Navigation – Plan du site
Armelle Enders

Theodore Roosevelt explorateur

Positivisme et mythe de la frontière dans l'expediçao cientifica Roosevelt-Rondon au Mato Grosso et en Amazonie (1913-1914)
[14/02/2005]

Résumés

De décembre 1913 à la fin d'avril 1914, l'ancien président des Etats-Unis Theodore Roosevelt dirige une expédition scientifique à l'intérieur des Etats brésiliens du Mato Grosso et d'Amazonie. Le but principal de celle-ci consiste à reconnaître environ 700 km du cours d'un fleuve considéré comme "inconnu", lequel reçoit le nom de "Roosevelt" au terme d'un voyage périlleux. La logistique de l'expédition est assurée par le gouvernement brésilien, représenté par le colonel Cândido Mariano Rondon, célèbre par ses explorations dans l'intérieur du pays et sa politique à l'égard des Amérindiens. A son retour dans l'hémisphère nord, Theodore Roosevelt met sa notoriété au service de sa propre légende, mais aussi de la propagande des missions militaires brésiliennes et des apports de celles-ci à l'extension de la Civilisation à travers la forêt vierge.

Haut de page

Entrées d’index

Mots clés :

Theodore Roosevelt
Haut de page

Notes de la rédaction

Revue d'histoire d'Outremer. Explorations, colonisations, indépendances, Paris, t.85 (1998), n° 318, p.83-104.

Texte intégral

1Dans les années 1910, l'Amérique du Sud en général et le Brésil en particulier sont des destinations qu'empruntent un nombre croissant de personnalités. Ainsi, Anatole France, Clemenceau, Jaurès, s'arrêtent à Rio de Janeiro et São Paulo en 1910 et 1911, et, l'ancien président des Etats-Unis Theodore Roosevelt débarque le 21 octobre 1913 à Rio de Janeiro, où il inaugure une tournée de conférences et de visites qui doivent ensuite le mener à Montevidéo, Buenos Aires, et Santiago du Chili, conformément à un programme bien rôdé par les visiteurs étrangers. L'originalité du passage de Theodore Roosevelt (1858-1919) au Brésil réside dans dans la seconde partie de son voyage, beaucoup moins classique, qui commence le 12 décembre 1913 sur la frontière fluviale qui sépare le Paraguay du Brésil pour s'achever le 30 avril de l'année suivante à Manaus.

2Entre-temps, l'ancien président et son équipe de savants américains ont été confiés aux soins du colonel Cândido Maria da Silva Rondon (1865-1958) et les mondanités ont cédé la place à l'Expédition Scientifique Roosevelt-Rondon, dont l'objectif avoué consistait à parcourir plusieurs milliers de kilomètres dans des conditions périlleuses, collecter des spécimens de la faune locale, et, surtout, reconnaître le cours d'un fleuve oublié des cartographes depuis plusieurs siècles. Ne sachant trop s'il se jetait dans le Guaporé ou s'il s'écoulait en direction du Madeira, Rondon l'avait appelé "fleuve du Doute" (Rio da Dúvida), lors d'une reconnaissance effectuée dans la région en 1909. Sur les instances du gouvernement brésilien, il le rebaptise "Roosevelt" pour conclure glorieusement l'exploration. C'est ce nom, ou parfois celui de "rio Teodoro", que l'on lit toujours sur les cartes du Mato Grosso actuel.

3Le tribut payé pour cet hommage est cependant élevé : tous les membres de l'expédition ont souffert de la faim et des fièvres, trois porteurs ont trouvé la mort, Kermit Roosevelt, le fils du président, a échappé de peu à la noyade, et, c'est un Roosevelt considérablement amaigri, fiévreux et blessé, qui est discrètement débarqué au petit matin à Manaus1. Ces souffrances ne sont même pas récompensées par l'admiration générale. L'exploit du chef des Rough Riders est immédiatement accueilli par un mélange d'éloges qui saluent l'exploit et de persiflages qui ironisent sur la validité de sa "découverte". On peut donc se demander si les dangereuses tribulations de Theodore Roosevelt dans la jungle amazonienne ne répondaient pas à quelque dessein de la diplomatie brésilienne et si elles n'ont pas profité principalement à un groupe de militaires brésiliens, adeptes du positivisme et de la conquête des marches de leur pays et de leurs habitants.

"Que vient faire M. Roosevelt au Brésil ?"2

4La minceur des apports scientifiques de l'Expedição Científica Roosevelt-Rondon  ont fait classer celle-ci au chapitre mineur des activités cynégético-naturalistes de "TR". Pourtant, le titre retenu pour le récit de voyage que l'ancien président publie dès son retour à New York chez Scribner's Sons, Through the Brazilian Wilderness, suggère qu'il souhaite se placer dans le sillage de son compatriote Stanley, auteur d'une exploration remarquée du fleuve Congo à la fin des années 1870, exploration qu'il avait relatée dans un ouvrage intitulé Through the Dark Continent3.

5Lors de l'arrivée à Rio de l'homme d'Etat, le quotidien d'opposition carioca Correio da Manhã retrace brièvement les étapes biographiques de Roosevelt, présenté, à grand renfort de mots anglais, comme un "ancien  cowboy qui a fait la guerre aux Indiens au Far-west", un "homme politique, écrivain, sportsman, soldat, globe-trotter"4.

6Depuis ses débuts en politique, Theodore Roosevelt a en effet alterné et cumulé les rôles. S'il n'a pas "fait la guerre aux Indiens", il s'est pris effectivement pris de passion pour le "far west" quelques années avant la fermeture de la "Frontière". Le mot cowboy est souvent utilisé par les les milieux politiques et intellectuels brésiliens pour désigner le président américain avec une condescendance tout aristocratique, sans savoir que Roosevelt est, précisément, un des inventeurs du cowboy.

7Au début des années 1880, Roosevelt, qui appartient à l'aristocratie new yorkaise  la plus traditionnelle, se singularise en achetant un ranch dans le Dakota où il réside de longs mois5. Cette expérience est déterminante pour l'intellectuel qui découvre dans les grandes plaines ce qu'il perçoit comme l'essence de la nation américaine, la progression héroïque de la civilisation, la naissance d'un peuple dans la lutte contre des conditions hostiles. Il théorise ensuite cette expérience, avant Frederick J. Turner6, en publiant entre 1889 et 1896 une histoire de la conquête de l'Ouest, The winning of the West, qui obtient un gros succès et formule les clichés et les stéréotypes d'une mythologie naissante. Le dandy souffreteux et policé, diplômé de Harvard et de Columbia, rentre à New York transformé en pionnier viril, chantre de l'énergie et des vertus de l'Amérique profonde.

8Depuis son départ de la Maison Blanche, qu'il a occupée de 1901 à 1909, la reconnaissance internationale de Theodore Roosevelt croît de manière inversement proportionnelle à sa fortune politique. En 1912, il n'obtient pas l'investiture républicaine pour l'élection présidentielle, il se présente à la tête d'une dissidence "progressiste", mais est battu par le démocrate Wilson qu'il honnit particulièrement. En revanche, les sociétés savantes et les académies du monde entier invitent volontiers le prix Nobel de la Paix de 1910, l'essayiste dévoreur de livres, l'amateur éclairé des sciences naturelles qu'est Theodore Roosevelt, et lui permettent ainsi de conforter ses revenus7.

9De l'Expédition scientifique Roosevelt-Rondon, "TR" peut escompter un regain d'admiration sur le plan politique intérieur et rappeler à l'opinion américaine qu'à cinquante-cinq ans, le colonel des Rough Riders possède toujours la vigueur du temps où il était le plus jeune président de l'histoire des Etats-Unis.

10Expert dans l'art de manœuvrer la presse8, celui-ci prend soin de se faire surprendre par des journalistes à Rio, le doigt pointé sur les cartes de la Brazilian wilderness , alors qu'il s'entretient avec deux collaborateurs de Rondon9. Le Correio da Manhã rapporte ainsi ses propos : "M. Roosevelt a l'intention d'organiser des collections de plantes et d'animaux des Tropiques, y compris des insectes, et emportera, comme il le pourra, les dépouilles de la bataille qu'il va engager contre...l'inconnu. Il destine une part de ses collections (celle du lion) aux musées nord-américains, et l'autre, au  Museu Nacional et à celui du Pará"10. Il y a sans doute, dans le voyage à travers le Brésil central, la volonté américaine de marquer le continent de son sceau scientifique. Dans le récit qu'il consacre à la tournée sud-américaine de Roosevelt, le père Zahm, familier de l'Amérique andine, se vante d'avoir pressé le président d'ouvrir la piste aux savants américains : "En comparaison avec les merveilleux résultats des explorateurs allemands, nos hommes de science américains n'ont pas accompli grand'chose dans l'intérieur des régions equinoxiales ; et il semble que si M. Roosevelt pouvait être convaincu de pénétrer le territoire peu connu du Mato Grosso et de l'Amazonie, il stimulerait ses compatriotes à consacrer plus de temps qu'auparavant à l'exploration des régions vastes et inconnues drainées par les eaux de l'Amazone et de l'Orénoque"11. Le titre du livre du père Zahm reste d'ailleurs fidèle au  projet qui consistait à mettre sur pied une Roosevelt Scientific Expedition et fait disparaître Rondon du haut de l'affiche.

Sous la protection de Cândido Rondon

11Il y a lieu de croire, d'autre part, que les autorités brésiliennes n'ont pas promené sans dessein l'homme du Big stick, l'auteur du corollaire à la Doctrine Monroe, dans des régions que leurs diplomates et leurs militaires considèrent comme extrêmement sensibles et à propos desquelles ces derniers se sont toujours montrés particulièrement chatouilleux. Au-delà des enjeux diplomatiques évidents, qui visent à consolider le soutien des Etats-Unis d'Amérique aux Etats-Unis du Brésil en cas de litige sur la souveraineté de ceux-ci dans le bassin amazonien, un groupe de militaires positivistes trouve dans le passage de Roosevelt dans leur pays une occasion de promouvoir à l'étranger une facette particulière de la modernité brésilienne. L'illustre touriste ne témoignera pas seulement des réussites du Brésil littoral, de l'assainissement et de l'embellissement récents de la capitale fédérale, des travaux spectaculaires menés par le docteur Vital Brazil au Butantã, l'Institut ophidien de São Paulo, - étapes obligées des visiteurs de marque -, il verra aussi comment les Brésiliens participent à l'extension de la Civilisation dans des contrées sauvages et arriérées.

12Le montage de l'expédition est due en grande partie au ministre brésilien des Relations Extérieures, Lauro Müller (1863-1926). Le projet initial de Roosevelt était plus modeste que la tournure prise ultérieurement par les événements, comme en témoigne la lettre détaillée adressée par l'ancien président aux autorités brésiliennes12. Roosevelt, qui a été invité par le Museo Social de Buenos Aires, est décidé à profiter de cette occasion pour parcourir l'intérieur du continent sud-américain, de l'estuaire de La Plata à Caracas, en suivant les voies fluviales des bassins du Paraguay et de l'Amazone. Pour ce faire, il sollicite du gouvernement brésilien la logistique nécessaire à ce voyage très aventureux à travers des régions à peine reliées au télégraphe en ce début du XXe siècle. Roosevelt entend être accompagné de quelques ornithologues de l'American Museum of Natural History  de New York, comme il s'était entouré de naturalistes du Smithsonian Institute lors de son safari est-africain de 190913.

13Lauro Müller profite de l'aubaine pour donner à cette visite privée un retentissement important, couvrir Roosevelt d'hommages et faire connaître le Brésil à l'étranger14. Il avait succédé en 1912 au Palais Itamarati (le Quai d'Orsay brésilien) au baron de Rio Branco (1845-1912) qui avait occupé le poste pendant dix ans et marqué pour longtemps la diplomatie brésilienne. Premier ministre des affaires étrangères à s'être rendu en voyage officiel aux Etats-Unis15, Lauro Müller restait fidèle à l'héritage de Rio Branco qui privilégiait l'alliance avec la grande république du Nord16.

14Rio Branco devait son immense prestige à l'efficacité de ses méthodes qui avaient permis d'agrandir pacifiquement le territoire brésilien et d'en faire reconnaître internationalement la plupart des frontières. Ainsi, en 1900, Rio Branco parvient à un arrangement avec la France à propos de l'Amapá, il obtient de la Bolivie la cession de l'Acre (1903), règle les problèmes frontaliers avec la Grande-Bretagne (1904), le Vénézuela (1905), les Pays-Bas (1906), la Colombie (1907) et le Pérou (1909). Lorsque les positions semblent inconciliables, Rio Branco recourt à l'arbitrage international.

15Comme le Brésil est l'Etat du continent américain qui possède le plus de frontières avec des puissances européennes, l'impérialisme de celles-ci, qui achèvent de se partager l'Afrique, paraît bien plus menaçant à Rio Branco que les appétits nord-américains. Rio Branco redoute en effet que les Européens n'imposent au bassin de l'Amazone le régime de liberté de navigation et de commerce en vigueur dans le bassin conventionnel du Congo depuis la Conférence de Berlin. L'alliance privilégiée du Brésil avec les Etats-Unis, l'accueil favorable réservé au Corollaire Roosevelt de la Doctrine de Monroe (1904), ont pour but principal de préserver la souveraineté brésilienne en Amazonie, car, écrit Rio Branco, "si jamais les Etats-Unis invitaient des Etats européens à exploiter des terres en Amérique du Sud et à imposer la liberté complète de l'Amazonie, ils refuseraient difficilement l'invitation"17.

16Le discours que prononce Roosevelt devant l'Instituto Histórico e Geográfico Brasileiro, en présence de Lauro Müller, à Rio en octobre 1913, fait écho aux paroles du baron de Rio Branco. Toute l'œuvre d'écrivain et d'homme politique de Theodore Roosevelt fait de l'expansion coloniale la victoire de la civilisation sur la barbarie, l'apanage des peuples forts, une sorte de darwinisme des peuples qui condamne les plus faibles à la disparition18. Cette tâche est l'affaire des Européens en Afrique et dans une partie de l'Asie. Par la Conquête de l'Ouest, les Etats-Unis ont accompli chez eux leur œuvre de Progrès et reçu de l'Histoire et de leur destin singulier une mission civilisatrice identique à celle exercée par la Grande-Bretagne et la France. La mise en valeur de territoires sauvages est même, pour Roosevelt, une condition de la sécurité. La "mission civilisatrice" justifie pleinement dans les années 1910, du point de vue du droit international, l'intervention d'une puissance tutélaire dans les régions considérées comme sauvage. Inversement, les puissances tutélaires qui faillissent à leur mission sont affaiblies sur la scène internationale, et même, encourent la déchéance de leurs droits. Roosevelt aborde ce thème dans les discours qu'il prononce à Rio en octobre 1913 : "Ici, en Amérique, les nations civilisées ne doivent pas craindre de grandes invasions militaires, pas plus que nous ne devons redouter l'existence de vastes territoires peuplés de sauvages qu'il incombe aux nations civilisées de contrôler et qui, à moins qu'ils ne tombent sous la tutelle d'une nation civilisée et préparée pour cela, deviendront facilement dans ces conditions la propriété d'une autre nation". Plus loin, l'allusion se précise :

17"Il y a une doctrine cardinale sur laquelle nous sommes tous d'accord qui est que l'Amérique ne doit pas être traitée comme un champ de nouvelles colonisations ou d'agrandissement territorial de la part de toute puissance du Vieux Monde"19. C'est là la version civilisatrice du "corollaire Roosevelt". Il appartient aux nations du continent américain de faire avancer leur propre "Frontière" de colonisation, de lancer leurs pionniers à l'assaut d'une nature vierge et d'une Humanité barbare, comme les Etats-Unis l'ont accompli avant eux, faute de quoi, les appétits s'aiguiseront et la paix du continent sera menacée. Dans une telle perspective, l'idée de l'Expedição Científica Roosevelt-Rondon , qui remplace in extremis la Colonel Roosevelt's South American Expedition for the American Museum of Natural History20, est un coup de génie de Lauro Müller.

18Ce dernier ne se contente pas de faciliter le voyage des Américains dans une zone considérée comme stratégique, mais les fait encadrer par des militaires brésiliens fort patriotes. Pour la parfaite symétrie de l'expédition, l'institution new-yorkaise a pour pendant brésilien le Museu Nacional de Rio de Janeiro, et, le prestigieux colonel Roosevelt a pour homologue le colonel Cândido Mariano da Silva Rondon21. Personne, en effet, n'était plus qualifié que Rondon pour faire valoir les capacités du gouvernement brésilien à mettre en valeur les sertões du Mato Grosso et la selva amazonienne, ni ne pouvait saisir mieux que lui l'opportunité d'attirer sur son œuvre les feux de la grande presse américaine et la renommée internationale de Theodore Roosevelt.

19Né en 1865 à Mimoso, dans l'immense province du Mato Grosso, Rondon compte des aïeules Borôro et Terena du côté de sa mère. C'est d'ailleurs par cette particularité qu'il est présenté à Roosevelt qui pense avoir affaire à un "full blooded Indian"22. Orphelin et pauvre, Rondon s'engage dans l'Armée brésilienne et réussit à entrer à l'Ecole Militaire de Praia Vermelha à Rio de Janeiro, où il rencontre la brillante génération d'officiers gagnés aux idées positivistes par le professeur de mathématiques Benjamin Constant Botelho de Magalhães. Il y fait notamment la connaissance d'Euclides da Cunha, l'auteur de Os Sertões, publié en 1902, et de Lauro Müller. Comme ses camarades, Rondon participe à la Proclamation de la République mais ne quitte pas la carrière d'ingénieur militaire pour la politique comme Lauro Müller, qui représente pendant de nombreuses années son Etat du Santa Catarina au Congrès fédéral, fait une belle carrière ministérielle et appartient aux noms que l'on cite au moment des successions présidentielles. Lauro Müller avait conservé de la sympathie pour les idéaux colonisateurs de ses compagnons de jeunesse. En 1891, c'est lui qui rapporte l'article de la constitution qui prévoit le transfert de la capitale fédérale sur le plateau central du Brésil23.

20Toute sa vie, Rondon révère la mémoire et l'influence de Benjamin Constant Botelho de Magalhães (mort en 1891), au point de donner à sa première fille le nom de la fille de Benjamin Constant (Aracy) et d'appeler son fils Benjamin24. Un de ses compagnons et héritiers spirituels, n'est autre qu'Amílcar Botelho de Magalhães, neveu du grand homme25.

21Formé à l'astronomie, Rondon est envoyé en 1890 dans son Mato Grosso natal pour servir la Commision des Lignes télégraphiques Stratégiques de Cuiabá à l'Araguaia, confiée au major Ernesto Gomes Carneiro 26. L'extension du réseau de communication dans les régions frontalières du Paraguay et de la Bolivie obéissait d'abord à des considérations géopolitiques. La guerre contre le Paraguay un quart de siècle plus tôt, les disputes territoriales récurrentes avec les voisins, prouvaient suffisamment la nécessité de rappeler la souveraineté brésilienne sur ses marches peu peuplées et de raccourcir le voyage des informations entre le centre et les périphéries. A la fin du siècle dernier, on met au bas mot trois semaines à rallier le Mato Grosso depuis Rio de Janeiro. En 1892, Rondon met même trois mois à rejoindre Cuiabá après une route particulièrement semée d'embûches, de quarantaines et de contre-temps27.

22Sur le terrain, l'installation de la ligne à travers la forêt prend une tout autre dimension. Pour faire passer le télégraphe, il faut reconnaître des régions peu ou mal cartographiées, procéder à des relevés topographiques, rencontrer les populations de l'intérieur, des fazendeiros isolés et des Indiens misérables et exploités, se frotter aux Indiens réputés bravos, que l'on dit aussi nus, féroces et anthropophages que ceux que rencontra Hans Staden au XVIe siècle. L'euphorie missionnaire et civilisatrice gagne ces officiers progressistes que sont Gomes Carneiro et Cândido Rondon. Ils rêvent de chemins de fer, de colonisation, d'incorporation pacifique des aborigènes dans l'ensemble national.

23Après la mort de Gomes Carneiro, Rondon dirige la "Commission des lignes télégraphiques stratégiques de Cuiabá à Corumbá", toujours au Mato Grosso (1 746 km de ligne), puis de 1906 à 1915, la "Commission des lignes télégraphiques stratégiques du Mato Grosso à l'Amazonie". Sous la présidence d'Afonso Pena (1906-1909), le projet ambitieux de Rondon trouve un écho au sommet de l'Etat : "les travaux de reconnaissance et de relevés géographiques, l'étude des richesses minérales, de la constitution du sol, du climat, des forêts, des fleuves, avanceraient au même pas que les travaux de construction de la ligne télégraphique, du tracé des voies de pénétration, du lancement des futurs centres de peuplement, de l'installation des premières exploitations agricoles et des premiers fermes d'élevage"28.

24Dans l'intervalle, Rondon a ajouté à ses convictions philosophiques positivistes une foi vibrante dans la religion de l'Humanité qu'il observe scrupuleusement en plein sertão en procédant chaque dimanche à la lecture publique du Catéchisme comtiste. Ce fait est suffisamment remarquable pour être souligné. Si les idées d'Auguste Comte s'étaient en effet répandues parmi les "Cadets" de l'Ecole militaire, principalement à travers l'enseignement de Benjamin Constant Botelho de Magalhães, les dérives religieuses de la doctrine, le culte de l'Humanité, de Clotilde de Vaux et des saints positivistes, séduisaient peu les ingénieurs et les soldats, qui se montraient plus enclins à transformer leur pays qu'à assister aux "conférences" dominicales célébrées par les Apôtres. L'Apostolat, chef du positivisme religieux, considérait la plupart des militaires comme "hétérodoxes"29. Rondon, en revanche, est un modèle d'orthodoxie et son exemple favorisera quelques conversions autour de lui. Ses séjours à Rio sont marqués par la fréquention assidue de l'Eglise positiviste et il adopte, dans sa correspondance personnelle, le calendrier de ses coreligionnaires. Ainsi un faire-part de la famille Rondon annonce-t-il un heureux événement daté du 16 de Shakespeare 115 (25 septembre 1903), d'après le calendrier positiviste30.

25Les rites du Positivisme religieux consiste essentiellement en la commémoration de dates et de figures qui sont censées représenter les grandes étapes du Progrès humain. Le gouvernement provisoire (novembre 1889-février 1891) avait d'ailleurs accordé à l'Apôtre de la religion de l'Humanité et à ses sectateurs un calendrier de fêtes civiques conformes à leurs vœux31.

26Ainsi la route de Rondon est-elle jalonnée d'hommages et de pieuses pensées aux dates anniversaires de son histoire personnelle, de celle de son pays et de l'Humanité. Les premières stations télégraphiques inaugurées avec Gomes Carneiro portait les noms de "Benjamin Constant"(Botelho de Magalhães), "Floriano","Demétrio Ribeiro", les héros des radicaux de la République. Laissé à sa propre intiative, Rondon se livre parfois à une véritable course contre la montre afin d'ouvrir ses stations pour les fêtes nationales : le 21 avril, jour de l'exécution de Tiradentes, le 7 septembre, celui de l'Indépendance du Brésil, le 15 novembre, anniversaire de la Proclamation de la République, le 31 décembre, fête de l'Humanité. Il étrenne toujours la ligne par des télégrammes envoyés aux autorités, mais aussi à Miguel Lemos et Raimundo Teixeira, directeurs de l'Apostolat de l'Eglise Positiviste du Brésil32.

27La caractéristique que Rondon veut retenir de son action dans les sertões est son approche nouvelle et pacifique des Indiens. Nul doute que son positivisme ne vienne fournir des arguments rationnels à son esprit de justice. L'Eglise positiviste du Brésil était une des rares institutions nationales à avoir manifesté de l'intérêt bienveillant pour la question indienne. Lors de l'instauration du régime républicain, l'Apôtre avait proposé que la nouvelle Constitution distingue entre les "Etats Occidentaux brésiliens", formés de la population issue de la fusion des "trois races" européenne, africaine et amérindienne, et les "Etats Américains Brésiliens", "empiriquement confédérés" et "constitués des hordes fétichistes éparses sur le territoire de toute la République"33, dont la sécurité et l'intégrité seraient garanties par le gouvernement fédéral.

28La doctrine positiviste en matière indigène reposait sur l'idée d'une dette contractée par les Européens envers les premiers et légitimes occupants du pays, décimés par les maladies, assassinés au cours des guerres, spoliés de leurs terres. Sans doute, selon cette conception, les aborigènes se trouvaient à un stade primitif de l'Humanité et se débattaient dans les ténèbres du fétichisme, mais rien de congénital ne leur interdisait d'accéder à la civilisation. Il fallait guider leur évolution vers l'âge scientifique de manière à leur épargner un passage inutile par la phase théocratique dont l'Occident se sortait à peine.

29Rondon prend donc la défense concrète des Indiens opprimés, s'efforce de faire délimiter leurs terres et veut persuader ses concitoyens que l'Indien n'est pas un obstacle au Progrès, qu'il est travailleur et astucieux. Il associe donc les Borôro et les Pareci, sous la direction de leurs propres chefs, aux travaux de la ligne télégraphique. La commémoration du 7 septembre fait l'objet d'un soin particulier dans la mesure où ce jour rappelle le souvenir de José Bonifácio de Andrada e Silva, passé à la postérité comme le père de l'indépendance brésilienne mais aussi comme un ardent défenseur des Indiens34. José Bonifácio est honoré d'une sorte de temple rustique et donne son nom à une station télégraphique où le drapeau brésilien est hissé par une petite indienne nhambiquara35.

30L'extension de la ligne vers l'Amazonie, à travers des régions délaissées depuis longtemps par les Blancs, suppose la transformation de la mission en véritable expédition ainsi qu'un renforcement de la méthode indienne de Rondon. Sur les rives du fleuve Juruena, à quarante-huit jours de marche de Diamantino, la dernière bourgade traversée, commence en effet le domaine des Nhambiquara, considérés comme hostiles. Des volées de flèches suivent immédiatement les premiers contacts entre les explorateurs et les habitants des lieux. C'est là que prend corps la doctrine de conquête pacifique de l'intérieur, que Rondon résume par une déclaration de principe : "Mourir s'il le faut, tuer, jamais" et compare à un vaste et patient "siège de paix" ("cerco de paz")36. Aux Nhambiquara méfiants, il montre la pureté de ses intentions à distance en semant sur son chemin des présents, surtout des pièces de tissu et des machettes qu'il définit comme la "livre sterling du  sertão"37 et qui doivent achever de les convaincre de la supériorité technologique de leurs visiteurs.

31Rondon assimile symboliquement son œuvre à celle des "découvreurs" de l'Amérique. La troisième expédition, celle qui l'entraîne de Tapirapoan au fleuve Madeira, s'élance le 3 mai 1909, jour qui commémore la découverte du Brésil par Pedro Álvares Cabral38. Rondon file plusieurs fois la métaphore en décrivant sans originalité un "nouveau monde, plein de merveilles"39 . Dans un moment critique, il exhorte ses hommes à suivre l'exemple de Christophe Colomb. Le colonel Rondon pense ainsi rééditer la découverte de l'Amérique en effaçant le péché originel des souffrances infligées aux Indiens. Le journal carioca O Paiz, proche du gouvernement et des amis de Rondon, synthétise le rôle national de Rondon en même temps qu'il diffuse sa légende : "En découvrant de nouvelles terres, de nouveaux trésors aux confins des sertões du Goiás, en triomphant de tous les obstacles de la nature brute, parfois hostile, il ne se contente pas de signer des conquêtes pour la Patrie et pour la Science (...) : il fonde à l'intérieur de la Patrie une véritable nation"40. C'est bien d'ailleurs ce qu'entendent  les positivistes à travers la politique indienne : poursuivre la "formation du peuple brésilien"41.

32Conformément à toute une tradition, née de la politique du marquis de Pombal au XVIIIe siècle, réinterprétée par le romantisme brésilien et réactivée par l'Apostolat positiviste, la figure de l'Indien exprime à la fois l'être historique et le corps géographique de la Nation. En même temps qu'il incarne un vestige archéologique du Brésil d'avant le Brésil, du Brésil inconscient à lui-même, il personnifie ses frontières et se fait le gardien naturel de ses richesses42. Cette seconde représentation sert d'argument pour défendre l'existence toujours menacée de la Commission Rondon par ceux qui voient d'un mauvais œil les deniers publics se perdre dans la forêt ou qui veulent freiner l'intrusion d'une bande de soldats positivistes, mandatés par le gouvernement central, dans les affaires (surtout foncières) des Etats de la Fédération. Contre ses ennemis, Rondon compte sur le réseau de ses coreligionnaires et sur l'opinion publique qui s'est enflammée pour ses premiers exploits43.

33Les positivistes ne constituent pas en effet une grande force capable de peser dans le jeu politique de la République des Etats-Unis du Brésil, - exception faite du Rio Grande do Sul -, et leur influence s'exerce à travers une poignée de fidèles et dans des secteurs particuliers. Les présidences de Nilo Peçanha (1909-1910) et du maréchal Hermes da Fonseca (1910-1914) témoignent de la sympathie pour les positivistes et les activités de la Commission Rondon. Le 7 septembre 1910 est créé le Serviço de Proteção aos Indios e de Localização de Trabalhadores Nacionais (SPILTN), qui dépend du tout nouveau Ministère de l'Agriculture, de l'Industrie et du Commerce (MAIC). Un descendant de José Bonifácio de Andrada e Silva assiste à la cérémonie inaugurale44. Cândido Rondon, qui avait servi dans les années 1880 sous les ordres de Hermes da Fonseca, en est le directeur plus symbolique que réel puisqu'il retourne, dès 1911, aux œuvres de la Commission des lignes télégraphiques stratégiques. C'est là que le trouve le télégramme de Lauro Müller lui confiant Theodore Roosevelt.

Portrait de Roosevelt en Stanley

34Cândido Rondon est la vitrine idéale du Brésil civilisateur. Rondon est, de plus, en bon positiviste, un pédagogue hors pair. Comme l'a noté l'anthropologue Antônio Carlos de Sousa Lima, chez les positivistes religieux, tout est rite et tout rite est fondamentalement pédagogique45. Rondon est passé maître dans la mise en scène de sa vie et de son action. Ses séjours à Rio, entre deux expéditions dans les sertões, sont l'occasion de conférences publiques46, agrémentées de projections de films. Le cœur névralgique de la Commission des lignes télégraphiques stratégiques, le bureau central (escritório central47), comprend un service cinématographique depuis 191248. Le major Luiz Thomaz, cinéaste attaché à la Commission, suit aussi les pas de l'Expédition Roosevelt avec son matériel "Lumière Tropical" et en tire un documentaire.

35Le trajet prévu par Rondon à travers son royaume est une véritable exposition coloniale in situ et comporte trois parties distinctes qui font parcourir en sens inverse aux Américains les phases successives de la progression vers l'Ouest. La première, qui conduit l'Expédition de Corumbá à São Luís de Cáceres, correspond à la zone pionnière. L'itinéraire est effectué par la voie fluviale. Il est ponctué d'étapes dans des fazendas accueillantes, de réceptions officielles, de parties de chasse et de détours touristiques. Roosevelt se retrouve en terrain connu. Ainsi compare-t-il le maître de la fazenda São João et son fils "au meilleur type des ranchmen et planteurs américains, de ces ranchmen et planteurs adeptes de sports audacieux et virils, qui sont des hommes d'affaires, et qui fournissent aussi à l'Etat des fonctionnaires compétents et fidèles"49. Il peut rêver à son aise sur l'avenir radieux de la région et affirmer que "cette région intérieure du Brésil, y compris l'Etat du Mato Grosso (...) est une région saine, excellemment adaptée la colonisation (settlement) ; des voies ferrées la pénétreront rapidement, et alors, on assistera à son développement étonnant "50.

36A partir de São Luís de Cáceres s'ouvrent la seconde phase du voyage et, comme le signale Roosevelt, le rideau sur la "scène des explorations du colonel Rondon", que l'Expédition sillonne pendant trente-sept jours avec un important convoi muletier51. TR peut admirer les lignes télégraphiques, les stations fondées par Rondon, comparables aux "stations de civilisation" implantées le long de la progression européenne en Afrique à la fin du XIXe siècle, et fait sien le futur mirifique que Rondon projette pour le plateau central du Brésil. De retour aux États-Unis, l'ancien président américain se chargera de diffuser l'épopée dans l'hémisphère nord en résumant longuement les travaux de la Commission Rondon :

37"Ce pays et les régions adjacentes, qui forment l'intérieur profond du Brésil occidental, alimenteront surement un jour une importante population industrielle ; dont l'arrivée sera accélérée, (...) si les anticipations du colonel Rondon sur le développement de l'extraction minière, surtout de l'or, se réalisent. De toute façon, la région deviendra une patrie saine pour une population considérable d'éleveurs et d'agriculteurs. Surtout, les nombreux rapides, avec leurs multiples cascades, dont certaines d'une hauteur et d'un débit importants, pour la croissance d'un nombre de gros centres industriels, reliés entre eux par les chemins de fer ainsi qu'à la côte atlantique et aux vallées du Paraguay, du Madeira et de l'Amazone, et qui commerceront avec les régions basses riches, chaudes et alluviales qui entourent ce territoire élevé"52. Signe de l'art consommé de Rondon pour la pédagogie ou la propagande, on sent plus d'une fois son  influence dans les informations contenues dans Through Brazilian Wilderness qui, pour une bonne part, a été écrit au cours de l'Expédition53.

38La troisième étape de la descente progressive dans la wilderness commence le 27 février avec la reconnaissance du Rio da Dúvida en canot. Il s'agit désormais d'exploration et Roosevelt prend soin de rappeler que Rondon et ses hommes sont les fondateurs de l'"école brésilienne" de cette discipline54.

39Après avoir observé les réalisations de la Commission Rondon, Roosevelt peut la voir à l'œuvre dans son défrichement de la wilderness. Pendant quarante-huit jours, la partie inconnue des 1 409 km de méandres et des accidents du Rio da Dúvida sont l'objet de relevés effectués souvent dans des conditions périlleuses. Les cours d'eau rencontrés sont solennellement baptisés par Rondon du nom de "Kermit", le fils du président qui a failli disparaître dans les flots du Dúvida, de "Taunay", auteur brésilien que les deux Roosevelt ont lu, "Cardozo", d'après un compagnon de Rondon, et enfin de "Roosevelt", conformément aux ordres de Lauro Müller qui voulait rendre ainsi un hommage à la "grande République du Nord" en la personne de son ancien président55. Le 15 avril, l'Expédition aperçoit les premières habitations de seringueiros amazoniens : le Rio Roosevelt est un affluent du Madeira et porte en aval le nom de "Castanho".

40Pendant que Rondon retourne à ses travaux, Theodore Roosevelt s'en va divulguer les résultats de l'Expédition, chanter la gloire de son guide de par le monde et ses plus prestigieuses institutions savantes et montrer au public new yorkais les films réalisés par la Commission Rondon56. Cândido Rondon est honoré par la Société de Géographie de New York en 1914 du "Prix Livingstone"57, tandis que Roosevelt place la descente du fleuve qui porte désormais son nom dans la continuité des grandes explorations africaines du siècle passé. L'Amérique du Sud est présentée comme le nouveau "Dark continent" dont il faut dessiner la carte. C'est le sens du rapport qu'il présente le 6 juin 1914, un mois et demi après sa sortie de la Brazilian wilderness, dans le temple des explorateurs, la Royal Geographical Society de Londres, avec d'autant plus de force que les détracteurs sont nombreux.

41Un ingénieur brésilien, Inácio Moerbeck, n'attend même pas l'arrivée de l'expédition à Manaus pour affirmer dans la presse que le "Dúvida" est l'Aripuanã, affluent du Madeira, fréquenté par tout ce que la région compte de seringueiros et autres ramasseurs des drogas amazoniennes58. On fait la fine bouche sur le "rio Roosevelt", dont les cours supérieur et inférieur avaient déjà été rejoints par la "civilisation" et sur les relevés incomplets rapportés par une expédition malmenée par les éléments et que le président était pressé d'achever59.

42Le colonel Roosevelt se défend en affirmant qu'il a bien été le premier "civilisé" à descendre le cours moyen du Dúvida et à le "porter sur la carte" (put it on the map). Il ne lésine pas sur les références illustres devant les membres de la Royal Geographical Society :

43"Laissez-moi définir ce que je veux dire quand je dis que nous avons porté ce fleuve sur la carte. J'utilise cette expression comme on le dirait, toute proportion gardée, en décrivant ce qu'ont fait Speke et Grant, et Baker, pour le cours supérieur du Nil. Le fleuve que nous avons descendu figure maintenant sur la carte au même sens que le Nil Victoria et le Nil Blanc l'ont été pendant des décennies après leur découverte et situation par les trois hommes que j'ai mentionnés. Depuis le temps de Ptolémée, les grands lacs du Nil supérieur était vaguement connus ; mais ils ont été "portés sur la carte" par Speke et Baker, et le relevé actuel n'a été fait que bien des années plus tard. Les sources du Niger et du Congo étaient connues bien avant qu'on sache où et comment leurs eaux s'écoulaient vers l'océan ; mais ils n'ont été portés sur la carte que lorsque leur cours furent, non relevés, mais situés par un certain nombre d'observations astronomiques quand les explorateurs les ont réellement parcourus ; Le "Columbia" fut "porté sur la carte" par Lewis et Clarke, bien que son embouchure ait été déjà connue, et qu'on n'ait pas procédé à son relevé avant bien longtemps"60.

44Les comparaisons entre le Brésil amazonien et l'Afrique équatoriale sont fréquentes à la Belle Epoque et fonctionnent dans les deux sens. Le journaliste français Pierre Mille ouvre par exemple son recueil d'articles contre l'Etat Indépendant du Congo sur les similitudes entre les deux pays61. Le président de la Royal Geographical Society ne modère pas l'emphase de Roosevelt à propos d'une haute Amazonie qui serait la dernière terre à conquérir par le peuple des cartographes, et l'intronise comme un nouveau Stanley. Il souhaite seulement que les Américains n'appliquent pas la doctrine de Monroe dans le domaine des explorations62.

45Cette remarque malicieuse met en lumière un des enjeux de l'Expédition Roosevelt-Rondon. A travers elle, les Américains du Nord et du Sud ont voulu montrer leur participation au mouvement d'expansion qui, depuis le milieu du XIXe siècle, étend la civilisation européenne à travers le monde. Ils ont voulu témoigner de la vocation civilisatrice de leur nation respective, et par conséquent, de la modernité et de la vocation de celle-ci à la puissance. Ils ont voulu, surtout, s'approprier leur continent. En 1909, l'Américain Peary avait atteint le pôle Nord sur un bateau appelé "Roosevelt" et proclamé "le pôle est à nous"63. De même, dans les sertões du Mato Grosso, les drapeaux brésiliens et américains accompagnent les pas de l'Expédition dont les membres sont décrits par Roosevelt comme la synthèse de leur peuple respectif64.

46Du côté brésilien, Roquette Pinto propose en 1915 que, de même que Cecil Rhodes avait laissé son nom à la Rhodésie, la région située entre les fleuves Juruena et Madeira porte le nom de "Rondônia"65. Ce sera chose faite en 1956.

47La "découverte", en assurant la prise de possession scientifique et symbolique du monde, suscite logiquement des polémiques. La plus significative naît à Lisbonne où Ernesto de Vasconcelos, secrétaire perpétuel de la Société de Géographie, conteste précisément les "découvertes" de l'Expédition Roosevelt-Rondon. Vasconcelos exhibe à cette fin la carte de la "Nova Luzitânia" de 1798 et attribue la première descente de l'Aripuanã au capitaine de frégate Antônio Pires da Silva Pontes, au nom de Sa Majesté le roi du Portugal66. C'est Rondon cette fois qui engage le fer et se charge de ridiculiser ce qu'il considère comme des contorsions cartographiques.67.

Les années quarante et la nouvelle actualité de l'Expedição Científica Rondon-Roosevelt

48En Europe et aux Etats-Unis où le temps des explorations est passé et où la guerre fait rage, l'Expédition Roosevelt-Rondon sombre dans l'oubli. L'ancien président meurt en janvier 1919. Son fleuve éponyme qui, comme il avait pu l'éprouver, était loin d'être une voie de pénétration du Brésil central, restait livré à ses enchevêtrements de lianes et de cataractes. Lauro Müller, d'origine allemande, fut pour sa part contraint de quitter l'Itamarati au moment où le Brésil choisit le camp des Alliés en 1917.

49Cândido Rondon achève sa carrière active à la fin de la Première République qu'il sert sans faille. La "Révolution de 1930" provoque sa disgrâce et sa retraite, mais le Serviço de Proteção aos Indios e de Localização de Trabalhadores Nacionais  reste aux mains d'ingénieurs militaires positivistes sans solution de continuité jusqu'au milieu des années cinquante68.

50Cette éclipse dure peu et Rondon est réintégré au Panthéon national sous l'Estado novo (1937-1945). Cette seconde vie héroïque naît du projet idéologique et de la politique d'exaltation nationale que promeut le gouvernement présidé par Getúlio Vargas. La grandeur du Brésil passe par la mise en valeur de ses régions périphériques. Or, qui incarne mieux que Rondon la "Marche vers l'Ouest" que lance l'Estado Novo en 1939 ? Cette année-là, Rondon reçoit de l'Instituto Histórico e Geográfico Brasileiro et des mains du ministres des Relations Extérieures Oswaldo Aranha, le titre inédit de "civilisateur des sertões"69. En 1940, Getúlio Vargas est le premier président brésilien à se rendre dans l'extrême ouest du pays et à visiter les Indiens Karajá sur l'île de Bananal.

51Les explorations redeviennent un thème fort en vogue dans l'édition brésilienne. Une História das expedições científicas no Brasil est publiée en 1941. Rondon fait l'objet d'innombrables hagiographies qui insistent sur son œuvre conquérante : Rondon, o bandeirante do século XX  (1941), Rondon. A conquista do deserto brasileiro (1942), Rondon. Uma relíquia da Pátria (1942). En 1943 enfin, trente ans après sa publication aux Etats-Unis, Through the Brazilian Wilderness devient en portugais, Nas Selvas do Brasil,  et est édité sous les auspices du ministère de l'Agriculture. Il paraît aussi en 1944 dans la collection Brasiliana de la Companhia Editora Nacional, sous le titre Através do sertão do Brasil.

52Une préface du ministre de l'Agriculture Apolônio Sales précède en 1943 le récit de Theodore Roosevelt pour en affirmer la double actualité. L'Expédition Roosevelt semble préfigurer la conjoncture des années 1940. Le Brésil s'est rapproché des Etats-Unis de Franklin D. Roosevelt et a déclaré la guerre à l'Axe. Theodore Roosevelt devient sous la plume du ministre le parangon des vertus nord-américaines : courageux, fait pour l'aventure, dévoué aux causes universelles, passionné de progrès scientifique. Tel était Roosevelt l'Ancien, ami du Brésil, tel est son neveu Roosevelt le Jeune, qui a rencontré  Getúlio Vargas à Natal en janvier 1943.

53Le diagnostic porté par Theodore Roosevelt sur les sertões du Mato Grosso vient à l'appui de la "Marche vers l'Ouest". "On dirait, écrit le ministre, que le grand homme d'Etat américain a prévu ce qu'aujourd'hui le président Vargas, avec une vision des nécessités sociales du pays qui n'est pas moindre, est en train de d'indiquer comme remède à la désorganisation de notre agriculture et à la pénurie qui règne en souveraine dans la plupart des régions agricoles du Brésil"70. Le lecteur est invité à s'inspirer de la leçon morale contenue dans le livre que Roosevelt terminait par une méditation sur la fin mondiale de la "Frontière" et le rôle des "pionniers" brésiliens : "ces hommes (...) et ceux qui, comme eux, partout sur la frontière entre la civilisation et l'état sauvage au Brésil, joue à présent le rôle qu'ont joué nos coureurs de bois quand ils entreprirent, voilà un siècle, la conquête du grand bassin du Mississipi ; le rôle joué par les Boers depuis environ un siècle en Afrique du Sud, et par les Canadiens, quand il y a moins de cinquante ans, ils commencèrent à prendre possession de leur Nord-Ouest. On répète que maintenant la "Dernière Frontière" se trouve au Canada ou en Afrique et qu'elle a presque disparu. On trouve cette frontière sur une bien plus grande échelle au Brésil - un pays grand comme l'Europe ou les Etats-Unis -, des décennies s'écouleront avant qu'elle ne disparaisse""71.

54La mythologie hautement rooseveltienne de la Frontière est récupérée par l'Estado Novo et brésilianisée par l'écrivain ultra nationaliste Cassiano Ricardo. Son livre, Marcha para Oeste, publié pour la première fois en 1940, a pour sous-titre "l'influence de la Bandeira dans la formation sociale et politique du Brésil", dans une référence évidente à Turner72. Cassiano Ricardo passe toute l'histoire de son pays au crible du bandeirantismo. Les bandeirantes 73sont selon lui à l'origine de l'Etat, de la fondation des villes, du métissage, de la démocratie raciale, mais le bandeirantismo n'est pas un phénomène circonscrit dans le temps, c'est l'essence même de la nation brésilienne. Rondon est ainsi le type même du bandeirante moderne et Theodore Roosevelt lui a apporté son concours.

55L'Expedição Científica Rondon-Roosevelt a finalement rempli sa mission, qui consistait à donner, au Brésil même, la plus brillante justification aux entreprises contestées de la Commission Rondon, et à servir le prestige national dans l'hémisphère nord. Quant à Theodore Roosevelt, il avait trouvé au Brésil ce que l'Afrique coloniale lui avait refusé quelques années plus tôt. Le voyage organisé par les militaires brésiliens conjuguait ses deux imaginaires, celui de la Frontière, dont il avait vécu la fin aux Etats-Unis, et celui des explorations européennes du siècle précédent, que lui inspirait la nature tropicale et équatoriale des régions traversées.

56Cette vision s'accorde en grande partie à celle de Rondon avec lequel il partage la même passion contradictoire pour la wilderness et pour sa conquête par la civilisation technicienne. L'expansion méthodique du Progrès à l'intérieur du continent, telle qu'elle est exprimée dans Through the Brazilian Wilderness, frappe par son caractère anachronique et imaginaire. La poussée vers l'Ouest appuyée sur le chemin de fer, le mythe de la Frontière, même sommairement nationalisé sous la forme du bandeirantismo, a peu à voir avec le bourgeonnement désordonné de "fronts pionniers", suscités par quelques cultures spéculatives, qui ont caractérisé la construction de l'espace brésilien. Elle avait l'avantage de s'inscrire dans une conception évolutive de l'histoire, de promettre un futur à une nation qui se voyait comme inachevée, de lui fournir un modèle américain, plausible et épique.

Haut de page

Notes

1"Roosevelt a débarqué à Manaus sur une civière, à l'abri des regards. Cf Esther de Viveiros, Rondon conta sua vida, Rio de Janeiro, Livraria São José, 1958, p.422.
2Titre du journal carioca Correio da Manhã, le 22 octobre 1913.
3Roosevelt, Theodore, Through the Brazilian Wilderness, New York, Charles Scribner's sons, 1914, et Stanley, Henry Morton, Through the Dark Continent : Or the Sources of the Nile Around the Great Lakes of Equatorial Africa and down the Livingstone River to the Atlantic Ocean, 1878. Les souvenirs d'Afrique de Roosevelt s'appellent sobrement African Game trails (1910).
4Correio da Manhã, 20 octobre 1913.
5Miller, Nathan, Theodore Roosevelt, a life, New York, Quill/WilliamMorrow, 1992; et surtout, Ricard, Serge, Theodore Roosevelt : principes et pratique d'une politique étrangère, Aix-en-Provence, Presses universitaires de provence Aix-Marseille I, 1991.
6Frederick J. Turner s'était rendu célèbre en prononçant à Chicago en 1893 une conférence intitulée "The significance of the Frontier in the American history". Cette analyse, devenue classique, faisait de l'expérience historique de la "Frontière" le creuset de la nation et de la démocratie américaines.
7Sa seule prestation à l'Instituto Histórico Geográfico Brasileiro, par exemple, lui est payée 2000 $ d'avance (Arquivo do Itamarati, lata 214, 3642-3643), ce qui est considérable quand on songe que le salaire du président des Etats-Unis au début du XXe siècle s'élevait à 50 000 $ par an, celui de vice-président à 8 000 $ annuels, cf Miller, Nathan, op.cit., p.334 et 360. Amílcar Botelho de Magalhães rapporte que l'on disait que Roosevelt touchait 1 $ par mot de son récit de voyage ! Rondon, uma reliquia da  Pátria, Curitiba,Guaíra, 1942, p.175.
8Cf. Ricard, Serge, "Theodore Roosevelt et l'avènement de la présidence médiatique aux Etats-Unis", Vingtième siècle. Revue d'histoire, n°51, juillet-septembre 1996, p.15-26.
9Correio da Manhã, 24 octobre 1913.
10Correio da Manhã, 22 octobre 1913.
11Zahm, J.A., (H.J. Mozans), Through South America's southland with an account of the Roosevelt Scientific Expedition to South America, New York, Appleton & Cy, 1916, p.5.
12Lettre de Frank Harper, secrétaire de T.Roosevelt, au ministre des Relations Extérieures, Arquivo do Itamarati, lata 214, 3642-3643, s.d.
13Roosevelt,Theodore, Mes chasses en Afrique, Paris, Hachette, 1910.
14Roosevelt, Theodore, Through the Brazilian wilderness, New York, Charles Scribner's sons, 1914, p. 8.
15Fausto, Boris (éd.), História Geral da Civilização Brasileira, III, 2, São Paulo, Difel, 1985, 3e ed., p.381.
16Amado, Luiz Cervo, et Bueno, Clodoaldo, História da política exterior do Brasil, São Paulo,1992.
17Cité dans Amado, Luiz Cervo, et Bueno, Clodoaldo, op.cit., p.171-172. Voir aussi, des mêmes auteurs, A política externa brasileira, 1822-1985, São Paulo, Ática, 1986.
18Sur les conceptions de Theodore Roosevelt, cf Ricard, Serge, op.cit.
19Discours prononcé à l'Instituto Histórico e Geográfico Brasileiro, le 24 octobre 1913, Revista do IHGB, vol.128, t.76, parte II, p.679. Le discours a été publié aussi dans la presse quotidienne de Rio.
20Roosevelt indique qu'il a été prévenu de la nouvelle dimension prise par son voyage en arrivant à Rio, op.cit..., p.182.
21Le parallèle entre les deux hommes peut être poursuivi quarante ans après l'Expédition. A la fin des années cinquante, les admirateurs de Rondon se lancent (en vain) dans une campagne destinée à lui faire obtenir le prix Nobel de la Paix. TR avait été le premier Américain à recevoir cette récompense, toute catégorie confondue, en 1906.
22Lettre à Henry Cabot Lodge, sur le fleuve Paraguay, 12 décembre 1913, Selection from the correspondence of Theodore Roosevelt and Henry Cabot Lodge, New York, 1925, p.443.
23Ricardo, Cassiano, Marcha para o Oeste. A influência da "Bandeira" na formação social e política do Brasil, Rio de Janeiro, José Olympio, 1970, 4e éd., p.627.
24Viveiros, Esther de, Rondon conta sua vida, Rio de Janeiro, Livraria São José, 1958, p.107.
25Lima, Antônio Carlos de Souza, O santo soldado. Pacificador, bandeirante, amansador de Indios, civilizador dos sertões, apóstolo da humanidade. Uma leitura de Rondon conta sua vida de Esther de Viveiros, Museu Nacional, programa de Pós-graduação em antropologia social, comunicação n°21, 1990, p.20.
26Viveiros, Esther de, op. cit. p.68 et sq.
27Viveiros, Esther de, op. cit. p.107.
28Viveiros, Esther de, op. cit. p.227.
29Luiz Antônio Simas, O Evangelho segundo os jacobinos. Floriano Peixoto e o mito do salvador da república brasileira, mestrado, UFRJ, 1994, p.32.
30Série Amílcar Botelho de Magalhães, Casa Benjamin Constant, 903.09 a 958.07.30.
31Le décret du 14 janvier 1890 instituait 9 fêtes nationales dont le sens est expliqué dans un ouvrage recommandé à la jeunesse brésilienne : Rodrigo Octavio, Festas nacionais, Rio de Janeiro, Livraria Francisco Alves, 1893.
32La correspondance de Júlio Caetano Horta Barbosa, membre de la Commission Rondon, atteste de ces efforrts; CPDOC, HB 08 08 23.
33Cité par Gagliardi, José Mauro, O índigena e a República, São Paulo, Hucitec, 1989, p.56.
34Cf. José Bonifácio de Andrada e Silva, Apontamentos para a civilisação dos Indios bravos do Império do Brasil, 1823.
35Viveiros, Esther de, op. cit. , p.365.
36Lima, Antônio Carlos de Souza cite longuement ce texte qui a fourni le titre de son livre sur le SPITLN : Um grande cerco de paz. Poder tutelar, indianidade e formação do Estado no Brasil, Petrópolis, Vozes, 1995, p.130.
37Viveiros, Esther de, op. cit. , p.241.
38C'est la date retenue par le calendrier positiviste, bien que, selon la chronologie admise, la flotte de Cabral ait aperçu la terre le 22 avril 1500, célébré la "première messe" le 26, et appareillé vers les Indes le 2 mai.
39Viveiros, Esther de, op. cit.  p.314.
40O Paiz, 2 décembre 1913.
41Lima, Antônio Carlos de Souza, Um grande cerco de paz..., op.cit., p.121.
42Lima, Antônio Carlos de Souza, Um grande cerco de paz..., op.cit., p.132.
43Lima, Antônio Carlos de Souza, Um grande cerco de paz..., op.cit., passim et p.209 et suivantes.
44Viveiros, Esther de, op. cit. , p.596
45Lima, Antônio Carlos de Souza, Um grande cerco de paz...., op. cit. p.123.
46Certaines ont d'ailleurs été publiées : Conferências realizadas nos dias 5, 7 e 9 de outubro de 1915 no Teatro Phenix de Rio de Janeiro, sobre os trabalhos da Expedição Roosevelt e da Commissão Telegráficas, Rio de Janeiro, Typ. do Jornal do commercio, 1916.
47Les archives de l'escritório central de Rondon se trouvent en grande partie au Fort de Copacabana. Voir aussi Os Indios em arquivos do Rio de Janeiro, Rio de Janeiro, UERJ, 2 vol., 1995 et 1996.
48Série Amílcar Botelho de Magalhães, Casa Benjamin Constant, pasta 3.
49Roosevelt, Theodore,Through the Brazilian ...,  op.cit., New York, Scribner, 1914, p.104.
50Ibidem, p.100.
51Ibidem, p.129.
52Ibidem, p.212.
53Rondon, Cândido Mariano da Silva, Expedição Roosevelt-Rondon, Rio de Janeiro, Typ. do "Jornal do Comércio", 1916, p.39.
54Ibidem.
55Rondon, Cândido Mariano da Silva, op.cit..., p.76.
56Série Amílcar Botelho de Magalhães, Casa Benjamin Constant, pasta 3.
57Article "Rondon", dans Abreu, Alzira de, et Beloch, Israel (éd.), Dicionário biográfico-histórico Brasileiro, 1930-1983, Rio de Janeiro, FGV/CPDOC, 1983.
58A Epoca, 29 avril 1914.
59Ibidem, passim.
60Roosevelt, Theodore, "A journey in central Brazil", The Geographical Journal, n°2, février 1915, vol.XLV, p.105-106.
61Mille, Pierre, Au Congo belge, Paris, A.Colin, 1899.
62"A journey in central Brazil : discussion", The Geographical Journal, n°2, février 1915, vol.XLV, p.109.
63Roosevelt, Theodore, Mes chasses en Afrique, Paris, Hachette, 1910, p.231.
64A  propos de l'équipe nord-américaine : "In its composition ours was a typical American expedition. Kermit and I were of the old revolutionary stock, and in our veins ran about every strain of blood that there was on this side of the water during colonial times. (...) We were as varied in religious creed as in ethnic origin", Roosevelt, Theodore, Through the Brazilian ...,  op.cit., p.5.
65Cité par Leitão, C. de Melo, História das expedições científicas no Brasil, São Paulo, Cia editora Nacional, 1941, p.340.
66Rondon, Cândido Mariano da Silva, op.cit..., p.121.
67Ibidem, p.121.
68Lima, Antônio Carlos de Souza, Um grande cerco de paz..., op.cit., p.139.
69Viveiros, Esther de, op.cit., annexes.
70Préface à Nas Selvas do Brasil, Rio de Janeiro, Serviço de informação agrícola, Ministério da Agricultura, 1943.
71Roosevelt, Theodore, Through the Brazilian..., op. cit., p.324.
72Ricardo, Cassiano, Marcha para o Oeste. A influência da "Bandeira"na formação social e política do Brasil, Rio de Janeiro, José Olympio, 1970, 4e éd. Cf "The significance of the Frontier in the American history" de F.J. Turner, ainsi que les nombreuses variantes qu'il a lui-même écrit sur ce thème.
73Les bandeiras, composées de bandeirantes, sont les expéditions qui, du XVIe au XVIIIe siècles, partaient de São Paulo pour capturer des esclaves indiens dans l'intérieur du continent. Au début du XXe siècle, les historiens paulistas font des bandeirantes les créateurs de l'espace national.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Armelle Enders, « Theodore Roosevelt explorateur », Nuevo Mundo Mundos Nuevos [En ligne], Bibliothèque des Auteurs du Centre, Enders, Armelle, mis en ligne le 14 février 2005, consulté le 18 octobre 2017. URL : http://nuevomundo.revues.org/607

Haut de page

Auteur

Armelle Enders

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Nuevo mundo mundos nuevos est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page