Navigation – Plan du site
Carmen Bernand

Bon anniversaire : l’expérience de Nuevo Mundo

[15/04/2010]

Résumés

Le texte retrace brièvement l'histoire de la revue Nuevo Mundo, Mundos Nuevos ainsi que ses enjeux intellectuels. Il insiste sur les conditions difficiles de fabrication d'un objet unique et souligne les acquis: l'histoire du très contemporain, l'importance accordée aux histoires connectées, la tendance à passer outre les frontières nationales et la place accordée à l'anthropologie. En somme, un bilan globalement positif.

Haut de page

Texte intégral

1Dix ans se sont écoulés depuis la conception et la mise en ligne de Nuevo Mundo/ Mundos Nuevos. Un temps suffisamment long pour nous autoriser à dresser le bilan de ses acquis et de ses lacunes car, comme toute entreprise, celle-ci a été dès le départ ambitieuse, sans toutefois avoir eu tous les moyens de ses ambitions. Elle a certes  bénéficié de crédits CNRS, insuffisants toutefois à compenser les efforts individuels ou les obstacles (chroniques) du manque de locaux. Fort heureusement, elle a compté sur l’aide technique dispensée par revues.org, sans laquelle elle aurait difficilement survécu. Mais il faut bien le rappeler, le quotidien – lecture des textes, corrections, lodélisation, relance des auteurs, confection de guides et de bibliographies, traductions et j’en passe, a été le fait de dizaines de personnes volontaires et enthousiastes, qui ont sacrifié beaucoup de leur temps à la bonne marche de cette revue. De même que les robes de haute couture nécessitent une conception artistique et l’exécution des « petites mains » - sans lesquelles le label Chanel ou Saint-Laurent n’existerait pas – de même les grandes idées ont eu besoin d' « ouvriers intellectuels » pour être connues (et dans bien des cas ce sont les mêmes qui diversifient leurs tâches et qui ne rechignent pas à effectuer des mises en ligne souvent fastidieuses, à cause de la désinvolture de certains auteurs, qui boudent les normes et compliquent le travail final). Qu’un hommage chaleureux soit rendu ici à ces jeunes venus d’ailleurs ou vivant à Paris lesquels, à une époque où tout se monnaie, ont accepté de travailler uniquement pour l’amour de la culture et des sciences sociales.

2L’idée de faire une revue électronique est née au sein du Cerma en l’an 2000. Serge Gruzinski, le directeur du Centre à l'époque, encouragea l'entreprise. De nous tous, Frédérique Langue, par sa connaissance de l’informatique, était la mieux apte à concevoir techniquement cet « objet », qui était à l’époque – en tout cas pour moi, née dans la première moitié du XXe siècle – une sorte d’ovni difficile à maîtriser. D'autant plus que le milieu académique ne se sentait pas concerné par ce qui lui paraissait trop éloigné des normes universitaires et difficile à en évaluer la portée. Serge Gruzinski ainsi que Juan Carlos Garavaglia, donnèrent des idées directrices, concernant la rigueur scientifique indispensable que devaient avoir les textes à mettre en ligne ainsi que la nécessité d’en faire une tribune internationale, rédigée en plusieurs langues. Dans ces débuts il nous avait semblé utile d’utiliser le français – la revue émanait de chercheurs français ou formés en France – le portugais et l’espagnol, langues indispensables pour toute étude sur l’Amérique latine, l’anglais et l’italien, parce que nous voulions élargir les débats au monde Méditerranéen et sans doute aussi par les liens que nous avions avec des collègues et des étudiants de ce pays.

3Le point de départ furent les thématiques abordées par les chercheurs de ce Laboratoire – et quand on dit chercheurs on doit ajouter les doctorants, les collègues étrangers invités ou rencontrés au cours d’un voyage. Dans un esprit ouvert, nous avions choisi comme axes les métissages et les histoires connectées, l’histoire politique et l’Etat, l’émergence de la modernité au XVIe siècle dans les Amériques, la circulation des connaissances (livres, traités scientifiques, cartes, objets) et l’anthropologie dans son double versant historique et contemporain. Nous voulions échapper aux frontières nationales et développer les comparaisons entre l’Europe et les Amériques, mais aussi au sein même des Amériques, dont les régions et les ensembles nationaux restaient encore trop cloisonnées, pour des raisons politiques mais aussi propres à l'histoire de nos disciplines. Cette tâche n'était pas aisée, notamment pour les chercheurs du CNRS, tributaires du découpage disciplinaire qui leur était imposé. Personnellement, comme j'était déjà, institutionnellement et intellectuellement, dans le pluridisciplinaire, je fus séduite par le projet de Nuevo Mundo, porté par une génération plus jeune, enthousiaste et compétente, qui était dans son élément dans les nouvelles technologies. A vrai dire, ce sont les jeunes qui ont donné son rythme à la revue. Les comptes rendus, au lieu d’attendre comme il est d’usage en France, une année au moins avant d’être rédigés, sortaient et sortent dans le web à des cadences d’enfer. L’avantage d’une revue électronique est de pouvoir adhérer au temps présent, ce qui est impossible dans des revues classiques qui ont des délais d’impression très longs. A l’époque de la création de Nuevo Mundo, je dirigeais une revue universitaire qui existe toujours, « Etudes Rurales », et je me lamentais de ne pas pouvoir suivre « en direct » les événements qui touchaient de façon inédite les campagnes françaises (le débat sur les OGM, la lutte de José Bové, les boycotts, les quota européens, les friches….). En revanche, dans Nuevo Mundo la rubrique  « Cuestiones del Tiempo presente » réagit en temps réel aux campagnes électorales et aux déclarations politiques des chefs d’état ou des leaders, offrant ainsi à côté de l’information ponctuelle, qui rapproche sur beaucoup de points les événements des différents pays de l’Amérique latine, des matériaux de réflexion et de recherche sur le XXIe siècle. Le temps présent a aussi ses contraintes, puisqu'en créant l'événement il oblige la revue à en tenir compte. Il est difficile également d'échapper aux commémorations qui scandent la vie des pays de l'Amérique latine. Ainsi la célébration des indépendances nous oblige en quelque sorte à réagir, car nos lecteurs comprendraient difficilement que nous fassions l'impasse sur la question.

4Cependant, même si le contemporain prend une place importante, que favorise la diffusion par Internet, la revue a une palette plus large, en fonction des problématiques définies au départ. Elle accorde une place non négligeable aux sociétés coloniales, dont la connaissance est indispensable pour la compréhension de beaucoup de faits culturels et sociaux issus de ce passé. D'ailleurs un des premiers débats publiés par la revue tourna autour de la question coloniale, opposant deux courants représentés dans le Centre, l'un qui voyait dans ces ensembles américains intégrés dans l'empire espagnol ou portugais, des sociétés d’Ancien Régime à la manière des "royaumes" ibériques, l'autre qui préférait , pour des raisons économiques et politiques, le qualificatif de "colonial" dès le XVIe siècle, même si ce terme n'était pas  employé à cette époque. Ce débat montre bien l'ouverture de la revue à exposer des interprétations opposées, dans un souci de ne pas imposer une pensée unique.  Dans la mesure où ce monde colonial est celui régi par les empires espagnol et portugais, et que l’un des traits marquants de la "modernité" des Amériques est l’utilisation à une large échelle de main-d’œuvre servile, il n’est pas étonnant de trouver des « connexions » avec l’Afrique, mais aussi avec l’Inde (Goa) et autres parties de l’Asie. Enfin la revue accueille également des textes sur les mondes indigènes du Nord et du Sud des Amériques, régis par d’autres temporalités.  

5Les articles de fond et les débats forment le cœur de Nuevo Mundo, auquel s’ajoutent un certain nombre de rubriques qui donnent son originalité à la revue : recensions de films, de CD et de livres, expositions virtuelles, informations utiles (guides d’archives, sites concernant l’Amérique latine), matériaux de séminaires, extraits de thèses. On y trouve également un équilibre entre les « varia » et les dossiers autour d’une problématique ou d’un pays. Il faudrait, comme on nous l’a fait remarquer, une meilleure visibilité entre les textes scientifiques – qui sont évalués par deux ou trois personnes, extérieures ou non au Comité – et les débats à proprement parler. Les textes arrivent à la revue individuellement mais ils peuvent également répondre à des appels d’offres ou à la volonté de présenter un dossier particulier. Nuevo Mundo s'efforce de limiter le formatage stylistique et formel qui s'étend (hélas) à tous les produits des sciences humaines et sociales. Chaque auteur a sa façon d’entrer en matière et nous respectons les différentes façons de présenter les arguments, à condition de les formuler clairement; le comité de rédaction ne corrige que les erreurs grammaticales et les coquilles. Cet aspect n’est pas secondaire : aujourd’hui le « formatage » qui gagne les publications de sciences sociales a pour conséquence une uniformisation des textes qui rend (à mon avis) la lecture ennuyeuse. Le fait d’être une revue internationale, à laquelle collaborent des gens de tous les pays latino-américains, restreint la diffusion de « clichés » et de références convenues; le langage est varié et il y a une diversification des concepts, de la bibliographie et des perspectives. Cela nous semble nécessaire pour faire vivre la recherche dans ses multiples facettes. Nous savons pertinemment qu'un texte écrit par un anglo-saxon ne se déroulera pas de la même façon que celui dont l'auteur est Italien, Chilien ou Brésilien.

6Je laisse à d’autres personnes plus compétentes que moi le soin d’évoquer les problèmes techniques et les améliorations éventuelles à apporter à la présentation d’une revue dont on peut cependant louer la clarté d’exposition et la facilité de maniement. Pour ma part je ferai le bilan rapide des acquis, ainsi que des lacunes de cette publication. Les promesses du départ ont-elles été tenues ?  

7En premier lieu, la vocation internationale de la revue, qui était une des conditions de sa création, ne peut plus être remise en question. Les exemples de collaboration de collègues issus de tous les pays de l’Amérique latine mais aussi d’Europe, voire d’Amérique du Nord, sont présents dans tous les numéros. Certes il serait profitable de développer davantage les liens avec les Etats-Unis et de surmonter des difficultés que nous rencontrons, soit en France, où les études nord-américanistes, en dehors de quelques centres, dont le CENA intégré depuis quelques années dans le MASCIPO,  compte encore avec peu de chercheurs, soit aux Etats-Unis, qui a sa propre politique de publications et qui tient peu compte de la production rédigée en une autre langue que l'anglais. L’ouverture avec le Canada est plus aisée, mais là encore des efforts sont à faire. En tout cas, l’accueil fait à Nuevo Mundo / Mundos Nuevos dans tous les pays de l’Amérique latine et en Europe – notamment en Espagne –, comme on peut le constater aisément -  est révélateur de la réception exceptionnelle de cette revue.   

8Un des desiderata des fondateurs de Nuevo Mundo était de désenclaver les régions et les nations, rompant ainsi avec les histoires officielles et les pesanteurs académiques. La revue a réussi à rapprocher, dans des problématiques comparatives, le Brésil, le Monde hispanique et la Caraïbe. D’autre part, l’abondance de textes concernant l’esclavage, facilite une approche comparée du fonctionnement de ce système, essentiel dans la construction de la modernité. Mais aussi, en raison de la circulation transnationale des esclaves, les matériaux réunis favorisent l’étude des histoires connectées en partant du « bas », c’est-à-dire, des gens de condition servile.

9 Enfin l’histoire et l’anthropologie restent liées de plusieurs façons. Les revendications ethniques contemporaines et leurs racines coloniales font l’objet de plusieurs textes importants. N’oublions pas que le premier numéro de Nuevo Mundo s’ouvre par un long article de Guillaume Boccara, « Mundos nuevos en la frontera del Nuevo Mundo », suivi d’un débat animé par plusieurs chercheurs français et latino-américains. Sans compter que beaucoup de textes sur l’époque coloniale, notamment ceux qui sont liés aux sensibilités, au genre et à la perception des corps, se trouvent au croisement de ces deux disciplines. « Last but not least », la revue apporte une contribution de valeur, celle d’Emmanuel Desvaux, à l’œuvre de Claude Lévi-Strauss.

10Je terminerai ce rapide bilan par une petite « touche » qui serait un peu chauvine si elle n’émanait pas d’une métisse franco-hispano-argentine. La France, qui a joué un rôle important dans les disciplines historiques et anthropologiques américanistes, et qui est de plus en plus marginalisée par les chercheurs étrangers, sa langue étant brusquement devenue aussi indéchiffrable que des caractères chinois, peut se vanter d’avoir pu diffuser, grâce justement à son mode international de fonctionnement, ses problématiques, contribuant ainsi à la diversification des points de vue. On sait gré à Nuevo Mundo d'avoir donné une grande visibilité au pays le moins étudié de l’Amérique latine, le Paraguay. En raison de l'activité d'un groupe de chercheurs basé à l'Université de Rennes, le Paraguay devient  « bon à penser » la guerre et les conflits ethniques. Au-delà des faits de stratégie militaire qui expliquent le déroulement des guerres de la Triple Alliance et du Chaco, ces chercheurs analysent la recomposition des sociétés qui ont subi cette violence, en l’occurrence les indiens du Chaco, considérés par la problématique eyhnologique comme "primitifs" et "intemporels". L’importance accordée aux sensibilités et le nombre de publications et de débats que ce courant suscite, est encore une marque originale de Nuevo Mundo. L'histoire des sensibilités qui se centre sur la part non conceptualisée de l’histoire des hommes et des sociétés, jette un pont entre l'histoire culturelle et l'anthropologie, où l'appréhension du sensible occupe une place importante dans les Mythologiques de Claude Lévi-Strauss.   

11En somme je suis tentée de dire que le bilan de Nuevo Mundo, Mundos Nuevos est "globalement positif". Véritable revue électronique, avec son économie propre, elle est, comme tous les produits, perfectible. Mais toute amélioration devra tenir compte de ses fonctions polyvalentes de réflexion, de discussion scientifique, d'information et d'une certaine marge de souplesse pour accueillir des idées et des travaux "in progress", facilitant ainsi l'ouverture et la participation des chercheurs, et fonctionnant non pas comme une revue traditionnelle mais comme un laboratoire international.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Carmen Bernand, « Bon anniversaire : l’expérience de Nuevo Mundo », Nuevo Mundo Mundos Nuevos [En ligne], Nuevo Mundo Anniversaire 2010 - Une décennie américaniste en ligne, mis en ligne le 15 avril 2010, consulté le 25 juillet 2017. URL : http://nuevomundo.revues.org/59536 ; DOI : 10.4000/nuevomundo.59536

Haut de page

Auteur

Carmen Bernand

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Nuevo mundo mundos nuevos est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page