Navigation – Plan du site
Armelle Enders

Le Lusotropicalisme, théorie d'exportation.

Gilberto Freyre en son pays
[14/02/2005]

Notes de la rédaction

Lusotopie . Enjeux contemporains dans les espaces lusophones, Paris, Karthala, 1997, p.201-210.

Texte intégral

1Le fait que la formule à succès du "lusotropicalisme" soit due à la verve inventive de Gilberto Freyre (1900-1987),- l'intellectuel brésilien le plus célèbre à l'étranger1 mais un des plus critiqués chez lui -, est une source d'infinis malentendus et de contresens à répétition. Cette formule ne naît d'ailleurs pas au Brésil, mais sur les terres portugaises du Troisième Empire où elle devient propagande. Ce n'est pas au Brésil non plus, en dehors de quelques discours de circonstance pour porter la CPLP sur les fonts baptismaux, que le "lusotropicalisme" suscite actuellement de l'intérêt, de la nostalgie, ou des rancœurs, mais au Portugal et dans ses ex-colonies africaines.

2L'évocation du "lusotropicalisme", dans le contexte brésilien, fait immédiatement prendre des chemins obliques. Ce qu'ont retenu les Portugais du "lusotropicalisme", c'est que leur action colonisatrice se distinguait de celle des autres puissances parce qu'elle était conviviale et métissée. Cet aspect intéresse peu les Brésiliens des années cinquante et soixante. Quant aux leçons qu'ils ont prises dans Gilberto Freyre, elles se fondent dans les thèmes plus spécifiques du "métissage" et de la "démocratie raciale", et ne portent pas le nom de "lusotropicalisme", décidément peu évocateur dans le contexte brésilien.

3Il n'en demeure pas moins que Freyre a apporté des éléments décisifs à la construction de l'identité nationale de son pays et à l'élaboration d'une idéologie coloniale qui s'est épanouie ailleurs. L’objet de cette présentation consiste donc à rappeler comment les théories de Gilberto Freyre ont été reçues au Brésil, à montrer que sa pensée peut figurer en bonne place dans l’histoire du nationalisme intellectuel, à examiner enfin les avanies du "lusotropicalisme" au Brésil.

La plantation ou la matrice d'un nationalisme intégral

4Par rapport aux intellectuels brésiliens de sa génération, Gilberto Freyre présente un certain nombre de particularités distinctives. Issu d’une famille traditionnelle du Pernambouc, - son père est professeur à la Faculté de Droit de Recife par laquelle passe une bonne partie des élites de la Fédération -, une voie toute tracée de bachárel s'ouvrait devant lui : après des études juridiques, les jeunes gens de bonne famille s'orientaient normalement vers une carrière d'avocat, prélude à une éventuelle carrière politique.

5Gilberto Freyre est formé, quant à lui, à l'école nord-américaine. A Recife, il est scolarisé dans un collège baptiste, pense un temps devenir prédicateur, et part effectuer des études de sciences politiques et sociales à l’Université baptiste de Baylor, à Waco, au Texas, dont il sort en 1920. Ses études se poursuivent à Columbia (New York) et, de manière plus conforme à la tradition de la bourgoisie brésilienne, sont complétées par un séjour en Europe en 1922-23. A Paris notamment, Gilberto Freyre fréquente les milieux intellectuels proches de l'Action française2.

6Bien que l'on soit peu renseigné sur le détail des activités parisiennes du jeune Gilberto Freyre, on peut relever dans les thèmes qu'il développera au cours de la décennie quelques points communs avec les conceptions de Maurras et de ses disciples3. Nul doute en effet que la conjonction qu'opère l'Action française entre nationalisme et régionalisme n'ait retenu son attention. A son retour d'Europe, Freyre se distingue en effet par son engagement en faveur du regionalismo nordestin.

7 Les doutes français au lendemain de la Grande Guerre croisent les préoccupations qui agitent l'intelligentsia brésilienne. La crise du système républicain dans les années vingt intensifie en effet le débat autour de la "question nationale", encore avivée par le Centenaire de l'Indépendance. Le diagnostic est identique pour la plupart des auteurs :  premièrement, le Brésil est un pays “en retard”, qu'il faut donc moderniser ; deuxièmement, la nation brésilienne est "inachevée", la majorité de la population n' a pas une conscience suffisamment claire et forte de sa nationalité. Parmi les causes les plus fréquemment invoquées de ce "mal brésilien" se détachent l'importation d'institutions politiques étrangères et indaptatées, l'influence rétrograde de la colonisation portugaise et le facteur racial, la fatalité du métissage qui provoque la dégénérescence.

8 Le blanchiment apparaît toujours après la Première Guerre mondiale comme un bon moyen de conjurer la malédiction qui pèse sur le pays, ainsi qu'en témoignent certaines publications du gouvernement fédéral. L'essayiste Oliveira Viana se réjouit de ce que la population brésilienne se blanchisse à un rythme accéléré dans son introduction au Recensement de 19204. C'est seulement au cours de cette décennie que la misère physiologique et morale du caboclo de l’intérieur commence à être interprétée comme une conséquence de la malnutrition ou du manque d’hygiène.

9Gilberto Freyre se lance à son tour dans l'étude de la "question nationale" au contact des Etats-Unis. A son intérêt pour la société brésilienne du XIXe siècle sur laquelle il fait sa maîtrise de sociologie, s’ajoute une préoccupation pour la place que tiennent dans celle-ci les descendants des esclaves amenés d’Afrique. La définition d’une brésilianité commune aux Blancs et aux descendants des esclaves pose un problème que Gilberto Freyre, comme d’autres s’emploie à résoudre. Il a raconté lui-même, dans la préface de la première édition de Casa Grande & Senzala (1933), l’effet désagréable que produisit sur lui sa rencontre fortuite avec trois marins métis et mulâtres brésiliens descendant Broadway enneigé, qui lui donnèrent l’impression de “caricatures”. Cette confrontation, la forte influence intellectuelle de l’anthropologue Franz Boas qui, dit-il, lui apprit à distinguer “races et civilisation”, “à séparer les effets des relations purement génétiques des influences sociales, de l’héritage culturel et du milieu”, la comparaison empirique entre le Sud des Etats-Unis et le Nord-Est du Brésil, deux sociétés nées des plantations et de l’esclavage, la ségrégation raciale aux Etats-Unis et l’absence de ségrégation au Brésil, le conduisent à appréhender différemment la question nationale. De cette expérience sortent donc Casa Grande & Senzala, puis Sobrados e Mucambos en 1936. Ces deux ouvrages, surtout le premier, contiennent la plupart des axes qui charpentent tous les travaux ultérieurs de Gilberto Freyre.

10Ce qui est déterminant pour Gilberto Freyre, ce ne sont pas tant les caractères biologiques (qu’il n’abandonne pas totalement)5, ce sont les conditions de vie. Il n’y a pas de fatalité biologique. Mais l’absence de ségrégation raciale et le caractère métissé de la culture brésilienne retiennent davantage son attention. La nation brésilienne est sortie presque toute entière, selon lui, de la plantation de canne à sucre du Pernambouc et de Bahia. C’est elle qui a fait du Brésil, où il postule après d'autres que l’esclavage était plus doux qu’ailleurs, une démocratie raciale. Sobrados e mucambos analyse la disparition de la société patriarcale et protectrice des plantations au profit d’une modernisation appauvrissante matériellement et moralement.

11Cette utopie passéiste, et réactionnaire au sens propre du terme, s’appuie sur des faits indéniables. L’absence de ségrégation raciale juridique au Brésil depuis l’Abolition était une réelle idiosyncrasie qui méritait une explication, alors que le reste du monde était caractérisé par la discrimination inhérente aux empires coloniaux et autres Jim Crow Laws. Le discours de Gilberto Freyre repose aussi sur une érudition et des observations très sélectives. L'écrivain pernamboucain, dont la maison de famille a été détruite au moment de la révolution de 19306, reconstruit inlassablement dans ses livres une plantation imaginaire, une nation idéale, où cohabitent des aristocrates blancs et leurs esclaves, une plantation-nation idéale, capable d’assimiler toutes les cultures du monde7.

12Une des raisons du succès immédiat et considérable de Casa Grande et des œuvres de Gilberto Freyre tient en la capacité de l’auteur à donner un sens aux choses de la vie quotidienne, à rechercher la brésilianité non dans la grande histoire, mais dans la prose du monde, dans le folklore, la sexualité, la manière de marcher, la cuisine, le football, à rendre la patrie concrète, charnelle. L’énumération est une des figures de style les plus récurrentes de Gilberto Freyre, à la manière des sambas-exaltação, genre qui fleurit dans les années trente et recense les merveilles nationales pour le public populaire8. Les litanies de plantes brésiliennes, les catalogues des innombrables nuances régionales du Brésil, les listes de vocabulaire, recréent à chaque lecture, à la manière poétique, la brésilianité de ce qui est énoncé. Il en va de même des apports de la culture africaine que Gilberto Freyre recense et “nationalise”.

13C'est cette partie de l'œuvre du sociologue, publiée dans les années trente, assure sa réputation et continue à faire actuellement l'objet de lectures polémiques au Brésil.

De l'empire luso-brésilien au lusotropicalisme : la métamorphose du "puissant empire"

14Les réflexions de Gilberto Freyre participent au mouvement de réhabilitation du passé portugais du Brésil, mouvement sensible dans l'historiographie officielle de l’Estado novo (1937-1945), sous la plume d'un Almir de Andrade, par exemple9. La valorisation de l’héritage portugais est une rupture par rapport aux analyses développées par les intellectuels brésiliens au cours des décennies précédentes, particulièrement pendant les années vingt. La période coloniale, chargée de tous les péchés, jugée responsable du retard pris par le Brésil à entrer dans une modernité fortement idéalisée10, devient dans Casa Grande & Senzala  le creuset constitutif de la nation brésilienne.

15On reprochait au Portugal d’être une petite nation européenne restée à l’écart de l’industrialisation : on vante désormais son côté non européen, son métissage dû au long contact avec les Maures, sa “plasticité”, sa cordialité. Almir de Andrade évoque même l’hypothèse que les qualités qui ont valu aux Portugais leurs succès sous les tropiques soient des handicaps sur le continent européen11.

16C’est Gilberto Freyre qui pousse le plus loin l’exaltation de la lusitanité du Brésil et la définition d’une civilisation commune aux terres colonisées par les Portugais. Ces thèmes, qui se situent au cœur de Casa Grande et de Sobrados e Mucambos, sont développés spécifiquement dans diverses conférences publiées sous forme d’opuscules à Rio et au Portugal à partir de 1940. La préface de O mundo que o Português criou, premier opuscule du genre, peut faire figure de manifeste lusotropicaliste avant la lettre. Elle éclaire en tout cas la place du Portugal dans la pensée de Gilberto Freyre.

17Selon lui, le “monde que le Portugais a créé” a survécu à l’émiettement de l’empire. Gilberto Freyre a pris soin de ne pas écrire le “monde que le Portugal a créé”, et à éviter comme la peste l’expression de “monde portugais” ou d’”Amérique portugaise”. Il indique ainsi que ce n’est pas la Couronne portugaise qui a créé le Brésil ou d’autres entités, mais l’ethos portugais. Il réaffirme que le socle portugais et chrétien est le fondement de la nation brésilienne et qu’il faut veiller à la suprématie de l’élément luso-brésilien dans la culture nationale. Cette défense passe par le contrôle de l’immigration et le rapprochement entre le Portugal et le Brésil, qui est devenu la “partie la plus vivante et la plus remarquable du monde que le Portugais a créé, avec des éléments principalement européens et chrétiens, mais à travers un vaste métissage et une large interpénétration de culture”12.

18La thématique impériale atteint son point culminant lors de la tournée de Gilberto Freyre dans les provinces portugaises d’outre-mer et trouve sa banderole lors de la conférence qu'il prononce en novembre 1951 à l’Instituto Vasco da Gama de Goa : “Uma cultura moderna : a luso-tropical”. La culture “lusotropicale” remplace la “luso-brésilienne” et ressuscite sous une formulation inédite et moderne la vieille idée du “puissant empire” que Gilberto Freyre attribue à dom João VI et au transfert de la Cour portugaise au Brésil en 1808.

19En réalité, l'adjectif "luso-brésilien" désignait plus particulièrement les élites formées à Coimbra et qui allaient servir dans tout l'Empire le roi du Portugal. Ces notables "luso-brésiliens" avaient dans l'ensemble accueilli favorablement le projet,  qui avait surgi dans le sillage du marquis de Pombal et visait à rendre plus égalitaires les rapports du Brésil et de sa métropole13. Cette politique connut bien des vicissitudes entre la fin du XVIIIe siècle et l'abdication de dom Pedro I en 1831 qui l'enterra définitivement. L'invention du "lusotropicalisme" peut apparaître comme une résurgence de cet empire fédéral avorté. Gilberto Freyre se trouve d’ailleurs au Portugal un ancêtre commun avec José Bonifácio, père de l'Indépendance, mais aussi le plus illustre des luso-brésiliens14. Déjà, en 1944, Gilberto Freyre avait averti son public nord-américain que les “pays de langue portugaise” allaient peut-être “s’organiser en une espèce de fédération, avec une citoyenneté commune et des droits et des responsabilités communes”15

20Tout occupé à confirmer la force et la cohérence de sa doctrine, Gilberto Freyre persiste, avec un remarquable aveuglement, à distinguer la colonisation portugaise contemporaine des autres tutelles coloniales. Là où le Français, l’Anglais, ou le Belge n’ont su qu’établir une domination et faire preuve d’un art politique superficiel, le Portugais a éduqué en douceur les indigènes aux valeurs européennes, forgé des sociétés métisses, croisé des cultures, créé des peuples. Freyre ne fait que reprendre, à son insu, l’idée de la colonisation créatrice d’une humanité nouvelle, qui est extrêmement répandue dans les ouvrages des administrateurs coloniaux européens. Il n'y a pas en effet une seule idéologie coloniale en Europe qui ne repose pas sur la conviction d'une "mission" nationale particulière, d'une manière singulière de coloniser, d'un lien spécial avec l'outre-mer.

21La promotion de l’idée lusotropicale au rang d’idéologie coloniale officielle du Portugal de Salazar dans les années cinquante repose pourtant sur une forte ambiguïté ou sur un profond malentendu. On comprend que les autorités portugaises aient accueilli comme pain béni un éloge appuyé à leur œuvre coloniale, surtout venu du Brésil. On comprend qu’elles aient voulu retenir du lusotropicalisme l’idée d’une identité lusitane semée à travers le monde pour l’éternité, résistantes à tous les appétits et à tous les nationalismes. Dans le lusotropicalisme de Gilberto Freyre cependant, le Portugal ne reçoit que la portion congrue. L’avenir appartient aux tropiques, le Portugal ne présente qu’un intérêt archéologique. Ne décrit-il pas à son public de Goa “une lusitanité en expansion sous les tropiques. Et non figée dans des instituts métropolitains, embaumée dans des académies européennes, immobilisée dans de prétendues perfections classiques par des nécrophiles qui, en littérature, ne savent admirer que les morts”16 ?

22Partout, lors de son périple à travers les colonies portugaises, ce sont les liens de parenté avec le Brésil, plus que les réalisations coloniales de l’Estado novo, qui suscitent son intérêt : “je constate que la présence brésilienne en Afrique et même en Inde est bien plus importante que nous ne l’imaginons au Brésil”17. Le gouvernement brésilien devrait à son avis encourager une immigration proprement “lusotropicale” en provenance de Goa, en attirant “la fleur de sa jeunesse intelligente, capable de participer, avec son orientalisme déjà lusitanisé, au développement de la culture brésilienne”18 Le Brésil s’impose très explicitement comme le “continuateur “ du Portugal.

23“Le luso-tropical - régulièrement menacé en Afrique et en Orient par des impérialismes géo-politiques ou simplement économiques prolongés en culturels, qui lui répugnent, parce que ce qu’il est, pour toujours, dans ses principales formes de culture et d’ethos, un Portugais qui s'accomplit sous les tropiques 19 - semble ressentir le besoin d’avoir à ses côtés un Brésil à la fois de culture lusitane et tropicale ; et déjà plus vigoureux, à certains égards, que le Portugal. Un Brésil capable d’accentuer en Asie et en Afrique la présence et les possibilités de la culture d’origine portugaise”20.

24Qui, mieux que le Brésil, illustre le dynamisme créateur et la fraternité démocratique du monde créé par le Portugais ? C’est dans ce sens, ajoute Gilberto Freyre, que “les Brésiliens doivent orienter leur politique culturelle de collaborateurs et de continuateurs des Portugais d’Europe”21. Ainsi, le Brésilien doit aider le Portugais à porter son fardeau tropical.

25Gilberto Freyre retrouve alors les arguments éculés qui justifient tous les impérialismes : l’impérialisme luso-brésilien est défensif et répond aux menaces d’autres impérialismes. Sont visées en l’occurrence l’Union sud-africaine et les Rhodésies ségrégationnistes, les prétentions de l’Union indienne à ne faire qu’une bouchée de Goa, et celles de l’Indonésie sur Timor.

26Conformément à toute sa démarche intellectuelle, qui consiste à revêtir d’habits scientifiques ses simples impressions et ses intuitions, Gilberto Freyre veut donner au lusotropicalisme une expression scientifique : la lusotropicologie, qui doit former une discipline à part.  Integração portuguesa nos trópicos, ouvrage que Gilberto Freyre publie à Lisbonne en 1958 sous les auspices du Ministério do Ultramar, comporte l'éloquent sous-titre suivant : "Notes à propos d'une possible lusotropicologie qui se spécialiserait dans l'étude systématique du processus écologico-social d'intégration des Portugais, descendants de Portugais et continuateurs de Portugais, en milieu tropical"22. L’Institut Joaquim Nabuco, qu’il a ouvert à Recife en 1949, se spécialise ainsi dans les études “lusotropicales”.

27Ainsi, l’adjectif “lusotropical”, forgé en 1951 pour substituer le désuet et trop exclusif  “luso-brésilien”, complète et synthétise une idéologie cohérente, fondé sur une conception totalisante du nationalisme. Par le lusotropicalisme, le modèle social rêvé de la plantation nordestine prend une dimension impériale. La nation brésilienne, continuatrice du Portugal, devient porteuse d’universalisme dans le monde colonial.

Les impasses brésiliennes du lusotropicalisme

28Le lusotropicalisme, idéologie nationaliste qui suggère à la patrie brésilienne de devenir le centre du monde portugais, n'est que très peu récupéré par des instances officielles dans son pays d'origine et demeure essentiellement une denrée d'exportation. Quel paradoxe pour une nation habituée à déplorer l'importation continuelle de modèles étrangers sur son sol que le succès de cette théorie dans le Portugal de Salazar !

29Son prestige intellectuel, dans son pays comme à l'étranger, vaut à Gilberto Freyre de faire partie des autorités auxquelles on se réfère nécessairement. Le  "maître d'Apipucos" écrit, publie, consulte, voyage, inaugure, préside, pontifie, reçoit les visiteurs et les hommages, mais entre 1930 et 1964, sa vision du Brésil se décale par rapport à l'évolution du pays. L'Estado novo, comme ses épigones populistes, ont peu de choses pour plaire à cet homme d'Ancien Régime, affilié à l'UDN, le parti qui se livre à une opposition féroce, voire factieuse, contre Vargas, Kubitschek et Goulart, de 1946 à 1964.

30Les formes dominantes qu'emprunte alors le nationalisme dans le Brésil des années cinquante et soixante, - celui qui est véritablement contemporain de la notion de lusotropicalisme -, sont celles du développement et d'un futur qui ne s'encombre guère des nostalgies impériales et des brises atlantiques. Le "monde que le Brésilien édifie" accentue au contraire la marginalisation de celui que "le Portugais a créé", des "terres du sucre", qui symbolisent plus le retard, les archaïsmes et le sous-développement que le berceau de la nation. L'empire brésilien se construit sur l'acier, les chaînes de montage Volkswagen, les barrages hydroélectriques, les routes qui matérialisent l'unité du pays, il quitte le littoral et plante son drapeau à Brasília, en plein plateau central.

31Le régime militaire (1964-1985) est plus conforme aux vœux de Gilberto Freyre. Il applaudit la "révolution de 1964", salue le durcissement de 1968, et participe à la rédaction du programme de l'Arena (parti gouvernemental) en 197123. La politique étrangère active de la présidence Geisel dans l'ex-Afrique portugaise évoque vaguement les principes défendus par le sociologue dans sa tournée à travers les provinces d'outre-mer. Quant au chauvinisme officiel des années soixante-dix, il peut difficilement être qualifié de "lusotropical".

32Le "lusotropicalisme", comme modalité possible du nationalisme, est resté cantonné dans le cercle d'une poignée de diplomates et de militaires, qui continuent cependant à militer pour une forte présence du Brésil dans l'Atlantique sud, particulièrement en Angola. Il est passé toutefois inaperçu de l'écrasante majorité de la population brésilienne et des intellectuels qui, de toute façon, commencent à vouer aux gémonies Gilberto Freyre et ses théories jugées racistes et réactionnaires.

33 Entre 1967 et 1973, au moment même où la propagande lusotropicale atteint son apogée en terre portugaise, une bande d'artistes d'avant-garde, décidés à révolutionner la manière de parler du Brésil24, lance le "tropicalisme".

34Le "tropicalisme" est un mouvement pop, dont les intentions sont esthétiques et nullement doctrinales, mais qui véhicule cependant des représentations du Brésil dont l'audience a été beaucoup plus forte que les opuscules tardifs de Gilberto Freyre25. Or, rien n'est moins "luso" que le "tropicalisme" illustré par Gilberto Gil, Caetano Veloso et leurs acolytes mutantes. Les "tropicalistes" manifestent en effet un penchant certain et original pour la fusion "latino-américaine" et les emprunts rythmiques et linguistiques aux voisins colombiens, et surtout cubains, et proclament en castillan Soy loco por ti América. Dans Tropicália ou Panis et circencis (sic), le monument discographique du courant, la chansonTrês caravêlas rend un hommage enjoué, non à Pedro Alvares Cabral, mais à Christophe Colomb, qu'on pourrait prendre, par la magie d'un couplet elliptique, comme le fondateur indirect du Brésil.

35Cet échec intellectuel et politique du "lusotropicalisme" au Brésil est compensé (ou consommé ?) par la vigueur désolante de ses produits dérivés, des clichés empruntés par la publicité et le cinéma commercial au monde supposé enchanté de Jorge Amado, qui n'est lui-même, bien souvent, que la transposition très personnelle et très caricaturale des perspectives ouvertes il y a longtemps par Casa-grande & senzala.

36Le dernier avatar en date de cette représentation du Brésil à l'usage du "premier monde", mais aussi du public national, est la superproduction de Carlos Diegues, Tieta (1996), qui, en passant les frontières, n'est plus seulement "do agreste" (comme dans le titre du roman homonyme de Jorge Amado), mais "do Brazil", avec un "z", pour mieux enfoncer le clou. Toutes les gloires nationales, confirmées (Sônia Braga, Zézé Motta, Marília Pera..) ou montantes (Claúdia Abreu), estampillées "qualité Brésil" (Jorge Amado, João Ubaldo Ribeiro, Caetano Veloso, le réalisateur, les cocotiers, le sable blanc...) se sont liguées pour colorier de manière criarde cette carte postale indigeste.

37Gilberto Freyre disparu, l'héritage passablement dénaturé du "lusotropicalisme", réduit à la seule promiscuité sexuelle, a fini par passer de la Casa-grande à la plage, de l'aristocratie pernamboucaine en déclin à une impitoyable Bahian connection, prête à n'importe quoi pour assurer la promotion de son industrie touristique.

Haut de page

Notes

1Alors qu'au Brésil Gilberto Freyre est une figure depuis longtemps controversée, il a conservé en France toute son autorité. Ainsi, le seul livre concernant le Brésil recommandé par la revue Historiens & géographes aux agrégatifs d'histoire qui préparent la question "Les Européens et les espaces maritimes au XVIIIe siècle" (programme 1996-1998) est Maîtres et esclaves, dont la première édition brésilienne date de 1933 !
2Sur la biographie de Gilberto Freyre, voir Israel Beloch et Alzira Abreu (éd.), Dicionário histórico-biográfico 1930-1983, Rio de Janeiro, Forense, CPDOC/FGV/FINESP, 1983.
3Voir parmi les nombreuses prises de position de Charles Maurras : "Nous concevons la France, nous aussi, comme une et indivisible et complexe, comme le sont toutes les fortes unités de la nature. Nous sommes Français et Provençaux comme nous appartenons à la fois au type des vertébrés et à l'espèce des hommes. Cela n'est pas contradiction, mais union et synthèse".(1894) ; "La France intégrale, c'est la France fédérale", cité par Victor Nguyen, Aux origines de l'Action française. Intelligence et politique à l'aube du XXe siècle, Paris, Fayard, 1991, p.502.
4Francisco José Oliveira Viana, "Evolução da raça", Recenseamento do Brazil, Rio de Janeiro, Typ. da Estatística, 1922, p.313-344.
5Ricardo Benzaquem de Araújo, Guerra e Paz. Casa Grande e Senzala e a obra de Gilberto Freyre nos anos 30, Rio de Janeiro, ed.34.
6Il ne faut pas pour autant voir la révolution de 1930 comme la confrontation entre vieilles élites agraires et nouvelles élites industrielles. Les oligarques traditionnels, les carcomidos et les coronéis sont aussi nombreux du côté des partisans de Getúlio Vargas que de ceux de Washington Luiz et Júlio Prestes. Gilberto Freyre était proche du président "légaliste" (ou situacionista) du Pernambouc, qui se trouve donc dans le camp des perdants en octobre 1930.
7Jeffrey D.Needell, “Identity, race, gender and modernity in the origins of Gilberto Freyre’s œuvre”, American Historical Review, février 1995, p.52-77.
8Avec Aquarela do Brasil (1939), de Ary Barroso, sommet du genre, on peut citer Minha terra tem palmeiras (João de Barro-Alberto Ribeiro)(1936) ou Recenseamento (Assis Valente) (1940) dont un des couplets dit : "Fiquei pensando/e comecei a descrever/ tudo, tudo de valô/que meu Brasil me deu/ Um céu azul, um Pão de Açucar sem farelo/Um pano verde e amarelo/Tudo isso é meu !/Tem feriado que pra mim vale fortuna/ A Retirada da laguna vale um cabedal !/Tem Pernambuco, tem São Paulo, tem Bahia/Um conjunto de harmonia que não tem rival !". Faut-il parler, à propos de Gilberto Freyre, d'"érudition-exaltação" ?
9Sur Almir de Andrade, voir dans ce dossier l'article d'Ângela de Castro gomes, "Race, culture et histoire : l'histoire du Brésil écrite par l'Estado novo".
10Voir Marly Silva da Motta, A nação faz 100 anos. A questão nacional no centenário da Independência, Rio de Janeiro, FGV/CPDOC, 1992.
11Le texte d'Almir de Andrade, "O colonizador português e seu caráter", est cité par António Sérgio dans sa préface à O mundo que o Português criou, Rio de Janeiro, José Olympio, mars 1940, p.16.
12Gilberto Freyre, O mundo que o Português criou, Rio de Janeiro, José Olympio, mars 1940, p.41.
13Voir Kenneth R. Maxwell, A devassa da devassa. A Inconfidência mineira : Brasil e Portugal 1750-1808, Rio de Janeiro, Paz e terra, 1995 (4e éd.) et Maria de Lourdes Viana Lyra, A utopia do poderoso império. Portugal e Brasil : bastidores da política 1798-1822, Rio de Janeiro, Sette Letras, 1994.
14Voir O mundo que o Português criou, Rio de Janeiro, José Olympio, mars 1940, p. 87. ?
15“E mesmo possível que eles não estejam longe de se organizar em uma espécie de federação com uma cidadânia comum e outros direitos e responsabilidades da mesma forma comums”, Gilberto Freyre, Interpretação do Brasil, Rio de Janeiro, José Olympio, 1945, p.259.
16“uma lusitanidade em expansão nos trópicos. E não parada em institutos metropolitanos, embalsamada em académias européias, imobilizada em supostas perfeições clássicas a cargo de necrófilos que, em literatura, só soubessem admirar defuntos”. Gilberto Freyre, Um brasileiro em terras portuguesas, Rio de Janeiro, José Olympio, 1953, p.144.
17Gilberto Freyre, Aventura e rotina, Rio de Janeiro, José Olympio, 1953, p.388.
18Ibidem, p.326.
19Littéralement : Lusíada expandido em tropical, p.440.
20Ibidem, p.440
21Ibidem, p.440
22"Notas em torno de uma possível lusotropicologia que se especializasse no estudo sistemático do processo ecológico-social de integração de portugueses, descendentes de portugueses e continuadores de portugueses, em ambientes tropicais", Gilberto Freyre, Integração portuguesa nos trópicos, Lisbonne, Ministério do Ultramar, Tip. Minerva, 1958.
23Israel Beloch et Alzira Abreu (éd.), Dicionário histórico-biográfico 1930-1983, Rio de Janeiro, Forense, CPDOC/FGV/FINESP, 1983.
24Voir Celso F. Favaretto, Tropicália. Alegoria, alegria, São Paulo, Kairos, 1979.
25Sur la prise en compte de la culture pop par les historiens du contemporain, voir les travaux et l'article méthodologique de Bertrand Lemonnier, "La "Culture pop" des années 1960 en Angleterre", Vingtième siècle, revue d'histoire, n°53, janvier-mars 1997, p.98-111.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Armelle Enders, « Le Lusotropicalisme, théorie d'exportation. », Nuevo Mundo Mundos Nuevos [En ligne], Bibliothèque des Auteurs du Centre, Enders, Armelle, mis en ligne le 14 février 2005, consulté le 18 octobre 2017. URL : http://nuevomundo.revues.org/610

Haut de page

Auteur

Armelle Enders

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Nuevo mundo mundos nuevos est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page