Navigation – Plan du site
Alejandro E. Gómez

Saint-Domingue « chez nous »

Extrait de thèse de doctorat en Histoire et civilisations présentée à l’EHESS (Paris) sous la direction de Mme Frédérique Langue (CNRS) à l’École des hautes études en sciences sociales le 13 décembre 2010. Thèse : « Le Syndrome de Saint-Domingue. Perceptions et représentations de la Révolution haïtienne dans le Monde atlantique, 1790-1886 ».
[31/01/2011]

Notes de la rédaction

Membres du jury : Mme. Carmen BERNAND, Professeure émérite d'Université Paris Ouest Nanterre la Défense ; Mme. Aline HELG, Professeure à l'Université de Genève ; Mme. Annick LEMPÉRIÈRE, Professeure à l'Université Paris I Panthéon-Sorbonne ; M. Jean-Frédéric SCHAUB, Directeur d'Etudes à l'EHESS ; M. Clément THIBAUD, Maître de Conférences à l'Université de Nantes ; Mme. Frédérique LANGUE, Directrice de Recherche au CNRS. Mention: Très honorable avec félicitations.

Texte intégral

  • 1  M. D. Montaigne, Essais. Livre premier et second, Bourdeaux, Par S. Milanges, 1580, p. 87.

« …j'ay veu beaucoup de gens devenus insensez de peur : et au plus rassis il est certain pendant que son accés dure, qu'elle engendre de terribles esblouissemens »1.

Montaigne, « De la Peur », 1580

  • 2  Voir tout particulièrement, J. Delumeau. La peur en Occident, op.cit. ;W. G. Naphy, P. Roberts, (é (...)

1Le passage de l’angoisse à la peur, comme nous l’avons spécifié dans l’introduction, est réalisé après identification de la cause réelle de ce « premier état émotif », et d’autre part, quand conscience est prise qu’une menace imminente pèse désormais sur la vie de l’intéressé. Dans le cas présent, ce passage renvoie au moment précis où les Blancs se sont sentis menacés par des individus de couleur (locaux ou bien venus des îles françaises) à l’occasion de rébellions, d’invasions, de conspirations ou bien de rumeurs qui laissaient présager des situations similaires. Ces configurations particulières les ont renvoyés en ce sens aux nouvelles ou aux récits portant sur les événements de La Hispaniola entre 1790 et 1805. Bien qu’objet d’étude en histoire, la peur — si bien abordée par l’historiographie depuis trois décennies2 — devient cependant un objet « glissant » lorsqu’elle est associée à des causes aussi insaisissables que le sont la traditionnelle angoisse face aux révoltes d’esclaves, ou l’imaginaire effrayant que font naître les événements en question.

2Dans le cas considéré, les manifestations que l’historiographie associe habituellement à ce passage à la peur, ne peuvent être associées véritablement qu’à l’angoisse ou à d’autres types de réactions plus conscientes, compte tenu des circonstances de tranquillité ou de calme prévalant au moment de leur apparition.  Par ailleurs, il n’est pas aisé d’identifier la peur dans la mesure où elle se manifeste essentiellement par des changements physiques (altération du rythme cardiaque, constipation, diarrhée) ou comportementaux (panique, hystérie), en d’autres termes par des pathologies parfois difficiles à identifier dans les documents de l’époque. Une solution existe cependant, afin de cerner puis d’analyser cette émotion fondamentale : prendre en compte les décisions prises par les individus afin d’affronter les menaces liées à l’imaginaire des bouleversements de La Hispaniola.

  • 3  Selon Alain Berthoz, les émotions mettraient « en éveil la conscience pour évaluer la situation et (...)

3D’un point de vue biopsychologique, les décisions humaines ne se présentent pas comme des actions purement rationnelles. Elles sont, en revanche, affectées par des émotions puisqu’elles ont une incidence notable sur le tout premier processus de perception, au cours duquel les éléments permettant d’identifier le danger sont sélectionnés, organisés et enfin interprétés. Ils conduisent ensuite à l’action voulue alors même que d’autres possibilités sont évacuées voire inhibées3. La nature de ces émotions peut varier par conséquent selon les caractéristiques culturelles et psychologiques de chaque individu, le jeu de la mémoire, qui vont orienter dans une très large mesure, le processus perceptif. Dans cette perspective, des émotions négatives comme la peur — mais aussi la colère et la tristesse —, sont susceptibles de produire de l’inhibition, ou, à l’opposé, des réactions beaucoup plus radicales afin de faire face à un danger.

  • 4  P. Mannoni, El miedo, op.cit., pp. 7, 26, 52.

4En ce qui concerne les manifestations collectives de cette émotion, en d’autres termes son échelle, qui fait qu’une communauté donnée va apporter une même réponse émotive à un danger complexe — le réflexe de survie n’intervient pas ici —, elles se doivent de partager un même psychisme ou une même sensibilité collective, ce qui implique d’avoir eu les mêmes expériences de vie. Selon Pierre Mannoni, s’il est possible que deux personnes ou deux groupes de personnes partagent les mêmes craintes, cela « ne signifie point qu’elles craignent avec une même intensité, pour le même temps ni simultanément»4. Nous tiendrons compte  par conséquent de ces postulats théoriques, malgré la rareté des données effectivement disponibles dans les documents évoquant explicitement des réactions de peur — émanant d’un groupe ou d’un individu — associées à l’imaginaire des « horreurs » de Saint-Domingue. Nous nous efforcerons essentiellement d’expliquer les décisions prises par des autorités lors de situations qui auraient pu produire ce type particulier de « réaction émotive ».

6.1. Une émotion [presque] insaisissable

  • 5  Cité par E. A. Pearson, Designs against Charleston: The trial record of the Denmark Vesey's slave (...)

5Nombreuses sont les situations susceptibles d’engendrer de la peur chez les Blancs confrontés à des dangers associés à l’exemple de Saint-Domingue, pendant la période révolutionnaire et parfois bien plus tard. Néanmoins, lorsque le danger était clairement identifié, nous ne trouvions que rarement des références précises au sujet de cette émotion. Concernant les changements physiques, nous n’avons trouvé qu’une seule référence à une situation comparable : en novembre 1797, à Charleston (Caroline du Sud), suite à l’arrestation d’une série de Noirs français qui préparaient apparemment une révolte, s’apprêtant à déclencher des incendies et à tuer tous les Blancs, « comme ils l’avaient fait à Saint-Domingue ». Lors de cet événement, les habitants de la ville, apprenant ce qui se passait, pâtirent de ce qui fut décrit comme une « agitation des esprits »(agitation of the spirits)5.

  • 6  « Soulèvement des Noirs de [Serapio] Recio. Lettre à Don Luís de las Casas (Puerto Príncipe, 14/07 (...)
  • 7  « Extrait d'une lettre de Mr Green (Good Hope, Trelawny, 15/05/1798) », TNA, CO, 137/99 224.

6En ce qui concerne les références qui mettent en évidence le passage à la peur au travers d’énonciations précises, nous n’avons trouvé que deux cas qui puissent montrer cette transition : le premier à Cuba, après l’éclatement d’une révolte à Puerto Príncipe en 1795. Selon un témoignage, cet événement aurait provoqué chez les Blancs une telle sensation de peur, qu’ils crurent se trouver « à la veille de voir les scènes tragiques et les terribles désastres qui avaient détruit la plus magnifique et la plus riche colonie d’Amérique », c’est-à-dire, Saint-Domingue6. Nous trouvons le second cas en Jamaïque, en mai 1798, lorsque des Marrons attaquèrent une plantation au nord de l’île. L’information dont disposaient les habitants blancs de la région, indiquait que le nombre de Marrons révoltés allait augmentant. Cette information aurait pu générer un sentiment de menace bien plus important que celui de la guerre des Marrons deux ans et demi auparavant. Pour cette raison, ils écrivirent aux législateurs de Kingston, les prévenant du danger et les invitant à agir. L’un d’entre eux écrivit : « je crains que cela ne débouche sur une seconde guerre de Saint-Domingue »7.

6.2. Appréhensions atlantiques au temps des révolutions

7Compte tenu de l’intérêt que comporte l’explication de manifestations émotives vraiment représentatives de la « peur haïtienne », et en suivant la perspective théorique présentée dans l’introduction à ce chapitre, nous avons identifié trois cas de décisions effectivement prises par des autorités afin de faire face à des situations angoissantes semblables à celles décrites dans la section précédente. Tel est le cas du gouverneur écossais de la Jamaïque, le comte de Balcarres, pendant la Guerre des Marrons de 1795 (Second Maroon War) ; du leader vénézuélien Francisco de Miranda, à la fin de la révolution de Caracas en 1812 et du suisse Johan Rudolf Lauffer, gouverneur de Curaçao pendant une intervention militaire franco-antillaise en 1799.

6.2.1. Un comte écossais contre la Convention nationale

  • 8  D. P. Geggus, « The Enigma of Jamaica in the 1790s », op.cit., pp. 293-298.

8Jusqu’à la moitié des années 1790, et pendant près de vingt ans, la Jamaïque ne connut pas de véritable tentative de révolte d’esclaves. Comme l’a indiqué David Geggus, cette situation était liée au fait que l’île disposait d’une armée suffisamment puissante, à même de dissuader toute velléité de soulèvement8. Le contexte commença à se modifier en 1793, lorsque la République française déclara la guerre à la Grande-Bretagne. À partir de cette date, des informations d’intelligence parvinrent aux autorités britanniques, portant sur des plans élaborés par l’agent de la Convention national Léger-Félicité Sonthonax. Celui-ci aurait en effet envisagé de fomenter une révolte interne à la Jamaïque, depuis Saint-Domingue, élément d’un projet beaucoup plus vaste d’invasion de l’île à l’aide d’une armée franco-antillaise, constituée par de troupes européennes et des combattants de couleur. Lorsque, le 18 juillet 1795, arrivèrent au palais du gouvernement à Spanish Town les nouvelles annonçant l’explosion d’une révolte massive de Marrons de la communauté de Trelawny (dans les montagnes au nord-est de l’île), un nouveau gouverneur venait juste d’assumer sa charge : Alexander Crawford Lindsay, comte de Balcarres.

  • 9  A. Crawford Lindsay, Lives of the Lindsays; or, A Memoir of the Houses of Crawford and Balcarres, (...)

9Balcarres était un aristocrate écossais, né en 1752. Ce militaire avait d’abord été envoyé en Allemagne, à Gibraltar, puis aux États-Unis, où il avait combattu les forces indépendantistes des Treize colonies. Nommé en octobre 1793 commandant de l’île de Jersey, (face à la côte normande française), il occupa cette charge pendant deux ans. Il eut la possibilité, pendant cette période, d’accueillir nombre de réfugiés français. De même parvint-il à recueillir des informations d’intelligence sur l’évolution de la situation à l’intérieur du territoire français, et appuya-t-il les mouvements contre-révolutionnaires du Morbihan et de Vendée9. C’est lors de son séjour à Jersey qu’il prit connaissance des idéaux du républicanisme radical français, de la volonté des Girondins d’exporter la révolution vers d’autres territoires ennemis (y compris les colonies d’outremer), ainsi que des atrocités commises pendant la Terreur.

  • 10  Les plantations qui appartenaient à Balcarres étaient Government Pen, Saint Catherine, Martin's Hi (...)
  • 11  A. Crawford Lindsay, Lives of the Lindsays, op.cit., p. 358.
  • 12  « Balcarres à Portland (Jamaïque, 11/05/1795) », TNA, CO, 137/95, f. 40.

10Au début de l’année 1795, Balcarres fut nommé gouverneur de la Jamaïque. Sa famille y possédait alors au moins quatre plantations, situées dans le nord-est de l’île10. Balcarres quitta l’Angleterre pour les Caraïbes au printemps de la même année, accompagné de son frère Collin. Celui-ci ayant été nommé chef des troupes britanniques à Grenade, il fut amené à en prendre le commandement lors d’un soulèvement de Noirs et mulâtres appuyés par des corsaires français de Guadeloupe11. Arrivé en avril en Jamaïque, Balcarres apprit que l’on avait tenté récemment d’incendier la ville de Kingston. Cependant, il écrivit le 11 mai au secrétaire d’État, le duc de Portland, l’informant que la situation en Jamaïque était« d’une parfaite tranquillité », et que, selon lui, elle le serait tant que les forces britanniques stationnées dans la partie sud et la pointe nord-occidentale de Saint-Domingue, seraient sur place. Il reconnaissait dans cette même lettre la nécessité qu’une partie de ce territoire demeure sous contrôle britannique afin d’assurer la sécurité de la Jamaïque12.

  • 13  « Balcarres à Portland (Jamaïque, 30/05/1795) », TNA, C.O. 137/101, f. 51-52.

11Aussitôt arrivé, le nouveau gouverneur ouvrit également une enquête afin d’« identifier les facteurs de trouble » dans l’île. On découvrit à cette occasion que l’on avait tenté de soudoyer son secrétaire — qui aurait accepté des pots-de-vin en échange de la libération des prisonniers français retenus sur les navires-prison) — et l’officier chargé des prisons, qui sera plus tard jugé pour la même faute. En ce qui concerne les es esclaves, apparemment tranquilles, il était convaincu que, tôt ou tard les agents de la Convention nationale tenteraient d’introduire dans l’île des individus perturbateurs, essentiellement des Noirs et des mulâtres de Saint-Domingue. Ce fut alors qu’il décida, en accord avec l’Assemblée coloniale, d’envoyer vers la colonie française tous les réfugiés capables de porter des armes13.

  • 14  Ibid.

12Il écrivit à Portland le 30 mai, l’informant de l’imminence du danger et partagea en outre avec lui son inquiétude. Il lui semblait en effet que les habitants de l’île étaient inconscients des dangers qu’ils encouraient, même si lui-même s’efforçait de les prévenir lorsque la nécessité s’en faisait sentir. Il assura également que, même si l’on avait tenté d’introduire les idées françaises dans l’île, celles-ci « n’avaient encore exercé d’influence sur personne, et [qu’il] ferait tout ce qui était en son pouvoir afin d’éviter que leurs doctrines ne s’y introduisent»14. C’est dans ce contexte qu’éclata la révolte des Marrons de Trelawny. À la mi-juillet de 1795, une centaine d’entre eux se mobilisa, reprochant au surintendant local d’avoir violé les accords signés avec eux des dizaines d’années auparavant et infligé un châtiment public à des Marrons. Il s’avéra que deux Marrons, qui avaient volé deux cochons, avaient en effet été fouettés en public.

  • 15  R. Hart, Slaves Who Abolished Slavery, Kingston, Jamaica, Institute of Social and Economic Researc (...)
  • 16  « Les magistrats au gouverneur (Montego Bay, 10/07/1795) », TNA, CO, 137/95, p. 73.
  • 17  « Lettre des magistrats de la paroisse de St. James (Montego Bay, 18/07/1795) », TNA, CO, 137/95, (...)

13Selon les premières informations envoyées par des magistrats du nord de l’île, plus précisément depuis la paroisse de Saint James et la ville de Montego Bay, tout portait à croire que la révolte était due au rejet de la personne du surintendant et tout particulièrement suite à l’affaire des Marrons fouettés15. D’autres informations parvenues aux magistrats début août, montraient en effet que la réponse des Marrons aux exigences de soumission émanant des autorités, était de refuser l’imposition du surintendant et de ne vouloir que la guerre16.Dans ces informations figuraient également la menace de brûler les plantations aux alentours, des tentatives visant à rallier les esclaves de la région, ainsi que l’intention de massacrer les enfants et les troupeaux des Blancs17.

  • 18  « Balcarres à Portland (Jamaïque, 19/07/1795) », TNA, CO, 137/95, p. 71-72 v.
  • 19  Ibid.
  • 20  « Balcarres à Portland (Jamaïque, 23/07/1795) », TNA, CO, 137/95, f. 86-86 v.

14Le 19 juillet, Balcarres écrivit de nouveau au secrétaire d’État, insistant sur le fait qu’il n’écartait pas l’idée qu’il pouvait s’agir d’agitateurs français : « si les esprits de ces montagnards [Marrons] sont corrompus par des émissaires, cela pourrait être fatal au pays »18. Il prévint que, dans ce cas, il n’hésiterait pas à faire appel aux troupes stationnées à Saint-Domingue, même si son désir était de ne pas avoir à le faire19. Le 23 du même mois, il lui écrivit de nouveau, indiquant qu’il avait reçu des rapports prouvant que de nombreux d’esclaves fugitifs s’étaient unis aux Marrons et que, chose plus grave encore à ses yeux, des prisonniers français« extrêmement dangereux », récemmentlibérés des navires-prison, étaient présents dans la région20.

  • 21  « Balcarres à Portland (Jamaïque, 19/07/1795) », TNA, CO, 137/95, f. 72 v.
  • 22  « Balcarres au général en chef Taylor (Montego Bay, 07/09/1795) », in A. Crawford Lindsay, Lives o (...)

15Jusqu’à alors, Balcarres était disposé à négocier avec les chefs des Marrons, mais à peine eut-il reçu la nouvelle relative à la présence des français parmi les révoltés, qu’il décida d’agir avec « énergie et vigueur » : il envoya trois corps de cavalerie à Montego Bay et fit des provisions, au cas où les plantations seraient détruites. Ces mesures étaient destinées à éviter que les esclaves ne rejoignent la rébellion, dans l’hypothèse où il s’agirait effectivement d’une conspiration liée à « l’intrigue française »21. La ferme réaction du gouverneur ne plaisait point aux principaux notables blancs de l’île : en aucun cas le Conseil ne reconnaissait en effet la gravité de la menace qui pesait sur le territoire. Certaines autorités civiles demandèrent même que l’on cédât aux exigences des Marrons, qui ne leur semblaient pas si farfelues. Elles allèrent jusqu’à demander que l’on ne mobilisât pas l’armée, dans la mesure où cette disposition pourrait être interprétée comme une provocation. Gêné par cette attitude, Balcarres reprocha aux membres du conseil de prendre la situation trop à la légère, leur faisant savoir en privé que « si toutes leurs plantations étaient complètement brûlées, ils ne pourraient que s’en prendre à eux-mêmes »22.

  • 23  « Balcarres à Williamson (Government Penn, 27/07/1795) », in A. Crawford Lindsay, Lives of the Lin (...)
  • 24  « Balcarres à Lewis Cuthbert (Government Penn, 30/07/1795) », in A. Crawford Lindsay, Lives of the (...)
  • 25  « Balcarres à Portland (Spanish Town, 03/08/1795) », TNA, CO, 137/95, f. 96.

16Le gouverneur fit montre de sa frustration de ne pouvoir prendre des mesures plus énergiques dans une nouvelle communication envoyée au chef des armées britanniques à Saint-Domingue, Adam Williamson. Il s’y plaignait amèrement d’avoir pieds et poings liés. Dans le cas contraire, il aurait « déjà rasé le village de Trelawny »23. Il écrivit trois jours plus tard une lettre de la même teneur au prévôt de la Jamaïque afin de le prévenir que, si, dans le courant de la semaine, aucune mesure n’était prise à l’encontre des Marrons, « au lieu de l’action d’un soldat, ce seraient les Droits de l’Homme [des français] que l’on entendrait »24. Début août, les magistrats de Montego Bay informèrent que les esclaves de neuf plantations donnaient des signes de révolte, mais la seule apparition des corps de cavalerie envoyés à Montego Bay leur fit renoncer (hushed) à leurs prétentions25.

  • 26  Ibid.
  • 27  « Balcarres à Portland (Spanish Town, 03/08/1795) », in A. Crawford Lindsay, Lives of the Lindsays (...)
  • 28  « Substance of my Speech to the Council of War (02/08/1795) », in Ibid., pp. 46-48.

17L’information selon laquelle les esclaves avaient réagi à l’insurrection des Marrons, même s’ils avaient mis un terme à leurs manifestations d’insolence, était suffisante pour que le gouverneur informât Londres que l’île était « sur le point d’être détruite »26. De même permettait-elle que le conseil l’autorisât à convoquer un conseil de guerre27. Le 2 août, Balcarres s’adressa donc à l’Assemblée coloniale, l’assurant que des indices laissaient à penser que, derrière cette rébellion de Marrons, se cachait en réalité « bien plus […] que le seul événement des Marrons fouettés ». Il fit valoir que, depuis quelque temps déjà, les Marrons manifestaient un certain mécontentement à l’encontre des autorités britanniques. Ils ne s’en trouvaient que plus disposés à écouter les propos « incendiaires » des émissaires de l’ennemi. La preuve qu’un complot était en marche aurait été décelée, selon le gouverneur, en raison de la présence d’espions français (ou supposés tels) impliqués dans la tentative d’incendier Kingston, sans compter les prisonniers libérés sur parole, qui erraient sur l’île et suscitaient la crainte des habitants28.

  • 29  Ibid.
  • 30  « Balcarres à Portland (Spanish Town, 03/08/1795) », in Ibid., pp. 48-49.
  • 31  « Proclamation signée par Balcarres (Montego Bay, 08/08/1795) », TNA, CO, 137/95, f. 104 ; « To  t (...)

18Pour cette raison, Balcarres insista sur la nécessité d’attaquer immédiatement les Marrons, par tous les moyens, afin d’en neutraliser la menace. Pour ce faire, il fit comprendre aux membres d’un conseil de guerre qu’ils pourraient compter sur une partie des dix-sept mille soldats qui venaient d’arriver sur l’île, et dont la destination finale était Saint-Domingue. À cette occasion, il termina son intervention en faisant remarquer que la responsabilité leur en incombait, et manifesta sa satisfaction d’avoir rempli son devoir en les prévenant de la sorte : « J’ai sonné l’alarme. Il y a fort longtemps que j’y songeais »29. Avant même la fin de cette séance, les membres du conseil décidèrent d’approuver une déclaration de loi martiale30. Six jours plus tard, Balcarres rendit publiques deux proclamations dans lesquelles il offrait une récompense généreuse en échange de n’importe quel Noir insurgé fait prisonnier ou livré mort. Balcarres y exigeait également des Marrons une soumission totale « à Sa Majesté » avant la date fixée (le 8 août), sous peine de faire l’objet de poursuites31.

  • 32  « Déclaration de Jean-Joseph Moranson (28/08/1795) », TNA, CO, 137/95, f. 148-149 ; « Further exam (...)
  • 33  « Déclaration de Jean-Joseph Moranson (28/08/1795) », TNA, CO, 137/95, f. 148-149 ; « Further exam (...)

19À cette époque, arriva à la Jamaïque un Français royaliste en provenance des États-Unis, Jean-Joseph Moranson, qui fit part aux autorités d’un plan concocté par les autorités françaises afin de détruire l’île. Il indiquait dans sa déclaration que le ministre de la France à Philadelphie, Joseph Fanchet — qui avait été un temps son ami à Paris —, lui avait confié que « les Français voulaient plonger la Jamaïque, ainsi que d’autres colonies britanniques, dans la même situation que Saint-Domingue. » Ce plan allait être mené à bien avec la collaboration de certains individus présents en Guadeloupe et à Saint-Domingue, comme le meneur mulâtre, André Rigaud. Il consistait à envahir la Jamaïque à l’aide d’un contingent de dix mille hommes qui s’apprêtaient par ailleurs à distribuer des armes aux Noirs locaux32.  Dans un premier temps, il était prévu de libérer quelques prisonniers des navires-prison à Kingston, et d’envoyer ensuite des émissaires de couleur afin d’inciter les Noirs à se révolter, en « leur faisant de fausses promesses de liberté et d’égalité. » À ce moment, toujours d’après Moranson, plus d’une centaine avaient déjà été envoyés vers différentes parties de l’île, certains avaient pris contact avec les Marrons, et obtenu l’assurance que ces derniers rejoindraient sans délai  l’insurrection33.

  • 34  « Balcarres à Portland (Montego Bay, 31/08/1795) », TNA, CO, 137/95, f. 131-131 v.

20Le fait que l’on fît appel à des prisonniers pour mener à bien l’insurrection, ainsi que l’implication de son secrétaire et l’officier chargé des prisons, amena Balcarres à condamner d’autant plus sévèrement la trahison de ces derniers. Pour le gouverneur, au nombre de ces « libérés illégaux » se trouvaient, sans aucun doute, les individus qui étaient entrés en contact avec les Marrons. Pour cette raison, il assura que la guerre contre ceux-ci « était due à l’introduction d’or français »34. Au même moment, le gouverneur écrivit à Portland afin de l’informer de la relation qui existait apparemment entre la révolte des Noirs insurgés et les plans ourdis par des républicains français :

  • 35  « Balcarres à Portland (Montego Bay, 25/08/1795) », TNA, CO, 137/95, f. 113-113 v.

« La nature de leurs liens [avec les Français] était préoccupante, et les ressources dont ils disposaient, leurs opinions ainsi que l’exemple de Saint-Domingue les incitèrent à prendre le contrôle du territoire »35.

  • 36  « Balcarres à Major-General Taylor (Montego Bay, 07/09/1795) », in A. Crawford Lindsay, Lives of t (...)
  • 37  Nous avons recensé au total vingt-trois documents différents : des lettres émanant d’autorités div (...)
  • 38  « Discours de Balcarres. Journal of the Coucil (St. Iago de la Vega, 22/09/1795) », TNA, CO, 137/9 (...)

21Le témoignage de Moranson surprit également ceux qui s’étaient montrés jusqu’alors sceptiques devant la possibilité d’une intervention française. Tel fut le cas du planteur et général de milice, Palmer, qui s’était exclamé : « Mon Dieu, nous étions tous dans l’erreur ! »36. Ce témoignage, ainsi que d’autres de moindre importance concernant les projets subversifs que les Français étaient censés ourdir contre la Jamaïque37, furent présentés par Balcarres devant l’Assemblée coloniale le 22 septembre. Lors de son discours, le gouverneur rappela que, grâce à sa réaction rapide — l’envoi de la cavalerie à Montego Bay —, il avait évité que ne s’instaure sur l’île un régime comparable à celui qu’avaient installé les Français en divers lieux des Caraïbes. L’objectif de la Convention nationale aurait été en effet de « plonger l’île dans l’anarchie et la confusion », première étape d’un plan plus vaste élaboré par les détenteurs du pouvoir en France, afin d’en finir avec tout système de gouvernement civilisé38.

  • 39  « Le conseil au gouverneur (24/09/1795) », TNA, CO, 137/95, f. 172.
  • 40  « Extract from the Address of the Council and Assmbly of Jamaica to his Majesty King George III (2 (...)

22Les preuves apportées parvinrent à convaincre les membres du conseil de l’île, qui firent connaître au gouverneur leur indignation et leur horreur devant les moyens hostiles auxquels l’ennemi avait recouru afin de préparer un « massacre général » ne conduisant qu’à la « destruction » [de l’île] laissée « aux mains de sauvages »39. L’Assemblée coloniale réagit également, en faisant parvenir sans délai une lettre au roi, dans laquelle était dûment soulignée l’admiration que ressentaient ses membres pour la personne du gouverneur, qui avait « sauvé le pays [d’un danger], avant même que celui-ci ne soit devenu manifeste.»40.

  • 41  R. Hart, Slaves Who Abolished Slavery, op.cit., p. 168 ; D. Geggus, « The Enigma of Jamaica in the (...)
  • 42  R. Hart, Slaves Who Abolished Slavery, op.cit., p. 185.

23Une fois l’appui du conseil et de l’assemblée acquis, Balcarres était enfin libre de mettre en marche la machine de guerre et d’affronter les quelque trois cents Marrons révoltés. Elle s’avérait largement supérieur aux effectifs de ces derniers, dans la mesure où elle était constituée de mille deux cents soldats d’infanterie, sans compter la milice, l’artillerie, des esclaves servant de guides et des Marrons fidèles41. Malgré le déséquilibre des forces en présence, le conflit dura plusieurs mois. Le terrain de combat était en effet accidenté, et les tactiques des Marrons particulièrement judicieuses. À partir du mois d’octobre, Balcarres reprit confiance grâce à l’avancée de ses forces. Il continua cependant d’affirmer que les révoltés se trouvaient encore sous influence française. C’est en définitive à la fin du mois de décembre que les chefs marrons, craignant d’être pourchassés avec des chiens, finirent par se rendre au général Walpole et remettre tous les esclaves fugitifs qui les avaient rejoints, à la condition expresse de ne pas être expulsés de l’île42.

  • 43  Ibid., pp. 193-201.

24La date fixée pour la reddition des Marrons fut le 1er janvier 1796. Lorsque cinq d’entre eux seulement se présentèrent, Balcarres prit des dispositions pour les attaquer à nouveau. Cette nouvelle mobilisation ne fut cependant pas nécessaire, car les rebelles commencèrent à se rendre peu à peu. Ils étaient alors appréhendés sur le champ, et envoyés à la prison de Montego Bay. En avril, alors qu’ils étaient une centaine derrière les barreaux, Balcarres décida de les expulser de l’île. Pour ce faire, il s’appuya sur une lettre du ministre Portland le recommandant, lettre rédigée en fait avant que ne fût connu l’accord auquel ils étaient parvenus. Son honneur bafoué, le général Walpole renonça à sa charge, dans la mesure où il avait donné sa parole qu’il n’y aurait pas d’expulsion. Il alla même jusqu’à refuser l’épée que lui offrit courtoisement l’Assemblée coloniale en l’honneur de sa victoire43. Au début du mois de mai 1796, deux cents Marrons furent embarqués pour la lointaine Nouvelle Écosse, située au nord de la Côte est nord-américaine.

  • 44  Dans ce commentaire, Balcarres faisait peut-être référence au moment où Raynal, dans le tome 7 de (...)
  • 45  « Balcarres à Portland (Jamaïque, 23/05/1796) », TNA, CO, 137/97, f. 7-8 v.

25Une fois les Marrons vaincus, Balcarres ne manqua pas de d’en réjouir auprès de Portland et lui signifia avec arrogance l’extermination de ces derniers : « C’est ainsi que disparait la nation des Marrons de Trelawny, un peuple qui, aux dires de certains historiens (x Abbe Raynal), ne devait jamais être vaincu, mais en revanche dominer l’île »44. S’il est vrai qu’il reconnut, ultérieurement, que tout avait commencé par le vol d’un cochon, il justifiait néanmoins son action devant le gouvernement métropolitain en assurant que les Marrons préparaient une révolte depuis fort longtemps, que la moitié des esclaves étaient sur le point de se rebeller et que l’île était « envahie par une foule de Français de couleur qui y avaient été introduits pour faire éclater une insurrection. » Il ajouta finalement que, s’il avait hésité un seul instant en de pareilles circonstances, il n’aurait pu éviter le massacre de tous les Blancs de l’île, et l’inexorable perte « pour l’Empire de soixante dix millions de livres sterling du capital britannique, dont dépend la prospérité de l’île »45.

6.2.2. Des mulâtres saint-dominguois à Curaçao

  • 46  J. Hartog, History of the Netherlands Antilles, vol.III (Curacao from Colonial Dependence to Auton (...)

26Tout comme dans les cas des rébellions d’esclaves, les informations — fondées ou non — qui annonçaient une invasion d’hommes de couleur depuis les îles françaises, constituèrent un autre facteur d’alarme pour les habitants et les autorités des sociétés esclavagistes de la région caribéenne. C’est dans ce contexte qu’il faut comprendre les événements survenus à Curaçao en 1799, sous la forme d’un affrontement entre les forces bataves installées sur place, et une armée franco-antillaise envoyée de Guadeloupe, sous prétexte de protéger l’île des forces britanniques. À cette occasion, la gravité de la situation ainsi que le « spectre » de Saint-Domingue, firent que le gouverneur suisse de cette île, Johan Rudolf Lauffer, prit une décision déterminante : rendre l’île à l’ennemi anglais. Ce personnage était un commerçant d’importance, arrivé sur l’île en 1776, (sur d’importance, arrivé sur l’île), après avoir travaillé durant plusieurs années comme agent de la Compagnie hollandaise des Indes Occidentales46.

  • 47  Encyclopedia of the African Diaspora : Origins, Experiences, and Culture. Encyclopedia of the Afri (...)

27L’île de Curaçao avait le statut de colonie hollandaise depuis 1636. Depuis cette date, elle était devenue un centre commercial important, attirant parti de sa situation privilégiée face à la Terre Ferme, et de la prospérité du commerce atlantique Hollandais. À la fin du XVIIIe siècle, l’île présentait elle aussi, toutes les caractéristiques, ethniques et démographiques, d’une colonie de plantation : le groupe des esclaves représentait 61,1 % de la population (soit 12 864 individus), dépassant largement les Blancs (3 564 personnes) et les libres de couleur (4 560 personnes)47. À la veille de la Révolution française, la métropole néerlandaise connaissait des conflits politiques internes, faisant s’affronter les partisans du lieutenant général (Stathouder) Guillaume V d’Orange-Nassau, et ceux de la faction patriote. Ces derniers souhaitaient l’instauration d’une république à l’américaine, et accusaient la plus haute autorité du pays de vouloir proclamer une monarchie.

  • 48  A. Jourdan, « La grand illusion : la république batave et le 18 brumaire », Annales historiques de (...)

28Après plusieurs années de tension, une révolte patriotique éclata en 1785, poussant le lieutenant général à abandonner son palais de La Haye. Deux années plus tard, les patriotes furent évincés du pouvoir grâce à l’intervention de l’armée prussienne, et devinrent l’objet d’une répression orchestrée par les autorités orangistes. Après l’occupation française de 1795, les patriotes revinrent au pouvoir et, par le biais d’un traité signé en mai de cette année avec la France, fondèrent la République batave. Ce traité établissait une alliance militaire entre ces deux nations, mais il exigeait également des Bataves une indemnité importante, la remise d’une partie du territoire, le maintien d’une armée d’occupation, ainsi que d’autres conditions déshonorantes. L’enthousiasme initial laissa donc place à la méfiance à l’égard de la « République mère »48.

  • 49  L’influence de Saint-Domingue était perceptible dans le fait que certains de ses leaders avaient a (...)

29L’île de Curaçao n’avait pu échapper par conséquent aux conflits entre orangistes et patriotes. Les tensions augmentèrent après la déclaration par la République française de la guerre aux Provinces-Unies et à la Grande-Bretagne en février 1793. Lorsque la nouvelle parvint sur l’île, son gouverneur orangiste, Johan de Veer, dut placer sous surveillance plusieurs manifestations pro-françaises qui se déroulaient dans la ville principale, Willemstad. En 1795, deux frégates françaises entrèrent dans la baie, et leurs capitaines proposèrent un renfort militaire aux autorités locales, dans la guerre contre les Anglais. Le conseil de l’île refusa la proposition, mais il permit aux Français de se ravitailler. En août de la même année éclata une révolte d’environ deux mille esclaves, révolte alimentée par l’espoir que l’alliance avec la France allait entraîner l’abolition de l’esclavage dans les territoires bataves, espoir en partie inspiré des événements de Saint-Domingue49.

  • 50  J. Hartog, History of the Netherlands Antilles, op.cit., pp. 190-191 ; D. Marley, Historic Cities (...)

30Lorsqu’arriva la nouvelle de l’instauration formelle d’une république en métropole, le gouverneur De Veer démissionna. Il fut remplacé, à titre intérimaire, par le pro-britannique Jan Jacob Baujon. Néanmoins, celui-ci déplaisait tant aux républicains de l’île, qu’une conspiration conduite par le capitaine des milices Lauffer, le renversa en décembre 1796. Lauffer assuma immédiatement les fonctions de gouverneur, acte légitimé par le gouvernement métropolitain batave en février 179950. Au début de cette même année, une frégate française, la Vengeance, se présenta devant la rade de Willemstad. On lui permit d’entrer dans la baie de Sainte-Anne, afin d’effectuer des réparations suite aux dommages subis lors d’une bataille livrée contre un navire de guerre américain, dans le cadre de la « quasi-guerre ».

  • 51  Il communiqua cette information au capitaine général du Venezuela, puisque Tierce en personne avai (...)

31Malgré sa tendance républicaine, Lauffer fit preuve pendant son gouvernement de la plus stricte neutralité, vraisemblablement afin d’éviter des provocations qui auraient entraîné l’extension des conflits caribéens à Curaçao. Il expulsa même un agent français, Jean-Baptiste Tierce, qu’il fit arrêter en 1799 pour avoir comploté contre les autorités de l’île. Il l’accusa également de répandre la rumeur selon laquelle le gouverneur était ennemi des Français, et d’avoir caché des prisonniers français enfuis du Venezuela, accusés d’avoir été à l’origine de la conspiration jacobine découverte à La Guaira deux années auparavant51. Les intentions de Tierce, d’après ce qu’écrivit Lauffer à son homologue espagnol de Caracas, étaient de :

  • 52  « Lauffer au capitaine général du Venezuela (Curaçao, 08/10/1799) », AGN, GCG, LXXXI, f. 134.

« …devenir maître de l’île, changer le gouvernement, tuer quelques personnes [blanches], confisquer tous les biens, et proclamer les principes qui, comme à Saint-Domingue, feraient des esclaves des hommes libres, ce qui les rallierait sans nul doute à sa cause et lui permettrait d’assurer son succès »52.

  • 53  « Les agents des consuls au citoyen Bresseau (Basse Terre, 26 messidor, an VIII ; 27/07/1800) », C (...)

32Le 22 juillet 1800, une petite flotte de cinq embarcations françaises se présenta à Willemstad. Des corsaires figuraient dans cette flotte constituée des bricks le Léger et le Brillant, et des frégates le Mahomet, l’Egypte Conquise et la Jeannette. Des hommes de troupes y étaient embarqués — environ trois cents selon les documents français, neuf cents d’après les hollandais —, beaucoup d’entre eux étaient de couleur. Tous se trouvaient sous le commandement de l’un des agents du Directoire exécutif de la France à la Guadeloupe : le général Jeannet.  À bord de l’embarcation était également présent un autre agent de cette île, M. Bresseau, ainsi que François Rigaud, frère d’André Rigaud, l’un des chefs mulâtres de Saint-Domingue53.

  • 54  « Les agents des consuls au citoyen Forfait, ministre de la marine. Compte-rendu de l'expédition à (...)
  • 55  « Les agents des consuls au citoyen Bresseau (Basse Terre, 26 messidor, an VIII ; 27/07/1800) », C (...)
  • 56  « Extrait d'un mémorial du gouverneur et du conseil de l’île de Curaçao (Curaçao, octobre 1800) », (...)

33Selon les agents de la Guadeloupe, ces forces débarquaient afin de garantir l’accessibilité des ports de Curaçao aux navires français, une invasion anglaise étant annoncée comme imminente54. Afin de parvenir à leurs fins, ils étaient donc disposés à prendre le pouvoir par la force si cela s’avérait nécessaire, avec l’appui de l’équipage de la frégate la Vengeance, qui se trouvait encore dans l’anse de Willemstad55. Les autorités bataves, craignant « que les pavillons français n’aient été hissés à seule fin de dissimuler une intention hostile », donnèrent donc l’alarme. Des troupes prirent position sur les quais, les canons furent chargés, et la chaîne bloquant l’accès du port mise en place56.

  • 57  « Extrait d'un mémorial du gouverneur et du conseil de l'île de Curaçao (Curaçao, octobre 1800) », (...)
  • 58   « Les agents des consuls au citoyen Forfait, ministre de la marine. Compte-rendu de l'expédition (...)
  • 59  Ibid., f. 93 v.-95 v.

34Devant l’impossibilité où ils se trouvaient de pénétrer dans le port, les navires français se contentèrent de jeter l’ancre face à la côte, dans la ligne de mire des canons de Willemstad et du bateau hollandais en assurant la surveillance57. Les agents français et les autres officiers s’empressèrent de descendre à terre afin de négocier avec le conseil de l’île et le gouverneur, à qui ils auraient demandé « s'il voyait dans les Français des amis ou des ennemis »58. M. Jaubert, délégué du gouvernement français sur l’île, se joignit à eux. Au cours des réunions qu’ils eurent avec les autorités bataves, les Français demandèrent qu’on leur permît d’avitailler la frégate la Vengeance afin de pouvoir repartir. Ils les informèrent également que leur visite n’avait d’autre but que de prêter assistance au gouvernement de l’île, afin que celle-ci ne tombe pas aux mains des Anglais59

  • 60  Ibid.
  • 61  Selon les autorités bataves, les Français les avaient menacés de détruire l’île, si leur demande n (...)
  • 62  Ibid., f. 135-135 v.

35Le gouverneur et le conseil de l’île s’y opposèrent vivement, mais acceptèrent la demande relative à la frégate ; en compensation, les Français promirent de regagner la Guadeloupe. Leurs navires furent donc autorisés à entrer dans le port, et leurs troupes à débarquer à Roode Weg (voie d’entrée à Otrabanda, sur la rive gauche du port d’Over Zÿde) afin de se rafraîchir60. Le 5 août, une fois les troupes descendues à terre, les agents renouvelèrent leur demande et firent parvenir aux autorités locales un manifeste qui déclarait que Curaçao était désormais placé sous protection française61. Dans la lettre qui accompagnait ce document, les agents réclamaient réparation des affronts et menaces qui leur avaient été imposés depuis leur arrivée, et ils exigeaient du gouverneur et des membres du conseil de l’île « de cesser enfin de les traiter en ennemis, traitement qu’ils subissaient depuis leur arrivée »62.

  • 63  « Extrait d'un mémorial du gouverneur et du conseil de l’île de Curaçao (Curaçao, octobre 1800) », (...)

36Dans l’intervalle, l’agent Bresseau, qui était en communication secrète avec le capitaine de la Vengeance, M. Pitot, lui indiqua de se préparer à ouvrir le feu contre le fort et la ville lorsqu’il en recevrait l’ordre. Non seulement cet officier s’y refusa, mais il prévint immédiatement Lauffer de la machination. L’attitude méfiante de M. Pitot vis-à-vis de ses supérieurs fit comprendre au gouverneur que les agents français s’estimaient trahis, et qu’ils préparaient une mutinerie afin de l’assassiner, puis de prendre le contrôle du navire et, ainsi, mener leur plan à terme. Averti par Lauffer du danger qu’il courait, et voulant éviter que son navire ne tombe entre les mains des agents français, M. Pitot leva l’ancre, abandonnant le port le 10 août63.

  • 64  « Extrait d'un mémorial du gouverneur et du conseil de l’île de Curaçao (Curaçao, octobre  1800) »(...)

37Le même jour, le conseil se réunit, approuvant à l’unanimité une résolution qui devait être envoyée à Bresseau. Sa teneur était la suivante : une solution à l’amiable était proposée et il fut assuré à l’agent français que le gouvernement de l’île n’avait rien contre les Français. Bien au contraire, ils considéraient la République française comme une nation amie et étaient prêts à couvrir toute dépense qui s’imposerait afin que l’armée française puisse revenir en Guadeloupe. Vers le 16 août, convaincus que tout effort militaire serait voué à l’échec si l’appui de la Vengeance n’était pas assuré, les agents décidèrent d’accepter l’offre du gouvernement de participer financièrement à l’évacuation de l’île. Les autorités locales affrétèrent donc quatre navires supplémentaires. Elles accordèrent par ailleurs à ces agents 10 500 paltinjos, pour les besoins de l’état-major et la paie des soldats, et leur fournirent gracieusement des provisions. Au matin du 4 septembre, les troupes franco-antillaises embarquèrent de nouveau64.

  • 65  « Extrait d'un mémorial du gouverneur et du conseil de l’île de Curaçao (Curaçao, octobre 1800) », (...)

38Dans la matinée du même jour, les voiles de quatre goélettes françaises en provenance de Guadeloupe apparurent à l’horizon, chargées d’hommes et de munitions. Mais les navires des agents avaient déjà pris le large. L’arrivée de ces embarcations incita les agents à tenter à nouveau de s’emparer de Curaçao. Ils gagnèrent donc la baie de Sint Michiel, à quelques kilomètres à l’ouest de Willemstad. Ils prétexteront plus tard ne pas avoir trouvé les bons vents nécessaires au voyage, et qu’ayant aperçu quatre navires de la marine anglaise, ils s’en étaient retournés. Bresseau fit alors usage d’une lettre que lui avait été confiée par le gouverneur, dans laquelle il était expressément ordonné aux officiers hollandais des autres ports de l’île d’en permettre l’entrée aux navires français en cas de danger. De sorte que les agents purent de nouveau débarquer les troupes, s’emparant au passage des batteries de canons qui gardaient la baie65.

  • 66  « Extrait d'un mémorial du gouverneur et du conseil de l’île de Curaçao (Curaçao, octobre 1800) », (...)
  • 67  « Extrait d'un mémorial du gouverneur et du conseil de l'île de Curaçao (Curaçao, octobre 1800) », (...)

39Informé par le commandant de Sint Michiel que l’armée française avait obtenu l’autorisation de débarquer dans sa juridiction, et ne croyant guère à la présence de navires anglais sur la côte, le gouverneur intima l’ordre de faire lever l’ancre sans délai au général Jeannet, car il n’y avait « aucun ennemi sur terre ni en vue… »66. Lauffer se mit immédiatement en marche à la tête de cinq cents hommes, troupes régulières et gardes nationaux confondus ; mais, se rendant compte de l’infériorité numérique de son armée face aux forces françaises — selon ses calculs les Français étaient alors 1 200 —, il décida de regagner Willemstad. Il y organisa un poste de défense de trois cent cinquante hommes, situé à Rood Weg, afin de protéger l’entrée de la ville sur la rive gauche du canal67.

  • 68  « Les agents des consuls au citoyen Forfait, ministre de la marine. Compte-rendu de l'expédition à (...)
  • 69  « Extrait d'un mémorial du gouverneur et du conseil de l'île de Curaçao (Curaçao, octobre 1800) », (...)

40Le 5 septembre, le délégué de France à Curaçao, M. Jaubert, fut expulsé de Willemstad par Lauffer qui lui demanda de se retirer où se trouvaient les « soi-disantes troupes françaises de la Guadeloupe »68. Deux jours plus tard, les colonnes de soldats franco-antillais parties pour l’endroit où le gouverneur avait regroupé ses troupes, effectuèrent leur jonction et les troupes hollandaises furent contraintes de se retirer. Après quelques escarmouches dans les rues d’Otrabanda, le gouverneur donna l’ordre à ses troupes de regagner Fort Amsterdam, sur la rive droite du canal intérieur, laissant ainsi les Français maîtres de la rive gauche69. D’après l’agent Bresseau, ce fut une bataille fulgurante et sans autre issue possible, au point que Lauffer laissa sur le champ de bataille

  • 70  « Les agents des consuls au citoyen Forfait, ministre de la marine. Compte-rendu de l'expédition à (...)

« …cinq pièces de campagne, son cheval, son chapeau et pensa se noyer en traversant dans un punk surchargé de monde, le bras de mer qui sépare la ville en deux parties. Notre petite armée ne tarda pas à arriver dans cette dite l'autre bande si précipitamment traversée par les fuyards. Le général Jeannet y cantonne vingt huit officiers de St. Domingue de la suite du général Rigaud qui s'étaient empressés de l’y venir joindre »70.

41Ce ne sont cependant pas les détails sur le déroulement de l’affrontement qu’il convient de retenir de ce témoignage, mais la forte impression qu’il eut sur le gouverneur Lauffer et les autres autorités de l’île : parmi les attaquants français à Otrabanda, se trouvaient effet des hommes de couleur originaires de Saint-Domingue.

  • 71  « Extrait d'un mémorial du gouverneur et du conseil de l'île de Curaçao (Curaçao, octobre 1800) », (...)

42Après ce succès initial, l’agent Bresseau essaya en vain de se gagner les membres du conseil, leur présentant des conditions d’occupation plus honorables que celles proposées auparavant, mais ses membres les refusèrent. Les Français, grâce à l’aide des nombreux esclaves qui s’étaient joints à eux, prirent le contrôle des sources d’eau qui approvisionnaient la partie de la ville occupée par les hollandais. Ils s’emparèrent également du bétail qui se trouvait de l’autre côté du canal. Afin de s’assurer la prise définitive de Willemstad, ils placèrent deux navires corsaires au sud de l’île de Bonaire, interdisant de la sorte tout approvisionnement depuis la Terre Ferme71. La situation devenait critique pour les autorités de l’île, lorsqu’on aperçut, le 9 septembre, deux frégates battant pavillon des États-Unis. Les assiégés demandèrent donc au consul américain de leur prêter main-forte. Celui-ci accepta et une embarcation fut immédiatement envoyée à la rencontre des navires, porteuse d’une communication. On découvrit que sur l’une des frégates se trouvait un marchand qui apportait des armes et des munitions aux forces françaises, ainsi que des armes destinées à équiper les esclaves de l’île.

  • 72  « Registre des procès-verbaux des séances de la commission convoquée par le ministre de la marine (...)
  • 73  « Extrait d'un mémorial du gouverneur et du conseil de l'île de Curaçao (Curaçao, octobre 1800) », (...)

43Le lendemain, au lieu du second navire étatsunien, une frégate anglaise de quarante-quatre canons fit son apparition : la HMS Néréide. Cette embarcation, à peine entrée dans le port de Willemstad, et « après avoir hissé son pavillon, vint faire une décharge de toute sa batterie d’à tribord sur les quartiers des français »72.À son arrivée, le capitaine, M. Watkins, informa au grand soulagement des autorités locales, qu’il avait lui-même capturé et envoyé en Jamaïque le navire marchand précédemment signalé. Il avait par ailleurs récupéré une partie des canons se trouvant sur ce navire, et tiré parti de la situation pour renforcer troupes stationnées sur la rive droite du canal73. Le 11 au matin, le gouverneur réunit un conseil conjoint afin de discuter d’une capitulation face aux Anglais. Après délibération, l’assemblée considéra,

  • 74  « Extrait d'un mémorial du gouverneur et du conseil de l'île de Curaçao (Curaçao, octobre 1800) », (...)

« …n’avoir d’autre choix, […] qu’il était préférable de rendre l’île à l’ennemi [anglais] dans le cadre d’une capitulation avantageuse, plutôt que de tomber aux mains d’une bande de voleurs et d’assassins menaçant de la détruire entièrement »74.

44La capitulation fut signée deux jours plus tard entre le gouverneur Lauffer et le capitaine Watkins. Parmi les arguments avancés par le gouverneur de Curaçao pour justifier la décision, figurait la crainte manifeste, voire la hantise que ne se répète un autre Saint-Domingue :

  • 75  « Exposición en francés del Gobernador y miembros del Consejo de la isla de Curazao, dirigida al C (...)

« Tous les horreurs d'une famine cruelle, tant par le manquement de vivres que d’eau ; et tomber enfin entre les mains d'une cruelle bande de voleurs et d’assassins : voir renouveler dans cette colonie, l'horrible destruction de St. Domingue. Que pouvions nous attendre de moins, vu que non seulement la troupe de Rigaud s'étaient [jointe] à eux, mais que le fameux sambo mulâtre [sic] Birot, qui avait massacré une infinité des Blancs innocents à St. Domingue, et fait exécuter les [...] autres les plus inouïs aux femmes et enfants, avait le grade de chef de brigade parmi eux, ainsi qu'un autre mulâtre, nommé Bonnet, pareillement de la troupe de Rigaud, qui occupait le même grade »75.

  • 76  « Extrait d'un mémorial du gouverneur et du conseil de l'île de Curaçao (Curaçao, octobre 1800) », (...)
  • 77  M. Philips, « NEREIDE (38) [1797-1816] », op.cit.

45Dix jours plus tard arrivèrent deux corvettes étatsuniennes dont débarquèrent quatre-vingts hommes, venus épauler les autorités bataves76. Malgré les renforts dont bénéficia l’ennemi, les Français firent en sorte de résister jusqu’au 22 septembre. Les agents décidèrent alors d’évacuer l’île et de regagner la Guadeloupe. Ils partirent dans onze embarcations dont trois furent prises pour cible en chemin par des corsaires anglais. Avant le départ, François Rigaud avait été fait prisonnier, et l’un de ses frères exécuté pour espionnage77.

  • 78  « Rapport concernant l'affaire de Curaçao (9 germinal, 2ème jour complentaire, an X; 19/09/1802) » (...)

46L’année suivante, un comité de discipline se réunit à Paris à la demande du ministre de la Marine et des Colonies, afin de juger l’attitude des agents de cette île française, lors de leur tentative de s’emparer de Curaçao. Ils parvinrent à la conclusion suivante : par cette action, les agents de la Guadeloupe avaient outrepassé leurs attributions, et avaient violé le traité d’union existant entre la République française et la République batave. La responsabilité de la capitulation de l’île leur fut par ailleurs imputée. De même que le fait que les Français passaient désormais pour des pirates aux yeux de toutes les nations78.

6.2.3. La décision du « généralissime »

  • 79  Pour une analyse sur ce type de guerre « raciale », voir : C. Thibaud, « “Coupé têtes, brûlé cazes (...)

47Les seuls cas de guerre civile présentant des caractéristiques de conflit ethno-politique similaires à celles des conflits qui ébranlèrent certaines îles françaises entre 1790 et 1804, ont été ceux des provinces de Caracas et de Cartagena à partir de 1811. Cette même année, après une succession de luttes politiques internes, ces territoires ainsi que d’autres régions d’Amérique espagnole, décidèrent de se déclarer indépendants de la métropole, tirant parti de la crise de la monarchie qu’entraîna l’occupation par Napoléon de la péninsule Ibérique. D’autres provinces choisirent de rester fidèles à la Couronne, provoquant ainsi une série de guerres civiles auxquelles participèrent nombre d’individus de couleur dans l’un ou l’autre camp, comme cela avait été le cas mais pour d’autres causes à la Martinique, la Guadeloupe et, bien entendu, à Saint-Domingue79.

48Le 25 juillet 1812, après plusieurs mois de conflit avec les armées fidèles à la monarchie espagnole, le commandant en chef ou « généralissime » des armées républicaines du Venezuela, Francisco de Miranda, préoccupé par une série d’événements défavorables à sa cause, décida de capituler devant son homologue royaliste, le général Domingo Monteverde. Cette décision de capituler, dans les dernières heures de la République vénézuélienne, peut sembler quelque peu paradoxale. Il est vrai que cette action reportait une fois de plus — et peut-être à jamais au regard de son âge (62 ans) — son ancien désir de créer une grande république en Amérique espagnole.

  • 80  Les références biographiques que j’utilise dans ce chapitre sur la vie de Miranda, proviennent des (...)

49C’était en 1783, après s’avoir vu contraint de déserter de l’armée espagnole, que, pendant un voyage de deux ans à travers les États-Unis, cette idée lui vint80. Lors de ce voyage, Miranda fut impressionné par le système de gouvernement des États-Unis et la grande liberté dont jouissaient ses citoyens. Il commença alors à concevoir un plan en vue de l’indépendance de l’Amérique espagnole, afin d’y mettre en place un gouvernement semblable. En 1783, l’ambassadeur d’Espagne exerça des pressions et prévint les autorités que Miranda était un déserteur. Celui-ci se vit donc contraint d’abandonner le pays et fuit en Europe. Il commença alors à rechercher des appuis pour son projet indépendantiste auprès des différents gouvernants. Il s’adressa ainsi au premier ministre britannique William Pitt, de même qu’à l’impératrice de Russie, qui le plaça sous sa protection et le nomma général de son armée.

  • 81  M. Dorigny, « Brissot et Miranda en 1792, ou comment révolutionner l'Amérique espagnole? », in M. (...)
  • 82  « Brissot à Miranda (Paris, 13/12/1792) », in F. D. Miranda, Archivo del General Miranda, vol.XIII (...)

50Attiré par la Révolution française, mais cherchant également un appui pour son projet, il se dirigea vers Paris en 1792. Côtoyant le parti de la Gironde, il parvint à se lier d’amitié avec certains membres importants du gouvernement républicain en place depuis août, parmi lesquels Jacques-Pierre Brissot. Face à l’imminence de la guerre, et parce que l’on recherchait des officiers expérimentés, Miranda fut nommé général. Il partit pour les Pays-Bas, sous le commandement du général Dumouriez81. Dans le cadre de la guerre contre la coalition dont l’Espagne faisait partie, Brissot établit des plans stratégiques pour la frapper à différents points, de part et d’autre de l’Atlantique. Attaquer les colonies d’Amérique faisait partie de ses plans, et il proposa à Miranda, en décembre de cette même année, le gouvernement de Saint-Domingue. Selon le chef de file girondin, Miranda était ainsi susceptible de faire éclater une insurrection générale dans les colonies hispaniques et, ensuite, de former une armée afin de les envahir à l’aide de milliers des « valeureux mulâtres »82.

  • 83  « Pétion à Miranda (París, 02/01/1793) », in Ibid., p. 41.
  • 84  « Miranda à Brissot (Liège, 19/09/1792) », in F. D. Miranda, Archivo del General Miranda, vol.XV, (...)
  • 85  « Miranda à Pétion (Valenciennes, 26/10/1792) », in F. D. Miranda, Archivo del General Miranda, vo (...)

51L’idée de nommer le Vénézuélien gouverneur de cette colonie fut appuyée par des personnages tels que le ministre de la marine, Monge, ou que l’influent député girondin, Jérôme Pétion83. Pour sa part, Miranda préféra refuser cette nomination, bien qu’il reconnût qu’il s’agissait d’un plan « vraiment grandiose et magnifique… », déclarant que « lui ne savait rien au sujet des îles françaises » et que sa présence dans cette colonie « serait un signal d’alarme pour les cours de Madrid et de Saint-James […], chose qui représenterait un écueil de plus pour mener à bien cette entreprise»84. En réalité, et comme le laisse pressentir sa réaction face aux plans de Pétion d’envahir l’Espagne, il semblerait que Miranda ait craint d’être à la tête d’une entreprise qui entraînerait la rupture de l’aide anglaise promise pour l’indépendance de l’Amérique espagnole85.

  • 86  Cité par C. Parra Pérez, Historia de la primera república de Venezuela, vol.II, Caracas, Academi (...)

52Suite au renversement de la Gironde en 1793, Miranda, comme les autres soutiens de ce parti, fut arrêté et jugé pour trahison, accusation dont il sera absout par la suite. Les mauvais traitements, les persécutions dont il a été victime, ainsi que les terribles scènes dont il a été le témoin pendant la Terreur, furent autant d’éléments qui marquèrent vivement ses idées politiques, au point de lui faire craindre l’incontrôlable dynamisme des révolutions. Pour cette raison, quelques années plus tard, il se félicitera cependant de ne pas avoir accepté le gouvernement de Saint-Domingue, décision qui aurait « certainement préservé les colonies de l’influence fatale de ce système révolutionnaire »86.

53En effet, l’expérience acquise pendant les six années passées en France et ses relations avec le parti girondin  — dont beaucoup de membres appartenaient à la Société des amis des Noirs, fondée par le propre Brissot —, lui avaient permis de prendre connaissance dans le détail du processus révolutionnaire enclenché à Saint-Domingue. En 1798, il retourna à Londres pour se placer sous protection britannique et mettre en œuvre ses projets indépendantistes. Faisant part à l’un de ses collaborateurs de son inquiétude que des révolutions semblables n’éclatent dans l’Amérique espagnole, il écrit :

  • 87  « Miranda a Turnbull (Dover, 12/06/1798) », in F. D. Miranda, Archivo del General Miranda, vol. XV(...)

« …je vous avouerai que je désire autant la liberté et l’indépendance du Nouveau Monde que je crains l’anarchie et le système révolutionnaire. Dieu veuille que ces terres magnifiques ne subissent le même sort que Saint-Domingue, théâtre de sang et de crimes, sous prétexte de vouloir instaurer la liberté. Il serait préférable qu’elles demeurent un siècle de plus sous l’oppression barbare et imbécile de l’Espagne »87.

  • 88  Nous pouvons penser cependant que Miranda était opposé à l’esclavagisme puisque, après être arrivé (...)
  • 89  Selon l’historien Ardouin Beaudrun, au moment d’arriver à Haiti, Miranda avait été convié à une ré (...)

54Par la suite, tous les projets politiques de Miranda furent marqués par cette préoccupation, qui le conduisit à s’abstenir de prendre position en maintes occasions : alors que, d’une part, il se montrait favorable à l’abolition de la traite des esclaves88, et proposait l’égalité juridique et politique aux libres de couleur, il s’abstint, d’autre part, de se prononcer sur la question de l’abolition de l’esclavage, ou toute autre mesure concernant la suppression ou le contrôle de l’esclavage. En 1806, Miranda put enfin mettre en place son plan d’invasion de l’Amérique espagnole, en commençant par sa terre natale : le Venezuela. Il prévoyait d’armer un navire et de recruter des hommes à New York, puis de faire escale en République d’Haïti, afin de renforcer ses contingents. Son navire accosta en février à Jacmel (au sud d’Haïti) où il resta plusieurs mois, parvenant effectivement à armer d’autres navires89. Après plusieurs tentatives de débarquement, l’invasion échoua et Miranda retourna à Londres.

  • 90  Lorsqu’en novembre 1808, on apprend à Caracas l’abdication du monarque espagnol, consécutive à l’o (...)
  • 91  « Note de Miranda (23/05/1809) », in F. D. Miranda, Archivo del General Miranda, vol.XXII, Caracas (...)

55À la fin de l’année 1808, il y apprit l’échec de la tentative de création d’un gouvernement autonome à Caracas par l’élite blanche. Cette conjuration était liée aux événements qui bouleversèrent la métropole hispanique à cette époque, dont l’invasion napoléonienne et l’abdication des Bourbons90. Lorsqu’il en connut les détails, il s’indigna en apprenant que le gouverneur avait eu recours à des miliciens de couleur afin de contrôler la situation. Il l’accusa d’ailleurs, en privé, de vouloir exposer la population« à la colère des mulâtres et des Noirs, pour le compte de son infâme gouvernement dans ces malheureux pays ! »91. Deux ans plus tard, en avril 1810, une faction moins élitiste de Blancs, appuyée cette fois par les capitaines des régiments de miliciens de couleur, parvint à prendre le pouvoir et à installer une junte autonome à Caracas. À cette nouvelle, Miranda décida de regagner sa ville natale.

56À partir de janvier 1811, il réussit, grâce à son prestige, à réunir nombre de partisans blancs, de Noirs libres, de mulâtres et même des femmes. Son objectif étant de parvenir à une totale indépendance du territoire, d’obtenir la reconnaissance juridique et le statut de citoyen pour les descendants d’Africains de condition libre, mais non l’abolition de l’esclavage. Le 5 juillet 1811, l’Indépendance du territoire correspondant à l’ancienne Capitainerie Générale du Venezuela fut déclarée par le Congrès fédéral vénézuélien, sous la pression, en grande partie, de la faction dirigée par Miranda. Cet événement entraîna une forte opposition de la part d’autres villes, qui décidèrent finalement de rester loyales à la monarchie espagnole. Des armées se formèrent immédiatement afin de contrecarrer la jeune République, et une guerre civile éclata. Dans les premiers mois de 1812, les armées républicaines furent affaiblies, et l’on donna alors pleins pouvoirs à Miranda, et le titre de « généralissime ».

  • 92  C. Thibaud étudie le cas de soulèvement d’esclaves à Barlovento, à travers les registres démograph (...)
  • 93  C. Thibaud, Guerre et Révolution, op.cit., pp. 109-113 ; J. Uslar Pietri, Historia de la rebelión (...)

57Les partisans de la monarchie tentèrent de faire en sorte que les esclaves prennent les armes au nom du roi. Les effets de cette proposition se firent surtout sentir dans la région cacaotière de Barlovento (à quelques kilomètres à l’est de Caracas), sur les deux rives du fleuve Tuy et vers l’embouchure, à l’endroit où se trouvaient concentrés la majorité des esclaves du territoire vénézuélien. Le travail de sape de quelques prélats monarchistes, peu nombreux aux yeux de l’historien Clément Thibaud92, avait cependant eu comme conséquence le soulèvement de certains esclaves contre les patriotes. Ces esclaves « royalistes » entreprirent de marcher sur Caracas, commettant des atrocités sur leur passage93. Un officier patriote a décrit la situation comme suit :

  • 94  J. D. Austria, Bosquejo de la historia militar de Venezuela. Estudio preliminar por Héctor Garcí (...)

« Ces gens inhumains et terribles, qui se réjouissaient de faire couler le sang et de s’approprier les biens des patriotes […], se dirigeaient vers Caracas et ses alentours. Ils commirent dans ces vallées, et surtout dans le village de Guatire, les plus horribles assassinats, vols, violences et destructions. Ceux qui s’étaient rendus, les travailleurs pacifiques, les hommes les plus honorables, les innocents, étaient tués à coups de pistolet ou de sabre ou bien fouettés cruellement […] C’était un véritable bain de sang… »94.

58Malgré le ton dramatique de ce témoignage, et si l’on considère les rapports parvenus aux mains de Miranda, en provenance des villages des alentours (Santa Lucía, Guarenas et Petare), on se rend compte que la perception de la situation était, en réalité, fondée sur des informations fausses ou contradictoires. Certains présentaient telle description des événements, alors que d’autres en prenaient totalement le contre-pied, d’autres enfin considéraient qu’il ne s’agissait que de rumeurs. Cependant, Miranda s’attacha à tenir compte de tous ces avis. Étant donné l’apparente gravité de la situation, et dans la mesure où il s’efforçait de contrecarrer l’avantage acquis par les monarchistes en armant des esclaves, il décida d’en émanciper mille à la condition expresse de servir à la République. Cette mesure n’eut pas l’effet escompté, car seuls quelques uns acceptèrent la proposition du gouvernement.

59Plus tard, dépourvu du soutien des libres de couleur et des indiens de l’intérieur du pays, et voyant que le port de La Guaira — qui approvisionnait Caracas — se trouvait bloqué, convaincu par ailleurs que la révolte d’esclaves allait atteindre bientôt Caracas, il décida de capituler devant le général espagnol Monteverde, le 25 juillet 1812. Miranda expliquera cette décision en ces termes :

  • 95  « Memorial dirigido […] a la Audiencia de Caracas (S.d.) », in F. D. Miranda, Archivo del General (...)

« …j’étais convaincu, d’une part, que la capitale et le port de Guaira se trouvaient dans un état désastreux à cause du manque de vivres. J’avais été informé, par ailleurs, la rapide incursion des esclaves provenant des vallées et des côtes de Barlovento — plus que convaincus par la proposition de liberté faite par nos ennemis —, ainsi que les terribles assassinats commis à Guatire et autres endroits. Tous ces événements me contraignirent à prendre des mesures... »95.

  • 96  Cité par C. Parra Pérez, Historia de la primera república de Venezuela, vol.II, op.cit., p. 547.
  • 97  Ibid., p. 436.

60Cette capitulation ne fut aucunement appréciée par nombre d’officiers et de membres de son état major — dont certains de ses partisans inconditionnels —, qui le critiquèrent ouvertement et envisagèrent même d’attenter à sa vie. Le 30 juin, alors que Miranda attendait à La Guaira d’embarquer à bord d’un navire anglais en partance pour Curaçao, il fut arrêté par une partie de ses subordonnés (parmi eux, Simon Bolívar). Confronté à cette situation, il aurait dit : « Du désordre, du désordre, ces gens ne savent que faire du désordre ! »96. Il fut accusé par la suite de trahison et remis peu après au général royaliste, en échange de sauf-conduits pour quitter le territoire vénézuélien97.

Conclusion

61Les actions menées par les personnages que nous avons étudiés dans ce chapitre représentent, comme on a pu le constater, trois cas différents de décisions prises par les plus hautes autorités de territoires coloniaux de la Grande Caraïbe, dans le cadre de sociétés esclavagistes à « trois niveaux ». Toutes visaient affronter des menaces immédiates associées directement ou indirectement avec Saint-Domingue.

62Dans le cas de Lauffer, du fait de vivre dans un port commercial important où de nombreuses personnes en provenance de Saint-Domingue s’étaient réfugiées, il s’agissait d’un personnage qui connaissait parfaitement la situation de la colonie et dans d’autres territoires voisins également touchés par la vague révolutionnaire franco-antillaise. Lors du deuxième débarquement des troupes de la Guadeloupe, convaincu d’avoir identifié l’objectif des agents envoyés et pensant savoir jusqu’où ils étaient capables d’aller — souvenons-nous du premier manifeste des agents et de la tentative d’assassinat de M. Pitot —, il n’hésita pas à se battre. Après la défaite en Otrabanda, les autorités bataves vécurent des moments difficiles, non seulement à cause du siège imposé par les français, mais également de la présence parmi eux de mulâtres saint-dominguois. D’autant que les esclaves locaux les rejoignaient peu à peu. C’est à ce moment que le gouverneur et les membres du conseil, en proie à une angoisse extrême, voire à la peur, profitèrent de la présence de la HMS Néréide pour se soumettre volontairement à la domination de l’ennemi anglais, plutôt que risquer de se trouver confronter à un autre Saint-Domingue.

  • 98  La paranoïa ne peut être considérée comme une manifestation de peur, mais plutôt comme une forme d (...)

63Il convient d’analyser à la lumière de sa première expérience sur le front de l’île de Jersey la décision de Balcarres de mobiliser les corps de cavalerie après avoir été informé de l’insurrection des Marrons de Trelawny. Il y avait, en effet, été confronté aux activités des révolutionnaires français et pris la mesure de leur volonté « d’exporter la révolution » et de s’en servir d’arme contre l’ennemi. De même, il n’était pas sans connaître les excès commis par les Jacobins durant la Terreur. Il est du reste probable qu’il en ait pris connaissance à travers des sources de première main, émanant des Français réfugiés sur l’île. Pour cette raison, dès le début de l’insurrection, il était convaincu que ce conflit faisait partie d’une stratégie plus vaste de la Convention nationale, destinée à atteindre l’Empire britannique. Une conviction qui le plaça dans une situation inconfortable puisque les habitants de l’île se refusaient à voir le danger qui, d’après lui, les guettait. L’émotion ressentie par Balcarres en apprenant la révolte des Marrons n’a pas seulement à voir avec le risque que l’île ne se transforme en une autre Saint-Domingue — ce qui était le cas des Blancs locaux. Elle procède davantage d’une conviction personnelle, presque paranoïaque98, qu’une sorte de « grande tempête » aurait été déclenchée par les agents français et dirigée vers la Jamaïque, afin d’en finir avec elle, ses habitants, les autorités britanniques, y compris sa propre personne et les biens (plantations) qu’il y possédait.

  • 99  K. Racine, Francisco de Miranda, a Transatlantic Life in the Age of Revolution, op.cit.

64Nous ne trouvons pas dans le cas de Miranda une référence claire à la colonie française, ni à Haïti lors de sa capitulation de juillet 1812, ou dans tout autre document de cette époque signé par lui. Cependant, étant donné l’appréhension qu’il ressentait antérieurement face au risque que ses projets politiques puissent déboucher sur une révolution comparable à celle de Saint-Domingue (au point de préférer rester sous le joug espagnol cent ans de plus), on pourrait se demander s’il était possible que cette émotion, attisée par l’avancée des esclaves « royalistes » depuis Barlovento, ait pu le conduire à précipiter une capitulation. Si tel était le cas — et non pour d’autres raisons telles que la lassitude, la déception ou la résignation —, ces circonstances pourraient expliquer la réaction viscérale de certains de ses partisans inconditionnels, qui virent dans sa capitulation une trahison et n’hésitèrent pas à le remettre entre les mains du général ennemi. Cette attitude signifiait, en effet, qu’ils étaient prêts à poursuivre la lutte, qu’ils considéraient comme injustifiée pareille décision, notamment en ce qui concerne la révolte des Noirs de Barlovento, à laquelle ils n’attribuaient point la même gravité que Miranda. Cette divergence de perception peut s’expliquer, d’une part, par le fait qu’ils n’avaient pas son expérience « atlantique », ni sa préoccupation d’éviter une « révolution noire » et, d’autre part, par le fait que ses ravisseurs patriotes avaient vécu dans une société esclavagiste pratiquement toute leur vie et s’étaient donc habitués aux risques constants des révoltes d’esclaves99.

65 Ce type de divergences, tant les accusations des révolutionnaires Blancs créoles à l’encontre de Miranda que la remise en question des avertissements et des décisions de Balcarres par les Blancs en Jamaïque, reflètent le décalage existant entre la perception de ces autorités et la sensibilité collective des élites blanches. Des divergences dues à leurs différents parcours de vie, réalisés la plupart du temps, dans d’autres « espaces d’expérience » où la population de couleur était peu nombreuse, voire inexistante, et où les insurrections d’esclaves n’étaient qu’un écho lointain. On pourrait faire la même réflexion, bien que dans un sens inverse, au sujet de Lauffer à Curaçao. Celui-ci a constamment bénéficié de l’appui du conseil de cette île néerlandaise, malgré son origine suisse. À la différence des deux cas précédents, il avait passé une partie considérable de sa vie — depuis 1776 — dans une société esclavagiste à « trois niveaux ». Cela lui aurait permis de développer les mêmes inquiétudes que les Blancs locaux par rapport à la population de couleur — surtout après avoir vécu une révolte d’esclaves d’inspiration saint-dominguoise en 1795 —, et de développer une méfiance comparable à l’égard des Français.

  • 100  En ce qui concerne les valeurs, Alain Berthoz précise que d’autres « valeurs humaines » influencen (...)
  • 101  D’un point de vue sociocognitif, la « personnalité » (définie comme « un ensemble dynamique et org (...)
  • 102  R. Plutchik, The Emotions, Lanham, University Press of America, 1991.

66Il est également d’autres dimensions analytiques, toujours liées aux « espaces d’expérience », qui s’avèrent utiles afin d’expliquer les trois décisions auxquelles nous nous référons : d’une part, les valeurs culturelles édifiées au long de la vie des acteurs qui grandirent ou vécurent suffisamment de temps dans les sociétés où elles étaient apparues pour les avoir assimilées ou développées100 ; et d’autre part, les traits de personnalité des acteurs, tant dans un sens psychanalytique en termes de sur moi  — notion que nous n'approfondirons pas dans la mesure où nous ne disposons pas des sources nécessaires —, qu’en termes sociocognitifs101. À cet égard, Robert Plutchik a indiqué que l'incidence des émotions sur les comportements des individus pouvait se prolonger pendant un certain temps, au point d'être considérée comme caractéristique de la personnalité individuelle102.  

67Ainsi, jusqu’en 1795, Johann Rudolf Lauffer peut être considéré comme un leader patriote de Curaçao, voire comme un francophile jacobin. La façon dont la République française a traité la République batave après l’avoir occupée, ainsi que les excès commis récemment par les corsaires français, l’ont vraisemblablement convaincu d’adopter une certaine neutralité, et ce, malgré son alliance militaire avec la France. La conséquence en fut qu’il n’hésita pas à expulser un agent français, Tierce, que l’on soupçonnait d’être en train d’organiser une conspiration contre le gouvernement. Dans ce contexte, il n’est guère surprenant que le gouverneur ait estimé que la petite flotte de corsaires franco-antillaise arrivée à Willemstad, en juillet 1799, constituait une menace potentielle pour l’île. De plus, si l’on considère son passé de marchand, étant donné l’animosité belliqueuse dont les représentants de la France aux Caraïbes avaient fait preuve au début de la guerre en 1793, et l’état de « quasi-guerre » entre ce pays et les États-Unis, il est probable qu’il aurait considéré le contrôle de l’île par des Français, comme un très « mauvais marché ».

  • 103  Il est probable toutefois que les actions de Balcarres face à l’insurrection des Marrons en 1795 n (...)
  • 104  Au sujet de l’honneur militaire chez des officiers d’Ancien régime, voir, J. Bertaud, « The Soldie (...)
  • 105  Pour l’historien G. L. Mosse, l’idéal masculin de la « virilité » se serait formé à la fin du XVII (...)

68Dans le cas de Balcarres, noble écossais de formation militaire, ses valeurs de militaire d’Ancien Régime l’obligeaient à défendre un territoire, confié par le roi103. Son honneur en dépendait104.Ainsi, une défaite aurait signifié « être déshonoré », tandis qu'une victoire était une occasion d'agrandir le prestige de sa personne et de sa famille, et de faire la preuve du courage viril propre à un homme d'armes de l’Ancien régime105. Dans sa décision d’accélérer les actions menées à l’encontre des Marrons insurgés, ses intérêts matériels ont également pu jouer — rappelons qu’il possédait plusieurs plantations dans l’île —. Son ego est aussi à prendre en compte. C’est ce que semblent démontrer les nombreuses occasions où il se vanta, a posteriori, d’avoir sauvé l’île, ainsi que sa satisfaction d’avoir passé outre la mise en garde de l’abbé Raynal quant à l’invincibilité des Marrons.

  • 106  J. Bertaud, « The Soldier », op.cit., p. 98.

69En ce qui concerne Miranda, au-delà de son ego — dont on savait combien il était affirmé —, bien qu'il soit parvenu à devenir officier d'Ancien régime dans l’armée espagnole, il n’avait pas vraiment été élevé dans un milieu aristocratique, mais plutôt bourgeois. Ces circonstances ont pu avoir une influence sur sa décision de capituler en 1812 : il ne défendait en effet pas une monarchie avec laquelle il était lié en termes d’imaginaire, mais une république mesurée106. En outre, ses connaissances militaires et l’expérience acquise sur les champs de bataille d’Afrique du Nord, des États-Unis et en Europe l’ont vraisemblablement conduit à davantage de clairvoyance que ses compatriotes : tout était en effet perdu d’un point de vue militaire, quand il prit cette décision. Par ailleurs, au-delà de ses aspirations philanthropiques et de sa fidélité à une nation encore inexistante, rien ne le retenait dans une société qu’il avait dû quitter une quarantaine d’années auparavant. Les représentants des élites blanches créoles avaient constamment eu une attitude discriminatoire à l’encontre de sa famille. Lui-même, dans les années 1780, fut contraint de quitter Caracas pour chercher fortune hors de sa terre natale, dans d’autres contrées de l’empire espagnol.

Haut de page

Notes

1  M. D. Montaigne, Essais. Livre premier et second, Bourdeaux, Par S. Milanges, 1580, p. 87.

2  Voir tout particulièrement, J. Delumeau. La peur en Occident, op.cit. ;W. G. Naphy, P. Roberts, (éds.), Fear in Early Modern Society, op.cit.

3  Selon Alain Berthoz, les émotions mettraient « en éveil la conscience pour évaluer la situation et identifier ce qui a déclenché cette activité et réorganiser les plans d’action… » A. Berthoz, La décision, Paris, Odile Jacob, 2003, p. 67.

4  P. Mannoni, El miedo, op.cit., pp. 7, 26, 52.

5  Cité par E. A. Pearson, Designs against Charleston: The trial record of the Denmark Vesey's slave conspiracy of 1822, Chapel Hill, University of North Carolina Press, 1999, p. 90.

6  « Soulèvement des Noirs de [Serapio] Recio. Lettre à Don Luís de las Casas (Puerto Príncipe, 14/07/1795) », AGS, SGU, 6865, n°24, f. 4 v.

7  « Extrait d'une lettre de Mr Green (Good Hope, Trelawny, 15/05/1798) », TNA, CO, 137/99 224.

8  D. P. Geggus, « The Enigma of Jamaica in the 1790s », op.cit., pp. 293-298.

9  A. Crawford Lindsay, Lives of the Lindsays; or, A Memoir of the Houses of Crawford and Balcarres, vol.III, Londres, J. Murray, 1849, pp. 356-357 ; A. Cobban, « The Beginning of the Channel Isles Correspondence, 1789-1794 », The English Historical Review, 1962, vol.LXXVII, n° 302, pp. 41-46.

10  Les plantations qui appartenaient à Balcarres étaient Government Pen, Saint Catherine, Martin's Hill y Shooter's Hill; plus tard, en 1814, il en acquit une autre, Marshall’s Pen au sud-est, dans le comté de Saint Elizabeth. Cité par K. E. Ingram, Sources of Jamaican History 1655-1838: A Bibliographical Survey with Particular Reference to Manuscript Sources, Zug, Inter Documentation, 1976, p. 370.

11  A. Crawford Lindsay, Lives of the Lindsays, op.cit., p. 358.

12  « Balcarres à Portland (Jamaïque, 11/05/1795) », TNA, CO, 137/95, f. 40.

13  « Balcarres à Portland (Jamaïque, 30/05/1795) », TNA, C.O. 137/101, f. 51-52.

14  Ibid.

15  R. Hart, Slaves Who Abolished Slavery, Kingston, Jamaica, Institute of Social and Economic Research, University of the West Indies, 1980, p. 159.

16  « Les magistrats au gouverneur (Montego Bay, 10/07/1795) », TNA, CO, 137/95, p. 73.

17  « Lettre des magistrats de la paroisse de St. James (Montego Bay, 18/07/1795) », TNA, CO, 137/95, f. 96 ; « Balcarres à Portland (Spanish Town, 03/08/1795) », TNA, CO, 137/95, f. 94.

18  « Balcarres à Portland (Jamaïque, 19/07/1795) », TNA, CO, 137/95, p. 71-72 v.

19  Ibid.

20  « Balcarres à Portland (Jamaïque, 23/07/1795) », TNA, CO, 137/95, f. 86-86 v.

21  « Balcarres à Portland (Jamaïque, 19/07/1795) », TNA, CO, 137/95, f. 72 v.

22  « Balcarres au général en chef Taylor (Montego Bay, 07/09/1795) », in A. Crawford Lindsay, Lives of the Lindsays, op.cit., p. 66.

23  « Balcarres à Williamson (Government Penn, 27/07/1795) », in A. Crawford Lindsay, Lives of the Lindsays, op.cit., p. 45 ; R. Hart, Slaves Who Abolished Slavery, op.cit., pp. 164-166.

24  « Balcarres à Lewis Cuthbert (Government Penn, 30/07/1795) », in A. Crawford Lindsay, Lives of the Lindsays, op.cit., p. 46.

25  « Balcarres à Portland (Spanish Town, 03/08/1795) », TNA, CO, 137/95, f. 96.

26  Ibid.

27  « Balcarres à Portland (Spanish Town, 03/08/1795) », in A. Crawford Lindsay, Lives of the Lindsays, op.cit., pp. 48-49.

28  « Substance of my Speech to the Council of War (02/08/1795) », in Ibid., pp. 46-48.

29  Ibid.

30  « Balcarres à Portland (Spanish Town, 03/08/1795) », in Ibid., pp. 48-49.

31  « Proclamation signée par Balcarres (Montego Bay, 08/08/1795) », TNA, CO, 137/95, f. 104 ; « To  the  Maroons  of Trelawny  Town,  signée Balcarres (Montego Bay, 08/08/1795) », TNA,  CO,  137/95,  f. 107.

32  « Déclaration de Jean-Joseph Moranson (28/08/1795) », TNA, CO, 137/95, f. 148-149 ; « Further examination of Jean Joseph Morensane (28/08/1795) », TNA, CO, 137/95, f. 164-165 ; M. Craton, Testing the Chains, op.cit., p. 212.

33  « Déclaration de Jean-Joseph Moranson (28/08/1795) », TNA, CO, 137/95, f. 148-149 ; « Further examination of Jean Joseph Morensane (28/08/1795) », TNA, CO, 137/95, f. 164-165 ; M. Craton, Testing the Chains, op.cit., p. 212.

34  « Balcarres à Portland (Montego Bay, 31/08/1795) », TNA, CO, 137/95, f. 131-131 v.

35  « Balcarres à Portland (Montego Bay, 25/08/1795) », TNA, CO, 137/95, f. 113-113 v.

36  « Balcarres à Major-General Taylor (Montego Bay, 07/09/1795) », in A. Crawford Lindsay, Lives of the Lindsays, op.cit., p. 66.

37  Nous avons recensé au total vingt-trois documents différents : des lettres émanant d’autorités diverses et de voisins de Trelawny ainsi que d’autres régions du nord-ouest de la Jamaïque, des échanges épistolaires avec les Marrons, et les interrogatoires de différentes personnes originaires de cette région. Secrétaire du gouverneur à l’assemblée coloniale (S.d.), in R. C. Dallas, The History of the Maroons, from Their Origin to the Establishment of Their Chief Tribe at Sierra Leone, Londres, Printed by A. Strahan, 1803, pp. 316 et ss.

38  « Discours de Balcarres. Journal of the Coucil (St. Iago de la Vega, 22/09/1795) », TNA, CO, 137/97, f. 179-179 v.

39  « Le conseil au gouverneur (24/09/1795) », TNA, CO, 137/95, f. 172.

40  « Extract from the Address of the Council and Assmbly of Jamaica to his Majesty King George III (26/09/1795) », in A. Crawford Lindsay, Lives of the Lindsays, op.cit., p. 72..

41  R. Hart, Slaves Who Abolished Slavery, op.cit., p. 168 ; D. Geggus, « The Enigma of Jamaica in the 1790s », op.cit., p. 279.

42  R. Hart, Slaves Who Abolished Slavery, op.cit., p. 185.

43  Ibid., pp. 193-201.

44  Dans ce commentaire, Balcarres faisait peut-être référence au moment où Raynal, dans le tome 7 de son œuvre, décrit de quelle manière le gouverneur de la Jamaïque, Trelawny (Trelauny dans le texte) n’avait d’autre solution que de passer un accord avec les Marrons, conscient qu’ils « ne seraient jamais réduits par la force brute ». Même s’il est possible qu’il se soit senti davantage visé dans un autre passage, situé un peu plus loin dans ce tome, lorsqu’il prédisait que les Anglais seraient réduits à l’impuissance lorsque les Français décideraient d’inciter à la révolte les esclaves de la Jamaïque : « L’Anglais, placé entre deux feux, perdra sa force, son courage, et laissera la Jamaïque en proie à des esclaves et à des conquérants qui se la disputeront par des nouvelles horreurs ». « Balcarres à Portland (Jamaïque, 04/05/1796) », TNA, CO, 137/96 117 v. ; G. A. Raynal, Histoire philosophique et politique des établissemens et du commerce des Européens dans le deux Indes, vol.VII, op.cit., pp. 422, 426.

45  « Balcarres à Portland (Jamaïque, 23/05/1796) », TNA, CO, 137/97, f. 7-8 v.

46  J. Hartog, History of the Netherlands Antilles, vol.III (Curacao from Colonial Dependence to Autonomy), Aruba, De Wit, 1968, p. 190.

47  Encyclopedia of the African Diaspora : Origins, Experiences, and Culture. Encyclopedia of the African Diaspora : Origins, Experiences, and Culture, Santa Barbara, ABC-CLIO, 2008, p. 711.

48  A. Jourdan, « La grand illusion : la république batave et le 18 brumaire », Annales historiques de la Révolution française, 2006, n° 318.

49  L’influence de Saint-Domingue était perceptible dans le fait que certains de ses leaders avaient adopté des surnoms tels que « Toussaint » et « Rigaud ». J. S. Scott, The Common Wind, op.cit., pp. 262-264.

50  J. Hartog, History of the Netherlands Antilles, op.cit., pp. 190-191 ; D. Marley, Historic Cities of the Americas : An Illustrated Encyclopedia, vol.I, Santa Barbara, ABC-CLIO, 2005, p. 85 ; C. C. Goslinga, A Short History of the Netherlands Antilles and Surinam, La Hague, M. Nijhoff, 1979, p. 68.

51  Il communiqua cette information au capitaine général du Venezuela, puisque Tierce en personne avait caché les prisonniers d’État fugitifs responsables de la conspiration de La Guaira de 1797.  « Lauffer au capitaine général du Venezuela (Willemstad, 13/07/1799) », AGN, GCG, LXXX, f. 269.

52  « Lauffer au capitaine général du Venezuela (Curaçao, 08/10/1799) », AGN, GCG, LXXXI, f. 134.

53  « Les agents des consuls au citoyen Bresseau (Basse Terre, 26 messidor, an VIII ; 27/07/1800) », CAOM, C7a54, f. 153 v-154.

54  « Les agents des consuls au citoyen Forfait, ministre de la marine. Compte-rendu de l'expédition à Curaçao (18 pluviose, an IX ; 07/02/1801) », CAOM, C7a54, f. 133.

55  « Les agents des consuls au citoyen Bresseau (Basse Terre, 26 messidor, an VIII ; 27/07/1800) », CAOM, C7a54, f. 153 v.-154.

56  « Extrait d'un mémorial du gouverneur et du conseil de l’île de Curaçao (Curaçao, octobre 1800) », TNA, WO, 1/97, f. 93 ; « Les agents des consuls au citoyen Forfait, ministre de la marine. Compte-rendu de l'expédition à Curaçao (18 pluviose, an IX ; 07/02/1801) », CAOM, C7a54, f. 132-132 v.

57  « Extrait d'un mémorial du gouverneur et du conseil de l'île de Curaçao (Curaçao, octobre 1800) », TNA, WO, 1/97, f. 93 ; « Les agents des consuls au citoyen Forfait, ministre de la marine. Compte-rendu de l'expédition à Curaçao (18 pluviose, an IX ; 07/02/1801) », CAOM, C7a54, f. 132-132 v.

58   « Les agents des consuls au citoyen Forfait, ministre de la marine. Compte-rendu de l'expédition à Curaçao (18 pluviose, an IX ; 07/02/1801) », CAOM, C7a54, f. 133 v.

59  Ibid., f. 93 v.-95 v.

60  Ibid.

61  Selon les autorités bataves, les Français les avaient menacés de détruire l’île, si leur demande n’était pas satisfaite ; mais quand ils virent qu’ils n’obtenaient pas gain de cause, le délégué Jaubert exigea un paiement de 200 000 paltinjos afin de résoudre le problème. Ibid., f. 95-95 v.

62  Ibid., f. 135-135 v.

63  « Extrait d'un mémorial du gouverneur et du conseil de l’île de Curaçao (Curaçao, octobre 1800) », TNA, WO, 1/97, f. 96-96 v.

64  « Extrait d'un mémorial du gouverneur et du conseil de l’île de Curaçao (Curaçao, octobre  1800) », TNA, WO, 1/97, f. 96 v.-97 v. ; « Les agents des consuls au citoyen Forfait, ministre de la marine. Compte-rendu de l'expédition à Curaçao (18 pluviose, an IX ; 07/02/1801) », CAOM, C7a54, f. 139 v. ; J. Hartog, History of the Netherlands Antilles, op.cit., p. 192.

65  « Extrait d'un mémorial du gouverneur et du conseil de l’île de Curaçao (Curaçao, octobre 1800) », TNA, WO, 1/97, f. 97 v.-98 ; « Les agents des consuls au citoyen Forfait, ministre de la marine. Compte-rendu de l'expédition à Curaçao (18 pluviose, an IX ; 07/02/1801) », CAOM, C7a54, f. 140-141 v.

66  « Extrait d'un mémorial du gouverneur et du conseil de l’île de Curaçao (Curaçao, octobre 1800) », TNA, WO, 1/97, f. 98 v.

67  « Extrait d'un mémorial du gouverneur et du conseil de l'île de Curaçao (Curaçao, octobre 1800) », TNA, WO, 1/97, f. 98 v.-99 ; « Les agents des consuls au citoyen Forfait, ministre de la marine. Compte-rendu de l'expédition à Curaçao (18 pluviose, an IX ; 07/02/1801) », CAOM, C7a54, f. 142.

68  « Les agents des consuls au citoyen Forfait, ministre de la marine. Compte-rendu de l'expédition à Curaçao (18 pluviose, an IX ; 07/02/1801) », CAOM, C7a54, f. 143 v.

69  « Extrait d'un mémorial du gouverneur et du conseil de l'île de Curaçao (Curaçao, octobre 1800) », TNA, WO, 1/97, f. 99-100 v.

70  « Les agents des consuls au citoyen Forfait, ministre de la marine. Compte-rendu de l'expédition à Curaçao (18 pluviose, an IX ; 07/02/1801) », CAOM, C7a54, f. 144.

71  « Extrait d'un mémorial du gouverneur et du conseil de l'île de Curaçao (Curaçao, octobre 1800) », TNA, WO, 1/97, f. 99-100 v.

72  « Registre des procès-verbaux des séances de la commission convoquée par le ministre de la marine et des colonies pour examine la gestion des citoyens Jeannet et Bresseau (9 germinal, 2ème jour complentaire, an X ; 19/09/1802) », CAOM, C7a54, f. 271 v-272.

73  « Extrait d'un mémorial du gouverneur et du conseil de l'île de Curaçao (Curaçao, octobre 1800) », TNA, WO, 1/97, f. 100 v.-103 ; « HMS Nereide (38) [1797-1816] » [en ligne], Ships of the Old Navy. A history of the sailing ships of the Royal Navy, <http://www.ageofnelson.org/MichaelPhillips/info.

php?ref=1586>, (14/08/2009).

74  « Extrait d'un mémorial du gouverneur et du conseil de l'île de Curaçao (Curaçao, octobre 1800) », TNA, WO, 1/97, f. 102 v.

75  « Exposición en francés del Gobernador y miembros del Consejo de la isla de Curazao, dirigida al Comité de Colonias de América y posesiones de la República Batava (Curaçao, 10/10/1800) », AGN, GCG, XC, f. 309.

76  « Extrait d'un mémorial du gouverneur et du conseil de l'île de Curaçao (Curaçao, octobre 1800) », TNA, WO, 1/97, f. 104.

77  M. Philips, « NEREIDE (38) [1797-1816] », op.cit.

78  « Rapport concernant l'affaire de Curaçao (9 germinal, 2ème jour complentaire, an X; 19/09/1802) », CAOM, C7a54, f. 282 v.

79  Pour une analyse sur ce type de guerre « raciale », voir : C. Thibaud, « “Coupé têtes, brûlé cazes”. Peurs et désirs d’Haïti dans l’Amérique de Bolivar », Annales. Histoire, Sciences Sociales, 2003, LVIII, n° 2..

80  Les références biographiques que j’utilise dans ce chapitre sur la vie de Miranda, proviennent des oeuvres suivantes, K. Racine, Francisco de Miranda, a Transatlantic Life in the Age of Revolution, Wilmington, Scholarly Resources, 2003 ; W. S. Robertson, Francisco de Miranda and the Revolutionizing of Spanish America, op.cit..

81  M. Dorigny, « Brissot et Miranda en 1792, ou comment révolutionner l'Amérique espagnole? », in M. Dorigny, M. Rossignol, (éds.), La France et les Amériques au temps de Jefferson et de Miranda, Paris, Société des études robespierristes, 2001.

82  « Brissot à Miranda (Paris, 13/12/1792) », in F. D. Miranda, Archivo del General Miranda, vol.XIII, Caracas, Tipografía Americana, 1938, pp. 32-33.

83  « Pétion à Miranda (París, 02/01/1793) », in Ibid., p. 41.

84  « Miranda à Brissot (Liège, 19/09/1792) », in F. D. Miranda, Archivo del General Miranda, vol.XV, Caracas, Tipografía Americana, 1938, p. 69.

85  « Miranda à Pétion (Valenciennes, 26/10/1792) », in F. D. Miranda, Archivo del General Miranda, vol.XIV, Caracas, Tipografía Americana, 1938, p. 454..

86  Cité par C. Parra Pérez, Historia de la primera república de Venezuela, vol.II, Caracas, Academia Nacional de la Historia, 1959, p. 176.

87  « Miranda a Turnbull (Dover, 12/06/1798) », in F. D. Miranda, Archivo del General Miranda, vol. XV, op.cit., p. 207.

88  Nous pouvons penser cependant que Miranda était opposé à l’esclavagisme puisque, après être arrivé à Caracas, quand il apprit que la junte autonome qui s’était formée avait aboli le commerce d’esclaves, il écrivit à son ami, l’abolitionniste anglais William Wilberforce, pour l’informer de cette heureuse nouvelle. Cité par K. Racine, Francisco de Miranda, a Transatlantic Life in the Age of Revolution, op.cit., p. 215.

89  Selon l’historien Ardouin Beaudrun, au moment d’arriver à Haiti, Miranda avait été convié à une réunion avec Jean-Jacques Dessalines. Il aurait expliqué au président haïtien qu’il avait l’intention de réunir en assemblée les hommes les plus éclairés afin de déclarer l’indépendance qui serait ensuite appuyée par le peuple. Dessalines aurait répondu ironiquement, qu’il ne parviendrait de cette manière qu’à mettre sa vie en jeu. Il lui conseilla donc d’adopter les deux seuls moyens qui existaient, à son sens, afin de mener une révolution à l’encontre d’un régime installé depuis plusieurs siècles : « coupé têtes, brûlé cazes ». Selon Alain Yacou, Dessalines ne se trouvait pas a Jacmel lors du séjour de Miranda ; aussi, est-il est probable que ce soit le général Ambroise qui lui ait donné le fameux conseil. Que ce récit soit avéré ou non, cette expérience n’a pas laissé de traces tangibles sur l’appréhension que pouvait avoir Miranda des révolutions.  B. Ardouin, Études Sur L'histoire d'Haïti, vol.VI, Paris, Chez B. Ardouin, 1856, pp. 241-242 ; A. Yacou, « Du messianisme au schisme haïtien », in A. Yacou, (éd.), Saint-Domingue espagnol et la révolution nègre d'Haïti (1790-1822), Paris, Karthala, 2007, p. 441.

90  Lorsqu’en novembre 1808, on apprend à Caracas l’abdication du monarque espagnol, consécutive à l’occupation napoléonienne de la péninsule Ibérique (mai), les créoles blancs les plus importants de la ville proposèrent que le Cabildo de Caracas (institution placée sous leur contrôle) forme un gouvernement autonome de la capitainerie générale du Venezuela, à l’image des juntes établies en Espagne. Cette proposition provoqua le plus grand désordre, surtout parmi les libres de couleur. Un certain calme revint le 24 novembre, après que les autorités aient arrêté les principaux responsables de la conspiration. Voir à ce sujet: F. Langue, « El pensamiento venezolano de la emancipación y la conjuración de los mantuanos », in Memorias, vol.II, contribution à III Congrés Latinoaméricain de l'Université de Varsovie, Varsovie, Centro de Estudios Latinoamericanos, 1996 ; I. M. Quintero Montiel, La conjura de los mantuanos: último acto de fidelidad a la monarquía española (Caracas, 1808), Caracas, Universidad Católica Andrés Bello, 2002. Concernant la reaction des pardos contre cette conspiration, voir : A. E. Gómez, « La Revolución de Caracas desde abajo », op.cit., paragr. 31-34.

91  « Note de Miranda (23/05/1809) », in F. D. Miranda, Archivo del General Miranda, vol.XXII, Caracas, Tipografía Americana, 1938, pp. 349-350.

92  C. Thibaud étudie le cas de soulèvement d’esclaves à Barlovento, à travers les registres démographiques de John V. Lombardi. Selon ces registres, il n’y eu à Curiepe que des prêtres entre 1784 et 1820. Aucun d’entre eux n’était présent à l’époque qui nous intéresse. On retrouve des prêtres à Capaya en 1784, puis de 1805 à 1809 ; la nomination s’est ensuite faite en 1818. Pour Río Chico on en trouve de 1802 à 1807, puis de 1809 à 1811. C. Thibaud, Guerre et Révolution. Les armées bolivariennes dans la guerre d'independence Colombie-Venezuela, 1810-1821, Thèse (Ph.D.), Université Paris I-Panthéon Sorbonne, 2001, p. 154.

93  C. Thibaud, Guerre et Révolution, op.cit., pp. 109-113 ; J. Uslar Pietri, Historia de la rebelión popular de 1814, Contribución al estudio de la historia de Venezuela, Caracas, Edime, 1972, pp. 51-53.

94  J. D. Austria, Bosquejo de la historia militar de Venezuela. Estudio preliminar por Héctor García Chuecos, vol.I, Caracas, Academia Nacional de la Historia, 1960, p. 103.

95  « Memorial dirigido […] a la Audiencia de Caracas (S.d.) », in F. D. Miranda, Archivo del General Miranda, vol.XXIV, Caracas, Tipografía Americana, 1938, p. 537.

96  Cité par C. Parra Pérez, Historia de la primera república de Venezuela, vol.II, op.cit., p. 547.

97  Ibid., p. 436.

98  La paranoïa ne peut être considérée comme une manifestation de peur, mais plutôt comme une forme d’angoisse extrême, dite « angoisse paranoïaque ». P. Mannoni, El miedo, op.cit., p. 26.

99  K. Racine, Francisco de Miranda, a Transatlantic Life in the Age of Revolution, op.cit.

100  En ce qui concerne les valeurs, Alain Berthoz précise que d’autres « valeurs humaines » influencent aussi la prise d’une décision. Ce bio-psychologue donne comme exemple « les idées religieuses ou politiques, le sacrifice pour ses enfants, la loyauté, la droiture, la justice, la compassion, la réciprocité, la confiance. » Ceci ramène à « ce flot énorme de rémanences...» que Georges Duby dénomma « système des valeurs ». A. Berthoz, La décision, op.cit., p. 41 ; G. Lobrichon, « Le religeux dans le système de la Féodalité occidentale (XIe-XIIe siècles) », in A. Bleton-Ruget, M. Pacaut, M. Rubellin, (éds.), Regards croisés sur l'oeuvre de Georges Duby, Lyon, Presses Universitaires de Lyon, 2000, p. 91 ; G. Duby, « L'histoire des systemes de valeurs », History and Theory, Studies in the Philosophy of History, 1972, vol.XI, n° 1, pp. 15-25.

101  D’un point de vue sociocognitif, la « personnalité » (définie comme « un ensemble dynamique et organisé de caractéristiques que possède chaque personne, lequel influence de manière unique sa connaissance, ses motivations et ses conduites dans des différentes situations ») est modelée par le processus perceptif tel que nous l'avons appliqué dans le présent travail. L. A. Pervin, L. Nadeau, O. P. John, La personnalité, De la théorie à la recherche, Bruxelles, De Boeck Université, 2004, p. 394 ; R. M. Ryckman, Theories of Personality, Belmont, Thomson/Wadsworth, 2007, p. N.d.

102  R. Plutchik, The Emotions, Lanham, University Press of America, 1991.

103  Il est probable toutefois que les actions de Balcarres face à l’insurrection des Marrons en 1795 n’aient pas été tellement motivées par la défense du « corps » du roi anglais (qui comprenait imaginairement son corps physique et le territoire du royaume), étant donné le nationalisme dont il pouvait faire preuve tout comme d’autres officiers écossais de l’époque. S. Nenadic, « The Impact of the Military Profession on Highland Gentry Families, c. 1730-1830 », The Scottish Historical Review, 2006, vol.LXXXV, n° 1, p. 79 ; E. Kantorowicz, Les deux corps du roi, Paris, Gallimard, 1989, pp. 228 et ss.

104  Au sujet de l’honneur militaire chez des officiers d’Ancien régime, voir, J. Bertaud, « The Soldier », Trad. par L. G. Cochrane, in M. Vovelle, (éd.), Enlightenment Portraits, Chicago, University of Chicago Press, 1997, p. 98.

105  Pour l’historien G. L. Mosse, l’idéal masculin de la « virilité » se serait formé à la fin du XVIIIe siècle. Dès lors, les « hommes de qualité » européens et euro-américains devaient incarner des qualités morales, du courage, un sens de l'honneur et une volonté de domination. D’où l’image du soldat et de l’aventurier qui commence à apparaître à cette époque. G. L. Mosse, L'image de l'homme, l'invention de la virilité moderne, Trad. par M. Hechter, Paris, Abbeville, 1997. Je tiens à remercier Annick Lempérière de m’avoir signalé l’importance de la masculinité dans l’analyse des attitudes de Balcarres.

106  J. Bertaud, « The Soldier », op.cit., p. 98.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Alejandro E. Gómez, « Saint-Domingue « chez nous » », Nuevo Mundo Mundos Nuevos [En ligne], Extraits de thèses, mis en ligne le 31 janvier 2011, consulté le 25 novembre 2017. URL : http://nuevomundo.revues.org/60837 ; DOI : 10.4000/nuevomundo.60837

Haut de page

Auteur

Alejandro E. Gómez

MASCIPO/Université Sorbonne Nouvelle-Paris 3. Courriel : agomez[at]ehess[point]fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Nuevo mundo mundos nuevos est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page