Navigation – Plan du site
Frédérique Langue et Christophe Giudicelli

Nuevo Mundo Mundos Nuevos, première revue évolutive américaniste sur le web : la « fin de l’histoire » ou « une nouvelle ère »?

[31/05/2010]

Résumés

Cette présentation fait le point sur l’itinéraire atypique de l’une des premières revues en ligne dans le domaine de l’histoire de l’Amérique latine, sur des choix précurseurs (caractère évolutif annuel, interactivité, contenus multimedia etc.) et un fonctionnement interne voire générationnel qui ont été à l’origine de son succès. Elle revient par ailleurs sur les défis qui attendent les revues en ligne, défis qui sont, de toute évidence, davantage d’ordre institutionnel que liés à des nouvelles technologies intégrées par définition à l’évolution de ce type de publication et par là-même, parfois incomprises de chercheurs-décideurs encore inspirés par le modèle papier.

Haut de page

Texte intégral

« Nuevo Mundo, première revue évolutive américaniste sur le web ». Tel est l’intitulé que nous avions initialement choisi afin d’initier le bilan d’un parcours scientifique et éditorial certes non isolé sur le web — votre présence à tous en témoigne —  mais qui reste néanmoins exceptionnel compte tenu des investissements à la fois constants, impressionnants, et bénévoles, des compétences parfois extrêmement pointues qui ont été mises en œuvres, et des passions également que ce parcours a suscité et continue de susciter dans un sens comme dans l’autre. Voire de la concupiscence qu’il éveille au-delà du réseau scientifique qui l’a vu naître. Pour notre part, nous serions tentés aujourd’hui même de proposer un autre intitulé : « Nuevo Mundo, la fin de l’histoire ou le début d’une « nouvelle ère »? La paraphrase est explicite, et a le mérite de poser l’éternelle question des avancées scientifiques et intellectuelles, et de l’incompréhension (le terme est faible) qui, sauf exceptions notables, les accompagnent. La diabolisation de nombreux aspects d’Internet, que ce soit dans sa version scientifique (ses origines mêmes, souvent méconnues) ou de communication et partage « tous azimuts », les embûches constantes et répétées font certes partie du jeu. Elles n’ont guère empêché un grand nombre de réalisations de se faire jour dans notre champ disciplinaire et en SHS en général.

Nous souhaiterions donc revenir sur l’itinéraire atypique (de moins en moins heureusement) qui a été le nôtre au cours de ces 10 dernières années, de ses acteurs, en interne, de ses compagnons de route, de ses appuis institutionnels également, qui ont accompagné une reconnaissance scientifique désormais incontestable et la constitution d’un réseau scientifique élargi et non moins incontournable.

1 - L’historique de la revue 

La mise en ligne

Une date : février 2001, celle du lancement de Nuevo Mundo, conçu dans le cadre d’un projet scientifique (le Cerma, composante latino-américaniste de notre laboratoire  actuel, dont le directeur était alors Serge Gruzinski) visant à dépasser les frontières voire les clivages disciplinaires (l’histoire et l’anthropologie, et leur résultante l’histoire culturelle, ont toujours été les deux orientations majeures et conjointes de ce centre) dans une perspective comparée associant Amérique latine et Méditerranée occidentale. Nuevo Mundo s’est voulue d’entrée une réponse à la fois aux difficultés rencontrées dans la diffusion de savoirs scientifiques en SHS et notamment de créer un moyen d’expression imprimée de ses chercheurs, autrement dit une véritable revue scientifique et aux potentialités offertes par un réseau alors balbutiant, du moins en Europe si l’on considère les capacités d’adaptation et d’anticipation dont ont fait preuve les chercheurs latino-américains dans leurs premiers usages du web. L’attribution d’un numéro ISSN par la BNF a reconnu et conforté d’entrée ce statut scientifique… d’exception et une originalité qui reposait — et repose toujours, c’est même la raison de son existence et de son succès — sur les points suivants :

Une revue évolutive annuelle : concept qui permet de retirer tous les avantages d’un media extrêmement adaptable et lui-même en évolution constante. Lancement d’un numéro annuel et actualisation mensuelle, devenue bimestriel en 2009 en raison… du trop grand succès de la revue et de l’avalanche des matériaux reçus. Ce caractère évolutif, facteur d’adaptabilité, apparaît également dans les différentes rubriques, créées progressivement, suivant en cela une demande scientifique (Questions du temps présent, Matériaux de séminaires afin faire connaître des recherches en cours et particulièrement novatrices, Colloques etc.).

« interactive » dans les limites du support et des logiciels du moment (conçue sous Claris Home Page au tout début, puis Dreamweaver (code html puis CSS) et logiciels graphiques : incorporation de commentaires, en d’autres termes d’un débat autour des articles inédits publiés notamment dans la rubrique « Débats », et tout au long de l’année en cours, les autres rubriques (comptes-rendus (critiques), bibliographies, très demandées, adoptant dans un premier temps une forme plus classique).

l’incorporation dès le début d’une dimension multimedia indissociable des nouveaux objets d’études, tels que les sources iconographiques et, plus largement visuelles : tel est le sens des expositions virtuelles, qui ont suivi le modèle, certes différent, de la BNF (depuis celles présentées par Alessandra Russo et Juan Camilo Escobar jusqu’à celle que propose Moira Cristiá dans la présente actualisation, grâce à l’un de nos correspondants argentins, sur des sources visuelles de la fin de l’avant-dernière dictature argentine), ou encore des critiques de sites web et chroniques d’ « images en mouvement », « mémoires de l’américanisme » qui bénéficieront de la collaboration dans les années suivants des Archives audiovisuelles de la recherche, auxquelles nous tenons ici à rendre hommage, ce projet pourtant plébiscité par ses visiteurs (en ligne) n’ayant pas bénéficié des appuis institutionnels et financiers qui lui auraient permis de poursuivre sa production (vidéos scientifiques).

L’aspect plus inattendu de « conservatoire » et de diffusion de textes difficilement accessibles : la BAC, notre Bibliothèque des Auteurs du Centre, de chercheurs reconnus ou en formation, et associés. Cette « bibliothèque » donne d’ailleurs beaucoup plus de visibilité aux articles qu’elle présente, en termes de référencement, que certains sites à caractère institutionnel.

Les acteurs, l’équipe : des chercheurs, dont certains étaient déjà (clé de voûte de la réussite Nuevo Mundo) également versés dans l’informatique et Internet, double compétence indispensable à la réussite d’une revue de ce type. Et des doctorants, génération particulièrement ouverte à ce nouveau media, ayant des compétences à la fois scientifiques et informatiques. Cette double exigence dictée par la nature même de l’édition électronique en période de pénurie a d’ailleurs eu une conséquence heureuse pour le fonctionnement interne de la revue. Cette nouvelle génération de chercheurs qui allie compétences scientifiques et capacité d’adaptation aux nouvelles technologies de l’édition a tout de suite trouvé une place à part entière dans le comité de rédaction de la revue, ce qui tranche avec le fonctionnement de bien des revues, surtout lorsque celles-ci sont ancrées dans un contexte académique. Nous ne pouvons que nous réjouir de ce fonctionnement globalement moins tributaire des relations hiérarchiques propre à notre milieu : l’espace accordé (ou plutôt gagné) par les jeunes chercheurs et les doctorants au sein de l’équipe de Nuevo Mundo est l’une des raisons principales de son dynamisme.Ces doctorants demeurent l’un des piliers de la revue, et sont parfois devenus eux-mêmes chercheurs « en titre » (Capucine Boidin, Bruno Baronnet, Pascale Berloquin-Chassany, Manuel Gárate, Alejandro Gómez, Humberto Cucchetti  etc…). Qu’ils soient en deçà ou au-delà de la thèse, ils enrichissent la revue de leurs propres réseaux. S’agissant d’une revue à vocation internationale, l’apport de ces jeunes chercheurs qui, tous, ont une relation permanente, travaillent ou vivent en Amérique Latine est évidemment essentiel, pour ne pas dire vital. Ajoutons enfin enfin une convivialité réelle et  un souplesse de fonctionnement et une réactivité à l’évolution du web et de nos disciplines, à l’image du web. Telle est l’une des conditions d’existence et de réussite, aujourd’hui encore, de ce type de revue, qui n’a pu, malgré nombre de tentatives et c’est important de le souligner, être copiée ou « répliquée ». En aucun cas il ne s’est agit en effet de mettre en ligne une « simple » réplique d’une revue papier. D’où également les échecs de clonage.

Quant le chemin de Nuevo Mundo a croisé celui de Revues.org

Premiers mois de 2005 : une deuxième date (mars), qui a décidé véritablement de l’avenir de Nuevo Mundo et de son succès. Un nouveau départ rendu possible par la rencontre avec Revues.org et son inspirateur Marin Dacos, Revues.org était alors hébergée à l’EHESS dont il faut dire par ailleurs, qu’elle nous a, d’entrée, fourni hébergement sur son serveur, ordinateurs et programmes, qui venait s’ajouter à la formation multimedia que nous a permise le CNRS. Professionnalisation de la revue, qui met un terme au « bricolage » qui présidait à la création de page web… des débuts (et a grandement soulagé le travail de sa rédactrice en chef et de ses alliés occasionnels, tels Catherine Sautter (EHESS)à qui il faut rendre hommage ici pour le travail réalisé dans le domaine graphique et création de pages web et expos, le dialogue avec les auteurs intellectuels de ces créations n’étant pas toujours évident). Et permet aussi de répartir plus équitablement la charge de travail grâce à l’utilisation du logiciel Lodel, d’édition électronique. A noter à cet égard que Nuevo Mundo n’a jamais fait le choix du pdf, disponible depuis automatiquement sur les dernières maquettes de Lodel, mais le langage html et les css, gages d’accessibilité et par conséquents de visibilité.

L’ouverture thématique et linguistique

2006 : un point est à souligner dans l’itinéraire de Nuevo Mundo, c’est l’appui constant dont elle a bénéficié de la part de la direction du Cerma. L’année 2006 marque en ce sens une autre étape, celui d’un changement de direction (Juan Carlos Garavaglia en devient le directeur, disposition adoptée à l’unanimité du comité de rédaction, structure souple et conviviale il faut le souligner). La direction de Nuevo Mundo n’est en effet pas figée dans des statuts rigides par essence, survivances d’un modèle tombé en désuétude (revues strictement « papier »)  et foncièrement inadapté au travail en ligne.

L’année 2006 est marquée par une nouvelle ouverture, en termes de rubriques, de champs thématiques toujours en SHS, d’auteurs, de diversification linguistique (l’anglais a désormais droit de cité, conformément aux vœux du comité de rédaction, aux côtés de l’espagnol, du français, du portugais et de l’italien). Nous renvoyons ici à la « carte » du site (mapa del sitio) telle qu’elle apparaît en bas de la page d’accueil de la revue. Elle permet en effet de mieux visualiser cette évolution. La multiplication des dossiers, sur des thèmes bien précis, montre ici à la fois l’approfondissement des choix faits depuis le Cerma (nous sommes désormais dans le contexte d’une UMR, le Mascipo, dont Nuevo Mundo est devenue officiellement la revue cette année) mais également ouverture à de très nombreux auteurs extérieurs au centre — ils sont d’ailleurs majoritaires —  confortant ainsi les nouveaux usages qui sont ceux de la recherche en ligne (recherche de contenus et échanges sous forme de débats). Usages qui montrent, si besoin était, que les formes nouvelles de diffusion des savoirs scientifiques sont fort distincts de modèles papiers et qu’une revue en ligne n’est désormais plus seulement concevable ni imaginable comme une « revue » au sens passéiste du terme mais bel et bien comme un ensemble extrêmement riche et multiple de contenus scientifiques, et de (res)sources visuelles. C’est précisément pour cette raison que les choix scientifiques de notre laboratoire y trouvent un terrain d’accueil particulièrement propice (les Amériques dans leur ensemble et leurs problématiques conjointes, « histoires croisées/connectées » et histoire atlantique etc.). L’ouverture de Nuevo Mundo aux collaborations extérieures lui a par ailleurs permis d’élargir sa surface, en étoffant sensiblement son réseau international. La conséquence la plus nette de cette internationalisation est sans aucun doute la croissance du nombre de propositions de dossiers de qualité qui nous parviennent spontanément des pays où Nuevo Mundo a su essaimer…

mars-avril 2008 :c’est la modernisation de la maquette en termes de contenus et non plus de périodicité (à la différence des revues classiques sous forme papier). De graphisme également, avec l’adoption d’une véritable charte graphique, grâce aux professionnels de Revues.org. Une réussite saluée d’entrée par ses lecteurs.

À mentionner également notre collaboration avec les Archives Audiovisuelles de la Recherche et sa responsale Elisabeth de Pablo, avec l’AFPA, centre de création multimédia et de sa directrice Véronique Salinero, partenariat-formation de graphistes et webmasters, qui a permis de pallier certaines difficultés techniques en interne (quant à la réalisation de travaux désormais très professionnalisés, qui ne peuvent en effet relever exclusivement de chercheurs).

Toujours dans ce cadre, nos éditeurs, en particulier Inés Secondat de Montesquieu ont joué un rôle d’accompagnement essentiel qui montre bien qu’une revue en ligne ne se fonde pas sur des schémas pré-déterminés et figés pour l’éternité… du papier, mais doit constamment être remise en question et adaptée à évolution de son support et de ses utilisateurs.

2 – Bilans et paradoxes : « nouvelle ère ou crépuscule d’un modèle ? »

Arrivée à ce stade de son évolution, dix ans après ses premiers balbutiements, Nuevo Mundo est engagée dans le sens d’une exploitation maximale des possibilités offertes par son format « dématérialisé », sans que jamais ne soit oublié l’impératif premier qui a toujours été, est et restera celui de n’importe quelle publication scientifique digne de ce nom, quel qu’en soit le support à savoir la sélection rigoureuse des contenus qu’elle met en ligne dans ses différentes sections, y compris celles qui la différencient le plus radicalement d’une revue classique. De ce point de vue-là, il nous semble que le pari est en partie gagné. Nous aurions certainement pu faire mieux sur tel ou tel point, certains aspects de la revue sont indéniablement à améliorer voire à actualiser, ce qui est logique dans la mesure où il s’agit d’une revue « évolutive » : sa nature même suppose une mue périodique, bien plus régulière que dans le cas d’une revue « papier », forcément plus statique dans son format, sa maquette, son nombre de pages, ses sections… Mais le résultat est là : nous sommes passés d’un stade expérimental à un fonctionnement beaucoup plus fluide, sans jamais perdre de vue la rigueur froide qui, répétons-le, doit présider à la sélection des matériaux destinés à la publication. La reconnaissance scientifique internationale dont jouit Nuevo Mundo vient d’ailleurs confirmer la validité de notre proposition de modèle éditorial. Nuevo Mundo est désormais une revue qui compte dans le panorama général des études américanistes en sciences humaines, est extrêmement citée et attire de plus en plus de contributions de grande qualité.

Nous aurions cependant tort de nous en tenir à cette gratifiante séance d’auto-glorification et nous reposer sur des lauriers bien virtuels eux aussi, et susceptibles d’être emportés à tout moment par le vent. Si nous sommes convaincus au sein de l’équipe de la revue qu’aussi bien le fonctionnement interne que la forme éditoriale de Nuevo Mundo lui ont permis de jouir d’une réputation honorable, tout le monde ne partage pas notre opinion, et rien ne permet d’affirmer qu’elle pourra continuer d’exister sous cette forme.

Le fait même que Nuevo Mundo se soit éloignée du format classique d’une revue « papier » constitue toujours un sérieux point d’achoppement –peut-être même davantage maintenant que sa visibilité est plus grande. Cet éloignement ne va pas sans susciter l’incompréhension voire une franche hostilité ici ou là, pour plusieurs raisons. La capacité d'innovation et surtout, d'anticipation, dont font preuve les acteurs du web suscite encore et toujours la méfiance chez nombre de nos collègues et, surtout, la réticence vis-à-vis de ce qui apparaît comme une soumission des contenus scientifiques à un monstre technologique reste extrêmement forte. Et comme « nul n’est prophète en son pays », c’est dans l’entourage direct de la revue que se manifestent les doutes les plus vifs et que l’on souhaiterait un recentrage vers une forme plus canonique et fidèle à l’ordonnancement dicté par la géniale invention de Gutenberg, même sous une forme électronique.

On remarquera d’ailleurs sans trop savoir s’il faut s’en étonner que la reconnaissance de notre travail a toujours été plus rapide à l’étranger et dans les réseaux internationaux de publications en ligne. En France, à l’exception notable de l’INIST et de l’EHESS, qui nous soutenus dès le début de cette aventure scientifique et éditoriale, ainsi d’ailleurs que la BNF qui, elle aussi, a su percevoir l'intérêt et l'avenir d'une revue intégralement électronique en lui accordant, dès sa première année d'existence, un numéro ISSN, l’expérience de Nuevo Mundo a d’abord été accueillie avec circonspection.

Les réseaux internationaux d’indexation de publications scientifiques ouvertes en ligne ont en revanche acueilli Nuevo Mundo assez rapidement. Elle y a été intégrée dès les premières années, (2002-2003), et le passage sur la plate-forme Revues.org lui a permis d’accéder à une visibilité bien supérieure encore. Elle figure désormais dans bon nombre de ces réseaux : le prestigieux Directory of Open Access Journals (DOAJ), basé en Suède, Latindex au Mexique, Dialnet, CSIC e-revista et la Biblioteca Virtual Miguel de Cervantes en Espagne, D’Historia.El fil d'Ariadna à Valence, REDIAL et le SUDOC en France, BASE, Cibera et EZB en Allemagne, INTUTE au Royaume Uni, Livre en Belgique, Scientific Commons, OAIster, Journalseek et Hapi-on-Line (The Hispanic American Periodicals) aux Etats-Unis, pour ne citer que les principaux.

En 2009, le CNRS a finalement labellisé Nuevo Mundo comme l’une de ses revues, et lui apporte désormais un certain soutien, comme le prouve son appui financier annuel, malheureusement insuffisant. Tous ces éléments tendraient à démontrer que le modèle proposé par Nuevo Mundo est en train d’accéder à une forme d’assise institutionnelle qui viendrait sanctionner –au bon sens du terme– sa reconnaissance scientifique et asseoir sa légitimité. Dans le champ dans lequel nous évoluons, c’est en général un signe sinon de maturité au moins que les choses vont bien.

Et pourtant, la revue Nuevo Mundo, revue CNRS, dont l’ancrage dans le paysage des revues en ligne de sciences humaines est plus qu’avéré est toujours en butte à de suspicieuses interrogations qui devraient nourrir les débats de ces deux journées : ne serait-elle pas plutôt un « site internet » qu’une vraie revue ? Ne faudrait-il pas distinguer entre le cœur de ce que « doit » être une revue –articles, compte-rendus, ours–  des matériaux trop marqués par un mode de communication et de lecture qui restent apparemment hérétiques (tout le reste : contenus multimédias, matériaux de séminaires, extraits de thèse, expositions, BAC, guides du chercheur, actes de colloque) ? Ne serait-il pas salutaire de faire migrer tous ces contenus atypiques vers un espace bien distinct de la revue, voire hébergé sur une autre plate-forme de mise en ligne, pour éviter toute contagion et ne pas gêner le feuilletage des articles ?

De même, le fonctionnement interne de la revue, dont on a vu qu’il reposait sur des relations plus horizontales et moins figées que dans bien d’autres publications semble également remis en question. La participation de jeunes chercheurs et de doctorants au travail éditorial proprement dit frapperait en effet Nuevo Mundo d’un déficit de légitimité scientifique qu’il conviendrait de corriger.

Comme on peut le constater, la discussion très animée qui continue d’être menée autour de l’existence de Nuevo Mundo telle qu’elle se présente ne permet pas de dire si sa trajectoire évolutive et volontiers exploratoire pourra être poursuivie très longtemps.

Et pourtant … elle tourne, serions-nous tentés de conclure sans aucune fausse modestie : c’est même très précisément la raison pour laquelle nous avons pris l’initiative d’organiser ces journées d’études, pour confronter nos expériences respectives, examiner les réticences auxquelles nous avons eu et nous aurons tous à faire face dans nos milieux scientifiques respectifs, et tenter de mener une réflexion commune autour de ce mode de publication pas si nouveau que cela mais qui, visiblement, ne va toujours pas de soi.

L'itinéraire de Nuevo Mundo

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Frédérique Langue et Christophe Giudicelli, « Nuevo Mundo Mundos Nuevos, première revue évolutive américaniste sur le web : la « fin de l’histoire » ou « une nouvelle ère »? », Nuevo Mundo Mundos Nuevos [En ligne], Nuevo Mundo Anniversaire 2010 - Une décennie américaniste en ligne, mis en ligne le 31 mai 2010, consulté le 19 septembre 2017. URL : http://nuevomundo.revues.org/59931 ; DOI : 10.4000/nuevomundo.59931

Haut de page

Auteurs

Frédérique Langue

CNRS/Cerma-Mascipo

Articles du même auteur

Christophe Giudicelli

Univ. Paris III/Cerma-Mascipo

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Nuevo mundo mundos nuevos est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page