité par les ethnies aymara-quechua, arriérées et misérables, où prévaut la culture du conflit, communaliste, pré républicaine, opposée au libéralisme, syndicaliste, conservatrice, dont le centre bureaucratique (La Paz) pratique un centralisme colonial d’Etat exécrable et exploite ses « colonies internes » ;  et il ajoutait : le centre pacénien «  s’approprie nos excédents économiques et nous impose la culture du sous développement, sa culture »1 ; un ensemble de propos  qui  venaient  étayer la démonstration que l’oligarchie crucénienne est raciste et  encline au fascisme.

  • 2  « Pendant les trois dernières années, quasi 10% du temps, l’altiplano a fonctionné comme une sorte (...)
  • 3  En fait, les menées contestataires des paysans de l’Altiplano se combinèrent avec celles d’autres (...)

3Cependant, il convient de rappeler que le mythe des deux Bolivie, l’indigène rurale pauvre et majoritaire, et l’autre urbaine, riche, occidentalisée et élitiste fut préalablement instrumentalisé par Felipe Quispe Huanca (surnommé el Mallku – le condor en langue aymara), lorsqu’il organisa, en tant que secrétaire exécutif de la Confédération syndicale unique des travailleurs paysans de Bolivie (CSUTCB), les barrages routiers d’avril et de septembre 2000, puis fonda le Movimiento Indio Pachacuti (MIP), en novembre 2000. Les vagues de  barrages continueront de bloquer l’altiplano jusqu’au mois d’octobre 20032 et aboutiront à la destitution du président Sanchez de Losada, et à son exil3. Et il est pertinent de relire ses déclarations pour mesurer que les discours xénophobes et  violents  ne viennent pas d’un seul bord, mais se répondent et se renforcent l’un l’autre, rendant d’autant plus crédible la fiction des deux Bolivie ; ils favorisent en outre la vision essentialiste selon laquelle chaque Bolivie est composée de groupes ethniques susceptibles de constituer des nations, voire même constituent de toute éternité des nations.

  • 4  Pulso, « Felipe Quispe, el Mallku. Dinamita para un movimiento ciego », Avril 2001.
  • 5  Le Mallku et ses suiveurs tiennent ce discours xénophobe et violent au moins depuis la création du (...)

4 Le Mallku a pour projet de créer ou de recréer un Etat indépendant, l’Etat du collasuyu. A cet effet, il propose aux indiens des soulèvements armés « afin d’encercler et de juger les patrons et les traîtres (llunk’us, littéralement bouchons, qui flottent) dans nos communautés, de brûler les maisons des riches et de faire crever de faim les villes oppressives et exploiteuses»4. Les barrages sont conçus comme une préfiguration de ce soulèvement. Après les affrontements d’avril 2000, il déclare : « le sang versé (deux morts à Achacachi et un autre à Lahuachaca) est une offrande (ch’alla) à la pachamama (la terre-mère); des milliers de communautaires vont naître avec une conscience renouvelée»5. Il affirme encore : « seul ce qui est originaire est bon, le reste est ordure».

5Pour lui, l’Oriente incarne la culture occidentale, et les valeurs du développement capitaliste favorisé par les migrants et les capitaux étrangers ; sa croissance entraînant le déplacement vers les Terres basses de milliers de boliviens de l’intérieur. Il réprouve ces apports exogènes qui constituent la preuve tangible que le pays est livré aux appétits d’une oligarchie relais des voraces colonisateurs étrangers « yankees ».

  • 6  Actuellement les relations diplomatiques entre les Etats Unis et la Bolivie  sont rompues. L’ambas (...)

6Cette vision est maintenant accréditée par le Movimiento al Socialismo (MAS), dont le leader Evo Morales gouverne le pays, qui fait des peuples originaires les artisans de la libération nationale ; ils sont appelés à combattre  les néocolonialistes incarnés par les élites de l’Orient bolivien, l’oligarchie des cambas blanco mestizos séparatistes – représentés notamment par les préfets des départements orientaux – reliés tant aux néo libéraux étrangers « yankees » – dont l’ambassade des Etats Unis est la tête de pont –6, qu’à divers groupes fortunés de l’intérieur du pays –, dont la fortune proviendrait de l’exploitation des indigènes et du pillage du territoire. Ces ennemis du peuple boliviens sont en outre constamment accusés de conspirer contre le chef de l’Etat : ils veulent faire chuter  l’indien (quieren tumbar al indio), se plaît-il à répéter. Comme on peut le constater, le discours politique qui oppose l’Orient et l’Occident bolivien est donc officiellement ethnicisé, pour ne pas dire racialisé.

Les résultats des enquêtes d’opinion

7Et le sentiment se généralise d’une montée raciste dans le pays. Jeudi 12 octobre 2006 un article du quotidien La Razón titrait : « Oui en Bolivie le racisme augmente ».  Suivaient quelques entrevues de personnalités amorcées par le commentaire suivant : « Les interlocuteurs de La Razón avisent que cette situation pourrait déboucher sur une guerre civile ou ethnique. Le ministre Patzi admet qu’il existe une bataille entre deux visions de la Bolivie. Des analystes demandent au pouvoir exécutif de changer son discours pour des paroles de paix ». Un sondage plus récent publié par le quotidien La Razón (23 août 2009) vient encore conforter cette idée. Première question : Croyez vous qu’aujourd’hui les boliviens sont plus racistes qu’avant ? Réponse : oui : 65,5 %. Seconde question posée à ceux qui ont répondu positivement à la première : Pourquoi croyez vous que les boliviens sont aujourd’hui plus racistes qu’hier ?

  • 7  Il faut cependant le lire avec précaution. On ne sait pas si la question était ouverte ou fermée. (...)

8On peut résumer les résultats obtenus dans les villes capitales départementales en dégageant  deux types de raisons qui jouent à proportion égale : le climat social (la haine camba/colla ; la couleur de la peau ; les riches se croient supérieurs aux pauvres) 21% ; et les politiques et des discours du gouvernement  qui engendrent des haines entre Orient et Occident, entre races et classes sociales : 22%. Ce résultat accrédite donc l’idée que l’augmentation des tensions raciales résulte, pour une part, (la moitié) des agissements du gouvernement actuel7.

  • 8  Deuxième enquête nationale : Diversidad cultural hoy. Una radiografia al pais, 20 octobre 2008. ww (...)
  • 9  Enquête publiée dans  La Razón , le 23 août 2009, administrée par l’entreprise Ipsos Apoyo, Opinió (...)
  • 10  C’est le résultat des réponses à la question : Pensez vous que le bolivien qui vit  à La Paz (ou S (...)

9Le racisme des crucéniens est, à première vue, confirmé par d’autres enquêtes d’opinion. À la question, dans quel département bolivien pensez vous qu’il y a le plus de racisme, posée à un échantillon représentatif de boliviens, 63% répondent Santa Cruz en 2006, et 72% en 2008. La Paz vient en second, loin derrière, avec 20% ces deux années8.  Plus récemment, en août 2009, selon un autre sondage 39% des habitants des principales villes boliviennes considéraient les habitants de Santa Cruz très racistes (et 39% moyennement racistes (algo racistas)) alors que ceux de La Paz n’étaient considérés comme très racistes que par 14%  des répondants, et moyennement racistes par 47%9. Notons aussi au passage la vision très négative des habitants de La Paz à l’égard de ceux de Santa Cruz (56% très racistes et 7% non racistes) qui contraste avec l’image très positive qu’ils donnent d’eux-mêmes (5% très racistes et 36% non racistes).  En revanche, les crucéniens présentent une image du racisme des pacéniens (22% très racistes et 24% non racistes) qui est beaucoup plus proche de celle qu’ils donnent de leurs propres concitoyens (16% très racistes et 34% non racistes)10.

10Mais toutes ces questions revêtent la forme d’une appréciation générale. Elles traduisent l’opinion des enquêtés à l’égard des attitudes de tiers, plus exactement de groupes de tiers. Et donc elles ne font que révéler le stéréotype, et confirmer en même temps qu’il est fermement ancré et largement admis. De plus, les questionnaires comprenant ce type de questions administrés de manière récurrente, et dont les résultats sont amplement diffusés, contribuent encore plus à accréditer, et à véhiculer, ce stéréotype du crucénien raciste.

11Pour obtenir des renseignements plus conformes à la réalité des comportements, il faut changer l’intitulé de la question et en venir aux ressentis et aux vécus personnels, voire effectuer ce que l’on appelle communément des recherches de victimologie.

  • 11  Peut-être ont-ils craint de publier des résultats n’accréditant pas le lieu commun. Plus banalemen (...)

12Dans l’enquête précitée, de la fondation Unir, le travail est amorcé par la question suivante : Cette année avez-vous souffert d’un type quelconque (algún tipo) de discrimination ? 20% répondent positivement. Dans le décompte des raisons de cet ostracisme on trouve dans l’ordre, la région de provenance, puis la couleur de peau, la pauvreté… Et le travail s’arrête là. On ne sait trop pourquoi, la recherche n’est pas poussée plus à fond11.

  • 12  Daniel E. Moreno Morales, « Los escenarios de la discriminación en Bolivia », Nueva Crónica, n°27, (...)

13Heureusement, d’autres enquêtes comblent le vide, comme l’exploration bisannuelle de l’opinion publique bolivienne par l’université nord américaine Vanderbilt (Tennessee) dans le cadre du Latin American Project of Public Opinion (LAPOP). Le questionnaire de 2006 comprenait les questions : Vous êtes-vous sentis discriminés ou traités de manière injuste en raison de votre couleur de peau, votre apparence physique ou votre manière de parler, dans l’administration publique, à l’occasion de réunions ou d’évènements sociaux, ou dans les lieux publics ? Un peu plus de trois sur dix répondent affirmativement (si l’on totalise les réponses affirmatives dans chacune des trois questions)12. Avant d’en venir aux résultats par départements, notons que  ce score est très supérieur à celui qui est obtenu dans  d’autres pays d’Amérique latine où elles ont été posées par la même institution : Pérou 16%, Brésil et Colombie, 14%, Guatemala 12%. Notons aussi que la probabilité pour qu’une personne qui s’identifie comme indigène se soit sentie écartée ou offensée est 40% plus élevée que dans le cas où elle se voit blanche. La pauvreté est aussi fortement corrélée avec le sentiment de discrimination. Jusque là les résultats obtenus s’ajustent donc aux idées communes.

  • 13  Daniel E. Moreno Morales, op.cit., p.17.

14En revanche, le lien entre le rejet ressenti et la région de provenance n’est pas celui qu’on attend : la sensation de rejet est beaucoup plus répandue dans la partie occidentale du pays que dans les Basses Terres : « La probabilité pour qu’une personne se sente discriminée dans la zone orientale est deux fois moindre que dans la partie occidentale, et cette différence est statistiquement significative et indépendante de la quantité de personnes qui s’identifient en tant qu’indigène. Le département de La Paz est celui où la discrimination est la plus fréquente »13.

  • 14  Fondo para la democracia de Naciones unidas (UNDEF), Encuesta nacional sobre valores y actitudes f (...)
  • 15  La question était : Vous êtes vous senti discriminé en raison de votre couleur de peau , votre con (...)
  • 16  Ensemble des départements de Tarija, Santa Cruz, Beni et Pando.

15Une deuxième étude, du Fonds pour la démocratie des Nations Unies14, permet de corroborer ces résultats et de les détailler un peu plus encore. Elle montre que la couleur de la peau et la condition économique sont perçues comme les premières causes du sentiment personnel de discrimination (27% et 22%) ; suivent la manière de parler et la région d’habitation15.  Puis on constate que pour toutes les rubriques répertoriées, le rejet de l’autre est supérieur dans la partie occidentale du pays relativement à la partie orientale (Media Luna16) ; la différence majeure portant sur la couleur de la peau (15%) et sur la condition économique (11%). Cette différence s’accroît encore lorsqu’on examine les résultats en contrastant les départements de La Paz et de Santa Cruz (26% pour la couleur de peau ; 19% pour la condition économique).

  • 17  La question était posée de la manière suivante : Si votre fille (fils) se mariait avec une personn (...)

16De plus, lorsqu’on interroge les mêmes personnes pour tester leur tolérance à l’égard de personnes étrangères à leur monde proche, on obtient des réponses plus tolérantes dans la partie orientale du pays, avec des écarts variables selon les critères : classe 8%, région 6%....17

  • 18  Quel gouvernement serait nécessaire pour la Bolivie autoritaire (mano dura), qui dialogue ?

17Les habitants des hauteurs sont aussi portés en plus grand nombre à préconiser des  gouvernements autoritaires que leurs voisins orientaux (31% contre 11%), alors que logiquement, à l’inverse, les habitants de la media luna  sont plus nombreux à privilégier des gouvernements qui dialoguent (74% contre 54%)18. Enfin, si les droits les plus importants  pour ces deux ensembles de population sont l’éducation et la liberté d’expression, l’éducation vient en premier pour l’Occident (73% contre 56% pour la Media Luna), alors que  la liberté d’expression passe en tête pour les habitants de la Media Luna (68% contre 62%).                                 

18On voit donc à quel point il faut être méfiant à l’égard du cliché selon lequel la société crucénienne serait raciste et intolérante, ou du moins plus intolérante et raciste que celle des autres départements du pays. Le rejet de l’autre est deux fois plus fort à La Paz où, comme le souligne l’enquête du LAPOP, il s’exerce principalement contre des sujets qui se classent comme indigènes.

Préjugé et démographie. Santa Cruz versus La Paz-El Alto

19Il est intéressant de rapprocher ces résultats de la démographie de Santa Cruz. Il s’agît d’un département récemment peuplé. En 1950, il ne comptait que 200 000 personnes ; en 2001, 2 500 000. Selon le recensement de cette année là, 497 000 étaient nées dans un autre département du pays, soit un quart. Les migrants recensés provenaient principalement des départements de Cochabamba, La Paz, puis Chuquisaca.  Le même constat avait été effectué lors des recensements précédents : en 1976,  96 000 des habitants  avaient vu le jour hors du département, et 288 000 en 1992). Ce qui signifie qu’une proportion importante de la population crucénienne provient directement des départements  alentours,  principalement des vallées relativement proches, mais aussi de l’altiplano, ou bien est issue d’ancêtres originaires de ceux-ci.  Autrement dit, Santa Cruz est bigarré, et continue de se mixer. Et ce d’autant plus qu’il comprend aussi des immigrants ou des descendants d’immigrants plus ou moins anciens allemands, levantins, japonais, balkaniques... La population crucénienne – tant celle de la ville  que celle du département – forme donc un creuset  récent de la population bolivienne sans équivalent dans le reste du pays.

20La migration vers la ville-satellite de La Paz, El Alto, l’autre ville-champignon de la Bolivie, dont le contingent d’immigrants provient presque exclusivement de l’Altiplano, contraste fortement avec celle de Santa Cruz. Alors que la population Santa Cruz se mélange et se diversifie, celle de l’agglomération La Paz-El Alto tend à devenir plus homogène sur le plan physique et culturel au fur et à mesure qu’elle incorpore, presque exclusivement et en grandes quantités, des habitants du monde rural environnant.

  • 19  Fernando Fuenzalida Vollmar, “Poder etnia y estratificación social en el Perú rural” in Perú hoy, (...)

21Ce constat rend à première vue encore plus énigmatique l’écart entre la réalité des phénomènes de discrimination et la représentation qui en est véhiculée, puisqu’à priori il devrait y avoir moins de rejets dans une population  plus homogène comme celle de La Paz-El Alto, que dans l’ensemble bigarré de Santa Cruz. En fait, il faut comprendre que l’indianité perçue par autrui n’est pas, ou n’est pas seulement une question de couleur de peau  ou de culture – comme le diffuse la vulgate actuelle. Elle est aussi, sans doute avant tout, et depuis toujours –, une question de position sociale. Comme le disait Fernando Fuenzalida à propos du Pérou voisin : « Il y a une graduation phénotypique, sociale et culturelle qui correspond à une échelle de statuts. Cependant, le statut du métis ou de l’indien ne provient pas d’une certaine configuration de traits dont le rôle de dominant ou de subordination serait la conséquence. C’est l’inverse qui correspond à la réalité : c’est la position extrême ou moyenne dans la chaîne nationale de subordination qui détermine le statut et la sous-culture d’un groupe ou d’un individu »19. Comme nous venons de le constater, la condition économique des personnes est d’ailleurs, pointée comme une des causes de rejet les plus importantes. Dans la société pacénienne chacun semble très occupé à marquer sa place en se démarquant de son voisin. Curieusement, c’est là qu’il ne fait pas bon être vu comme un indien, là qu’il est opportun et courant de signifier fermement, voire avec ostentation, sa position supérieure et son aisance.

22A Santa Cruz, les migrants semblent plus affairés à se bâtir un destin dans une société qui leur a offert jusqu’ici des opportunités qu’ils ne trouvaient pas ailleurs. Au reste on ne voit pas pourquoi les migrants de l’intérieur auraient afflués depuis une quarantaine d’années dans ce département s’il leur était si hostile. On répondra sans doute qu’ils y étaient poussés par la nécessité, par l’instinct de survie ; qu’ils n’avaient pas le choix. Il serait plus juste d’invoquer le fait qu’ils aspiraient à entrer dans un  monde relativement ouvert et plus dynamique dans lequel se présentaient des possibilités de travail, de carrière individuelles, et d’enrichissement pour les plus entreprenants.

  • 20  La note de référence est consultable à l’adresse suivante :  http://www.cainco.org.bo/publicacione (...)

23Cette hypothèse est confortée par une étude récente du Centro Boliviano de Economía (Cebec), dépendant de la Cámara de Industria, Comercio, Servicios y Turismo de Santa Cruz (Cainco). Un migrant dans la ville de Santa Cruz parvient à augmenter en moyenne ses revenus de 160% les cinq premières années de son installation, rapprochant ainsi ses ressources de celles des résidents plus anciens ; et ce en dépit du fait de la moindre durée de scolarisation moyenne des arrivants (8,7 années d’études)  relativement à celle des résidents (11, 5 années d’études). Ce n’est pas le cas dans les villes de Cochabamba et de la Paz où, dans le même laps de temps, les revenus ne grimpent que de 12% ; ce qui fait que la brèche entre migrants et résidents y demeure béante20.

  • 21  Jupes superposées caractéristiques de l’altiplano ou des vallées
  • 22  Lupe Cajías, « La cruceña, la más nacional », La Prensa, 9 janvier 2010.

24Les résultats des élections de décembre 2009 dans le département de Santa Cruz offrent eux aussi un démenti au préjugé caricatural du crucénien sectaire et raciste, suiveur aveugle d’une oligarchie capitaliste blanca mestiza aux ordres de l’impérialisme yankee. En effet, selon Lupe Cajias : « C’est l’unique ensemble départemental de parlementaires (brigada) qui comprend des personnes appartenant à des ethnies d’autres départements, et nées dans d’autres départements … Ce qui est remarquable, c’est le degré d’intégration (inclusión) que cela démontre, alors que des enquêtes – peut-être contestables en raison de la manière dont elles formulent leurs questions – s’obstinent à faire de Santa Cruz le département le plus régionaliste. Les faits reflètent une autre réalité. La  brigade de Santa Cruz est la plus nationale avec des femmes de pollera21, l’une née dans le département de Sucre, un paysan cochala (originaire du département de Cochabamba) un autre né à Tarija, des indigènes Guarayos et Guaranies, et aussi des boliviens de la seconde génération d’émigrants européens, qui contribuent à créer le creuset national »22.  Et elle inclut aussi des élus de tous les milieux sociaux.

  • 23   Dans  la nouvelle Constitution, promulguée le 7 février 2009, après avoir été adoptée par referen (...)
  • 24  Georg Simmel, Le conflit, Paris, Circé, 1995.
  • 25  Rappelons au passage que c’est loin d’être la première fois que des personnes venant d’autres dépa (...)

25Cette analyse, montre clairement que les électeurs crucéniens  n’ajustent pas leurs votes en fonction de critères de provenance géographique ou d’usages linguistiques distincts – ce qui ne signifie pas, bien sûr, qu’ils ne jouent aucun rôle.  En dépit de l’image devenue officielle d’une Bolivie faîte d’un patchwork de groupes ethniques distincts – pour ne pas dire de nations comme il est affiché dans la Constitution du nouvel Etat plurinational23 –, le contexte de Santa Cruz apparaît comme un « creuset » où s’opère une « intégration », et où s’inventent au quotidien – non sans conflits ; mais comme le montre très bien G. Simmel24, il n’y a pas de sociétés sans conflits – de nouvelles manières de vivre ensemble, dans une société locale relativement plus ouverte que dans d’autres régions de Bolivie25.

Topo da página

Notas

1  Voir le site http://www.nacioncamba.net/index2.htm  

2  « Pendant les trois dernières années, quasi 10% du temps, l’altiplano a fonctionné comme une sorte de territoire semi autonome barré par les pierres » (una especie de semi autonomía empedrada), Warisata.Memoria de la muerte,Víctor Orduna (Pulso, 30 septembre 2003).

3  En fait, les menées contestataires des paysans de l’Altiplano se combinèrent avec celles d’autres secteurs sociaux  pour aboutir à cette issue (organisations de la ville de El Alto, syndicats de mineurs, syndicats de cocaleros…). Los Tiempos, 26 juin 2001

4  Pulso, « Felipe Quispe, el Mallku. Dinamita para un movimiento ciego », Avril 2001.

5  Le Mallku et ses suiveurs tiennent ce discours xénophobe et violent au moins depuis la création du courant syndical et politique Ofensiva roja de ayllus tupakataristas,(du nom de Tupak Katari, chef d’une révolte anticoloniale du 18ème siècle) en 1984.  Dans le document que ce courant soumet au congrès extraordinaire de la CSUTCB de 1988, ils écrivent qu’il faut obliger les ennemis k’aras (Blancs en aymara) « à manger leurs chiens et leurs chats, leurs chevaux, jusqu’à ce qu’ils dévorent leurs enfants »;  et ils ajoutent « il faut les pendre , il faut brûler leurs autos, il faut barrer les routes, il faut incendier les lieux où ils vivent, il faut les détruire de tous les modes possibles ». Et c’est l’un des trois documents qui servent à la rédaction de la déclaration politique finale du congrès. Cf. Ricardo Calla O., José Enrique Pinelo N., Miguel Urioste F. de C., CSUTCB : debate sobre documentos politicos y asamblea de nacionalidades, La Paz, CEDLA, 1989. Le document précité  y est reproduit in extenso, pages 298 à 312. Ofensiva roja débouchera sur la création de l’Ejercito guerillero Tupak Katari (EGTK) en 1990. Felipe Quispe et Alvaro Garcia Linera, en sont des figures marquantes. Arrêtés en 1992 après une série d’attentats, les deux purgent une peine de plusieurs années de prison.  Relâché en 1997, le Mallku devient secrétaire exécutif de la CSTUCB en 1998. Quant à Garcia Linera, lui aussi  libéré en 1997, il enseigne la sociologie à l’Universidad mayor de San Andrés jusqu’à ce qu’il soit invité par Evo Morales à l’accompagner en tant que candidat à la vice présidence du pays aux élections de 2005, charge qu’il exerce depuis lors.

6  Actuellement les relations diplomatiques entre les Etats Unis et la Bolivie  sont rompues. L’ambassadeur des Etats Unis a été prié de faire ses valises ainsi que la Drug enforcement administration (DEA) et la plupart des programmes de l’USAID,  notamment tous ceux qui opéraient dans la zone de culture de coca du Chaparé. Rappelons au passage qu’ Evo Morales demeure le secrétaire exécutif de la coordination syndicale des producteurs de feuilles de coca de cette région, dont la production est destinée pour sa quasi-totalité à la transformation en sulfate et chlorhydrate de cocaïne.

7  Il faut cependant le lire avec précaution. On ne sait pas si la question était ouverte ou fermée. On ne sait pas non plus sur quelle base exacte sont calculés ces pourcentages. Il est dit que ce sont  uniquement les résultats des villes capitales (47% de l’échantillon des enquêtés). On suppose que seuls ont été pris en compte ceux qui signifiaient que le racisme avait augmenté. Mais pourquoi présenter les % sous la forme d’un total  inférieur à 100. Mystère ?

8  Deuxième enquête nationale : Diversidad cultural hoy. Una radiografia al pais, 20 octobre 2008. www.unirbolivia.org

9  Enquête publiée dans  La Razón , le 23 août 2009, administrée par l’entreprise Ipsos Apoyo, Opinión y Mercado à un échantillon de  2.188 personnes de tout le pays ( 1044 dans les villes de l’axe central).

10  C’est le résultat des réponses à la question : Pensez vous que le bolivien qui vit  à La Paz (ou Santa Cruz) est  très raciste, moyennement raciste (algo racista), non raciste ?

11  Peut-être ont-ils craint de publier des résultats n’accréditant pas le lieu commun. Plus banalement, le fait est que de nombreuses enquêtes sociologiques, ou d’opinion boliviennes, ne vont pas au-delà de la présentation globale des résultats, et de quelques croisements de variables. Elles sont donc sous exploitées, alors même que les moyens mis en œuvre pour  interroger des échantillons représentatifs de la population nationale ou de grands ensembles de population (principales villes, par exemple), sont considérables.

12  Daniel E. Moreno Morales, « Los escenarios de la discriminación en Bolivia », Nueva Crónica, n°27, 24 octobre-6 novembre 2008.  Voir aussi : Mitchell A. Seligson, Abby B. Cordova, Juan Carlos Donoso, Daniel Moreno Morales, Diana Orcés, Vivian Schwarz Blum,  Auditoria de la democracia. Informe Bolivia 2006, La Paz, USAID, 2006, p.32-35. L’étude est consultable sur le site : http://sitemason.vanderbilt.edu/files/jFo6U8/Bolivia_Audtoria_de_la_Democracia__2006_v14d.pdf

13  Daniel E. Moreno Morales, op.cit., p.17.

14  Fondo para la democracia de Naciones unidas (UNDEF), Encuesta nacional sobre valores y actitudes frente a la conflictividad en Bolivia, La Paz, mars 2009. On peut consulter les résultats sur le site : http://www.bancotematico.org/archivos/primeraMano/archivos/presentacion_encuesta_nacional_undef.pdf

15  La question était : Vous êtes vous senti discriminé en raison de votre couleur de peau , votre condition économique, votre manière de parler, la région où vous vivez, votre idéologie politique, votre religion, votre nom,votre sexe ?

16  Ensemble des départements de Tarija, Santa Cruz, Beni et Pando.

17  La question était posée de la manière suivante : Si votre fille (fils) se mariait avec une personne                            de classe sociale, de religion, de culture, de région différente de la vôtre comment réagiriez-vous ?

18  Quel gouvernement serait nécessaire pour la Bolivie autoritaire (mano dura), qui dialogue ?

19  Fernando Fuenzalida Vollmar, “Poder etnia y estratificación social en el Perú rural” in Perú hoy, Mexico, Siglo XXI, 1971, p. 79.

20  La note de référence est consultable à l’adresse suivante :  http://www.cainco.org.bo/publicaciones/default.aspx?Paged=TRUE&p_Created=20091008 19%3a40%3a26&p_ID=38&View={A83F92B1-06A3-4968-8687-9D3FB2BD863F}&PageFirstRow=3

21  Jupes superposées caractéristiques de l’altiplano ou des vallées

22  Lupe Cajías, « La cruceña, la más nacional », La Prensa, 9 janvier 2010.

23   Dans  la nouvelle Constitution, promulguée le 7 février 2009, après avoir été adoptée par referendum le 25 janvier 2009, le terme République a été abandonné au profit de celui d’Etat unitaire plurinational.

24  Georg Simmel, Le conflit, Paris, Circé, 1995.

25  Rappelons au passage que c’est loin d’être la première fois que des personnes venant d’autres départements occupent des postes de responsabilité à Santa Cruz (dans les chambres consulaires, et les instances de gouvernement local), mais il est indéniable que cette dernière élection illustre la diversité locale de manière plus spectaculaire. Le cas le plus emblématique est sans doute celui de Johnny Fernández, élu maire de Santa Cruz en 1996, puis en 2000. Il est le fils de Max Fernández, un self made man de très humble origine, s’exprimant en quechua, venant de la vallée de Cochabamba, devenu président de la plus grande brasserie bolivienne, et ayant lancé le parti politique Unión Cívica solidaridad en 1989. Max Fernández est mort accidentellement en 1995. Il avait été candidat à la présidence de la République en 1993.

Topo da página

Para citar este artigo

Referência eletrónica

Jean-Pierre Lavaud, « Xénophobie et  intolérance en Bolivie : Orient versus Occident », Nuevo Mundo Mundos Nuevos [Online], Questões do tempo presente, posto online no dia 12 Março 2010, consultado o 23 Novembro 2017. URL : http://nuevomundo.revues.org/59104 ; DOI : 10.4000/nuevomundo.59104

Topo da página

Direitos de autor

Licence Creative Commons
Nuevo mundo mundos nuevos est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Topo da página