Navigation – Plan du site
Alain Musset

Les sciences sociales, Internet et les revues en ligne

Le cas de Nuevo Mundo Mundos Nuevos
[19/05/2010]

Texte intégral

1En me permettant d’intervenir dans le cadre d’une réflexion générale sur les revues en ligne et sur les usages et les pratiques des publications scientifiques (sur papier ou par le biais d’internet), l’équipe de Nuevo Mundo-Mundos Nuevos m’a conduit à revenir sur un problème central pour tous les chercheurs en sciences sociales — problème résumé par le fameux aphorisme anglais : publish or perish. En effet, plongés dans une fièvre évaluative qui les oblige produire le plus possible pour faire semblant d’exister dans un monde académique transformé en foire à bestiaux (« tâtez ses pis, elle fait du 40 litres par jour »), les chercheurs sont contraints de multiplier les expédients afin de mériter une prime d’excellence scientifique qui ressemble de plus en plus au ruban bleu accordé à chaque salon de l’agriculture à la vache la plus rentable. Il est donc devenu essentiel de développer les meilleurs outils pour garantir à la fois la régulation d’un système qui semble devenu fou et la diffusion de travaux de grande qualité, dans un cadre ouvert au plus grand nombre: c’est à mon avis le rôle que doit jouer une revue électronique comme Nuevo Mundo-Mundos Nuevos pour la communauté transnationale et plurilingue des Américanistes.

Internet et l’inflation scientifique

  • 1  Quand la bulle scientifique éclatera, Ouest France, jeudi 12 février 2009, disponible sur : http:/ (...)

2Il y a quelque temps, j’avais publié dans le journal Ouest France1une petite tribune qui essayait d’expliquer pourquoi la France était systématiquement mal classée dans les systèmes d’évaluation internationaux portant sur la performance des institutions d’enseignement et de recherche. Si on écarte l’hypothèse d’une grande paresse intellectuelle des enseignants chercheurs, hostiles à l’idée d’être assimilés à une sorte de Prim'Holstein universitaire, une raison structurelle pourrait être d’ordre linguistique. En effet, nous avons le tort de ne pas (ou peu) publier en anglais, la langue actuelle de communication internationale. Pour pallier cette difficulté, deux solutions sont possibles : favoriser les traductions en anglais de textes parus en français et améliorer les systèmes d’évaluation en prenant mieux en compte d’autres langues de travail comme l’espagnol et le portugais (ce que n’hésite pas à faire, heureusement pour nous, une revue comme Nuevo Mundo-Mundos Nuevos).

3La troisième raison est plus ennuyeuse pour tout le monde. En France, et plus particulièrement dans les sciences humaines et sociales (les sciences dites « dures » fonctionnent semble-t-il selon d’autres principes), nous n’avons pas encore appliqué les méthodes mises en place par nos collègues anglo-saxons pour donner plus de visibilité à leurs travaux et pour multiplier les citations et les références dans les moteurs de recherche sur internet. Comme je le disais dans cet article, les recettes sont pourtant simples :

41. Tout étudiant en thèse doit impérativement associer le nom de son directeur aux textes qu’il publie ou aux communications qu’il présente dans des colloques internationaux. Cette nouvelle coutume permet de récompenser le professeur qui a passé du temps à donner des conseils et à orienter la recherche de ses disciples, même s’il n’a pas écrit une ligne de l’article publié.

52. Puisque le chercheur appartient à un laboratoire dont il partage les crédits et les préoccupations intellectuelles, il doit co-signer ses travaux avec les membres de son équipe. C’est la preuve que le groupe fonctionne de manière collective, même si la pratique réelle du terrain est  individuelle. Comme le système est basé sur la réciprocité, le même chercheur peut voir son nom apparaître sur des textes dont il a parfois à peine discuté avec ses collègues.

63. Quand le chercheur appartient à un programme de recherche international qui dépasse le cadre de son institution d’origine (projets financés par l’État ou par l’Union européenne, par exemple), il associe le nom des autres membres du groupe aux textes qu’il va  publier dans le cadre de ce programme. Peu importe si ceux-ci ne connaissent pas vraiment son terrain d’étude : l’essentiel est de partager les mêmes objectifs scientifiques et de travailler sur le  même sujet ou sur la même problématique. Ce mécanisme permet non seulement de mettre en évidence l’insertion du chercheur dans des réseaux internationaux mais aussi, et surtout, de faire apparaître son nom dans des bases de données thématiques, disciplinaires ou géographiques qu’il n’a pas l’habitude de fréquenter.

7Avec un tel système, chacun peut multiplier au moins par trois ou quatre le nombre de ses publications annuelles. Comme le jeu des citations sur internet fait nécessairement boule de neige, son nom est de plus en plus évoqué dans les tables devenues sacrées de Google Scholar et cette reconnaissance internationale rejaillit directement sur mon institution, lui faisant grignoter des places dans le classement de Shanghaï.

8Le seul problème est que derrière les textes, il y a des auteurs, et derrière les auteurs il y a des êtres humains (et non des ruminants gavés d’hormones et génétiquement modifiés). Qui peut raisonnablement croire qu’un seul cerveau peut produire 20 ou 30 articles originaux par an ? Personne, et ce n’est d’ailleurs pas le sujet puisqu’on sait que c’est impossible : l’essentiel est de « paraître », dans tous les sens du terme, puisqu’on veut nous évaluer de manière essentiellement quantitative. On voit toutes les limites d’un mécanisme spéculatif qui pousse le chercheur à se multiplier de manière artificielle pwour imposer sa figure dans un monde virtuel de plus en plus déconnecté des réalités de la recherche et de la vraie production scientifique. On se croirait dans l’officine d’un trader de haut vol qui alimente par ses manipulations frauduleuses une bulle financière destinée un jour ou l’autre à exploser. Or, comme je le soulignais dans Ouest France, quelque mois seulement après l’effondrement des bourses mondiales, la course à l’échalote des universitaires ne fait que commencer : il va leur falloir trouver sans cesse de nouveaux moyens, de nouvelles ruses, pour que leur nom se répète à l’infini dans les couloirs d’un cyberespace transformé en chambre d’écho.

Mundo Nuevo-Nuevos Mundos : un changement de paradigme éditorial ?

9C’est pour cette raison qu’une revue comme Mundo Nuevo-Nuevos Mundos est à mes yeux indispensable, puisqu’elle joue un rôle à la fois régulateur et amplificateur des recherches réalisées sur les mondes américains. Un rôle régulateur tout d’abord, car elle ne met en ligne que des travaux qui ont été évalués de manière objective et qui acquièrent automatiquement une légitimité qui fait parfois défaut à d’autres publications (papier ou électronique). Puisqu’on impose une grille de lecture de la production scientifique fondée sur un classement hiérarchique des supports éditoriaux (classement largement sujet à caution), il est nécessaire de rappeler que ce sont aussi les lecteurs qui font la revue — et les lecteurs (à la fois exigeants et spécialisés) et ne manquent pas pour Mundo Nuevo-Nuevos Mundos ! Ce travail de régulation se fait aussi par le biais des choix thématiques et méthodologiques opérés par l’équipe éditoriale, en privilégiant les champs de l’histoire et de l’anthropologie pour éviter la dispersion des centres d’intérêt. Mais c’est peut-être le rôle amplificateur de la revue qui intéresse le plus les auteurs dont les travaux sont publiés sur le site. Comme les éditeurs en parleraient sans doute mieux que moi, c’est en simple « usager » du net que je tiens à m’exprimer dans ce débat ouvert sur le rôle et l’avenir des revues électroniques.

10C’est en particulier le cas du positionnement des chercheurs face à l’hégémonie de l’anglais. Il me paraît en effet indispensable d’ouvrir les revues identifiées « aires culturelles » à toutes les langues de cette aire, sans en privilégier une plus qu’une autre. C’est ce que j’avais fait pour les Cahiers des Amériques latines quand j’en étais le rédacteur en chef. C’est ce que fait aujourd’hui Mundo Nuevo, ce qui lui permet d’élargir son lectorat à l’ensemble de l’hémisphère occidental, ou presque. Cette politique a cependant son revers : elle risque de fragmenter la recherche française en différents segments limités aux langues étrangères maîtrisées par les spécialistes d’une région, alors que l’usage d’une langue commune (le français) permettait les échanges entre tous les chercheurs. J’ai l’habitude de dire à mes étudiants qu’une des lectures qui m’a été les plus profitables quand je faisais ma thèse sur l’eau dans le bassin de Mexico a été La géographie humaine du monde musulman jusqu’au milieu du 11e siècle, d’André Miquel. Si cet ouvrage avait été publié en arabe, il n’aurait jamais pu alimenter ma réflexion. Pour les Cahiers des Amériques latines, on avait pris en compte ce problème en imposant une norme de 50% d’articles publiés en français – mais, dans ce domaine, aucune solution n’est complètement satisfaisante.

11Les adorateurs d’une langue universelle auront alors beau jeu de préconiser l’usage exclusif de l’anglais, comme l’a été le latin en son temps. Cette option qui paraît si facile n’est pourtant qu’un pis aller, pour ne pas dire un choix dangereux. À l’heure où on nous rebat les oreilles avec l’urgence de préserver la biodiversité dans des écosystèmes menacés par la raréfaction des espèces végétales et animales, comment peut-on prétendre que l’usage d’une langue impériale, au détriment des autres, peut assurer la fertilisation des esprits ? N’oublions pas en outre qu’une langue n’est pas seulement le produit d’une idéologie : elle est une idéologie. Prenons un exemple simple. En français, on dira : « Il aime sa mère », ce qui devient en portugais, « ele gosta da sua mãe ». En anglais, le sens des relations à l’autre s’inverse puisque le possessif ne s’accorde pas avec l’objet mais bien avec le sujet : « he likes his mother ». Cette différence entre l’anglais et les langues latines n’est pas neutre, bien entendu, mais je laisse aux psycholinguistes le soin d’en débattre plus largement, peut-être dans ces mêmes colonnes… Conséquence directe de ce grand débat, la politique linguistique d’une revue en ligne est au cœur de nos préoccupations d’auteurs et de lecteurs, et on ne peut que saluer Mundo Nuevo d’avoir fait le choix de la diversité.

12En assurant aux auteurs une présence forte sur la toile, la revue électronique du Mascipo joue pleinement son rôle de diffuseur et d’amplificateur des travaux sélectionnés et publiés. Mais elle ne peut jouer ce rôle que parce qu’elle réussit à attirer de nombreux lecteurs potentiels en proposant un « menu » qu’aucune revue papier ne pourrait offrir. Il me paraît en effet indispensable de concevoir les revues en ligne comme de nouveaux instruments de travail et de réflexion qui n’ont plus grand chose à voir avec les revues traditionnelles. Or, pour accomplir ce changement de paradigme, il ne s’agit pas seulement de profiter des nouvelles technologies pour multiplier les illustrations, les cartes, les photos, les documents sonores ou les vidéos qui sont devenus notre pain quotidien mais qui coûtent trop cher à l’éditeur quand il faut leur donner un support matériel… Et c’est bien la variété et le caractère évolutif de ses rubriques qui fait de Mundo Nuevo-Nuevos Mundos une véritable revue de nouvelle génération.

Haut de page

Notes

1  Quand la bulle scientifique éclatera, Ouest France, jeudi 12 février 2009, disponible sur : http://www.ouest-france.fr/2009/02/12/sarthe/Quand-la-bulle-scientifique-eclatera-par-Alain-MUSSET-*--55439491.html (consultation : 19 mai 2010).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Alain Musset, « Les sciences sociales, Internet et les revues en ligne », Nuevo Mundo Mundos Nuevos [En ligne], Nuevo Mundo Anniversaire 2010 - Une décennie américaniste en ligne, mis en ligne le 19 mai 2010, consulté le 24 mars 2017. URL : http://nuevomundo.revues.org/59702 ; DOI : 10.4000/nuevomundo.59702

Haut de page

Auteur

Alain Musset

EHESS, GGH-Terres

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Nuevo mundo mundos nuevos est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page