Navigation – Plan du site
Débats | 2011
Independencias (3) – Coord. Federica Morelli y Jordana Dym
Christophe Belaubre

Le peuple de la ville de Guatemala (1780-1821) : gestation et naissance d’une communauté de citoyens

[31/03/2011]

Résumé

Le peuple de la ville de Guatemala n’a pas été un acteur de l’indépendance centraméricaine. Témoin passif de l’évènement, il n’est cependant pas absent des constructions historiographiques du xixe siècle qui lui offrent une place de choix. Cette réhabilitation a conduit les historiens héritiers de l’école des Annales à dénoncer cette fabrique de l’histoire pour mettre en avant le caractère pacifique de l’évènement et ostraciser du même coup la participation populaire. Pourtant de multiples indices nous font penser que le peuple de la ville de Guatemala est bien présent lors de la signature de l’acte d’indépendance. Ce jour correspond peut-être à sa date de naissance après une gestation d’un demi-siècle. Il cesse d’être la plèbe pour devenir une communauté de citoyens baptisée « peuple ».

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Les plèbes urbaines d’Amérique latine ont fait l’objet d’un numéro spécial de la revue Caravelle en (...)
  • 2 Serge Gruzinski, “Genèse des plèbes urbaines coloniales : Mexico aux xvie et xviie siècles” in Cara (...)
  • 3 En Europe et aux États-Unis de solides monographies ont été publié sur le peuple en tant qu’acteur (...)
  • 4 Carmen Bernand, Negros esclavos y libres en las ciudades hispanoamericanas, Madrid : Fundación Hist (...)
  • 5 Ce furent surtout des révoltes pour obtenir des réponses à des problèmes sociaux ponctuels : voir A (...)

1Même si l’histoire politique est encore largement dominée par des travaux consacrés aux élites, le peuple des villes ou plèbeurbaine n’est pas absent de l’historiographie hispano-américaine d’autant qu’avec le recul des approches structurales largement influencées par le marxisme, les univers sociaux populaires sont étudiés sous un angle différent, avec davantage d’attention à la parole des acteurs et surtout avec moins de passions personnelles au sein de la communauté des historiens1. Élise Marientras ne reconnaîtrait probablement pas le peuple tel qu’il est aujourd’hui travaillé par des chercheurs comme Serge Gruzinski qui insistent sur les dynamiques internes, sur les mobilités et les métissages qui caractérisent les plèbes urbaines coloniales des villes de la Nouvelle Espagne2. En outre, si le peuple est assez rarement un objet d’histoire en Amérique Latine3, ses différentes composantes, en particulier les castas, les Indiens, les esclaves et les affranchis ont fait l’objet de solides monographies lesquelles dessinent un imaginaire social et politique que les élites peinent à assimiler tellement ce monde est complexe et éloigné de leurs principales préoccupations4. Plus largement, la capacité de révolte de ces groupes sociaux contre l’ordre colonial a aussi fait l’objet d’études, surtout pour la deuxième moitié du xviiie siècle, mais aucune n’a permis de déceler que ces soulèvements aient pu avoir une dynamique politique ambitieuse, qu’ils aient pu annoncer la constitution d’une Nation ou qu’ils aient pu avoir des incidences sur les mentalités et les actes politiques des élites5.

  • 6 Pour Ralph Lee Woodward la domination espagnole qui dura trois siècles s’est achevée “con apenas un (...)

2Dans cet essai, il s’agit d’interroger le rôle et les pouvoirs de la plèbe dans le processus d’indépendance de l’Amérique centrale en nous limitant à celle de la ville de Guatemala. Ne peut-on pas la considérer davantage comme un acteur de l’Indépendance – comme une communauté de « citadins » déjà constituée – formant d’une certaine manière un groupe intermédiaire entre les plus pauvres, vivant de leur unique force de travail dans les campagnes, et les plus riches, bien souvent installés dans les parties les plus saines, les quartiers les plus chargés symboliquement, près de la plaza mayor et de la cathédrale ? En d’autres termes, ce peuple pratiquement absent de l’historiographie indépendantiste contemporaine, malgré les efforts intéressés des historiens libéraux du xixe siècle pour réhabiliter son action, a-t-il été aussi indifférent et apathique pendant le mouvement indépendantiste qu’on a bien voulu le dire et le décrire à satiété6 ?

  • 7 En 1766 l’Audience exonéra les artisans du paiement de l’alcabala, dans le but de “atender como pad (...)

3Nous allons essayer d’avancer quelques arguments pour montrer que cette population, largement métisse, et indienne dans certaines parties de la ville de Guatemala, était très mal connue des puissants, qu’elle était systématiquement perçue négativement en raison de ses soubresauts, parfois même de ses révoltes, permanentes tout au long de l’époque coloniale. Elle est aussi devenue plus puissante avec la mise en œuvre des réformes des Bourbons – notamment un nouveau système d’imposition en 1766 et la décision de transférer la capitale dans la décennie de 1773 – qui provoquèrent de véritables mouvements de protestation populaire7. Il ne fait aucun doute qu’une sorte de « mémoire collective » du danger potentiel que représentait le peuple existait au sein des élites et que cette peur des masses a pu jouer un rôle dans le processus indépendantiste. Il fallait bien peser les risques avant de se lancer dans une voie nouvelle susceptible de bouleverser les repères identitaires inculqués tout au long de l’histoire coloniale.

  • 8 Les études sur la ville de Guatemala ne sont pas nombreuses. Theodore Caplow fut probablement un de (...)
  • 9 A. Eskenazi, « Peuple et Nation dans L’Esprit des lois. Quelques remarques d’un lexicologue », dans (...)

4Cette question renvoie à de multiples problèmes qui n’ont pas fait l’objet de recherches systématiques en Amérique centrale : comment était perçu le peuple ou, plus exactement, comment était-il nommé dans les documents ? Le prisme toujours déformant de la législation coloniale nous donne-t-il des éléments d’informations sur ce peuple en mouvement ? Les termes choisis n’obéissaient-ils pas à des desseins politiques largement manipulés par les élites – ce qui revient à analyser leurs discours ou plus exactement leurs évocations ou représentations ? À partir de sources variées principalement manuscrites – notamment judiciaires –, mais aussi historiographiques8, il s’agit de savoir comment le peuple de la ville de Guatemala, parcouru par les rumeurs les plus folles provenant du Sud de la Capitainerie Générale comme du Nord, s’est effectivement comporté entre 1808 et 1821, comment les familles de pouvoir se sont représenté son pouvoir, comment les officiers royaux espagnols se sont servi de lui tout en le contrôlant le plus étroitement possible, et de voir si, en fin de compte, ces différentes manifestations n’étaient pas celles d’un corps politique en formation, apte à se transformer en une Nation9.

La constitution d’une « plèbe » urbaine « de topos los colores »

  • 10 Hector Samayoa Guevara, Los gremios de artesanos en la Ciudad de Guatemala, (Guatemala : Editorial (...)

5Entre 1773 et 1780, le siège de la capitale fut changé en raison de plusieurs tremblements de terre et une ville toute nouvelle fut reconstruite. Severino Martínez Pelaez et Inge Langenberg ont mis en évidence les conséquences sociales du transfert de cette capitale formellement décidé le 21 septembre 1775 mais refusé avec obstination pendant cinq années par une grande partie des élites ainsi que par le peuple. Si la période de reconstruction arrache des dizaines de personnes à leurs activités normales (migrants des campagnes avoisinantes, mais aussi certains artisans, qui laissent leur travail d’origine pour s’improviser charpentier et maçon), la fin des travaux induit une concentration de cette population dans les quartiers périphériques et accroît le problème du contrôle du peuple de façon sensible10.

  • 11 Inge Langenberg, Urbanisation und Bevolkerungsstruktur del Stadt Guatemala in der ausgehenden Kolon (...)
  • 12 Eugene F. Soler et Mark D. Szuchman, “City and Society : Their Connection in Latin American Histori (...)
  • 13 Jorge Luján Muñoz (Comp.), Historia General de Guatemala, Guatemala : Asociación de Amigos del País (...)
  • 14 Gustavo Palma Murga, Agriculture, commerce et société au Royaume de Guatemala, 1770-1821, Paris-IV, (...)

6Cette décision, si coûteuse politiquement, n’altéra pas une tendance bien ancrée qui voyait cette ville grandir régulièrement depuis le xvie siècle : selon des padrones réalisés par des alcaldes de barrio, les seuls quartiers urbains comptaient 23 434 habitants en 1794 et pratiquement 28 000 dix ans plus tard11. Le transfert, s’il eut un effet indéniable sur le rythme de croissance de cette population, n’aura pas eu de conséquence structurelle. La ville reconstruite ex-nihilo est une ville coloniale, qui respecte largement les instructions d’urbanisation dictées en 1573 et qui tient compte des contraintes régionales, notamment les limites en hauteur des maisons et des édifices publics pour résister aux tremblements de terre. La nouvelle ville de Guatemala est un espace de pouvoir encore plus ample que l’ancienne – on passe de 43 cuadras à 165 –, un noyau qui va attirer insensiblement toujours plus de migrants par le dynamisme de son économie12. Selon un témoignage du Capitaine Général, les rues plus larges n’ont d’autres finalités que de surveiller les mouvements éventuels du peuple : « libre y saludable ventilación, mucha alegría en el tránsito de las gentes ; lucimiento de los edificios ; y la facilidad de poderse observar en caso necesario los movimientos del pueblo »13. La ville abritait dix-sept institutions - sans compter les organismes ecclésiastiques et militaires -, quelques almahazenes spécialisés dans la vente en gros, des magasins de vente au détail et une fourmilière d'échoppes14.

  • 15 AGCA, A2.2, Leg. 197, Exp. 4031 (Juin 1801).
  • 16 Voir John Tutito, “Creole Mexico : Spanish Elites, Haciendas, and Indian Towns, 1750-1810”, Ph D. D (...)

7Cette plèbe urbaine se concentre aussi dans certains quartiers de la ville qui ont une réputation sulfureuse. Les niveaux de violence, comme aujourd’hui d’ailleurs, permettent de saisir les zones les plus denses et les plus pauvres : par exemple Francisca Rizo, mulâtre de 29 ans, originaire d’Antigua mais habitante de la Nueva Guatemala, célibataire, mendiante, vit dans le « callejon de la Burgos en el barrio del Ojo de Agua » et fait l’objet d’un procès criminel pour vol d’argenteries et de vêtements dans la maison des frères Luis, Antonio, et du chanoine Manuel Angel de Toledo15. En 1791, presque tous les quartiers périphériques étaient touchés par la violence et les termes militaires utilisés pour les quadriller – lorsqu’on envisage une réforme – montrent bien l’enjeu social sous-jacent. La « garnison » de San Agustín avec son quartier d’El Perú et de San Juan de Dios ainsi que celle de La Candelaria et Uztariz avec le barrio de Ojo de Agua étaient considérées comme les zones sensibles au moment de l’Indépendance. Ces quartiers regroupent alors l’essentiel des populations d’origines indienne et africaine car cette ville est bien davantage « métis » que la capitale de la Nouvelle Espagne : elle compte moins de 15 % d’Espagnols ou de Créoles16.

  • 17 AGCA, A1.25, Leg. 1702, Exp. 10357, Recopilación Sumaria…op. cit., fol. 45. Auto del gobierno del 2 (...)
  • 18 AGCA, A1.25, Leg. 1702, Exp. 10357, Recopilación Sumaria…op. cit., fol. 48v. Bando del 8 de junio d (...)
  • 19 AGCA, A1.25, Leg. 1702, Exp. 10357, Recopilación Sumaria, op. cit., fol. 78 v. Auto del gobierno de (...)
  • 20 Sur cette question voir …y Ordenanzas del Ejercito.

8Une autre caractéristique de cette population était son instabilité chronique du fait de la précarité du système économique colonial qui provoquait de nombreux déplacements. L’approvisionnement de la ville en produits frais dépendait des populations indiennes rurales installées aux alentours. Malgré une législation ancienne qui leur interdisait de vendre leurs pacotilles sur la voie publique, les buhoneros, véritables ancêtres des vendeurs ambulants qui se massent aujourd’hui dans la sixième avenue de la zone une de la ville, ajoutaient à la confusion générale que cette ville grouillante diffusait17. Les carrioles en tout genre tirées par des bœufs et des chevaux sont tellement nombreuses dans la décennie de la reconstruction la plus active (1790-1810) qu’une loi est dictée pour responsabiliser ceux qui ne conduisent pas correctement dans la ville : « que los Dueños de carros y carretas, zelen para evitar los atropellamientos, que los carreteros anden por delante de ellas, guiando las bestias, o bueyes que las tiran, pena de ser responsables a los daños…) »18. Les esclaves ou encore les serviteurs n’ont pas le droit de sortir dans la rue même si les termes de la loi montrent qu’il était par définition très difficile d’empêcher les déplacements d’une population qui se chargeait de très nombreuses tâches quotidiennes dans la vie des ménages19. Les réformes des Bourbons ont aussi incidemment favorisé l’émergence de cette population migrante car la mise en place d’un service militaire obligatoire provoqua des attitudes de rejet. De nombreux déserteurs de la troupe se cachaient dans la ville plus facilement encore que dans les campagnes20. Enfin les conditions de vie de cette population sont particulièrement difficiles car, si on y circule mieux que dans l’ancienne capitale, les habitants des quartiers périphériques vont très rapidement comprendre que les prévisions optimistes des ingénieurs chargés du transfert étaient fausses et que l’approvisionnement en eau allait être structurellement déficient. Malgré les beaux discours des membres de la Société des amis du pays, la ville dispose seulement de trois écoles, celle du couvent de Belen et deux autres fondées par l’archevêque Cayetano Francos y Monroy, ce qui était largement insuffisant pour couvrir les besoins d’éducation des couches défavorisées de la ville. Le « cauchemar urbanistique » de la ville de Guatemala ne faisait hélas que débuter…

  • 21 Voir Jean Piel, « Plèbes hispano-américaines, 1810-1920 », in Caravelle, n° 84, Toulouse, 2005, p.  (...)
  • 22 Voir Juan Carlos Estensoro-Fuchs, “La plebe ilustrada : el pueblo en las fronteras de la razón” in (...)

9Si les Espagnols élaborèrent une structure juridique spécifiquement américaine pour séparer le monde indien du leur (principe des deux Républiques), ils ne parvinrent jamais à figer la société coloniale : peu nombreux, ils furent bien incapables, de vaincre les effets du temps qui facilitaient sans cesse les métissages d’autant plus aisément que la « recherche maximum du profit mercantiliste » incitait les acteurs à fermer les yeux devant toutes sortes de relations sexuelles21. Cette dynamique s’accélère au xviiie siècle sous l’effet de l’essor démographique et de l’expansion économique. Les frontières s’atténuent alors entre la culture populaire et celle des élites ilustradas22. Au début du xixe siècle la crise économique fait voler en éclats les constructions du xviiie siècle qui avaient mis en place des barrières afin de créer des critères d’identification qui ne seraient plus basés sur l’appartenance ethnique. Pour autant, les solidarités au cœur de cette masse sont presque impossibles car la législation coloniale évolua pour les contrôler et les diviser vers un système fiscal spécial : la contribución de castas qui reconstitue une hiérarchie à partir des trois races d’origine : espagnole, indienne et africaine.

  • 23  Severo Martinez Pelaez, La Patria del criollo, op. cit., p. 287.
  • 24 AGCA, A2.2, Leg. 245, Exp. 5288. Criminales. Juzgado segundo (1813).
  • 25 AGCA, A1.25, Leg. 1702, Exp. 10357, Recopilación Sumaria de los Autos Acordados de la Real Audienci (...)

10Severo Martínez Pelaez considère ainsi que la consolidation du groupe métis au Guatemala a permis la constitution de trois couches sociales urbaines : la « plèbe », les artisans et une couche aux contours moins définis qu’il qualifie de « mediana alta urbana »23. Cependant l’existence même de ces trois catégories n’est pas sans poser de sérieux problèmes épistémologiques. Ainsi Manuel de Jésus Marroquín et Carlos Garcia sont emprisonnés en 1813 pour avoir volé dans une église des objets de culte. Or l’enquête révèle très vite que ces « voleurs » sont en fait des artisans – le premier est un tisserand acculé à la misère par la situation sociale de la période et le second est orfèvre et possède un domicile fixe dans la capitale - : l’avocat Juan José de León précise que « Para venir en conocimiento de la causa que arrastró a Marroquin a cometer los hurtos mencionados no era necesario que la hubiese manifestado en su confesion. Basta saber que su oficio de tejedor esta completamente arruinado con la introducción de efectos clandestinos »24. Le document ne précise aucune origine ethnique ; ces comportements montrent cependant que les frontières sont bien ténues entre la catégorie de l’artisan et celle de la « plèbe ». De même, Severo Martínez Pelaez assure qu’il n’y aurait pas de confusion entre les « pardos » (fruit du métissage des différentes composantes urbaines) riches de la ville, notamment les artisans, et la « plèbe » qui est certes métisse mais surtout pauvre. Pourtant une lecture attentive de la législation révèle que les officiers royaux mettent artisans, métis et mulâtres dans le même sac : «…) Que se zele el que desde las nueve en adelante, cuando se comienza a tocar la queda, se recojan topos indistintamente a sus casas, especialmente los oficiales mecánicos, mestizos y mulatos y demás individuos de la plebe. Acordado de 8 de enero de 1766 »25. La « plèbe » serait ainsi constituée d’un groupe de gens non identifiés mais aussi de certains artisans, de métis et de mulâtres. À la tombée de la nuit, ces personnes devaient impérativement respecter un véritable couvre-feu afin d’éviter les violences inhérentes à une population jugée dangereuse par sa qualité intrinsèque.

11La plèbe urbaine de la ville de Guatemala pendant la période l’indépendance présente donc un visage tout à fait inquiétant : elle est bigarrée, violente, elle se concentre dans quelques quartiers nauséabonds, elle est enfin mouvante dans la mesure où une bonne partie de sa composante y réalise de multiples activités économiques mais n’y réside pas. Ces caractéristiques sont d’autant plus inquiétantes que cette masse ne cesse de croître. Pour les élites il devient difficile de passer sous silence cette présence, ce qui explique largement l’inflation des termes alors en usage pour la définir ou bien encore pour éviter soigneusement de s’en rapprocher et donc de la comprendre.

La « plèbe » urbaine : un problème de vocabulaire

  • 26  Thomas Calvo, « La plèbe à l’aune des vice-rois américains (xvie - xviiie siècles) in Caravelle, n (...)
  • 27 Le terme n’apparaît pas dans le Tesorero de la lengua castellana o espanola de 1611 ce qui tend à p (...)
  • 28 AGCA, A3, Leg. 44, Exp 5356, (1777), fol. 1.
  • 29 Hector Samayoa Guevara, Los gremios de artesanos … op. cit., p. 50. Le Juge Joaquin de Campuzano ut (...)
  • 30 AGCA, A1.25, Leg. 1702, Exp. 10357, Recopilación Sumaria, op. cit., fol. 114v. “cuiden los alcaldes (...)
  • 31 Fuentes y Guzmán, 1, p. 185.
  • 32 AGCA, A2.1, Leg. 2, Exp. 23, folios 1-10, “Sobre la solicitud de Rodríguez de Rivas y el testimonio (...)

12Pourquoi Martínez Pelaez a-t-il récupéré ce terme « plèbe » venu de la Rome impériale ? Parce que les comparaisons sont pertinentes, tellement la plèbe de la capitale se trouve sans statut civil et sans ressources économiques bien identifiables. Selon Martínez Pelaez, le terme était déjà fréquemment utilisé au xviie siècle ; or l’Europe de l’âge classique ne le laissa pas tomber complètement mais ne lui accorda pas l’attention que la situation coloniale développa, car l’Occident, dans son souci d’économétrie sociale, avait des concepts plus précis en rapport à une société plus diversifiée26. Cette omniprésence du terme dans la littérature administrative coloniale n’est pas surprenante car les étrangers, en particulier les officiers espagnols de haut rang, sont souvent déconcertés par une société coloniale où la noblesse est pratiquement absente et où le peuple renvoie davantage à une réalité sociale romaine qui, « fort heureusement », n’existe plus en Europe. Au sein de cette élite administrative on peut dire que le terme est véritablement populaire27. En 1777, Manuel Fino, maître d’armes, dans un rapport au syndic procureur de la ville, Diego Peinado, évoquait « los lamentos tan lastimosos de esta Plebe, a causa de la suma escaces de trigos »28. On trouvait aussi, d’après Hector Humberto Samayoa Guevara, l’expression « plebe ínfima » qui renforce encore le caractère insultant en renvoyant à cette couche de sédiments qui reste après l’écoulement des eaux les plus sales29. La législation coloniale de la première moitié du XVIIIe siècle évoque avec plus de sensibilité la : « gente plebeya »30. Tandis que le chroniqueur Fuentes y Guzmán préfère des expressions comme « la gente del vulgo » ou encore « les gens ordinaires »31 mais, dans un rapport officiel, il déplore la diminution de la noblesse face à une « plèbe » qui elle ne cesse de croître. Mais en 1719, le capitaine Miguel Fernández de Córdoba utilise le terme pour justifier la mise en place d’une milice spéciale dans la ville afin de mieux assurer la sécurité : “aunque la plebe era lánguida en su actitud, no faltaba la incitación de algunos convictos "despechados" que, a pesar de haber sido condenados al destierro, se paseaban tranquilamente en la ciudad y cometían algunas fechorías, y para aprehenderlos era necesaria la intervención de los soldados de la guardia32.

  • 33 Biblioteca Nacional de Guatemala, Colección Valenzuela. Segunda Junta Pública de la Real Sociedad E (...)
  • 34 Garcia Pelaez, II, p. 31.

13Il faut cependant noter que le terme « pueblo » était probablement tout aussi utilisé, mais dans un sens plus positif et général. Ainsi Sebastián Melón dans son rapport sur le développement de la soie l’utilise sobrement : « Las operaciones de el beneficio de la seda parecen muy analogas á el caracter de las Señoras, y de la gente del pueblo »33. Le peuple en position d’acteur est qualifié de « vulgo » par l’officier municipal don José Fernández de Córdoba34. Ce sont principalement des pauvres, car il semble bien que, dans ce cas précis, la couleur de la peau et l’activité économique ne soient pas des éléments probants ou en tout état de cause utilisables et associés dans le discours des élites.

  • 35 Severo Martínez Peláez, La Patria del criollo, (Guatemala : Ediciones en marcha, 1990), p. 291.
  • 36 AGCA, A2.2, Leg. 221, Exp. 4624 (1806). Criminales. Juzgado 2. Contra Guillermo Catocho por haber h (...)

14Le terme de « plèbe » utilisé par les élites qui se formaient dans des collèges ou l’histoire de Rome était abordée renvoie à une situation figée par la conquête coloniale où les Créoles, descendants de ces conquistadores ou pobladores, produisent l’idéologie qui exclue une partie importante de la société coloniale, exclusion qui est renforcée par une législation mouvante et tentaculaire – qui s’adapte d’ailleurs lentement aux processus de métissage de la société coloniale – mais surtout par un discours où les places des uns et des autres sont clairement énoncées. Ce terme « plèbe » renvoie donc à la mentalité des Créoles en particulier à cette culture latine que Severo Martínez Pelaez se plaît à décortiquer dans les écrits de Francisco Fuentes y Guzmán35. Pour l’officier municipal José García Zelaya, l’incompréhension est totale face à la violence de José Guillermo Catocho “principalmente en un país donde se cometen con una frecuencia que horroriza y hace créer que en este pueblo no hay absolutamente sentimientos de humanidades36.

  • 37 Biblioteca de la Academia de Geografía e Historia de Guatemala, Gazeta de Guatemala, T. XII, Suplem (...)

15Cette relation n’est cependant pas à sens unique ; ainsi, dans un discours publié par la Gazeta de Guatemala, le regidor don Juan Nepomuceno Cacho Gómez prend à témoin « un peuple bon qui nous regarde comme des Pères ». C’est une véritable filiation entre les élites et le peuple qui est établie dans cette harangue37.

16Le vocabulaire est un indicatif précieux des évolutions historiques. Ces nombreux noms et qualificatifs ne sont pas choisis par hasard : ils témoignent du désarroi d’une grande partie des élites face à des comportements sociaux réprouvés. Ils sont aussi porteurs de modernité dans la mesure où, chez certains, le peuple sera bientôt celui qui se libère de la servitude espagnole.

Face à l’oisiveté, l’alcoolisme et la violence : impuissance et interrogations

  • 38 AGCA, A1. Leg. 4567, Exp. 39188, (1812), Exposición…op. cit., fol. 9.

17La constitution d’une plèbe dans la ville de Guatemala a d’abord des conséquences sociales multiples : le juge Campuzano considère qu’il y en a surtout trois qui sont répréhensibles : « la osiocidad, la embriaguez y las pendencias sanguinarias, tres vicios capitales de la pleve que tienen a Guatemala, igualmente que a los demas Pueblos de América luchando trecientos anos ha contra estos feroses resabios de la vida salvaje »38. Prenons ces trois « vices » un par un à partir de la législation et de quelques exemples tirés des archives, autant pour les connaître un peu mieux que pour les replacer dans leur contexte colonial.

  • 39 Severo Martínez Pelaez, La Patria del criollo op. cit. , p. 294.

18Le peuple est donc d’abord joueur et oisif et donc pauvre car le travail est la valeur par excellence qui produit de la richesse. Ce serait donc son vice le plus évident à l’origine de tous les autres problèmes. D’après le juge de l’Audience don Joaquin Bernardo Campusano, cette pauvreté n’avait pas d’équivalent dans le reste de l’empire pour la première moitié du XVIIIe siècle : « Aun acostumbrado a ver tantos vicios y miserias en las clases bajas de otras ciudades de América[…] no ha dejado de asombrarme el exceso a que llega esta infelicidad de Guatemala. Sus barrios sumergidos en una desesperada pobreza, condenados a la ociosidad, no presentan sino pendencias sanguinarias, una continua borrachera, la andajosa desnudez, las costumbres mas groseras y la corrupción de los indios forasteros…)39. De fait, la législation s’applique à réprimer la tendance à l’oisiveté car le xviiie siècle est celui de la réflexion sur les temps de travail : les journées « perdues » au service de curé sont dénoncées car c’était autant de main-d’œuvre qui pourrait servir à l’enrichissement du Royaume et, par contre coup, aux familles de pouvoir. De même on commence à considérer comme excessive la présence de dizaines de serviteurs dans les maisons des plus riches.

  • 40 AGCA, A1.25, Leg. 1702, Exp. 10357, Recopilación Sumaria de los Autos Acordados de la Real Audienci (...)
  • 41 AGCA, A1. , Leg. 4567, Exp. 39196, Bando de buen gobierno de don Carlos de Urrutia, 23 de julio de (...)
  • 42 AGCA, A1.25, Leg. 1702, Exp. 10357, Recopilación Sumaria…op. cit., fol. 154-156.

19Les commissaires des quartiers devaient surveiller “les casas de Truco o de juego publicas o de particulares, con la distincion conveniente, para que se castigue, a los coimes y jugadores de dados y otros semejantes, prohiviendose generalmente en los dias de trabajo a todo oficial, menestral y mecánico, aun los permitidos”40. En théorie ces maisons de jeux étaient toutes ouvertes avec l’autorisation du gouvernement et devaient acquitter un droit41. Le XVIIIe siècle tend à renforcer la législation contre ces maisons de jeux qui devaient être fermées à huit heures du soir les jours de fête. De même les jeux de hasard ou l’enjeu était financier sont interdits et les contrevenants pouvaient encourir en cas de récidive et de non-solvabilité une année d’exil !42

  • 43 AGCA, A1.25, Leg. 1702, Exp. 10357, Recopilación Sumaria…op. cit., fol. 166. Bando de 6 de septiemb (...)
  • 44 AGCA, A1. Leg. 4567, Exp. 39188, (1812), Exposición…op. cit., fol. 4.
  • 45 Plan de ejecución de los medios de desterrar la mendicidad de Guatemala por D. Antonio Garcia Redon (...)
  • 46 Op. cit. , fol. 6.

20On cherche aussi à réduire la « perjudicial costumbre de holgar los lunes » que les artisans devaient concéder à leurs ouvriers en plus du repos dominical43. Beaucoup de rapports soulignent aussi le problème de la mendicité qui conduit les officiers royaux à l’hyperbole : « veamos las calles y las Puertas atestadas de Pordioseros, cuyo numero exede sin duda alguna al de todas las ciudades de la Peninsula juntas »44. Les principaux animateurs de la Société des Amis du Pays se penchent sur cette question : Goicoechea fait clairement la différence entre les « vrais pauvres », qui ne trouvent pas de travail ou ne peuvent pas travailler et ceux qui vivent de la mendicité45. La reproduction du phénomène sur plusieurs générations est aussi pointée par Campuzano comme une conséquence de l’abandon par l’État Royal de ces responsabilités : « para purgar la capital de familias enteras en las que los vicios y la indigencia son como hereditarios y pasan de generacion en generacion »46.

  • 47 AGCA, A1.25, Leg. 1702, Exp. 10357, Recopilación Sumaria, op. cit., fol. 99 v y 100. Bando de 6 de (...)

21L’alcoolisme fait l’objet de la législation la plus insistante et la plus ancienne. Les Bourbons s’attaquèrent aux problèmes tout en laissant une grande souplesse aux juges chargés d’appliquer des peines parfois très sévères si une personne était retrouvée ivre dans la rue : « si fuese Mulato con 25 azotes a la picota, que seran doblados por la segunda vez, y por la tercera se pondra a disposicion de la Capitania General, para que se le destine si fuese apto de Poblador de la costa de los Mosquitos »47. Les femmes sont impuissantes devant une telle déchéance et certaines tombent aussi bas que les hommes : « Se hechan a Chicherias, y Aguardienteras y abren casa de desolucion ». Le rapport note même que nombreuses sont celles qui échouent à la Casa de Recogidas pour se reposer des affres infligées par leurs maris !

  • 48 AGCA, A1. 2 7, Leg. 4010, Exp. 30586, (1797). Licencia de tabernas otorgada a don Francisco Mateu.
  • 49 AGCA, A1. 2 7, Leg. 4010, Exp. 30591, (1808). Ocurso de don Juan Reyes relativo a la multa que le i (...)

22Face à de tels comportements, la Couronne pratiqua une politique ambivalente dans la mesure où la vente de l’alcool constituait une source de revenus importante pour le Trésor royal. Les vins d’Espagne payaient des droits d’entrée et le droit de vendre des alcools consommés dans la capitale était soigneusement encadré et contrôlé. Les officiers royaux exigeaient 10 pesos par mois pour ouvrir une taverne qui devait être fermée à neuf heures du soir. Seul les Indiens n’avaient pas le droit d’entrer dans ces établissements qui vendaient principalement des caldos de España, soit du vin et des alcools d’Espagne et du Pérou48. À partir de 1803, ces établissement furent limités à trois par quartier soit moins d’une quarantaine au total. Ces distributeurs autorisés achètent par là-même un droit exclusif de production de l’aguardiente49. Pour mieux contrôler les éventuels attroupements, le règlement de 1803 interdisait que dans ces lieux des repas puissent être servis et qu’il y ait de la musique.

  • 50 AGCA, A1.25, Leg. 1702, Exp. 10357, Recopilación Sumaria…op. cit., fol. 30. Bando del 8 de enero de (...)
  • 51 AGCA, A1.25, Leg. 1702, Exp. 10357, Recopilación Sumaria…op. cit., fol. 36. Edicto del Provisor y v (...)
  • 52 AGCA, A1.25, Leg. 1702, Exp. 10357, Recopilación Sumaria…op. cit., fol. 165 y 165 v. Bando de 17 de (...)
  • 53 AGCA, A1.25, Leg. 1702, Exp. 10357, Recopilación Sumaria op. cit., fol. 46 v.
  • 54 AGCA, A2.1, Leg. 2, Exp. 23, folios 1-10 (1719).
  • 55 AGCA, A1.25, Leg. 1702, Exp. 10357, Recopilación Sumaria op. cit., fol. 123. Bando de siete de agos (...)
  • 56 AGCA, A1.25, Leg. 1702, Exp. 10357, Recopilación Sumaria …op. cit., fol. 19 v. Acordado el 7 de feb (...)
  • 57 AGCA, A1.25, Leg. 1702, Exp. 10357, Recopilación Sumaria…op. cit., fol. 20 y 20v. Bando del 11 de n (...)
  • 58 AGCA, A1.25, Leg. 1702, Exp. 10357, Recopilación Sumaria…op. cit., fol. 29. Autos del gobierno de 8 (...)
  • 59 Ibidem, fol. 28 ; “Que de noche no se han de con espadas desnudas mayores de marca, estoques, broqu (...)
  • 60 Les noirs et les mulâtres libres n’avaient pas le droit de montrer à cheval dans la ville sauf pour (...)
  • 61 AGCA, A1.25, Leg. 1702, Exp. 10357, Recopilación Sumaria…op. cit., fol. 22 y 22v. Acordado el 1 de (...)
  • 62 AGCA, A1.25, Leg. 1702, Exp. 10357, Recopilación Sumaria…op. cit., fol. 29, 29v, 30. Auto del Gobie (...)
  • 63 AGCA, A1.25, Leg. 1702, Exp. 10357, Recopilación Sumaria…op. cit., fol. 152. Acordado de 23 de febr (...)

23La violence urbaine n’est pas un phénomène étranger à l’époque coloniale. Dans la seconde moitié du xviiie siècle la situation semble cependant se dégrader car les autorités se sentent obligées d’autoriser le port d’arme aux Espagnols : « Que unicamente a la clase de espanoles se permita traer armas, como son espadas de cinco quartas, ó otras semejantes…) »50. Depuis 1775, le droit d’asile dans la ville avait été réduit et seules les église de San Sebastián et Nuestra Señora del Carmen pouvaient être utilisés comme telles51. De même l’utilisation des masques et des déguisements est strictement limitée notamment dans les quartiers où leur usage facilite toutes sortes de délinquances : « que ninguno de dia, ni de noche sin el devido permiso use de mascaras y disfraces con motivo de procesiones, convites, festividades, ni otro pretexto alguno por las fatales concecuencias que de ello se originan principalmente en los Barrios »52. Cette masse est alors suffisamment forte pour agir et même faciliter la fuite de certains prisonniers. Le problème est cependant ancien car déjà en 1635 des mesures avaient été prises pour instaurer un véritable couvre-feu après 9 heures du soir : la campana de la queda53. Après le tremblement de terre de 1717 la situation sociale était devenue si tendue qu’il y eut de véritables attaques contre les Espagnols et les Créoles : « trataron mal a las personas que fueron a auxiliarse a sus pueblos usando con ellos, atrevimientos que nunca se han visto practicados en este reino… » selon un rapport de Francisco Marcelino de Falla54. À partir de 7 heures du soir, les déplacements sont permis en utilisant une farole mais les officiers de police doivent veiller particulièrement à ceux qui « lleven farol siendo hombres de Chamarra o chupa, que es el trage ordinario de los que cometen insultos 55.Les commissaires des quartiers et les alguaciles « puedan executar las prisiones en los holgazanes, jugadores, quimeristas, borrachos, conductores de mujeres a caballo por delante, tramposos, amancebados, blasfemos y otros delinquentes en cualquier parte en que los hallen, aunque seas en casas privadas »56. Cette répression laissée à la discrétion de quelques-uns se double d’une véritable politique de contrôle social. Ainsi tous les habitants de la capitale ont l’obligation d’informer les différents alcaldes de barrios de tous leurs mouvements, sous peine d’amende. De même, les autorités devaient être informées de tout engagement ou licenciement de serviteurs57. Les métisses, mulâtres et noirs n’ont pas le droit de porter “espada, machete, ni otra arma ofensiva o defensiva pena el contraventor de perder las armas que se le encontraren y de 200 azotes que infraganti se le daran ammarado a un palo, sin que preceda figura alguna de juicio58. Toutes les armes étaient interdites la nuit et cette interdiction s’appliquait à toutes les conditions sociales (depuis le 16 février 1640)59. Cette législation ancienne – elle date de 1634- et particulièrement discriminatoire était toujours largement appliquée à l’encontre de ces populations d’ascendance africaine qui portaient l’essentiel des peurs identitaires des populations espagnoles du Royaume60. Quant à la population indienne, qui régulièrement entrait et sortait de la ville pour rejoindre les villages environnants, elle fait l’objet d’une législation spécifique : “Que los Alcaldes de los Barrios de San Francisco, y La Havana, ciuden de rondar por ellos de cuatro a seis de la tarde, en que lo regular se buelven, los Yndios, e Yndias á sus pueblos, è igualmente los lunes de mañana para impedir los pleitos, y desordenes que difaman de la ebriedad de que estan poseidos, sin consentir salga de la Ciudad ningun Yndio ebrio, poniendo a los que asi encontraren en el cepo de Santa Isabel ó en alguna casa inmediata de seguridad »61.La régularité avec laquelle les gouvernements rappelaient et réformaient ces législations répressives prouve à quel point elles étaient impuissantes62. Ce contrôle de la ville avait son pendant dans les campagnes ou les juges royaux devaient veiller à « nettoyer  les villages de leur juridiction « de toda gente sospechosa, y que no permitan que en ellos vivan olgazanes y sin domisilio »63.

  • 64 AGCA, B80. 6, Leg. 1079, Exp. 23075, (1824).
  • 65 AGCA, A1. Leg. 4567, Exp. 39188, (1812), Exposición…op. cit., fol. 1v. Il précise dans son rapport (...)

24Il est intéressant de noter que ces officiers royaux de haut rang, Bataller ou Campuzano, sont alors convaincus que la répression est impuissante face à un phénomène de cette ampleur : « Estos maldes no se remedian con la horca. Mientras no se proporcionen ocupaciones honestas a las manos ociosas, serán siempre en vano todas las medidas que se tomen ». La mise en place d’une Société Economique au Guatemala est une forme de réponse qui s’inscrit dans un courant de pensée « ilustrado » qui s’attaque de front à l’oisiveté, et qui prétend mettre tout le monde au travail. Ce constat est d’ailleurs partagé au sein de l’Eglise par Cayetano Francos y Monroy dans les statuts qu’il rédigea pour les écoles de San José Calasanz et San Casiano64. Campuzano apporte des éléments de réponse plus profond en proposant de mettre en place un « plan de la administracion de Justicia en lo criminal ». Il soutien qu’il faut éviter les peines trop rigoureuses qui ne sont pas appliquées de fait et qu’il faut s’attaquer à la racine des vices […] de nada nos ha servido hasta aqui el agravar el rigor de estas, el multiplicarlas, el amontonar bandos sobre bandos »65. Il propose des châtiments modérés qui peuvent être exécutés promptement et souvent.

Le peuple comme acteur politique

  • 66 François Xavier Guerra, Modernidad e independencias. Ensayos sobre las revoluciones hispánicas, Mex (...)
  • 67 Sur les manifestations de l’opinion publique sous l’Ancien Régime voir Arlette Farge, Dire et mal d (...)
  • 68 L’existence d’une crise profonde dans cette période a été largement démontré par les travaux de Mil (...)

25Fin mai 1808, la Couronne d’Espagne passe des Bourbons à Joseph Bonaparte ; la nouvelle de l’abdication de Bayonne provoque en Amérique d’imprévisibles bouleversements : l'empire vacille, les familles de pouvoir connaissent leurs premières divisions politiques. Certains groupes s’insurgent (dans la clandestinité ces acteurs vont préparer les insurrections qui suivront au Nicaragua et dans la province salvadorienne) mais la plupart des villes manifestent ouvertement leur loyauté à Ferdinand VII. Si les écrits alors diffusés laissent clairement entendre des messages traditionnels, « l’unanimité et l’intensité de la réaction patriotique, le refus de l’abdication par une population qui n’a pas donné son consentement renvoient à quelque chose de beaucoup plus moderne : à la nation et au sentiment national »66. Dans cette période critique qui va de l’entrée des troupes napoléoniennes en Espagne jusqu’à la déclaration d’Indépendance en septembre 1821, le peuple de la capitale ne cesse de prendre de l’importance sous la plume de fonctionnaires qui connaissent l’histoire sanglante de la Révolution française mais surtout qui vivent au rythme des dépêches provenant de la Nouvelle Espagne voisine alors en proie à une révolte généralisée, lesquelles nouvelles se traduisent par la formation d’une opinion publique67. Cette première moitié du xixe siècle est aussi une période de crise économique profonde et durable – pratiquement depuis le blocus imposé à l’économie hispano-américaine en 1795 –, sujet qui devient un véritable objet d’études pour une administration qui n’a pas vraiment de réponses concrètes à apporter68.

  • 69 Les chiffres de ces donations sont bien connus mais il n’y a pas eu d’analyse des donateurs. Or une (...)

26L’année 1808 est cruciale à plus d’un titre. Si Charles IV et Ferdinand VII abdiquent en mars, la nouvelle est connue en août au Guatemala. Se pose alors la question simple de la souveraineté, du pouvoir laissé vacant par ces abdications en tout point extraordinaires. En septembre, toute la ville sait que l’Espagne insurgée (depuis le 2 mai) et son empire sont en guerre contre la France. Les grands commerçants s’organisent alors pour mettre en scène leur loyauté à Ferdinand VII en dépit des doutes sur son sort. Plusieurs éléments nous font penser qu’une partie du peuple de la ville n’est pas dupe de ces « démonstrations spontanées » de loyauté mais des centaines de personnes répondent aux appels des autorités pour donner quelques pesos afin de vaincre l’ogre napoléonien69. Des « gens de peu » donnent un pesos ou quelques reales. Des documents patriotiques sont imprimés.

  • 70 AGCA, A1. 2 7, Leg. 4010, Exp. 30591, (1808). Ocurso de don Juan Reyes relativo a la multa que le i (...)
  • 71 Mario Alberto Carrera, ¿Quién es Simón Bergaño y Villegas ? in Universidad San Carlos de Guatemala, (...)
  • 72 AGCA, A2.2, Leg. 226, Exp. 4796, criminales, 1808

27Les éléments qui nous font douter sont nombreux : d’abord il y a un très net raidissement de la législation coloniale qui ne peut pas être fortuite. Le tavernier Don Juan Reyes est victime du durcissement des lois sur la fermeture de son établissement – les tavernes doivent alors être fermées avant huit heures du soir – qu’il ne respecte pas en juillet 1808 et qui lui valent une amende de 25 pesos70. On constante aussi que le peuple grouille et s’agite bien plus qu’à l’accoutumé. Le quartier de San Sebastián est le theâtre d’une révolte urbaine qui eut une certaine ampleur probablement la première après l’entrée des troupes françaises en Espagne. Cette partie de la ville était aussi connue comme celle des tisserands et subissait de plein fouet une crise économique sans précédent que certains Créoles essayèrent d’utiliser pour déclencher une révolte anti-espagnole. Le procès qui fut intenté à Simon Bergaño y Villegas permet d’identifier les Créoles les plus virulents : de nombreux commerçants appauvris comme Antonio Robles, les frères José Maria et Manuel Peinado, Antonio Rivas et enfin Diego Batres71. Selon Bergaño y Villegas, le tisserand Mogollón avait probablement entendu un discours de Robles qui soutenait alors, “que ya era tiempo que los criollos saliesen de la servidumbre de los Europeos”. Dans ce témoignage il apparaît que le 17 octobre 1808, alors même qu’une cérémonie officielle était organisée par le pouvoir pour lancer un donativo en faveur du roi captif, « el pueblo iba siguiendo la Tambora » et certaines voix se faisaient entendre : « Mueran los Chapetones y Viva Guatemala ». Cette minorité créole déçue par le pouvoir espagnol – les « Patriarches de la révolte » – s’est progressivement alliée avec une couche moyenne aux contours mal définis où les ecclésiastiques, les avocats, les médecins et les artisans étaient majoritaires. Les castas et les populations indigènes ne sont pas en reste dans ce mois d’octobre particulièrement tendu. Ainsi l’Indien Manuel Tot se trouve aux côtés de Filomeno Contreras y Porras lorsque celui-ci blesse grièvement le chirurgien Mariano Ramon Portillo lequel était accompagné alors du directeur de la manufacture des tabacs, Manuel Barberena, suite à une rixe : alcool et irrespect grandissant expliquent, probablement ce geste72.

  • 73 Timothy Hawkins, « La Subversión napoléonienne en Amérique Centrale », dans Christophe Belaubre, Jo (...)
  • 74 Op. cit., p. 106
  • 75 Déclaration du Capitaine General José de Bustamente y Guerra ; Extracto de la conspiración de Belen (...)
  • 76 George Duby, Le dimanche de Bouvines, Paris, 1973, dans l’avant propos.
  • 77 AGCA, A1.11.32, Leg. 1757.
  • 78 AHA, Archivo de Belen, tomo I, Diversas cartas, en el archivo historica de la arquidiocesis
  • 79 AHA, Archivo de Belen, tomo G, L’inventaire des meubles de l’infirmerie donne une bonne idée de la (...)

28Cette période de fièvre populaire s’estompe car les officiers royaux parviennent assez facilement, avec la complicité des familles de pouvoirs et de l’Eglise, à canaliser le mécontentement contre Napoléon et son frère Joseph l’usurpateur. L’historien Timothy Hawkins montre bien comment l’occupation napoléonienne de la péninsule s’est traduite par une agitation publique qui obligea l’État royal à prendre des mesures exceptionnelles de surveillance des frontières73. Des propos éclairants du peuple de la capitale était rapportés : « La loi de Napoléon est meilleure que la nôtre »74. La répression s’abat alors sur le barbier Agustín Vilches « pour avoir répandu des rumeurs selon lesquelles Napoléon avait conquis l’Espagne et dissous la Junte centrale ». Face à ce durcissement des positions royales, certains s’organisèrent dans la clandestinité avant d’être découvert suite à une trahison le 21 décembre 1813. Les rapports sont formels ; le soulèvement qui se tramait dans les murs du couvent de Belen allait en appeler au peuple de la ville : « Distinguido e infimo plebeyo, potentado y humilde, militar y paisano, sacerdote y seglar, de todo habia en los en las memorables juntas celebradas en el convento de Belen »75. Comme le souligne George Duby, il est parfois intéressant de s’arrêter sur l’événement dans la mesure où il peut révéler les mouvements obscurs qui font lentement se déplacer au cours des âges les soubassements d’une culture76. Au moment où ce couvent accueille en son sein les conspirateurs, elle constitue sans nul doute la composante de l’Église la plus démunie. Les deux hôpitaux de convalescence sont servis par 12 religieux pour le premier et 16 religieuses pour le second77. Ce sont alors plus de 249 pauvres qui sont soignées dans une année et 239 femmes dans celui servies par les religieuses78. Pour une capacité d’accueil des plus faibles79, on peut imaginer facilement combien le contact avec la pauvreté et les difficultés rencontrées au quotidien par ces frères a pu les conduire à se soulever contre l’autorité espagnole qui symbolisait alors l’autorité responsable de leur impuissance.

  • 80 AGCA, A1. Leg. 4567, Exp. 39188, (1812), Exposición del oidor don Joaquin Bernardo de Campuzano, ac (...)
  • 81 Biblioteca Cesar Brañas, 3127, 18-19 ; Junta General semestre celebrada el día 25 de julio de 1814 (...)
  • 82 Biblioteca Cesar Brañas, Estado del Hospital de San Juan de Dios del año de 1826 et Estado del Hosp (...)

29À cette tentative de soulèvement organisé il faut ajouter et prendre en considération les niveaux de violence qui deviennent particulièrement élevés dans la Capitale. On compte alors les premières statistiques utilisées dans des rapports. Ainsi Campuzano et le Capitaine Général arguent dans des lettres que la situation est devenue dangereuse avec plus de 800 blessés pour la seule année de 1811 selon des statistiques établies par l’hôpital de San Juan de Dios80. Or la dégradation est évidente année après année puisque durant le seul premier semestre de 1814 l’hôpital accueille 1624 malades et 235 y perdent la vie81. Entre 1826 et 1827, l'hôpital de San Juan de Dios enregistra les noms de 85 personnes assassinées82.

  • 83 Valentín Solórzano Fernández, Evolución económica de Guatemala, (Guatemala : cuarta edición, 1997), (...)
  • 84 “M. N. Ayuntamiento. Ano de 1810. Elección de Diputado para las Cortes convocadas para la Isla de M (...)
  • 85 Biblioteca de la Academia de Geografía e Historia de Guatemala, Gazeta de Guatemala, t. XII, n° 63, (...)
  • 86 Biblioteca de la Academia de Geografía e Historia de Guatemala, Gazeta de Guatemala, t. XII, suplem (...)

30Qu’il soit ou non agissant, on remarque que dans cette période décisive la présence du peuple est de plus en plus légitimante. Ainsi lorsque le chanoine Antonio Larrazábal Arrivillaga fut élu pour représenter le Guatemala aux Cortes de Cadix il fut acclamé par le peuple après sa victoire contre le regidor Antonio Juarros et le colonel José de Aycinena83. Son élection même se fit devant lui : “manifestándose al Pueblo de que se hallaba gran parte en la puerta de la Sala Capitular, por haberse hecho éste a puerta abierta84. Avant cela, les multiples démonstrations de fidélité à Ferdinand VII après l’entrée en scène de Napoléon en Espagne se firent en place publique et presque avec le peuple si on en juge par les termes de ce compte rendu : « Por la noche los individuos del Comercio dieron otra nueva demostración de su leal amor con la brillante orquesta al retrato de S. M., colocado con todo decoro en uno de los portales de la plaza mayor, manifestándose en estos actos, en su numerosa concurrencia y en los signos exteriores de ella »85. Ce peuple originaire – soit indien – est alors admiré par le regidor de Comayagua pour son « clamor univoco del pueblo originario, docil y sumiso a nuestras santas leyes »86. Enfin on se méfie de plus en plus des habitudes prises par le peuple de se réunir le samedi veille du dimanche de Pâques dans la nuit pour attendre le passage de la procession qui sortait du patio de Saint Dominique à six heures du matin.

  • 87 AGI, Guatemala, 453, Carta reservada del presidente de Guatemala Jose Bustamente y Guerra del 30 de (...)
  • 88 Julio Cesar Pinto Soria, Centroamérica de la colonia al estado nacional (1800-1840), p 123. Voir Le (...)

31Cette présence du peuple, presque systématique dans la période coïncide avec l’abandon progressif des principes ayant guidé les élites tout au long du xviiie siècle : désormais tout va se faire pour le peuple mais plus sans lui, au moins dans le discours. Avec les fables de Rafael García Goyena (1766-1823), c’est le peuple qui est recherché, car ces écrits pédagogiques sont virulents : il s’agit de dénoncer l’esclavage, véritable institution sociale que Los Animales Congregados en Cortes » doivent faire disparaître. Le Capitaine Général José de Bustamente y Guerra pense, en août 1812, que le peuple de la capitale est si turbulent que rien ne semble pouvoir stopper son appétit de revendications. Même si cet officier veut alors clairement inscrire son action dans une dynamique de changement, ces paroles raisonnent comme un aveu de faiblesse : « en todas las comociones, por congratular a la plebe, se han hecho novedades en las rentas publicas ; se ha destituido a sus empleados y se han causado los consiguientes perjuicios. Se ha bajado el precio del tabaco y del papel sellado y el tanto de las alcabalas87 ». Malgré ce volontarisme politique, la situation se dégrade. Aux cris de ‘mueran los chapetones’ plusieurs haciendas furent occupées en mai 1812 : « le participo Don Domingo Payes desde su hacienda titulada de Aguatique, jurisdicción de Usulutan, exponiendo los atentados que la plebe habia cometido en sus bienes e intereses, y los de su hermano don Cayetano, cuyo quebranto ascendía de 45 a 50 mil pesos, gritando topos a una mueran los chapetones y repartamos sus intereses ; por lo cual se huyo a los montes con otros diferentes88 ».

  • 89 Robert M. Laughlin, La Gran Serpiente Cornuda, ! Indio de Chiapa, no escuchen a Napoleón !, Ensayo (...)

32Signe des temps, le retour au calme et à l’ordre monarchique s’accompagne de manifestations populaires. Le 11 juin 1814, la nouvelle du retour de Ferdinand VI se répand dans la capitale du Guatemala et, selon une lettre du chanoine Antonio Garcia Redondo, les gens “corrieron todas las calles, en unas partes les dieron vino, en otras coetes que con las salvas de la artilleria que la plaza vieja le hacian repetidas, era todo un placer y una alegria universal89.

  • 90  AGCA, A1. , Leg. 4567, Exp. 39196, Document imprimé ; Bando de buen gobierno de don Carlos de Urru (...)
  • 91 AGCA, A1. , Leg. 4567, Exp. 39196, Bandos de buen gobierno de don Carlos de Urrutia, 23 de julio de (...)
  • 92 Op. cit., fol. 10.

33Le capitaine Général Carlos de Urrutia en prenant le pouvoir en 1818 dans son « bando de buen gobierno » place ce problème en tête de tous les autres. Les blasphèmes des enfants sont dénoncés vigoureusement et on jure de plus en plus, semble-t-il en vain le saint nom de Dieu. Les Temples doivent être vénérés davantage : « se previene que ni en los arredodores de sus atrios se consientan alborotos, juegos, ni altercados que suelen levantar los muchachos [...]90. Il faut aussi rappeler l’interdiction religieuse du travail le dimanche qui était puni de dix tours de travail dans les oeuvres publiques ou de prison en fonction de la qualité des contrevenants. Les maisons des particuliers font aussi l’objet de surveillance car des cultes y sont célébrés en dépit de la stricte interdiction : « con semejantes altares se profana la religion que se pretende obsequiar, ocasionando pecados escandalosos »91. D’une manière générale le gouvernement espagnol craint de plus en plus les réunions publiques et cherche à éviter les attroupements : « Despues de las oraciones nadie podra pararse embozado en las esquinas, plazas o contornos de la casa de algun vecino, so la pena de ser habido por sospechoso…) »92.

Conclusions

  • 93 Pierre Vilar, Hidalgos, Amotinados y guerrilleros, pueblo y poderes en la historia de España, Barce (...)

34De 1808 à 1821, la capitale du Royaume du Guatemala vit au rythme des nouvelles en provenance de la mère patrie. Les milliers de personnes qui vivent dans les quartiers pauvres de la ville s’informent par ouï-dire de ces changements. Ces personnes « de topos los colores » affrontent les conséquences d’une crise économique qui se résorbe lentement depuis la fin du xviiie siècle. La chute des prix de l’indigo a provoqué l’appauvrissement - et parfois la faillite- de quelques grands commerçants et par conséquent de l’ensemble de la population urbaine qui vit souvent aux crochets de l’élite de par la nature même du système colonial. Les indices de violence augmentent. On est manifestement dans une période de crise d’Ancien Régime assez classique provoquée par le renchérissement des produits agricoles93. Certes le Guatemala de 1808 n’est pas la France de 1789 mais les problèmes structurels sont bien réels.

  • 94 Julio Cesar Pinto Soria, Centroamérica de la colonia al estado nacional (1800 - 1840), op. cit., p. (...)
  • 95 Manuel Montufar y Coronado, Memoria para la Historia de la Revolución de Centroamérica (Memorias de (...)
  • 96 “Informe des Ministro Tesorero de las Reales Cajas de Guatemala, acerca del estado deficiente del E (...)

35Avec l’effondrement du symbole royal, les rumeurs se multiplient. Il faut toute l’autorité du Capitaine Général Bustamente et les menaces explicites du châtiment divin assenées par l’évêque Ramon Casaus y Torres pour maintenir la ville dans un calme tout à fait précaire. L’enjeu n’est pas mineur car si la ville s’insurge, c’est la province tout entière qui passera dans le camp des indépendantistes. Dans cette période, une minorité d’acteurs travaillèrent pour rallier le maximum de gens à l’idée que l’indépendance était possible, mais, le 15 septembre 1821, cette volonté grandissante d’autonomie se traduisait par la signature d’un texte historique qui se concluait dans les termes suivants : nous signons l’acte d’indépendance : « para prevenir las consecuencias que serian temibles en el caso que la proclamase de hecho el mismo pueblo »94. Certes le peuple, sous la plume des historiens de l’époque, n’est pas absent de la cérémonie : « La sesión era publica, y una parte del pueblo que ocupaba las antesalas y corredores de palacio, vitoreaba y hacia demostración de aprobación y regocijo cada vez que alguno de los concurrentes se expresaba en favor de la Independencia95 ». Plus tard, Manuel Vela, trésorier de la Real Hacienda, témoin direct, revenait sur cette journée en insistant sur le fait que « la parte común del pueblo » de la ville de Guatemala qu’il qualifie de « Mulatos » – terme qui devait recouvrir sous sa plume les « mulatos », les « zambos » et les « pardos » – s’est retrouvée naturellement aux côtés des meneurs de la révolte : « como generalmente, son pobres, sin principios ni costumbres se han unido con facilidad a lo que lo son, llebados de la esperanza de aliviar su suerte »96. Mais son rôle ce jour-là est celui du témoin passif, rôle que les historiens chercheront à grandir sans beaucoup de conviction. Si le peuple n’est pas celui qui guide le Guatemala vers sa liberté il n’était probablement pas si éloigné de l’évènement. Les élites de la capitale pensent qu’il est alors urgent de prononcer l’Indépendance, même s’il faut affronter la colère de Dieu, car le peuple de la ville risquait bien de prendre les armes pour imposer une séparation en des termes beaucoup plus radicaux.

  • 97 Al heroico pueblo de Guatemala, Jose Maria Castilla, Imprenta de la libertad, por d. Ignacio Beteta (...)

36Si le 15 septembre 1821 n’est pas la date où un peuple s’est mis en branle pour conquérir sa liberté, c’est un jour qui ressemble beaucoup à toutes ces journées qui se sont succédées depuis la construction d’une nouvelle capitale et depuis l’entrée des troupes napoléoniennes en Espagne : un jour de plus où les élites prennent conscience qu’il faudra désormais compter avec le peuple pour gouverner. D’ailleurs, sous la plume du chanoine José Maria Castilla, le peuple de la ville est déjà « héroïque »97. La plèbe est morte, vive le peuple.

Haut de page

Notes

1 Les plèbes urbaines d’Amérique latine ont fait l’objet d’un numéro spécial de la revue Caravelle en 2005 présenté par Michel Bertrand et Richard Marin. Voir aussi Leonardo León, « De muy malas intenciones y de perversas entrañas ..." : la imagen de la plebe en los preámbulos de la independencia de Chile, 1800 – 1810 », Colonial Latin American Historical Review – N° 4 (2005), p. 337-368.

2 Serge Gruzinski, “Genèse des plèbes urbaines coloniales : Mexico aux xvie et xviie siècles” in Caravelle, n° 84, Toulouse ; 2005, p. 11-35. Élise Marientras, Nous, le peuple, Les origines du nationalisme américain, Paris : Gallimard, 1988.

3 En Europe et aux États-Unis de solides monographies ont été publié sur le peuple en tant qu’acteur social avec parfois d’âpres discussions sur les contours et le pouvoir réel ou supposé de ce dernier : Elise Marienstras, Nous, le peuple. Les origines du nationalisme américain, Paris : Gallimard, 1988 ; Dominique Schnapper, La Communauté des citoyens. Sur l’idée moderne de nation, Paris : Gallimard, 1996 ; Jean Nicolas, La Rébellion française, mouvements populaires et conscience sociale 1661-1789, Paris : éditions du Seuil, 2002.

4 Carmen Bernand, Negros esclavos y libres en las ciudades hispanoamericanas, Madrid : Fundación Histórica Talavera, 2001 ; Jacques Poloni-Simard, La mosaïque indienne. Mobilité, stratification sociale et métissage dans le corregimiento de Cuenca (Equateur) du xvieet xviiie siècle, Paris : éditions de l’EHESS, 2000.

5 Ce furent surtout des révoltes pour obtenir des réponses à des problèmes sociaux ponctuels : voir Anthony MacFarlane, « The Rebellion of the Barrios, Urban Insurrection in Bourbon Quito”, Hispanic American Historical Review, 64, (1984), p. 283-330 ; Scarlett O’Phelan Godoy, Rebellions and Revolts in Eighteenth-Century Peru and Upper Peru, Cologne : Bôhlau Verlag, 1985 ; Martin Minchom, The People of Quito, 1610-1810. Change and Unrest in the Underclass, San Francisco, Oxford : Westview Press, 1994 ; John Leddy Phelan, The People and the King : The Comunero Revolution in Colombia, 1781. London : University of Wisconsin Press, 1978.

6 Pour Ralph Lee Woodward la domination espagnole qui dura trois siècles s’est achevée “con apenas un gemido”. Voir Ralph Lee Woodward, Rafael Carrera y la creación de la Republica de Guatemala, 1821-1871, Antigua Guatemala et South Woodstock. CIRMA y Plumsock Mesoamerican Studies, 2002, pág. 2 ; Le chapitre n° 2, « La Independencia y la federación (1810-1840) », rédigé par Julio Pinto Soria de la Historia General de Centroamérica publié en 1993 donne au peuple une certaine place qui est largement dictée par l’influence du marxisme dans la formation de l’auteur cependant il est clairement dit que l’importance politique de l’élément bourgeois républicain a très rarement été en mesure de dépasser le niveau de certaines villes comme Granada ou encore certaines régions comme celle du Salvador.

7 En 1766 l’Audience exonéra les artisans du paiement de l’alcabala, dans le but de “atender como padres de la patria el alivio de los miserables de la plebe y a la mayor libertad del comercio y venta de sus efectos”. Cette mesure fut approuvée par la Couronne en 1769, même s’il eut une recommandation pour que ceux qui fussent en capacité de payer une quote part à l’année le fasse. Voir Jorge Lujan Muñoz, « El establecimiento del Estanco del Tabaco en el Reino de Guatemala » in Mesoamerica n° 41, (2001), pp. 122-127 ; Sur la participation du peuple à l’affaire su transfert de la capitale suite à sa destruction par plusieurs tremblements de terres en 1773 voir Christophe Belaubre, “El traslado de la capital del Reino de Guatemala (1773-1779) : conflicto de poder y juegos sociales” à paraître in Revista de Historia, San José, Universidad de Costa Rica.

8 Les études sur la ville de Guatemala ne sont pas nombreuses. Theodore Caplow fut probablement un des pionniers : La ecología social de la Ciudad de Guatemala (Guatemala : Editorial « Jose de Pineda Ibarra », Ministerio de Educacion, 1966). La thèse d’Inge Langenberg qui n’a pas fair l’objet de publication permet de suivre les principaux évènements ayant marqués la période de la fondation jusqu’à l’indépendance : Inge Langenberg, Urbanisation und Bevolkerungsstruktur del Stadt Guatemala in der ausgehenden Kolonialzeit, (Koln, Wien : Bohlau-Verlgag, 1981), p. 100. Puis la géographe Gisela Gellert s’attaché à replacer le développement de la ville sur le temps long : Desarrollo de la estructura espacial en la Ciudad de Guatemala : desde su fundación hasta la Revolución de 1944, Guatemala, CEUR, Universidad San Carlos de Guatemala, 1990).

9 A. Eskenazi, « Peuple et Nation dans L’Esprit des lois. Quelques remarques d’un lexicologue », dans Études sur le xviiie siècle, Jean Ehrard éd., Publications de la Faculté des lettres de l’Université Clermont II, 1979, rééd. Revue Montesquieu (1999), p. 111-124.

10 Hector Samayoa Guevara, Los gremios de artesanos en la Ciudad de Guatemala, (Guatemala : Editorial Universitaria, 1962), p. 49-50. L’auteur cite un rapport du maître Bernardo Ramirez de mai 1774 qui affirme que les salaires payés aux charpentiers et aux maçons incitaient de nombreux artisans à abandonner leurs premiers métiers ; Voir AGCA, A1.16, Leg. 148, Exp. 2830, fol. 13-14 (1774). Ces salaires étaient si élevés qu’ils firent même l’objet d’une législation spécifique de la part de la municipalité pour notamment avoir les moyens de construire les édifices publics.

11 Inge Langenberg, Urbanisation und Bevolkerungsstruktur del Stadt Guatemala in der ausgehenden Kolonialzeit, (Koln, Wien : Bohlau-Verlgag, 1981), p. 100.

12 Eugene F. Soler et Mark D. Szuchman, “City and Society : Their Connection in Latin American Historical Research”, LARR 14 (1979), p. 339-368.

13 Jorge Luján Muñoz (Comp.), Historia General de Guatemala, Guatemala : Asociación de Amigos del País, 1999. Cité dans l’article "Urbanismo" dans le tome 3.

14 Gustavo Palma Murga, Agriculture, commerce et société au Royaume de Guatemala, 1770-1821, Paris-IV, Ehess, 1985, pp. 469-470. Voir dans le chapitre dans le tome 3.

Gustavo Palma Murga, Agriculture, commerce second plus de détails sur l’organisation économique de la ville.

15 AGCA, A2.2, Leg. 197, Exp. 4031 (Juin 1801).

16 Voir John Tutito, “Creole Mexico : Spanish Elites, Haciendas, and Indian Towns, 1750-1810”, Ph D. Diss., University of Texas, 1976, p. 121.

17 AGCA, A1.25, Leg. 1702, Exp. 10357, Recopilación Sumaria…op. cit., fol. 45. Auto del gobierno del 25 de enero de 1634.

18 AGCA, A1.25, Leg. 1702, Exp. 10357, Recopilación Sumaria…op. cit., fol. 48v. Bando del 8 de junio de 1790 confirmado por el artículo 19 del reglamento de policía inserto en el Bando de 22 de julio de 1895.

19 AGCA, A1.25, Leg. 1702, Exp. 10357, Recopilación Sumaria, op. cit., fol. 78 v. Auto del gobierno de 8 de enero de 1680 : “Que todas las Personas que tengan criadas o libres no las dejen salir a la calle dadas las oraciones ; a cuya hora las deben recoger dentro sus casas, pena de que será puesta en la Carcel, y castigada condignamente la que en otra forma fuere aprendida y que en caso de que se necesite enviar alguna fuera de casa por precisa necesidad sea con hambre, para que se conosca quien és, y que va con orden de su amo”. Auto del Gobierno de 8 de enero de 1680.

20 Sur cette question voir …y Ordenanzas del Ejercito.

21 Voir Jean Piel, « Plèbes hispano-américaines, 1810-1920 », in Caravelle, n° 84, Toulouse, 2005, p. 169-189.

22 Voir Juan Carlos Estensoro-Fuchs, “La plebe ilustrada : el pueblo en las fronteras de la razón” in Charles Walter (comp.) : Entre la retórica y la insurgencia : las ideas y los movimientos sociales en los Andres, siglo XVIII, Cusco, Centro de Estudios Regionales Andinos Bartolomé de Las Casas, 1996, p. 33-34.

23  Severo Martinez Pelaez, La Patria del criollo, op. cit., p. 287.

24 AGCA, A2.2, Leg. 245, Exp. 5288. Criminales. Juzgado segundo (1813).

25 AGCA, A1.25, Leg. 1702, Exp. 10357, Recopilación Sumaria de los Autos Acordados de la Real Audiencia de este Reino de Guatemala, providencias y bandos de su superior gobierno que han podido recogerse desde el ano de 1561 hasta el presente de 1807. Por don José Maria Zamora, fol. 46 v.

26  Thomas Calvo, « La plèbe à l’aune des vice-rois américains (xvie - xviiie siècles) in Caravelle, n° 84, Toulouse, 2005, p. 37-63. Dans cet article, Thomas Calvo donne un exemple d’usage de ce terme dès le début du XVIIIème siècle à propos de la plèbe de Mexico.

27 Le terme n’apparaît pas dans le Tesorero de la lengua castellana o espanola de 1611 ce qui tend à prouver que le terme ne s’enracine dans l’usage qu’au XVIIIe siècle avec la croissance démographique des villes. Cela ne veut pour autant pas dire que le terme était inconnu au XVIIe siècle : n’oublions pas que l’essentiel des études consacrés à la période coloniale tendent à se baser sur la documentation du XVIIIe siècle ce qui peut fausser une analyse basée sur l’usage et le sens de mots qui ont par essence un contenu fuyant.

28 AGCA, A3, Leg. 44, Exp 5356, (1777), fol. 1.

29 Hector Samayoa Guevara, Los gremios de artesanos … op. cit., p. 50. Le Juge Joaquin de Campuzano utiles aussi l’expression “clase infima”.

30 AGCA, A1.25, Leg. 1702, Exp. 10357, Recopilación Sumaria, op. cit., fol. 114v. “cuiden los alcaldes de Barrio de obligar a los Padres de familia a que hagan asistir a la Escuela a los muchachos que ya esten en estado de prestar esta asistencia, celándolo principalmente entre la gente pleveya que tiene mas descuido sobre un particular tan importante”. Autos del gobierno de 15 de octubre de 1794.

31 Fuentes y Guzmán, 1, p. 185.

32 AGCA, A2.1, Leg. 2, Exp. 23, folios 1-10, “Sobre la solicitud de Rodríguez de Rivas y el testimonio de un vecino de la capital que manifestó el temor que se le tenía a las masas, temor a la sublevación que estuvo a punto de surgir durante la catástrofe del terremoto de 1717”.

33 Biblioteca Nacional de Guatemala, Colección Valenzuela. Segunda Junta Pública de la Real Sociedad Económica de Amantes de la Patria de Guatemala (1797).

34 Garcia Pelaez, II, p. 31.

35 Severo Martínez Peláez, La Patria del criollo, (Guatemala : Ediciones en marcha, 1990), p. 291.

36 AGCA, A2.2, Leg. 221, Exp. 4624 (1806). Criminales. Juzgado 2. Contra Guillermo Catocho por haber heridos con arma corta a Marcos Mendez.

37 Biblioteca de la Academia de Geografía e Historia de Guatemala, Gazeta de Guatemala, T. XII, Suplemento a la Gazeta de Guatemala, N° 76.

38 AGCA, A1. Leg. 4567, Exp. 39188, (1812), Exposición…op. cit., fol. 9.

39 Severo Martínez Pelaez, La Patria del criollo op. cit. , p. 294.

40 AGCA, A1.25, Leg. 1702, Exp. 10357, Recopilación Sumaria de los Autos Acordados de la Real Audiencia de este Reino de Guatemala, providencias y bandos de su superior gobierno que han podido recogerse desde el ano de 1561 hasta el presente de 1807. Por don José Maria Zamora, fol. 153 v. y 154. Un ban fut aussi imprimé contre les jeux interdits le 4 mars 1803 avec 18 articles.

41 AGCA, A1. , Leg. 4567, Exp. 39196, Bando de buen gobierno de don Carlos de Urrutia, 23 de julio de 1818, fol. 10 ; “Nadie podra abrir cafees, poner villares trucos, fondas o casas de hospedaje sin licencia por escrito del gobierno, pagando la pension senalada anualmente para pobres del Hospital ([…]

42 AGCA, A1.25, Leg. 1702, Exp. 10357, Recopilación Sumaria…op. cit., fol. 154-156.

43 AGCA, A1.25, Leg. 1702, Exp. 10357, Recopilación Sumaria…op. cit., fol. 166. Bando de 6 de septiembre de 1806 artículos 25, 26 y 27.

44 AGCA, A1. Leg. 4567, Exp. 39188, (1812), Exposición…op. cit., fol. 4.

45 Plan de ejecución de los medios de desterrar la mendicidad de Guatemala por D. Antonio Garcia Redondo, Por d. Ignacio Beteta en la Nueva Guatemala, 1797 ; Disertación política-económica sobre los medios de destruir la mendicidad y socorrer a los verdaderos pobres de Guatemala, por Fr José Antonio Liendo Goicoechea. Por Ignacio Beteta en la Nueva Guatemala, 1797. Sur cette question voir Jean-Pierre Gutton, la Société et les pauvres en Europe (xvie- xviiie siècles), Paris, 1974.

46 Op. cit. , fol. 6.

47 AGCA, A1.25, Leg. 1702, Exp. 10357, Recopilación Sumaria, op. cit., fol. 99 v y 100. Bando de 6 de septiembre de 1804. Ver también el Reglamento de 4 de diciembre de 1803 sobre la venta y administración del Aguardiente de Caña.

48 AGCA, A1. 2 7, Leg. 4010, Exp. 30586, (1797). Licencia de tabernas otorgada a don Francisco Mateu.

49 AGCA, A1. 2 7, Leg. 4010, Exp. 30591, (1808). Ocurso de don Juan Reyes relativo a la multa que le impuso el Juzgado primero de esta capital por tener abierto tarde su estanquilla ; On trouve reproduit dans cet Reglamento que se ha de observar para la venta y administración del Aguardiente de cana, según el nuevo arreglo acordado por la Junta Superior de Real Hacienda de éste reyno en auto de nueve de Noviembre de mil ochocientos tres. Un ban du 27 août 1784 avait par ailleurs mis en place des peines très sévères contre les fabricants et les vendeurs d’alcool clandestins.

50 AGCA, A1.25, Leg. 1702, Exp. 10357, Recopilación Sumaria…op. cit., fol. 30. Bando del 8 de enero de 1766.

51 AGCA, A1.25, Leg. 1702, Exp. 10357, Recopilación Sumaria…op. cit., fol. 36. Edicto del Provisor y vicario General de este Arzobispado de 25 de agosto de 1775.

52 AGCA, A1.25, Leg. 1702, Exp. 10357, Recopilación Sumaria…op. cit., fol. 165 y 165 v. Bando de 17 de noviembre de 1783.

53 AGCA, A1.25, Leg. 1702, Exp. 10357, Recopilación Sumaria op. cit., fol. 46 v.

54 AGCA, A2.1, Leg. 2, Exp. 23, folios 1-10 (1719).

55 AGCA, A1.25, Leg. 1702, Exp. 10357, Recopilación Sumaria op. cit., fol. 123. Bando de siete de agosto de 1804.

56 AGCA, A1.25, Leg. 1702, Exp. 10357, Recopilación Sumaria …op. cit., fol. 19 v. Acordado el 7 de febrero de 1765.

57 AGCA, A1.25, Leg. 1702, Exp. 10357, Recopilación Sumaria…op. cit., fol. 20 y 20v. Bando del 11 de noviembre de 1794.

58 AGCA, A1.25, Leg. 1702, Exp. 10357, Recopilación Sumaria…op. cit., fol. 29. Autos del gobierno de 8 y 10 de abril de 1634.

59 Ibidem, fol. 28 ; “Que de noche no se han de con espadas desnudas mayores de marca, estoques, broqueles, y armas prohibidas, ni con monteras de rebozo, bajo las penas de 300 ducados, y destierro de estas Provincias al Contraventor si fuere español, y si de otra calidad, 200 azotes por las calles publicas”. Auto del gobierno del 16 de febrero de 1640, voir aussi le contrôle qui s’exerçait sur l’utilisation des flèches : fol. 124 y 124 v. : « (…) “haciéndose saber a los Guardas de las entradas de esta capital detengan a los Yndios que llegaren con flechas, y den cuenta al Juez mas cercano”. Acordado de 11 de noviembre de 1791.

60 Les noirs et les mulâtres libres n’avaient pas le droit de montrer à cheval dans la ville sauf pour y entrer ou en sortir. AGCA, A1.25, Leg. 1702, Exp. 10357, Recopilación Sumaria…op. cit., fol. 167v. Acordado de 8 de octubre de 1585. De même les esclaves ne pouvaient pas porter d’armes de tours comme de nuit et le propriétaire contrevenant risquait dix jours de prison. AGCA, A1.25, Leg. 1702, Exp. 10357, Recopilación Sumaria…op. cit., fol. 172.

61 AGCA, A1.25, Leg. 1702, Exp. 10357, Recopilación Sumaria…op. cit., fol. 22 y 22v. Acordado el 1 de febrero de 1805.

62 AGCA, A1.25, Leg. 1702, Exp. 10357, Recopilación Sumaria…op. cit., fol. 29, 29v, 30. Auto del Gobierno de 10 de junio de 1693, Auto del Gobierno del 10 de mayo de 1710, Acordado de 5 de julio de 1759 mandado de nuevo publicar del de 7 de febrero de 1765.

63 AGCA, A1.25, Leg. 1702, Exp. 10357, Recopilación Sumaria…op. cit., fol. 152. Acordado de 23 de febrero de 1778.

64 AGCA, B80. 6, Leg. 1079, Exp. 23075, (1824).

65 AGCA, A1. Leg. 4567, Exp. 39188, (1812), Exposición…op. cit., fol. 1v. Il précise dans son rapport que la situation est particulièrement alarmante dans la ville de Guatemala alors qu’au Salvador des mesures ont été prises notamment la justice : « (…) en Guatemala, donde se puede decir que la Justicia se halla sin brazos ».

66 François Xavier Guerra, Modernidad e independencias. Ensayos sobre las revoluciones hispánicas, Mexico, Fondo de Cultura Económica, 1997, p. 121.

67 Sur les manifestations de l’opinion publique sous l’Ancien Régime voir Arlette Farge, Dire et mal dire. L’opinion publique au XVIIIe siècle, Paris: éditions du Seuil, 1992.

68 L’existence d’une crise profonde dans cette période a été largement démontré par les travaux de Miles Wortman, « Government Revenue and Economic Trends in Central America, 1787-1819 » en Hispanic American Historical Review 55, (1975), p. 251-286.

69 Les chiffres de ces donations sont bien connus mais il n’y a pas eu d’analyse des donateurs. Or une simple observation des personnes qui firent des dons dans une période économique aussi difficile montrent que c’est bien une partie du peuple de la ville qui répond présent et grossie les rangs des commercants et autorités. Le 19 septembre 1808 les commerçants avaient réuni 100000 pesos de « donativo patriotico ». A la fin de l’année 1809 l’ensemble du Royaume avait expédié près d’un million de pesos. Louis E. Bumgartner, « Demostraciones publicas de lealtad que ha hecho el comercio de la Ciudad de Guatemala » en Anales de la Sociedad de geografia e Historia de Guatemala, 38 : 1-4 (1965), p. 69-70.

70 AGCA, A1. 2 7, Leg. 4010, Exp. 30591, (1808). Ocurso de don Juan Reyes relativo a la multa que le impuso el Juzgado primero de esta capital por tener abierto tarde su estanquilla.

71 Mario Alberto Carrera, ¿Quién es Simón Bergaño y Villegas ? in Universidad San Carlos de Guatemala, 1983, segunda época, n° 14, p. 15.

72 AGCA, A2.2, Leg. 226, Exp. 4796, criminales, 1808

73 Timothy Hawkins, « La Subversión napoléonienne en Amérique Centrale », dans Christophe Belaubre, Jordana Dym et John Savage, Napoléon et les Amériques, Toulouse : Collection Méridiennes, CNRS, 2009, p. 95-115.

74 Op. cit., p. 106

75 Déclaration du Capitaine General José de Bustamente y Guerra ; Extracto de la conspiración de Belen en el año de 1813, Anales de La Sociedad de Geografía e Historia de Guatemala, 1963, p. 564.

76 George Duby, Le dimanche de Bouvines, Paris, 1973, dans l’avant propos.

77 AGCA, A1.11.32, Leg. 1757.

78 AHA, Archivo de Belen, tomo I, Diversas cartas, en el archivo historica de la arquidiocesis

79 AHA, Archivo de Belen, tomo G, L’inventaire des meubles de l’infirmerie donne une bonne idée de la faiblesse des moyens : doce colchones, doce bultos de almoada, 33 savanas.

80 AGCA, A1. Leg. 4567, Exp. 39188, (1812), Exposición del oidor don Joaquin Bernardo de Campuzano, acerca de los medios mas conducentes para contener los desordenes de la pleve, fol. 1. Voir aussi AGCA, AGCA, A1. Leg. 4567, Exp. 39187 (1812), El Exmo Sor Presidente comunica a la Real Sala el numero de heridos que ha havido desde 14 de marzo de 1811 hasta igual fecha de 1812 para que se tomen las providencias que indica.

81 Biblioteca Cesar Brañas, 3127, 18-19 ; Junta General semestre celebrada el día 25 de julio de 1814 en el Hospital de Guatemala, en la Oficina de Arevalo, fol. 5.

82 Biblioteca Cesar Brañas, Estado del Hospital de San Juan de Dios del año de 1826 et Estado del Hospital de San Juan de Dios del año de 1827.

83 Valentín Solórzano Fernández, Evolución económica de Guatemala, (Guatemala : cuarta edición, 1997), p. 199.

84 “M. N. Ayuntamiento. Ano de 1810. Elección de Diputado para las Cortes convocadas para la Isla de Mallorca por el Real Decreto de 29 de enero del corriente año” in Boletín del Archivo General del Gobierno, Julio de 1938, año 3, n° 4 , p. 477.

85 Biblioteca de la Academia de Geografía e Historia de Guatemala, Gazeta de Guatemala, t. XII, n° 63, 3 de junio de 1809, fol. 188.

86 Biblioteca de la Academia de Geografía e Historia de Guatemala, Gazeta de Guatemala, t. XII, suplemento a la Gazeta de Guatemala, n° 76.

87 AGI, Guatemala, 453, Carta reservada del presidente de Guatemala Jose Bustamente y Guerra del 30 de enero de 1812.

88 Julio Cesar Pinto Soria, Centroamérica de la colonia al estado nacional (1800-1840), p 123. Voir Legajo Guatemala n° 631.

89 Robert M. Laughlin, La Gran Serpiente Cornuda, ! Indio de Chiapa, no escuchen a Napoleón !, Ensayo 1, México : Programa de Investigaciones Multidisciplinarias sobre Mesoamérica y el Sureste, UNAM, 2001, p. 292.

90  AGCA, A1. , Leg. 4567, Exp. 39196, Document imprimé ; Bando de buen gobierno de don Carlos de Urrutia, 23 de julio de 1818, fol. 2.

91 AGCA, A1. , Leg. 4567, Exp. 39196, Bandos de buen gobierno de don Carlos de Urrutia, 23 de julio de 1818, fol. 3.

92 Op. cit., fol. 10.

93 Pierre Vilar, Hidalgos, Amotinados y guerrilleros, pueblo y poderes en la historia de España, Barcelona, Critica, 1982. Sur les conséquences des crises d’Ancien Régime sur la population urbaine voir la magistrale analyse que livre Pierre Vilar du célèbre Motin de Esquilache.

94 Julio Cesar Pinto Soria, Centroamérica de la colonia al estado nacional (1800 - 1840), op. cit., p. 45.

95 Manuel Montufar y Coronado, Memoria para la Historia de la Revolución de Centroamérica (Memorias de Jalapa), Guatemala : Centro Editorial José de Pineda Ibarra, tome 1, 1963, p. 66

96 “Informe des Ministro Tesorero de las Reales Cajas de Guatemala, acerca del estado deficiente del Erario antes y después del 15 de septiembre de 1821”. Madrid, 11 de marzo de 1824 in Anales de la Sociedad de Geografía e Historia, Guatemala, tomo XII, p. 7.

97 Al heroico pueblo de Guatemala, Jose Maria Castilla, Imprenta de la libertad, por d. Ignacio Beteta, Año de 1821. Biblioteca Cesar Brañas, 3091, 11., 11 folios.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Christophe Belaubre, « Le peuple de la ville de Guatemala (1780-1821) : gestation et naissance d’une communauté de citoyens », Nuevo Mundo Mundos Nuevos [En ligne], Débats, mis en ligne le 31 mars 2011, consulté le 23 novembre 2017. URL : http://nuevomundo.revues.org/61186 ; DOI : 10.4000/nuevomundo.61186

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Nuevo mundo mundos nuevos est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page