Navigation – Plan du site
Armelle Enders

« Le Plutarque Brésilien »

L'Empire du Brésil et ses grands hommes
[14/02/2005]

Résumé

Les historiens, en même temps qu'ils écrivent l'histoire du Brésil sous le règne de dom Pedro II, distinguent des personnages dont la mémoire doit être conservée et honorée. Le panthéon national ainsi monté est conforme à un régime où fidélité monarchique et patriotisme se confondent. La pédagogie par l'exemple s'adresse aux élites de l'empire. Le culte civique est réservé à la figure du monarque et s'étend parcimonieusement à ses principaux serviteurs.

Haut de page

Notes de la rédaction

Article publié sous le titre» «“O Plutarco Brasileiro”. A Produção dos Vultos Nacionais no Segundo Reinado», dans Estudos Históricos «Heróis nacionais», Rio de Janeiro, vol.14, n°25, 2000, p.41-62.

Texte intégral

1Le déclin des monarques, mais surtout l'essor des nations, stimulent dans Europe du XIXe siècle le goût pour les grands hommes et l'intérêt pour leur culte. Ce phénomène ne touche pas seulement la France, où l'Académie a fait en 1758 de l'éloge du grand homme un genre oratoire à succès et la Révolution a transformé l'église Sainte Geneviève en Panthéon en 1791, mais il essaime aussi au Royaume-Uni. Thomas Carlyle prononce en 1840 à Oxford une série de conférences On Heroes, Hero-Worship, and The Heroic in History.  Quelques années plus tard, en 1856, la Chambre des Lords approuve le projet de Lord Stanhope et la création d'une British Historical Portrait Gallery, où sont alignées les gloires britanniques de tous les temps.

2Au Brésil, la tâche de recenser et d'honorer les grands morts revient principalement aux membres des institutions culturelles et artistiques de l'Empire. Chargé d'assister le gouvernement impérial dans la définition d'un projet national, l'Instituto Histórico e Geográfico Brasileiro  reçoit aussi la mission de sélectionner dans le passé les figures dignes de mémoire (Salgado Guimarães, 1989 : 36). Cette préoccupation biographique est présente dès la seconde livraison de la revue de l'IHGB, qui contient une rubrique intitulée "Brasileiros ilustres pelas ciências, letras, armas e virtudes, etc...".

3Cette nomenclature ouverte ("etc...") s'inscrit dans une tradition classique et universelle. Le "panthéon de papier" brésilien, érigé par la revue de l'IHGB et les nombreux dictionnaires biographiques publiés sous le règne de dom Pedro II, n'est cependant pas la simple réplique d'un monument en style international. Il se conforme finalement aux lois générales qui orientent l'histoire du Brésil, comme succession d'événements et comme récit, et que Martius a définies pour le compte de l'IHGB.

4Le recensement des grands hommes déborde en outre le débat académique. L'administration de la postérité, par ses implications sociales, fait se rejoindre l'histoire et la mémoire, les champs intellectuels et politiques. L'objet de cet article est d'étudier la correspondance entre une société politique, en l'occurrence celle du Brésil du Segundo Reinado, et son économie de la gloire.

Le XIXe siècle des historiens, des grands hommes et des héros

5Contrairement à une idée répandue, la discipline historique telle qu'elle se pratique dans la première moitié du XIXe siècle accorde une place très limitée aux individus et à leur biographie. Historiens et biographes se livrent à des tâches distinctes. Par opposition aux historiographes attachés à la chronique des familles régnantes, les historiens de l'époque romantique prétendent faire l'histoire des peuples et de leur progrès, et recherchent des lois d'intelligibilité dans le processus historique. À l'exception notable de François Guizot, chef de file de "l'école philosophique" et, à ce titre, proche de l'inspiration de l'IHGB des années 1840, le rôle du grand homme dans le déroulement des siècles est minoré par les historiens français que lisent les Brésiliens, au profit d'autres facteurs explicatifs1.

6Parmi ceux-ci, la théorie des "races" se trouve chez des auteurs libéraux comme Augustin Thierry, qui explique de cette manière les antagonismes sociaux en France (entre les Francs conquérants et les Gaulois vaincus), avant de se lire sous la plume de Martius, lequel n'écrit d'ailleurs pas un mot au sujet des grands hommes, ni des héros dans "Como se deve escrever a história do Brasil". Ni Varnhagen, ni Capistrano de Abreu ne compte de biographie historique parmi leurs œuvres. Varnhagen est l'auteur de nombreuses notices biographiques dans la revue de l'IHGB, mais, pour lui comme pour la plupart des historiens brésiliens qui se livrent à cet exercice, il s'agit simplement d'"esboços", d'"apontamentos". Ce matériau biographique doit servir à colorier de plus vastes fresques, à orner l'História Geral de quelques portraits.

7À une poignée d'individualités marquées du sceau de l'exception, l'IHGB préfère la notion d'homme illustre, élaborée par les académies des Lumières. Le "grand homme" des Lumières s'oppose aux rois, aux saints et aux héros2. Outre qu'il dispose d'une très large palette d'incarnations méritocratiques3, le grand homme se distingue du héros singulier par le fait qu'il appartient à "une république de talents" (Mona Ozouf), à une collectivité de citoyens remarquables. Il illustre l'excellence de l'homme ordinaire, le "particulier aimable" , un savant ou un législateur doublé d'un père de famille comblé.

8L'éloge de José Bonifácio de Andrada e Silva, prononcé en 1838 à l'académie de médecine par Emílio Joaquim da Silva Maia et publié en 1846 dans la section réservée aux "Biografias dos Brasileiros ilustres" de la revue de l'IHGB, s'inscrit dans la plus pure tradition académique. José Bonifácio est de fait le grand homme parfait, l'expression moderne du bienfaiteur de l'humanité (par la science) et de sa patrie. Il subit la disgrâce et les douleurs de l'exil, comme Sénèque, et "além de ser sábio, poeta e político, foi bom esposo, bom pai e bom amigo"4.

9L'épisode révolutionnaire et napoléonien a apporté des retouches au modèle international du "grand homme". Bonaparte, en cumulant les rôles de capitaine, savant, législateur, mécène, père de famille, a mélangé le héros à l'antique au destin météorique et le grand homme paisible dévoué à sa cité. Thomas Carlyle utilise indistinctement les mots "heroe" et "great man". Les historiens brésiliens du Segundo Reinado sont en général fidèles à l'acception académique et s'en tiennent de préférence aux catégories de "Brasileiros ilustres" ou de "celebridades".

La "galerie nationale", nouveau genre littéraire

10Les choix biographiques des historiens brésiliens retiennent du grand homme des Lumières son caractère collectif. Les "Brésiliens illustres" sont arrachés à l'oubli sous la forme de dictionnaires entiers. La section de la revue de l'IHGB consacrée aux « Brasileiros ilustres pelas ciências, letras, armas e virtudes, etc... », n'échappe pas à la règle. Entre 1839 et 1888, 118 personnages ont été distingués de la sorte. La section disparaît parfois de la revue (comme entre 1852 et 1856), ce qui n'empêche pas la publication d'articles biographiques ou de nécrologies détaillées.

11La rédaction de la revue ne s'embarrasse pas de considérations méthodologiques pour justifier cette section. Sa première apparition est précédée d'une rapide justification qui insiste sur le devoir patriotique de mémoire envers les figures qui se sont illustrées. L'inclusion de femmes en 1841, puis d'Indiens, de métis et de Noirs (Araribóia et Domingos Caldas Barbosa en 1842) parmi les Brésiliens illustres, oblige la revue à préciser que tous ceux qui ont honoré la nation, quels que soient leur sexe ou leur couleur de peau, ont droit de cité dans cette "république des talents". Il s'agit simplement, pour figurer dans la rubrique, de s'être rendu célèbre.

12Les hésitations, dont témoignent les modifications que subit le titre de la section, portent sur la nationalité des élus de la postérité. Ainsi la rubrique s'intitule-t-elle en 1850 : « Biographias de Brasileiros distinctos ou de individuos illustres que serviram no Brasil, etc...» (3e trimestre 1850), rectifié l'année suivante en « Biographias de Brasileiros distinctos ou de individuos illustres que bem servissem o Brasil, etc...» (4e trimestre 1851), en « Biographias de Brasileiros distinctos ou de individuos illustres que serviram no Brasil e ao Brasil » (1er trimestre 1852), puis en « Biographias de Brasileiros distinctos ou de pessoas eminentes que serviram no Brasil ou ao Brasil », enfin, au 1er trimestre 1856, la formule est rétablie dans son intitulé originel.

13Ces distinctions servent à éviter de résoudre le problème de savoir qui est Brésilien ou ne l'est pas, évidemment insoluble pour la période coloniale. La constitution d'une galerie nationale qui plonge ses racines avant 1822 postule donc l'existence linéaire du Brésil depuis sa sortie des limbes en 1500. Sont ainsi dignes de figurer dans l'honorable liste ceux qui sont nés au Brésil mais qui se sont illustrés à l'étranger, comme dom Francisco De Lemos de Faria Pereira Coutinho, recteur de Coimbra, ou ceux qui ont vu le jour en dehors du Brésil, mais ont influé sur son histoire. La question travaille cependant les membres de l'Institut. En 1854, l'archevêque de Bahia, D.Romualdo Antônio de Seixas, est chargé par l'IHGB de faire la preuve que le père Antônio Vieira est bien natif du Portugal, alors qu'on aimerait établir qu'il a vu le jour au Brésil. Le prélat conclut ses recherches en indiquant qu'aucun élément ne peut remettre en cause la naissance du père Vieira le 6 février 1608 à Lisbonne. "Resta só que, satisfeito o Brasil com a subida honra, que ninguém lhe contesta, de haver creado em seu seio esse homem notável, e servido de amplissíssimo teatro de suas heroicas virtudes"5.

14Les notices biographiques ne portent pas toujours de signature, mais les historiens les plus en vue du Brésil impérial, Cunha Barbosa (1780-1846), Varnhagen (1816-1878), João Manuel Pereira da Silva (1817-1897), Joaquim Norberto de Sousa Silva (1820-1891), Manuel Duarte Moreira de Azevedo (1832-1903), participent abondamment à leur élaboration. Les biographies publiées par les membres de l'IHGB, dans la revue ou d'autres ouvrages, échappent en général à l'hagiographie et comportent parfois des réserves sur le caractère, l'action ou l'œuvre de la célébrité dépeinte. Le rôle de l'historien, est-il rappelé à plusieurs reprises, est de démystifier les traditions, populaires ou aristocratiques. Caramurú et Amador Bueno font ainsi les frais de cette posture critique et sont renvoyés du côté du mythe et de la manie généalogique des grandes familles paulistas et bahianaises6. Varnhagen s'en prend vivement à Alvarenga Peixoto qui, au cours de son second interrogatoire, "não só confessou tudo, delatando os seus amigos, como até infelizmente se mostrou baixo e servil"7. L'historien, conscient de sa mission, conclut : "Não seremos nós quem hoje o desculpe, quando semelhante desculpa poderia conduzir nada menos que adentar no futuro novos exemplos de oprobrio, não de heroicidade e abnegação"8.

15La section des "Brasileiros illustres" n'épuise pas toute l'œuvre biographique de la revue qui publie aussi des "ébauches biographiques", des "éloges" prononcés à l'occasion de la disparition d'un membre de l'IHGB. Dans les années 1860, les notices déjà publiées dans des journaux de la capitale ou de province l'emportent sur les travaux originaux.

16La revue de l'IHGB n'est pas le seul espace où s'exprime la veine biographique des historiens brésiliens. Les mêmes auteurs publient dans la presse des articles nécrologiques ou biographiques. Au milieu du XIXe siècle, apparaît en outre un genre littéraire très proche de la rubrique des « Brésiliens illustres ». Il est d'ailleurs souvent l'œuvre de collaborateurs de la revue de l'IHGB et obéit, à quelques variantes près, aux mêmes principes et à la même inspiration. En 1847, João Manuel Pereira da Silva, homme politique et historien fait paraître O Plutarco Brasileiro, qu'il reprend, corrige et amplifie en 1868 sous le titre de Os Varões ilustres do Brazil durante os tempos coloniais. Le livre est critiqué pour un titre jugé prétentieux, pour ses lacunes et ses erreurs, mais il inaugure une série de publications semblables.

17En 1861 sont édités deux grands in-folios contenant les biographies et les portraits lithographiés des contemporains (depuis 1822) illustres9. Joaquim Norberto de Sousa Silva arrache à l'oubli les Brasileiras celebres, en 1862. Un Diccionario biographico de Brasileiros celebres "nas letras, artes, politica, philanthropia, guerra, diplomacia, industria, sciencia e caridade desde o anno 1500 até nossos dias" est publié chez Laemmert en 1871. Joaquim Manuel de Macedo est chargé par la commission préparant la participation brésilienne à l'Exposition de Philadelphie de rédiger un imposant Ano Biographico Brazileiro, une sorte de calendrier civique perpétuel rassemblant 365 personnages appartenant à l'histoire du Brésil et ordonnés du 1er janvier au 31 décembre. Le Pantheon Fluminense de Prezalindo Lery Santos date de 188010. Malgré son titre, il se distingue des annuaires de célébrités provinciales, qui commencent à se développer également, dans la mesure où les personnages qui le composent sont assimilés à des gloires nationales. Certains ouvrages ne traitent que des morts, d'autres mêlent les contemporains en pleine activité et les gloires du passé. Les similitudes l'emportent sur les dissemblances entre ces ouvrages qui se copient les uns les autres, puisent leurs renseignements aux mêmes sources11, et retiennent les mêmes listes de célébrités.

18Non seulement ces livres se présentent comme des catalogues, dont le principe de classement, en dehors de l'ordre alphabétique, est rarement explicite, mais ils partagent aussi les mêmes objectifs. Ils affirment lutter contre un défaut qui est conçu comme un vice national, celui de l'oubli et de l'ingratitude des contemporains. Il semble cependant qu'il s'agisse là surtout d'un topos  académique (Bonnet, 1998 : 104). Par leurs notices, les biographes s'acquittent donc d'une sorte de dette que la société brésilienne a contractée envers les grands hommes et font ensuite œuvre pédagogique en rendant l'histoire accessible au plus grand nombre.

Une éducation nationale

19Un critique défend ainsi le modèle de la biographie à la Plutarque qu'a voulu adapter au Brésil (sans le parallélisme toutefois) João Manuel Pereira da Silva : "Os costumes, os fatos históricos, a cronologia, as idéias morais e filósoficas da época, a influência dos homens celebres, todo isso Plutarco estudou e soube ; de sorte que quando lemos uma de suas vidas ; parece que nos achamos no século que ele descreve, tão vivas são suas cores e tão perfeito o seu trabalho."12. La biographie permet donc une reconstitution vivante du passé, mais ce n'est pas là sa seule mission pédagogique. L'autre consiste à diffuser des vies exemplaires.

20L'exemple du grand homme doit être contagieux, en faire surgir de nouveaux, ou du moins, servir de guide moral ou civique. Manoel de Araújo Porto Alegre, historien de l'IHGB et directeur de l'Academia Imperial de Belas Artes de 1854 à 1857, voit dans le culte des grands hommes de la Patrie la diffusion dans la jeunesse d'un véritable modèle social : "Quando os nossos legisladores decretaram um pantheão, não digo um edifício sumptuoso, mas um lugar sagrado e decente, onde se recolham os restos mortais de nossos beneméritos, onde o paisano repouse a par do general, e que nesse lugar, em dia marcado, va o Imperador derramar flôres sobre essas sepulturas singelas, o Brazileiro verá que o ouro não é a única recompensa da terra, e que acima dele está a pobreza de um José Bonifácio de Andrada, a de um visconde de Cayrú, de um São Leopoldo, de um padre Caldas, de um franciscano, ou de um músico como José Maurício."13

21Le livre de Joaquim Norberto de Sousa Silva, Brasileiras Celebres  (1862) vise aussi la jeunesse, de manière catégorielle. L'exemple des grandes Brésiliennes doit édifier les jeunes filles de bonne famille. Son format de poche incite à le promener avec soi. L'éditeur Garnier en vante le caractère adéquat comme cadeau institutionnel : « A presente edição é destinada ao povo e adaptada ás escolas, aos mimos e aos prêmios que se oferecem ás senhoras ou se distribuem nas aulas, caso mereça a aprovação das respectivas autoridades14 ». L'éditeur annonce également la parution d'un ouvrage à l'usage des jeunes gens : « Os Brasileiros celebres, devidos a pena não menos ilustre do Sr. conego Dr.. JB Fernandes Pinheiro, digno 1° secretário do IHGB, formaram a segunda parte deste trabalho e completaram a galeria dos homens e mulheres celebres do Brasil15 ». Plusieurs des auteurs d'ouvrages biographiques, comme Prezalindo Lery Santos ou Joaquim Manuel de Macedo, professeur d'histoire au Colégio dom Pedro II, ont d'ailleurs enseigné.

22Éducateur de la nation, voire des familles, l'historien-biographe se fait aussi justicier. La postérité vient corriger par sa sagesse les aveuglements et les passions des contemporains. Lúcia Maria Paschoal Guimarães a montré que, parmi les fondateurs de l'IHGB, les sympathisants et leaders de l'ancien partido restaurador avaient été actifs (Paschoal Guimarães, 1995 : 461). Les vaincus d'avril 1831 prennent une revanche posthume en venant prendre place dans la lignée des grands hommes de la patrie. C'est le cas pour dom Pedro I et ses fidèles, comme le marquis de Paranaguá qui avait dû attendre la majorité de dom Pedro II pour retrouver les allées du pouvoir : tous entrent dans la plupart des "galeries nationales".

23Ces ouvrages biographiques, quand ils traitent de la période contemporaine, prennent des allures de bottin mondain des morts. Les nécrologies de notables sont facilement recyclées en biographies d'hommes illustres, pourvu qu'ils aient été de fidèles serviteurs de l'État.

24La mémoire des grands hommes apparaît au Brésil comme une vaste entreprise de réconciliation des élites nationales. Elle se situe à l'opposé des panthéonisations et dépanthéonisations laborieuses de la France révolutionnaire, d'une gestion de la gloire qui soulignait les divisions et les blessures.

Un bref essai d'interprétation

25Reprendre et illustrer par quelques exemples la typologie des "sciences, lettres, vertus, armes etc..." n'est guère instructif sur la fonction qu'occupent les Brésiliens dont la mémoire doit être conservée. D'autres catégories sous-jacentes paraissent plus riches en révélations sur l'histoire et la société brésilienne telles que les conçoivent les élites impériales.

26Dans l'historiographie du XIXe siècle, les personnages ont pour intérêt premier de symboliser et résumer une époque. En ce sens, les "Brésiliens illustres" de la période coloniale en cristallisent les différentes phases. Le XVIe siècle, âge homérique de l'histoire du Brésil, trouve sa pleine expression en la figure des alliés tupi des Portugais et des conquistadores. La plupart porte dans leur nom, sinon dans leurs veines, le signe du croisement entre deux peuples guerriers. Martim Afonso Arariboia, dont le nom "quer dizer em lingua brasilica cobra feroz"16, Jerônimo de Albuquerque Maranhão, parent d'Afonso de Albuquerque et petit-fils du chef Arco Verde17, João Ramalho, appartiennent à cette catégorie d'ancêtres redoutables. Il faut leur ajouter les sertanejos et bandeirantes des siècles suivants qui relèvent de la même problématique. Ainsi, Bartolomeu Bueno da Silva, o Anhanguera, «tinha o valor de Achilles, e a astúcia de Ulisses »18. L'ambivalence de ces personnages ne les transforme pas en modèles et les enferme à double tour dans une époque révolue. « Bueno da Silva, o Anhanguera seria perverso algoz em nosso tempo de hoje, (...) Mas no século décimo sétimo Bueno da Silva fez em Goiás o que faria outro chefe sertanejo igual á ele em ousadia e bravura.(...) Perdõe a nova civilisação a cruel violencia de Bueno da Silva »19.

27L'importance de la guerre contre les Hollandais dans l'historiographie brésilienne du XIXe siècle a été soulignée par bien des auteurs contemporains (Wehling, 1992 : 304). Dans cet épisode convergent en effet tous les ingrédients du roman national que l'on s'efforce d'écrire. C'est le premier à se prêter parfaitement à la lecture proto-nationale plaquée sur la période antérieure à l'indépendance. Contre l'"envahisseur" étranger, le sentiment commun de la patrie mobilise les "trois races" et poussent celles-ci à l'héroïsme. Cette morale est résumée par la première bataille des Guararapês où se distinguèrent les figures de João Fernandes Vieira, André Vidal de Negreiros, Felipe Camarão et Henrique Dias. Le tableau éponyme de Vítor Meireles, exposé en 1879, à l'Exposição geral da Academia de Belas Artes, suscite une salve de critiques. On lui reproche notamment une composition trop statique, impropre à décrire l'énergie des combats. À cela, le peintre, qui a médité l'ouvrage de Varnhagen sur la question et s'est rendu lui-même sur les lieux de l'action au Pernambouc, rétorque que telle était bien son intention : "Não tive em vista o fato da batalha no aspecto cruento e feroz propriamente dito. Para mim a batalha não foi isso, foi um encontro feliz, onde os heróis daquela época se viram todos reunidos "20.

28José Fernandes Vieira est la première figure de la guerre contre les Hollandais à être distinguée par la revue de l'IHGB (en 1843). Son étoile tend à pâlir au fil du siècle, en raison de l'hostilité de Varnhagen, au profit de André Vidal de Negreiros, promu dans cette galerie nationale en 1869, un tome après Henrique Dias et en même temps que Antônio Felipe Camarão21. Les héros-symboles de ce moment-clef de l'histoire proto-nationale valent essentiellement pour leur actualité. C'est ainsi que Antônio Felipe Camarão, indianisme oblige, en est le principal bénéficiaire. Il reçoit plusieurs fois les honneurs de la RIHGB et de nombreuses notices biographiques, ainsi que sa femme dona Clara Felipe Camarão, sur laquelle s'attendrit Joaquim Norberto de Sousa Silva22, et son neveu Diogo Camarão. Le chef potiguar fait l'unanimité. Les auteurs indianistes voient en lui la confirmation du bien-fondé de leurs convictions. Les auteurs hostiles au culte de l'héritage amérindien, comme Varnhagen, voient en lui la preuve que le barbare est amendable : "Ao vê-lo tão bom cristão, e tão diferente de seus antepassados (...) deve abismar-nos a magia da educação que, ministrada embora à força, opera tais transformações, que de um bárbaro prejudicial à ordem social, pode conseguir um cidadão útil a si e à pátria"23.

29La mise en valeur de la guerre contre les Hollandais permet d'éluder la question plus trouble de l'indépendance et de ses prolongements du primeiro reinado. Manoel Luís Salgado Guimarães et Lúcia Maria Paschoal Guimarães sont frappés par la continuité que s'efforcent d'établir les historiens entre la domination portugaise et le Brésil impérial, en gommant toutes les aspérités, les conflits et les traumatismes qui ont fini par aboutir à la sécession du Brésil24. Pourtant, la "galerie nationale" que construisent les intellectuels brésiliens sous le règne de dom Pedro II met en quelque sorte en image ce qui distingue le Brésilien du Portugais.

30Le préjugé racial est fréquemment évoqué comme une de ces marques distinctives entre les deux peuples. O cônego Januário da Cunha Barbosa, premier président de l'IHGB et neveu du poète métis Domingos Caldas Barbosa, rappelle que Manuel Inácio Alvarenga accéda à la célébrité et aux honneurs "apesar do prejuízo que dominava a côrte portuguesa sobre o acidente da côr parda"25. Domingos Caldas Barbosa, d'après Varnhagen, "tinha a consciência do pouco valimento de sua cor num país onde era um mau preconceito"26. Le Pantheon Fluminense de Prezalindo Léry Santos rend justice à Alexandre Dias de Resende, victime de discriminations en raison de la couleur de sa peau de la part d'un officier portugais et de la Irmandade de São Pedro à laquelle il lègue cependant ses biens à sa mort en 181227.

31L'Inquisition attire contre elle la majeure partie des critiques au colonialisme portugais et enfante une victime nationale et originale : Antônio José da Silva, honoré dans pratiquemment tous les recueils de biographies. Gonçalves de Magalhães lui consacre en 1835 Antônio José, ou O poeta e a Inquisição, "a primeira tragédia escrita por um brasileiro e única de assunto nacional"28. Le rôle-titre est créé par João Caetano dos Santos, proche des historiens et des poètes. Ainsi que le rappelle Joaquim Manuel de Macedo, "Nessa tragédia fraternisaram três glórias da pátria, Magalhães o autor, Antônio José o herói, João Caetano o artista dramático que entre mil aplausos desempenhou o papel da ilustre vítima da maldita inquisição. "29

32Varnhagen se charge de faire passer du théâtre à l'histoire le poète dramatique cristão novo né à Rio en 1705 et déporté avec sa famille à Lisbonne en 1713 par le Saint-Office30. La vie tout entière d'Antônio José suit la trame de celle du grand homme des académies. Son talent lui vaut la reconnaissance de la Cour, l'amour du public, et le surnom de "Plaute brésilien". La Fortune gratifie l'homme privé d'une famille heureuse. Il est cependant persécuté par une institution cruelle, dénoncé par une servante de mauvaise vie et finalement brûlé par l'Inquisition le 16 octobre 1739. Antônio José est né au Brésil et y a passé sa petite enfance, mais la scène de ses succès et de ses malheurs a été le Portugal. Ce qui l'a transformé en "sujet national", c'est sa double qualité de victime d'une institution assimilée à l'obscurantisme colonial et d'homme de lettres.

33Pour ces deux raisons, Antônio José da Silva préfigure en quelque sorte les Inconfidentes que l'IHGB a selectionnés pour la postérité. Joaquim José da Silva Xavier n'est pas digne d'entrer dans l'honorable rubrique où trônent en revanche Tomas Antônio Gonzaga, Inácio José de Alvarenga Peixoto et Cláudio Manoel da Costa, qui bénéficient chacun de plusieurs notices, addenda et rectifications31. L'examen de leur œuvre poétique occupe une place plutôt plus importante que leur participation à l'Inconfidência Mineira. Tomas Gonzaga inspire les littérateurs comme Antônio Ferreira de Sousa, qui le place au cœur de son roman, Gonzaga ou a conjuração de Tiradentes (1848), et Castro Alves qui le met en scène en 1866 dans Gonzaga ou a revolução de Minas (Carvalho, 1990 : 60)

34Contre toute attente, c'est Cláudio Manoel da Costa qui s'impose comme la figure tutélaire de l'Inconfidência au sein de l'IHGB. Le centenaire de sa mort, le 4 juillet 1889, donne lieu à des festivités inaccoutumées pour une académie qui réserve généralement ses démonstrations à la famille impériale. Les membres de l'IHGB et leur impérial protecteur célèbrent avec un luxe de symboles, de drapeaux et de marbre, celui que "a Arcadia de Roma chamou "Glauceste Saturnio", os posteros deram a qualificação de "Metástasio brasileiro" e o destinou o tornou primeiro martír precursor da liberdade nacional, pondo-lhe nos lábios o lema : aut libertas aut nihil ! que é o nosso brado : Independência ou Morte !"32. Les révélations compromettantes de Cláudio Manoel da Costa lors de ses interrogatoires et surtout son suicide en prison avaient jusqu'alors plongé dans l'embarras ses biographes.

35Il était difficile d'admettre pour le poète ce que l'Église et la société condamnaient vivement. Son suicide fut attribué aux mauvais traitements de son incarcération, à la débilité de son grand âge, ou interprété comme un assassinat déguisé. Joaquim Norberto de Sousa Silva, président de l'IHGB et auteur d'une étude sur l'Inconfidência qui avait provoqué de violentes polémiques, tente d'arracher l'épisode aux Républicains et de le rendre au régime impérial. Pour ce faire, l'allocution qu'il prononce lors de la cérémonie fait du suicide de Cláudio Manoel da Costa un acte politique dans la meilleure tradition romaine. Le suicide n'est pas passé sous silence par l'expressive décoration de la salle où sont représentés un scorpion (le suicide) et des palmes (le martyre) attachées par un lien, qui évoque le lacet fatal au poète et comporte la devise "aut libertas aut nihil", ébauche évidente du Cri d'Ipiranga33. D'après Joaquim Norberto de Sousa Silva, la place du poète dans le martyrologe national, "não lhe rouba ninguém, não lhe pode ser disputada ante á cronologia dos fatos. A posteridade é a justiça da história que julga em última instância, e essa o sagra como o nosso protomartír »34. Nul ne peut assurément contester que le 4 juillet 1789 ait précédé le 21 avril 1792...

36Le second orateur, Alfredo de Escragnolle Taunay, confirme le martyre de Cláudio Manoel, mais couronne aussi Tiradentes, qu'il apostrophe en exprimant tout ce qui séparait l'alferes des autres conjurés : "Não tinhas, como os outros, letras ; não discreateavas com os livros ; não fazia versos ; não cursuras escolas e universidades"35.

Des poètes et des prêtres

37Dans la recherche de "Brésiliens illustres", l'activité littéraire est en effet primordiale. C'est à croire que les intellectuels de l'Empire ont fait leurs les conférences de Carlyle sur "The Hero as Poet" et "The Hero as Man of Letters", dans lesquelles l'historien écossais faisait du Poète la voix des nations36., ou, simplement, que ses idées se confondent avec l'air du temps. José Basílio da Gama inaugure en 1839 la rubrique des "Brésiliens illustres" dans la revue de l'IHGB37, José de Santa Rita Durão est mentionné fréquemment comme une pierre blanche de l'histoire nationale.

38La persécution de la Couronne portugaise contre les sociétés savantes et littéraires brésiliennes est un thème abordé plusieurs fois par les historiens. Sans doute est-ce dans la langue qu'il faut guetter les prémices de la nationalité. C'est le sens de la vie et de l'œuvre d'Alvarenga Peixoto, d'après Januário da Cunha Barbosa : "Compus ele seus Rondós, cantando assim as nossas árvores, frutos, flôres, montanhas, rios e florestas. (...) a dependência colonial fazia a das letras. Nem os Rondós, nem os Madrigais, nem outras composições de Manuel Inácio, eminentemente brasileiras, tiveram em seus dias a voga que então mereceram outras poesias suas adubadas com as figuras e donaires da poesia portuguesa. O Tejo e o Mondego eram mais aplaudidos nos versos do que o Amazonas e o Prata ; o louro e o myrto muito mais do que a mangueira e o cajuzeiro"38.

39Le fort contingent d'ecclésiastiques que recèlent les différentes "galeries nationales" s'explique par de très nombreuses raisons. Sur les 118 "Brésiliens illustres" de la revue de l'IHGB, il y a 36 clercs. Ceux-ci acquièrent souvent leur notoriété dans un autre domaine que le sacré : la charité (comme les médecins), les sciences (Frei da Conceição Veloso), les lettres, la catéchèse des Indiens... Le catholicisme est aussi le maillon essentiel qui lie le passé, le présent et l'avenir du Brésil. Les figures de frei Henrique, des pères Nóbrega et Anchieta se sont penchées au-dessus du berceau de la nation et ont tracé sur son destin le signe de la Croix.

40Le prêtre est aussi un avatar de l'héroïsme dans la courte typologie de Carlyle. La poésie, la prose et l'éloquence sacrées sont également un domaine d'excellence prisé par les historiens de l'empire. "O padre que ora no berço de uma nacionalidade e o poeta que canta no meio da glória, ou da catastrofe, são as duas balizas de uma literatura, são os dois limites de uma civilização", déclare Manoel de Araújo Porto Alegre lors de la session anniversaire de l'IHGB en 185239. Parmi les contemporains, les gloires du pupitre, les Bossuet du Nouveau Monde, fournissent en outre des gloires qui courent moins que les autres le risque d'être souillées par les polémiques séculières. La postérité les accueille sereinement dès qu'est exhalé leur dernier soupir.

41La notice consacrée à frei Francisco de Mont'Alverne dans Ano Biographico, synthétise tous les thèmes qui font des ecclésiastiques des piliers du panthéon national. Mont'Alverne, maître de Gonçalves de Magalhães et de bien d'autres, est le continuateur d'une chaîne qui part de Nóbrega et Anchieta, passe par Eusébio de Mattos, frei Antônio de Santa Maria, pour aboutir à la génération née dans la seconde moitié du XVIIIe siècle, qui figure dans tous les dictionnaires et ouvrages sur les Brésiliens célèbres : Antônio Pereira de Sousa Caldas, frei Francisco de São Carlos, frei Francisco de Santa Tereza de Jesus Sampaio40.

Des grands hommes au féminin

42Le corpus des biographies des Brésiliennes célèbres est plus mince que celui des hommes et encore plus répétitif. Comme les hommes d'Église, les gloires féminines sont ordonnées selon la nomenclature classique et masculine de la célébrité. Il n'y a guère de domaine, à l'exception des sciences, dans lequel les femmes ne se soient illustrées. Les deux premières Brésiliennes à entrer dans la galerie de l'IHGB, dona Maria Ursula de Abreu Lencastre et dona Rosa Maria de Siqueira, se sont distinguées par leur vaillance guerrière41. L'une s'est déguisée en homme et a guerroyé avec les Portugais en Inde au XVIe siècle. L'autre se rendait à Lisbonne en 1713 quand son bateau fut arraisonné par des pirates barbaresques. Son courage entraîna la résistance des chrétiens qui parvinrent à défaire leurs agresseurs.

43Les Brésiliennes célèbres prouvent que, finalement, il a bien existé des Amazones au Brésil. Celles-ci ont pris les armes contre les Hollandais à Tejucupapo, que visita dom Pedro II en souvenir "da coragem que patentearam naquela localidade as senhoras brasileiras"42, à Porto Calvo, où dona Felipe Camarão entraîna ses consœurs à la bataille. Les combats de l'indépendance à Bahia confirment la bravoure féminine lorsque le sort de la patrie est en jeu. Ainsi Maria Quitéria transgresse toutes les interdictions imposées à son sexe pour aider, les armes à la main, à repousser les Portugais. Le sang innocent de la mère Joana Angélica sanctifie le pieux combat pour la liberté brésilienne contre le "sorriso satânico" du général Madeira43.

44Les femmes sont indissociables du thème de la "mère-patrie". C'est par elles, croit-on, que se transmet l'amour du sol natal. Le sentiment national ne saurait être l'apanage d'aucune catégorie de la population. Lui seul, avec la foi du Christ, a le pouvoir de transcender la répartition sexuelle (et sociale) des tâches et de légitimer les donzelles et les matrones guerrières. Aussi le cas de Maria Ursula de Abreu Lancastre apparaît-il comme une curiosité dérangeante. Joaquim Norberto de Sousa Silva émet l'hypothèse de déboires sentimentaux, pour rendre compte de sa longue carrière sous l'uniforme masculin à Goa44.

45Les femmes, au même titre que les hommes, donnent des poétesses et des religieuses. Il faut accorder une place particulière à Damiana da Cunha, "mulher missionária", la fille d'un cacique caiapó, converti au catholicisme, qui tranforma par la douceur des tribus entières d'índios bravos en índios mansos dans la première moitié du XIXe siècle.

46Les femmes sont parfois célèbres parce qu'elles ont épousé un Brésilien illustre, comme Catarina Alvares, femme de Caramurú, ou dona Barbara Heliodora, qui fut si digne lors de l'arrestation d'Alvarenga Peixoto, son époux45. Estella Sezefreda (1810-1874) aurait-elle échappé à l'oubli si elle n'avait été la partenaire favorite de João Caetano dos Santos, à la vie comme à la scène ? Estella Sezefreda dos Santos créa les principaux rôles du théâtre national balbutiant et, rapporte Joaquim Manuel de Macedo, atteint le sommet de son art en jouant en 1863 "la vieille idiote" des Mystères de Paris46.

47L'amour conjugal est en effet considéré comme une forme d'excellence spécifiquement féminine. Aussi les biographes s'attachent-ils particulièrement à rappeler le souvenir de Maria Bárbara, une dame de Belém qui préféra la mort à un viol. On ne sait pourtant pas grand'chose de précis sur ce lointain fait divers, ni sur ses protagonistes, connus dans la Capitale impériale par un poème de Bento de Figueiredo Tenreiro Aranha. La "Lucrèce du Pará" (Joaquim Manuel de Macedo), "desconhecida esposa de ignorado soldado" (Joaquim Norberto de Sousa Silva), est tellement essentielle comme parangon de vertu féminine qu'elle vaut bien que l'on prenne quelques libertés avec la rigueur historique. Joaquim Norberto de Sousa Silva, qui s'adresse à de jeunes lectrices, ne manque pas de s'exclamer, ou de formuler le vœu suivant : "Quantas mulheres, avidas da palma do martírio, não invejariam a sua sorte !"47.

Deux héros sans caractère

48Certains personnages semblent avoir pénétré par effraction ou méprise dans la famille des "hommes illustres" qui ont servi au Brésil. Pedro Alvares Cabral, qui fut "apenas onze dias brasileiro"48, arriva au Brésil probablement par hasard, précédé peut-être par Pinzón et Vespucci, lui donna par erreur le nom de Ilha de Vera Cruz et s'en retourna. Il est d'ailleurs tenu à l'écart des "biographias dos Brasileiros illustres" de la revue de l'IHGB. Cabral est eclipsé par Christophe Colomb, qui suscite une avalanche de poèmes, de drames et d'études à sa gloire dans le Brésil du XIXe siècle. João Severiano da Fonseca propose même en 1890 à ses collègues de l'Institut de lancer une souscription auprès des gouvernements de l'Amérique du Sud pour élever une statue colossale du navigateur génois sur le Pain de Sucre49. La suggestion en restera au stade de projet, faute de financement, mais confirme le caractère subalterne du capitaine portugais.

49Cabral n'a guère plus de sens en lui-même qu'un marco de posse. Pour signifier, il a besoin d'être flanqué de ses deux compagnons, Frei Henrique et Pêro Vaz de Caminha. C'est ainsi qu'il est représenté sur le monument dû au ciseau de Rodolfo Bernadelli et inauguré le 3 mai 1900. Le projet du sculpteur, influencé par Ernesto Cybrão (Wanderley, 1998 : 109) ne constituait pas une simple statue de Pedro Alvares Cabral, mais une allégorie de l'histoire du Brésil mettant en scène à travers ces trois personnages "as armas, as letras e a cruz, os três agentes civilisadores do tempo, em frontes e em peitos de heróis" (Ibidem).

50José Murilo de Carvalho a montré l'invention de Tiradentes par les libéraux et les républicains (Carvalho, 1990 : 55-73). L'alferes occupe en effet dans l'historiographie impériale une place très secondaire, condescendante, voire critique. Joaquim José da Silva Xavier ne fait l'objet d'aucune biographie spécifique dans la revue de l'IHGB. Quand il est évoqué, c'est à titre de comparse, de second couteau maladroit qui a précipité la chute des nobles rêveurs qu'étaient les Inconfidentes. La première étude sur la Conjuration mineira, œuvre de Joaquim Norberto de Sousa Silva50, sócio efetivo do IHGB avant d'en devenir le président, confirme et "officialise" en 1873 la disqualification du plébéien Tiradentes de la course au titre de "héros". Le jugement de Joaquim Manuel de Macedo résume assez bien la position moyenne des auteurs monarchistes : "O Tiradentes com todos os defeitos de suas qualidades levava a franqueza até á leviandade, á valentia e a coragem até á imprudência, e á presumção vaidosa, e no seu entusiasmo comprometia a si e aos outros com expansões inconvenientes. Homem tal não podia ser cabeça, devia apenas ser braço, não podia ser, nem foi chefe, nem teve a confiança plena dos chefes, foi sómente instrumento, agente da conspiração. O Tiradentes ressentia até dos chefes, que não se abriram com ele sem reservas, e que não o chamavam para suas conferências "51.

51La bataille autour de la figure de Tiradentes souligne l'ambiguïté de la tâche biographique à laquelle se livrent les auteurs proches de l'IHGB. En participant à la fois à l'histoire et à la mémoire, leurs travaux tendent à déborder de la sphère académique dans l'espace public.

L'empereur, ce héros

52Dans un article classique, initialement publié en 1978, Maurice Agulhon s'interrogeait sur les raisons et les rythmes de l'invasion des rues et des places des villes de France par des statues de toutes sortes au XIXe siècle, invasion que les esprits sarcastiques du temps eurent tôt fait de qualifier de "statuomanie". L'historien français expose comment cette pratique, diffusée par les héritiers de la Révolution française, s'impose parallèlement au succès d'une morale laïque et libérale, qu'elle tend ainsi à s'étioler sous les régimes réactionnaires (comme la Restauration) ou conservateurs (comme le Second Empire) et à s'épanouir sous les gouvernements libéraux (comme la Monarchie de Juillet). C'est entre 1870 et 1914, la phase triomphante de la IIIe République, qu'elle atteint son apogée (Agulhon, 1988 : passim). Au fur et à mesure qu'elle se répand et se banalise, la manie de statufier les grands hommes perd son contenu politique et devient de plus en plus consensuelle.

53Dans le Brésil impérial, on ne saurait voir aucune "statuomanie" avant les toutes dernières années du régime, et même alors, le terme paraît bien excessif. Quelques projets apparaissent dans les années 1880, alors même que se construit chez les positivistes et les républicains un panthéon alternatif, mais ils ne sortiront des cartons que sous la Première République. La pédagogie civique par l'exemple, à laquelle prétend le souvenir des grands hommes, ne bénéficient guère des moyens qui lui auraient permis de pénétrer plus amplement la société brésilienne.

54De plus, l'érection de statues dans l'espace public est liée à la modification du décor urbain qui découle des transformations qui affectent les villes européennes dans la seconde moitié du XIXe siècle. Or, Rio de Janeiro connaît plus de projets que de réalisations sous l'Empire. Enfin, le coût des monuments métalliques est d'autant plus élevé que les statues brésiliennes sont fondues en Europe.

55Pour les auteurs de biographie proches de l'IHGB, le fait de consigner quelques données sur un nom glorieux du passé et de le sauver de l'oubli est en soi un hommage. Dans ce domaine, la "casa da memória nacional" cultive davantage sa propre mémoire que celle de la Nation, et ce, au cours de cérémonies qui évoquent plus les politesses aristocratiques du XVIIIe siècle que les foules de la fin du XIXe siècle. L'inauguration en 1848 des bustes du Conego Januário da Cunha Barbosa et du maréchal Raimundo José da Cunha Mattos, fondateurs de l'Instituto Histórico, ceints à cette occasion de couronnes de pau brasil, le centenaire de Claúdio Manuel da Costa en 1889, relèvent d'un type de festivité académique, d'une république idéale, élitiste et fermée.

56La suggestion, l'organisation, et la participation de l'IHGB, à des commémorations publiques se réduisent à une courte liste sous le règne de dom Pedro II. Dans sa préface aux Brasileiras celebres, Joaquim Norberto de Sousa Silva annonce que le Brésil possédera bientôt "seus monumentos históricos como as estatuas equestres de seus imperadores, como a coluna gigantesca de sua independência, como a cruz colossal do seu descobrimento, como os bustos marmoreos de suas celebridades"52. Tout ce programme a fait l'objet de propositions émanant de l'IHGB, parfois de Joaquim Norberto de Sousa Silva lui-même (Paschoal Guimarães, 1995 : 542). On constate cependant que les monarques ont droit à des statues et les "célébrités" à de simples bustes, sans doute plus appropriés aux institutions où elles se sont illustrées qu'aux places publiques. Certains de ces monuments ont vu le jour au terme de péripéties sinueuses, comme les statues de dom Pedro I et de José Bonifácio.

57L'histoire de la statue du premier empereur du Brésil montre combien l'éthique monarchique et traditionnelle l'emporte encore sur la nouvelle pédagogie des grands hommes dans le Brésil des années 1860. Elle rappelle le temps où les souverains étaient les seuls à être représentés sur les places publiques. La statue équestre est le monument royal par excellence (Jourdan, 1998 : 88). Louis Rochet, le sculpteur français retenu pour aider João Maximiliano Mafra à réaliser la statue de dom Pedro I, se vante auprès des autorités brésiliennes, d'avoir fait le tour de l'Europe des monuments équestres dont la référence principale est celle de Pierre le Grand à Saint-Pétersbourg, une commande de Catherine II à Falconet achevée en 1774 (Galvão, 1968 : 58). Dans le cas de dom Pedro I, la statue équestre est autant symbolique que narrative puisqu'elle se réfère précisément au moment du Cri d'Ipiranga, déjà immortalisé par le peintre François Moreaux en 1844.

58L'idée d'offrir un monument au premier empereur remontait à 1824, avait été défendue par la municipalité de Rio de Janeiro et enterrée à l'abdication de dom Pedro I53. Plusieurs de ses fidèles, comme Manuel de Araújo Porto Alegre en 1838, ou José Clemente Pereira en 1844, relancent en vain l'idée. Plusieurs propositions échouent également devant le Senado da Câmara Municipal. En 1854, un groupe d'historiens de l'IHGB emmenés par Joaquim Norberto de Sousa Silva et Manoel de Araújo de Porto Alegre, associés à quelques membres de la municipalités, parviennent à faire triompher la motion présentée par Roberto Jorge Haddock Lobo lors de la session extraordinaire de la Câmara Municipal du 7 septembre 185454. Le texte prévoit l'érection d'une statue de dom Pedro I sur la place da Constituição grâce à une souscription nationale. Une commission de neuf membres, chargée de superviser l'exécution des travaux, depuis le concours jusqu'à l'inauguration, et présidée par Eusébio de Queirós, est également nommée. Cette motion constitue le point de départ d'une longue fête dynastique, en grande partie orchestrée par Manoel de Araújo Porto Alegre, alors directeur de l'Academia Imperial de Belas Artes.

59Manoel de Araújo Porto Alegre impose sa marque à chacune des étapes du projet, depuis le lobbying qui aboutit à la motion du 7 septembre 1854 jusqu'aux cérémonies du 30 mars 1862, lorsque le voile tombe et découvre le groupe sculpté par Mafra et Rochet55. Le cahier des charge initial stipulait que sur le piédestal devraient figurer "todos os cidadões que com o excelso Príncipe colaboraram efetiva e proeminentemente para a independência política do Império" et qu'il incombait à l'IHGB d'en dresser la liste56. Sur l'intervention de Manoel de Araújo Porto Alegre, les héros de l'indépendance disparurent pour laisser place à quatre groupes allégoriques d'indiens et d'animaux représentant l'Amazone, le Paraná, le São Francisco et le Madeira.

60Cette modification change évidemment le sens du monument en le resserrant sur le seul personnage de dom Pedro I : le monarque est fixé pour l'éternité au moment où il proclame la naissance du Brésil et garantit son unité57. Il met parfaitement en image l'idéologie triomphante depuis la Majorité, et parfaitement relayée par l'IHGB, celle d'une monarchie créatrice et rassembleuse de la nation. Comme il sied à la plupart des monuments de ce genre, la signification n'en est pas seulement commémorative, mais aussi mémorative. L'éternité du bronze veille sur le présent encore plus qu'elle ne rappelle les hauts faits passés. Il reste à faire adhérer les sujets à ce mémento politique.

61Le 1er janvier 1862, la pose de la première pierre est précédée de l'exécution de l'hymne national et permet au public, à condition qu'il soit décemment vêtu, de découvrir l'œuvre de Mafra et Rochet, placée sous une tente. Une boîte de cèdre contenant des monnaies à l'effigie des deux empereurs, l'hymne de l'Indépendance composé par dom Pedro I, la décision de la Câmara Municipal, les quotidiens du jour, est déposée à l'emplacement du socle, par les mains de dom Pedro II, du marquis de Caxias, connétable de l'empire, du président du conseil des ministres, (Eusébio de Queirós) et de celui de la Câmara Municipal58. Les Cariocas sont avisés de l'avancement des travaux, comme l'installation de la statue sur son socle, par la mise à feu de quelques pièces d'artifice, pendant que se préparent les fastes de l'inauguration, qui se déroulent finalement le 30 mars.

62Pour cette grandiose circonstance, la Praça da Constituição a été ornée de constructions ephémères et symboliques. Un temple dorique couronné par une allégorie de la Religion fait ainsi le pendant d'un arc de triomphe. Un gigantesque kiosque abrite les 242 instrumentistes et 653 choristes qui interprétent le Te Deum de Neukomm sous la baguette du maestro Francisco Manoel. Les hymnes, les salves d'artilleries, les couronnes de fleurs, les discours, les illuminations font de cette journée un moment inoubliable. Le premier anniversaire de la statue donne lieu à de nouvelles festivités en 1863.

63La foule est invitée à participer à la fête en décorant les maisons et les rues. Elle est aussi instruite par la distribution de livrets et de feuillets qui achèvent d'héroïser dom Pedro I, libérateur et législateur des deux mondes, et de diffuser la version officielle de l'Indépendance. Cette période, si difficile à traiter pour les historiens de l'IHGB (Paschoal Guimarães, 1995 : 519) est désormais débarrassée des polémiques injustes pour apparaître dans toute sa clarté. Dom Pedro I est de la race des libertadores, des Washington et des Bolivar, mais aussi des philosophes humanistes qui préfèrent abdiquer plutôt que de voir couler le sang lorsque gronde l'orage des révolutions. Un fascicule-souvenir édité en français par les frères Laemmert imagine que bientôt, "non loin de ce glorieux monument un autre s'élevera non moins sublime. L'un dira aux siècles à venir que Pedro I a fondé l'Empire de Santa Cruz ; l'autre que Pedro II l'a affermi par sa sagesse et ses vertus"59.

64La réhabilitation tonitruante du fondateur de la dynastie impériale ne s'est pas faite sans résistance. La statue de dom Pedro I fit les délices des caricaturistes et devint une sorte de métaphore du régime impérial sous le crayon d'Angelo Agostini (Herstal, 1972 : passim). Elle a en outre provoqué la polémique historique la plus vive qu'avait jusqu'alors connue le Brésil. L'opération politique de la statue équestre de dom Pedro I n'avait pas échappé aux libéraux. Le choix de la praça da Constituição, sur les lieux supposés du supplice infligé à Tiradentes, fut perçu comme une provocation sacrilège (Carvalho, 1990 : 60-61). Tiradentes et dom Pedro I incarnèrent pendant longtemps deux mémoires et deux philosophies politiques antagoniques, avant d'être placé, œcuméniquement, chacun dans une niche du calendrier civique.

65Dix ans plus tard, dom Pedro II dévoilait, lors d'une cérémonie beaucoup plus sobre que celle de 1862, la statue en pied de José Bonifácio, largo de São Francisco, lequel avait été aussi fortement controversé que dom Pedro I. Le grand homme à pied se tenait à distance respectueuse du héros à cheval et confortait le message. L'Empire entrait dans l'ère d'une très prudente "statuomanie", qui s'était esquissée à l'occasion de la guerre du Paraguay.

66Le conflit fournissait des bataillons de gloires militaires, de morts prématurées et tragiques, de martyrs pour la patrie et l'empereur qu'il convenait d'honorer. Maurice Agulhon signale que, partout, les soldats ont été les premiers à être statufiés en place publique, parce qu'ils offraient moins de prise au débat que les hommes politiques et apparaissaient comme les premiers serviteurs de la nation (Agulhon, 19 : 159-160). La guerre du Paraguay motive plusieurs commandes officielles afin de fixer pour la postérité les grandes heures de l'Armée et de la Marine impériales, en y associant quelques visages. L'Exposição Geral de 1872 voit ainsi s'affronter deux peintres pour une seule thématique. A Batalha de Campo Grande de Pedro Américo est consacrée à "a bravura do general [o Conde d'Eu], a dedicação do soldado brasileiro [o capitão Almeida Castro], e o momento em que se torna decisiva a nossa vitória"(Catálogo, 1872 : 22). La toile de Vítor Meireles, Combate Naval de Riachuelo,, a pour acteur principal le futur amiral Barroso, lequel,"imponente sobre o passadiço do imortal Amazonas brada - Viva o Imperador e a Nação brasileira !", cri repris par toute la flotte (Catálogo, 1872 : 29). Dans les deux cas, les victoires et les tableaux célèbrent l'union de la famille impériale et de la patrie.

67Dans la même perspective, l'IHGB prend en l'initative d'organiser des souscriptions pour élever des monuments équestres à Caxias et Osório (Paschoal Guimarães, 1995 : 543), qui viennent de mourir. Dom Pedro II, fait rarissime, assista aux obsèques du duc de Caxias, manifestation que l'étiquette réservait aux membres de la famille impériale. Rodolfo Bernardelli est chargé de l'exécution de la statue du général Osório en 1887. Il appartient cependant à la république d'inaugurer ce monument en 1894 et celui dédié à Caxias cinq ans plus tard.

68Les gloires nationales ne ramassent que les miettes du culte dynastique sous le règne de dom Pedro II. Le père, fondateur de l'Empire, est un héros, le fils, pacificateur et ami des savants, arbore, surtout après 1870, les habits ordinaires du grand homme (Schwarcz, 1998 : 127). À leurs pieds, il y a place pour José Bonifácio et Caxias, qui complètent la leçon politique et méritent quelques démonstrations civiques.

69Quant aux centaines de "célébrités", recensées par les auteurs de notices biographiques, elles sont le fruit de la société politique du règne de dom Pedro II. Plus qu'une "galerie nationale", c'est une galerie des glaces qu'élaborent les polygraphes de l'IHGB. Serviteurs et dignitaires de l'Empire, originaires pour la majorité d'entre eux des provinces du Sud-Est, viennent s'y mirer et inscrire leur action dans cette généalogie fictive. Une bonne partie d'entre eux se confond avec les sócios de l'IHGB. D'une certaine manière, ce microcosme "fait" l'histoire au deux sens du terme. Il contemple dans les gloires passées les rôles qu'il s'assigne à lui-même au présent : ceux d'"alavancas da civilização" et de "colunas sustentadoras do trono", version impériale de l'ordre et du progrès républicains.

Haut de page

Bibliographie

AGULHON, Maurice. 1988. "La "statuomanie" et l'histoire", Histoire vagabonde I,  Paris, Gallimard, p.137-185.

BONNET, Jean-Claude. 1998.Naissance du Panthéon. Essai sur le culte des grands hommes, Paris, Fayard.

CARVALHO, José Murilo de. 1990. A formação das almas. O imaginário da República no Brasil. São Paulo, Cia Das Letras.

Catalogo das obras expostas no Palácio da Academia Imperial de Belas Artes.1872. Rio de Janeiro,Typographia Nacional.

GALVÃO, Alfredo. 1968. "A estátua equestre de D.Pedro I", Arquivos da Escola de Belas Artes, Rio de Janeiro, n°14, p.53-66.

GUIMARÃES, Lúcia Maria Paschoal. 1995. "Debaixo da imediata proteção de Sua Majestade Imperial : o Instituto Histórico e Geográfico Brasileiro (1838-1889), R.IHGB,  Rio de Janeiro,a.156,n°338, 1995.

GUIMARÃES, Manoel Luís Salgado. 1988. "Nação e civilização nos trópicos : o Instituto Histórico e Geográfico Brasileiro e o projeto de uma história nacional", Estudos Históricos, Rio de Janeiro, n°1.

GUIMARÃES, Manoel Luís Salgado. 1989. "A Revista do IHGB e os temas de sua historiografia (1839-1857). Fazendo a história nacional", in Orígens do IHGB. Idéias filosóficas e sociais e estruturas de poder no Segundo Reinado, Rio de Janeiro, IHGB, p.21-41.

HERSTAL, Stanislaw. 1972. Dom Pedro. Estudo iconográfico, São Paulo/Lisboa, 3 vol.

JOURDAN, Annie. 1998. Napoléon. Héros, imperator, mécène, Paris, Aubier.

OZOUF, Mona. 1984. "Le Panthéon, l'École Normale des morts" , Pierre Nora (ed.), Les lieux de mémoire, t.1, La République, Paris, Gallimard, p 139-166.

SCHWARCZ, Lilia Katri Moritz. 1998. "O Olho do rei. As construções iconográficas e simbólicas em torno de um monarca tropical : o Imperador D. Pedro II", in Feldman-Bianco, Bela, e Leite, Míriam L. Moreira (orgs.), Desafios de imagens. Fotografia, iconografia e vídeo nas ciências sociais, São Paulo : Papirus, p.113-140.

WANDERLEY, Marcelo da Rocha, 1998. Jubileu nacional : a comemoração do Quadricentenário do Descobrimento do Brasil e a refundação da identidade nacional (1900), dissertação de mestrado, IFICS-UFRJ.

WEHLING, Arno. 1992. De Varnhagen a Capistrano. Historismo e cientificismo na construção do conhecimento histórico, Tese apresentada ao concurso para professor titular de metologia da história, do departamento de história do IFICS, UFRJ, 1992.

Haut de page

Notes

1Camille Jullian, Notes sur l'histoire en France au XIXe siècle, Paris-Genève, Ressources, 1979 (1ère éd.1896) : xxi.
2Mona Ozouf, « Le Panthéon, l'École Normale des morts » , Pierre Nora (éd.), Les lieux de mémoire, t.1, La République, Paris, Gallimard : 139-166. Voir surtout : Jean-Claude Bonnet, Naissance du Panthéon. Essai sur le culte des grands hommes, Paris, Fayard, 1998.
3Mona Ozouf cite les six types de grand homme esquissés par Marat dans son journal : le philosophe, le législateur, le magistrat, l'orateur, le négociant, le guerrier, « Le Panthéon... » , op. cit. : 144.
4Revista do Instituto Histórico e Geográfico Brasileiro (désormais R.IHGB), t.VIII, n°1, 1846, p.139.
5« Breve memória ácerca da naturalidade do Padre Antônio Vieira da Companhia de Jésus, de que foi encarrego pelo IHGB o Arcebispo da Bahia, D.Romualdo Antônio de Seixas, membro honorário do mesmo Instituto, e de algumas sociedades nacionais e estrangeiras », RIHGB, vol.19, n°21, 1856 : 25.
6F.A. Varnhagen, « O Caramurú perante a história », R.HGB, n°10, 1848, p.129152 ; Moreira de Azevedo, « Amador Bueno. Memoria lida em sessão do Instituto Histórico pelo sócio effectivo Dr. Moreira de Azevedo », R.IHGB, t.L, 1887, vol.2, p.1-10.
7R.IHGB, t.IXXX, 1866, p.428.
8Ibidem.
9Galeria dos Brasileiros ilustres (os Contemporâneos). Retratos dos homens mais ilustres do Brasil, na política, ciências e letras, desde a guerra da Independência até nossos dias. Copiados do natural e lithographados por S.A. Sisson, acompanhados de suas respectivas biographias publicadas sob a proteção de Sua Majestade o Imperador, Rio de Janeiro, s.ed., 2 vol., 1861.
10P. Lery Santos, O Pantheon Fluminense. Esboços biographicos, Rio de Janeiro : Typ. G.Leuzinger & Filhos, 1880.
11La plupart de ces biographies collectives citent comme sources : Damiano de Fróes, Theatro Heroino, Barboza Machado Bibliotheca Luzitana, F.Denis, Résumé de l'Histoire littéraire du Brésil, Balthazar da Silva Lisboa Notas biographicas, Annaes do Rio de Janeiro, Norberto da Silva Sousa Brasileiras celebres.
12Gazeta Oficial do Brazil, 18 janvier 1847, cité par J.M. Pereira da Silva, O Plutarco Brazileiro, Rio de Janeiro, Laemmert, 1847, p. 219-220.
13M. de Araújo Porto Alegre, « Iconographia Brazileira », RIHGB, n°23, 1856, p.351.
14J.N. de Sousa Silva, Brasileiras celebres, Rio de Janeiro, 1862 : s.p.
15Ibidem.
16RIHGB,  t.IV, n°14, juillet 1842 : 209 et Joaquim Manuel de Macedo,Ano Biographico, I : 209.
17J.M. de Macedo, Ano Biographico,  I : 181.
18J.M. de Macedo, Ano Biographico,  II : 295.
19Ibidem.
20Grifo meu. Citado por João Zeferino Rangel de Sampaio, O quadro da batalha dos Guararapes, seu autor e seus criticos, Rio de Janeiro : Typ. de Serafim José Alves, 1880 : 243.
21R. IHGB, t.XXXI , 1868, p. 365-383 ; R.IHGB, t.XXXII, 1869, p.329-342.
22R.IHGB, n°11, 1848 : 387-391)
23F.A. Varnhagen, História Geral do Brasil, in : Nilo Odália, Varnhagen : história, São Paulo : Ática, 1979, p.106.
24Manoel Luís Salgado Guimarães, « Nação e civilização nos trópicos : o Instituto Histórico e Geográfico Brasileiro e o projeto de uma história nacional », Estudos Históricos, n°1, 1988, p.6 et Lúcia Maria Paschoal Guimarães, « Debaixo da imediata proteção de Sua Majestade Imperial : o Instituto Histórico e Geográfico Brasileiro (1838-1889), R.IHGB, Rio de Janeiro,a.156,n°338, 1995.
25"Biographia...", R.IHGB,  n°11, 1841, 272.
26"Biographia...", R.IHGB,  t.XIV, 1851, p.453.
27P. Lery Santos, Pantheon Fluminense, op.cit., p.197.
28Domingos José Gonçalves de Magalhães citado por Alfredo Bosi, História concisa da literatura brasileira, São Paulo : Cultrix, s.d., p.108.
29Joaquim Manuel de Macedo, Ano Biographico,  II, op.cit., p.36..
30"Biographia...", R.IHGB, n°5, 1847, p.114-123.
31"Biographia...", R.IHGB,  n°11, 1841 ; t.XII, 1849, p.120-136, p.400-412, p.529-549.
32R.IHGB,t.LIII, 1890, p.7.
33R.IHGB,t.LIII, 1890, p.14.
34R.IHGB,t.LIII, 1890, p.21.
35R.IHGB,t.LIII, 1890, p.29.
36Le premier portrait accroché aux cimaises de la British Historical Portrait Gallery est celui de Shakespeare. Carlyle n'est pas particulièrement cité par les auteurs de biographies du Brésil impérial.
37R.IHGB, n°2, 1839, p.117-119.
38"Biographia...", R.IHGB,  n°11, 1841, p.276.
39R.IHGB, 1852, p.522.
40J.M. de Macedo, Ano Biographico,  III, op.cit.,  p.489-492.
41R.IHGB, n°10, 1841, p.249-353.
42J.N. de Sousa Silva, Brasileiras celebres, op.cit., p.86.
43J.N. de Sousa Silva, Brasileiras celebres, op.cit., p.202.
44J.N. de Sousa Silva, Brasileiras celebres, op.cit., p.97 et suiv.
45J.N. de Sousa Silva, Brasileiras celebres, op.cit., p.187.
46J.M. de Macedo, Ano Biographico...op.cit., p.367.
47J.N. de Sousa Silva, Brasileiras celebres, op.cit., p.65.
48J.M. de Macedo, Ano Biographico., II,..op.cit., p.505.
49R.IHGB, t.53, 1890, p.567.
50J. N. de Sousa Silva, História da Conjuração Mineira, Rio de Janeiro, 1873.
51J. M. de Macedo, Ano Biographico,  I, op.cit.,  p.499.
52J.N. de Sousa Silva, Brasileiras celebres, op.cit., p.1.
53M.D. Moreira Azevedo, O Rio de Janeiro. Sua história,  monumentos, homens notáveis, usos e curiosidades, Rio de Janeiro, liv. Brasiliana editora, 1969, 3e éd. (1ère éd. : 1877), 2e vol.: 13 et sq.
54M.D. Moreira Azevedo, O Rio de Janeiro...op.cit. : 15-17.
55Alfredo Galvão, " A estátua equestre de D.Pedro I ", Arquivos da Escola de Belas Artes, n°8, 12 de agosto de 1962 : 36.
56M.D. Moreira Azevedo, O Rio de Janeiro...op.cit. : 16.
57M.D. Moreira Azevedo, O Rio de Janeiro...op.cit. : 18.
58M.D. Moreira Azevedo, O Rio de Janeiro...op.cit. : 23.
59"La statue de l'empereur dom Pedro I par L.A.Burgain et offert par l'auteur et les éditeurs à la nation brésilienne", Rio de Janeiro, gratis chez les éditeurs Eduardo & Henrique Laemmert, 1862, p.30.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Armelle Enders, « « Le Plutarque Brésilien » », Nuevo Mundo Mundos Nuevos [En ligne], Bibliothèque des Auteurs du Centre, Enders, Armelle, mis en ligne le 14 février 2005, consulté le 29 mars 2017. URL : http://nuevomundo.revues.org/611

Haut de page

Auteur

Armelle Enders

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Nuevo mundo mundos nuevos est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page